Archives du mot-clé Vitry-sur-Seine

Jean-Claude KENNEDY n’aime pas que l’on filme les conseils territoriaux du GOSB

L’anecdote se déroule le samedi 29 juin 2019, à l’hôtel-de-ville de Vitry-sur-Seine.

Je suis en train de préparer mon matériel pour capter la séance de ce matin-là.

Et arrive Jean-Claude KENNEDY, maire PCF de Vitry-sur-Seine, qui commence de manière très méprisante en me donnant un petit surnom, du type le cameraman.

Je fais semblant de ne pas relever, et il me demande si franchement, je trouve intéressantes les séances du conseil territorial.

Et donc très sincèrement, je lui réponds que non, parce que c’est juste une chambre d’enregistrement, qui ne permet aucun débat de fond.

Preuve étant que depuis début 2019, le Conseil territorial a déjà été ajourné deux fois faute de quorum. Parce que la majorité des conseillers, qui ne sont pas indemnisés, s’en foutent et ne viennent même plus…

Et là KENNEDY commence à me faire un speech, comme quoi si je filme les conseils, c’est que j’ai un problème avec la démocratie, et que je cherche en fait à me prouver quelque chose.

Alors, j’ai sûrement des complexes ; mais je pense qu’un communiste sincère devrait comprendre l’idée de diffuser au maximum les travaux de son assemblée pour tous les honnêtes travailleurs qui ne peuvent assister à ces débats, et attendent impatiemment de connaître l’orientation du nouveau plan intercommunal !

Ma démarche n’est rien d’autre, que tout ce que le PCF a renoncé à faire, ne misant plus que sur les voix des pauvres et des immigrés à qui ils promettent de redistribuer l’argent des classes moyennes, et de la super-classe : c’est de l’éducation politique populaire, de la transparence de la vie publique, du lien avec les élus et les centres de décisions. La base du léninisme !

Et accessoirement cela permet de garder des traces de conseils, à des fins de recours juridiques, dont aucun compte-rendu des débats n’est rendu public.

En réalité, je pense que KENNEDY n’aime pas que je filme, bien sûr parce que cela donne une sale image du GOSB avec des votes groupés, dans un hémicycle à moitié vide, de points qui ne sont même pas présentés ; mais c’est plutôt que ce ne soit pas lui la star.

C’est lui le maire de Vitry, 95 000 habitants, une des plus grosses communes franciliennes. Mais c’est son petit adjoint à l’Urbanisme qui est le chef d’une structure de 24 communes et 780 000 habitants !

Et donc peut-être cherche-t-il à ce qu’on ne valorise pas le GOSB, pour qu’on s’intéresse davantage à lui ?

Bref, voilà ma seule explication à la crise d’un élu, issu d’une mouvance qui se veut populaire et proche du peuple, mais qui ne veut pas qu’on fasse la publicité de son travail, ou plutôt de son absence de travail…



Le stalinien Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, ne veut plus répondre à mes questions

Chassez le naturel, il revient au galop. La « gouvernance partagée » au sein de la conférence des maires de l’Établissement public territorial n°12 est une belle idée. Mais elle ne peut fonctionner que sur des points de consensus, et elle se brise au premier accroc. J’ai voulu interroger Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, sur la rétrocession de compétences intercommunales à des communes. Celui-ci ne veut plus me parler…

« Je crois que vous avez fait un recours contre cela. C’est la Justice qui vous répondra. » Bon ben, la prochaine fois, je voterai directement pour la Justice puisque c’est elle qui répond aux questions des citoyens. Je pense qu’il est temps que Michel LEPRÊTRE arrête de se cacher derrière une non-préparation ou un rodage de ses services, et qu’il assume ses responsabilités sans instrumentaliser la Justice comme il le fait, expression malhonnête du stalinisme du PCF.

En réalité, ne nous le cachons pas, je pense que LEPRÊTRE n’a pas digéré d’une part mon tweet de la dernière fois, traduisant son humour sexiste de « vieux beauf » (et c’était avant l’affaire BAUPIN, je le précise). D’autre part, que je porte effectivement recours après avoir discuté avec lui, et qu’il m’ait « encouragé » à déposer un recours. Or, en réalité, il ne pensait pas que j’irai jusque-là. Mais mon recours est aussi le fait de non-réponses et d’abus de pouvoirs.

Alors certes, en ne répondant pas, surtout sur un sujet qu’il ne maîtriserait pas (enfin ça m’étonne pour des questions de PLU, vu que LEPRÊTRE est maire-adjoint à l’Urbanisme et à l’Aménagement à Vitry) ; il évite de me dire des bêtises et de raconter n’importe quoi. Mais je pense alors qu’il a des services compétents (et à priori au moins trois services Urbanisme des anciennes agglomérations) pour me donner des éléments de réponses.

