Archives du mot-clé violence

Est-ce vraiment Donald TRUMP qui libère les actes racistes aux États-Unis d’Amérique ?

Pour commencer, on pourrait se poser la question de savoir si TRUMP est raciste.

Si je vais me permettre de ne pas répondre à cette question, pour mieux apprécier tous les gauchos s’exciter derrière leur écran, à me hurler dessus que TRUMP est raciste, force est de constater qu’une partie de l’électorat de TRUMP est raci(ali)ste.

Aussi bien les illuminés de l’Iowa qui vont te raconter qu’il est écrit dans la Bible que Dieu ne veut pas de sexe inter-racial, que les descendants des anciens propriétaires d’esclaves de l’ancienne Louisiane, qui votaient pourtant démocrate jusque dans les années 1960.


TRUMP mène-t-il une politique raciste et ségrégationniste ?

Il fait interner moins d’immigrés illégaux que OBAMA.

Il veut revenir sur les malus des concours d’entrée aux universités, attribués aux blancs et aux asiatiques (mais aussi supprimer les bonus accordés aux noirs et aux hispaniques).

Pour autant, lui se contente essentiellement de déclarations.

À moins que quelqu’un soit capable de me citer une mesure de son administration, qui soit ouvertement raciste ?


Maintenant, les Américains sont-ils cons au point de singer leur président dans tout ce qu’il fait ?

Les racistes ont-ils eu besoin de Donald TRUMP pour passer à l’acte, et commettre des meurtres de masse ?

Les policiers blancs sont-ils maintenant plus couverts lorsqu’ils commettent des exactions sur des noirs ?


Il faut déjà rappeler une différence entre le droit français et le droit américain, à savoir qu’aux États-Unis (EUA), la parole raciste est autorisée.

Et il est indéniable que de voir le président faire, c’est à dire tenir des propos limites, va encourager les plus faibles à faire pareil, soit pour jouer au président, soit parce que le regard critique des autres sera moins fort puisque même le président le fait. Pour autant, cela reste légal au nom de la sacro-sainte et totale liberté d’expression américaine.

Mais TRUMP ne commet pas d’actes racistes, et il n’encourage pas non plus ses partisans à en commettre, même s’il n’a rien dit quand un de ses partisans lui a gueulé qu’il fallait shooter les migrants en plein meeting. Et TRUMP condamne, bien obligé, même si cela ressemble plus souvent au fait qu’il relativise.

Or, je trouve qu’il n’a pas tort, lorsqu’il dit qu’il y a de la violence des deux côtés, y compris du côté de celui des prétendus antiracistes.


Nous en arrivons alors à d’autres questions.

Est-ce que les racistes agissent pour faire plaisir à TRUMP ? (Alors qu’ils le desservent.)

Probablement pas, puisqu’ils ne s’en réclament pas dans leurs actions.

Mais est-ce que les racistes agissent, parce qu’ils se sentent pousser des ailes, parce que la sphère médiatique, influencée par TRUMP, relaie des discours racistes ; et peut-être plus qu’avant ?

Les statistiques auraient tendance à dire que oui.

Je pense néanmoins qu’il faut les pondérer par internet et les réseaux sociaux, sur lesquels on retrouve et encore TRUMP.


Au final, je suis bien incapable de donner une réponse à ces questions.

Je pense que TRUMP contribue, mais de manière marginale, aux actes racistes qui se produisent aux EUA.

Mais que ses opposants ; qui par leur antiracisme, non seulement ravive le racisme, mais prouvent l’existence du racisme, ce qu’ils voulaient dénoncer à la base, sont bien contents de pouvoir véhiculer cette idée.

Et là où ils devraient se méfier, comme avec ce qui s’est passé en France, est qu’ils ne doivent pas oublier que les minorités aussi sont racistes.

Et que si les blancs font plus de mort quand ils tirent sur les noirs et les hispaniques (ce qui se discute au niveau des statistiques policières américaines), d’autres commettent également des attentats racistes.



Vos questions : pourquoi Olivier VAGNEUX est-il vulgaire, grossier, outrancier sur son blog ?

Question posée ce matin lors d’un tractage au marché Davout.

Un homme d’âge mur, qui me dit qu’il n’aime pas mon langage sur mon site.

Et qui me demande ce que cela m’apporte, parce que lui trouve que cela me dessert.


Alors oui, je l’assume d’être vulgaire, grossier, outrancier, irrespectueux, et peut-être même pire que MEHLHORN que je dénonce.

Même si moi aussi, je trouve détestable ce que je fais, et je souhaiterais ne pas ou ne plus le faire.

