Archives du mot-clé Voeux

Des enjeux du Conseil municipal de Savigny-sur-Orge du 11 avril 2018

Conseil municipal plus ou moins extraordinaire ce mercredi 11 avril 2018 consacré quasi-exclusivement au vote de motions, qui est exceptionnellement à 20 heures précises, pour coïncider avec la réunions des autres conseils municipaux nord-essonniens. À noter la démission prévisible et attendue de l’ancienne députée EELV Éva SAS en date du 24 mars 2018 ; laquelle sera donc officiellement remplacée par le PS Bruno GUILLAUMOT.

Il y a ensuite le vote de plusieurs vœux communs aux différentes villes du Nord-Essonne :

– un pour dire qu’on est déçu du Grand-Orly Seine Bièvre, et que la CALPE, c’était mieux avant, quand Robin RÉDA était le chef, parce que c’était à taille humaine, et proche de nous. On se demande juste alors pourquoi MEHLHORN est allé nous jeter dans le Grand-Paris…

– un pour dire qu’il ne faut pas privatiser Orly parce que sinon le couvre-feu explosera. Cela n’a rien à voir et est encadré par la Loi. Mais RÉDA doit donc penser ne pas être capable de faire voter une nouvelle loi. À noter que la motion demande une consultation des élus… du GOSB !

– un vœu pour dire qu’on ne veut pas voir l’hôpital de Juvisy fermer, proposé depuis des mois par Michèle PLOTTU… Mais depuis que RÉDA s’est emparé du dossier, sans aucun résultat supplémentaire. Vous pouvez donc garder l’hôpital de Juvisy (ce que je souhaite), mais comme nous n’aurons bientôt plus de médecins à mettre dedans…

– un vœu savinien pour reconnaitre un droit au choix du compteur Linky, lequel n’est pas une interdiction comme demandé, et n’a aucune valeur juridique, en tant que seul le maire peut personnellement s’opposer à ce remplacement de compteurs appartenant à la Commune… On s’interrogera aussi sur la réalité des risques des rayonnements sensibles, qui s’ils existent et feront souffrir les personnes électrosensibles, sont exagérés dans leur description.

– un vœu savinien pour dire qu’il faut renfoncer les transports, et MEHLHORN d’encore réclamer une station du T12 à Savigny ! Et plutôt que d’emmener le 492 à la gare de Juvisy, donc au futur T7, de demander qu’il aille jusqu’à la gare T12 de Chilly-Mazarin… Encore un vœu dont l’objet n’a plus rien à voir avec celui de ses créateurs…. À mercredi à 20 h 00 !




Publicités

Parcoursup : un modèle et exemple de projet de formation motivé

Les étudiants de terminale n’ont plus que jusqu’à ce soir pour compléter leurs projets de formations motivés (la nouvelle appellation de la lettre de motivation), et ainsi valider leurs vœux d’orientation post-bac. Ayant eu à travailler sur plusieurs cas pour des licences universitaires, je propose un modèle parmi d’autres, qui me semble à la fois satisfaire à l’exercice demandé, et en même temps permettre à l’étudiant d’être un peu original.


Quelques règles générales

  • Oublier les modèles de projets en ligne que l’on trouve sur la première page de Google, parce que 95 % des étudiants les auront déjà copiés/collés.
  • Ne pas chercher à remplir vainement les 1500 signes ; 800 à 900 signes sont amplement suffisants pour écrire des choses intelligentes.
  • Utiliser le vocabulaire de la vie courante : personne ne dit qu’il travaille ou qu’il étudie à la faculté. De même, on parle du bac, et pas du baccalauréat.
  • Ne pas hésiter à aérer votre présentation, et à changer de paragraphe, à chaque fois que vous changez d’idée.
  • Ne mentionner le nom de l’université que si c’est une grande université, de manière à flatter votre interlocuteur. Dans le cas contraire, ne la rappelez pas, ce qui ne peut que faire sentir à votre lecteur que vous postulez partout, ou que vous le choisissez par défaut.
  • Éviter les formules creuses pour aller à l’essentiel : vous n’avez pas choisi de vous orienter sur telle licence de telle fac ; vous voulez étudier la matière de la licence en question pour en faire votre métier !
  • Se placer dans une optique professionnalisante. Vous faites une licence pour déboucher sur un métier ; pas pour glander pendant trois ans.
  • Bien dire son intérêt pour la matière, et essayer de le justifier par des applications concrètes ; être passionné ne justifie pas tout.
  • Penser à bien faire le lien avec votre parcours scolaire : je veux faire des maths pour poursuivre ce que j’ai appris en bac S. Ne pas hésiter au contraire à dire que vous voulez faire complètement autre chose parce que vous vous êtes rendus compte que votre filière ne vous convenait pas, mais alors essayer de lier les matières par les méthodes de travail ou d’appréhension des problèmes.
  • Si vous avez fait un stage ou un voyage scolaire, et qu’il est lié à votre choix de licence, n’hésitez-pas à le préciser.
  • Se relire, et se demander si tout ce qui est écrit est vraiment intéressant. Se mettre à la place du destinataire, et se demander ce qui fait sens pour lui.

