Rénovation urbaine de Grand-Vaux : cinq mensonges de la Ville de Savigny-sur-Orge !

En théorie, il existe un protocole de préfiguration de la rénovation urbaine. J’ai mis des mois à l’obtenir, mais je l’ai eu, non sans avoir aussi droit à une sarcastique remarque du délégué du Préfet, ce cher Yves BOUCHET : « Mais qu’est-ce que ça peut vous faire d’obtenir ce document ? ». Eh bien, voyez-vous, cher délégué, cela me permet d’observer que la Commune de Savigny envisage sa rénovation HORS de ce cadre LÉGAL de ce protocole !

On me connait comme étant un procédurier, et il n’y a pas de raison que ma réputation change. J’annonce dès maintenant que j’attaquerai la convention de financement de l’ANRU si le protocole de préfiguration n’est pas respecté. Et de déplorer que la Ville de Savigny n’ait personne qui possède un regard d’ensemble pour ne pas écrire de bêtises, même si vous savez aussi bien que moi que c’est voulu pour la municipalité pour atteindre d’autres objectifs !


1. Sur le nombre de logements sociaux rénovés

Dans les deux scenarii présentés, la tour rose et le bâtiment Monet sont préservés. Or, le protocole nous rappelle bien que la tour contient 61 logements tandis que la barre en contient 162. Si j’additionne 61 à 162, j’obtiens 223 logements sociaux à réhabiliter, et pas 180 !

==> Pourquoi un tel différentiel ? Pourquoi ne vont-ils plus refaire 43 logements ?


2. Sur la rénovation des logements non sociaux

Ceci est faux car les deux projets, pour ce qui en a été présenté, ne considèrent pas que le bâti soit dégradé ailleurs que là où ils ont prévu de démolir. Par ailleurs, si le protocole de préfiguration parle bien de copropriétés dégradées, il ne s’agit que du 2 rue Paul-Gauguin donc que d’une partie de la résidence… Et ouvrir au niveau du 10/12 ne changera rien !

  



3. Sur la densité de logement à Grand-Vaux

Celle-ci n’est actuellement pas à 57 logements à l’hectare mais à 81,5 !


4. Sur la nécessité d’urbaniser plus Grand-Vaux à cause du TTME

Le schéma directeur d’aménagement régional a bon dos lorsqu’il dit qu’il faut renforcer l’urbanisation des espaces situées à moins de 2 kilomètres des gares de X % par an ! En réalité, l’objectif est juste de faire diminuer la part de logement social à Grand-Vaux en construisant plus d’autres types de logements pour casser son image !

Dans le protocole :


5. Sur les vraies raisons de rebâtir entre 30 % et 40 % des logements sociaux détruits

Ce n’est pas un choix délibéré de la municipalité mais une obligation de la loi SRU qui s’applique lorsque le règlement général de l’ANRU ne peut pas être respecté à cause d’une carence de logements sociaux : il faut rebâtir 40 % de logements sociaux, dans une opération de plus de 12 logements ou de 800m² !

À partir de là, cela ne laisse qu’un maximum de 60 % de logements accessibles à la propriété. Sauf que si on ne détruit que 583 logements, on ne reconstruit que 350 logements en PLAI ! Donc il faut blinder le quartier pour avoir droit d’en reconstruire plus !

Avec 49 % de logements sociaux en 2017, le fait d’en démolir 583 et d’en reconstruire 233, à ajouter aux 223 préservés (Tour rose + Monet) ne laisse plus que 456 logements sociaux dans le quartier soit 27,4 %.

Mais en construisant 500 logements privés de plus, cette part passe à 21,1 % !

DONC SAVIGNY-SUR-ORGE qui prétendument veut atteindre 25 % de logements sociaux dans sa ville n’accepte déjà plus d’en avoir 25 % dans le seul quartier de Grand-Vaux !

Et donc on va s’attaquer à tous les quartiers de Savigny pour faire de la mixité sociale idéologique ; laquelle est déjà manifestement condamnée concernant Grand-Vaux…


Rappelez-vous, mes amis, que la municipalité n’a qu’un seul objectif : atteindre 40 000 habitants pour passer à la strate de population supérieure avec tous les avantages, et tous les inconvénients qui s’en suivent. Et juste de comparer la différence de bulletin de salaire entre un jeune directeur général des services d’une commune de moins de 40 000 habitants, et un vieux directeur général des services d’une commune de plus de 40 000 habitants ! Ça pousse !