Ce n’est pas parce que je pratique la violence en politique que j’aime la violence !

Oui, je suis capable d’aligner trois phrases sans insulter quiconque, même si cela peut paraître impensable.

Moi aussi, j’aimerais rester un gentil petit garçon à n’être que dans la proposition constructive, et à ne rien critiquer, mais faire des « remarques fraternelles » en bon chrétien !

Seulement, cela ne fonctionne pas… Redescendez sur Terre, ce n’est pas le monde des Bisounours. Et en face, personne ne se gêne pour vous faire de crasses !


Aujourd’hui, si j’ai 1000 lecteurs par jour sur mon blog, dont de nombreux robots juste là pour indexer les pages et y adapter la publicité ; si j’ai cette audience, c’est aussi pour cela.

Au marché, ce matin, il y avait aussi des gens qui n’avaient pas retenu mon nom, mais savaient qui je suis, ou qu’ils étaient en désaccord avec mes idées !

Parce que l’être humain est fatalement attiré par ce qui le choque.

Pour voir jusqu’où je vais aller dans la provocation !

Et quand je ne choque pas, et que je ne fais que de l’information, tout le monde se contrefiche de ce que j’écris, et je n’ai que 200 lecteurs par jour, comme au début, et je fais 6 % aux élections.

L’excès, et je suis conscient d’arriver à tomber dedans de plus en plus souvent, est que l’on ne retienne de moi plus que cet aspect vulgarité, et pas le reste.

J’avais un prof de droit qui parlait tout le temps de sexe. Je n’ai rien retenu de ses cours, et j’avais quand même 6/20 de moyenne (quoique je confonde certainement entre mes cours de droit à l’université et ceux à l’école de journalisme), mais je me souviens de ce prof, et qu’il parlait de sexe.

C’est l’adage de Jean-Marie LE PEN : l’important, c’est qu’on parle de moi.

Je pense pas trop mal m’en sortir, car mes écrits papiers restent tempérés, même s’ils ont encore choqué récemment, parce que j’ai écrit que la situation actuelle était une conséquence de MARSAUDON. Le blasphème !


Après, je souris doucement, parce qu’il y avait aussi un autre homme qui m’avait fait la même réflexion il y a un an, et qui en discutant un peu, en vient à me dire trois phrases plus tard que MEHLHORN est « un connard » !

Même si je sais que le maire de Savigny se lâche sur moi en privé, et qu’il m’arrive de lui rendre la réciproque ; et le plus dur pour moi reste d’éviter le point Godwin, cela reste de la diffamation privé.

Donc moi aussi, et comme cet homme, j’ai le droit d’être en colère, et de l’exprimer en écrivant des vulgarités.

Et un politique qui ne serait que dans la gentillesse, déjà je ne connais pas, et ensuite, c’est la victime qui se fait intégralement piétiner.

Et puis il y avait un autre homme qui s’était offusqué que je parle de « MEHLHORN », et non pas de « Monsieur MEHLHORN », parce que je dois le respect à mon maire…

Donc les échelles de valeur… S’ils connaissaient les autres en privé, et les dessous de la politique, peut-être me comprendraient-ils plus ?


Cela étant, c’est aussi pour cela que j’ai besoin d’arrêter si je perds.

Parce que cela me détruit de constater mon impuissance depuis cinq ans, malgré de faibles victoires, et une pression de chaque instant sur MEHLHORN.

C’est clair que je ne pense pas que du bien de l’Homme, et qu’heureusement que j’ai mon christianisme pour croire que l’Homme est bon, et qu’il vaut le coup.

Parce que je serai plutôt comme Ripley dans la saga Alien, à penser que même si les xénomorphes tuent sauvagement les humains ; eux, au moins, sont solidaires, ne se tuent pas entre eux, sauf si c’est pour profiter du sang acide de l’un d’eux pour s’échapper, et surtout ne se vendent pas mutuellement. Sont-ils plus civilisés que nous ? Je m’interroge…

C’est clair que les Saviniens se réveillent pour un truc, et puis se rendorment illico. Ça gueule et puis ça rentre dans le rang. Sur les fermetures de services, sur les augmentations d’impôts, sur l’urbanisme, sur la fibre, sur Linky… Il n’y a qu’à lire les forums !