Un modèle à compléter, voire à améliorer

(politiquement incorrect en tant qu’il n’imagine pas que son lecteur puisse s’identifier autrement que homme ou femme. Pareillement, il n’est pas rédigé en écriture inclusive...)

Madame, Monsieur,

Actuellement en Terminale [initiale du bac et préciser la spécialité ou l’option] au lycée [nom du lycée et ville], je veux découvrir/continuer l’étude de […] après le bac pour en faire mon métier.

J’ai choisi la licence […] de la fac de [lieu] / J’ai choisi votre licence, car je suis intéressé(e) par […].

J’apprécie / Je me passionne également pour [disciplines voisines].

Au cours de ma scolarité, j’ai fait […] qui fut une révélation de mon intérêt professionnel pour […].

En cette année de Terminale, je me suis pleinement épanoui(e) dans […], parce que cela m’a permis de […], et de […].

Je suis donc motivé(e) pour […].

Votre/Cette licence me semble être le meilleur compromis pour […].

Je vous remercie de votre attention. / Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire. / Je vous remercie de la considération que vous porterez à mon projet.

[Prénom et NOM]


Un exemple

Madame, Monsieur,

Actuellement en Terminale S spécialité SVT au lycée Corot de Savigny-sur-Orge (Essonne), je veux continuer l’étude des sciences après le bac pour en faire mon métier.

J’ai choisi votre licence Physique-Chimie et Sciences de la Terre car je suis intéressé par l’analyse de notre environnement, et du vivant.

J’apprécie aussi la physique parce qu’elle trouve une application concrète aux mathématiques. Je me passionne également pour la minéralogie et la gemmologie, depuis l’enfance.

En cette année de Terminale, je me suis pleinement épanoui dans les travaux pratiques de chimie, parce qu’ils m’ont permis de faire des expériences et de découvrir par moi-même ; puis d’en rendre compte en apprenant à synthétiser ma pensée.

Fin septembre 2017, j’ai même participé à un stage de géologie dans les Alpes avec ma classe, qui fut un révélateur de mon intérêt professionnel pour les géosciences.

Je suis donc motivé pour continuer d’en apprendre plus en sciences de la Terre, en physique et en chimie.

Votre licence me semble dès lors être le meilleur compromis pour continuer d’étudier ces trois matières, qui sont au cœur de mon intérêt pour les sciences.

Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire.

Olive Viévanieux



Mes vœux 2018 aux Saviniens sont arrivés !

Comme chaque année, mon mois de janvier va être grandement occupé par la distribution de mes vœux papier aux Saviniens.

Cette année, il s’agit d’un journal de 4 pages ; une sorte d’édition spéciale de mon blog mais sur papier. Ça se veut un peu imiter le ton du Canard enchainé.

Bref, je recherche de l’aide pour qui peut me soutenir, pour quelques rues, une résidence privée ou un immeuble fermée avec un code ou un Vigik.

N’hésitez-donc pas à me contacter ; cela me fera toujours moins de travail de distribution, et me laissera plus de temps pour travailler à dénoncer pour améliorer ce qui ne va pas à Savigny.

Les vœux du maire à la population étant le vendredi 12 janvier à 19 h 30, je cherche à en distribuer un maximum avant le vendredi 12 à 12 h 00, en visant prioritairement les pavillons et les quartiers qui votent majoritairement pour la fausse droite municipale.




