Archives du mot-clé square capitaine Jean D’HERS

Droit de suite sur la rénovation du square capitaine Jean-D’HERS

Il s’agira simplement ici du commentaire de quelques photos d’un chantier dont la gestion aura été catastrophique de bout en bout… Sera-t-il vraiment terminé avant le 30 mars 2018 ? Va-t-il falloir régler des dépenses supplémentaires ? Part-on pour refaire le revêtement des aires de jeux, et à quel prix ? Les réponses dans quelques semaines.


En premier lieu, on commencera par apprécier les nouvelles plaques, malgré tous leurs défauts, qui sont de retour après presque sept années d’absence. Car on rappellera que les anciennes avaient été dégradées sinon retirées en juin 2011


En deuxième lieu, on s’interrogera sur les normes des structures, lesquelles pour leur coût, n’empêchent même pas les risques de brûlures en cas d’ensoleillement (!)


En troisième lieu, on s’interrogera sur la raison de l’absence d’étalement d’une couche continue au niveau des aires de jeux… À croire qu’ils n’avaient pas assez de matière… Mais peut-être qu’une autre couche d’une autre matière est attendue ?


En quatrième lieu, on constatera que ce revêtement déjà posé s’effrite par ses extrémités… Plus ou moins…


En cinquième et dernier lieu, on relèvera que ce revêtement ne s’effrite pas que par ses extrémités, mais que des bouts, plus ou moins gros, s’arrachent bel et bien par endroits.


La municipalité peut donc en appeler autant qu’elle veut au respect des aires de jeux, l’usure naturelle de la structure, au bout de quelques semaines, et avant même que ce square ait été ouvert au public, préfigure déjà de la suite…



Publicités

Droit de suite sur les travaux du square Capitaine Jean-D’HERS : à 76 000 euros près…

Et 5754,66 € de plus pour le cabinet d’architectes en charge des travaux du square capitaine Jean-D’HERS. Découvert dix jours après la signature du dernier avenant, parce que c’était trop compliqué de tout lier. Encore une fois, je ne comprends pas comment cela a pu coûter près de 400 000 €, avec trois mois et demi de retard, sauf à ce que plein de gens s’en soient mis dans les poches au passage… Mais là n’est pas le plus intéressant…

Les puristes remarqueront en plus que la Ville s’est trompée de 3000 euros dans le montant HT des travaux à l’issue de la phase d’avant-projet. Ils ne sont pas de 155 955,50 euros mais bien de 158 955,50 euros (cf mon précédent article sur le sujet). Non, la vraie question est de savoir comment la Ville a pu se tromper de 76 000 € dans l’estimation du coût des travaux. Ce n’est que du simple au double (et à la limite, l’estimation était dans la moyenne de ce qui se pratique).

La vraie question est de comprendre comment on peur avoir un service des marchés publics aussi nul, alors que celui-ci est censé avoir été étoffée. Je passe rapidement sur les copier/coller qui leur font écrire n’importe quoi, ni sur les nombreuses coquilles qui prouvent qu’ils ne se relisent pas. On n’entrera pas plus dans les détails du droit qui n’est manifestement pas maîtrisé (les marchés les plus importants étant de toute façon relus par un cabinet extérieur).

Qu’il y ait de la politique derrière tout cela ; que la municipalité provisionne beaucoup plus pour pouvoir dire soit qu’il reste de l’argent à la fin, soit qu’elle n’a pas tout dépensée donc qu’elle est super-douée, admettons. Mais qu’il faille attendre une « évolution des travaux », pour se rendre compte qu’on a sous-estimé les coûts de moitié ; je trouve cela effrayant. Qui a validé quoi à quel moment ? C’est trop facile de dire après qu’on était qu’au stade de l’avant-projet…

Je trouve que ce chantier mobilise beaucoup d’attention, et qu’il est un peu géré au jour le jour. Surtout pour un parc qui est en limite de Savigny, et dont la rénovation n’était pas l’urgence absolue, d’autant plus pour en faire ce qu’il va être : du béton et des jeux grillagés, qui ne devrait pas accueillir plus que la trentaine d’enfants qu’il peut recevoir chaque jour. Je me pose quand même de plus en plus de questions sur le financement et le sérieux du suivi du projet…




Droit de suite : 3 mois et demi de retard pour les travaux du square capitaine Jean-D’HERS !

