Archives du mot-clé T12

SEVE (Savigny environnement vivre ensemble), du mauvais Élan Savigny Environnement

Un ami me suggérait sinon pour le titre :

« La nouvelle association SEVE est « en marche » dans le mensonge »

C’est vrai qu’ils se disent « partenaires » de la fédération « Essonne nature environnement », alors que la fédération ne les (re)connaît pas sur son site internet… On me dira que la liste en ligne date de 2019 mais ne me tentez pas d’aller vérifier, par peur de ce que je pourrais (ne pas) trouver…


Bon, alors évidemment, il n’y a que les macronistes pour en faire la pub. 

À peine deux heures déjà après l’annonce de création de l’association, que j’avais quelque peu anticipée, IZARD était là pour la relayer. Un « aspirateur de voix » ai-je écrit !

Mais je ne suis pas inquiet, parce que les gens gueulent beaucoup sur le cadre de vie, mais ne s’investiront pas. Ils vont rester essentiellement entre macronards un long moment.


Mais sincèrement, ce qu’ils proposent est pour l’instant très décevant.

Déjà, pour commencer, la moitié de leurs images d’illustrations ne représentent pas Savigny ! Même la photo du chemin de fer représente une rame Z 8100 (MI 79) du RER B !

Ensuite, ils sont complètement à la masse sur la moitié des sujets. Par exemple, ils sont déjà bloqués sur la demande d’une gare Tram-train à Savigny, qui objectivement ne sert de toute façon à rien parce que presque personne de Savigny (5 %) ne veut aller à Massy ou à Évry !

C’est bien un discours de bo-bos saviniens qui ne prennent jamais les transports en commun, mais qui vont t’expliquer pourquoi il faut construire le T12. Et d’ailleurs, il faudrait leur dire qu’il y avait 12 trains en heure de pointe (entre 7 h 45 et 8 h 30) avant l’incendie du poste des Ardoines, parmi lesquels 8 trains directs. Donc ils ne maîtrisent même pas leurs dossiers !

Enfin, ils racontent qu’ils seront hyper-vigilants, ce qui ne sert à rien, d’autant plus que les décideurs n’en ont rien à faire. Au mieux, seront-ils récupérés dans une énième commission consultative où ils donneront corps, à six personnes, à la fiction de la démocratie participative.

Parce que je ne doute pas qu’ils aient envie de travailler. Mais par exemple, quand je reprends le registre d’enquête publique du Plan local d’urbanisme, je n’y trouve pas le nom de Henri DELTOUR, qui s’est soudainement découvert une passion pour le cadre de vie…

Lequel, s’il avait simplement lu les documents du T12 distribués dans sa boîte aux lettres depuis au moins 2015, aurait su ce qu’il allait advenir du parking de la gare d’Épinay sans besoin de poser sa question à la réunion publique du 14 octobre 2020. À mes yeux, il s’est humilié ce jour-là.

Je repense également, puisque SEVE dénonce les désagréments des travaux du T12 pour les riverains de la rue des Rossays ; alors même que la grosse arnaque est qu’on avait promis à ces mêmes riverains que le T12 ne serait pas dans la rue mais au niveau des voies de chemin de fer, que quand, avec des Spinoliens, ils ont eu besoin d’aide et d’informations en vue d’un recours (auquel ils ont finalement renoncé), c’est Bernard MÉRIGOT et moi qu’ils sont venus trouver ! Et même pas Élan, qu’ils ont quand même contacté, mais qui les a ignorés.


Toutes les bonnes initiatives sont à encourager, mais sincèrement pas comme cela…

IZARD créé artificiellement 1 des 3 associations qu’il essaiera de mettre dans sa commission consultative des services publics locaux, s’il est élu un jour. Mais qu’il l’assume un peu !

Pendant ce temps, la défense du cadre de vie n’avancera pas ; en tout cas pas en écrivant autant de bêtises, et pire, les Saviniens croiront alors qu’ils sont défendus, par des gens, qui encore une fois, sont déjà dépassés sur la moitié des grands sujets, typiquement le RER !