Les faiblesses du premier discours de vœux 2017 d’Éric MEHLHORN

Quand j’entends les discours écrits par ceux qui ont été formés à cela, je me rassure de n’avoir jamais appris à en écrire… Le maire de Savigny lira-t-il le même texte à chacune des quatre cérémonies de vœux 2017 ? Dans ce cas, il conviendrait qu’il corrige au plus vite quelques maladresses lexicales ou structurelles, pour plus de cohérence. Mais tout cela ne reste que des mots qui vont souvent à l’inverse de ce qui est fait pendant l’année.

J’ai ponctué le discours de quelques commentaires, en rose et/ou entre crochets. Mais surtout, je vous invite à faire attention à deux phrases « collector » qui m’ont beaucoup fait rire :

« je vous remercie chaleureusement, d’abord parce que vous avez brigué cette météo un petit peu glaciale » 

« Mon projet n’est pas de laisser derrière moi un étendard, un phare que je pourrais regarder avec une fierté mal placée quand viendra l’heure de faire le bilan. »


L’audio du premier discours :

http://vocaroo.com/i/s0Miq3wuvaJv


Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir ce soir pour cette première des quatre cérémonies de proximité par lesquelles j’ai choisi de donner rendez-vous à tous les Saviniens pour célébrer cette nouvelle année 2017. Alors, je vous remercie chaleureusement, d’abord parce que vous avez brigué [il voulait dire braver] cette météo un petit peu glaciale d’avoir répondu présent à cette invitation, et de vous être déplacé pour partager un moment républicain, simple et convivial.

Après avoir pris la décision l’année dernière de mettre fin aux cérémonies fastueuses, qui auraient été malvenues pour débuter 2016, il était particulièrement important pour moi de renouer avec cet esprit des traditions [les forces de l’esprit ; MITTERRAND, sors de ce corps]. Il me tenait à cœur de trouver une formule renouvelée, s’inscrivant en cohérence avec les choix de la municipalité. C’est là tout l’esprit de cette soirée, de ces cérémonies de vœux de proximité.

Être présent, continuer d’être utile à tous les Saviniens. Renforcer le service au public. Agir dans l’intérêt des habitants dans leur diversité. Voilà les engagements pris par la municipalité.

Afin d’évoquer les marqueurs de l’action municipale, et les défis qui ponctuent la nouvelle année, j’aimerais que nous prenions quelques temps pour nous souvenir des instants mémorables de 2016.

L’un des premiers devoirs du maire est d’assurer une cohésion, de réunir les conditions du vivre ensemble sur le territoire de la commune pour la sécurité et l’épanouissement de ses habitants. Rappeler cette responsabilité peut ici résonner comme une évidence. Mais depuis les attentats de janvier 2015, celle-ci est venue marquer au fer rouge l’action municipale et l’organisation de tous les services publics. Elle est l’une des priorités quotidiennes de la municipalité.

En 2016, la France a été une nouvelle fois la cible du fanatisme et du terrorisme. Commis à un moment fort de la vie de notre Nation, l’attentat de Nice s’est illustré par la simplicité de son mode opératoire, et par son efficacité meurtrière.

==> Le maire fait ici une forme d’apologie du terrorisme

Ces atrocités nous rappellent avec violence que la paix quotidienne n’est jamais acquise, et que nous tous, devons rester vigilants pour préserver notre liberté. C’est là le premier devoir de l’État. C’est une responsabilité des élus locaux, et notamment des maires. Mais c’est également une vigilance à partager par la société en son entier : familles, employeurs, associations. Il nous appartient de ne pas rester spectateur face à la radicalisation de certains de nos concitoyens.

==> Et toi, MEHLHORN, que fais-tu contre la radicalisation ? La plupart des radicalisés ont été des jeunes exclues des structures sociales ; les mêmes que tu supprimes !

Depuis deux ans, il ne se passe pas un événement à Savigny sans que la Ville, la Police municipale n’assure elle-même ou ne vienne en renfort d’un dispositif de sécurité. je souhaiterais ce soir que leurs agents en soient remerciés. Mais je souhaite aussi ce soir avoir une parole à destination des autorités locales. Et je veux remercier les effectifs du centre de secours dirigés par le lieutenant VINATIER. Et également les agents du Commissariat de Police nationale, dorénavant placés sous le commandement du commissaire GUIBERT, que je remercie de sa cordiale présence.

