Archives du mot-clé stalinien

Le stalinien Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, ne veut plus répondre à mes questions

Chassez le naturel, il revient au galop. La « gouvernance partagée » au sein de la conférence des maires de l’Établissement public territorial n°12 est une belle idée. Mais elle ne peut fonctionner que sur des points de consensus, et elle se brise au premier accroc. J’ai voulu interroger Michel LEPRÊTRE, président de l’EPT 12, sur la rétrocession de compétences intercommunales à des communes. Celui-ci ne veut plus me parler…

« Je crois que vous avez fait un recours contre cela. C’est la Justice qui vous répondra. » Bon ben, la prochaine fois, je voterai directement pour la Justice puisque c’est elle qui répond aux questions des citoyens. Je pense qu’il est temps que Michel LEPRÊTRE arrête de se cacher derrière une non-préparation ou un rodage de ses services, et qu’il assume ses responsabilités sans instrumentaliser la Justice comme il le fait, expression malhonnête du stalinisme du PCF.

En réalité, ne nous le cachons pas, je pense que LEPRÊTRE n’a pas digéré d’une part mon tweet de la dernière fois, traduisant son humour sexiste de « vieux beauf » (et c’était avant l’affaire BAUPIN, je le précise). D’autre part, que je porte effectivement recours après avoir discuté avec lui, et qu’il m’ait « encouragé » à déposer un recours. Or, en réalité, il ne pensait pas que j’irai jusque-là. Mais mon recours est aussi le fait de non-réponses et d’abus de pouvoirs.

Alors certes, en ne répondant pas, surtout sur un sujet qu’il ne maîtriserait pas (enfin ça m’étonne pour des questions de PLU, vu que LEPRÊTRE est maire-adjoint à l’Urbanisme et à l’Aménagement à Vitry) ; il évite de me dire des bêtises et de raconter n’importe quoi. Mais je pense alors qu’il a des services compétents (et à priori au moins trois services Urbanisme des anciennes agglomérations) pour me donner des éléments de réponses.

L’état de grâce s’en est allé. Le dissensus fait son apparition, non pas du fait des élus mais de celui des citoyens. L’EPT 12 est définitivement un monstre administratif anti-démocratique, et je continuerai de me battre pour que cet EPT soit cassé en deux et qu’un EPT 13 (Sud) trouve sa place dans la MGP autour d’Orly. À partir de maintenant, nous allons donc encore plus contrôler l’action de l’EPT 12 qui, par exemple, ne tient pas à disposition de registre des arrêtés.

Hommage personnel à Claude LADIGNAC

Claude LADIGNAC, Savinien engagé dans la vie politique et associative notamment à Grand-Vaux, est décédé ce vendredi 16 octobre 2015. Si je me refuse de faire un éloge imaginaire de cet homme avec lequel je ne m’entendais pas, je vais écrire ici quelques mots en vérité de la relation compliquée que nous avons entretenue.

Ses obsèques auront lieu le mercredi 21 octobre 2015 à 15 h 00 pour une cérémonie religieuse en l’église Sainte-Thérèse (il m’avait pourtant bien spécifié avoir demandé à sa femme que rien ne soit organisé en ce sens…) puis à 15 h 30 au cimetière de la Martinière à Savigny.

Ce dimanche 29 mars 2015, j’attendais à la salle des fêtes de connaître le score de la victoire de MEHLHORN au second tour des départementales. J’étais seul et il est venu vers moi (ce que je n’aurais pas fait dans mon sens) me dire sa « profession de foi ». Un paradoxe pour un homme sensible aux idées et aux valeurs du communisme, qui parce qu’il savait que j’étais chrétien et qu’il aimait bien casser du chrétien, est venu dialoguer. Respect pour cela, Monsieur LADIGNAC.

Un politique politicien

Il aura été proche du Parti communiste puis de JUQUIN puis de MARSAUDON puis de ESTIVILL puis du Front de gauche… Son parcours a toujours été compliqué car m’expliquait-il, il votait pour le meilleur aux élections locales et toujours communiste pour les législatives et les présidentielles. Ainsi, il était tout fier (parce qu’il savait que cela m’emmerdait) de me dire avoir voté MEHLHORN au second tour des municipales et des départementales, et surtout qu’il n’avait pas voté « stalinien » (PCF).

Un combattant de Grand-Vaux

Chaque fois que je le voyais, il me demandait si j’avais des nouvelles de Christine ANICETO, avec qui pour la CNL, il avait travaillé à résoudre le problèmes des arriérés de charges pour Grand-Vaux pour 2010 et 2011. Il aurait voulu faire partie du Conseil citoyen en 2015 mais MEHLHORN n’en avait pas voulu, et c’était une chose qui lui restait un peu en travers. Il aura toujours navigué en essayant de tirer parti des différentes situations… C’est ainsi.

Un homme brut

Il s’était fait chopé en train de dégrader des affiches de la droite en 1995 et avait d’ailleurs été condamné pour cela. Lorsqu’il ne voulait pas faire quelque chose, il rappelait être cardiaque. Il était venu à une de mes réunions de campagne aux départementales pour me dire que je n’étais pas là pour convertir Grand-Vaux et que de toute façon, je ne pouvais rien y connaître car étant un bourgeois des Gâtines.

Une foi en l’Homme

Élevé dans la religion catholique, il me disait être devenu communiste car « eux au moins, ils s’entraident« . Le plus dur ensuite avait été de l’annoncer à son père, dont il parlait toujours avec beaucoup de respect. Pourtant, me disait-il, il avait « tout fait » (baptême, eucharistie, profession de foi, confirmation mais aussi servant d’autel). Il était même allé à la messe jusqu’à l’âge adulte, ajoutait-il encore. Déçu des chrétiens et de l’Église, il était alors parti. Compréhensible.


Je ne pensais pas que le Conseil municipal du 23 septembre 2015 serait la dernière fois que je le verrais. Je présente toutes mes condoléances à sa famille et à ses amis. Il m’avait dit ne pas vouloir d’obsèques religieuses et qu’il l’avait bien dit à sa femme. Je pense savoir qu’il n’aura pas d’obsèques religieuses. Au revoir, Claude LADIGNAC.