Archives du mot-clé Sénat

8 millions € de recettes en plus pour le budget savinien à compter de 2021 ?

C’est trop énorme pour que ce soit vrai !

Et pourtant, les députés ont bien adopté en première lecture le volet recettes du projet de loi de finances pour 2020 qui prévoit que la part départementale de la taxe foncière soit intégralement reversée aux communes à partir de 2021.

Pour Savigny, cela représenterait sur les bases de 2018, un gain annuel de 7,8 millions € !



Il s’agit incontestablement d’une conséquence du Grand débat national, dans lequel ce sont quand même les maires qui sont venus à la rescousse de MACRON, et ont permis d’apaiser la situation en donnant aux idiots aux naïfs le sentiment d’être écoutés voire même entendus. Et donc on les récompense, en leur redonnant du souffle financier.

La bonne nouvelle est que ce transfert n’aura lieu qu’en 2021, ce qui va empêcher les petits comptables aussi peu démocrates que MEHLHORN et BÉNÉTEAU de claquer de suite cet argent en l’enfermant dans un budget primitif 2020 qu’ils veulent absolument voter et commencer à exécuter avant d’être chassés du pouvoir, histoire d’embêter jusqu’au bout du bout.

La mauvaise nouvelle est que même si les Départements recevront une compensation en part de TVA équivalente aux recettes perdues ; de la même manière que les Communes sont intégralement compensées de la taxe d’habitation, on s’avance sur un double-risque :

  • que les Communes connaissent ensuite une diminution progressive de leurs dotations, ou de leurs compensations de taxe d’habitation, ou de la part transférée de taxe foncière.
  • que l’on augmente globalement la TVA pour couvrir la perte de recettes pour l’État liée à la TVA désormais transférée (par exemple en passant le taux normal de 20 à 21 voire 22).

Et ce n’est pas, comme je peux lire, parce que l’État transfère déjà une part de la TVA aux Régions qu’il ne devra pas l’augmenter par la suite. C’est toujours de l’argent qui ne va plus à l’État pour ses missions régaliennes, et donc qui va lui manquer, sauf à ce qu’il en profite pour transférer partie de ces compétences.


Je ne sais donc pas s’il faut réellement se réjouir.

Le Sénat, qui défend davantage le point de vue des Départements, devrait logiquement essayer de s’y opposer, d’autant qu’ils savent aussi bien que moi que les compensations ne seront pas éternelles.

Il est donc encore loin d’être garanti que le volet recettes soit conservé en l’état à la fin du processus législatif.

Quant au reste, si c’est déshabiller l’État pour habiller les collectivités territoriales, attention au renouvellement de la garde-robe qui lui n’est pas pris en compte dans ces transferts, qui ne sont jamais totalement indolores pour le contribuable…

Enfin, pour les Essonniens, je pense maintenant que la majorité départementale qui avait augmenté le taux de taxe de 29 % en janvier 2016, soi disant temporairement, va définitivement renoncer à la diminuer…

Au moins, y aurait-il désormais de l’argent pour à la fois désendetter raisonnablement Savigny et en même temps assumer l’amende SRU…



Et REBSAMEN acheva de compléter son CV politique

Ainsi va la vie. François REBSAMEN (PS) est réélu maire de Dijon et président de la communauté urbaine du Grand Dijon. Il quitte donc le Gouvernement où il occupait le poste pourri de ministre du Chômage (pardon du Travail). Il n’aura rien fait. Il n’avait pas d’ambitions. Il retourne finir sa carrière politique bien au calme.

Rebs était déjà ancien sénateur, ancien conseiller général… Le voilà ancien ministre. Cumulé à ses indemnités de maire d’une ville de plus de 100 000 habitants (151 000) et de président de communauté urbaine, je pense que l’homme connaîtra une retraite mensuelle à cinq chiffres. D’ici à ce qu’on lui rajoute ensuite une commission théodule : le Conseil constitutionnel ?

Ministre oui, mais à l’Intérieur

Rebs voulait l’Intérieur et il aurait certainement été bon. C’est en plus un ministère qui réussit quand on vise le premier ministrat voire la présidence. Il faut dire qu’il s’y connaît avec Dijon qu’il a bien quadrillé de caméras de « vidéo-protection » (c’est le terme de gauche et quand on est à droite, on parle de « vidéosurveillance »). Mais HOLLANDE avait choisi VALLS en 2012.

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Source : Le miroir (www.miroir-mag.fr)

Puis VALLS pas fou n’allait pas mettre une personne comme Rebs pour lui succéder au cas où qu’il se montre bon. Pire imaginons qu’il ait été en première ligne au moment des attentats de janvier, on en faisait un président en 2017. Non, il fallait s’en débarrasser alors on l’a mis au ministère dont on ne peut rien tirer et où on ne peut rien faire : le Travail…

Le Travail plutôt que le Sénat à droite

Jean-Pierre BEL, président du Sénat de 2011 à 2014 l’avait dit dès le départ : il ne ferait qu’un mandat. Donc il lui fallait un successeur qui soit de gauche si le Sénat restait à gauche. Mais comme il est passé à droite, Rebs a préféré éviter de se ramasser face au candidat de la droite et partir quêter un ministère. Il ne restait alors que le Travail pour calmer ses ardeurs.

