Archives du mot-clé urbanisme

Urbanisme à Savigny-sur-Orge : mais où s’arrêtera l’incompétence d’Olivier CARETTE, de Valérie RAGOT, de Catherine MICHARD et d’Éric MEHLHORN ?

Ce que je reproche à une partie de l’administration savinienne, c’est que je sois en fait, moi petit citoyen, plus curieux de leur putain de métier, que ces gens, dont je crois naïvement qu’il l’exerce par passion… Mais où est passé leur sens du service public ?


Au fait, rappelez-moi de me censurer, maintenant que la Commune a financé une formation inutile et hors de sujet aux agents du service Communication pour leur apprendre à trouver des solutions aux tombereaux d’injures et de diffamations publiques que je passe mes journées à cracher ! Pour 1062 € pour deux la journée. Comme j’ai peur ! On comprend mieux pourquoi ils sont à 4 dans le service. Parce que ce n’est pas avec leurs publications papier et internet qu’ils sont noyés sous le travail…


Savez-vous donc finalement pourquoi nos bons amis ont TOUS accordé le permis de construire d’un immeuble de 17 mètres de haut, sans qu’aucun ne se dise à aucun moment que peut-être qu’il n’était pas légal parce que le PLU modifié avait abaissé la hauteur maximale à 15 mètres ?

C’est le maire de Savigny qui nous apporte la réponse :

La demande de permis de construire a été instruite selon les règles du PLU qui s’appliquait à la date de dépôt du projet, c’est à dire en février 2019, soit avant la modification décidée au mois de juin.

Ainsi nos copains ont accordé le permis en fonction des règles d’urbanisme en vigueur à la date du dépôt de la demande d’autorisation.


Et moi, pauvre con, qui ne connaît pas grand chose à l’urbanisme, mais qui connaît bien nos potes, j’avais deviné que ce serait leur justification.

Et toute petite chose que je suis, j’ai anticipé de demander aux grands qui savent, et voici ce qu’on m’a répondu sur Service Public, en deux jours, et c’est gratuit !

Que n’y ont-ils pas pensé par eux-mêmes ?


Et maintenant, je peux me foutre de leur gueule, et leur foutre dans la gueule les jurisprudences qui disent que :

Non, Monsieur MEHLHORN, un permis de construire s’accorde au droit du PLU en vigueur au moment de sa délivrance !


Nonobstant, je ne vais pas les prendre pour plus ignares que ce qu’ils peuvent être. Parce que je pressens qu’ils aiment bien faire passer en erreurs (involontaires), ce qui sont en fait des fautes (volontaires) pour faire passer en force des projets de logements sociaux.

Et donc j’ai la conviction que ce service, débarrassé de M. CARETTE qui soutient la construction de logements sociaux parce que c’est la loi, mais davantage parce qu’il en a côté de chez lui, ce qui semble sous-entendre qu’il faut alors que tout le monde en ait à côté de chez lui aussi, sera capable de mettre la même énergie pour bloquer tous les projets de constructions indésirables dont nous ne voulons pas, que celle qu’il met pour valider de mauvais projets !

Car la réalité que tous ces bienpensants ne veulent pas admettre est que si Savigny veut atteindre 25 % de logements sociaux, alors elle devra construire encore 100 immeubles (comportant en moyenne 40 logements) à 15 mètres de haut. Soit 1,5 km d’immeubles !

Et pendant que la Métropole du Grand-Paris, compétente en matière d’Habitat, exonère Paray, Villeneuve-le-Roi et Ablon de leurs obligations d’application de la loi SRU, BÉNÉTEAU et MEHLHORN ne doivent même pas savoir que cela existe… Sinon, ils auraient essayé, et s’en seraient vantés ! Comme je le ferai moi-même !


Il faudra alors aussi que le service Urbanisme retrouve de vrais locaux, possiblement de retour aux services techniques, et puis qu’on recrée un vrai service Commerce, pour éviter que le service se marche dessus avec la manager centre ville. Même si je ne sais en fait pas s’ils pourront continuer de travailler ensemble s’ils ne sont pas dans la même salle.

Bref, il est plus qu’urgent de trouver des élus et des agents compétents, avec un maire, des directeurs généraux et des responsables de service qui arrêtent de nous prendre pour des cons en affirmant de manière péremptoire des choses fausses, qui ne trompent en fait personne !



Nadège ACHTERGAËLE exclue de la liste des signataires des parapheurs en matière d’urbanisme

Je fais suite à un commentaire de mon ami Jean-Marie CORBIN sur un précédent article : « Après la belle boulette de Nadège ACHTERGAËLE à 190 000 euros*, il semble que ce soit le maire Éric MEHLHORN qui ait repris l’urbanisme. »

Effectivement, avant, il y avait une ligne pour Nadège, dans la fiche de transmission des parapheurs, en tant qu’élue référente de l’urbanisme.

Et puis maintenant, on passe directement de la DGS au maire, et l’élue référente a dégagé.

