382 euros d’aide juridictionnelle pour contester près le Conseil d’État une ordonnance du Tribunal administratif de Versailles

Le Tribunal administratif de Versailles en a tellement marre de moi qu’il cherche le premier prétexte venu pour classer mes affaires. (Je pense même qu’il réfléchit à la condamnation pour recours abusif, mais qu’il n’ose pas car il y a quand même un fond de problème juridique dans chacun de mes recours.) Toujours est-il qu’il a besoin d’un motif juridique pour procéder au rejet, et qu’en l’occurrence, il n’en avait pas dans mon affaire…

Sans rentrer dans les détails, le Tribunal me reprochait d’avoir omis d’envoyer une copie de mon recours (article R.411-3 du code de justice administrative), alors qu’ils m’avaient juste demandé par écrit un seul original sans copie, et il a classé l’affaire. Sauf qu’aux termes de l’article R.612-2 du CJA, la présidente du Tribunal était tenue de me faire savoir qu’il me manquait un exemplaire, et de me proposer de régulariser ma requête, ce qu’elle n’a pas fait !

A fortiori, le bureau d’aide juridictionnelle près le Conseil d’État pense comme moi, même s’il l’exprime d’une façon négative et vachement tourmentée « qu’il n’apparaît pas qu’aucun moyen de cassation ne puisse être relevé ». Donc j’ai l’équivalent de 382 euros (soit 2 heures 30 de travail environ pour un avocat) pour faire annuler l’ordonnance, et si possible avec l’aide de cet avocat aux conseils, et sous un an (c’est dingue !), obtenir aussi une victoire sur le fond de mon affaire !





Publicités

Le grand n’importe quoi des services du Parquet d’Évry

Vous le savez, je souffre d’une maladie psychiatrique qui s’appelle la quérulence et qui me donne l’illusion que le service public de la Justice doit pouvoir combattre les injustices que je rencontre dans ma vie et dans ma ville. C’est pourquoi j’ai déjà déposé quinze plaintes, et que la seizième est en écriture. Mais intéressons-nous plus particulièrement au devenir de mes plaintes, objet de ma récente visite aux services du Parquet d’Évry !

Normalement, le Parquet devrait accuser réception de mes plaintes, et m’envoyer un petit courrier me donnant le numéro attribué à mon affaire, et selon la requalification des faits. Celui-ci, à Évry, est composé de trois parties : l’année, le jour dans l’année de la réception de la plainte, et la place à laquelle ma plainte a été enregistrée ce jour. Or, voilà des années qu’Évry n’envoie plus rien, et qu’il faut les appeler, sinon se déplacer pour obtenir ces précieux renseignements !

Je me suis donc rendu au Tribunal de grande instance ce vendredi 22 juin 2018, et je n’ai pas été déçu. Première plainte répertoriée, qui est en fait, et je vais leur signaler mais je devais d’abord le vérifier chez moi, un doublon d’une plainte déjà enregistrée. J’aurais porté plainte le 19 juin 2018 contre un certain « Éric MEHLHORIN » pour une violation de domicile qui serait intervenue le 28 février 2018… Sauf que je n’ai jamais porté plainte ce jour, ni même pour ce motif.

On continue à chercher, et le Bureau d’ordre m’apprend que j’ai deux plaintes qui ont été classées le 16 mai 2018. Alors je leur dis que je suis embêté, parce que je n’ai jamais reçu les avis de classement de plainte. Et donc la chargée de permanence fouille dans le fichier (ce qui va faire buguer le logiciel et l’obliger à recommencer), et ils s’aperçoivent qu’ils ont rempli tout le champ adresse et code postal de mon adresse trop longue, donc qu’ils ne pouvaient rien m’envoyer…

