Y a-t-il conflit d’intérêts dans l’organisation de la brocante mensuelle de la halle Ferry ? (Savigny-sur-Orge)

Attention, je vais oser une hypothèse que certains ne manqueront pas de considérer comme diffamante à l’encontre du maire de Savigny. Maître Matthieu HENON, si vous me lisez… Ou plutôt la personne du cabinet du maire qui serait payé pour me lire et ensuite me dénoncer au conseil du maire !

Après tout, ne suis-je pas celui qui écrit sur ce blog « qu’Éric MEHLHORN est un nazi dont je souhaite la mort » ? (propos ironique en référence à ce qu’à dit cet avocat du maire lors de sa plaidoirie). Dans tous les cas, je suis un mauvais garçon (bad boy) parce que condamné en première instance, mais je n’ai malheureusement pas plus de succès auprès des femmes…

Bref, je m’interroge aujourd’hui quant au fait que la halle Ferry (marché du Plateau) accueille une unique animation commerciale (vu les actes administratifs portées à la connaissance du public au 13 juin 2017), qui, comme par hasard, échoit à un ami du maire.

Du moins, Facebook nous apprend qu’ils se tutoient, et en recherchant le profil de M. PÉNICHOST, dont une salle porte l’homonymie à Athis-Mons, on s’aperçoit qu’il connaît, parce qu’est ami Facebook avec, la plupart des militants LR de la circonscription, mais pas que…

Il y a quelques mois, le Conseil municipal s’est prononcé favorablement à la location de la halle Ferry pour y tenir des animations commerciales. C’est toujours un peu plus efficace que des affiches pour dire que le commerce local, c’est plus plus, donc qu’il faut y aller.

Mais c’est vrai que cette délibération était étrange. Dans tous les cas, elle actait que MEHLHORN renonçait à revitaliser le commerce, et faisait le choix de le diversifier.

Aujourd’hui, comme hier, je me demande, au risque de passer pour un diffamateur professionnel, si cette délibération n’a pas été votée, pour favoriser les affaires de M. PÉNICHOST, et pourquoi pas peut-être, sur sa suggestion, par exemple lors de ce fameux rendez-vous non validé par le cabinet, même si la demande de rendez-vous de Facebook date de plus d’un an, et que je ne sais pas pourquoi elle était !

Je ne sais pas si cette brocante mensuelle a du succès, malgré tous les efforts de communication de Marie-Lucie CHOISNARD, vous savez, celle qui prétend travailler 50 heures par semaine pour la Ville, mais sous le mandat de laquelle il y a deux fois moins d’animation que sous SPICHER, l’ancienne maire.

Mais je pense, vu les photos encore présentes sur Facebook (qu’est-ce qu’on ne ferait pas sans les réseaux sociaux ?), que l’organisateur doit rentrer dans ses frais, parce qu’effectivement, il y a pas mal de stands. De là à dire qu’il fasse du bénéfice, peut-être est-ce attendu ?

Ou peut-être que ce sera un bide, qui va coûter à la société de M. PÉNICHOST, et qu’il va arrêter ce contrat passé à titre précaire avant décembre ou en décembre ?

Conclusion, je me pose des questions, et je vous invite à vous en poser aussi.

Tant mieux que M. PÉNICHOST contribue à l’animation de Savigny. Mais ces mêmes animations ne doivent pas être l’occasion pour les amis du maire de s’enrichir à nos dépends, parce que l’autorisation d’organisation leur a été accordé par notre majorité municipale. Dans ce cas, il y aurait, selon moi, un conflit d’intérêts !



Sur le compte administratif (Ville) 2016 de Savigny-sur-Orge

Je voudrais ici revenir sur quelques éléments qui ressortent du compte administratif et qui prouvent la profonde idéologie mortifère de l’équipe d’Éric MEHLHORN au premier rang de laquelle la malhonnêteté intellectuelle de Sébastien BÉNÉTEAU, maire-adjoint aux Finances. Je terminerai par une réflexion politique sur le positionnement politique de la droite contemporaine et son étrange conception des Finances.

