Brève de campagne : préférence nationale et préférence territoriale…

J’espère avoir au moins donné à réfléchir à cette personne… Cela s’est passé en trente secondes montre en main.

Je suis en train de tracter (distribuer des tracts) dans les rues de Savigny, et je suis interpellé par une personne qui n’apparaît pas me connaître.

Une personne curieuse qui veut juste savoir ce que je distribue. (Ce que je pense qu’elle n’aurait pas fait si j’étais un Bengali…)

Et la personne veut d’abord savoir quel est mon parti politique, en me précisant bien que jamais elle ne pourrait voter pour le Rassemblement national (RN), parce qu’elle est d’origine étrangère, et que le vilain RN pratique la préférence nationale.

Puis on en vient à parler de son métier, et elle me dit que c’est scandaleux parce qu’elle ne trouve pas de travail à Savigny. Et que la mairie préfère embaucher des gens qui n’habitent pas la commune. Et elle me demande ce que j’en pense.

Et je lui réponds qu’effectivement, à compétences égales, dans un contexte d’écologie, et pour permettre aux gens de travailler à côté de chez eux, je préfère l’embauche de Saviniens à Savigny, sauf que je ne peux pas l’écrire, parce que c’est illégal, parce que c’est de la préférence territoriale.

Et je finis juste avec une pique, que la personne ne me semble pas avoir trop mal prise, qu’on ne peut pas en même temps être contre la préférence nationale, mais pour la préférence territoriale…

Sans plus de commentaires, cette discussion est caractéristique d’une nouvelle sociologie, qu’il serait intéressant d’étudier plus avant.



Publicités

Opération colis de Noël à Fleury-Mérogis : merci au Secours catholique de l’Essonne de bien fraternellement enfoncer le couteau dans ma plaie !

Je rappelle rapidement les faits.

Je suis intervenu pendant près de 10 ans à la prison de Fleury-Mérogis avec l’aumônerie catholique puis avec le Secours catholique.

En février 2017, je suis devenu écrivain public jusqu’à avril 2019, où une semaine après avoir contesté la décision du ministre de l’Intérieur de ne pas me laisser accéder aux informations du Renseignement me concernant, l’administration pénitentiaire « découvre » que je suis journaliste (diplômé depuis novembre 2015), et me fout dehors pour une incompatibilité qui n’est pas prévue dans le code de procédure pénale…

Je conteste la décision de l’administration pénitentiaire au Tribunal administratif, et le service Justice-Prison du Secours catholique me met dehors.

Et ce 1er octobre, je reçois quand même une invitation à participer à l’opération de confection et de distribution des colis de Noël, ce que j’ai fait pendant dix ans.

Donc je demande si c’est une blague.

On me répond que c’est un envoi automatique, mais qu’on se renseigne.

Et enfin, on me dit que c’est préférable que je ne participe pas.

Je trouve cela terriblement maladroit.

J’ai aimé ce que j’ai pu faire à Fleury, et je l’ai fait sincèrement.

Je trouve que la décision de l’administration pénitentiaire est injuste.

Je trouve que le Secours catholique n’est pas sympa, de ne pas essayer de se mettre à ma place et de comprendre la mélancolie que je peux ressentir, mais juste de chercher à sauver leurs petits intérêts privés…

Pour en savoir plus sur mes déboires : ici et ici.




Savigny-sur-Orge : y aura-t-il encore des bulletins municipaux sous ce mandat ?

Nous voici arrivés à la mi-octobre, à l’issue d’une nouvelle période de plus de trois mois sans bulletins municipaux. Mais si effectivement, le Mag n°7 de cet été était le dernier de ce mandat ? Serait-il possible qu’il n’y ait plus de bulletins municipaux d’ici mars 2020 ?

À en croire ce qu’avait écrit le maire dans sa première Lettre du maire de la Ville de Savigny-sur-Orge, des contraintes légales liées à la réglementation de la communication des collectivités locales en période pré-électorale l’empêcheraient de continuer.

Cet argumentaire est en réalité complètement bidon car il découle d’une mauvaise interprétation de l’article L.52-1 du code électoral.

Dans tous les cas, il est désormais fort possible qu’il n’y ait plus de bulletins municipaux, sauf à ce qu’Éric MEHLHORN ait délibérément menti aux Saviniens dans sa première lettre…

À moins que le maire, sans reconnaître son erreur, continue de publier un bulletin, auquel cas nous lui demanderons pourquoi il n’a édité aucun magazine entre l’été 2014 et avril 2015 en justifiant une période de silence imposée par la loi

Dans les deux cas, il agira de manière préjudiciable, et il sera critiquable…  Si c’est pas malheureux de payer 30 000 euros par an un cabinet de conseil juridique qui n’est même pas capable de vous expliquer cela…




Bilan de la participation des Saviniens au projet de modification n°3 du PLU de Morangis

Les Saviniens s’intéressent à ce qui se passe à Morangis.

En effet, trois des quatorze observations du public au projet de modification n°3 du PLU (eh oui, des communes en sont déjà là !) ont été faites par des Saviniens.

Je vous propose de les retrouver ici, avec les réponses qui leur ont été apportées par la Commune, parfois complétées par des observations du commissaire enquêteur.

Tout en exprimant le regret que le commissaire enquêteur n’ait pas tenu compte de la plupart des remarques adressées contre le bétonnage.

Je trouve aussi qu’il exagère quand il écrit qu’il est trop tôt pour affirmer que l’activité agricole ne pourra pas fonctionner sur de si petites zones…

J’apprécie d’avoir été écouté, et entendu par la Commune, sur l’erreur graphique au niveau de leur plan.

Mais je déplore que dans l’avenue de l’armée Leclerc, on pourra construire à 11 mètres contre 10 à Savigny…