Archives du mot-clé Versailles

La Procureure générale accuse réception de deux de mes contestations de plainte contre Éric MEHLHORN

Quelques nouvelles de mes plaintes…

Courrier de ce samedi 18 mars 2017. Deux enveloppes blanches marquées d’un symbole de balance et de la mention « Cour d’appel de Paris – Parquet général ». À l’intérieur, deux courriers datés du 14 mars 2017 accusant réception de deux de mes contestations de plaintes : celle pour entrave au fonctionnement du Conseil citoyen, et celle pour prise illégale d’intérêts lorsque le maire de Savigny s’est octroyé une protection fonctionnelle.


On remarquera que le deuxième accusé de réception fait état d’un courrier en date du 4 octobre, mais qu’il a été traité postérieurement à un autre courrier du 30 novembre, étudié lui le 6 décembre. En réalité, il y a beaucoup de ma faute car ces deux courriers ne sont pas de moi, mais des transferts de la Cour d’appel de Versailles à la Cour d’appel de Paris, que j’avais saisie deux fois par erreur (croyant à tort que l’Essonne dépendait de la juridiction de Versailles).


Je ne me fais pas trop d’illusions sur le deuxième traitement qui sera accordé à mes plaintes, même si les faits sont clairement établis pour la prise illégale d’intérêts. En me portant partie civile, je pourrais même me faire un peu d’argent, mais ce ne serait pas très moral. Mais bon, je pense qu’il faut tenter la Justice, quitte à devenir procédurier. Il n’y a que cela qui fonctionne pour faire plier MEHLHORN. Donc s’il veut du bâton, je me ferai un devoir de lui en donner !



Pétition contre les œuvres d’Anish Kapoor à Versailles

Il y a quelques semaines, j’ai signé cette pétition et le temps qui passe tend à me prouver que j’avais peut être raison. Que je sois Français ou un touriste étranger en visite à Versailles, j’y vais pour voir le château des rois de France de Louis XIV à Louis XVI. Je me moque donc de l’art contemporain surtout lorsque je le juge moche et inapproprié.

CitizenGo est une plate-forme de pétition en ligne, que je n’aime pas relayer dans la mesure où elle est tenue par certains chrétiens avec des idées un peu arrêtés (c’est bien, il en faut) sur la famille ou la morale. Et ils sont aussi très persistants dans leurs relances, ce pourquoi je vous invite à ne signer que pour la cause qui me semble valoir le coup.


http://www.citizengo.org/fr/24619-non-au-chaos-versailles


Le groupe Défense du Patrimoine Français a lancé une pétition, qui devrait également vous faire réagir. « J’en ai assez de faire des cadeaux à la France. La prochaine fois qu’on voudra m’inviter, il faudra avoir l’argent et ne pas demander que je le trouve moi-même.« , voici ce qu’a dit Anish Kapoor, artiste britannique exposant des œuvres invitant au chaos, au château de Versailles.

Du 9 juin au 1er novembre 2015 sont exposées dans les jardins de Versailles des installations du britannique Anish Kapoor. Censées inviter, selon ses propres termes, le « chaos à Versailles » (JDD, 31 mai 2015), ces œuvres défigurent l’esprit des lieux par leur vulgarité.

Deux d’entre elles sont particulièrement symboliques de cette volonté de salir le patrimoine culturel français en exposant des installations indignes : l’une d’elle, intitulée Le Vagin de la Reine, outrage la dignité de la femme, réduite ici à un vagin. L’autre représente « un symbole phallique évident pour une installation controversée qui interroge sur la violence de notre société contemporaine » (JDD, 31 mai 2015).

Par ailleurs, elle concentre 500 tonnes de pierres venues de Belgique et 1 000 tonnes de terre issues de la production agricole, déversées sur le Tapis vert et elle prive de fait les visiteurs de la majesté de la perspective.

Loin de « dialoguer avec l’œuvre de Le Nôtre » (site du Château de Versailles), Anish Kapoor utilise la beauté de lieux pour valoriser ses créations. Loin de « faire preuve de courage et de générosité » (JDD, 31 mai 2015), la présidente de l’Etablissement du Château de Versailles, Catherine Pégard se fait complice d’opérations mercantiles en violation de l’esprit des lieux et des valeurs de notre pays, à commencer par celle du respect des femmes.

De plus, voici que qu’a lâché Anish Kapoor, auteur de la prétendue œuvre d’art exposée à Versailles, dénommée « Le Vagin de la Reine » : « En France, on a l’habitude de faire de jolies invitations, mais sans dépenser un penny. C’était déjà le cas quand j’ai fait « Monumenta” au Grand Palais et ça se répète à Versailles, lâche-t-il. J’en ai assez de faire des cadeaux à la France. La prochaine fois qu’on voudra m’inviter, il faudra avoir l’argent et ne pas demander que je le trouve moi-même. »


Aujourd’hui, je laisse la parole à l’équipe de Versailles Familles Avenir (très à droite) :

« Dans une interview au Art News Paper lors de la foire d’art contemporain en Suisse à Bâle, M. Kapoor a répondu au sujet de Versailles et à propos des Français « FUCK’EM ».

