Archives du mot-clé SNCF

Olivier VAGNEUX, victime d’une usurpation d’identité, pour une fraude à la SNCF

Encore une amende dont la SNCF ne recouvrera pas le montant…

En 2015, leur taux de recouvrement était à 10 % ; en 2018, à 13 %, et il serait soudainement monté à 50 % en 2019 à en croire la présidente de région, même si cela me paraît plus qu’étonnant, venant de toute façon d’une personne, Valérie PÉCRESSE, qui est une menteuse, en tant qu’elle avait affirmé qu’elle ne toucherait pas à la carte Navigo unique à 70 euros !


Encore une fois, tout commence avec le courrier de ce mardi 04 juin 2019, et une lettre du SRTPF (en fait, le Service de recouvrement du transport public ferroviaire).

Sur le coup et au travers de l’enveloppe, je pense qu’il s’agit d’un courrier de la SATEBA (la société des traverses en béton armé, fondée par mon illustre aïeul Edmond VAGNEUX), donc d’une erreur, car non, jusqu’à la mort de mon père, je ne toucherai rien des dividendes de l’entreprise, lesquels s’élèvent pour ce qui pourrait me concerner, à 400 euros par an, que je devrais partager à part égale avec mes sœurs…

Puis j’ouvre le courrier, que je lis en diagonale, et j’ai l’impression d’avoir oublié un droit fixe de procédure pour une quelconque affaire. Il y en a tellement… Ou alors d’avoir oublié de payer la copie d’un dossier de procédure pénale…


Enfin, je me pose pour lire sérieusement le courrier, et je découvre que je dois régler un PV de 100 euros ; et je me rends compte qu’il doit s’agir d’une erreur, parce que je n’ai JAMAIS, de ma courte vie durant, été verbalisé !

Non, moi, je suis le niveau au dessus : délinquant condamné, visé par une enquête préliminaire pour m’être introduit en mairie et avoir pillé un coffre-fort, prochainement mis en examen dans une autre affaire, signalisé, fiché, en recours contentieux avec le ministère de l’Intérieur et de la Justice !

Bref, je me connecte quand même sur le site qui est très mal fait, puisqu’il n’indique rien de l’infraction commise.


Et je me décide à appeler le numéro, qui heureusement pour moi, est gratuit.

Au bout du fil du téléphone, un homme qui n’est pas surpris parce qu’on doit l’appeler régulièrement souvent pour cela.

Donc il me dit que j’aurais été verbalisé le samedi 18 mai 2019 entre Villeneuve-saint-Georges et la gare de Lyon.

Et que je dois leur retourner le courrier avec :

  • une attestation sur l’honneur d’usurpation d’identité (juste du déclaratif),
  • la copie du récépissé de plainte pour usurpation d’identité,
  • la copie de ma carte d’identité.

Alors même si ce n’est que du déclaratif, tu as quand même envie de reconstituer ta journée, et cela remonte à deux semaines et demi  !

Et tu n’y arrives pas, avec les gags habituels que le seul ticket de caisse que tu ne retrouves pas, ou que tu ne vas pas avoir gardé, est celui qui te dit que tu n’étais pas dans le RER, mais en train de faire tes courses.


Et pourtant, nous sommes bien fliqués de partout, parce que j’arrive à savoir avec quelle adresse IP (donc de chez moi) et à quelle heure j’étais connecté sur mon compte WordPress pour écrire quel brouillon d’article !


Donc j’ai perdu presque une heure au commissariat pour aller porter plainte…

img385


Bilan : plusieurs heures de perdues, et de l’argent, parce que c’est à moi de dire mon innocence !

J’en veux à la SNCF de ne pas avoir fait son travail correctement, et de ne pas avoir vérifié l’identité de la personne, surtout qu’elle peut maintenant le retenir jusqu’à l’arrivée de la Police. Donc la politique de PÉCRESSE n’est en fait pas appliquée ! La fausse droite dans toute sa splendeur. Des annonces, qui ne sont pas suivies d’actes…

Du coup, et comme je paye quand même 75,20 euros par mois, je vais les faire chier jusqu’au bout en exigeant les relevés de bornage de ma carte. Je suis con, mais pas au point de payer pour dire finalement que je n’ai pas de passe…



Un député (Robin RÉDA) déguisé en contrôleur, voilà qui me rappelle un chargé de mission de l’Élysée (Alexandre BENALLA) déguisé en policier

Si le second a été mis en examen pour « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique » et « port et complicité de port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique », gageons que le premier aura été plus malin, et que malgré son attirail pour faire comme un vrai, il était autorisé et ne s’est pas livré à des actes de contrôle. Mais cette folie du déguisement interroge !

