Archives du mot-clé TTME

À la réunion du 14 octobre 2020 sur les travaux SNCF en gare de Savigny-sur-Orge et le T12

Retenez-en qu’il y aura des travaux au moins jusqu’en février 2022, que la SNCF ne prévoit la création d’aucun nouvel accès aux quais (« on va d’abord faire vivre les nouveaux aménagements et on verra après ») et aussi que le T12 se prend encore un an et demi de retard et qu’il est désormais prévu d’être mis en service à la fin 2023, sans que plus aucun mur anti-bruit ne soit prévu à destination des riverains des Rossays.

Si vous êtes riverain, vous serez dérangés par le bruit des travaux des changements de rails au niveau de la rue de la fontaine blanche et chemin de Juvisy intensément cette semaine (du 12 au 16 octobre) puis les semaines 44 et 45 (du 26 au 30 octobre et du 2 au 6 novembre), et modérément les semaines 47 à 50 (du 16 novembre au 11 décembre), sans oublier les travaux, très bruyants, de la gare les 31 octobre et 1er novembre.

Pour le T12, les riverains de la rue des Rossays (et de la résidence Bretagne) seront surtout dérangés pendant la journée des semaines de novembre et décembre puis les samedis et dimanches de janvier à mars 2021.


75 personnes. Les écolos ne déplacent guère plus que la droite, malgré leur prétendu idéal de démocratie participative qu’ils vomissent à longueur de temps. De fait, je me rends compte que la fanbase de MEHLHORN a complètement disparu. Pendant des années, ces gens ne se sont donc pas déplacés parce qu’ils étaient intéressés mais juste pour soutenir leur candidat…

Public de vieux, principalement des riverains inquiets du bruit, davantage que des usagers du RER, pour qui une réunion un mercredi soir à 19 heures 00 n’est peut-être pas le meilleur horaire ? N’est-ce pas en plus l’horaire de l’AMAP ?

Île-de-France Mobilités n’a carrément pas voulu venir. La SNCF s’est opposée à la retransmission vidéo. Pour les emmerder, j’ai tout enregistré et je le tiens à la disposition de qui souhaiterait dresser une étude comparative de leurs mensonges et autres arrangements avec la vérité dans le temps.

DEFRÉMONT nous a annoncé que nous devrions atteindre le seuil de 40 000 habitants d’ici deux à trois ans. Donc il compte bétonner à fond, mais ce n’est pas grave parce qu’il a planté un arbre au parc Séron.

Nous avons appris que l’espace commercial créé dans la gare sera une sandwicherie qui fera café. C’est vrai que cela manquait dans le quartier. Donc adieu le kiosque à journaux… Adieu les nourritures de l’esprit pour la malbouffe en concurrence avec le café de la gare et les autres.

Les illustrations étaient hors-sol. Un coup, ils nous ont montré un quai central avec une passerelle pour rejoindre les quais latéraux. Un autre, ils avaient oublié que DEFRÉMONT doit construire 150 logements dans l’avenue de la gare en face de l’école…

Un public résigné. Les travaux doivent être faits donc on les fera. Ne surtout pas rappeler que l’accident de Brétigny n’a pas été dû à l’âge du matériel mais à ce que des boulons d’éclisses n’avaient pas été vissés.

C’est l’EPT 12 qui décide pour la gare de Savigny puis pour la gare routière (qui va déjà être réaménagée alors qu’elle date de 2017) puis pour la ZAC Centre-Ville. À se demander pourquoi on a encore un maire.

Savigny-sur-Orge, en zone hyper-dense (plus de 18 trains par heure), 3e gare hors Paris, 8e gare de la ligne C, mais absolument pas prioritaire pour aucun travaux.

JACQUEMARD, dont le nom figure dans la procédure du corbeau de Savigny, qui nous fait un sketch sur le fait qu’il n’y a que 20 places dans le local Véligo. Mais sa démonstration tombait complètement à plat vu qu’à aucun moment personne n’a indiqué combien de vélos étaient stockés à l’intérieur. C’était juste un coup pour réclamer idéologiquement plus d’emplacements vélos.

Il n’y aura pas d’accès aux quais en tête de train direction Paris parce que cela coûte trop cher d’installer des lecteurs Navigo. La SNCF n’a pas compris que c’était pour faire gagner du temps aux habitants du Coteau. Surtout que c’est à eux de se démerder pour aller valider et que la SNCF n’est même pas tenue d’installer des bornes ou des barrières (cf gares d’Épinay, de Viry, d’Évry-Val-de-Seine…)

Nous avons appris que DEFRÉMONT avait déjà eu une réunion avec la SNCF au cours de laquelle il n’avait rien obtenu. Donc en gros, il rejouait la réunion, et n’aura toujours rien obtenu. Un idiot utile qui a donné corps à la fiction selon laquelle la SNCF informe, alors qu’elle ne nous a rien appris.