Publicités

Rénovation de Grand-Vaux : le maire annonce un troisième et un quatrième scénario

A chaque public sa version de la rénovation. Ce mercredi 13 décembre 2017, le maire de Savigny-sur-Orge recevait des représentants des différents syndics de la copropriété de Grand-Vaux (à 18 h 30 en salle des mariages). Et face aux contestations des propriétaires, Eric MEHLHORN a annoncé un troisième et un quatrième scénario, plus respectueux de la propriété de l’association syndicale libre du Domaine de Grand-Vaux, mais toujours très discutable !

Plusieurs griefs étaient portés par les habitants : la nouvelle route dite des sables qui va causer des nuisances, les constructions sur les terrains de la copro qui nécessiteraient des expropriations, la destruction d’un certain nombre d’espaces verts, une sorte de chantage qui serait exercé sur les habitants en leur disant qu’ils n’auraient pas le droit aux subventions de l’ANAH (Agence nationale de l’Habitat) s’ils n’acceptaient pas l’ANRU ; qui du moins est perçu comme tel.

Donc le maire a rappelé que rien n’était fixé ; comme il avait aussi dit en Conseil municipal que l’atelier du 6 décembre était là pour décider des invariants. Que la route serait en fait un chemin (donc plus question de rejoindre Marc-Sangnier). Qu’ils vont faire moins de constructions sur la partie copro pour préserver les espaces verts (donc qu’ils vont les faire ailleurs) ; enfin, il a rétabli un semblant d’explications sur les subventions de l’ANRU et de l’ANAH.

Finalement, c’est donc à celui qui gueulera le plus fort qui risquera de se faire le mieux entendre. Et de déplorer les actions de pression qui ne manqueront pas d’avoir lieu de la part de chacun. Mais la réaction du maire n’est que pur électoralisme, en tant que la rénovation urbaine possède caractère d’utilité publique, donc autorise à exproprier les terrains pour faire ce que l’ANRU veut. Donc finalement, ils ne font que rechercher une solution négociée et amiable…

L’État est vraiment impuissant et spectateur en tant qu’il laisse tout dire. Et personne ne semble poser la question de la cohérence. Pour avoir leurs 500 logements supplémentaires, ils vont donc devoir densifier l’actuelle partie locataires, donc concentrer la population, donc finalement recréer un ghetto par souci de massification de l’habitat. Imbéciles rénovateurs qui justifient la construction supplémentaire en écrivant qu’il y a 57 logements par hectare quand le protocole dit 81,5…



Que retenir du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du 14 décembre 2017 ?

Ce que je retiens personnellement.

– Jacques PATAUT qui est officiellement remplacé le jour où on apprend que son budget 2015 est annulé par la Justice administrative. L’ironie du destin !

– Raymond GUILLARD qui ne sait même pas lire les prénoms. Ça promet !

– Franck BOUZIN encore absent… Un élu qu’on ne voit plus depuis presque un an ; le jour où il a menacé physiquement David FABRE parce que opposant politique…

– Quelqu’un a vu le FN ? Chic, on va finir plus tôt !

– Les délibérations 7 et 17 sont retirées de l’ordre du jour. Bonjour l’amateurisme ! Donc le chien, on s’en fout, et les inondations aussi !

– Valérie RAGOT qui arrive. En tant qu’ancienne directrice de cabinet de Georges TRON, savait-elle quoi que ce soit sur les affaires jugées aux assises ? A-t-elle été auditionnée ?

– MEHLHORN aurait vraiment mieux fait de la fermer sur ANRU +…

– Un accord-cadre avec Suez augmente sensiblement les tarifs d’entretien des bouches à incendie. Le conseiller municipal d’opposition DEFRÉMONT demande pourquoi ça augmente autant. MEHLHORN répond qu’on a installé de nouvelles bouches, et donne un seul exemple. Un ne fait pas plusieurs…

– MEHLHORN qui critiquait SPICHER parce qu’elle laissait des emplois budgétés non pourvus, mais il ne vaut pas mieux qu’elle.

– BÉNÉTEAU (adjoint aux Finances) est aux ordres du trésorier payeur général ; si c’est pas malheureux…

– En fait, quand MEHLHORN parle du RIFSEEP, il avoue que la Ville est en infraction ?

