Archives du mot-clé travaux

Savigny-sur-Orge : bruits nocturnes, odeur de soufre et arrivée des masques – des réponses à vos questions

Quelques réponses à trois questions qui m’ont été posées plusieurs fois ces derniers jours (début mai 2020). J’ai aussi reçu d’autres questions sur la reprise des écoles et des collèges, mais je n’ai pas encore toutes les informations nécessaires pour pouvoir donner de bonnes réponses, donc je préfère m’abstenir que d’écrire n’importe quoi.


1. D’où provient le bruit que je peux entendre au milieu de la nuit ?

Il s’agit à la fois de la poursuite des travaux d’aménagement du T12 express, et de la seconde phase de mise en accessibilité de la gare RER de Savigny. Ces travaux doivent se poursuivre jusqu’au 15 mai, puis reprendre entre les 21 et 24 mai et les 30 et 31 mai. La gare restera fermée tous les samedis et dimanches de mai.


2. Qu’est-ce que cette odeur de soufre ?

Il s’agirait de remontées dues aux fortes pluies de ces deux derniers jours. Elles se sont produites en de nombreux endroits de l’Île-de-France. Les pompiers ne savent pas d’où cela vient, mais se veulent rassurants.


3. Quand est-ce que doivent arriver les masques ?

On ne sait pas. Le plus tôt possible, mais à priori pas avant le vendredi 15 mai dans le meilleur des cas.

Il y a eu un problème avec la commande municipale de 40 000 masques, effectuée le 16 avril (rappelons juste ici que le maire parade à distribuer les masques de la Région depuis le 03 avril).

Le prestataire qui s’était engagé pour une livraison « sous 2 à 3 semaines » amenant à la date originelle du 07 mai, parle désormais d’une livraison au 25 mai par lots de 6000 masques, ce qui ne va rien arranger à une distribution par voie postale.

La Commune a alors lâché le prestataire de l’intercommunalité, par lequel elle était passée pour celui du Département, qui s’est engagé à livrer en deux temps cette semaine 20 et la semaine prochaine 21.

Selon la date de livraison, la distribution par courrier, sur la base des indications contenues dans le fichier de la taxe d’habitation, pourra ensuite commencer.



Un an de retard pour les travaux de l’école Ferdinand-Buisson à Savigny-sur-Orge

Génération sacrifiée. Il ne fait vraiment pas bon être scolarisé à Ferdinand-Buisson. Car non seulement ces enfants vont subir les travaux de restructuration de l’école, mais également ceux du collège dès lors qu’ils arriveront à Paul-Bert, lequel réalisera alors son extension au détriment de l’école maternelle, nouvellement déménagée et intégrée au groupe Ferdinand-Buisson. Un projet, qui à la base, ne devait coûter que 4,9 millions €…

Personnellement, je ne comprends toujours pas que le Département ait filé 7,2 millions € sans s’assurer que les appels d’offres étaient béton. Ni même le fait que les appels d’offres pour les phases 2 et 3 aient été passés après le début de la phase 1, soit au début de l’été 2019.

Alors j’écris rentrée 2022-2023, parce que la seule entreprise qui a soumissionné prévoyait déjà 4 mois de retard, et que je pense qu’on serait vraiment vraiment con de tout précipiter pour finir absolument à la rentrée des vacances de Pâques 2022, alors qu’il ne restera que deux mois d’école, quand on peut justement finir les choses bien en prenant en tout 4 mois avec les vacances de l’été 2022. C’est un avis personnel, mais je crains sinon encore plus de retards.


Le calendrier original


Il y a une légende urbaine que véhicule la mairie que les entreprises pourraient en fait ne pas être intéressées à cause de la masse des travaux liées au Grand-Paris et à l’accueil des Jeux Olympiques. Je pense au contraire qu’il y aura toujours des entreprises de BTP prêtes à travailler, y compris dans des conditions contraintes. Sauf que le gros problème de cette fois-ci est la sécurité des ouvriers, qui vont finir avec les enseignants. C’est dire pour celle des enfants.