Dès qu’il y a un immeuble à côté de chez eux, dès qu’on leur a installé Linky de force, ou dès qu’ils sont fibrés, c’est fini, vous ne les entendrez plus…

Alors, oui, ça m’énerve, et ma vulgarité est aussi bien un style oratoire, si médiocre soit-il, mais je le constate, nécessaire pour parler à la basse populace, que je donne clairement l’impression de mépriser, et j’ai mes raisons, parce que je suis souvent tout seul ; qu’un défouloir pour tout ce que je prends pour moi d’un Savigny que j’aimerais pouvoir défendre plus… Donc aveu d’impuissance à peine dissimulé…



Le multiculturalisme à l’épreuve de la « culture de banlieue »

Depuis plusieurs jours, et la fameuse affaire Mehdi MEKLAT, on commence à s’apercevoir grâce aux réseaux sociaux, que plusieurs de ceux qu’on présente comme des « jeunes de banlieue » ou ces « enfants d’immigrés » qui réussissent (Oulaya AMAMRA, Houda BENYAMINA, Alice BELAÏDI, Badroudine Said ABDALLAH), sont en fait racistes, antisémites, homophobes, sexistes, violents voire haineux et enfin extrémistes religieux.

Bien que les intéressés plaident pour des « erreurs de jeunesse », je n’étais personnellement pas comme ça dans ma jeunesse, ce qui indique donc que dans la fameuse « banlieue », il y a un problème d’éducation tant de l’école que des parents. Mais au-delà, pourquoi autant de tolérance face à des propos qui attireraient des ennuis à n’importe quelle autre personne née ailleurs ? Parce que ce n’est pas imprimé dans notre logiciel ou que ça l’est inconsciemment ?


Les méchants sont les colonisateurs, les victimes sont les colonisés

Dans l’Histoire que nous apprenons, le mauvais rôle est toujours donné à l’Europe, qui il est vraie est responsable de la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle l’intolérance a été portée à son paroxysme. Pour autant, le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, la misogynie, la haine sont propres à tous les Hommes à partir du moment où ils se constituent une identité qui pourrait être atteinte par un des groupes visés par les mouvements de haines déjà cités.


Le romantisme de la banlieue : l’esprit racaille

Quand les textes de rap appellent au meurtre, c’est de la culture. Dans l’esprit politiquement-médiatiquement correct, le « jeune de banlieue » a le droit de tenir de tels propos haineux parce qu’il possède une excuse sociologique, et qu’il n’est pas méchant naturellement, mais en réaction de ce qu’on lui fait subir. En fait, sous couvert de mettre en avant le talent de tel ou tel autre, on envoie consciemment le message que tous les autres sont des nuls qui ne feront rien.


Sur l’échec du multiculturalisme à cause des communautarismes

Si la « banlieue » n’explose pas, c’est parce que les différents groupes ethniques qui y résident ne peuvent pas se voir entre eux donc s’unir. Or, de la même manière, les citadins (habitants de la Ville) ne veulent rien avoir à faire avec les banlieusards parce qu’ils n’ont pas la même culture. Et quand la Vile décide qu’un habitant de la banlieue a réussi, elle ne le juge que sur sa capacité à avoir imiter sa propre culture, qui à aucun moment, ne s’est mélangée avec celle de l’autre…


Je ne comprends pas comment la République peut-elle autant appliquer « deux poids deux mesures » si ce n’est qu’elle se sent responsable voire coupable de l’échec d’intégration de ceux qui plongent vers la haine. J’imagine que ces comportements ne sont pas le seul fait de ceux qui réussissent mais bien une réalité au sein de la « banlieue ». Alors que faisons-nous maintenant que nous le savons et que nous avons des preuves que la République cache autant de haines ?



Prendre rendez-vous avec Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge

Plus d’une dizaine de Saviniens m’ont déjà confié avoir voulu prendre rendez-vous avec le maire puis n’avoir jamais été recontactés. Souvent, ils devinent eux-mêmes pourquoi ils n’ont pas obtenu leur rendez-vous, c’est parce qu’ils voulaient engueuler MEHLHORN par rapport à l’état des trottoirs, ou à la salubrité, ou au stationnement… En réalité, ils ne connaissent pas le truc pour obtenir rendez-vous à coup sûr…

Je pense que Éric MEHLHORN devrait réellement arrêter d’utiliser les réseaux sociaux car il avouait encore récemment sur Facebook une pratique clientéliste qui consiste à outrepasser la règle définie pour favoriser ses amis. Oubliez donc le baratin du magazine municipal, en réalité, pour être reçu comme Henri PENICHOST, vous devez envoyer un message privé sur Facebook à votre pote Éric pour qu’il vous reçoive en court-circuitant le cabinet-tampon.

maire-recoit-rdv

Pourquoi n’est-il pas précisé qu’on peut prendre rendez-vous par message privé sur Facebook ?


Qu’est-ce que je lis ?