– Ça veut dire quoi « homogénéiser les primes » ? C’est légal ?

– Qui siège au comité technique de Savigny ? À ma connaissance, beaucoup trop d’amis du maire ; planqués et soumis.

– Picard qui veut être ouvert le dimanche ; c’est bien connu que les surgelés ne peuvent pas attendre un jour de plus sinon ils s’abiment.

– BÉNÉTEAU qui est tout fier de renégocier un emprunt en 2017 ; il aurait aussi pu le faire en 2014. Il dit qu’on va gagner 30 000 € mais comme on en perd 14 000 € en même temps ; en fait, on n’y gagne que 16 000 €

– Quand tu provisionnes 640 000 € pour vendre la Savinière, et qu’au final, tu vas te retrouver avec 315 000 €, donc même pas la moitié du prix estimé, c’est juste que tu es incompétent !

– Éva SAS ne serait-elle pas en train de nous faire une SPICHER ? (ne plus venir)

– BÉNÉTEAU qui met tout sur le dos de PATAUT… Ce mec est insupportable.

– Le chantage de BÉNÉTEAU : parce qu’on fait un truc bien dans notre gestion, alors vous devez accepter toutes nos autres merdes.

– Ils vont entamer une « nouvelle phase de réflexion » avec une « commission élargie ». Respect pour ce travail !

– L’avantage de voter le budget le 08 février, c’est qu’ils pourront minimiser les résultats 2017, et faire semblant de trouver de l’argent en cours d’année pour le budget supplémentaire.

– C’est moi ou Daniel JAUGEAS s’est endormi ? Ou il s’est mis à la méditation ?

– Les bases locatives qui augmentent de 1 % ; c’est pas bon pour l’électorat !

– En 2018, ils en sont à leur deuxième candidature au FSIL. Donc élus en 2014, ils ont commencé à candidater en 2017. Les champions !

– Ce moment où MEHLHORN s’en va réparer la climatisation…

– C’est bien de jouer avec les quotients familiaux, mais ce serait bien aussi de réduire les écarts entre les différentes tranches…

– Quand MEHLHORN dit qu’il peut supprimer des postes de gens qui partent à la retraite, ça veut pas dire qu’en fait, ces gens là servaient à rien ou étaient payés à rien faire ?

– Quelqu’un a des nouvelles de la concertation sur les rythmes scolaires ?

– MEHLHORN qui se vante de donner plus de 500 000 € aux associations en 2018. Comme il était à 483 000 € en 2017, c’est qu’il va trouver 20 000 € de plus. Waouh !

– MEHLHORN qui pleure parce qu’il peut plus refaire sa voirie. Fallait pas la déléguer au GOSB. Y avait moyen de la récupérer. Puis alors maintenant, qu’elle est d’intérêt territorial…

– 4 millions € d’emprunt en 2018 ! Donc 1 million d’endettement en plus… Elle sera à 33,7 M € en 2018 ; c’était bien la peine de tout casser, et d’augmenter les impôts pour passer de 38 à 34… Mais comme dirait BÉNÉTEAU, c’est pour avoir de l’autofinancement, et que les banques puissent nous prêter…

– en 2018, 874 € de dette par habitant. Rappelez-moi à combien on était en 2008… Et au fait, MEHLHORN n’a-t-il pas voté les budgets entre 2008 et 2010 ?

– Cet élu est un bon toutou de MEHLHORN. J’espère qu’il ne va pas oublier de le sortir !

– MARSAUDON qui nous a emprunté 4,3 millions € dix-huit jours avant sa mort… Pour quoi faire ?

– Les licenciements de la Savinière auront coûté 1 million en 2017 et 700 000 en 2018.

– En réalité, les recettes générées par les services municipaux ont diminué tandis que seuls ceux de la fiscalité ont vraiment augmenté…

– SÉNICOURT (PS) pourrait presque être bon s’il apprenait à conclure ses interventions.

– La dotation globale de fonctionnement de Savigny représente 1 point de plus en pourcentage que ce qu’elle rapporte aux villes comparables.

– MEHLHORN est-il capable de répondre à une seule question ?

– Arrêtez tout ! On peut capturer un Porygon dans la salle du Conseil municipal… Pokémon Go !