Bonne nouvelle, les câbles suspendus aux pylônes vont enfin être enterrés pendant les vacances de la Toussaint. Par contre, les parents que je croisais ce matin insistaient pour recouvrer le deuxième trottoir, si besoin en poussant les barrières de chantier, qu’il faut savoir que l’on loue, comme les préfabriqués, et que l’on va donc financer une année de plus…

Que dire de plus, sinon de déplorer une nouvelle preuve de l’incompétence de la mairie qui a vouloir trop concentrer les travaux dans un seul lot, avec des délais irréalistes, et probablement un budget sous-évalué, a tout perdu ? Ce n’est même pas fait exprès, c’est de la bêtise, c’est de la passivité… Ils pensaient certainement que cela passerait tout seul.

En même temps, quand je reprends le dossier, et notamment les questions / réponses, il y a des choses ahurissantes. Par exemple, ils ne demandaient le désamiantage que d’une seule classe parce qu’ils avaient oublié de mettre qu’il y avait de l’amiante dans toutes les classes ! Et ce n’est pas le seul document qui manquait, ou n’était pas à jour. À tel point que l’appel d’offres avait déjà été prolongé de quinze jours… (Il devait d’abord se terminer le 13 septembre !)

Je termine en vous invitant sinon à aller lire le compte-rendu de la réunion d’appel d’offres sur le Facebook de Nous Saviniens, puisque Bernard BLANCHAUD y participait.


Mon tract distribué ce matin.

Je reste à la disposition des parents s’ils veulent médiatiser l’affaire, pour obtenir plus de résultats.



Tiens, le panneau de l’entreprise FALLONE a disparu du portail de la maison de MEHLHORN !

C’est quand même dingue cette insécurité à Savigny !

Voilà maintenant qu’on vole même les panneaux des entreprises de travaux !

Et en plus juste devant la maison du maire ; ça c’est vraiment du courage, ça c’est osé !


Plus sérieusement, le 25 juillet 2019, je remarquais que le maire avait fait des travaux chez lui, puisqu’un panneau publicitaire de l’entreprise Fallone était affiché sur son portail.

Or, ce 14 août 2019, je constate que le panneau de travaux a disparu.

  • Soit donc que le panneau a effectivement été volé, parce que je ne connais pas beaucoup de publicité de ce type qui ne dure que quelques semaines.
  • Soit donc que MEHLHORN a pris panique, et qu’il a lâché quelques billets supplémentaires pour le faire enlever, parce que ces panneaux sont généralement installés en échange de remises commerciales.
  • Soit donc que FALLONE et MEHLHORN ont jugé tous les deux que ce n’était pas là une bonne publicité, et qu’ils sont tombés d’accord pour le faire retirer ! Voire grosse théorie du complot pour cacher un accord secret !

En effet, puisqu’au conseil municipal du 24 juin, a été voté une exonération totale de taxe foncière pendant 5 ans pour tous ceux qui ont réalisé, dans leur résidence nécessairement construite avant 1989, des travaux de performance énergétique pour un montant d’au moins 10 000 euros l’année précédente, (ou 15 000 euros étalés sur les trois années précédentes).

Je vais prendre l’exemple d’un Savinien lambda qui paierait 2500 euros de taxe foncière.

Il veut isoler sa maison, mais cela ne lui coûterait réellement que 6000 euros.

Alors il tombe d’accord avec une entreprise complice qui va lui demander 10 200 euros.

Comme cela, il dépasse le seuil de 10 000 euros.

Et il est totalement exonéré de 2500 euros pendant 5 ans, soit 12 500 euros.

Et il y a gagne 12 500 – 10 200 euros = 2 300 euros !

Et l’entreprise y gagne 4200 euros !

Et l’État se sert au passage, et artificialise encore plus les chiffres de la croissance !

Sous couvert de fiscalité verte, on ne fait là que permettre l’enrichissement des sociétés de travaux, qui pour rendre service aux gens, vont toutes gonfler leur prix, en vue d’atteindre les 10 ou 15 000 euros. Ou quand l’écologie permet arnaque et escroquerie, avec la complicité de l’État.


Je ne connais pas la nature des travaux effectués chez MEHLHORN.