Il est fondamental de pouvoir dialoguer avec des autorités compétentes, disponibles et responsables. C’est le cas à Savigny, et je tiens à les en remercier au nom de tous. Merci, merci pour votre engagement exceptionnel, et le professionnalisme qui vous caractérise dans l’exercice de vos missions de sécurité quotidienne qui se font de plus en plus périlleuse. D’ailleurs, les effectifs du commissariat de Savigny ont payé le prix fort il y a quelques mois à Viry-Châtillon lors de l’attaque incendiaire perpétrée à l’encontre des véhicules de Police sur la route départementale 445.

=> MEHLHORN, tu sors en tant qu’autorité compétente. Par ailleurs, l’attaque visait les policiers et peut-être pas leurs véhicules uniquement ?

Certes [Problème de transition], ce soir, nous sommes sur le Plateau, et je sais que peu d’entre-vous a été concerné par les inondations du mois de juin dernier. Mais il s’agit incontestablement d’un souvenir fort dans l’année 2016 que je me dois d’évoquer. D’une part, parce qu’il a nécessité la mobilisation de la quasi-totalité des services municipaux durant cinq jours. Puis une forte mobilisation pour assurer la réouverture du groupe scolaire Kennedy, le plus important de la Ville, ainsi que du gymnase en moins d’un mois. D’autre part, parce qu’elle a été un grand moment de solidarité entre les Saviniens. Il y a eu des actes de générosité exprimés directement d’habitants à habitants. Et puis les appels reçus en mairie. Vous avez été nombreux à vous déclarer volontaires, prêts à vous rendre utiles. Je tenais, au nom de celles et ceux qui ont eu à souffrir de cette catastrophe naturelle, de vous adresser leurs plus sincères remerciements.

==> Comment récupérer à son compte les actes des autres ? Et toi, MEHLHORN, tu en as pris combien chez toi ? Au fait, un mois après juin, c’est juillet donc les vacances, et tu n’avais pas les autorisations pour rouvrir ces lieux. Rappelons enfin les articles du Parisien en août qui évoquaient les derniers travaux…

Je souhaiterais maintenant en venir à des considérations intéressant de plus près la municipalité de son action [sens ?]. De nombreuses décisions municipales en 2016 auront un écho important en 2017. Elles concernent tous les domaines : la petite enfance, les nouvelles technologies, le cadre de vie, la solidarité à l’égard de nos aînés.

Il y a parmi elles une décision transversale, un préalable, qui a été difficile à prendre. Je veux bien entendu parler de l’effort concernant les impôts que j’ai demandé à tous les Saviniens pour sortir définitivement notre ville de la spirale du désengagement de l’État [ce ne sera pas définitif si l’État continue….] : une perte de dotations de près de six millions d’euros depuis 2012. Nous avons eu beaucoup de débats sur le sujet en Conseil municipal. [MEHLHORN ne sait pas ce que veut dire beaucoup…] Les oppositions se sont confrontées. Chacun est ici dans son rôle. Je ne connais pas d’élus pour qui faire ce choix importe peu. Je ne connais personne que cela réjouisse. Mais cette décision était néanmoins nécessaire pour le développement et la modernisation de notre ville.

Certains disent, et là aussi, ils jouent leur rôle d’opposant : « il n’y arrivera pas.« , « Il n’a pas de projets emblématiques. »

==> Le gars qui se flingue tout seul…

Mais nous sommes tous ici des Saviniens. Nous fréquentons des équipements, des espaces publics. Nous savons collectivement où sont les priorités. Mon projet n’est pas de laisser derrière moi un étendard, un phare que je pourrais regarder avec une fierté mal placée quand viendra l’heure de faire le bilan.

==> Je suis mort de rire !

Non, mon projet est d’agir pour le quotidien de tous, de rendre les Saviniens fiers et heureux dans leur ville. Mon projet est d’investir 24 millions d’euros pour le quotidien de chacun d’entre nous d’ici à la fin 2020.

==> Normalement, tu ne votes pas le budget primitif 2020 pour le laisser à tes successeurs !

Alors, nous aurons des débats sur les déclinaisons, les priorités de ce plan. Mais l’objectif sera atteint, et tous les Saviniens en profiteront.

==> Objectif = idéologie = malsain

En ce début d’année 2017, les premiers résultats d’ailleurs s’esquissent. Ces réalisations, nous les avons parfois portées seuls, parfois avec le bénéficie de partenaires, de subventions que nous sommes allées chercher. Car oui, nous entendons bien porter un maximum de projets avec nos partenaires locaux : le Territoire, le Département, la Région, et toutes les autres autorités venant en appui des décisions et des projets locaux.

