Archives du mot-clé Sylvia DE SA

Savigny-sur-Orge : on recrute pour remplacer la Directrice des ressources humaines (DRH) qui abandonne à son tour le navire…

La rumeur courait depuis quelques semaines, mais l’offre d’emploi n’est parue qu’en début de semaine. Sylvia DE SA, directrice des ressources humaines, entrée au service de la Commune en janvier 2000, quitte son poste. Un nouveau départ d’une ancienne de l’époque MARSAUDON, à laquelle « si tout n’était pas bien, tout était passable » (VOLTAIRE), qui serait motivé par ce qu’est devenue notre ville sous l’administration MEHLHORN.

Ce qui aura quand même été formidable sous ce mandat, c’est qu’ils n’auront eu de cesse de renforcer les équipes à cause d’un « petit con qui les fait chier » (c’est comme cela que MEHLHORN parle de moi à ses amis), mais que l’ambiance et les compétences au sein de l’administration ne cessent de se dégrader. Et c’est bien là l’expression des limites du copinage, qui justifie la nécessaire chasse aux sorcières que je veux mener dès mon élection qui n’arrivera jamais…

Je ne connais pas les raisons précises du départ de Mme DE SA. Mais ce dont je me doute est que cela n’a pas dû être facile tous les jours, du changement incessant des organigrammes permettant aux uns et aux autres de placer leurs amis (COUTINHO à la Com°, DELAMAERE à la Culture et à la Vie locale, STEIGER aux Ressources…), jusqu’au courrier d’embauche de Valérie RAGOT, faisant état d’un entretien préalable avec elle, qui n’a jamais eu lieu en tant que tel !

Avec ce départ, c’est d’abord une personne plutôt compétente (je n’ai pas assez d’éléments pour juger, mais ses collègues l’apprécient bien), et pas trop soumise à MEHLHORN et sa bande, qui abandonne encore Savigny. En souhaitant d’ailleurs qu’elle ne soit pas remplacée par un autre copain. Mais c’est aussi une personne de moins pour reconstruire l’administration après que MEHLHORN aura dégagé à l’issue des élections de mars 2020 (joli emploi du futur antérieur).

Quoiqu’il en soit, la gestion des ressources humaines sera un gros enjeu de la transition qui suivra le départ de MEHLHORN. Conserver les nuisibles revient à l’assurance de ne rien pouvoir changer, en plus de se créer une opposition en interne. Réorganiser les services sera un gros chantier, qui se heurtera forcément aux commissions paritaires, et je n’aurais de toute façon pas assez de placards pour loger tous les cas, donc on finira par toucher aux primes…