Archives du mot-clé square Capitaine-DANJOU

Droit de suite : le square capitaine Danjou de Savigny-sur-Orge existe depuis 2005

En ce jour de la fête de la Légion étrangère, jour anniversaire de la bataille de Camerone, je publie ici la délibération retrouvée, datant de 2005, et dénommant le square du capitaine Danjou à Grand-Vaux. Donc cet acte a bien été accompli conformément à la Loi. Je rappelle cependant que ce qu’une délibération a fait, une autre délibération peut le défaire. Même si en l’occurrence, il n’y a donc pas ou plus de raison de revenir sur ce nom…

Je me permettrais néanmoins quelques petits commentaires relativement à cette délibération :

  • Je remarque que mis à part les anciens légionnaires qui se souvenaient à raison du vote de cette délibération, la Ville semblait l’avoir oubliée puisqu’il lui a fallu un mois pour me la communiquer. Peut-être que j’aurais fini par la trouver tout seul, à la condition que les recueils des actes administratifs soient un peu mieux organisés et un peu plus accessibles ?
  • Je constate que Jean ESTIVILL a voté CONTRE cette délibération. Je m’interroge de savoir si c’est par anti-militarisme, ou si le même élu aurait effectivement refusé de voter la dénomination d’un square savinien du nom d’un(e) républicain(e) espagnol(e)…
  • Je maintiens mes reproches quant au fait que nos parcs et squares pourraient porter d’autres noms que ceux de militaires, surtout quand ils n’ont rien à voir avec la Ville. Je trouve dommage que chaque association ait son espace à Savigny, plutôt que nous ayons un seul espace qui nous rassemble tous, quelque soit nos différences. Surtout qu’il n’y a même pas de monument aux morts, ou dédié à la République, à l’intérieur de ce square.

Je conclus en expliquant que si je suis méfiant à l’encontre des légionnaires, c’est parce que quand j’ai commencé mon engagement politique, il y avait des Saviniens pour me raconter que MARSAUDON était un porteur de valises d’argent africain servant à financer les campagnes électorales du RPR de CHIRAC. Et que l’ancien député-maire était alors accompagné ou escorté par des légionnaires, dont il aurait acheté le silence en leur proposant des emplois à Savigny…

Or, cette situation créerait des injustices ne correspondant pas à mon idéal républicain. Je réécris à nouveau que je n’ai rien contre les légionnaires, mais qu’à partir du moment où ils se constitueraient en groupe de pression, ou obtiendraient des avantages indus, et malgré tout ce qu’ils ont pu faire avant ou pour la République, alors je m’opposerai à tout ce qui pourrait déséquilibrer l’égalité des chances. Et je termine en citant l’article 6 de la Déclaration de 1789 :

Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux [de la Loi] sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.



Par ailleurs, on retrouvait bien le nom de ce square (mal orthographié) sur un plan de la Ville :



Publicités

Un nouveau square à Savigny-sur-Orge : capitaine DANJOU

Édit au 1er avril 2018 : Un ancien légionnaire nous a contacté ce jour pour nous dire que ce square existerait depuis les mandats de Jean-MARSAUDON (1983-2008). Qu’il n’y aurait pas de repas les premiers samedis du mois, mais des rassemblements pour entonner entre eux les chants de la Légion les derniers samedis du mois. Il nous rappelle enfin que le vote est secret, et qu’il n’est donc pas possible de connaitre les opinions politiques des différentes personnes.

Connaissez-vous le square Capitaine DANJOU à Savigny-sur-Orge ? Celui-ci est situé à Grand-Vaux ! Personnellement, je le découvre, en plus de découvrir qu’il a été illégalement nommé puisqu’aucune délibération du Conseil municipal ne s’est prononcé pour sa dénomination. Précisons de surcroit qu’il s’agit de clientélisme électoral, en faveur des (anciens) légionnaires, donc d’un détournement de pouvoir par le maire !

Je n’ai rien de personnel contre les légionnaires, et encore moins contre le capitaine DANJOU. Mais je suis Français et républicain, et je ne tolère pas que les associations d’anciens combattants agissent en groupe de pression ; et que la municipalité, les favorise quelconquement avec un but dissimulé qui est le clientélisme électoral. Et MEHLHORN qui veut conforter un soutien des anciens combattants à sa personne ; eux qui soutenaient SPICHER en 2014.

Il faudrait parler un peu de ce rassemblement des anciens légionnaires, qui a lieu généralement le dernier samedi du mois, pour reprendre les chants de la Légion. On y retrouve parfois Daniel GUETTO, adjoint au monde combattant. Est-il lui-même un ancien légionnaire ? Pas à ma connaissance. Alors, il faudrait sérieusement arrêter la confusion des genres et l’instrumentalisation, voire la prostitution, de la chose militaire auprès des politiques.

C’est pourquoi j’annonce ici (et je me fous de ce que pensent les légionnaires qui de toute façon ne votent pas pour moi) que je vais déposer un recours en contentieux contre cette dénomination, en tant qu’elle est irrégulière ! Et tant mieux si le nom de DANJOU est ensuite confirmé par le Conseil municipal, mais on va le faire conformément à la Loi, parce que c’est une affaire de la commune, et pas une affaire du seul maire et à la rigueur de son adjoint.

Je termine sur le procès qu’on me fera sur le fait que les légionnaires ont versé leur sang pour la France, et que ce n’est pas mon cas à moi qui ait 26 ans. Moi, je suis Français par le sang et par le sol, et j’en ai les preuves sur cinq générations (je ne peux pas remonter plus haut). Mes ancêtres ont aussi donné leur sang, voire donné leur vie pour ce pays. Et moi, en 2018, je me bats, politiquement, pour conserver la France, et ses valeurs, pour laquelle ils ont combattu !

Et ces valeurs, ce ne sont pas le lobbying ni le clientélisme. C’est le respect des lois, et de la légalité républicaine. Et l’égalité fait que personne n’est au dessus ; pas même un élu ou une personne qui s’est battu au sens propre pour défendre le pays ! Et je trouve de plus en plus qu’on est en train de détruire la France du Conseil national de la résistance ; et on ne peut pas se réclamer d’une Histoire allant dans un sens, et faire le contraire !