« Mur des lamentations » ; cet irrespect est à la limite de la judéophobie…




À la réunion du 14 octobre 2020 sur les travaux SNCF en gare de Savigny-sur-Orge et le T12

Retenez-en qu’il y aura des travaux au moins jusqu’en février 2022, que la SNCF ne prévoit la création d’aucun nouvel accès aux quais (« on va d’abord faire vivre les nouveaux aménagements et on verra après ») et aussi que le T12 se prend encore un an et demi de retard et qu’il est désormais prévu d’être mis en service à la fin 2023, sans que plus aucun mur anti-bruit ne soit prévu à destination des riverains des Rossays.

Si vous êtes riverain, vous serez dérangés par le bruit des travaux des changements de rails au niveau de la rue de la fontaine blanche et chemin de Juvisy intensément cette semaine (du 12 au 16 octobre) puis les semaines 44 et 45 (du 26 au 30 octobre et du 2 au 6 novembre), et modérément les semaines 47 à 50 (du 16 novembre au 11 décembre), sans oublier les travaux, très bruyants, de la gare les 31 octobre et 1er novembre.

Pour le T12, les riverains de la rue des Rossays (et de la résidence Bretagne) seront surtout dérangés pendant la journée des semaines de novembre et décembre puis les samedis et dimanches de janvier à mars 2021.


75 personnes. Les écolos ne déplacent guère plus que la droite, malgré leur prétendu idéal de démocratie participative qu’ils vomissent à longueur de temps. De fait, je me rends compte que la fanbase de MEHLHORN a complètement disparu. Pendant des années, ces gens ne se sont donc pas déplacés parce qu’ils étaient intéressés mais juste pour soutenir leur candidat…

Public de vieux, principalement des riverains inquiets du bruit, davantage que des usagers du RER, pour qui une réunion un mercredi soir à 19 heures 00 n’est peut-être pas le meilleur horaire ? N’est-ce pas en plus l’horaire de l’AMAP ?

Île-de-France Mobilités n’a carrément pas voulu venir. La SNCF s’est opposée à la retransmission vidéo. Pour les emmerder, j’ai tout enregistré et je le tiens à la disposition de qui souhaiterait dresser une étude comparative de leurs mensonges et autres arrangements avec la vérité dans le temps.

DEFRÉMONT nous a annoncé que nous devrions atteindre le seuil de 40 000 habitants d’ici deux à trois ans. Donc il compte bétonner à fond, mais ce n’est pas grave parce qu’il a planté un arbre au parc Séron.

Nous avons appris que l’espace commercial créé dans la gare sera une sandwicherie qui fera café. C’est vrai que cela manquait dans le quartier. Donc adieu le kiosque à journaux… Adieu les nourritures de l’esprit pour la malbouffe en concurrence avec le café de la gare et les autres.

Les illustrations étaient hors-sol. Un coup, ils nous ont montré un quai central avec une passerelle pour rejoindre les quais latéraux. Un autre, ils avaient oublié que DEFRÉMONT doit construire 150 logements dans l’avenue de la gare en face de l’école…

Un public résigné. Les travaux doivent être faits donc on les fera. Ne surtout pas rappeler que l’accident de Brétigny n’a pas été dû à l’âge du matériel mais à ce que des boulons d’éclisses n’avaient pas été vissés.

C’est l’EPT 12 qui décide pour la gare de Savigny puis pour la gare routière (qui va déjà être réaménagée alors qu’elle date de 2017) puis pour la ZAC Centre-Ville. À se demander pourquoi on a encore un maire.

Savigny-sur-Orge, en zone hyper-dense (plus de 18 trains par heure), 3e gare hors Paris, 8e gare de la ligne C, mais absolument pas prioritaire pour aucun travaux.

JACQUEMARD, dont le nom figure dans la procédure du corbeau de Savigny, qui nous fait un sketch sur le fait qu’il n’y a que 20 places dans le local Véligo. Mais sa démonstration tombait complètement à plat vu qu’à aucun moment personne n’a indiqué combien de vélos étaient stockés à l’intérieur. C’était juste un coup pour réclamer idéologiquement plus d’emplacements vélos.