Je relève que les élus de la majorité posaient des questions auxquelles DEFRÉMONT devaient avoir les réponses (moi, je les avais en tout cas). Il y a donc fort à parier que DEFRÉMONT pratique même la discrimination du savoir y compris avec ses élus. Pauvre homme qui se croit puissant parce qu’il détiendrait des infos qu’il cache aux autres.

IZARD a peut-être le bras long, selon ce qu’il veut faire fantasmer. Il n’a pas ouvert sa gueule, quand j’ai posé trois questions. Il n’en a plus pour longtemps avant de devenir inéligible pour les différentes infractions au financement de sa campagne électorale.

Grand silence d’Élan Savigny environnement qui n’a plus rien à dire et qui n’est même pas informé des promesses faites par le passé aux riverains des Rossays.


Pour emmerder les pastèques, j’ai rebondi sur l’affirmation selon laquelle la sécurité est à la base de la politique du nouveau président de la SNCF pour demander s’ils comptaient toujours faire passer des convois de déchets radioactifs par Savigny.

Et on a DEFRÉMONT l’écologiste qui va non seulement les justifier mais affirmer qu’il faut maintenir le secret et l’opacité sur ces convois pour se prévenir des risques terroristes.

C’est complètement contradictoire avec ses déclarations en matière de sécurité. Il n’y aurait pas eu de policier de la BAC pour intervenir sur l’affaire, que le policier n’aurait pas été renversé…


Sur le T12, la SNCF a réussi l’exploit de ne pas évoquer les RER C de la Vallée de l’Orge qui ne s’arrêteront plus à Savigny, ni même la fin de la branche C8 jusqu’à Massy. À un Savinien qui leur demande, ils nous ont dit qu’il était « trop tôt » pour parler des nouvelles fréquences.

Il n’y aura finalement pas de mur anti-bruit dans la rue des Rossays parce que le T12 ne fera pas de bruit. Et puis que sinon tout sera absorbé par le mur de soutènement qui fera entre 2 et 3 mètres et jusqu’à 8 mètres avec une capacité d’absorption. Et de toute façon, l’association des 3R n’existe plus, donc ils m’ont fait comprendre qu’ils n’étaient plus tenus à leurs engagements écrits passés.

À une question d’un colistier de IZARD, Henri DELTOUR, qui n’est toujours pas informé que le parking de la gare d’Épinay, déjà diminué de moitié, va en plus devenir payant, ils se sont choqués du raté marketing qu’ils aient évoqué les suppressions de places de parking au lieu de mettre en avant le génie de l’arrivée du T12.

Ils m’ont affirmé que le T12 serait toujours rentable et qu’ils auraient bien 40 000 voyageurs par jour. Avec le T7, cela devait être 29 000 puis c’est 21 000…

Dans sa conclusion, DEFRÉMONT, VRP de la SNCF, nous a dit qu’on était tous un peu fatigués donc qu’il était temps qu’on arrête. C’est bien, il sait pour moi si je suis fatigué.

Puis il redit que c’était très complexe, sous entendu qu’on est trop con pour comprendre. Il s’est aussi lâché sur SPICHER et MEHLHORN avec sa lâcheté coutumière de ne pas donner leur nom, alors qu’il faudrait rappeler que le Département était de gauche à l’époque…


Quelques chiffres

30 minutes, le temps légal de service imparti à la SNCF pour s’occuper d’une personne à mobilité réduite.

La rénovation du matériel roulant est prévue en 2030.

L’âge moyen des rails sur le RER C est de 40 ans.

L’Île-de-France concentre 70 % du trafic ferroviaire national.


Des contacts utiles pour le T12

gimmy.contact@tram12-express.fr ou 06.47.07.97.34 (Gimmy)

patrice.contact@tram12-express.fr ou 06.47.07.91.00 (Patrice)



Aujourd’hui, je dénonce la courte vue de Circule et d’Élan-Savigny-environnement

Que des gens se constituent en association de défense, j’apprécie leur altruisme si c’est bien cela qui les motive. Mais quand leur absence de vision fait qu’ils sont manipulés, voire instrumentalisés par les politiques, je ne suis plus d’accord ; d’autant plus quand ces gens se sont autoproclamés comme agissant en mon nom. Règlement de comptes avec les associations Circule et Élan-Savigny-environnement sur la défense du RER C !


