Archives du mot-clé terrain

Vos questions : le maire de Savigny-sur-Orge a-t-il le droit de faire du porte-à-porte ?

Il s’agit d’une question qui m’a été posée par courriel le 22 novembre 2018.


Bonjour,

Est-ce que vous savez que le maire a commencé une campagne de porte-à-porte dans les rues de Savigny ?

Je n’étais pas là, et c’est dommage parce que j’aurais eu deux mots à lui dire. C’est ma femme qui lui a ouvert.

Je ne pense pas qu’il en ait le droit. Est-ce que vous ne pourriez pas porter plainte contre lui pour cela ?

Cordialement.

Mohamed B.


Le 23 novembre 2018,

Bonjour Mohamed,

Je n’ai rien trouvé dans la Loi qui interdise au maire en exercice de faire du porte-à-porte.

La seule chose illégale serait qu’il fasse ouvertement une campagne personnelle de promotion de sa politique et de ses réalisations, avec les moyens de la mairie, ce qui ne semble pas être ici le cas pour l’instant.

Il faudra cependant veiller à ce qu’il ne se serve pas de ce prétexte pour justifier de continuer à prendre ainsi l’avis des Saviniens en tant que maire pendant les six mois précédant l’élection. Car les moyens municipaux alors employés devront alors figurer sur son compte de campagne.

Ne soyons pas naïfs : le maire ne s’intéresse pas soudainement à l’avis des Saviniens, même s’il va faire semblant que ses réalisations sont participatives. Il a juste commencé sa campagne de réélection, et veut se rendre visible et accessible, en disant qu’il est sur le terrain.

Ça devrait juste tromper les petits vieux qui vont se sentir honorés que le maire vienne jusque chez eux. Mais comme dans toute campagne de porte-à-porte, c’est le dernier qui passera qui l’emportera.

Tant mieux donc qu’il passe maintenant, car il sera plus facile de faire douter après, de ce qu’il a pu dire, surtout au vu de son bilan.

Bien à vous.

Olivier Vagneux



Sur la communication des élus pendant les inondations

Avez-vous vu Éric MEHLHORN à la télévision, à la suite des inondations qui ont frappé Savigny ? C’était sur BFM Paris ce mardi 12 juin 2018. Et entre-nous, c’est quand même la honte qu’on vienne t’interviewer à la suite d’une crue, parce que ça veut surtout dire que tu n’as même pas été capable de la prévoir, et d’en limiter les dégâts. D’autant qu’en quoi est-ce utile de se trouver sur le terrain, à part pour faire semblant d’être investi ?

Il y a deux types d’élus : il y a des maires actifs qui agissent sur les causes des inondations en amont au moyen d’une politique volontariste. Relisons à ce propos les bonnes intentions de notre cher Daniel GUETTO, qui a manifestement foiré sa mission au Syndicat de l’Orge.

Et puis, il y a les maires passifs, comme MEHLHORN, qui sont des spectateurs de leur mandat, et qui viennent inutilement errer sur les zones inondées pour constater les dégâts, et écouter les rapports des différentes autorités qui disent « attention, ça va remonter », ou « c’est bon, vous ne risquez plus rien ». Un chien ou un sac à patates estampillé « maire » ne pourrait pas faire plus. Marre de cette communication improductive, qui malheureusement trouve son public !


Être sur le terrain permet la démagogie, et par exemple de remercier tous les agents qu’on trouve géniaux de ne faire que leur travail (je ne parle pas de ceux qui sont d’astreinte, ou qui font un travail supplémentaire pour l’occasion, et qui donc méritent d’être valorisés de leurs efforts). Dans quel autre « métier » que la politique s’applaudit-on, et se remercie-t-on, pour ce que l’on fait ? C’est vrai que personnellement, je ne remercie que trop peu mon boulanger ou mon médecin…

Le maire se donne aussi à voir comme un super-héros qui vont nous sauver, et je pense que c’est surtout cette reconnaissance que nos élus aiment à chercher dans ce genre de moments. Quel dommage qu’on ne les voit parfois sur le terrain qu’à ce moment là ? Car ce n’est bien qu’un prétexte pour dire : je suis là présent sur le terrain ! Surtout que s’ils pouvaient aider, mais ce n’est pas avec son costume, que MEHLHORN ou un autre, irait se salir dans la boue !

Un mot encore sur tous les soumis qui soit voudraient que le maire vienne voir leurs dégâts chez eux, ce qui ne va rien changer à leur situation mais leur permettra de côtoyer un puissant pendant quelques minutes. Ou sur tous ceux qui se félicitent d’avoir un tel héros, sans regarder que c’est lui qui est en partie responsable de ces inondations, parce qu’il continue d’urbaniser à fond des zones inondables ! Au contraire, c’est de sa faute si ça va de plus en plus mal !




