Archives du mot-clé services publics

Sur l’auto-interview de Mathieu FLOWER dans la Lettre du conseil citoyen n°2

Pourquoi auto-interview, me demanderez-vous ? Juste parce qu’en général, la personne interviewée ne signe pas sa propre interview (ils ont même oublié d’enlever le nom du texte qui leur a envoyé et qu’ils ont transformé en questions / réponses !!!). Une preuve de plus, s’il en fallait que le conseil citoyen de Grand-Vaux est composé d’idiots utiles qui pratiquent la servitude volontaire et font le jeu des pouvoirs publics dans une obéissance crasse.

Ils cherchaient une personne à interviewer, et comme par hasard, ils sont tombés sur le maire-adjoint chargé de la Jeunesse (celui qui a fermé la Savinière, coupé dans les subventions aux associations de jeunesse, et arrêté Sports-vacances), des Sports (un mec qui croit que la musculation est un sport, parce qu’il la confond avec l’haltérophilie) et à la Démocratie locale (lui qui ferme sa gueule quand on empêche les oppositions de parler, pourvu qu’il ait son indemnité à la fin du mois…)

Mathieu FLOWER est en effet l’habitant-type idéal de Grand-Vaux, et je préviens les lecteurs sensibles et les gauchistes fragiles que je vais ici employer, entre guillemets, des termes appartenant au langage indigéniste (qui est quand même le regard porté par les pouvoirs publics sur Grand-Vaux), sinon au langage de la sociologie influencée par les études post-coloniales, pour expliquer des perceptions et des contre-perceptions !

En effet, aux yeux du pouvoir, FLOWER est un « déraciné » (un Antillais venu en Métropole) et un « racisé » (un non-blanc, en l’occurrence un noir). Il serait donc, par ces caractéristiques, représentatif de la population de Grand-Vaux, et pourrait donc leur parler pour leur montrer la voie de l’intégration. Parce qu’il est noir, alors il pourrait parler aux autres noirs, et plus largement aux autres non-blancs ; ce qui n’est d’ailleurs pas très éloigné de la pensée de MACRON*.

Sauf qu’aux yeux d’une partie de la population de Grand-Vaux, FLOWER n’est noir que d’extérieur mais blanc à l’intérieur, c’est à dire qu’il est considéré comme un « nègre de maison » (en référence à un discours de Malcolm X de 1963) par les autres qui se voient comme des « nègres des champs« . Or, je n’arrive pas à savoir si FLOWER est conscient de cela, mais qu’il ferme sa gueule pour le titre d’adjoint, et l’indemnité. Ou s’il ne s’en rend vraiment pas compte…

Toujours est-il que le 10 décembre 2014, un élu fâcho de la majorité municipale de Savigny a dit à FLOWER qu’il irait bien avec Guilène DÉSIRÉE qui est l’autre conseillère municipale de couleur de peau noire, ce qui était une réflexion purement raciste (je traduis : on va maquer les noirs ensemble parce qu’ils sont noirs), et je crois me souvenir que FLOWER a ri en entendant cela dit devant lui… Enfin bon, je ne partage pas l’humour de certains membres de la majorité municipale de Savigny…


Venons en maintenant au fond de l’interview, relativement aux propos tenus.

1. Pour FLOWER, l’attractivité d’un quartier se mesure à la qualité de services publics (c’est pourquoi, en bon schizophrène, il en a fermé autant en 2015, mais on remarquera que ce n’était pas à Grand-Vaux qu’il les fermait, donc il a vraiment une sale mentalité égoïste…). Et donc FLOWER de se réjouir qu’on essaie de les faire venir désormais dans le quartier.

==> Mais ouais, c’est super ! C’est super néo-colonialiste ! On va apporter la culture et le savoir aux cons de Grand-Vaux, parce qu’ils sont trop fainéants pour se déplacer. Et surtout, on leur évite d’avoir à venir se mélanger avec les gens bien de l’autre côté de l’A6. Restez donc dans votre ghetto, les pouilleux, ça permet en plus aux blancs privilégiés de venir faire leurs bonnes œuvres pour vous apporter la civilisation !


2. On apprend ensuite que FLOWER a été particulièrement marqué par l’attaque du camion de pompier parce que c’est un symbole de solidarité.