Rassurez-vous donc, la ville est désormais « en bonne santé financière », ce pourquoi, je vous l’écris dès maintenant, avec une régularité fixe, après 2010, puis 2016, c’est en 2022 qu’on réaugmentera vos impôts ! Et tous les six ans, vous vous prendrez une hausse de fiscalité ! Et ceci, tant qu’on ne créera pas des marges en mutualisant avec l’intercommunalité ou qu’on investira pas dans des domaines qui créent des bénéfices, mais qu’on continuera de rénover le patrimoine existant, sans d’ailleurs chercher à le rentabiliser.

Juste un exemple : un kilomètre roulé par un véhicule de la régie des transports coûte 8,17 €. Combien de temps est-ce qu’on va accepter cela ? Mais comme il y a un peu de progrès, alors l’opposition se tait voire applaudit…


Commençons par quelques éléments factuels que j’arrondis dans un souci de simplification :

Le budget de la Ville de Savigny s’élève à environ 56 millions € dont 6,5 millions qui ne font que transiter pour l’agglomération.

Le compte administratif Ville pour l’exercice 2016 connaît un résultat brut cumulé de 1,188 million €, composé de 1,55 million € d’excédent en section de fonctionnement et de 366 000 € de déficit en section d’investissement.

Si l’on reporte l’argent qu’il restait de l’année précédente (2015) ; celle de la fermeture de la crèche familiale, de la Savinière, de l’arrêt de Sports vacances, de la division des subventions aux associations, on rajoute 916 000 € en fonctionnement et 506 000 € en investissement.

Aussi obtient-on une section de fonctionnement de 2 474 000 €, et une section d’investissement positive de 140 000 €.

Mais si on retire les restes à réaliser (projets budgétés mais non réalisés donc il reste l’argent qu’on avait prévu pour), il reste en cumulé net (fonctionnement + investissement) 505 000 €.

Et 177 000 € d’autofinancement net si l’on ne garde que l’excédent de fonctionnement, réinjectable en investissement.


Fort de ce résultat de 177 000 €, notre maire-adjoint aux Finances insiste lourdement sur le fait que seules les fermetures de services publics et les hausses d’impôts locaux pouvaient permettre un résultat positif.

Il ose même prétendre qu’avec 177 000 € de marges, sa solution de gestion était la seule viable. S’il fallait agir (nous allons y revenir), mais que nous arrivons à 177 000 € de marges annuelles, alors il était quand même possible de procéder autrement, ne serait-ce que légèrement.

Sébastien BÉNÉTEAU prend alors à partie l’opposition en lui demandant de choisir une de ses trois hypothèses de gestion présentées sur son diaporama. Comme si le monde de Sébastien BÉNÉTEAU se limitait à trois possibilités, et qu’il n’existait aucun autre compromis possible. Cette rigidité n’est pas digne d’un Conseil municipal.

Encore un grand moment de pathos lorsque la majorité municipale s’étonne qu’il y ait des baisses de dotations (1,8 million € en moins en 2016 dont 960 000 € de Dotation globale de fonctionnement). Pourtant, ils le savaient puisqu’ils l’avaient écrit dans leur programme ! (Enfin, on leur avait écrit)


On découvre enfin que la Ville n’a pas réalisé d’emprunt en 2016 !!!

Elle avait pourtant inscrit 2,230 millions € d’emprunt dans son budget primitif 2016, progressivement réduit au moins de 800 000 € dans la première décision modificative.

C’est absurde car les taux d’intérêts des emprunts restent très bas ces dernières années !

Mais on a remboursé 2,9 millions € de dette, soit 6 millions depuis le début du mandat.

Question : Qu’est-ce que ça change dans nos vies ? Vit-on mieux avec moins de dette ?

Oui, selon la majorité municipale, qui argue constamment qu’on va être mis sous tutelle ou qu’on va perdre nos banques qui ne voudront plus nous financer (politique de la terreur !)