Sur le compte Facebook d’Éric MEHLHORN, un homme, qui le tutoie, l’interpelle pour lui dire qu’il voudrait être reçu en rendez-vous. Le maire de Savigny lui répond de lui envoyer un message privé sur Facebook car il n’a pas vu de demandes ayant transité par le cabinet du maire, qu’il aurait eu à valider. Car oui à Savigny, le maire valide ou invalide qui il reçoit. Difficile donc de prétendre que le maire est vraiment à l’écoute quand il a l’oreille aussi sélective…


À quoi sert le cabinet du maire ?

Pour la basse populace, vous appelez le cabinet du maire qui gère manifestement l’agenda de M. MEHLHORN. Pour les amis, vous envoyez un message privé sur Facebook. Mais alors après, est-ce MEHLHORN qui transmet au cabinet auquel cas il impose les rendez-vous de son choix selon une méthode de favoritisme. Ou est-ce en fait le cabinet du maire qui gère la page personnelle Facebook d’Éric MEHLHORN ? Ou MEHLHORN aurait-il deux agendas ?


Quelle légitimité de validation ?

Je veux prendre rendez-vous avec MEHLHORN. J’appelle donc son cabinet qui note le rendez-vous et le fait ensuite valider auprès du maire. Mais sur quelle légitimité Éric MEHLHORN discrimine-t-il les personnes qu’il va recevoir, ou pas ? Sur leur possession d’une carte LR-UDI ? Sur leur soutien public envers sa personne ? Sur les retombées positives qu’il pourrait advenir en aidant ladite personne ? Sur d’autres motifs de conflits d’intérêts ?


Qu’est-ce que le clientélisme ? Ou pourquoi Éric MEHLHORN ne laisse-t-il pas penser qu’il pourrait ne pas recevoir Henri PENICHOST ?

C’est une relation intéressée entre un politique et un citoyen. Henri PENICHOST est un ami Facebook de Éric MEHLHORN, il le tutoie et vote (ou fait voter) sûrement pour lui. L’édile savinien a donc intérêt à la recevoir pour ne pas risquer de perdre sa voix. Olivier VAGNEUX est un gêneur qui même dans un duel MEHLHORN-FN préférera voter blanc. Éric MEHLHORN n’a donc aucun intérêt de le recevoir, pas plus que vous Saviniens, si vous ne le soutenez pas.


Olivier VAGNEUX, un autre état d’esprit

Personnellement, j’écoute tout le monde y compris aux extrêmes, et notamment les amis de MEHLHORN qui trouvent que je suis violent d’employer les mots de « prostituée« , « tapine » et « racole« , mais qui ne voient aucune violence dans le fait de licencier 59 personnes le lendemain d’un jour au cours duquel on a dit publiquement qu’on ne licencierait personne. Ainsi, je suis souvent chahuté par le pays réel, quand MEHLHORN le lâche, reste hors-sol dans une bulle.


Des dangers du clientélisme

Il représente tout d’abord un déni démocratique. Pourquoi la parole de l’un serait-elle plus importante qu’un autre ? Pourquoi Henri PENICHOST est-il plus intéressant qu’Olivier VAGNEUX ? Ensuite, à n’écouter que des flagorneurs, Éric MEHLHORN comme Laurence SPICHER avant lui, perd tout sens des réalités. Non, il n’est pas génial et sa politique est discutable, mais le maire fuit le débat et l’échange dans lequel il pourrait être mis en défaut et ne pas savoir se défendre.


Clientélisme, favoritisme, conflit d’intérêts, voilà une nouvelle preuve qui, par le discours public (j’ai pu y accéder) qu’elle induit, montre un nouveau dysfonctionnement de la municipalité de Savigny-sur-Orge. Si vous voulez que le maire s’intéresse à vous, devenez son ami sur Facebook et envoyez-lui des messages privés. Sinon, allez vous faire voir ailleurs.

De toute façon, avec les compétences que MEHLHORN a filé au Grand Paris et à l’Établissement public territorial, inutile de vous cacher que le maire de Savigny n’est plus souverain pour la plupart des problèmes que vous pouvez rencontrer. Au final, vous retiendrez de cet entrevue la vantardise de pouvoir dire : j’étais avec le premier magistrat de la Ville. Rien d’autre.

Et MEHLHORN ose se dire de droite alors que la droite est souverainiste. Il a vendu Savigny aux socialo-communistes de l’EPT 12 pour avoir ses deux indemnités supplémentaires. Mais le bien des Saviniens, qu’en a-t-il fait ? Les prochaines augmentations d’impôts, elles ne seront pas de MEHLHORN puisqu’il n’a presque plus rien à faire, mais bel et bien du Grand Paris…