Leur logiciel ne supporterait que la mention « 75 rue du Bicentenaire de la » de mon adresse, et donc sans code postal, je ne pouvais rien recevoir… Dressant le bilan, je m’aperçois qu’ils m’ont quand même perdu quatre plaintes, dont une dont ils m’avaient pourtant donné des nouvelles par téléphone en juillet 2016 ! Et celle contre le député RÉDA qui dit arracher mes affiches, alors même qu’ils ont enregistré une autre de mes plaintes, envoyée dans la même enveloppe…

Alors oui, le service public de la Justice est faillible, car il n’a pas les moyens de ses ambitions. En attendant, c’est moi qui subit, et plus généralement les victimes. Comment ne pas s’étonner, surtout quand ils reçoivent plus de 250 plaintes par jour, qu’ils ne bâclent pas les enquêtes, ou qu’ils n’aillent pas plus loin. Et c’est ainsi, qu’aucune de mes plaintes n’a pour l’instant prospéré, même si certaines font l’objet d’une enquête préliminaire depuis plus d’une année !



Alexis TEILLET est-il franc-maçon ?

Je précise tout d’abord que je n’ai pas de réponse à cette question, mais que je me la pose ici publiquement pour savoir si Alexis TEILLET travaille bien dans l’intérêt des Saviniens, davantage qu’au service d’un groupe d’intérêts particuliers ; de mecs en tablier qui réfléchissent à la divinisation d’un mystère, qu’ils appellent secret maçonnique, et qui n’est rien d’autre que le désir de transcendance de l’Homme qui se veut être son dieu.

Avez-vous remarqué qu’un chrétien en politique, c’est quelqu’un qui veut revenir sur la loi de 1905 et placer la Ville sous la coupe des curés et du Vatican. Alors qu’un franc-maçon, c’est un mec altruiste qui veut le progrès. Et entre-nous, le progrès des maçons, à l’exception de quelques avancées sociétales comme une plus grande place donnée aux femmes, davantage pour emmerder les autres que par adhésion ; sert surtout à foutre la merde un peu partout…

En ayant fait part de ce questionnement sur les réseaux sociaux, j’ai eu droit à toutes sortes de remarques ou de réactions : des LR qui disent que c’est forcément faux, parce qu’un LR ne peut pas être franc-maçon (j’en connais pourtant plein), à des vieux maçons qui me disent que ce serait, le cas échéant, un jeune con de signer un tel courrier adressé à un non-frère, et que ça ne peut que être contre-productif pour l’obédience. Bref, qu’il est dans l’arrogance de la jeunesse.

Il est vrai qu’à 28 ans, TEILLET ne pourrait pas être très gradé. Mais il ne m’étonnerait pas qu’il ait déjà monté quelques marches, celui-ci, élève-avocat, passant le Barreau en septembre 2018, corporation qui sous la IIIe République était, comme chez les journalistes et autres professions libérales, des repaires de frérots. Oserai-je écrire qu’il en a en plus la mentalité ? Un humour qui ne fait rire que lui, une haute idée de lui-même et un besoin de reconnaissance.

Rien que quand tu vois sa voiture, que son indemnité d’adjoint lui aura sûrement offert pour partie, tu te dis que les routes de Savigny doivent être très très défoncées pour avoir besoin d’un tel engin (et je m’étonne que l’association Élan ne dise rien à ce tueur, qu’écris-je, cet assassin de planète ; surtout pour l’adjoint qui a en charge l’environnement…). Quant à sa mentalité, il suffit d’écouter tous les élus de l’opposition raconter son comportement en commission…

À sa décharge, TEILLET ne sait pas serrer la main comme les frères (sinon ne le fait pas devant moi). De plus, il est catholique (ce qui n’empêche cependant rien, mais marque quand même une méconnaissance profonde de sa religion). Je ne le vois jamais à la messe, mais lors des messes commémoratives, il fait le signe de croix, communie et connaît ses prières. Alors utilise-t-il vraiment la triponctuation par hasard ? Cela serait étonnant, mais je n’ai pas de comparaisons…

Je finis cet article sans plus de preuve, mais avec mes doutes puisque ces trois points forment un beau triangle (mais en même temps, trois points forment toujours un triangle !). J’attends cependant des réponses des frères des loges proches. Perso, je suis catho, de cette secte juive qui a réussi, et violemment anti franc-mac. Enfin, il y aurait un autre conseiller municipal de l’opposition qui serait franc-maçon ; il serait amusant qu’ils soient dans la même loge !



