Savigny-sur-Orge : que devient la réunion publique de présentation du budget du 21 mars 2019 ?

Ah, si MEHLHORN était un peu malin, il transformerait sa fameuse réunion publique de présentation du budget, qui est en fait une réunion d’information de choix déjà décidés depuis des mois, en réunion participative d’élaboration du budget municipal, et il la ferait juste avant le vote du budget par le Conseil municipal !

Il donnerait la parole aux habitants sur le budget, avec des complices dans la salle qui évoqueraient les thèmes porteurs (déjà évoqués lors de ses vœux et dans le bulletin municipal de janvier) : un tel qui veut plus de budget nettoiement, un autre qui voudrait un budget participatif.

Et puis comme par hasard, on retrouverait dans le projet de budget de la municipalité un plus gros budget Propreté urbaine, et la mise en place d’un budget participatif de 100 000 euros ! Et ce serait grâce aux habitants qui auraient participé, et n’auraient pas seulement été informés !


Lors du conseil municipal du 21 février 2019, reporté parce que MEHLHORN signe n’importe quoi sans lire les documents qui lui sont soumis et donc qu’il se trompe de 1,6 million €…

C’est là qu’on voit qu’il faudrait un vrai directeur financier, et pas seulement Armand STEIGER à la direction du Pôle ressources, et Sandrine CUNY à la responsabilité de la gestion comptable.

Le maire a annoncé que le prochain Conseil municipal, qui verrait donc l’adoption du budget, se tiendrait le 21 mars 2019.

Sauf que MEHLHORN avait déjà annoncé dans le Mag n°5 qu’il y aurait ce même soir une réunion publique…


Bref, peut-être le cabinet daignera-t-il répondre à cette question, que je lui ai posée…

Toujours est-il qu’on voit encore la désorganisation de la Commune…



Publicités

André LOISEL, comptable public de Savigny-sur-Orge, valide-t-il souvent des documents sans les lire ?

Coup de théâtre lors du Conseil municipal savinien de ce 21 février 2019 qui devait connaître l’approbation du budget primitif 2019. Le résultat prévisionnel 2018 du budget Ville est manifestement faux à cause de deux erreurs d’addition ; un document signé le 11 janvier 2019 par le maire de la Commune ET le comptable public. j’ai donc naturellement lancé un petit missile sur la direction départementale des Finances publiques !


Savigny-sur-Orge, le 22 février 2019.

Monsieur le directeur départemental des finances publiques,

Je suis citoyen et contribuable de la Commune de Savigny-sur-Orge.

Vu les articles XIV et XV de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, j’ai l’honneur de vous demander comment le comptable public, en poste à la trésorerie de Savigny-sur-Orge, a-t-il pu valider un résultat prévisionnel 2018 du budget principal Ville de la Commune de Savigny-sur-Orge qui est faux de plusieurs millions d’euros !

Me doutant bien que Monsieur LOISEL est quand même capable de réaliser deux additions, est-ce que vous pouvez m’indiquer si cela lui arrive souvent de signer, et donc de valider, des documents sans les lire et les vérifier ?

En vous remerciant de votre attention, je vous prie de recevoir, Monsieur le directeur, mes respectueuses salutations.

Olivier VAGNEUX




Pourquoi Éric MEHLHORN sait déjà qu’il a perdu les élections municipales de 2020 ? Peut-être parce qu’il recase déjà ses potes du cabinet dans les services ?

Souvenez-vous quand Éric MEHLHORN a été élu maire. Bientôt cinq ans !

Il avait alors deux collaborateurs de cabinet : Caroline COUTINHO, la fille de son adjointe délégué aux Affaires scolaires Anne-Marie GÉRARD (est-ce que cela expliquerait pourquoi les enfants de la première, donc les petits-enfants de la dernière ont obtenu une dérogation scolaire, laquelle est refusée à beaucoup d’autres parents ?), en tant que secrétaire du maire, et Frédéric DELAMAERE, fils d’une colistière de MEHLHORN en 1995, comme chef du Protocole svp !