==> Par contre, que les policiers se fassent caillasser régulièrement, il n’a pas l’air d’en avoir grand chose à foutre. Il n’était d’ailleurs pas trop pressé pour faire effacer les plaques des voitures de la BAC servant au repérage. D’autant plus que lui n’hésite pas à s’en prendre à des associations, qui font pourtant de la solidarité, en usant avec elles d’un comportement illégal, et pénalement répréhensible, comme lorsqu’il leur demande des relevés de compte bancaire !!!


3. Ensuite, FLOWER veut retrouver l’histoire et l’âme du quartier.

==> Traduisons-le : quand les habitants étaient plus assistés par les services publics qu’ils ont fait fermer de par leur comportement, et donc quand il y avait moins de Noirs et d’Arabes.


4. Après quoi, FLOWER tombe dans le discours victimaire (donc il méprise les autres habitants et estiment par conséquent être un sur-homme de lui s’en être sorti, et que tout le monde ne pourrait pas faire comme lui) : Grand-Vaux n’est pas un quartier coupé du monde.

==> Non, mais ça, c’est une légende urbaine. Grand-Vaux est quand même plus proche de tout (de la gare, de l’autoroute, de la Poste, de la mairie…) que plein d’autres quartiers de Savigny.


5. Il dit encore : si le projet foire, c’est qu’il y a des connards qui s’y opposent, et ces connards, c’est les habitants qui ne veulent pas vivre ensemble (le grand malheur du Dieu créateur), et de cibler pour la bonne conscience une minorité non identifiée qui fait chier tout le monde…

==> Remplaçons donc les habitants et taisons la complicité de la majorité qui finalement se satisfait très bien de cet état de fait…


6. Il dit aussi qu’il faut l’aide de l’État pour sortir de l’économie de la drogue et des violences.

==> Selon FLOWER, c’est donc à l’État de trouver des jobs aux habitants (trop cons pour en trouver tous seuls), et peut-être même de faire venir la Police. Discours victimaire qui prend la population de Grand-Vaux pour des sauvages à éduquer… Le salut du quartier viendra des parents et des grands-frères le jour où ils diront à leurs enfants d’arrêter de déconner.


7. Le renouveau de Grand-Vaux est en chacun de nous. Il doit se construire dans le cadre d’une confiance partagée… Et bla bla bla…

==> Quel hypocrite, alors que c’est lui qui participe à écrire un projet foireux qui se résume à casser des logements sociaux, et virer des pauvres. Il ne résout rien, et veut juste retrouver un quartier avec plus de blancs et moins d’emmerdes… Et un peu plus de services publics, mais comme il ne saura pas les gérer comme en 2015… Heureusement quand même qu’il y a l’argent des blancs du reste de Savigny pour payer tout cela…


En conclusion, que FLOWER soit adjoint, et habitant du quartier depuis 30 ans ne lui donne aucune légitimité supplémentaire. Il est personnellement méprisant, et par conséquent méprisable. Son discours est populiste, victimaire, rempli de « on-dit » et de fake news. Dommage que la lettre du conseil citoyen soit en fait un organe de propagande pour dire à quel point la majorité municipale de Savigny est géniale. J’espère que les lecteurs sauront discerner !


* Le 22 mai 2018, le président MACRON a expliqué que cela n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport (BORLOO). Donc pour lui, la politique de la Ville ne doit pas être faite par les blancs mais par les habitants du quartier. Dans ce cas, arrêtons de prendre les impôts des blancs pour financer les quartiers…




Publicités

Les mensonges d’Éric MEHLHORN dans sa Lettre du Maire n°1

Lorsqu’on a besoin de réaliser des économies dans sa Ville, peut-être est-il plus intelligent de ne pas publier une lettre démagogique pour mentir en affirmant qu’on fait bien son travail, alors que l’on s’est refusé à étudier en profondeur son budget et les pistes d’économie qui étaient réalisables… Là, je suis en colère, d’autant qu’il n’y a toujours aucune proposition de débat et de concertation…

Donc les propositions mehlhorniennes sont actées et on écrit pour rassurer les retraités et l’électorat traditionnel de la droite UMP pour dire que c’est ce qu’il y avait de mieux à faire, qu’on sait ce qu’on fait (sauf que les conseillers municipaux n’étaient pas au courant l’avant-veille…) et que la mobilisation des Saviniens n’a pas lieu d’être parce qu’il n’y a aucun problème à Savigny-sur-Orge. Au fait, combien a coûté cette blague sur 4 pages ?

