Archives du mot-clé Valérie PÉCRESSE

Candidature de François DUROVRAY à la présidence de la SGP : reconversion pour une défaite annoncée aux départementales 2021 ?

À lire l’interview de François DUROVRAY dans Le Parisien Essonne, lequel a quand même besoin de préciser qu’il se maintiendra « jusqu’au bout », on dirait vraiment qu’il n’y croît pas ou plus lui-même ; en tout cas est-ce l’impression qu’il donne.

À sa place, et à la question du journaliste « Depuis, l’Elysée semble avoir pris la main sur le dossier et pousser Olivier Klein. Cela remet en cause votre décision ? », n’importe quel politique aurait fait du CHIRAC : « vous parlez sérieusement ou vous faites de l’humour ?« 

Dès lors, pourquoi DUROVRAY tient-il absolument à y aller, sinon parce qu’il cherche à préparer un futur dans lequel il pourrait ne plus être président du Conseil départemental de l’Essonne, et effectivement, c’est bien mal parti pour la droite !


C’est mal parti parce que la gauche semble, selon mes renseignements, en passe de réaliser des alliances et des binômes d’union un peu partout, avec au contraire d’autres élections, peu de velléités de l’extrême-gauche de candidater.

Et à côté, une multiplication des listes à droite avec des listes de LR, de LaREM, du Rassemblement national et parfois même, comme certainement sur le canton de Savigny, des candidatures indépendantes de jeunes trublions qui osent avoir des convictions de droite.

Plusieurs pronostics ont été réalisés et le canton de Savigny, historiquement à droite, est considéré comme perdu (avec ou sans VAGNEUX/DUGOIN), tout comme d’ailleurs le canton d’Athis. C’est d’ailleurs ce qui peut expliquer que les sortants ne soient pas déjà en campagne, et qu’on parle par exemple plutôt de Brigitte VERMILLET pour la Région davantage que pour le Département.

À Savigny, TEILLET meurt d’envie d’y aller, poussé par RÉDA (il se dit même qu’il aurait déjà pris les devants en envoyant sa candidature) et MEHLHORN semble toujours aussi amorphe, s’imaginant que de multiplier les publications Facebook va le sauver, alors que tout le monde le lâche dans son parti. Aujourd’hui, MEHLHORN est mal barré pour être réinvesti, et bien que sortant, il n’est même pas le candidat naturel de son parti.


À ce jour, beaucoup voient encore le RN jouer les trouble-fêtes comme en 2015. Personnellement, je n’y crois pas et je pense qu’ils même qu’ils ne seront qualifiés pour aucun second tour en Essonne, parce que leurs électeurs n’y croient plus.

Je pense également que le macronisme est en déclin, et que le score de IZARD dont je ne vois déjà pas comment il pourrait être investi par son parti, parce qu’il devrait être rendu inéligible d’ici-là du fait du rejet de son compte de campagne, sera plus proche de 10 que de 20.

Maintenant, la droite pourra-t-elle se retrouver au second tour ? Les marcheurs, historiquement de gauche, ne vont-ils pas aller soutenir les candidats des listes d’union de la gauche. Je ne pense pas que LR arrivera beaucoup 3e, mais je doute qu’ils puissent se refaire au 2e tour.


Bref, DUROVRAY a compris que la partie était loin d’être gagnée, et qu’il devrait probablement bientôt regagner l’autre rive de la Seine à ne plus présider que son intercommunalité. Le pauvre !

Que les Essonniens ne lui ont pas pardonné les 29 % d’augmentation de taxe foncière, le raté des Jeux Olympiques en Essonne ou encore l’annulation du projet de grand-stade de rugby (même s’il n’est pas pour grand chose sur ces deux derniers points).

Plus localement, il y a le contournement Sud d’Orly toujours pas fini, la station de la ligne 14 à Morangis pas garantie, le pont Athis-Vigneux qui énerve, l’inutile T12 qui se poursuit…

Et puis à Savigny, le trou de Ferdinand-Buisson parce que François a dit à son copain Éric : tu me dégages la maternelle Paul-Bert pour que j’agrandisse mon collège.