Étonnant d’accorder un permis de construire alors qu’ils attendent une décision de Vinci. Il y avait une faille juridique avec l’article R.423-1 du code de l’Urbanisme, mais visiblement que personne ne l’a vue…


La question reste de savoir si Nadège se représentera avec MEHLHORN.

Si jusque-là, je pensais que oui ;

du fait que déjà trois des huit adjoints de MEHLHORN annoncent en privé qu’ils ne se représenteront pas, notamment parce que votre serviteur se fait un devoir de les pourrir numériquement, simplement en rappelant ce qu’ils votent, je pense que je ne suis plus certain de rien.

Et donc Nadège pourrait se tirer comme les autres, surtout en continuant d’être méprisée de la sorte… Plutôt, je ne comprends pas l’intérêt qu’elle se représente si c’est pour continuer à faire la potiche à côté du maire en conseil municipal…



“Osons Savigny”, ou la liste LaREM d’Alexis IZARD et des « courageux des sept derniers mois »

Oser, c’est littéralement avoir le courage de faire ou de dire quelque chose.

Oser, c’est un jour porter ses couilles et les poser sur la table pour dénoncer une embauche de complaisance et un emploi fictif en mairie de Savigny, et le payer du titre de gloire d’une condamnation en diffamation qui fera de vous un délinquant et vous poursuivra 40 ans dans le premier bulletin de votre casier judiciaire (5 ans dans le deuxième qui sert un peu plus…).

Alors, si un célèbre proverbe dit “Mieux vaut tard que jamais”, je ne peux pas m’empêcher de penser que les entreprises relativement tardives d’IZARD & Co, une société du groupe MACRON, sont insincères et opportunistes. En un mot électoraliste !


Déjà parce qu’il est plus facile de passer à table quand un autre a déjà fait la cuisine et mis la table. Ou bien de cultiver un champ, après qu’un tiers l’ait préalablement déblayé et labouré.

Je vais être franc avec vous. Je ne sais pas exactement ce qu’a fait Alexis IZARD entre mars 2014 et ce mois d’août 2019. Vivait-il toujours à Savigny ? J’en doute sincèrement puisque je ne le voyais plus, mais je pense qu’il n’en était pas bien loin. En même temps, Paris n’est qu’à 19 kilomètres…

Avec donc ce double paradoxe que IZARD prétend en même temps incarner un renouveau ; alors qu’il n’est qu’un bébé FABRE, déjà candidat aux précédentes élections municipales de 2014, puis aux élections législatives de 2017.

Mais aussi qu’il nous vend une filiation, une historicité, un attachement avec une ville, qu’il n’a quand même pas hésité à quitter, et dans laquelle s’il y avait peut-être toujours son adresse légale, n’y avait-il pas forcément son adresse physique…

Toujours est-il que quand, avec Alexis et sur nos listes respectives, nous avons perdu les élections municipales de mars 2014, moi, j’ai continué, et Alexis a abandonné !


Alors ok, Alexis est revenu dans le jeu au moment des législatives, c’est à dire qu’à partir de là, il a commencé à venir assister aux séances du Conseil municipal, à organiser des réunions locales (d’En marche), et même à proposer une rencontre du Grand débat national, alors même que Bernard BLANCHAUD m’avait dit qu’il avait été demandé aux animateurs LaREM de ne pas en tenir !

Mais ce n’est pas cela faire ; ce n’est pas cela dire !

Qui peut démonter en quoi IZARD a-t-il eu une action politique ? En quoi a-t-il influencé les actes de la municipalité ? Ou fait évoluer le discours du maire sur tel point ?

Nous le verrons dans un prochain article d’analyse de sa vidéo d’annonce de candidature : tout est creux !

Son programme, c’est uniquement d’avoir une équipe d’horizons divers, dirigée par l’audace et l’ambition (personnelle ?)… Soit rien de concret !

D’ailleurs en fait, son programme, c’est celui que vous allez lui écrire, et qu’il ira ensuite défendre, parce qu’il n’a pas de programme du fait qu’il ne connaisse pas la ville.

À croire qu’il n’a pas non plus de convictions, s’il est réellement capable de tout éponger (tout, et peut-être n’importe quoi ?)…

Ou alors qu’il se prend déjà pour MACRON qui organise un débat, dont l’issue est déjà connue, pour nous apporter les réponses aux questions que nous n’avons pas encore formulées.

Les méchantes langues disent de lui qu’il veut juste faire une carrière à la RÉDA. Maire en 2020 et député en 2022…


Alors, pour terminer, je n’aurais plus qu’une série de questions, sous la forme d’une anaphore :

Où étaient IZARD et ses courageux colistiers, qu’on ne connaît pas encore, lorsque MEHLHORN a fermé la Savinière et la crèche familiale ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a choisi de rejoindre la Métropole du Grand-Paris ?