Dans ma Constitution, à l’article 24, il est écrit qu’un député vote la Loi, contrôle l’action du Gouvernement et évalue les politiques publiques. Je commercerai en vous avouant avoir un peu de mal à comprendre en quoi le député RÉDA accomplit-il ici sa mission de parlementaire. Il est surtout en train de gratter une journée de travail qu’il passe « sur le terrain », plutôt qu’à l’Assemblée. Avait-il sinon besoin de cela pour découvrir le travail d’un contrôleur SNCF ?

Mais au-delà de cette réflexion, c’est ce port de l’uniforme qui est questionnant, déjà parce qu’il prête à confusion. Rien ne semble ici indiquer une quelconque qualité d’observateur auprès des utilisateurs. D’autant plus que Robin ne porte pas juste le képi et à la rigueur le manteau, mais qu’il a aussi la sacoche, et le badge nominatif. De plus, est-ce qu’il y a besoin de s’habiller comme un agent SNCF pour vivre le quotidien d’un agent SNCF ? Cela peut se discuter.

Car le texte du message Facebook indique bien que tout cela se fait sous l’œil des caméras de LCP. Par ailleurs, on se doute bien que RÉDA n’est pas seul car il n’a vraisemblablement pas pu prendre la deuxième photo (à droite). Donc niveau immersion ou discrétion de l’infiltration, on repassera. Parce qu’évidemment que les gens ne vont pas se comporter pareil s’il y a la télé, même si cela n’empêchera pas effectivement les RER de ne toujours pas arriver à l’heure.

Au travers de cette publication, on dirait donc juste un enfant qui accomplit son rêve de gosse, ce qui se traduit par l’usage de ce vocabulaire enfantin qui consiste à dire qu’il est « en mode », tel un jouet. C’est de la communication pour bien se faire voir des agents de la SNCF, mais surtout se faire voir tout court des habitants de la circonscription. J’attends maintenant de lire le rapport parlementaire, ou d’entendre les sorties, qui feront état de ces rencontres du député !




Aujourd’hui, je dénonce la courte vue de Circule et d’Élan-Savigny-environnement

Que des gens se constituent en association de défense, j’apprécie leur altruisme si c’est bien cela qui les motive. Mais quand leur absence de vision fait qu’ils sont manipulés, voire instrumentalisés par les politiques, je ne suis plus d’accord ; d’autant plus quand ces gens se sont autoproclamés comme agissant en mon nom. Règlement de comptes avec les associations Circule et Élan-Savigny-environnement sur la défense du RER C !


Ce jeudi 19 octobre, j’ai reçu ce tract à la gare de Savigny-sur-Orge. Sur le fond, il n’y a rien à redire. Les usagers du RER C doivent effectivement bouger leurs fesses s’ils veulent conserver un minimum de 8 trains par heures de pointe. Mais sur la forme, que ce soit les associations collaborationnistes d’IDF Mobilités (ex-STIF) Circule et Élan-Savigny-environnement, qui dénoncent qu’on déshabille le RER C pour habiller le T12, je ne peux pas m’empêcher de réagir !


Tant Élan que Circule sont des idéologues des transports en commun qui raisonnent de la manière suivante : le bonheur des usagers se mesure au kilométrage des réseaux. Ils soutiennent donc tous les projets foireux qui passent : le T7, le T12, la rénovation du Grand Pôle intermodal de Juvisy (en tant que celui-ci se fait au détriment des autres gares) ; et puis ils s’étonnent qu’on déshabille l’existant, ici le RER C, pour habiller la nouveauté, ici le TTME ou T12 !

