Archives du mot-clé Valérie PÉCRESSE

Pourquoi les politiques veulent interdire les listes communautaires aux élections, et pourquoi MACRON ne le veut pas ?

La première réponse est parce que des listes communautaires leur piqueraient un réservoir électoral, souvent décisif, qu’ils se constituent en allant se prostituer auprès des musulmans.

La deuxième réponse est parce que MACRON a bien compris que les listes communautaires ne représentaient pas encore une menace électorale conséquente (un maximum de 5 %), et qu’il trouve le beau rôle auprès d’un électorat musulman en tenant ces propos, pour que ce dernier se reporte globalement sur lui dans des seconds tours.


Je pense que les Français ne croient pas à l’existence d’un vote musulman, parce qu’il n’existe pas de vote catholique, ni même de vote juif. Et même si 100 % des musulmans ne votent pas d’un bloc, une partie des musulmans est effectivement prête à soutenir un candidat commun lequel irait dans le sens de leurs intérêts religieux.

Ainsi, il est possible que Christine RODIER n’aurait pas gagné les élections municipales de 2014 à Athis-Mons si elle n’avait pas promis la construction d’une mosquée, par l’intermédiaire de l’Association bienfaisante des Portes de l’Essonne, et de leur interlocuteur en mairie, le maire-adjoint Omar EL MOURABET. Cette association se vante en effet d’avoir rapporté 500 voix à RODIER, alors que celle-ci a gagné avec 226 voix d’avance sur la gauche.

De la même manière, il est possible de penser que Robin REDA n’aurait pas gagné avec un tel écart aux législatives de juin 2017, voire n’aurait peut-être pas gagné, s’il n’était pas venu draguer les musulmans de Savigny et d’Athis, en mettant bien en avant son égyptianité.

Et dans ces moments, REDA n’a pas les mêmes scrupules à se faire élire par un électorat communautaire qui « menace la sécurité de nos villes et la cohésion entre les Français »

À Savigny-sur-Orge, la situation est tout aussi complexe avec d’autres distinctions qui rentrent en compte, par exemple l’opposition entre les musulmans de l’Orge (Prés-saint-Martin) et les musulmans de l’Yvette (Grand-Vaux).

À ma connaissance, le vote communautaire est essentiellement partagé entre Éric MEHLHORN qui a permis une illégale extension du centre culturel musulman revenant à en tripler ses capacités, et David FABRE qui a toujours fait du clientélisme religieux.

Mais c’est Bernard BLANCHAUD qui revendique en fait d’avoir les « vrais musulmans » avec lui, parce que les Saviniens arabes qui soutiennent VAGNEUX seraient des faux-musulmans…


Et tout ce petit monde serait bien embêté qu’une liste communautaire musulmane se mette en place parce qu’une partie d’un électorat, qu’ils croient capter plus ou moins, leur échapperait alors, lequel pèse quand même 5 % dans certaines villes.

Le calcul de MACRON est nul parce qu’effectivement, la liste communautaire musulmane ne représentera pas de danger dans les sept années restantes de son mandat.

Mais malgré tout, on voit que des musulmans s’organisent, toujours pour copier un fantasmé parti chrétien démocrate. Et il ne serait pas illogique que leurs scores augmentent effectivement, en fonction de plusieurs critères.


Globalement, j’en conclus donc que les politiques sont globalement des salauds parce qu’ils prétendent s’opposer aux listes communautaires au nom de la laïcité, alors qu’ils le font au nom de leurs intérêts électoraux personnels.

Et MACRON ne vaut guère mieux car il refuse d’interdire ces listes, et je le rejoins néanmoins sur cette interdiction qui préjugerait a priori de comportements néfastes, juste dans un intérêt électoral immédiat et court-termiste.

Avec toujours ce problème qu’on n’a pas de solutions à l’intégration, et qu’on refuse dans le même temps de voir qu’il y a quand même un problème à ce que des citoyens veuillent aujourd’hui se réunir dans des listes religieuses ; la démocratie-chrétienne en comparaison étant un mouvement politique et social, se réclamant de l’héritage de la doctrine de l’Église, davantage qu’un mouvement religieux rassemblant des chrétiens pour agir pour les chrétiens.




Vos questions : Éric MEHLHORN a-t-il quitté LR (Les Républicains) ?

Une semaine après le départ de Valérie PÉCRESSE des Républicains (LR), vous êtes plusieurs à me demander si Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge, ainsi que plusieurs autres de ses adjoints, ont suivi Robin RÉDA en quittant leur parti.


