Archives du mot-clé Union de la gauche

Savigny-sur-Orge : les élus d’union de la gauche ne connaissent même pas l’adresse de leur site internet…

Exemple typique des déboires des listes d’union (de gauche ou de droite). Chacun travaille pour sa gueule, et le collectif passe au second plan. Moyennant quoi l’un écrit une bêtise, et les autres, par abus de confiance, ou plus vraisemblablement par flemme et par division, parce qu’ils ne travaillent pas ensemble, laissent passer une énorme erreur…

En l’occurrence, le site internet des élus de gauche (sur lequel il n’y a malheureusement plus rien d’intéressant depuis longtemps) est :

savignynotreville.org

(sans tirets entre « Savigny », « notre » et « ville »…)

À la rigueur, je vous conseille plutôt Savigny socialiste, et le blog de Jean-François DUMOUSSEAUX. Celui de Jean-Marc DEFRÉMONT n’est plus alimenté…

Toujours est-il assez navrant qu’ils ne connaissent pas le nom de leur site, et qu’il n’ait pas plus prêté attention à cette communication, comme s’ils ne croyaient pas dans l’action à long terme, mais uniquement dans le texte de la tribune à court terme. Ils visent de faire dégager MEHLHORN, mais pas d’être élu ensuite. Ce qui expliquerait qu’ils n’entretiennent pas leur site, parce qu’ils savent qu’ils vont à la défaite, ou que cela ne se fera pas avec les élus actuels.


Alors je me suis bien demandé si ce n’était pas Julien MIALLET, directeur de cabinet du maire, qui avait volontairement cherché à nuire à la gauche, au cas où il aurait trop peur qu’elle repasse. De vous à moi, je ne sais pas trop comment. Le contexte national n’aide pas trop, mais il faut aussi dire que la gauche de Savigny n’a jamais été très vive. Sous ce mandat, ils ont été « vigilants », ce qui s’est traduit par un blanc-seing à MEHLHORN pour toutes ses conneries…

Ils m’ont surtout bien critiqué pour toutes mes procédures en Justice, mais eux, que faisaient-ils en attendant ? C’est la gauche qui est censée croire en la Justice ; pas la droite qui achète tout avec l’argent. Moi, ce que ne fait pas MEHLHORN à part les routes, je m’en fous, parce que je peux théoriquement me le payer…


C’est en effet Julien MIALLET qui a fait exprès, par rapport au précédent bulletin municipal de janvier 2019, de bien mettre que l’adresse de contact du groupe « Ensemble défendons Savigny » est celle du Rassemblement national à l’échelle départementale, au cas où on ait pu craindre la normalisation de ce groupe de droite, et donc une menace pour l’électorat du maire.

Et puis, je me suis souvenu que les élus de gauche m’avaient distribué leur tribune, au cas où elle ne paraîtrait pas, parce qu’il faut quand même dire que les bulletins sont toujours faits à l’arraché. Et dans la tribune papier, les élus socialistes commettent eux-même cette erreur… C’est tout à fait désespérant ; et c’est dommage parce qu’ils disent quand même des choses intéressantes, et qu’ils auraient une place de suiveurs pour aiguiller la politique municipale dans un meilleur sens… J’aurais même bien travaillé avec eux s’ils étaient moins idéologisés…




Comprendre la défaite de Pierre GUYARD et du PS de Savigny-sur-Orge aux municipales

Quatre mois après le second tour des élections municipales, le Savinien libéré revient sur sept raisons qui expliquent la défaite de l’union de la gauche à Savigny, écrasée au second tour par l’UMP d’Éric MEHLHORN et le bloc des trois droites qui ont réalisé 68 % des voix avec trois listes contre 32 % pour la gauche unie, et rejointe par les électeurs de FABRE.

Au premier tour, la coalition PS-PC-PRG-EELV avait réalisé 21,77 % et s’était placée en tête. Le candidat marxiste Jean ESTIVILL avait quant à lui réalisé 2,84 % tandis que le candidat divers-gauche David FABRE en avait obtenu 13,41. Le cumul de ces voix aurait dû s’assurer la victoire contre une droite divisée, d’autant que la gauche réalisait 49 % des voix aux municipales de 2008 et 52 % en 2012. Et pourtant, il n’en fut rien…

 

I. La politique présidentielle et gouvernementale jouait contre eux

Les coalisés n’ont pas été aidés par le contexte politique nationale qui a vu la gauche fortement contestée. Mars 2014 fut, dans toute la France, un juste retour de boomerang pour le PS et son allié EELV à cause de leur incapacité économique, de leur oubli de l’électorat populaire et de leur réformes acharnées pour modifier la société française (mariage pour tous, rythmes scolaires). De fait, ils se sont coupés d’une partie de leurs bases (ouvriers, parents d’élèves, croyants…) Le charisme de Jean-Marc AYRAULT n’arrangeait alors pas les choses, même si Manuel VALLS n’aurait pas fait mieux.