Pourtant, même dans les villes les plus endettées de Seine-saint-Denis, l’État, non sans augmenter les impôts des habitants, invente des dotations exceptionnelles ! C’est comme croire que la France peut faire banqueroute ; le système financier ne peut l’abandonner. Mais ça ne doit pas être une raison pour refuser les réformes.


Grand moment de malhonnêteté de notre adjoint : pour la première fois, les charges de personnels représenteraient moins de 50 % du total du budget.

Or, comme essaie de l’expliquer de manière récurrente mais incompréhensible, le conseiller municipal d’opposition (PS) Jacques SÉNICOURT, c’est faux.

Parce que BÉNÉTEAU fait son calcul avec un budget de 56 millions € intégrant les 6,5 millions destinés à la CALPE, ce qui lui donne un ratio beaucoup plus intéressant que sur un budget de 49,5 millions €. CQFD

Ce à quoi BÉNÉTEAU dans sa malhonnêteté, répond en citant le montant brut des charges de personnel dans d’autres collectivités de 20 000 à 50 000 habitants. Cela ne veut rien dire en soi ; quels sont les budgets de ces collectivités comparées ? C’est le pourcentage qu’on peut comparer !


Depuis trois ans, la mécanique municipale est rodée : on sous-estime volontairement les recettes, on sur-estime les dépenses, on désendette en limitant l’emprunt sans trop investir au service de la population, et puis à la fin, il reste de l’argent qu’on provisionne (garde en réserve mais inscrit au budget) d’une année sur l’autre.

Je ne comprends pas que personne ne remette en cause l’absurdité de la comptabilité M14 !


Comme à chaque conseil qui traite des Finances, Jacques PATAUT, ancien maire adjoint aux Finances s’abstient bien de tout commentaire…

BÉNÉTEAU se plaint que l’assurance n’ait remboursé que 52,74 % des travaux liés aux inondations. Tu n’as qu’à revoir la police d’assurance de la Ville…

Soi disant que si la Ville va mieux financièrement, c’est aussi grâce à de nouveaux logiciels et à l’embauche d’une nouvelle responsable des marchés publics (selon MEHLHORN qui fait un bel aveu de son impuissance).

Propos intéressant enfin qui montre les limites du raisonnement mehlhornien : Savigny est une ville attractive parce que les montants totaux des droits de mutation ont augmenté. Sauf que comme leur part ont été augmenté, il y a moins de ventes immobilières, mais qui rapportent plus d’une fait d’une surimposition…

Il faut enfin intéressant d’entendre de la bouche d’Éric MEHLHORN l’aveu de l’échec d’une intégration à l’intercommunalité, car nous connaissons pourtant les vrais coupables.D’une part, les élus de la majorité UMP de Savigny qui sont arrivés à la CALPE les mains dans les poches sans volonté de mutualiser outre-mesure. Ensuite, Robin RÉDA qui était alors président de la CALPE et qui n’a rien fait pour Savigny. Le même que MEHLHORN a soutenu pour qu’il soit notre député, et continue certainement de nous mépriser comme il fait depuis trois ans…



ENCADRÉ : Enfin, quelques éléments de réflexion politique et économique

La majorité municipale de Savigny appartient à cette fausse droite contemporaine, qui place l’économie au centre de son action politique, tout en ayant abandonné par ailleurs et par lâcheté ce qui faisait sa véritable identité, notamment le social et le sociétal.

Il convient juste de rappeler que, malgré tout ce qu’on apprend à l’école sur le Front populaire, c’est DE GAULLE (la droite !), peut-être sous l’influence de ministres socialo-communistes mais DE GAULLE n’était pas homme à se laisser dicter ses choix, qui a réalisé les plus grandes réformes sociales du XXe siècle. On pense à la Sécurité sociale, mais je renvoie sur ce lien pour connaître le détail de tout ce qui a été fait à ce moment.

Bref, nous avons une droite qui ne veut pas faire de social (parce que c’est soi disant de gauche), mais qui est une brèle en économie, et particulièrement en capitalisme et en libéralisme, dont elle se réclame pourtant être la championne !