Le courrier dont est extrait la signature, effectuée au stylo bic.



Mon avis sur le Projet régional de santé Île-de-France 2018-2022

J’ai bien conscience que mes réponses sont hors-sujets. Qu’importe, elles me permettent de dire ce que j’ai à dire. Mais l’important n’est pas mon avis, mais que chacun d’entre vous s’exprime pour dire son attachement aux hôpitaux de proximité, et affirme son refus des CCSU ! Si chacun des 600 000 habitants du Nord-Essonne disaient son mot, alors l’État serait forcé d’en tenir compte. Alors aidez-moi à ne pas être tout seul à parler !

https://www.iledefrance.ars.sante.fr/le-projet-regional-de-sante-2018-2022


Orientation stratégiques

Je pense que nous en sommes arrivés à un stade critique de la réorganisation de l’offre de soins, et que faire plus revient à dégrader l’accès aux soins. Il est normal que la secteur de la santé soit déficitaire !

Il faut maintenir des hôpitaux de proximité avec tous les services qui leur permettent d’être rentables, plus une spécialisation. Ces derniers doivent continuer d’exister pour prendre en charge les urgences !

Il faut s’opposer aux hôpitaux-usines, qui sont trop loin des gens. Il ne peut pas y avoir qu’un seul hôpital sur le Nord-Essonne.

Le PRS doit créer des vraies structures qui à la fois éduquent les gens à la santé, et à la fois soignent la bobologie.

Mais pas des CCSU qui sont entre les deux, voulant à la fois soigner la bobologie et seront noyés sous la patientèle, et gérer les urgences avec un matériel limité.

Je réclame plus d’argent, plus de personnel et plus d’humanité dans le système.


Investissement en santé

De manière générale, je trouve qu’il n’y a pas assez d’investissements prévus pour moderniser correctement les équipements de santé franciliens, et réaliser de nouvelles embauches de personnels soignants.

Mais je trouve très hypocrite de lancer en l’air des montants, quand il faudrait déjà commencer par régler les dettes, et payer les sommes dues au personnel.


Égal accès aux soins dans les territoires

Je pense que l’égalité d’accès aux soins se mesure notamment la proximité d’un hôpital.

Dans ces conditions, un riverain du nouvel hôpital de Saclay sera toujours mieux loti qu’un riverain du futur CCSU de Juvisy.

Je vous invite donc à inscrire dans le PRS la non-fermeture des hôpitaux du Nord-Essonne.


Parcours de santé et organisation territoriale

Je suis favorable à l’amélioration de l’accès aux services de chirurgie, mais opposé à la réorganisation de l’offre de soins dans le Nord-Essonne, à Saclay, et je trouve que 30 minutes est une durée trois fois trop longues pour assurer une couverture par une structure de prise en charge des soins urgents, laquelle doit bien être un hôpital et non pas un CCSU.

Les CCSU ne permettent pas de réorganiser l’offre de santé dans le Nord-Essonne. Ils ne peuvent accueillir que 30 000 personnes, et il n’y en aura que trois pour remplacer des urgences qui accueillaient 140 000 personnes. Il faut maintenir des hôpitaux de proximité !

Je ne trouve enfin pas de mesures très concrètes pour résoudre la problématique locale de la bobologie.


Ressources humaines en santé

Il faut assurer plus d’embauches pour améliorer la qualité des soins, et rajouter plus d’humanité là où il en manque.

Sincères remerciements à tous ceux qui en font déjà plus, pour pallier les failles de gestion de la sécurité sociale et des hôpitaux publics.