Municipales 2020 à Savigny : pourquoi Olivier VAGNEUX est-il le seul à pouvoir empêcher la réélection d’Éric MEHLHORN ?

Voilà maintenant que Le Parisien Essonne fait parler mon compte Facebook. Probablement pour se foutre de ma gueule, parce que sincèrement, comment le quatrième avec 12 % au premier tour pourrait-il, déjà gagner, et ensuite empêcher la réélection de celui qui n’est en plus que deuxième, avec 23 % ? Éléments d’analyse.


La première analyse à dresser est que Éric MEHLHORN est bien parti pour repasser.

Souvenez-vous de ce qui s’était passé en 2014, la gauche déjà en tête, et deux candidats de droite au coude-à-coude.

Et pour ne pas que la Ville passe à gauche, la droite déjà largement majoritaire s’était reportée sur le mieux placé.

Cela va recommencer en 2020, d’autant que les équilibres n’ont pas changé.

Et que MEHLHORN, avec 23 %, n’est pas désavoué par son électorat…


Jean-Marc DEFRÉMONT a fait campagne en claironnant qu’il était le seul candidat de gauche.

Résultat : la gauche pèse 26 % et la droite 74 %.

Avec David FABRE, pourtant de gauche, mais qui appelle ses électeurs à s’abstenir, DEFRÉMONT n’a pas de réserves.

Et surtout, il est bloqué à la fois sur sa gauche et sur son centre par IZARD.


De son côté, IZARD, qui bloque des voix de gauche et du centre à DEFRÉMONT, paie à la fois d’être arrivé troisième, et en même temps son appartenance à La République en marche.

C’est à dire que la droite savinienne qui a soutenu IZARD au premier tour, pour ne pas que la Ville tombe à gauche, va se reporter sur MEHLHORN.

Tandis que IZARD ne pourra pas avoir de renforts car il est un repoussoir pour tous ceux qui détestent MACRON. Ils sont nombreux.


De fait, si je reste à 12, que DEFRÉMONT ne gagne que quelques voix, mais surtout que IZARD se vide au profit de MEHLHORN qui n’est déjà pas loin derrière DEFRÉMONT, c’est bien le maire sortant, parce qu’il a des réserves chez IZARD, qui passe de quelques points.

Au pire, dans un sursaut de la droite qui ne serait pas allée voter mais qui voudrait que Savigny reste à droite, alors ils choisiraient de toute façon IZARD à DEFRÉMONT. Mais je ne le crois pas.


Seconde analyse : pourquoi suis-je donc le seul à pouvoir bloquer MEHLHORN ?

Nous venons de voir qu’en l’état, c’est MEHLHORN qui est le mieux placé.

DEFRÉMONT est bloqué parce que la population n’est pas de gauche.

IZARD est bloqué parce qu’il est MACRON.

En fait, DEFRÉMONT et IZARD se neutralisent, notamment parce que IZARD a les voix de gauche dans les quartiers.

Par élimination, et puisqu’aucun des deux ne peut obtenir une majorité relative, il ne reste que moi.

Qui, à la tête d’une liste composite, mais avec une personnalité de droite, peut comprendre et travailler dans le sens de tous les Saviniens, de gauche, de droite et macroniste.

Et qui peut aussi mobiliser les abstentionnistes, par rapport à ma nouveauté et à mon indépendance.


De plus, les voix dites citoyennes qui ne se sont pas portées sur un parti au premier tour (même si j’y inclus les 2,5 % d’UDI) représentent 31 %.

Bref, ce sera de toute façon un élan.

Soit les Saviniens de tous bords se portent sur moi, et je l’emporte facilement.

Soit rien ne bouge, et c’est MEHLHORN qui est réélu confortablement.

Et s’il devait y avoir un entre-deux, rien n’empêchera le mouvement vers MEHLHORN de la part d’électeurs de droite qui sont complètement cons et qui votent pour l’opposé de leurs convictions. Mais parce que c’est proposé par la droite, alors c’est forcément moins pire que la gauche. C’est vraiment ce qui nous prouve que les gens n’ont rien compris au clivage gauche/droite. Le summum étant quand la gauche a élu MITTERRAND et la droite CHIRAC…


© Le Parisien Essonne du 03 juin 2020 – Tous droits réservés



Petit questionnaire pour mes lecteurs sur la personnalité d’un bon maire

Chers lecteurs,

Je vous invite à répondre à ce questionnaire anonyme.

Si vous ne connaissez pas les personnes auxquelles il est fait référence, je vous invite à écrire simplement « non » pour pouvoir passer à la question suivante.

Il y a 14 questions, et il faut un peu moins de 5 minutes pour le faire.

Il devrait m’aider à capitaliser sur mes qualités et à corriger mes défauts, tout en m’inspirant de ce qui fonctionne chez les autres et en me permettant de m’éloigner de leurs travers.

Pour accéder au questionnaire, merci de cliquer sur le lien suivant :

https://www.survio.com/survey/d/X4A6J3C4Z9Q3S5T0N

D’avance, je vous remercie pour votre participation.

Olivier VAGNEUX



Affaire Céline ROUILLER-FORSANS : Olivier VAGNEUX est mis en examen pour des faits de diffamation

Je n’écris pas « inculpé » parce que les Français, qui ont une très mauvaise connaissance du droit comprenne ce terme comme celui qui est déjà condamné et qui part en prison.

Alors pas vraiment de surprise parce que la mise en examen est quasi-automatique dans les affaires de délits de presse.

Mais je suis quand même déçu parce que j’espérais bien échapper à ce statut pour celui plus protecteur, et surtout moins infamant, de « témoin assisté ».