Je ne comprends pas, vu la faiblesse des taux, que BÉNÉTEAU ne veuille pas emprunter plus (emprunter tout court en 2016), tandis qu’il se servirait alors de l’intégralité des sommes de la section d’investissement pour désendetter la Ville. Ce faisant, il emprunterait à bas prix et casserait nos emprunts à trop bon prix !

Je rappelle que la moyenne de nos emprunts est à 2,94 % d’intérêts, quand la moyenne des emprunts prêtés en 2015 aux collectivités de 20 000 à 50 000 habitants était de 1,84 % !

Mais en réalité, la droite vise de faire comme RÉDA est de dire en 2020 : Votez pour nous, parce que sous ce mandat, nous avons diminué la dette de X millions ou de X %. (On prendra alors le chiffre le plus symbolique).

Je rappelle que BÉNÉTEAU a signé un acte de renoncement à faire valoir nos droits sur nos (anciennement) 16 millions € d’emprunts toxiques, alors que comme les autres, nous nous sommes faits tromper !

Si donc vous croyez que c’est ça la droite, vous n’avez rien compris à la politique, à l’économie, et vous êtes très bien avec MEHLHORN !



La France de Ya Fouei en neuf dessins

Pour lutter contre les discriminations et les préjugés à l’encontre des personnes d’origine étrangères, l’association athégienne Ya Fouei propose notamment une exposition itinérante intitulée « Halte aux préjugés sur les migrations ». Je vous propose d’en commenter les illustrations, toutes plus caricaturales les unes que les autres. Je trouve quand même paradoxal de combattre l’intolérance par une plus grande intolérance encore !

J’ai 25 ans, et malheur pour moi, je suis blanc, chrétien pratiquant, de droite politiquement, et Français de par le sang et par le sol, même capable de prouver la nationalité française de mes 16 arrière-arrière-grands-parents (je ne peux pas remonter plus ; ou alors peut-être qu’en fait je ne veux pas par peur de découvrir qui sait…). Bref, je suis un fachô, comme apparemment tous les personnages de ces dessins, qui sont tous blancs (devenir Français doit donc rendre blanc), xénophobes et vraiment stupides, toujours en tort moralement.

Je consacrerai un ou deux autres articles à cette exposition. J’ai pris ici tous les dessins des huit panneaux présents. J’ai effacé tous les textes autour qui pouvaient en distraire la lecture, mais que vous retrouverez dans les autres articles à venir. Tous les dessins sont signés « CR », et je me permets de les réutiliser dans le cadre de cet article relevant de la liberté d’expression d’une exposition présentée publiquement. Je n’ai pas de passif avec l’association Ya Fouei, mais je suis dérangé par ces dessins.


==> La nationalité de papier est-elle une nationalité de cœur ? Je n’arrive pas à savoir si la femme est française ou italienne ; toujours est-il qu’elle se balade avec un drapeau sur son vêtement. On remarquera que l’homme assis à côté d’elle porte un vêtement traditionnel algérien (le chapeau tout du moins), n’est pas sûr d’être un immigré (« peut-être ») et que même s’il est Français depuis deux fois plus longtemps que l’autre personne, sa vie en France ne lui a pas permis de changer son accent… Naturellement, la conversation sous l’abribus indique que c’est la blanche qui a commencé par une réflexion, à priori raciste.


==> Vilain Skinhead reconverti dans l’administration, dont le visage montre qu’il n’aime pas les migrants et cherche un prétexte pour le chasser. En face de lui, un homme encore jeune, issu de l’immigration, donc n’ayant toujours vécu que sous la décolonisation, qui cite ironiquement un cliché récurrent de la colonisation. À moins qu’il pense réellement que ses ancêtres étaient gaulois, comme les colonisateurs ont tenté de le faire croire dans une optique d’unification politique par l’Histoire, ce qui ne trompait personne… Bref, avoir été colonisé par un pays vous encourage à aller dans ce pays. Moralité : tous à Rome !