Les aléas climatiques ont bon dos, surtout si vous vous rappelez du temps clément de la fin décembre 2017, et que vous voyez les entreprises bosser actuellement dans le froid et sous la pluie, comme jeudi dernier (1er février 2018)…

Les deux marchés publics pour la rénovation du square Jean-D’HERS à Savigny-sur-Orge, passés pour un montant total de 391 000 €, prévoyaient une fin des travaux au 14 décembre 2017.

Ne voyant plus rien se faire depuis fin décembre, je me disais « chic, on va se rembourser de 400 euros par jour de retard ». C’était sans compter sur le maire, Éric MEHLHORN, qui a finalement prolongé la durée des travaux, ce 22 janvier 2018, jusqu’à la fin mars 2018, sans aucun préjudice financier pour les entreprises.

Comment a-t-on pu se tromper de 3 mois et demi ? Les ouvriers ont juste arrêté de travailler à l’issue de la période initialement définie à la mi-décembre. Les aléas ne les ont pas pénalisés avant ; au pire d’une semaine ! J’habite à côté, je les ai vus presque tous les jours !

C’est donc seulement un prétexte pour justifier la prolongation des travaux ! Est-ce bien légal ?

Précisons par ailleurs que le marché prévoyait la possibilité d’une retenue de 10 % du montant total si les travaux étaient abandonnés ; mais vu qu’il restait les machines, ce n’est sûrement pas ce qui allait arriver…

Je continue donc de penser, par comparaison avec les propositions présentes au salon des maires et des collectivités locales, qu’on aurait pu attribuer le marché à 300 000 € environ. Donc que tout cela n’est pas net… Surtout quand on voit ce qui est réellement fait !

Et pourquoi attendre un mois pour négocier un prolongement de la durée des contrats ? Sinon parce qu’il y a dû y avoir une discussion qui a pris du temps ? La catastrophe MEHLHORN continue de faire des dégâts à Savigny… Bravo la gestion de la fausse-droite LR !




Faut-il s’étonner des retards de travaux du square Capitaine Jean-D’HERS ?

Voilà plus de trois semaines qu’il n’y a plus un ouvrier sur le chantier du square Capitaine Jean-D’HERS aux Gâtines. Pourtant, les travaux auraient dû se terminer il y a un mois, le 15 décembre 2017. Que se passe-t-il donc ? Les pénalités de retard étant fixés à 480 € TTC par jour, comment se fait-il que l’entreprise ne réagisse pas plus vite ? À moins que…


J’ose donc l’hypothèse que MEHLHORN et sa clique d’incompétents se sont tellement faits avoir sur le coût réel des travaux, que les entreprises se foutent de devoir déduire 500 euros par jour par rapport au bénéfice réel qu’elles se font. Qu’est-ce que 10 000 euros quand votre proposition d’un tiers supérieur au prix de marchés équivalents, vous rapporte 100 000 euros en plus ?

D’autant que MEHLHORN qui accumule les conneries, et confond d’ailleurs lors de ses vœux les bus 292 et 492 parce qu’il ne connait pas sa ville, s’auto-félicite d’avoir bloqué le passage vers Morangis. Or, s’il connaissait un peu ses dossiers, il se rappellerait que l’extension du 292 jusqu’à la ZAC des Gâtines (qui date de 1997) était conditionné à un usage partagé avec les Morangissois…

Espérons donc que la Ville, si elle en est capable, va se bouger un peu pour faire achever ces travaux, et surtout que le prolongement du 292 ne sera pas remis en cause par un maire qui prend sa population pour des cons en leur disant : je suis efficace parce que je dépense beaucoup. Non, tu dépenses beaucoup parce que tu te fais systématiquement entuber…

Et MEHLHORN de redire qu’il a eu raison de vendre le réseau câblé donc de payer une indemnité de rupture pour un contrat caduc depuis 15 mois au sujet de la fibre optique. C’est à me demander s’il est vraiment stupide, ou s’il touche quand même une commission, parce que ce n’est ni possible ni légal de payer des pénalités pour rompre un contrat déjà achevé…

En attendant, voyez dans quel état demeure le square, de fait inutilisable même si plein de gens passent quand même les barrières pour promener leurs chiens. Dernière remarque sur les panneaux, n’était-ce pas possible pour MEHLHORN de faire écrire les noms des lieux encore plus petit ? Parce que là, je les vois encore trop bien d’assez près ! Quelle catastrophe ce mec !