Je m’attacherai à relever quelques éléments de désinformation ou quelques éléments de la rhétorique mehlhornienne que l’on peut résumer ainsi :  « Je peux me permettre d’être médiocre parce que d’autres le sont tout autant sinon plus que moi« .  Peut-être que les Saviniens m’auraient élu, qu’on n’en serait pas là aujourd’hui… J’écris cela, je n’écris rien… Et je précise, je ne touche pas 8460 € brut par mois pour savoir tout cela…

Indemnités mensuelles de Éric MEHLHORN (montants brut) au 1er avril 2015

– Maire de Savigny-sur-Orge : 3041,17 €

– vice-président de la CALPE : 1960 €

– vice-président du Conseil départemental de l’Essonne : 3459 €


 Page 1 :

– La communication en période pré-électorale fut réglementée à partir du 1er septembre 2014 et non du 1er octobre (article L.52-1 du Code électoral). En conséquence, je veillerai à ce que Éric MEHLHORN déclare dans ses comptes de campagne les guides municipaux de septembre 2014, les cartons d’invitations aux conférences culturelles ou l’invitation pour la cérémonie de vœux 2015 ou encore le coût de diffusion de ses photos sur les écrans télé de la Ville…

– « N’ayant pas vocation à constituer un encart réservé uniquement à la parole du Maire » : peut-être faut-il rappeler à M. MEHLHORN qu’il s’agit là d’une obligation légale et que Mme SPICHER-BERNIER fut condamnée en 2013 pour avoir refuser de laisser son opposition s’exprimer…

– Je ne fais pas, comme d’autres villes,  29 % de hausses d’impôts pour Savigny… Faut-il remercier le Maire de raisonner par l’absurde ? Ces hausses ne sont pas nécessaires dans le cas de Savigny si on coupe aux bons endroits et que l’on emprunte un peu plus…

– La blague du compte Twitter qui n’est plus actif depuis le 8 janvier 2014 parce qu’entre-temps, ils se sont rendus compte qu’ils fonctionnaient avec un autre compte… Si le deuxième a fermé, c’est un peu grâce à moi car MEHLHORN y faisait sa communication électorale pro-UMP et anti-FN, et que je lui ai demandé s’il voulait le compter dans ses comptes de campagne…


Page 2 :

– 56 % du personnel communal est intégré au budget au service de l’Enfance ? Nous ne devons pas avoir les mêmes sources parce que je ne trouve pas 508 personnes travaillant directement pour l’enfance de Savigny…

J’ai : 907 effectifs budgétaires dont 4 direction générale, 171 filière administrative, 390 filière technique, 87 filière sociale, 57 médico-social, 12 secteur sportif, 57 secteur animation, 122 secteur culturel, 8 police municipale, 3 emplois non cités + 40 non-titulaires dont Cabinet (+ toutes les délégations de service à l’IFAC ou à SODEXO)

Si Savigny consacre 13 millions d’euros à l’enfance, alors on ne dépense que 10,21 millions d’euros pour le reste de notre fonction publique territoriale. Puisque Savigny dépense 23,21 millions de son budget pour son personnel, alors elle utilise 48 % de son budget total pour son personnel dont en effet 55 % de son budget de fonctionnement (42 500 341 €). Mais tous ces chiffres ne prennent pas en compte toutes les délégations de service public et tous les emplois non salariés directement par la Ville…

Mais un instant, comment se fait-il qu’en 2013, nous n’avions que 860 effectifs budgétaires, et que nous nous retrouvons avec 907 en en ayant transféré 90 à la CALPE au 1er janvier ? Ah, les rythmes scolaires… Et les embauches de copinage…

– 29 % de hausses d’impôts. À Savigny, on est dans l’absolu. ce n’est pas emprunter 2 millions supplémentaires et une petite hausse d’impôts. c’est soit 29 % de hausse d’un coup et rien à côté. Soit que des coupes et pas de hausses d’impôts. Soit que de l’emprunt. Quelle étroitesse d’esprit ! Un Savinien me suggère qu’on se jumelle avec Cugnaux…