Il n’y aura pas d’accès aux quais en tête de train direction Paris parce que cela coûte trop cher d’installer des lecteurs Navigo. La SNCF n’a pas compris que c’était pour faire gagner du temps aux habitants du Coteau. Surtout que c’est à eux de se démerder pour aller valider et que la SNCF n’est même pas tenue d’installer des bornes ou des barrières (cf gares d’Épinay, de Viry, d’Évry-Val-de-Seine…)

Nous avons appris que DEFRÉMONT avait déjà eu une réunion avec la SNCF au cours de laquelle il n’avait rien obtenu. Donc en gros, il rejouait la réunion, et n’aura toujours rien obtenu. Un idiot utile qui a donné corps à la fiction selon laquelle la SNCF informe, alors qu’elle ne nous a rien appris.

Je relève que les élus de la majorité posaient des questions auxquelles DEFRÉMONT devaient avoir les réponses (moi, je les avais en tout cas). Il y a donc fort à parier que DEFRÉMONT pratique même la discrimination du savoir y compris avec ses élus. Pauvre homme qui se croit puissant parce qu’il détiendrait des infos qu’il cache aux autres.

IZARD a peut-être le bras long, selon ce qu’il veut faire fantasmer. Il n’a pas ouvert sa gueule, quand j’ai posé trois questions. Il n’en a plus pour longtemps avant de devenir inéligible pour les différentes infractions au financement de sa campagne électorale.

Grand silence d’Élan Savigny environnement qui n’a plus rien à dire et qui n’est même pas informé des promesses faites par le passé aux riverains des Rossays.


Pour emmerder les pastèques, j’ai rebondi sur l’affirmation selon laquelle la sécurité est à la base de la politique du nouveau président de la SNCF pour demander s’ils comptaient toujours faire passer des convois de déchets radioactifs par Savigny.

Et on a DEFRÉMONT l’écologiste qui va non seulement les justifier mais affirmer qu’il faut maintenir le secret et l’opacité sur ces convois pour se prévenir des risques terroristes.

C’est complètement contradictoire avec ses déclarations en matière de sécurité. Il n’y aurait pas eu de policier de la BAC pour intervenir sur l’affaire, que le policier n’aurait pas été renversé…


Sur le T12, la SNCF a réussi l’exploit de ne pas évoquer les RER C de la Vallée de l’Orge qui ne s’arrêteront plus à Savigny, ni même la fin de la branche C8 jusqu’à Massy. À un Savinien qui leur demande, ils nous ont dit qu’il était « trop tôt » pour parler des nouvelles fréquences.

Il n’y aura finalement pas de mur anti-bruit dans la rue des Rossays parce que le T12 ne fera pas de bruit. Et puis que sinon tout sera absorbé par le mur de soutènement qui fera entre 2 et 3 mètres et jusqu’à 8 mètres avec une capacité d’absorption. Et de toute façon, l’association des 3R n’existe plus, donc ils m’ont fait comprendre qu’ils n’étaient plus tenus à leurs engagements écrits passés.

À une question d’un colistier de IZARD, Henri DELTOUR, qui n’est toujours pas informé que le parking de la gare d’Épinay, déjà diminué de moitié, va en plus devenir payant, ils se sont choqués du raté marketing qu’ils aient évoqué les suppressions de places de parking au lieu de mettre en avant le génie de l’arrivée du T12.

Ils m’ont affirmé que le T12 serait toujours rentable et qu’ils auraient bien 40 000 voyageurs par jour. Avec le T7, cela devait être 29 000 puis c’est 21 000…

Dans sa conclusion, DEFRÉMONT, VRP de la SNCF, nous a dit qu’on était tous un peu fatigués donc qu’il était temps qu’on arrête. C’est bien, il sait pour moi si je suis fatigué.

Puis il redit que c’était très complexe, sous entendu qu’on est trop con pour comprendre. Il s’est aussi lâché sur SPICHER et MEHLHORN avec sa lâcheté coutumière de ne pas donner leur nom, alors qu’il faudrait rappeler que le Département était de gauche à l’époque…


Quelques chiffres

30 minutes, le temps légal de service imparti à la SNCF pour s’occuper d’une personne à mobilité réduite.

La rénovation du matériel roulant est prévue en 2030.

L’âge moyen des rails sur le RER C est de 40 ans.

L’Île-de-France concentre 70 % du trafic ferroviaire national.