À ce jour, je ne suis personnellement pas en mesure de vous répondre. Même si vous vous doutez bien que je commettrai un article dans l’heure où j’apprendrais un tel départ.

D’un côté, j’ai trois sources différentes qui convergent pour m’indiquer que « oui ».

De l’autre, j’ai Pascal PICARD, secrétaire départemental LR, et responsable du parti sur la 7e circonscription de l’Essonne, qui m’indique qu’il n’a aucun élu de la 7e qui quitte LR.

Encore une fois, je ne comprends pas quel serait l’intérêt pour MEHLHORN de quitter LR, surtout si PÉCRESSE ne rejoint même pas MACRON. Déjà si cette première entrait au Gouvernement, je doute que RÉDA la suive, même à un sous-secrétariat d’État (ce poste n’existe même plus), mais alors MEHLHORN…

Par contre, et puisque RÉDA se plaignait que à peine 10 % des militants du département (chiffre également valable sur le reste de la France) avaient renouvelé leur carte de membre depuis la défaite de FILLON en 2017, je ne suis pas certain que ni MEHLHORN, ni ACHTERGAËLE, ni BÉNÉTEAU, ni TEILLET (que des pro-LE MAIRE, des pro-JUPPÉ ou des pro-PÉCRESSE) ne soient à jour de leurs cotisations… On ne pourrait alors pas parler de départ, de personnes qui ne sont de fait plus membres de leur parti…

Donc comme vous, j’attends d’en savoir plus, avec à nouveau, mon sentiment que même si MEHLHORN quittait LR, le parti lui donnerait quand même l’investiture par peur de devoir décompter un conseiller départemental.



Mais qui peut encore s’étonner de l’opportunisme du traître Robin RÉDA ?

Mais quelle hypocrisie dans les commentaires qui ont suivi le départ de LR de Robin RÉDA, parti « refonder la droite » ! D’autant plus que je ne vois pas sincèrement quel débouché il peut trouver auprès de PÉCRESSE, qui va être désormais marginalisée de toute part. Et de constater que notre ami RÉDA n’est pour l’instant pas très suivi par les élus du coin, qui hésitent encore à passer de 8 % aux européennes à 2 ou 3 % aux municipales !

Les militants cocufiés s’offusquent donc de la trahison. Ils somment RÉDA de remettre son mandat. Ils lui rappellent, avec raison, que c’est grâce à LR qu’il a obtenu la mairie de Juvisy en 2014, puis une place au Conseil régional en 2015, et enfin le poste de député en 2017. Et ils trouvent quand même scandaleux qu’on se soit servi d’eux pour assouvir les ambitions personnelles d’un jeune homme qui jurait pourtant son amour à LR encore dix jours avant.

Notre RÉDA, qui veut sauver la droite, alors que son corpus idéologique s’éloigne de plus en plus de la droite. En quoi RÉDA est-il de droite ? Quelles valeurs de droite a-t-il défendu pendant la campagne, hormis la sécurité qui continue de se dégrader ? Les LR, qui ne sont pas non plus tellement de droite, ouvrent en fait les yeux sur une situation qui existe en fait depuis des années, mais qu’ils se refusaient de regarder, par peur de la vérité…


Je suis d’abord étonné d’une telle fidélité à PÉCRESSE quand on se rappelle que RÉDA a successivement trahi tous ses parrains politiques. Il a commencé en soutenant Nicolas SARKOZY, et Nathalie KOSCISUKO-MORIZET localement. Puis il a lâché NKM pour PÉCRESSE et SARKOZY pour Bruno LE MAIRE. Puis il a lâché Bruno LE MAIRE pour François FILLON, qu’il a abandonné quelques mois avant la présidentielle. Et l’on apprendra par la suite qu’il n’a pas totalement coupé les ponts avec BLM au cas où il voudrait le rejoindre avec MACRON… C’était donc le moment de lâcher PÉCRESSE qui ne veut pas aller avec MACRON…

Il est clair que RÉDA vise effectivement un poste au Gouvernement à long terme. Mais il est intéressant de relire le parcours politique du jeune homme, et de dresser un bilan de ses réalisations.

Personnellement, je retiendrai juste la rétention de documents administratifs, et la « vente » à la NSA de données personnelles de tous ses soutiens aux législatives par son utilisation de NationBuilder.

À Juvisy, il s’est fait élire en négociant que le FN ne présente pas de liste, tandis qu’il encourageait une liste Front de gauche pour diviser la gauche. CHAUFOUR ne s’est pas méfié, trop sûr de lui, et il a perdu la commune.