– La Ville rembourse davantage qu’elle n’emprunte. Savigny en effet emprunte 2 millions d’euros quand elle en rembourse 2,9. Où est l’intérêt ? Sinon de raisonner selon une idéologie toxique pour pouvoir affirmer cet écrit. Les taux d’intérêts sont au plus bas. On pourrait même emprunter plus pour réduire nos emprunts, tout en les renégociant… Mais il faut travailler…

– 500 000 € pour les rythmes scolaires ? Voilà la sixième ou septième estimation du coût de la réforme… Nous nageons en plein délire.

– Quelle malhonnêteté intellectuelle : nulle part, PATAUT n’écrit qu’il a emprunté 2 millions € pour 2015 et surtout pas 799 000 € pour faire du logement social, au cas où l’électorat de droite l’apprendrait…


Page 3 :

– Un audit réalisé par les copains du MODEM tandis qu’on a détruit l’audit indépendant de 2010 (cabinet KLOPFER). Beau travail, monsieur MEHLHORN.

– Quels effets en 2016 ? Alors que les dotations diminueront d’encore 3 millions € ? Quelles bouffées d’oxygène ?

– MEHLHORN avoue qu’il n’évaluait pas systématiquement en 2014 les marchés publics à renouveler… Je ne vois qu’un mot : tocard…

– Des priorités pour préserver les services publics ? Lesquelles ? Palabres.

– Savinière : si la fréquentation est en perte de vitesse, tu te bouges pour faire venir des enfants des autres villes… Voire tu requalifies un fonctionnaire pour qu’il se charge de cela…

– MJC : Si Nadège ACHTERGAËLE, vice-présidente de la CALPE à la Culture, était compétente, elle se bougerait pour obtenir des aides, par exemple du pacte financier de la CALPE de solidarité avec les communes… Rappelles-nous combien Savigny a versé pour y contribuer ?

– Le sport au quotidien ? C’est le même raisonnement que la France et la lutte contre le terrorisme. On réduit l’armée mais on vous envoie partout pour combattre Daech. Ici, on réduit les subventions et le temps de pratique des sports (à cause de la réforme des rythmes scolaires) mais on vous demande d’en faire plus en vous substituant aux Sports-vacances…

– « aider à appréhender » : du bon verbiage alors que la Ville n’est même pas foutu d’aller chercher l’argent des enveloppes du Conseil départemental, régional et toutes les aides dont on aurait besoin et que nous sommes légitimes à recevoir. Le comble alors que nos conseillers départementaux sont vice-présidents… Ils sont sûrement timides…

– Et la maison de quartier Éole, à quel moment est-ce qu’on en parle ?


Page 4 :

– Si le budget événementiel rapporte à la Ville, pourquoi le diminuer ? Au contraire, il faut l’intensifier s’il permet des recettes supplémentaires ! Car est-ce 50 % de budget en moins signifie 50 % de recettes en moins ?

– 30 % de réduction des indemnités (de grâce, Saviniens, arrêtez de parler de « salaires » car ce terme serait impropre même si MEHLHORN et son équipe accomplissaient le moindre travail). Oui, elles ont été votées le 19 décembre 2014 après une augmentation de 75 % de l’indemnité des adjoints votée le 16 avril 2014.


Pour simplifier, sous SPICHER-BERNIER (2008-2014) :

Maire : 3872,19 € brut

Maire-adjoint (onze) : 1419,80 € brut

Conseiller municipal délégué : 0 €

TOTAL : 19 489,99 € brut

Sous MEHLHORN (16 avril 2014 -19 décembre 2014)

Maire : 3934,51 € brut

Maire-adjoint (sept) : 2097,27 € brut

Conseiller municipal délégué (cinq) : 237,64 € brut

TOTAL : 19 803 € brut

Sous MEHLHORN (post 19 décembre 2014)

Maire : 3 041,17 € brut

Maire-adjoint (huit) : 1187,95 € brut

Conseiller municipal délégué (quatre) : 228,09 € brut

TOTAL : 13457,13 € brut – 60 000 € d’économies annuelles (après avoir goinfré les copains le temps qu’ils se remboursent d’avoir acheté leur place d’adjoint sur la liste Le bon sens pour Savigny en finançant ladite campagne municipale).