Des contacts utiles pour le T12

gimmy.contact@tram12-express.fr ou 06.47.07.97.34 (Gimmy)

patrice.contact@tram12-express.fr ou 06.47.07.91.00 (Patrice)



Corrigendum : Sur l’impact des travaux du RER C en gare de Savigny-sur-Orge du 30 septembre au 22 novembre 2019

Mon premier journal de campagne relayait les informations connues au 10 septembre 2019, lesquelles ont évoluées entre temps. Voici ce qu’il en est au 30 septembre 2019.


– Du lundi 30 septembre au vendredi 25 octobre, Savigny n’est pas desservie en direction du Sud entre 10 heures et 16 heures, uniquement du lundi au vendredi.

C’est à dire que pour arriver en gare de Savigny, il faut aller à Épinay, ou à Petit-Vaux, et prendre ensuite un train direction Paris. On peut aussi descendre à Juvisy et finir à pied.

Il faut sinon prendre le bus 385.


– Du lundi 28 octobre au vendredi 22 novembre, Savigny n’est pas desservie en direction de Paris, entre 10 heures et 16 heures, uniquement du lundi au vendredi.

C’est à dire que pour partir de Savigny et prendre le train vers Paris, il fait aller prendre le train soit à Juvisy, soit à Épinay, soit à Petit-Vaux.

Il faut sinon prendre le bus 385.


Parce que ce n’est pas drôle sans cela, il y a un 385 toutes les 15-20 minutes.

Et je ne vous conseille pas d’aller à Petit-Vaux pour prendre le train direction Savigny car il part juste quand vous arrivez.

Cela va être pénible, mais on devrait survivre. Mais qu’est-ce que ce sera quand à la mise en service du T12, lorsqu’il n’y aura plus possibilité d’aller à Massy…



Quand les travaux du Tram 12 (T12) aggravent les inondations dans la rue des Rossays

Voyez-vous ce petit lac artificiel sur mon image de Une, en contrebas de la future ligne du tramway T12 ? Il est apparu tout récemment à la place de la butte qui existait jusque-là, laquelle a été supprimée par IDF Mobilités dans le cadre des travaux d’aménagement de la nouvelle ligne. Or, cela n’est pas sans conséquence sur les inondations, ainsi que me l’expliquait M. Benito PONTONI, un riverain de la rue des Rossays, ce 13 juin 2018.

Jusque-là en effet, cette butte du Parc du séminaire, à cheval sur Savigny et sur Morsang, servait de digue naturelle qui canalisait les crues de l’Orge. Ainsi lorsque l’eau montait, elle inondait essentiellement le parc, et le surplus touchait le bas des terrains résidentiels de la rue des Rossays, causant des dégâts limités. Sauf qu’à présent, cette digue n’existe plus et l’eau s’accumule désormais sur une bande allant de l’autoroute, donc du bas du Tram, à l’allée Cristofaro.

C’est ainsi que l’eau monte beaucoup plus haut qu’avant et qu’elle cause plus de dégâts. Certains riverains renonçant même à cultiver une partie de leur jardin, pour éviter de perdre inutilement leur récolte. Alerté par notre riverain vigilant, IDF Mobilités a finalement reconnu avoir commis une erreur, et lui a dit qu’ils allaient reconstruire une digue, à partir des éléments du chantier et de la terre déplacée pour les besoins de la construction du tram-train Massy-Évry.

On ne peut donc que déplorer la désorganisation et l’impréparation des multiples acteurs en charge du T12 qui ne se préoccupent guère des conséquences de leurs actes, alors même qu’il y a un foyer d’accueil de personnes handicapées le long de la zone inondable. De plus, l’absence d’une digue, même si le Tram ne fonctionnera pas les jours de crues, est quand même de nature à poser des questions de sécurité par rapport à la stabilité d’un terrain les pieds dans l’eau.

Déjà que le Tram est construit aux abords de l’autoroute A6, sur une partie où l’évacuation des eaux de pluie pose déjà parfois problème. En relevant en plus que les travaux du T12 ont prévu de condamner une des canalisations passant sous l’autoroute, sans que j’ai l’impression qu’ils ne la remplacent. Encore un exemple de la décadence de l’administration française où la déresponsabilisante multiplication des acteurs fait que plus personne ne sait qui fait quoi…