Donc oui, j’affirme que DUROVRAY prépare sa reconversion à la SGP parce qu’il ne croît plus qu’il va rester président du Conseil départemental. Mais la faute à qui ?

Reste malgré tout, l’hypothèse de listes fusionnées LR-LaREM aux régionales qui impliquerait des binômes communs aux départementales, et donc une majorité restreinte voire relative pour le Libres! DUROVRAY même s’il est à parier que les élus LaREM seront de bons soumis.

Et cela, mon ami Jean-Marie CORBIN les avait prévenus qu’ils (LR) se feraient niquer la gueule par LaREM et qu’ils avaient plutôt intérêt à renforcer leur identité qu’à aller à la soupe, qui se révèle en fait être un infâme potage. Pour la SGP, MACRON préfère soutenir un PS !!

Aujourd’hui, LaREM n’est plus assez fort pour gagner une élection mais suffisamment quand même pour décider du vainqueur. Or, MACRON déteste tous ceux qui pourraient lui faire de l’ombre en vue de 2022 parmi lesquels PÉCRESSE donc je ne vois pas pourquoi en plus il voudrait plus sauver un pécressiste à la tête de l’Essonne.



Covid-19 : l’odieuse récupération politique de RODIER, RÉDA, PERRIMOND, MEHLHORN et VILAIN sur le dos des personnes à protéger

Mais au fait, c’est quelle case sur l’attestation de sortie pour la communication et la récupération politique ?

Il y a six mois, une livraison de masques aurait normalement été confiée à un technicien principal de 2e classe, à qui personne n’aurait fait attention, parce qu’il fait juste le travail pour lequel il est rémunéré.

Limite même qu’on se serait moqué de lui s’il s’était photographié en action, parce qu’il n’y a rien d’exceptionnel dans le fait de transposer des cartons. (Petite sonnerie. Je viens soudainement de me faire de nouveaux amis aux services techniques.)

Et là, on a les maires (plus un député même si nous savons qu’il est le vrai maire de Juvisy), qui sous les flashs de photographe complices, ont l’indécence de se mettre en scène pour aller chercher, puis pour aller distribuer des masques de protection.

Dont la commande est quand même personnellement attribuée à Valérie PÉCRESSE, pour bien rappeler la soumission de ces élus de droite à leur patronne, alors que n’importe quel président de région, quelque soit sa couleur politique, a commandé des masques (parce qu’évidemment, personne n’en avait en réserve mais cela va critiquer le Gouvernement parce que c’est LaREM).

Et ils sont vachement concentrés, et appliqués, et tous heureux, parce que c’est super fun de balader des cartons (je crois connaître, j’ai vendu 2 tonnes de livres en 2019). Blague à part, ce serait intéressant de savoir combien porte chaque année le service Logistique.

Limite même à se demander pourquoi il y en a qui se plaignent de pénibilité au travail, et qui doivent porter des ceintures lombaires !

Et pendant ce temps, on a dégagé tous ceux qui font le job d’habitude, sans un mot ou une pensée pour eux. Nos super-maires ont pris le relais ! Mais juste pour le temps de la crise, et pour faire les photos ! Ils n’ont plus rien d’autre à faire…

Moi, sincèrement, entre voir le faux-jeton qui a signé la fusion administrative de l’hôpital de Juvisy avec celui de Longjumeau, puis qui se plaint que le COPERMO veuille fermer son hôpital, et l’autre clown qui a refusé de présenter la motion de soutien à l’hôpital de Juvisy proposée par Michèle PLOTTU en 2016, j’apprécie, je goûte, je me délecte de les voir se soucier de la santé des gens. Tas d’hypocrites, et je ne parle même pas de tous ceux qui ont lâché un « J’aime » à la publication.

Je pousse encore un coup de gueule, parce que je trouve scandaleux de surfer sur la vague du Covid-19 avec des gens, notamment de Saviniens, qui meurent, et des soignants qui bossent malgré les élus qui ne font que leur retirer des moyens, tout cela pour donner à penser qu’on est un élu de terrain. Dans le domaine de la santé, et malgré la soumission de quelques médecins bien contents d’avoir des maisons de santé qui les exonèrent de loyers, vous avez juste été minables pendant tout votre mandat.