Mais l’inconvénient du Cabinet du maire, c’est qu’il est précaire, et donc qu’il dégage en cas de défaite dans la plupart des cas, et donc que les nanas et mecs qui y sont, risquent de se retrouver sans emploi, obligés d’aller frapper à la porte d’un autre ponte du parti, qui leur donnera sûrement un moins bon salaire tout en leur demandant de se mettre à travailler…

Bref, sachant la fin du règne de MEHLHORN poindre, COUTINHO et DELAMAERE n’ont rien trouvé de mieux que d’aller se faire nommer responsables de service, histoire de devenir invirables quand il s’agira de virer leur maître. Et c’est justement parce qu’ils savent que c’est ce qui va se passer, qu’ils se sont dépêchés d’aller se planquer !

La première, Caroline COUTINHO, qui avait travaillé au service Communication, jusqu’en 2011, est partie en octobre 2017 pour devenir responsable de la Communication. Mais comme elle n’avait pas le niveau du poste, ils ont même été obligés de le dégrader pour qu’elle l’intégrer.

Le second, Frédéric DELAMAERE, est quant à lui récemment passé – cela fait maintenant quelques mois – responsable du service Événementiel et animation locale.

Dans tous les cas, et même si ce sont peut être en fait ces deux personnes qui en avaient marre de compter les mouches au cabinet et qui voulaient faire autre chose, le signal, d’autant plus qu’il est envoyé par ces personnes qui sont proches d’Éric MEHLHORN, est très négatif.

D’autant plus que passer du cabinet, qui ne demande pas grande compétence, à un poste à responsabilité, ressemble vraiment à du copinage, dans tous les cas à un népotisme assez malsain. (Mais non, je sais bien que c’est d’être au cabinet, et de côtoyer le génial MEHLHORN qui a rayonné sur nos deux amis, et a multiplié leurs capacités !)

Alors, vraiment, on dirait bien que les rats quittent le navire, sentant la tempête arriver…



Savez-vous que je pratique un usage nocif de substances psychoactives ?

C’est seulement après avoir répondu à ce questionnaire, trouvé au commissariat, que je me suis rendu compte qu’il ne s’adressait qu’aux adolescents.

Ce qui n’empêche pas que je voudrais vous en démontrer l’absurdité, malgré toutes les validations internationales qu’il a reçu.

Peut-être aussi que la consommation de cannabis et la consommation d’alcool sont deux choses assez différentes, du fait de la nature et des effets de ces drogues, et donc qu’on ne peut pas reprendre les mêmes questions dans un même un outil d’auto-évaluation des usages de l’une comme de l’autre…

En résumé, il s’agit de repérer si vous pratiquez un usage nocif de l’alcool, sachant que vous êtes bon, à partir de deux réponses positives.


1. Êtes-vous déjà monté dans un véhicule conduit par quelqu’un qui avait bu de l’alcool ?

OUI. Même si je ne pouvais pas conduire seul avant 18 ans, je suis déjà monté dans la voiture de mes parents qui, invités à des repas de famille, ont déjà bu l’alcool qu’on leur servait à table, sans pour autant qu’ils soient complètement pétés.


6. Vos amis ou votre famille vous ont-ils déjà dit que vous deviez réduire votre consommation de boissons alcoolisés ou d’autres drogues ?

OUI. Vous trouverez toujours dans votre vie une, et souvent des personnes, qui vous expliqueront que son corps est un temple de pureté parce qu’elle ne boit pas une goutte d’alcool. Laquelle personne ignore en fait posséder des levures dans son intestin qui transforment les glucides absorbés en alcool. À haute dose, et notamment dans les pays où l’on consomme beaucoup de glucides comme au Japon (à cause du riz), certains subissent un phénomène d’auto-brasserie, et se retrouvent bourrés sans avoir bu !


Et voilà, j’en suis à deux, donc je suis cuit : je fais un usage nocif de l’alcool !

Mais je pense que je suis loin d’être seul, n’est-ce pas ?


Pour les autres questions, je n’ai pas besoin de boire de l’alcool pour oublier des choses ou avoir des problèmes. Je m’en sors très bien sans, et cela m’arrive de plus en plus souvent.

Moi, je n’utilise pas d’alcool pour me désinhiber, mais c’est assez connu, notamment dans les écoles de journaliste que certains s’en servent, soit avant une grosse interview, soit au moment du coup de feu où il faut absolument envoyer à l’impression, soit pour fêter sa journée.

Et oui, il m’est déjà arrivé de boire seul, comme le Beaujolais nouveau.

Mais comme j’aime à dire, et aussi à me citer visiblement, je n’ai pas besoin d’alcool pour dire et écrire des bêtises. Je peux très bien le faire naturellement !



Le questionnaire original  :