Des restaurants clandestins, avec des ministres, à Savigny-sur-Orge ?

Ah ! Est-ce que Bernard BLANCHAUD a des infos ?

Peut-être même un bon plan pour manger bon et pas cher ?

Après, s’il y a des ministres, ce sera certainement bon mais aussi (très) cher.


Je ne sais pas dans quel sens écrit Bernard.

Est-ce qu’il est sérieux dans ses propos ? Bien que j’en doute (en fait, je doute surtout qu’il déjeune dans un restaurant où il y a des ministres).

Mais je pense, à défaut de restaurants clandestins, qu’il doit bien y avoir des fêtes clandestines.

Et je pense d’ailleurs précisément à quelques adresses sur le Boulevard Aristide-Briand.

Ce qui me rappelle d’ailleurs cet article du Parisien :

https://www.leparisien.fr/essonne-91/savigny-sur-orge-relaxe-pour-un-salon-de-the-ouvert-malgre-le-couvre-feu-18-03-2021-8429070.php

Sauf que peut-être qu’ils sont moins cons qu’à Ris, et qu’ils ne font pas la fête à 90.

Des Saviniens me demandent : « Mais pourquoi ne ferme-t-on pas ces lieux ? ».

Je leur réponds : « Parce que votre DEFRÉMONT n’en a pas le pouvoir tant qu’il ne créé pas de commission administrative d’hygiène et de salubrité. »


Il est très Français de vouloir soudainement faire usage d’un droit, dont on n’usait pas jusque-là, parce qu’on nous l’interdit temporairement. Par moi le premier.

C’est typiquement l’histoire du développement de la pomme de terre en France (Cc Jean-Marc DEFRÉMONT et tes graines de patates).

Mais pire que cela, tu as le Français² (au carré) qui est l’habitant de la ville-dortoir, qui mêle à cet esprit de provocation, doublé d’un esprit de râlerie, une indifférence générale et un égoïsme indécent. Et beaucoup de Saviniens rentrent dans cette catégorie…

Sauf que le Gouvernement fait tout pour qu’on lui tire dessus et qu’on lui rentre dans la gueule. Il n’y a qu’à voir la polémique avec les voyages en avion France – Brésil.

D’ailleurs, c’est bien simple, quasiment plus personne qui ne passe devant chez moi ne porte le masque, alors qu’il reste obligatoire.

Et moi-même, je me trouve hyper con à porter le masque quand je suis seul dans la rue et qu’il n’y a personne d’autre autour de moi.

Et donc je me dis qu’à trop infantiliser les Français, le Gouvernement les a tout simplement rendu cons.

Que l’on parle donc de biopouvoir ou de covidocène, le fait est que, sans parler de dictature, les libertés reculent et qu’en plus, ceux qui n’ont rien fait paient pour tous les autres.

J’espère donc, au moins pour ceux qui profitent du restaurant clandestin, qu’ils ne partagent pas l’addition, lequel système qui est déjà celui appliqué dans la société, fait que nous payons tous de nos libertés collectives les errements individuels de quelques uns…





Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Savigny-sur-Orge : mon regret d’absence d’un forum des métiers et de l’orientation 2021 en ligne

Normalement, et après déjà un report, mais quand même avant que l’on sache que les vacances étaient avancées, le FMO 2021 de Savigny-sur-Orge, organisé par la FCPE, à destination plus particulière des élèves de 3e, aurait dû se tenir ce samedi 10 avril 2021.

Mais au vu des conditions sanitaires, l’équipe de préparation a préféré l’annuler. C’est dommage parce que je pense que la municipalité pouvait le maintenir de manière dématérialisée, juste avec un logiciel de vidéo-conférence doté d’une salle d’attente.

Les intervenants étaient depuis chez eux, sinon depuis un local mis à disposition par la mairie avec respect organisé des distances sanitaires, avec le matériel dont on se sert pour le Conseil municipal notamment, et ils parlaient de leur profession pendant trois heures. Cela dégrossit, cela éclaire, c’est une bonne première approche quand on a que des idées ou des images.

Ce salon est toujours intéressant, même si 90 % des élèves n’y viennent que parce qu’ils ont une feuille de présence à faire tamponner sur plusieurs stands, à défaut d’un questionnaire qui n’est sincèrement pas adapté à tous les métiers, ce qui peut parfois être cocasse.

Au stand journalisme, ils veulent tous être journaliste sportif ; payé pour regarder du foot, c’est vrai que c’est cool. Je leur raconte quand j’étais moi-même payé fin 2016 début 2017 pour regarder de la télé-réalité pour un support anglo-saxon pratiquant l’ubérisation à outrance.

Je gagnais quelque chose comme 70 euros par mois, dont 50 euros de prime pour regarder la télé 50 minutes par jour. Le système est organisé pour que tu sois payé au clic, mais l’article ne reste jamais assez longtemps pour atteindre le seuil rémunérateur intéressant.

Alors, je leur conseille de monter un blog, ou de faire une chaîne Youtube ou Instagram ou un autre truc plus moderne et puis de faire lire ou voir à leurs amis et à leur famille. L’avantage du support numérique est qu’ils pourront en plus se faire repérer, et mesurer leur audience.