Municipales 2020 : l’échec cuisant du parti de Valérie PÉCRESSE Soyons libres ! (Libres !)

C’était une semaine après les élections européennes de 2019. Valérie PÉCRESSE quittait bruyamment Les républicains (LR), suivie par quelques centaines d’élus, dont la plupart faisaient en fait déjà partie de son mouvement associé à LR « Soyons libres ! » plus communément appelé Libres ! À l’issue des municipales de mars 2020, force est de constater que ce micro-mouvement ne porte pas encore, voire pas du tout.

Rares sont en effet les maires à avoir assumé sur leurs documents de propagande leur appartenance personnelle à Libres ! Certains mangeant d’ailleurs dans plusieurs râteliers.

Rares sont déjà les maires sortants qui adhèrent à Libres ! : Nicolas FLORIAN à Bordeaux, Xavier BONNEFONT à Angoulême, Florence PORTELLI à Taverny, Jean-Didier BERGER à Clamart, Marie-Claude JARROT à Montceau-les-Mines, Pascal THEVENOT à Vélizy-Villacoublay, Jean-Christophe VEYRINE à Jouy-le-Moutier, Vincent JEANBRUN à L’Haÿ-les-Roses et Sébastien COUPAS à Rampillon.

Rares aussi étaient les candidats qui déclarent appartenir à Libres ! En plus des précités, on trouve Michaël BULLARA à Paris-Centre, Pierre LISCIA dans le 18e à Paris, Céline VIDAL à Saint-Selve, Éric VINSINTAINER à Mantes-la-Ville et Othman NASROU à Trappes.

Or, sur ces 14 candidats (sur un total de 290 investis par le mouvement), seulement 4 n’y sont pas allés dans le cadre d’une liste d’alliance, généralement avec LR, mais aussi parfois avec l’UDI, le MoDem, voire LaREM : BULLARA à Paris-Centre, LISCIA dans le 18e, COUPAS à RAMPILLON et VIDAL à Saint-Selve.

Mettons de côté COUPAS à Rampillon (819 habitants) qui finit 9e, et VIDAL à Saint-Selve (2100 habitants) qui perd, il reste réellement BULLARA et LISCIA qui sont intéressants parce qu’ils ont eu LR face à eux, et que même s’ils se vendaient comme une liste de rassemblement de la droite et du centre, ils ne réunissaient que des pécressistes autour d’eux.

Eh bien, LISCIA a fait 3,47 % et BULLARA 1,37 %.

Autrement écrit, Libres ! ne porte et ne fonctionne que dans le cadre d’alliances ou d’union avec d’autres partis, sans quoi le mouvement ne pèse que 1 %, ce qui reste même à relativiser tant le cadre de l’élection municipale est spéciale.

De plus, rien n’indique que ce pourcentage est réellement celui de l’ancien électorat UMP déçu par LR qu’il juge trop à droite.

Ce n’est donc pas demain que PÉCRESSE peut se présenter à la présidentielle de 2022 avec des chances de victoire, sauf dans le cadre d’une grande coalition avec LR dont elle aurait la tête.

Sans quoi, ses rares électeurs pourraient se faire moins nombreux que ceux de Jean LASSALLE.

L’avenir de PÉCRESSE dépend désormais de la soumission de LR qui devrait la réinvestir tête de liste pour les prochaines régionales. Dès lors, elle continuera de leur faire obstacle.

Dans tous les cas, ces municipales ont permis de voir que PÉCRESSE essaie relativement bien de noyauter l’Île-de-France, ce qui pour l’instant, ne porte pas encore de fruit, principalement parce que les Français ne la suivent pas.

Probablement n’en veulent-ils donc pas pour présidente, peut-être davantage parce que c’est une femme, que pour tout le mal qu’elle a fait à l’université française ?