Ce jeudi 19 octobre, j’ai reçu ce tract à la gare de Savigny-sur-Orge. Sur le fond, il n’y a rien à redire. Les usagers du RER C doivent effectivement bouger leurs fesses s’ils veulent conserver un minimum de 8 trains par heures de pointe. Mais sur la forme, que ce soit les associations collaborationnistes d’IDF Mobilités (ex-STIF) Circule et Élan-Savigny-environnement, qui dénoncent qu’on déshabille le RER C pour habiller le T12, je ne peux pas m’empêcher de réagir !


Tant Élan que Circule sont des idéologues des transports en commun qui raisonnent de la manière suivante : le bonheur des usagers se mesure au kilométrage des réseaux. Ils soutiennent donc tous les projets foireux qui passent : le T7, le T12, la rénovation du Grand Pôle intermodal de Juvisy (en tant que celui-ci se fait au détriment des autres gares) ; et puis ils s’étonnent qu’on déshabille l’existant, ici le RER C, pour habiller la nouveauté, ici le TTME ou T12 !

Le prix d’équilibre du passe Navigo est à 93 € par mois. Et tous les ans, on nous vend 2,5 € d’augmentation pour nous dire qu’on construit de nouveaux réseaux (parce qu’on a tout investi dans le TGV dans les années 1980 alors il faut bien rééquilibrer). Pourquoi on entend pas ces associations de défense ? À cause du fait qu’ayant soutenu tous ces projets qui seront des échecs commerciaux, comme l’est le T7, elles ne peuvent pas en refuser le financement…


Concernant Circule, une rapide revue de presse de leurs publications montre qu’ils ont beaucoup crié dans le désert pour finalement ne pas obtenir beaucoup de victoires…

http://portail.circule.org/informations-pratiques/archives-du-journal/

Mais on relira surtout avec délectation leurs propos d’il y a douze ans sur le détournement des missions Z6 (Juvisy-Massy-Versailles) vers Brétigny qui devaient densifier la desserte des gares de la Vallée de l’Orge… Aujourd’hui, on prévoit surtout d’augmenter prochainement le nombre de directs entre Juvisy et Brétigny. Enfin, on appréciera leur aveu d’échec dans le dernier numéro de mai 2017 : eh oui, la SNCF vous a toujours pris pour des cons, et elle va continuer !

Merci à Circule de corriger son titre ! Leur journal est pour les usagers de la lige C, mais en aucun cas, le journal DES usagers de la ligne C.

Il y a donc un moment, où prenant conscience de leur inutilité profonde – d’autant plus scandaleuse que les élus, la SNCF ou IDF Mobilités, se servent d’eux pour dire : Mais regardez, on est à l’écoute des usagers et on dialogue même avec eux !!! – il conviendrait que ces associations arrêtent, à défaut de revoir fondamentalement leurs modes d’actions. En voulant nous aider, mais aussi côtoyer les puissants (ah, l’orgueil…), ils nous pénalisent plus qu’autre chose !

Je terminerai cet article par une réflexion de mon ami Jean-Marie CORBIN, qu’il me semble intéressant de vous partager : La SNCF est la seule entreprise au monde à se féliciter de réduire sa production. Moins il y a de trains, et plus ils sont contents ! Je la complèterai en disant qu’aujourd’hui, la SNCF est plus intéressée par son activité immobilière, que par son activité ferroviaire ! À quand la banque SNCF ? L’assurance SNCF ? L’opérateur SNCF ? La Poste SNCF ?



Des enjeux de l’élection municipale de mars 2014 à Savigny-sur-Orge

J’aurais finalement eu besoin de trois ans et trois mois pour réussir à formuler les enjeux de l’élection municipale de 2014 à Savigny-sur-Orge. Et de me rendre compte d’une part que je n’avais sûrement pas réussi à les énoncer correctement pour me faire élire ; d’autre part qu’ils ont tous été manqués par la municipalité incapable et incompétente d’Éric MEHLHORN ; certains étant juste retardés pour n’être que partiellement accompli en vue des prochaines municipales.


1. L’intégration intercommunale

Elle aurait dû nous permettre de réaliser des économies, et de baisser les impôts, tout en démultipliant notre offre de services publics.

Au lieu de cela, elle nous coûte plus cher, et Savigny y perd par exemple pour la réfection des routes et des trottoirs (nous en refaisons deux fois moins qu’avant 2015)

Puis non content que Savigny soit la victime de Juvisy à la CALPE, nous sommes partis dans la Métropole du Grand-Paris, dans laquelle nous sommes encore plus ignorés…


2. Le plan local d’urbanisme et la construction des logements sociaux

Il aurait dû nous permettre d’améliorer notre cadre de vie, de faciliter nos déplacements (point 9), de profiter d’équipements structurants (point 4).