==>  Vilain blanc qui refuse du travail à une personne de couleur de peau noire (et en plus jolie) à cause de ses origines qu’il n’avait pas détectées au téléphone. Son sourire gêné trahit sa stupidité. Dans une autre réalité, c’est l’État qui essaie de faire travailler certaines personnes…


==> Vilaine employée blanche d’administration, appliquant des lois votées par de méchants blancs qui complexifient les procédures et rallongent les délais pour ralentir l’immigration. Dans la réalité, le guichet aurait été fermé car la Préfecture, comme la plupart des autres structures recevant des personnes en démarches d’asile ou de naturalisations, ferment à 16 h 00.


==> Vilain blanc alcoolique et donneur de leçons (doigt levé), probablement électeur du Front national, qui n’a en plus aucune répartie face à son interlocuteur, à qui il pourrait (ce qu’il ferait si la bulle suivante existait) reprocher alors, face à la réponse naturellement intelligente de son interlocuteur, de voler le travail des Français, sous entendus des blancs.


==> Vilain chef de chantier blanc (peut-être portugais ; je ne connais personnellement aucun chef de chantier français) qui exploite des clandestins. Peut-être les loge-t-il aussi dans des conditions insalubres en ayant confisqué leurs papiers de leurs pays d’origine ? À Savigny, il y a des gens qui vivent comme cela, principalement des Capverdiens. En cela, l’immigration arrange bien parce qu’elle fournit effectivement ces « travailleurs idéaux ».


==> Vilain blanc friqué et habillé en Lacoste qui assimile la délinquance à la teinte de la peau. Bénévole à la prison de Fleury-Mérogis, je rencontre et j’aide malgré cela une majorité de personnes détenues d’origine étrangère, ce qui ne signifie pas au delà de la réalité des incarcérations françaises, que tous les étrangers sont des délinquants. Donc pour écrire franchement, où je vais et sans connaître les statistiques, je vois en prison plus de personnes de couleur de peau noire ou issue de l’immigration arabo-musulmane, souvent de double-nationalité, que de Français blancs.


==> Gentille immigrée soit d’origine islamique (prénom Fatima) et dans ce cas non voilée, soit d’origine portugaise / capverdienne, qui fait les courses et rend les services à la vieille dame blanche abandonnée par sa famille, qui se réjouit de l’immigration, seules visites pour elle.


==> Con cocardier et xénophobe, partisan de Donald TRUMP, qui veut construire un mur autour de la France. On lui rappellera que les Francs sont des Bataves donc qu’ils ne sont pas des Gaulois de souche. Fort de ce constat, notre homme se résoudra alors à accueillir toutes les immigrations, parce que nous sommes dans l’excès en permanence (soit aucun immigré, soit tout plein).


Je ne nie pas l’existence des comportements représentés ici. Mais je ne pense pas qu’ils soient majoritaires en France. Par ailleurs, parce que la France intègre, il n’y a pas que des blancs dans les administrations, et la proportion de cons est certainement la même dans tous les pays.

On peut et on doit reconnaître quand c’est vrai que l’immigration a du bon ; mais on doit aussi dire qu’elle a du mauvais, et arrêter cet angélisme manichéen. D’autant qu’aujourd’hui, ceux qui veulent fermer les frontières ne sont pas, et de moins en moins, que ces blancs, Français depuis plusieurs générations !

Moi, Français blanc, je me sens insulté par cette exposition, et j’aurais aimé voir plus de personnes issues de l’immigration récente lors de la présentation de cette exposition consacrée aux migrations !

Des migrants, j’en rencontre dans mon travail, mes activités bénévoles et dans d’autres cadres, et très souvent, ce sont quand même les vilains blancs qui sont au service des migrants, sans que ceux-ci ne se mettent ensuite au service des autres.

Certes, ils ne le peuvent pas forcément, mais c’est tout autant honteux d’accueillir des gens et puis de les traiter comme des merdes ensuite. Ce pourquoi je redis que je suis favorable à limiter l’immigration, à intervenir militairement (droit d’ingérence) dans les différents pays pour y forcer à l’existence de pays libres, et surtout à développer l’économie de ces lieux. C’est pourquoi, je finance par exemple du micro-crédit en Afrique.