Et il a eu de la chance car MEHLHORN (et même RODIER) ne voulaient pas être présidents de la CALPE, et qu’ils lui ont laissé la place…

Qu’a-t-il fait à Juvisy ? Il a autorisé la fusion des conseils de surveillance des hôpitaux de Juvisy et de Longjumeau. Il a bétonné pour obtenir les 25 % de logements sociaux et a modifié le PLU en conséquence. Il n’a pas bloqué le T7. Il a géré avec difficultés le dossier du déploiement de la fibre optique…

Et puis surtout, il nous a foutu dans le Grand-Paris, tout en voulant quitter l’EPT dès qu’on y est rentré. Et depuis, il essaie de bloquer régulièrement le fonctionnement de l’EPT avec son groupe, juste parce qu’il veut obtenir un treizième EPT dont il serait le chef !

Si donc son seul bilan est de ne pas avoir augmenté les impôts à Juvisy, tout le reste n’est que communication. Mais c’est vrai aussi que toute la circonscription relaie que RÉDA est un bon maire, du fait de cette communication habile, et surtout du fait qu’il n’a pas eu à devoir rattraper la gestion de ses prédécesseurs.

À l’Assemblée, il s’est fait remarquer avec son amende pour pénaliser les consommateurs de cannabis, sur des gens insolvables donc cela ne résout rien. Et il s’est fait voir pour son amendement sur le couvre-feu et le référendum autour de la privatisation d’ADP. Là encore, bilan mitigé.

Et je ne m’aventure pas à parler de son bilan de président de la fédération LR de l’Essonne… Il n’y a jamais eu aussi peu de militants, et aussi peu d’affichages et de tractages…

Mais donc, nous avons quand même des gens qui trouvent qu’il est génial, alors qu’il se contente de parler, et que les actes suivent assez rarement.


Or justement, le seul élément qui choque vraiment les LR est que RÉDA ne soit plus LR.

À aucun moment, ils ne remettent en cause son action, dont ils font semblant de croire qu’elle est le fait de LR. RÉDA a toujours fait ce qu’il voulait.

Pourtant, dans ou en dehors de LR, il aurait toujours eu un même bilan, même si la communication fait illusion, et qu’il est plutôt très malin dans son clientélisme qui reste assez discret.

Ainsi donc, si les militants LR, comme le reste de la population, s’étonnent de ce qui se passe, c’est juste parce qu’ils ne connaissent pas RÉDA, et qu’ils ne suivent pas réellement son action, alors que le seul truc qui intéresse vraiment Robin depuis le départ est de devenir président de la République.

Je crains malgré tout pour lui qu’il vienne de se saborder. Je me doute qu’il rebondira, mais cela lui demandera du temps. Ça doit quand même être dur à 28 ans, de savoir que sa carrière politique va entamer une longue traversée du désert…




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : pourquoi l’union des droites est une fausse bonne idée ?

Qu’on l’appelle « union des droites », ou « union des patriotes », ou « Amoureux de la France », ou « Alliance pour la France », j’ai reçu, depuis les élections européennes, plusieurs propositions dans ce sens, en vue des prochaines municipales à Savigny de mars 2020.

Ma première réaction est donc de demander à mes interlocuteurs s’ils croient vraiment que je vais aller me foutre sur une liste commune avec MEHLHORN, voire avec FABRE.

Ma seconde réaction est de demander qui est prêt à faire cette alliance, et à m’en laisser prendre la tête de liste (la seule chose qui m’intéresse).

Et une fois qu’ont été cités, de manière incertaine et informelle, le RN, DLF et le PCD, la conversation s’arrête…


Le concept théorique, qui ne tient pas compte du « paradoxe de Condorcet », est que 18,2 (RN) + 8,2 (LR) + 5 (DLF) + 2,5 (UDI) = 34 = la victoire aux municipales…

Ou autrement rédigé RN 18,2 + DLF 5 + Vagneux 6,5 (socle électoral de 2014) = 29,7 = largement en tête au premier tour… Ce qui n’est pas vrai non plus !

Certains de ses calculs peuvent encore et enfin inclure Bernard BLANCHAUD…


Alors c’est vrai, que peut-être l’investiture LR est désormais récupérable, si MEHLHORN quitte vraiment ce parti pour suivre PÉCRESSE, comme on peut l’entendre dans Savigny, ce que je n’ai pas réussi à vérifier.