Des documents sur la location de la Savinière de Savigny-sur-Orge

Nouvelle victoire pour les Saviniens qui pratiquent des testing citoyens et demandent des documents publics à Savigny-sur-Orge. Merci aux services municipaux de la Ville pour la diligence dont ils ont fait preuve, même si une fois n’est pas coutume tout n’est pas parfait (il manque l’appel d’offres et remise d’un projet pour un contrat signé).

Savigny possède depuis 1932 un centre de vacances en Vendée de 144 places sur un terrain de 3 hectares à 1 km de la mer : la Savinière. En 2009-2010, Savigny a dépensé 1,4 million € pour refaire les cuisines qui aujourd’hui permettraient de nourrir toutes les structures municipales de La-Tranche-sur-Mer, ville qui abrite le terrain.

Hypothèse de travail : le Maire de La-Tranche-sur-Mer (élu Les Républicains) trouve intéressant de reprendre le centre pour bénéficier de l’infrastructure des cuisines. Il proposerait donc au maire de Savigny de reprendre le centre à cette fin. Tout son intérêt sera d’avoir le lieu au prix le plus bas, de toute façon, seule la cuisine l’intéresserait…

Note instructive : la différence entre délibération et décision

Une décision est un document signé par le maire seul (on ne compte pas la personne qui lui montre où signer sur le parapheur, sinon l’éminence des Républicains qui lui tient le stylo pour dire quoi signer). Une délibération est un texte voté par le Conseil municipal en séance publique (sauf lorsque MEHLHORN décide de faire un huis-clos par peur du Peuple Français).

Voter le budget 2015 en totale méconnaissance de cause, en préférant la consigne de l’UMP à la conscience personnelle d’un Savinien sensible et censé est une délibération. Choisir de louer 30 000 m² à 1,66 € le m² l’année soit 0,14 € le m² tous les mois (personnellement, c’est 13 € le m² habitable dans mon quartier des Gâtines) est une décision.

La décision de location est-elle un abus de droit ? Je le pense.

La décision du maire est, dit-il justifiée, par la délibération 32/032. Pour moi, je considère que M. MEHLHORN commet un abus de pouvoir car la Savinière est un bien immobilier, qui certes va être réaffectée, mais nécessite une délibération du Conseil municipal qui n’a pas délégué cette compétence à MEHLHORN.

Je serai curieux de savoir ce qu’en pensent les préfets de l’Essonne et de Vendée et je compte bientôt leur demander. De toute façon, où a été la mise en concurrence ? Où est l’appel d’offres ?  Qu’est-ce qui dit que je ne suis pas intéressé pour louer la Savinière à 60 000 € par an ? Cette location ne semble pas respecter le Code des marchés publics.

déc-0547 001

32-032

Éric MEHLHORN a menti : il a voulu vendre le bien estimé à 777 000 € HT par les Domaines

Tout changement de propriétaire d’un bien immobilier public doit faire l’objet d’une étude de la Direction nationale d’interventions domaniales (DNID). le 07 mai 2015, M. MEHLHORN l’a saisi pour une « vente de gré à gré et sans conditions particulières« . La DNID qui dit qu’elle ne pourra vérifier l’état parasitaire qu’en septembre l’estime à 777 000 € HT. Mais on la loue en août !

Dom-Sav-1 001 Dom(Sav-2 001 Dom-Sav-3 001

Le maire de La-Tranche-sur-Mer n’est pas très regardant : 50 000 € est-il un prix de complaisance ? (Sur le projet parce qu’on allait pas donner copie de l’original…)

Quand je loue un bien, même pour les vacances, je demande auparavant à un état des lieux pour savoir si ce que je veux louer est intéressant (y’a-t-il la fibre optique ? Oui, on n’est pas à Savigny). Je ne me dis pas que je ferai l’état des lieux à la prise de jouissance… Je m’assure aussi de pouvoir régler tout litige à l’amiable, autrement qu’au Tribunal administratif…

Contrat-loc-Sav-1 001

contrat-location-Sav-2 001  Contrat-location-Sav-3 001

J’attends encore d’autres documents publics, notamment l’appel d’offres ayant prévalu au marché public. Mais j’invite les Saviniens à se montrer particulièrement attentif à la « spoliation consentie » que leur inflige leur municipalité.

Une structure dont les cuisines neuves ont coûté 1,4 million € au contribuable sont louées pour 50 000 € l’année, c’est 28 mois pour rentabiliser… C’est tant d’enfants saviniens qui ne profitent plus de la structure.

À Savigny, on ne brade pas que la jeunesse, la culture, le sport, les associations, l’éducation, le vivre-ensemble, le dialogue, la démocratie, le respect… Non, on brade aussi le patrimoine qu’on est incapable de gérer, à l’image de la Ville.