Où étaient-ils, lorsque MEHLHORN a lourdement augmenté les impôts en 2016 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a échangé le réseau câblé savinien contre la déclaration d’intention de SFR de fibrer tout Savigny avant juin 2019 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a bradé la Savinière ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a entrepris la rénovation urbaine de Grand-Vaux ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a commencé à dénaturer notre ville en la bétonnant à outrance ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a élaboré son Plan local d’urbanisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a dépensé deux fois plus qu’Athis pour refaire sa piste d’athlétisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a engagé un million d’euros pour les façades de l’école Kennedy, sans rien faire pour protéger l’école d’une nouvelle inondation ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN s’est mis martel en tête, de refaire les parcs saviniens pour des centaines de milliers d’euros ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a initié son projet de centre culturel communal ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a lancé son projet de ZAC Gare – Centre-Ville ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a décidé de rénover l’école Ferdinand-Buisson ?


Moi, je ne les voyais pas, mais je n’ai pas la prétention d’affirmer que je vois tout.

Peut-être étaient-ils là, mais comme je ne les entendais pas non plus ?

Est-ce peut-être parce que dans le fond, ils étaient d’accord avec la politique de MEHLHORN ?

Ou plus vraisemblablement parce qu’ils s’en foutaient comme 99 % des Saviniens ?

Alors pourquoi s’y intéresseraient-ils plus aujourd’hui ?

Auraient-ils été subitement touchés par la grâce démocratique ?


Alors, non, il n’y a aucun courage à commencer à faire, à dire, à s’intéresser à la vie politique savinienne, à seulement sept mois des élections, après n’avoir rien fait, et pire avoir fermé sa gueule pendant soixante-cinq mois !

Et comme la greffe de couilles n’existe pas encore, des gens qui n’ont rien branlé pendant cinq ans, je ne vois pas comment ils pourraient tout d’un coup devenir courageux…

Oser, tout le monde va le faire, parce que ce sont désormais les élections.

Mais oser proposer du vrai, et dire la vérité, là, j’ai encore quelques doutes…

Enfin, c’est facile de se réclamer courageux, quand tu bénéficies du soutien du parti présidentiel qui t’assure minimum 20 % des voix, quelques soient les conneries que tu vas faire, et surtout quand il y a un mec qui a sapé tout le travail du maire en place depuis des années.

Aujourd’hui, critiquer la politique de MEHLHORN, ce n’est pas avoir du courage, c’est juste tirer sur une ambulance… Et ce n’est franchement pas très glorieux !




Olivier VAGNEUX cité dans le bulletin municipal de Savigny-sur-Orge

Plus précisément dans le magazine municipal n°7 (été 2019), dans la tribune d’expression libre du groupe « Ensemble, défendons Savigny ».

Ce qui me gêne n’est pas donc pas tant d’être cité dans la tribune du Rassemblement national. Après tout, je n’y suis pour rien, et ils me font de la pub gratuitement.

Comme dirait d’ailleurs Jean-Marie LE PEN : « Peu importe que l’on parle de nous en bien ou en mal. L’essentiel, c’est qu’on en parle.« 

Mais davantage que le RN s’approprie ma pétition contre le bétonnage lancée à l’occasion de mes vœux, par ma liste politique « Vivons Savigny autrement ».

Aussi, avant que le RN ne me prenne de vitesse est-ce que j’annonce ici, dimanche 21 juillet 2019, pour le 1er septembre, une pétition contre le projet de réforme de l’organisation des commissariats en Essonne, à laquelle ils seront libres d’associer, s’ils n’oublient pas cette fois qui en est à l’initiative…


Dans tous les cas, leur tribune reste toujours la moins dérangeante :

  • entre la gauche, qui n’a pas compris qu’elle ne pouvait pas engager une révision complète du PLU sans lancer l’élaboration du PLUI à l’intercommunalité. Donc promesse mal formulée ou promesse en l’air…
  • entre FABRE qui n’a encore pas écrit de tribune, puis qu’il va venir raconter qu’il est citoyen, alors qu’il n’utilise même pas les outils démocratiques mis à sa disposition ; et qu’entre nous, il n’a pas branlé grand chose sous ce mandat…
  • entre BLANCHAUD qui se plaint de ne pas avoir assez de visibilité, mais qui ne va même pas demander à ce que sa tribune soit copiée sur le Facebook de la Commune, comme il en a le droit ; mais il sait mieux que moi, parce qu’il a été élu, lui, (sur une liste UMP sur laquelle on l’a pris parce qu’il a craché 1500 boules), et donc qu’il a découvert le fonctionnement d’une administration municipale, ce que moi, pauvre con, ne peut pas connaître… (Je sens comme une pointe de ressentiment envers Bernard. Je me suis pourtant promis de ne plus en parler jusqu’à ce qu’il ait réussi à avoir sa liste de 39 noms !)
  • et entre MEHLHORN qui est tout fier de dire que pour une fois, il n’est pas à l’origine d’une hausse des tarifs du service public ; et qui court aussi désespérément derrière l’électorat écolo d’une manière plus que pathétique par une exonération fiscale accessible uniquement à ceux qui ont les moyens de dépenser 10 000 € de travaux de rénovation…