Pour n’évoquer que des équipements communs aux trois quartiers qui nous réunissent ce soir, je parlerais de la première étape de la rénovation du COSOM qui est aujourd’hui engagée. Le sol du gymnase est refait. Le toit est complètement étanche, et également le passage à l’éclairage LED est en cours.

Autre espace public à votre disposition juste à côté d’ici, le parc Champagne.

==> Il y a aussi le cimetière !

Il est dorénavant doté de nouveaux agrès, venant renforcer le parcours santé et animer ce lieu remarquable.

Nous avons créé pour répondre aux demandes de toutes les familles de la Ville le relais d’assistantes maternelles. Il est en fonction avenue des Chardonnerets, et ce depuis le mois de décembre. Il permettra d’apporter conseils et appui aux familles à la recherche d’un mode de garde pour leur enfant, et d’accompagner les 190 assistantes maternelles saviniennes dans leur pratique professionnelle.

L’enfance est au cœur du projet municipal, et en voilà une réalisation concrète.

==> Je suis encore mort de rire. Il ne sait pas combien coûte de passer par un RAM !

Trop longtemps un sujet virtuel [jeu de mot], la municipalité a été le catalyseur du développement de l’internet [François FILLON, sors de ce corps et retire-moi cet article] à très haut débit. Dans un dialogue avec les opérateurs, et notamment SFR, la municipalité a obtenu une accélération du développement en actant dès le mois de juin dernier la fin anticipée du réseau de télévision câblé. Les investissements réalisés par SFR, après cession du réseau, permettront d’apporter le très haut débit progressivement et jusqu’à la fin mars à 8000 foyers. Toujours avec SFR, l’installation sous environ un mois des trois premières armoires à fibre optique, permettra d’apporter le très haut débit auprès des 6000 autres foyers de la commune. Deux de ces armoires seront d’ailleurs installées sur le secteur : la première avenue Diderot et la seconde à quelques mètres d’ici à l’intersection de l’avenue des Marroniers et de la rue Charles-Mossler. La révolution numérique s’engage donc à Savigny.

D’autres décisions à portée plus larges sont venues donner corps à l’action municipale, et parfois la recentrer, celles-ci continueront de rayonner sur notre quotidien.

L’entrée dans la Métropole du Grand Paris et l’établissement Grand Orly Seine Bièvre au 1er janvier 2016. Pour la première fois depuis 2012, Savigny a porté un choix de territoire. Cette entité assure aujourd’hui les compétences que l’ex-CALPE exerçait. D’importants services de proximité. L’entretien de notre voirie, l’enlèvement des ordures ménagères, le développement économique, le plan local de circulation, n’en sont que quelques exemples. Celles-ci seront rediscutées d’ici 2018. Elles devront l’être dans l’intérêt de tous.

Le PLU, Plan local d’urbanisme, colonne vertébrale de l’aménagement de notre ville a été approuvé par le Conseil municipal, et l’intercommunalité en novembre dernier. Celui-ci permettra à Savigny d’écrire l’histoire de son urbanisation, d’assurer son développement, sans renier les équilibres qui ont fait sa force. La densification de l’habitat sera notamment contenue autour de la gare et du Boulevard. Les zones pavillonnaires continueront d’être protégées des constructions collectives denses.

==> Et la mixité sociale ? Commet veux-tu que cela fonctionne autrement ? Et pour les commerces ou les services liés à l’augmentation de la population ?

En 2016, la municipalité a obtenu d’importants aménagements venant conforter nos entrées de ville, la seconde partie du mur anti-bruit le long de l’autoroute A6 est maintenant sortie de terre. Le Conseil départemental est également intervenu pour sécuriser et moderniser certains axes au niveau de l’accès autoroutier par exemple, moyennant la reprise et l’élargissement de la route départementale 257 au sortir de Grand-Vaux. Sur la partie basse de la Ville à travers de la rue de l’église et de la rue Charles-Rossignol, qui étaient devenues extrêmement accidentogènes.

Toujours dans le domaine des mobilités, la création du pôle Gare, passage Séverine, engagé l’année dernière, viendra fluidifier les transports de ce quartier, tandis que le déploiement de 27 caméras au parking Davout en sécurisera les usagers.