Au lieu de cela, la seule volonté est de défoncer les pavillons isolés pour en faire passer leur part globale de 70 à 60 % et à la place mettre 4500 logements sociaux pour atteindre les 25 % de quota.

Le tout sans nouveaux équipements proportionnés (la Ville prévoit 6000 habitants supplémentaires pour lesquels elle ne créé que 7 classes d’école primaire…)


3. La rénovation urbaine du quartier de Grand-Vaux

Elle aurait dû désenclaver le quartier, ramener de la mixité sociale, y apporter de la vie et du passage (point 8).

Mais par manque d’ambition de la municipalité, on va finalement se limiter à détruire trois immeubles qu’on reconstruira. Et on espère que parce qu’on aura viré la population de ces trois immeubles, il y aura moins de fouteurs de merde.

Quant à la rénovation de la place commerciale, les nouveaux commerces ne tiendront pas parce que le quartier fera toujours peur. Et il y aura toujours les locataires d’un côté et les propriétaires de l’autre.


4. Le développement d’équipements structurants

Nous sommes la 4e ville de l’Essonne, et nous n’avons ni piscine, ni cinéma ni vraie salle de spectacles (la capacité de la salle des fêtes est de 310 places) ni vraies salles polyvalentes. Nous n’avons plus que 10 médecins et pas une maison de santé ni un marché florissant.

Nous avons requalifié le point d’accès de la Justice et du droit en maison des anciens combattants, mis en location la halle du marché Ferry, et nous aurons bientôt les Restos du Cœur à Savigny. Mais ça ne nous permet pas de pratiquer plus de sports, ou de se cultiver.


5. Le déploiement de la fibre optique

En attendant 2020, nous aurions profité d’une installation de qualité co-financée par le Département et en l’occurrence SFR, chargée du déploiement de la fibre dans le Grand-Paris.

Mais nous avons préféré accélérer la manœuvre en cédant le réseau câblé pour 753 000 euros, en échange de quoi nous avons obtenu une technologie limitée, qui n’est qu’à la moitié des promesses commerciales de SFR (45Mo/s de débit descendant pour 5 Mo/s de débit montant)


6. La sortie des emprunts toxiques et la viabilisation du modèle financier

Nous aurions pu aller en Justice et faire condamner ce qu’est devenue la banque Dexia, puis investir l’argent recouvré dans des outils créateurs de richesses.

Mais nous avons préféré négocier à l’amiable, reprendre des emprunts à taux moyen, et dépenser cet argent pour entretenir le patrimoine.

Du coup, aucune chance de faire fructifier cet argent, et avec un plan idéologique de 6 millions € d’investissement (en temps normal, on investissait 5,5 M € mais on vous le disait pas), Savigny repart pour s’endetter, se ruiner et réaugmenter les impôts en 2021-2022.


7. La réforme des rythmes scolaires

Nous aurions pu jouer le jeu en essayant de profiter des associations, de l’intercommunalité, des services que propose la Ville.

Mais nous avons commencé par cadenassé les portes des écoles, puis fait de la garderie améliorée pendant trois ans. Et maintenant qu’on peut revenir en arrière, et faire des économies en licenciant les animateurs des temps, il n’y a plus personne.

Au final, la réforme ne s’appliquera plus, et les gamins saviniens auront eu trois heures de jeux (ou de rien) en plus par semaine pendant quatre ans, aux frais du contribuable savinien…


8. Le Tram-train Massy-Évry (Tram 12 express)

Il était déjà tard en mars 2014 pour essayer de redemander une station savinienne sous condition d’une augmentation de trafic, qu’il nous aurait fallu organiser.

Désormais, nous regarderons passer le T12, voire nous en subirons les nuisances comme les riverains de la rue des Rossays, qui subissent déjà les travaux.


9. Le développement d’un plan local de circulation et de stationnement

Son absence est responsable du fait que les Saviniens ne vont pas aux commerces saviniens, ou ne font pas de vélo. Sinon du fait qu’ils se font verbaliser régulièrement.

Ça fait trois ans qu’on paie des cabinets d’étude, mais nous allons enfin bientôt avoir un document creux qui va nous mettre quelques sens interdits, quelques rues en sens unique, quelques places dépose-minute, et peut-être quelques centaines de mètres de pistes cyclables.

Et tout le monde trouvera qu’il y a un net progrès, mais ça ne résoudra aucun des problèmes du boulevard Aristide-Briand bloqué entre 16 h et 19 h, au fait de pouvoir stationner près de la gare.