À noter que Joëlle EUGÈNE qui était Conseillère municipale déléguée à la Culture est devenue adjointe à la Culture (passant d’une indemnité de 237,64 € à 1187,95 € alors que la culture devenait une compétence de l’agglomération, donc concernait moins Savigny…)


– Suppression des emplois saisonniers : qui va faire le travail ?

– La modernisation de l’éclairage et de la signalisation relève de la CALPE. Fais-le toi payer !

– 274 000 € de frais d’étude pour trois projets faits sans consultation et pour lesquels on demande au Conseil citoyen de Grand-Vaux de choisir lequel des trois il préfère…

Je ne m’attarde pas sur la platitude des expressions libres des élus de l’opposition…


Edit : le texte du groupe d’opposition « Agir pour vous, Savigny ensemble » envoyé par David FABRE

NON sur la forme, NON sur le fond !

Rien n’a été annoncé, envisagé, étudié lors du débat d’orientation budgétaire du 10 mars. C’est en lisant le Parisien que nous apprenons la fermeture de la Savinière, de la MJC, de 2 crèches, l’arrêt des sports vacances… Que restera-t-il à nos jeunes ? Nous avons demandé un débat public en salle des fêtes. Vous l’avez refusé. Nous vous avons demandé d’accorder à vos propres conseillers un vote à bulletin secret, libre. Vous l’avez refusé.

Côté « recettes », sont prévus en 2015 une augmentation du taux de Taxe Foncière Ville + CALPE de 12.97% et de 5.34% du taux de TEOM (Ordures Ménagères). C’est donc la double peine pour les familles !

Nous avons fait recours auprès du Préfet. Un autre budget est possible. Construisons-le ensemble.

Savigny l’exige !

Les élus du groupe UDI  « Agir Pour vous, Savigny Ensemble ».

LM-EM-01 001 LM-0415-2 001 LM-0415-3 001

LM-0415-4 001

En PDF : LM-EM-SSO-0415

Oui, l’eau doit revenir en gestion publique

Une Savinienne me demande mon avis après avoir reçu ce tract et si je vais rejoindre cette association, et/ou signer cette lettre ouverte. Ceux qui n’ont pas la mémoire courte se rappelleront que j’ai défendu pendant la campagne des élections municipales la municipalisation de l’eau sur le territoire communal voire intercommunal.

Ma vision des services publics est claire : ils doivent être gérés par des entreprises d’État (si possible qui ne soit pas soumis à des actionnaires qui spéculeraient sur leurs activités). Les partenariats publics-privés ne fonctionnent pas et sont à exclure. Il faut municipaliser (en agglomération) sinon re-nationaliser nos services publics.

Pour moi, les services publics (SP) ne doivent pas être mis en concurrence (ce que je dénonçais dans mon article précédent sur La Poste) car cela ne sert à rien d’autre qu’à augmenter les coûts pour des services qui se dégradent. Et ce sont les impôts qui payent… Donc je refuse aussi le TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement) qui tuerait nos SP.

Concernant l’eau de Savigny-sur-Orge, il faut en effet la municipaliser pour baisser le prix du mètre cube de près de 1/3 de son coût actuel. Rappelez-vous d’ailleurs le scandale, sous le mandat de Jean MARSAUDON, qui cède la gestion de l’eau à La Lyonnaise des Eaux en 2002 pour 20 ans. Or, moins de deux ans après, le prix du mètre cube augmente…

Je pense que la gestion de l’eau est une activité qui permet la corruption, vu les sommes que ce secteur brasse. Autre question : comment expliquer la différence de coût qui existe entre Morangis et Savigny ? Rappelez-vous d’ailleurs ce conseil de la CALPE de 2013 au cours duquel Pascal NOURY, Maire de Morangis, s’était opposé à une harmonisation des prix. Pourquoi ?