Et toi, lecteur bienpensant à qui mon article aura déplu, que fais-tu réellement pour les migrants ? Moi, je commence par ne pas leur mentir.



Des enjeux du Conseil métropolitain (Métropole du Grand Paris) du 23 juin 2017

La prochaine séance publique de la Métropole du Grand-Paris aura lieu ce vendredi 23 juin 2017 à 9 h 00 à l’hémicycle du Conseil régional d’Île-de-France. Au programme, le rapport d’activité de la MGP pour sa première année, le lancement du SCOT et le budget supplémentaire, avec un volet Finances conséquent.

J’ai mis en gras les points qui me semblent importants, voire je les ai commentés juste après. Je rappelle que je n’ai pas accès aux notes de synthèse parce que la MGP ne les communique pas.


I. Approbation du procès-verbal de la séance du 28 avril 2017

II. Compte-rendu de délégations d’attributions du Conseil de la Métropole du Grand Paris données au Bureau et au président, en application de l’article L. 5211-10 du CGCT


III. Ordre du jour – Délibérations


ADMINISTRATION

1. Rapport d’activité annuel de la Métropole du Grand Paris pour 2016

==> Intéressant pour justifier de son activité.

2. Désignation des représentants de la Métropole au sein des conseils de surveillance des établissements publics de santé

3. Désignation du représentant de la Métropole au sein de l’Observatoire régional du foncier (ORF) en Île-de-France

4. Désignation du représentant de la Métropole au sein de l’association Paris initiative entreprendre (PIE)


DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

5. Approbation du règlement intérieur du Conseil de développement (CODEV) de la Métropole

==> Un peu étrange que cette structure ne soit pas souveraine quant à l’approbation de son règlement intérieur. Ce faisant, elle perd l’indépendance qu’elle n’a jamais eu.


AMÉNAGEMENT

6. Lancement du Schéma de cohérence territorial (SCOT) métropolitain

7. Avis de la Métropole sur le projet de décret modifiant le décret n°007-785 du 10 mai 2007 portant création de l’Établissement public d’aménagement Orly Rungis Seine Amont (EPA ORSA)

8. Franchissement urbain de Pleyel : approbation du protocole de financement des études

==> À quelle hauteur la MGP contribue-t-elle ?


ENVIRONNEMENT

9. Convention de partenariat avec l’ARENE Île-de-France dans le cadre de l’élaboration du Plan climat air énergie métropolitain

10. Participation de la Métropole du Grand Paris à la création de l’observatoire mondial des villes pour la qualité de l’air (GUAPO)

11. Avis de la Métropole du Grand Paris sur le Plan de protection de l’atmosphère

==> Vraiment, le genre de sujets qu’on ne sait pas à quel organisme confier.


FINANCES

12. Avenant n°1 à la convention de mutualisation avec la Ville de Paris

13. Affectation du résultat 2016

14. Budget supplémentaire au titre de l’année 2017


RESSOURCES HUMAINES

15. Modification du tableau des emplois

==> Des embauches, ou des requalifications ?

16. Recrutement d’étudiants sous contrat d’apprentissage

==> Avec la limite défendue par la gauche qu’ils ne doivent pas faire le travail de salariés à temps complet et que la MGP ne doit pas fonctionner avec un quota d’apprentis

17. Modification de la délibération relative aux indemnités des élus de la métropole du Grand Paris : suppression de la référence à l’indice 1015

==> remplacé par l’indice 1022

18. Remboursement de l’abonnement Velib’ aux agents métropolitains

19. Mandat spécial au vice-président délégué au suivi des politiques territoriales de l’habitat, à la vice-présidente déléguée à l’amélioration du parc immobilier bâti, à la réhabilitation et résorption de l’habitat insalubre, au vice-président délégué à l’habitat et à la mixité et au conseiller métropolitain délégué à la politique du logement.

20. Mandats spéciaux au président et au vice-président délégué au développement sportif


COMMUNICATION

Pré-diagnostic du plan climat air énergie métropolitain (PCAEM)


QUESTIONS DIVERSES