J’arrive, et la juge d’instruction m’explique d’office pourquoi elle va me mettre en examen, ce qui signifie que la décision est déjà prise.

Or, c’est seulement à ce moment là que la juge d’instruction m’explique que comme je n’ai pas d’avocat, je ne pourrais pas répondre à ses questions.

Donc que je peux soit me taire soit faire une déclaration.

Et j’avais justement préparé une déclaration, qu’elle m’a proposée d’annexer directement au dossier, sans perdre de temps à ce que je la lui lise.


Dans ma déclaration, j’explique qu’il y a prescription de l’affaire.

Mais la juge me dit qu’elle va rendre un avis de fin d’information, sitôt que je serai parti, et renvoyer à la procureure qui conclura elle, s’il y a prescription.

Le tout aura duré moins d’un quart d’heure.

Je vais maintenant laisser passer les élections, puis nous verrons ce que nous ferons entre demande de démise en examen et requête en annulation.

Je lui ai demandé de pouvoir accéder au dossier de la procédure, et elle a cinq jours pour me la communiquer. Nous y verrons ensuite plus clair.


Bref, tout cela parce que j’ai soulevé en février 2019 de bonne foi que Céline ROUILLER-FORSANS cumulait son poste au CCAS et la gérance d’une société de parachutisme, parce que c’est ce qu’il ressortait des annonces légales en ligne.

Et la dame qui porte un correctif en avril 2019, selon lequel elle ne serait plus co-gérante depuis avril 2017. Et qui m’attaque en mai 2019 pour avoir écrit quelque chose qui était vrai, en tout cas déductible, au moment des faits.

Ce qui est dommage est qu’on soit obligé d’en passer d’abord par là, avec toute cette période pendant laquelle on peut penser que je suis coupable, alors que le Tribunal pourrait décider très rapidement de statuer sur cette question, et de reconnaître à la fois ma liberté d’expression, et d’autre part, le contexte qui me donnait raison à l’époque. À suivre !



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : pourquoi je pense que Jean-Marc DEFRÉMONT va perdre les élections

Lequel présupposé, au regard de mon autre article relativement à Alexis IZARD qui va se faire siphonner ses voix de droite par le candidat le mieux placé, suggère donc une réélection d’Éric MEHLHORN… À moins que je n’arrive à créer la surprise grâce aux abstentionnistes !!!

Je maintiens depuis le départ que le seul obstacle à MEHLHORN est une liste composite, conduite par une personne de droite. Exception faite de LaREM qui va concentrer toutes les colères à l’encontre du Gouvernement, et qui donc ne peut normalement pas passer.


Pendant la campagne municipale, Jean-Marc s’est longtemps vanté d’être la seule liste de gauche. Ce qui est faux parce que IZARD a un socle à gauche, FABRE était soutenu par des Saviniens de gauche, et CURATOLO a reçu les voix d’un électorat de gauche.

Il n’empêche que cette autre gauche n’a pas voté pour lui, et qu’elle ne votera pas plus pour lui (IZARD va conserver les siens tandis que ceux de FABRE et de CURATOLO, qui votaient pour des personnes, ne se déplaceront que minoritairement). Donc DEFRÉMONT a quasiment fait son plein de voix.

Il faut d’ailleurs observer que FABRE et CURATOLO ont fait leur plein de voix dans les quartiers. CURATOLO a fait 6 % à Grand-Vaux (contre 1 % sur le reste de Savigny) et FABRE y a fait 32 %. Tandis que IZARD est bien implanté sur les Prés-saint-Martin.

Donc hormis aux Rossays et aux Tilleuls, DEFRÉMONT est mal perçu dans les « quartiers » ; preuve étant que ses meilleurs scores sont sur le Plateau. Parce que l’électorat de Jean-Marc est globalement composé des bo-bos qui fréquentent l’AMAP et appellent « culture » leur appropriation des pratiques de tous ceux qui leur sont exotiques. C’est en tout cas ce que je trouve qu’il ressort de la programmation de la MJC, largement représentée sur cette liste.


En face, et je l’ai déjà écrit, les résultats du premier tour nous ont encore montré, comme en 2014, que l’équilibre politique de Savigny est toujours à 32 à gauche contre 68 à droite. En tout cas, 68 % des Saviniens votent au premier tour pour des personnalités marquées à droite, voire 74 % si l’on feint de croire que l’appartenance à l’UDI de David FABRE ait pu tromper quelqu’un.

Sur ces 68 % de droite, il y en a bien 40 % qui n’ont qu’une peur qui est celle que Savigny bascule à gauche, et qui se reporteront inévitablement sur le candidat de droite le mieux placé, c’est à dire MEHLHORN.

De son côté, IZARD va conserver son électorat populaire et clientéliste de gauche, voire récupérer celui de FABRE. Les quartiers ne soutiendront en tout cas pas majoritairement DEFRÉMONT, parce qu’ils n’en ont rien à faire de l’écologie.


De fait, Jean-Marc va plafonner autour de 31, notamment à cause de IZARD qui va l’empêcher de prendre plus, tandis que les reports de voix, devraient porter MEHLHORN autour de 34 %. Et donc DEFRÉMONT perdra à nouveau, comme il perd depuis 2006.


Reste le mythe de abstention, et des Saviniens qui se lèveraient en masse derrière la force que représente DEFRÉMONT, seul capable de battre MEHLHORN.

Et non seulement, cela n’arrivera pas, mais l’électorat de gauche qui a soutenu les autres candidats gaucho-compatibles ne se reportera pas sur Jean-Marc.