De fait, il existe des différences allant jusqu’à 2 € d’écart au mètre cube entre des villes de l’agglomération. Alors, OUI, il faut créer une régie intercommunale de l’eau mais peut-être pas celle des communistes castelvirois. Rappelons encore que la gestion de Gabriel AMARD, même si elle était mieux que la précédente, a aussi été interrogée.

Casser le contrat en 2016 ou en 2022 coûtera toujours aux Saviniens la somme de 1 million € environ selon l’estimation que j’avais demandé en 2013. Mais elle ne pourra être que bénéfique pour nos porte-feuilles. Je propose que nous organisions un débat public sur cette question, et que nous invitions Jean-Luc TOULY, conseiller régional vivant sur le canton pour nous en parler.

Une lettre ouverte au Maire de Savigny-sur-Orge n’obtiendra pas de réponse. Éric MEHLHORN se fout de cette problématique alors que plusieurs Saviniens lui ont écrit pour le solliciter en tant que Maire-adjoint au Cadre de vie ou en tant que Conseiller général. (En même temps, qu’a-t-il fait en 9 ans sinon percevoir plus de 2000 € par mois ?)

De toute façon, le « bon sens » pour cet homme est celui du vent. Telle une girouette, il tourne là où le vent l’emporte. Manifestement, il n’y a pas eu beaucoup de vent ces derniers mois sur la Ville ni ces dernières années sur le canton. Enfin, si cela peut aider le camarade à se réveiller un peu… (Mais votez pour lui en mars, et continuez à espérer qu’il s’active…)

Eua-CADLE-1 001

Eau-CADLE-2 001

 

De l’efficacité du service public postal français

Problème mathématique : Un candidat aux élections départementales dispose d’un délai courant du 9 au 16 février 2015 pour déclarer sa candidature en Préfecture de l’Essonne. Ledit candidat fait déposer sa candidature le jeudi 12 février 2015 et les services du Préfet mettent une journée pour vérifier la validité de la démarche. En combien de temps ledit candidat recevra le recepisse définitif de sa candidature ?

J’habite le quartier des Gâtines à Savigny-sur-Orge. Je ne pense pas qu’il soit à « potentiel criminogène fort » comme le quartier des Cherchefeuilles, ainsi que me l’avait dit l’officier responsable de la communication au commissariat de Savigny-Morangis. Aussi j’ai l’impression que les services publics de l’État fonctionnent régulièrement, ce qui n’est malheureusement pas le cas partout à Savigny. L’exemple de Grand-Vaux étant certainement le plus symbolique…

Je m’étonne donc de n’avoir reçu que ce mardi 17 février 2015 un courrier envoyé le vendredi 13 février 2015 avec la mention « Urgent ». Sûrement est-ce le fait de n’avoir pas reçu de courrier ni ce samedi 14 février 2015 ni ce lundi 16 février 2015…  Que fait la Poste ? Quelles sont ses obligations concernant la distribution du courrier (le facteur d’un secteur ne doit-il pas être remplacé lorsque ce premier est absent ?)

Un concurrent ferait-il mieux en termes de distribution ? Mais alors comment sélectionner quel courrier est distribué par qui ? Ne faudrait-il pas créer un autre service pour les missives les plus urgentes ? Le secteur Courrier est pourtant ouvert à la concurrence depuis le 1er janvier 2011. Qui sont ses concurrents ? Comment passer par eux ? Faut-il couler la Poste alors qu’elle dispose d’un excellent réseau de distribution ?

Dec-Off-Dep-2015 001

Encore heureux que je n’attendais pas absolument un document plus important qu’il m’aurait absolument fallu recevoir du jour pour le lendemain. Car comment aurais-je pu le récupérer autrement ? Je me rends compte que la date d’oblitération (13 février 2015) n’est absolument pas liée à la date de distribution. En l’occurrence, il y a 4 jours de battement. Dans ce cas-là, je ne peux même pas accuser la Poste de n’avoir pas fait son travail…

env-Poste-170215 001

Cette enveloppe nous prouve que la Préfecture rédige ses courriers à la main.

 

Donc nous sommes en face d’un énième secteur à réformer. Pour un service public qui nous concerne tous, mais face auquel nous ne pouvons rien. Les départements pourraient-ils avoir un rôle à jouer dans la gestion du courrier sur leur territoire ? Rien n’est moins sûr.