Vœux du maire 2020 à Savigny-sur-Orge : on ne sait toujours pas si Éric MEHLHORN est candidat…

Qu’importe, nous le saurons sûrement dans la semaine du 13 janvier. Il est temps parce que le dépôt des listes commence le 13 février…

MEHLHORN veut donc faire une campagne comme SARKO en 2012.

Celle qui a fini qu’il a quand même perdu et qu’il a explosé son budget de campagne, ce pourquoi il sera ensuite condamné, à la fois pour avoir dépassé les plafonds autorisés, mais surtout pour avoir fraudé avec Bygmalion.


En fait, j’ai écrit vœux du maire mais j’aurais mieux fait d’écrire vœux de la Région.

PÉCRESSE était là. RÉDA aussi. DARCOS et DELAHAYE encore. VERMILLET et VILAIN pour boucler la boucle.

Mais personne du Département. (Sûrement tous à Disneyland), ni personne du Territoire.

550 personnes environ. Loin des 1000 de janvier 2015… Tu enlevais les invités de MEHLHORN des autres villes, et les candidats en campagne, et tu n’avais plus grand monde de Saviniens.

Et donc a eu du PÉCRESSE pendant 30 minutes pour nous dire que la Région agissait pour Savigny, au niveau du T12 (celui qui ne passera pas à Savigny), ou de la RN20 (celle que je prends à Longjumeau)… Ou aussi quand elle nous annoncé qu’il y aurait un mur anti-bruit le long de l’autoroute A6, qui est aujourd’hui fini…

Mais au moins parlait-elle sans notes, contrairement à notre MEHLHORN qui a tenu 15 minutes en ânonnant difficilement un discours dans lequel il nous avait promis de ne pas faire de bilan, mais qu’il a fait quand même… Et puis surtout nous avons échappé à un discours de RÉDA.

PÉCRESSE nous a appris que nous n’aurons plus à acheter nos manuels scolaires dans nos lycées. Je n’ai jamais payé les miens pour ma part. Parce que nous aurions désormais des tablettes numériques, commandés en 2019 pour septembre, mais arrivées en novembre…

Et aussi que nous allions avoir plus de RER en 2020. C’est pas compliqué qu’il y en ait plus qu’avec la grève ; puis comme on en aura plus que 4 par heures en 2022, c’est provisoire.

Naturellement, pas un mot sur les JO 2024 qui vont ruiner la Région, ni la moindre remise en cause de sa politique de Transports, qui ferait qu’on pourrait habiter dans l’Yonne ou dans le Loiret et travailler en Essonne sans mettre 2 heures pour venir.

Ah si, quand même, elle va payer des utilitaires électriques aux artisans à hauteur de 5000 €. Ils n’auront plus qu’à avancer les 25 000 € restants…


Je ne dirais rien d’autre sur le discours de MEHLHORN : il est Monsieur Parfait !

Avec des vertus curatives pour son discours comme pour celui de PÉCRESESE puisque Réjane MALGUY a pu rester debout pendant 1 heure 15, quand elle doit se garer sur la Place Davout pour ne pas la fatiguer à cause de son handicap.

Tellement parfait notre maire qu’il trouve ses opposants exemplaires, mais qu’il ne les a pas invités à venir chanter la Marseillaise.

J’ai ressenti qu’il savait qu’il avait perdu, et qu’il l’avait sinon compris ce soir.

Ah, puis je n’ai rien dit du retour de SPICHER qui m’a souhaité de gagner puisqu’elle m’a souhaité une bonne année 2020.

À défaut de parler de la candidature de MEHLHORN, les Saviniens parlaient au moins de la nouvelle coupe de SPICHER.


Je finis avec une proposition. Quand je serai maire, et comme à la Métropole, chaque groupe politique du Conseil municipal aura un petit temps d’expression pour présenter ses vœux à la population.

Mais peut-être, et j’écris cela ironiquement, qu’il n’y aura pas besoin d’un si grand espace, si je n’envoie pas des invitations nominatives aux élus voisins comme MEHLHORN, et à certains Saviniens mieux que d’autres. Et surtout, si par exemple, j’écris « Janvier sans alcool ». À voir…