II. Ils ont manqué d’une émulation à gauche sur la commune

Ils ont voulu faire l’union tout de suite et ont manqué d’un débat d’idées avec l’extrême-gauche communiste qui aurait pu les faire connaître, le centre étant absent du débat politique. Le camarade Jean ESTIVILL ne compte pas puisqu’il ne sert que les intérêts des fidèles de Savigny-égalité à savoir sa famille et les fidèles de 1989 comme Pascal CHANOUX. Le Parti de gauche de Dominic LEBRUN ne les a pas suivis et n’a pas pu constituer sa liste.

III. Leur alliance, mal ficelée, ne ressemblait à rien

Ils ont cru qu’ils l’emporteraient au nombre de partis présents sur le bulletin. Le PRG uniquement représentée par Chirinne ARDAKANI n’a servi à rien sinon à montrer l’opportunisme de la jeune syndicaliste. EELV comptait 4 personnes dont la député SAS opposé au cumul des mandats mais pas opposé au fait de devenir conseillère municipale et conseillère communautaire de la CALPE. Le PC a brillé par ses sorties, notamment celles de Michèle PLOTTU-GROSSAIN qui ne cessait de réclamer des dépenses pour financer des services publics (lesquels, on ne sait pas)…

IV. Une liste de responsables politiques parachutés 

Il n’est un secret pour personne que Pierre GUYARD (« la fierté d’être Savinien« ) nous arrive de Verrières-le-Buisson, abandonnant lâchement le PS local. On appréciera que le Parti socialiste considère Savigny comme une poubelle. Éva SAS (EELV) n’habite la ville qu’une journée par semaine sinon Paris, à ce qui se dit. Chrinne ARDAKANI (PRG) a fui Massy ayant compris qu’elle avait une chance à Savigny. Enfin, Michèle PLOTTU-GROSSAIN (PC) était la seule implantée sur la ville mais elle avait disparu politiquement depuis sa participation aux législatives de 2007.

V. Communication et impressions de campagne

Il y a tout d’abord cette affiche sur laquelle le produit (Pierre GUYARD) est coupé. Cette communication révèle un amateurisme flagrant qui est indigne de l’expérience du PS. Il y a ensuite cette manie de ne se retrouver qu’entre copains, ce qui est oppressant pour les petits nouveaux. C’était super les réunions publiques et les vœux. Sauf que c’était systématiquement le même public dont une partie venait des villes voisines, de la CALPE notamment. Les marchés de la campagne n’ont pas fait recette et les candidats s’y disputaient. Seul le porte-à-porte fut efficace. Ce fut la campagne du PS pour le PS…

VI. Un projet qui n’a pas convaincu

Essayons de l’expliquer simplement :

un service public exemplaire et efficace –> Les électeurs ont préféré la droite qui favorise le privé. Seuls les fonctionnaires apprécient vraiment le service public.

accompagner tous les âges de la vie -> On pense aux jeunes et aux vieux. Mais que fait-on pour les actifs ? Or, ce sont eux qui votent le plus. Cet aspect a manqué.

réussir le vivre ensemble –> C’est une utopie. Commençons par vivre sur Savigny. Le FN ne s’embarrasse plus avec cette question très délicate et ici mal traitée.

rendre Savigny attractive –> Ce sont les Saviniens qui veulent profiter de leur ville et en sortir pour s’amuser. Ils n’ont rien à faire que les autres viennent.

VII. Un candidat-Maire qui n’a pas séduit

Il faut voir que 1/3 des électeurs de gauche a préféré FABRE. Pierre GUYARD, arrivé récemment quoiqu’il en dise, semble avoir du mal à parler d’autre chose que d’efficacité énergétique et de rénovation thermique. Ses positions en faveur des partenariats public/privé n’ont pas été comprises. Il n’a pas accroché dans les quartiers populaires à Grand-Vaux ou aux Prés-saint-Martin, semblant trop distant et trop lointain. Enfin, il ne connaissait pas suffisamment bien les dossiers saviniens, même entraîné par son équipe ou l’ancien maire-adjoint Bernard MÉRIGOT.

 

Cette défaite est d’abord la conséquence du climat politique national. Mais elle s’explique aussi par le refus des Saviniens d’un candidat et d’une équipe extérieure, qui n’a pas fait une super campagne et qui n’avait pas un programme suffisamment convaincant pour l’emporter.

À titre personnel, je déplore la soumission des militants du PS qui ont préféré le candidat parachuté par Solférino (Pierre GUYARD) à Jean-Marc DEFRÉMONT, militant classique du PS, parent d’élève FCPE, doté d’un ancrage local. On peut aussi regretter la division du PS savinien en deux courants : social-démocrate (très idéologique) et social-libéral (avec compromis) et la victoire du premier sur le second. Enfin, on peut déplorer la perte de personnes compétentes telles que Chadia SEMDANI-ZIZTERMAN et de Jean-Claude LÉOST.

David FABRE rebondira-t-il à l’UDI de Savigny-sur-Orge ?

Le conseiller municipal d’opposition (SE) David FABRE, ancienne tête de liste PS en 2008, ancienne tête de liste qui se disait indépendant en 2014, sent-il que le vent n’est temporairement plus dans le sens de la gauche ? Plusieurs indices laissent à penser qu’il se rapproche tout doucement, mais non moins sincèrement de l’UDI.