Et j’aurais été lui, que plutôt de donner du grain à moudre à VAGNEUX en faisant enlever ce panneau, ce qui occasionne ce nouvel article, j’aurais présenté carrément une facture, voire plus subtil, de faux devis, pour montrer que non seulement je ne faisais pas de travaux de performance énergétique, et qu’ils allaient en plus me coûter moins de 10 000 euros…

J’ose donc espérer pour MEHLHORN qu’il ne se fout pas de notre gueule, parce qu’on va quand même poursuivre nos investigations ! Je pense qu’il ne se rend pas compte qu’il fait tout ce qu’il faut pour crédibiliser à la fois le détournement de pouvoir et en même temps la prise illégale d’intérêts dont je pose la question de l’existence !





Vos questions : les habitants de la résidence Chateaubriand pourront-ils arrêter de payer leur loyer s’il y a un arrêté de péril ?

Je suis interrogé par un habitant de la résidence Chateaubriand qui me demande s’il peut arrêter de payer son loyer, maintenant que le maire a enfin pris un arrêté d’injonction de travaux envers la SOGEMAC (ce qu’il pouvait faire depuis au moins deux mois).

La réponse est : Pas pour l’instant !

Mais ce sera possible dès lors que le maire prendra un arrêté de péril, qu’il soit ordinaire (en fonction de la nature des travaux) ou immédiat.


Je veux commencer par louer les efforts de Joël LANGLET, et de l’amicale des Locataires de la résidence Chateaubriand, qui se battent sur ce dossier depuis plus de trois ans.

À force de relancer tous les acteurs, la préfecture de l’Essonne s’est mobilisée, et elle a obtenu de l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre qu’une réunion se tienne le 18 juillet 2019.

Et à chaud, les agents qui s’y sont déplacés semblent penser qu’un arrêté de péril ordinaire devrait être pris par le maire, relativement notamment aux problèmes de la dangerosité des balcons, le refoulement des eaux vannes, les fuites de gaz à répétition, l’obsolescence des installations électriques…

Le rapport de l’expert est attendue cette semaine du 22 juillet 2019.


En droit, l’article L.521-2 du code de la construction et de l’habitat dispose que : « Pour les locaux visés (…) par un arrêté de péril pris en application de l’article L. 511-1, le loyer en principal ou toute autre somme versée en contrepartie de l’occupation du logement cesse d’être dû à compter du premier jour du mois qui suit l’envoi de la notification de l’arrêté ou de son affichage à la mairie et sur la façade de l’immeuble, jusqu’au premier jour du mois qui suit l’envoi de la notification ou l’affichage de l’arrêté de mainlevée.« 

La jurisprudence de la Cour de cassation a récemment confirmé que : « Lorsqu’un arrêté de péril vise des parties communes d’un immeuble en copropriété, la mesure de suspension des loyers prévue par l’article L. 521-2, I, du code de la construction et de l’habitation s’applique à la totalité des lots comprenant une quote-part dans ces parties communes. » (Cour de cassation, chambre civile 3 , N°de pourvoi : 15-22680, 20 octobre 2016)


Si donc un arrêté de péril est pris par le maire, et même s’il ne porte pas sur les parties directement habitables (par exemple les façades ou les parties communes), alors le loyer sera interrompu au premier jour du mois suivant la prise de l’arrêté de péril, et jusqu’à la fin du mois de la levée de cet arrêté.

Donc patience, et je reviens naturellement vers vous, si un tel arrêté est pris ; sachant que notre maire est en vacances jusqu’au 23 août, mais qu’il est remplacé par un adjoint. Déjà si j’ai connaissance du rapport de l’expert qui doit aussi m’être communiqué.

Dans tous les cas, je me réjouis que la SOGEMAC soit enfin contrainte de faire ces travaux. Tous ces bailleurs, qui comme 1001 Vies Habitat, n’entretiennent plus, voire se servent de l’abattement de TFPB pour réaliser cet entretien (alors que ce dernier est réservé à des travaux de modernisation ou d’embellissement), en attendant que l’État vienne les sauver…