Je ne vous cache pas que généralement, ils ne le font pas, parce que c’est quand même très chronophage. Et puis merde, en 3e, à 15 ans, on a le droit de ne pas savoir ce qu’on veut faire plus tard, et de vouloir profiter de sa jeunesse quand on est encore pur et innocent…

Bref, tout cela pour dire que je pense que si DEFRÉMONT avait voulu s’en donner les moyens, cet événement, en plus auquel nous avons lui et moi participé plusieurs fois ensemble, aurait pu se tenir en ligne. Mais tel n’a pas semblée être la volonté de la municipalité ; je le déplore.



REDA, TEILLET et GUETTO à LR ou le foutage de gueule permanent

Je suis attristé et dégoûté par les résultats internes de LR pour la septième circonscription de l’Essonne ; lesquelles resteront de toute façon entachées de fraudes par un REDA qui s’est illégalement procurée une liste de militants pour leur écrire une lettre de consigne de vote. Et aussi, j’ai honte pour la personne qui lui a donné ce document confidentiel.

Donc déjà tu as les REDA et TEILLET qui sont barrés chez Libres !, qui en plus ont eu ce besoin d’humilier ou de mépriser LR quand ils en sont partis, puis qui tout à coup qu’ils se souviennent qu’ils ne sont rien sans LR, reviennent infiltrer le parti en se rappelant soudainement que c’est un mouvement partenaire.

Mais c’est minable ! Mais portez vos couilles ! Vous êtes LR ou Libres ! ? Vous faites des sketchs contre la double-nationalité, mais vous vivez la double-appartenance !


Bon, je passe sur Christine RODIER, ancienne maire d’Athis, qui a fait élire sa fille Aline DURAND.

Et puis GUETTO, ou même TEILLET chez les nouveaux adhérents !

Les deux sont tellement radins qu’ils n’étaient plus à LR pendant leur mandat municipal, juste pour ne pas verser leurs cotisations de maires-adjoints !


Et le parti qui les accueille à bras ouverts, maintenant qu’ils ne sont plus rien, et qu’ils n’ont plus rien à donner !

Mais c’est quoi ce parti ? Méprisable tellement il a une piètre image de lui-même.

Un parti, ce n’est pas que pour avoir une investiture ! Normalement, cela fait vivre la vie politique. C’est même écrit dans l’article 4 de la Constitution.


Je ne m’attendais à rien, mais je suis quand même déçu.

LR n’est pas la droite. LR n’est définitivement pas ma droite !

Mais pourquoi ou plutôt comment pouvez-vous encore voter pour cela ?




Regarder « Le procès Eichmann » et comprendre que les chambres à gaz ne sont pas « un détail de l’Histoire »

Pour les 60 ans du procès d’Adolf EICHMANN (au premier degré puisqu’il en a interjeté appel), qui a débuté le 11 avril 1961, France 3 diffuse le film de 2015 : « Le procès Eichmann » avec l’excellent Martin FREEMAN et le non moins bon Anthony LAPAGLIA.

Ce film est disponible en replay pour deux mois.


Pendant que je le regardais, je me disais qu’il ferait une bonne entrée en matière pour aborder la Seconde guerre mondiale avec les 3e.

Pour comprendre pourquoi ce n’est pas juste qu’un énième conflit, qui aurait pris des proportions démesurées (une guerre totale opposant des hommes de tous les continents pour laquelle a été utilisée 40 % de l’économie mondiale) mais bien l’avènement d’une étape supplémentaire dans l’horreur de ce que l’humanité est capable de produire.

Et je trouve, à ce propos, très appréciable, que le film, qui utilise de nombreuses images d’archives du vrai procès, par les dialogues et les choix de coupes, ne limite pas l’Holocauste à la Shoah, mais montre que la haine des nazis, tout comme la haine des humains, ne se limite pas aux seuls juifs. Et que tout cela peut recommencer, très vite.


Ce film interroge. Sur la place du témoin. Sur l’objectivité du journaliste caméraman, face à un tel sujet. Sur la nature humaine (Sommes-nous tous des EICHMANN ? Avons-nous tous quelque chose de cela en nous ?). Sur la Justice (même si je crois qu’il fallait condamner EICHMANN, je pense que l’illégalité de son enlèvement à Buenos Aires entache à jamais cette condamnation).

EICHMANN est terrible en ce qu’il ne correspond pas au stéréotype du méchant. Il n’est ni fier de son œuvre, ni repentant parce qu’il réaliserait qu’il a fait du mal, comme parfois le méchant dans les films. Non, il est impassible et écoute les 112 témoins sans expression, malgré quelques rictus dont on se demande s’ils sont vraiment provoqués par l’émotion. C’est Hannah ARENDT qui parle de « banalité du mal » parce que EICHMANN était juste un « pauvre type ».

Mais vraiment s’il faut voir ce film, c’est pour les extraits des films réalisés dans les camps de concentration et diffusés lors du procès. Les corps squelettiques et décharnés dont on se demande comment ils peuvent être encore vivants. Les cadavres pourrissants et évacués par bulldozer. Il faut voir cela pour ne plus pouvoir le nier, ni en relativiser la portée.

Et ne pas oublier, ou vouloir nous exonérer, de nos responsabilités collectives dans tout cela ; notamment du fait de nos silences ou de nos abstentions.

Gardant toujours en tête cette question malaisante : comment des pauvres types comme EICHMANN ont-ils pu participer à cela, et surtout y prendre leur part ?