Les élus de Versailles Familles Avenir qui avaient demandé une rencontre à Mme Catherine Pégard, Présidente de l’établissement du Château, ne pouvaient pas rester indifférents aux multiples provocations de ce personnage et aux dégradations graves de l’œuvre de Louis XIV et de Le Nôtre.

En l’absence de réponse de Mme Pégard de retirer les gravats et ordures déposés par le sieur Kapoor, qui souillent le Tapis Vert, l’œuvre de Louis XIV et de Le Nôtre, ils ont saisi le Procureur de la République de Versailles pour les raisons suivantes :

1/ Dégradation de bien public aggravée du fait qu’il s’agit d’un monument historique,

2/ Non-respect des règles d’urbanismes et environnementales,

3/ Dépôt illégal de gravats et d’ordures sur un terrain protégé au titre des monuments historiques.

« Sous prétexte d’ « Art » nous ne devons pas nous laisser faire et laisser notre patrimoine et notre pays souillés par des vandales… Le château de Versailles n’est pas une décharge publique !« 

Article ad’hoc :

http://www.theartnewspaper.com/news/in-the-frame/156989/


L’exposition d’Anish Kapoor au château de Versailles a été inaugurée, le 9 juin 2015, en infraction au code du Patrimoine, alors que l’autorisation n’avait pas été donnée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

Les élus de Versailles Familles Avenir ont hier, 24 juin, fait parvenir un courrier à Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, afin de lui exprimer le « vif mécontentement et la colère de très nombreux Français qui n’acceptent pas que le patrimoine culturel commun soit ainsi vandalisé. » et demandant « le retrait des installations et la remise en état du Tapis vert et du parterre se situant au pied du Grand Canal.« 

En effet, de gros travaux ont été réalisés dans le parc du château de Versailles pour accueillir les installations d’Anish Kapoor.

« L’autorisation a été donnée par la DRAC, le 12 juin 2015, alors que les travaux ont commencé plusieurs semaine avant et que l’inauguration s’est tenue le 9 juin. » : 

« il apparaît que ces travaux ont été effectués sans autorisation préalable de la DRAC, ce qui est contraire aux articles L. 624-1 et L. 624-3 du code du patrimoine et pénalement répréhensible. Ce n’est qu’une fois l’exposition en place et inaugurée que [les services de la DRAC] ont délivré le 12 juin 2015 une autorisation de travaux sans qu’aucun détail sur leur ampleur n’apparaisse dans le dossier »


Donc pour retrouver un château de Versailles qui soit ce pourquoi on va le visiter, j’ai signé cette pétition. Je vous invite à en faire autant, si vous êtes d’accord avec moi et avec ceux qui ont lancé cette pétition. Oui à l’art contemporain, tant qu’on ne me l’impose pas et ne me le fait pas payer dans un lieu déjà renommé. Il y a d’autres lieux pour cela.

Ce que j’ai dit au Tribunal administratif – rejet de mes comptes

Ce mardi 20 janvier 2015, j’ai comparu devant la sixième chambre du Tribunal administratif de Versailles, à la demande de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Cette dernière requérait mon inéligibilité, conformément à la Loi puisqu’elle a rejeté mes comptes de campagne (8197 €). Fort heureusement pour moi, le rapporteur public allait dans mon sens.

Voici le texte de mes observations orales :

Madame le Président,

Madame le premier Conseiller,

Madame le Conseiller,

Madame le Rapporteur public,

Si la Banque postale n’avait pas mis 55 jours à m’ouvrir un compte de campagne, si la Banque postale avait respectée son accord oral d’ouverture de compte en 8 à 15 jours, si je n’avais pas essuyé le refus d’une dizaine de banques et n’avait pas dû patienter trois mois sans compte de campagne, je ne serai pas là devant vous aujourd’hui.

Le législateur a déjà relevé la difficulté desdits petits candidats à ouvrir un compte de campagne. Malgré cela, il n’a pas résolu le problème des délais d’ouverture de compte.

La CNCCFP me reproche que les 1485 € de dépenses litigieuses forment une part trop importante du total de mes dépenses de campagne, sans quoi elle aurait pu, je la cite, les « tolérer ». En somme, elle me reproche de n’avoir dépensé que 8197 € en 7 mois de campagne dans une ville de 37 700 habitants.

Alors vu la modicité de ces dépenses litigieuses et ma sincérité budgétaire, j’ose vous demander de  prononcer, en tant que juge des comptes, et en lieu et place de la CNCCFP, la régularisation de mon compte de campagne, tel que je vous l’ai soumis ce 15 janvier 2015 avec requalification des dépenses litigieuses en menues dépenses à caractère exceptionnel. Je vous remercie.

Le jugement est mis en délibéré. Réponse dans les 15 prochains jours. N’ayons pas trop d’illusions mais espérons toujours.