La signature du protocole de préfiguration de Grand-Vaux vient enfin en septembre dernier impulser une dynamique de quartier, une dynamique de ville dans le cadre de l’ANRU, c’est à dire le renouvellement urbain. Nous avons, avec ce projet, l’occasion d’agir sur les frontières physiques venant exclure la vie du quartier au reste de la ville. L’enjeu est de redonner une fonction, un sens à ce quartier, dans un projet commun. La municipalité aura besoin de tous les Saviniens pour porter un projet cohérent devant les instances de l’ANRU.

==> Il ne parle de Grand-Vaux, et pas de ses habitants, qu’en termes intéressés…

En 2017, la municipalité entend également poursuivre son action sur ces traces [lesquelles ?], autour de thématiques importantes et porteuses pour le cadre de vie.

Les déplacements ; si ces derniers restent de compétence intercommunale, sont l’une des priorités ressortis des réunion de quartier. C’est la raison pour laquelle Savigny poussera ses réflexions autour des zones accidentogènes des questions de vitesse et de stationnement.

==> Ce n’est pas tout à fait cela dont les Saviniens ont parlé relativement aux déplacements… C’était aussi les circulations douces.

Ces études permettront d’apporter des solutions aux zones complexes à l’image du carrefour des Marguerites [1,4 million € pour le réaliser] ou de la rue Jenner.

Je continuerai aussi de porter devant l’EPT la réalisation de chantiers structurants pour notre ville, en matière de voirie, à l’image de la réfection de l’avenue Fromenteau, qui occupe un rôle important dans les liaisons avec la N7 et les territoires voisins. Ce chantier mobilisera les services de l’EPT pendant environ dix-huit mois.

Notre ville qui compte plus de 120 kilomètres de voirie. Les besoins s’étendent sur tout le territoire municipal. Dans cette période d’incertitude sur les compétences territoriales, je continuerai à pousser les travaux les plus lourds impliquant la voirie, les réseaux d’assainissement et de collecte des eaux pluviales, d’éclairage public et aménagement de notre espace urbain.

Dans la même logique, j’ai demandé aux services départementaux d’étudier cette année la possibilité d’une requalification de l’avenue Jean-Allemane, dans une logique de fluidification des liaisons avec le boulevard Briand et les connexions avec l’autoroute A6.

Les services portés à nos aînés sont également au cœur de l’action municipale et du centre d’action sociale. Dans le bas de Savigny, le foyer Lucien-Midol bénéficiera de travaux de rénovation, tandis que du côté du boulevard Aristide-Briand, la résidence Jean-Morigny [financée de manière douteuse] ouvrira, je dirais presque enfin, ses portes pour proposer 68 logements à destination des personnes en perte d’autonomie.

Également le contrat départemental, vous le savez, est engagé pour la réforme [non, pas la réforme] de l’école Ferdinand-Buisson. Il vise aussi une vaste opération de sécurisation du carrefour De Gaulle – Carnot. Ce contrat entrera dans une phase d’études et de planification plus avancées. Par ailleurs, et pour rester sur les questions scolaires, une attention particulière sera portée sur le dimensionnement des établissements et les besoins d’investissement. Cette réflexion se fera à la lumière d’un travail sur la carte scolaire.

Nous continuerons également d’investir au COSOM pour une meilleure accessibilité, et la modernisation de ses installations.

En matière environnementale, nous engagerons la mise en œuvre du traitement différencié des espaces publics. Le zéro phyto nécessitera un renouvellement des pratiques et le partage d’une nouvelle vision des espaces publics. Il est appelé à changer avec la physionomie de notre ville.

Nous continuerons également de faire de la sécurité une priorité en développant notre Police municipale pour que celle-ci dispose de moyens humains permettant de se concentrer sur ses activités : la prévention et la contribution au maintien de l’ordre public.

==> Pour qu’elle continue de vous verbaliser, puisqu’elle a peur de venir à Grand-Vaux, à Chateaubriand ou aux Prés-saint-Martin…

D’une manière générale, les investissements qui seront portés cette année continueront d’apporter des moyens pour renouveler, moderniser les espaces qui font la vie de notre ville : les écoles, les équipements sportifs et culturels, tous les bâtiments municipaux.

Vous l’aurez compris, notre ville est en marche. [Emmanuel MACRON, sors de ce corps] Beaucoup de travail est d’ores et déjà programmé pour ces douze prochains mois. c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme, et un agenda 2017 bien rempli, que je vous souhaite une belle et très bonne année 2017.