L’état de grâce s’en est allé. Le dissensus fait son apparition, non pas du fait des élus mais de celui des citoyens. L’EPT 12 est définitivement un monstre administratif anti-démocratique, et je continuerai de me battre pour que cet EPT soit cassé en deux et qu’un EPT 13 (Sud) trouve sa place dans la MGP autour d’Orly. À partir de maintenant, nous allons donc encore plus contrôler l’action de l’EPT 12 qui, par exemple, ne tient pas à disposition de registre des arrêtés.

Ces dossiers de Savigny-sur-Orge qui attendent Josiane CHEVALIER, nouvelle Préfète de l’Essonne

Le Conseil des ministres a procédé ce mercredi 20 avril 2016 à la nomination de la première femme Préfet de l’Essonne. Il s’agit de Josiane CHEVALIER, 58 ans, jusque-là Préfet des Pyrénées-Orientales. Elle succède à Bernard SCHMELTZ, que je ne regretterai personnellement pas pour son mépris des affaires saviniennes. Puisqu’on dit que cette femme s’intéresse et maitrise ses dossiers, voyons comment elle considérera Savigny.

Je conçois bien que nous ne sommes plus à l’époque moderne, et que les Préfets de Département ont moins de libertés que les intendants du Roi dans leur gestion des affaires. je comprends avec aussi, avec la centralisation, qu’ils aient finalement peu de marges et soient plus tenus aux consignes. Mais de là à laisser passer les manquements à la Loi des maires de Savigny-sur-Orge, il y a comme un problème de légalité républicaine quelque part…


Le désintérêt de Bernard SCHMELTZ

J’ai souvent tendance à comparer deux modèles de Préfet : Jean MOULIN qui désobéit dans l’intérêt et René BOUSQUET qui collabore par intérêt. Je pense, que pour ignorer à ce point ce qui se passe dans les villes de son Département, Bernard SCHMELTZ ne rejoindra jamais le Panthéon. Certes, la sous-Préfete de Palaiseau, Chantal CASTELNOT, est informée de ce qui se passe à Savigny, mais me disait-elle, depuis 1986, les consignes ne permettent plus…


Le contrôle de légalité à Savigny-sur-Orge

Étant donné que l’administration municipale savinienne est aussi incompétente que le maire de la commune, les erreurs de droit se multiplient. Soit volontaires parce que ça nous arrange bien de procéder ainsi, soit et trop souvent, par méconnaissance ou par inadvertance. Seulement, cela porte à conséquence, et lorsque M. MEHLHORN ne vote pas les subventions aux associations avec une délibération spécifique, alors tout son budget 2016 est invalide !!!


Le PLU de Savigny-sur-Orge

Chose incroyable, la Ville est la seule à avoir obtenue le rapport d’enquête publique du commissaire enquêteur Bernard ALEXANDRE. Ni l’EPT ni la Préfecture, qui me le confirmaient encore ce 20 avril, ne l’avaient reçu… Aussi, quand ce rapport, communicable au public depuis vendredi 15 avril mais confisqué par le maire parce qu’il doit être négatif pour lui, sera rendu public. la Préfecture devra invalider le PLU qui ne respecte pas les objectifs du Logement.


La rénovation de Grand-Vaux

Théoriquement, c’est l’affaire du Préfet Joël MATHURIN qui s’en fout tellement qu’il n’a toujours pas rencontré le Conseil citoyen de Grand-Vaux. Quand j’ai essayé de l’interpeller sur l’opacité des projets de rénovation, il ne m’a pas répondu. Il se fout que le nouveau Grand-Vaux se profile comme un échec du style du Noyer-Renard à Athis-Mons. Aussi, peut-être que Mme CHEVALIER saura s’intéresser plus à ce problème, surtout avec ma plainte en préparation…


L’avenir de Savigny-sur-Orge

Quand j’appelle la Préfecture et que je parle de Savigny-sur-Orge, on me conseille désormais quasi-systématiquement de me rapprocher de l’EPT T12 et donc de la Préfecture du Val-de-Marne (94) car le siège est à Vitry-sur-Seine. Mais à ma connaissance, les villes de l’EPT 12 essonniennes dépendent encore de la Préfecture de l’Essonne. Peut-être que Mme CHEVALIER saura décider de son champ d’action et rappeler où se situe Savigny…


Je pense que dès lors que cette nouvelle Préfète (je déteste ce mot : elle est un Préfet car la fonction est masculine) aura été installée – peut-être même en présence de VALLS qui devrait revenir assez vite en 2017 en Essonne – j’écrirais à cette dame. Histoire qu’on fasse connaissance car je pense qu’elle aura souvent affaire à mes doléances. Mais surtout afin qu’elle se méfie des actes, contraires aux principes de l’État de droit, dudit Éric MEHLHORN !