David FABRE est actuellement élu dans un groupe indépendant politiquement (« Agir pour vous – Savigny Ensemble »). Même si sa chef de file Laurence SPICHER-BERNIER est encore UDI, grâce à l’intervention de Xavier DUGOIN qui lui a sauvé sa place au sein de ce parti. De plus, il convient de rappeler que l’union de la gauche n’a réalisée que 32 % à Savigny au second tour des élections municipales de 2014.

David FABRE, éternel opportuniste

Notre Montpélliérain commence sa vie politique dans le Sud de la France. Selon les renseignements de votre serviteur obtenus auprès de la fédération PS de l’Hérault, il ne parvient pas à percer dans le réseau de Georges FRÊCHE et se voit gentiment suggérer d’aller voir ailleurs. Notre homme monte alors à la capitale.

Débarqué à Palaiseau (Essonne), il se rapproche du maire François LAMY et agit localement au sein de comités de quartier. Contactés, ces derniers disent aujourd’hui ne pas garder un bon souvenir de l’homme. Parallèlement, le strauss-khanien FABRE devient le représentant départemental de son maître à penser socialiste, pour les primaires PS de 2006.

À Savigny, la succession d’Élisabeth ROZE DES ORDONS, alors chef de file du PS, se passe mal. Le secrétaire de section Gilles VOLLANT propose alors à FABRE de prendre la tête du PS savinien. Mais le jeune ambitieux ne peut rien contre la machine MARSAUDON et il est défait au premier tour des municipales de 2008.

FABRE se coupe alors de ses amis du PS tentant une sécession qui se passe mal. Il démissionne finalement du PS le 1er janvier 2011 et en est exclu le 8. Il rejoint alors Europe écologie les Verts (EELV) pour espérer en être le candidat aux législatives de 2012. Mais Jean-Vincent PLACÉ a réservé la place pour son amie Éva SAS. De plus, la fédération Nord-Essonne de EELV crache aussi sur FABRE qu’elle affirme ne pas l’avoir vu beaucoup en réunions.

L’homme se présente alors en indépendant divers-gauche aux municipales de 2014 à Savigny. Il réalise plus de 13 % au premier tour, grâce à un vote ethnique et communautaire, mais il choisit de s’allier à Laurence SPICHER-BERNIER (UDI) au second tour. L’homme est alors quitté par les siens qui rejoignent le PS, se sentant trahis. Beaucoup vouent une grande haine au nouveau conseiller municipal, élu sur une liste de droite.

Savigny-Ensemble était une liste verte !!! (écolo)

Fabre-EELV-Vagneux

Lorsqu’on lit les « À propos » de la page Facebook du comité de soutien de M. FABRE, on s’aperçoit que l’homme est membre du parti EELV. Une appartenance qu’il a nié devant moi lors de la cérémonie des vœux 2014.

Sa liste n’était donc ni neutre ni indépendante mais dissidente EELV. Ainsi la seule vraie liste indépendante pour Savigny était celle de Vivons Savigny autrement. Certes soutenue par des partis, mais n’ayant jamais fait mention d’une quelconque adhésion partisane.

Selon certains membres du parti EELV sur la ville, une procédure d’exclusion de David FABRE de EELV serait en cours depuis plus d’un an. Interrogée, la fédération Nord-Essonne de ce parti a refusée de communiquer sur ce point.

Un rapprochement sincère ?

Voilà maintenant que M. FABRE s’intéresse de près à l’UDI. Par exemple, si on se rend sur le compte Facebook de l’UDI de Savigny-sur-Orge (qui fait ouvertement campagne au mépris de toute égalité démocratique pour le ticket Yves JÉGO-Chantal JOUANNO), on peut voir plusieurs « like » de notre Montpelliérain critiqué. Ainsi, il se réjouit que Jean-Louis BORLOO soit le nouveau président du club de foot de Valenciennes.

UDI-Savigny-sur-Orge-Vagneux-Olivier

Je trouve cela tellement pathétique d’aimer un article Facebook sur une information dont la plupart des gens se foutent, juste parce qu’on apprécie ceux qui l’ont posté…

Même comportement lorsqu’on se rend sur le Twitter du bonhomme. Regardez à l’actualité de qui il s’intéresse…

David-FABRE - Olivier-VAGNEUX-TwitterJean-Louis BORLOO, Yves JÉGO, Jean-Christophe LAGARDE mais aussi Vincent DELAHAYE (dans les 8 autres)… Si c’est pas du beau monde, UDI de surcroît…

Rien ne nous permet de dire si ce soudain intérêt de David FABRE pour l’UDI est lié à son éternel opportunisme politique. Ou si l’homme est vraiment sincère. Toujours est-il qu’il est en manque de rebonds, d’autant que son retournement de veste n’a pas été très apprécié à Grand-Vaux. Et qu’il trouve ici l’occasion idéale de continuer à se faire-valoir, l’art dans lequel il excelle le plus après celui de fédérer des gens honnêtes qu’il trahira lamentablement plus tard.