Encore une fois, ce n’est pas dans son intérêt. Les LR (= Les Retraités – c’est de mon ami Jean-Maire CORBIN) sont encore nombreux à Savigny, et ils ont voté LaREM aux européennes, non pas par adhésion, mais pour faire obstacle au RN (= Retour des Nazis – c’est de moi)

MEHLHORN a un mauvais bilan. Il est mort, en dehors de tout cadre partisan. Tout seul, il doit peser 6 %. Un peu plus avec sa clientèle, mais qui retrouvera d’autres patrons autrement.

Je peux déjà dire à ceux qui veulent voter BLANCHAUD qu’ils auront un MEHLHORN bis aux affaires, avec peut-être un peu plus de qualités, et un peu moins de défauts. Mais il sombrera aussi dans sa victoire, comme NIETZSCHE fait dire à Zarathoustra… Et moi aussi !

Mais de toute façon, LR est un tel parti de candaules (à l’origine, des mecs qui baisaient leurs femmes en public, devenue une pratique sexuelle dans laquelle des mecs regardent leurs femmes se faire baiser par d’autres mecs…) qu’ils investiront MEHLHORN quoi qu’il arrive, pour pouvoir dire qu’ils conservent un conseiller départemental.

Qu’ils n’investissent pas RÉDA, ce sera une punition et une juste vengeance. Pour MEHLHORN, ils n’ont qu’à y gagner, donc je pense qu’il aura l’investiture LR quoi qu’il arrive.


Bref, tout cela pour dire avec qui faire l’union des droites ?

Avec le RN qui n’a jamais fait plus de 2000 voix à Savigny, et DLF qui aura atteint une fois 1300 voix aux régionales de 2015, mais qui en pèse plutôt 600 en temps normal.

Vous voulez aller chercher le PCD (Parti chrétien démocrate) et le CNPT (Chasse nature pêche et traditions), c’est quoi ? Aucun militant et 200 voix à tout casser ?

Il faut 4500 voix pour l’emporter avec une majorité relative, et 6000 pour l’emporter avec une majorité absolue.

On ne les a pas dans cette configuration, même si j’apportais 1000 voix ! Qui plus est sans aucune réserve au deuxième tour.


Surtout qu’à partir du moment où tu écris le mot « droite », tu perds toutes les voix de la gauche et du centre.

Déjà même si tu es de la droite réactionnaire, tu perds la droite libérale, et inversement…

Et encore plus s’il y a le RN, car dans mon cas, je sais que je perdrais ma base électorale !

D’autant plus que pourquoi le RN et DLF voudraient m’investir, alors que je ne partage même pas leurs idées, et que DLF soutient actuellement MEHLHORN ?

Et je ne parle pas des querelles d’égo qui ont déjà fait capoter tous les projets précédents, quel qu’en soient les échelles.

Et rien ne dit en plus que les électeurs suivraient…


Alors que, si tu proposes un programme de droite, en écrivant liste citoyenne, personne n’y verra rien, parce que plus personne ne sait quelles sont les valeurs que les courant politiques défendent.

Il y a en plus moyen d’être malin et de suggérer la droite sans l’afficher, sans pour autant se couper de la gauche et du centre.

Un peu de bleu, une campagne axée contre le bétonnage. Un simple mot sur la sécurité, et ça passe.

De toute façon, je suis perçu comme un vilain méchant de droite, raciste, homophobe, qui aime l’argent, et qui méprise la fonction publique.

Une liste conduite par VAGNEUX, même avec un programme de gauche, est automatiquement fichée à droite.

Pourquoi aurais-je besoin de rappeler que je suis à droite, alors que je ne suis en plus pas la droite LR, ni la droite RN, ni la droite DLF, ni aucune droite contemporaine ?


En conclusion, l’union des droites n’est pas intéressante politiquement, en vue de ces municipales de 2020 à Savigny-sur-Orge.

Déjà sur le papier, cela fonctionne de justesse, donc j’ai de très gros doutes par rapport à la réalité.

Surtout dans un contexte où la droite est affaiblie, et plutôt utilisée en repoussoir, avec déjà au moins quatre candidats qui se réclament d’elle.

Non, c’est réellement la dynamique citoyenne indépendante, rassemblant de tous bords avec un programme qui fasse la place à tous les types de convictions, qui peut l’emporter.

Surtout si tous mes opposants sont attachés à des partis politiques, et que ma différence est ma réelle indépendance, que personne n’ira me nier !

Donc autant éviter de s’enfermer dans un cadre dont je ne pourrais plus sortir, voire qui va définitivement me griller (surtout s’il y a le RN), et proposer un vrai rassemblement qui dépasse les clivages, et qui donne un peu à chacun.