– 700 000 € pour le cadre de vie ; mais combien pour les plaques ? Le texte des noms de rues y est vraiment petit…

– Est-ce que c’est vrai qu’il y a un différentiel entre le PPI de 2017 et les chiffres donnés pour 2018 ? C’est juste BÉNÉTEAU qui n’avait pas fini sa copie à temps, donc qui a fait envoyer des conneries, mais tant que son powerpoint est bon…

– Rappelons qu’on a perdu 264 000 € dans la cession/rétrocession de la compétence Propreté urbaine. Des méchantes langues diront que c’est la faute de Juvisy qui a fait revoir les charges en sa faveur…

– Quand MEHLHORN dit qu’il négocie 1580 heures par an pour les agents avec les syndicats, c’est donc qu’on est au dessus des 1607 jusque-là ?

– Pourquoi présentent-ils des plans pluriannuels d’investissement mais pas des plans pluriannuels de fonctionnement ?

– PINON-CHEVALLIER, FROGER et GUILLARD (élus de la majorité) qui ne font pas la différence entre un ROB (rapport d’orientation budgétaire) et un DOB (débat d’orientation budgétaire) donc en fait ne savent pas ce qu’ils font là…

– BÉNÉTEAU reste malgré tout assez confus. La Savinière serait trop isolée…

– Pauvre Mathieu FLOWER. Il a vraiment l’air de s’emmerder…

– Ils auraient pu mettre une photo des bus propres…

– Au final, l’intervention de FABRE se limite à avoir tapé sur DEFRÉMONT…

– S’ils ne donnent pas de chiffres à l’opposition, comment veulent-ils un débat ?

– Et sinon, ça va être quoi la programmation de Joëlle EUGÈNE ? J’espère qu’elle ne va pas nous faire comme en conférence où elle récite la fiche Wikipédia avant de donner la parole à l’intervenant…

– Au moment du vote de la délibération du recensement, j’ai des doutes qu’ils sachent ce qu’ils ont voté.

– Des réunions de quartier, MEHLHORN en a retenu trois thèmes : faire de la propreté, de la sécurité et faciliter les déplacements. Ok, rien pour le reste !

– BLANCHAUD progresse mais manque encore de punch.

– Quand MEHLHORN lit une réponse, et prend un ton niais, il est aussi ridicule qu’Anne-Marie GÉRARD qui veut faire « scolaire ».

– Pauvre MEHLHORN qui n’arrive pas à lire les noms des communes…

– MEHLHORN qui se contredit, donc ne comprend pas ce qu’il dit. L’atelier de Grand-Vaux du 6 décembre devait permettre de fixer les invariants, présentés le 6 décembre…

– Deux scenarii ? Mais pourquoi MEHLHORN en a-t-il promis deux de plus à la réunion du 13 décembre avec les syndics de la copropriété ?

– MEHLHORN qui veut défendre l’hôpital de Juvisy. Monsieur catastrophe ferait mieux de se renseigner de savoir ce qu’est un CCSU avant d’aller compliquer la situation en faisant croire qu’il a compris…



Savigny-sur-Orge : la Justice administrative annule le budget primitif 2015

C’est une grande victoire pour le collectif Sauvons l’enfance de Savigny ! Les budgets primitifs 2015 (et la fixation des taux de fiscalité communale) de la Ville de Savigny-sur-Orge sont annulés par le Tribunal administratif de Versailles en première instance en tant qu’il y a eu un défaut d’information de la tenue du Conseil municipal du 13 avril 2015. Nul doute cependant que la Ville devrait faire appel de la décision de Justice !

Peut-être que MEHLHORN va donc arrêter de tous nous prendre pour des cons, et de faire croire qu’il est le seul Français pour qui la Poste met systématiquement cinq jours à envoyer tous les dossiers des conseils municipaux. De la même manière, peut-être va-t-il aussi cesser d’expédier des dossiers incomplets aux conseillers municipaux ; généralement parce que le travail n’est pas achevé cinq jours francs avant la date de tenue du Conseil municipal !

L’annulation du budget primitif 2015 va permettre de poursuivre la contestation d’un certain nombre des délibérations prises lors de la séance à huis clos du 17 juin 2015. Elles font aussi perdre leur légalité à un certain nombre de décisions de fermeture de services publics, et il faut espérer que les agents licenciés profitent de cela pour obtenir des dédommagements. Rappelons que la Ville ne s’était pas très humainement comporté avec eux à ce moment-là !