Le prix d’équilibre du passe Navigo est à 93 € par mois. Et tous les ans, on nous vend 2,5 € d’augmentation pour nous dire qu’on construit de nouveaux réseaux (parce qu’on a tout investi dans le TGV dans les années 1980 alors il faut bien rééquilibrer). Pourquoi on entend pas ces associations de défense ? À cause du fait qu’ayant soutenu tous ces projets qui seront des échecs commerciaux, comme l’est le T7, elles ne peuvent pas en refuser le financement…


Concernant Circule, une rapide revue de presse de leurs publications montre qu’ils ont beaucoup crié dans le désert pour finalement ne pas obtenir beaucoup de victoires…

http://portail.circule.org/informations-pratiques/archives-du-journal/

Mais on relira surtout avec délectation leurs propos d’il y a douze ans sur le détournement des missions Z6 (Juvisy-Massy-Versailles) vers Brétigny qui devaient densifier la desserte des gares de la Vallée de l’Orge… Aujourd’hui, on prévoit surtout d’augmenter prochainement le nombre de directs entre Juvisy et Brétigny. Enfin, on appréciera leur aveu d’échec dans le dernier numéro de mai 2017 : eh oui, la SNCF vous a toujours pris pour des cons, et elle va continuer !

Merci à Circule de corriger son titre ! Leur journal est pour les usagers de la lige C, mais en aucun cas, le journal DES usagers de la ligne C.

Il y a donc un moment, où prenant conscience de leur inutilité profonde – d’autant plus scandaleuse que les élus, la SNCF ou IDF Mobilités, se servent d’eux pour dire : Mais regardez, on est à l’écoute des usagers et on dialogue même avec eux !!! – il conviendrait que ces associations arrêtent, à défaut de revoir fondamentalement leurs modes d’actions. En voulant nous aider, mais aussi côtoyer les puissants (ah, l’orgueil…), ils nous pénalisent plus qu’autre chose !

Je terminerai cet article par une réflexion de mon ami Jean-Marie CORBIN, qu’il me semble intéressant de vous partager : La SNCF est la seule entreprise au monde à se féliciter de réduire sa production. Moins il y a de trains, et plus ils sont contents ! Je la complèterai en disant qu’aujourd’hui, la SNCF est plus intéressée par son activité immobilière, que par son activité ferroviaire ! À quand la banque SNCF ? L’assurance SNCF ? L’opérateur SNCF ? La Poste SNCF ?



La campagne politiquement correct de la SNCF contre la fraude

Dire que c’est notre argent qui finance cela ! Voilà une série d’affiches qui a bien fait sourire la Police ferroviaire parce que, même si les statistiques ethniques sont interdites en France, ce n’est pas le babtou bien propre sur lui qui est le plus souvent fraudeur. Alors je n’écris pas qu’il n’y en a pas ; juste que dans ceux que je vois contrôlés et arrêtés par la sureté SNCF, ce ne sont majoritairement pas les jeunes bobos blancs des affiches.

Imaginez donc la stigmatisation, et la polémique, si parmi les trois affiches, on avait représenté fraudant sur au moins l’une d’elles, soit une personne de couleur de peau noire, soit une personne de phénotype arabe, soit comble du comble un Rrom ! Ben ouais, mais comme en France, le blanc serait majoritaire (à confirmer), c’est lui qui prend. Dommage qu’il n’en soit pas partout pareil dans les autres pubs où le métissage (représentatif ?) est allégrement développé.

C’est donc à se demander si la SNCF connaît ses usagers parce que perso, quand je prends le bus ou le RER, c’est comme quand je me rends à la Caisse primaire d’assurance maladie, au service contentieux des impôts ou à Pôle emploi, c’est pas l’allogène qui est majoritaire. Pourquoi ? Parce que le petit blanc qui a des moyens, il fuit ces endroits dès qu’il le peut, et notamment les transports. Il prend sa voiture ou sa moto, et parfois même, il va plus vite !

Bref, la fraude, c’est un truc de « blancos » (pour paraphraser Manuel VALLS) et c’est à cause d’eux qu’on n’a pas l’argent pour améliorer les transports pour tous. Heureusement donc que la SNCF se met enfin à appliquer une loi plus dure ; à défaut que ce soit une loi pour tous. Parce qu’effectivement, la Police ferroviaire a moins de difficultés à alpaguer certains « white » que ceux qui fraudent allègrement au quotidien au prétexte que les transports leur seraient offerts.