Tout le reste n’est que de la gestion de petite semaine ; et personnellement, je n’en ai rien à faire de la création des salons des jeux de société, de la mise en place des Voisins vigilants ou des films du Conseil municipal, parce que ça ne me fait pas réellement mieux vivre à Savigny.

On aurait pu faire autrement, et je proposais des solutions en 2014. Aujourd’hui, j’ai juste envie de baffer les gens qui continuent de se plaindre alors qu’ils ont élu cette majorité de fainéants qui vont faire semblant de s’activer en 2018-2019 en vue des municipales de 2020.

Et si vous les réélisez en 2020, ils ne sauront pas mieux gérer les enjeux de la prochaine élection municipale. Mais vous aurez gardé la droite qui n’augmente pas vos impôts (enfin si mais quand c’est elle, c’est justifié) et prétend assurer votre sécurité avec de la Police municipale…

Choisissez ! Je suis peut-être un sale con, mais en aucun cas un soumis. Et l’énergie que je mets contre MEHLHORN, je l’aurais mis pour faire avancer Savigny. Restez donc à vous plaindre et à refuser de voir que Savigny régresse. Ce serait voir que la majorité est à l’image des habitants…



Le tracé du Tram 12 express peut-il être modifié par l’annulation du projet du stade de la FFR (Ris-Orangis/Bondoufle)?

Vous rappelez-vous de toute cette communication pour nous faire accepter le projet du Tram-train Massy-Évry (TTME devenu Tram 12 Express) ? Elle nous vantait notamment une station qui desservirait le grand stade de rugby prévu à Ris-Orangis à la place de l’ancien hippodrome… Mais aujourd’hui que Bernard LAPORTE, nouveau président de la FFR, a annulé ce projet de stade, que va donc devenir le Tram 12 qui lui n’est plus un projet ?

Nos élus font la gueule. Aussi bien le Département de l’Essonne, que la communauté d’agglomération Grand-Paris-Sud, que M. VALLS qui pensait avoir verrouillé l’affaire au sein du Contrat d’intérêt national « Portes Sud du Grand Paris ». Heureusement, la nouvelle équipe du rugby français a pour le coup, fait preuve de bon sens et décidé d’abandonner un projet qui aurait connu exactement les mêmes échecs que le « stade de France » (excusez du peu) à Saint-Denis.


Le Tram 12 n’est pas remis en cause

Souhaitons vraiment que le Tram 12, estimé à 100 millions € de travaux, trouve ses usagers. Parce qu’ils n’existent pas actuellement sur les lignes du RER, tandis que personnellement, et de chez moi (Savigny/limite Morangis), je mets autant de temps pour aller à Massy en marchant un peu pour prendre le 399 ou avec ma voiture pour aller à Évry. Ce ne serait donc que par acquis écologiste que je privilégierai le Tram 12. Alors si en plus, il n’y a plus le projet de stade…


Un Tram 12 indépendant du stade de rugby ?

Je note une contradiction dans la réponse de la société en charge du Tram 12. Pourquoi donc réfléchiraient-ils ou apporteraient-ils des adaptations, en fonction de l’évolution du projet dans le secteur (qui donc vient d’être annulé) alors qu’ils rappellent que c’est en 2010 que le schéma de principe a été arrêté, et que le grand stade est un projet de 2012 ? En réalité, tout dépend de ce qui est prévu en lieu et place de l’hippodrome, abandonné depuis près de quinze ans.


Quelles adaptations pour le Tram 12 ?

Très limitées puisqu’il faut respecter à la fois les plans, les modalités d’insertion et les résultats des concertations (qui pour le coup, n’ont pas été unanimes). Mais quand même un peu, au moyen d’adaptations qui pourraient être étudiées (pour quels coûts ?). C’est le moment d’être audacieux : soit on mise sur un nouveau projet et la station a sa raison d’être ; soit on est réaliste, et on se rend compte que la zone est un peu morte aux alentours de la station Croizat.

croizat

© Google Maps – L’hippodrome est sur la gauche. Le point rouge ne correspond pas à l’emplacement de la station.


Pourquoi les trams ne fonctionnent-ils pas ? Parce que leurs tracés sont longs comme le T7, et parce que sauf dans les grandes villes où cela fait bourgeois, les transports en commun sont finalement ce qu’il reste aux plus défavorisés. Aujourd’hui, une station à Ris s’apparenterait à une station Ablon sur le RER C ; utile pour les quelques dizaines de gens qui en ont besoin, mais un ralentissement pour tous les autres usagers ; et je crains qu’ils ne soient jamais 40 000/jour…

tram-12