Le ministère impossible

Dépendant de la santé économique de la France, nos socialistes détestés ont malgré tout compris que le keynésianisme n’avait jamais fonctionné et qu’il ne servait à rien de créer de « faux » emplois publics. Donc on ne fait rien et on se retrouve tous les 26 ou 27 du mois pour annoncer la hausse. J’exagère bien sûr. Entre cela, on visite des entreprises et Pôle emploi.

Qui pour lui succéder au Travail ?

Forcément quelqu’un qu’on déteste pour qu’il s’y casse la gueule. Donc un aubryste sinon un frondeur. Alain VIDALIES semble bien parti. Mais comme la rumeur veut que Anne HIDALGO ait accepté l’organisation des JO à Paris en échange de l’entrée de son mari au Gouvernement, je pense fort à l’aubryste Jean-Marc GERMAIN.


Loi du non-cumul oblige, Rebs est obligé de démissionner. Enfin, cela ne semble pas trop difficile pour lui. Ce que je trouve dommage est la résignation (ou la lucidité) dont a fait preuve Rebs jusqu’au bout : je ne peux rien faire, je ne fais rien. Son successeur fera-t-il autrement ?

Éditorial : il faut attendre deux Français sur le podium pour parler du Tour de France.

Chaque semaine, je décrypte l’actualité qui m’a marquée dans un court éditorial. Voici celui de la semaine écoulée du lundi 21 juillet au dimanche 27 juillet 2014.

Il ne servirait à rien de continuer à se faire peur en revenant sur les différents accidents de la circulation qui touchent notre pays et qui ont amené le président HOLLANDE à déclarer un deuil de la Nation qui commence ce lundi 28 juillet jusqu’au mercredi 30 juillet inclus. Reste que l’histoire d’un chauffeur qui ne sent pas venir l’hypoglycémie est inquiétante, même si l’homme de confession musulmane nie avoir pratiqué le jeûne du ramadan.

Les bonnes nouvelles qui nous mettent un peu de baume au cœur nous viennent du sport : en escrime, les Français sont champions du monde par équipe à l’épée (épreuve masculine). En cyclisme, plusieurs Français obtiennent de très bonnes places au Tour de France comme Jean-Christophe PÉRAUD (2ème), Thibualt PINOT (3ème) et Romain BARDET (6ème). Et une mention spéciale pour l’Essonnien Tony GALLOPIN qui termine 29ème. Merci à eux !

Les moins bonnes nouvelles nous viennent de l’importation du conflit israélo-palestinien sur nos terres. Le Gouvernement commence enfin à faire preuve de fermeté avec des peines immédiates allant jusqu’à six mois de prison ferme pour les manifestants casseurs ! Taper sur la Police vous coûte toujours moins que balancer votre chat contre un mur (Attention, ce comportement n’est pas à reproduire à la maison). Et personne ne dit rien contre le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) de Olivier BESANCENOT qui continue à appeler à la participation à des manifestations interdites. Preuve en est qu’il n’arrive plus à mobiliser ses électeurs qu’autour de la reconnaissance d’un état palestinien (comme le Front de gauche).

Enfin, tandis que le chômage augmentait de 0,3 % en juin 2014, l’Assemblée préfère perdre son temps, avant d’être bloqué par le passage à droite du Sénat en septembre, à voter une carte des régions. Elle ne durera pas tant la fronde des élus locaux est grande et elle ne permet surtout aucune économie. Mais là encore, le sentiment de changement fait toute la différence et endort les sots. À moins qu’elle ne focalise toute l’attention sur un sujet secondaire, permettant de ne pas traiter les réformes principales et urgentes. Bon été !

Retrouvez ici mon précédent éditorial de la semaine dernière.

Éditorial : Notre monde si manichéen…

Toutes les semaines, je publie un éditorial de ce que j’ai vu dans l’actualité. Ce que j’ai aimé et ce que je n’ai pas aimé. La manière dont l’info a été traitée ou celle dont les gens l’ont ressenti. Bonne lecture !

La semaine écoulée du 14 au 20 juillet 2014 fut bien morne. Guerres, violences, crash, accident de train, condamnation… Comparé à l’euphorie du football, l’actualité ne mit rien en avant de très gai. Et pourtant, ne doit-on pas se réjouir que la France soit championne du monde d’escrime grâce à Ulrich ROBEIRI. Ou qu’un Français, Tony GALLOPIN, ait porté le maillot jaune sur le Tour ?

J’espérais qu’il n’y aurait pas la guerre entre Israël et la Palestine dans le conflit très délicat qui les oppose. Mais ne nous y trompons pas ! Cette guerre ne fait qu’opposer Israël aux terroristes du Hamas, et pas les Israéliens aux Palestiniens. Ce conflit est si clivant que chacun ne peut s’empêcher d’y prendre part. Moi-même n’étant pas hostile à l’existence d’un état juif mais trouvant scandaleux la manière dont ils traitent les Palestiniens, et notamment les chrétiens arabes. Mais le Hamas ne peut continuer à utiliser impunément la terreur pour ses combats politiques. Pour autant, rien n’autorise Israël à balancer des obus à clous et à viser les populations civiles. Et l’affrontement qui se poursuit en France, avec des gens qui cassent tout, en soutien aux Palestiniens… Car brûler les voitures et démonter les trams aident la Palestine. Quels cons ! Voilà presque qu’Éric ZEMMOUR aurait raison que c’est en de telles occasions qu’on voit le vrai pays de chacun…

Or, la France ne va plus. Conséquence de l’inique loi Pleven de 1972, c’est le parti Walwari, créé en 1993 par Christiane TAUBIRA qui porte plainte contre l’ancienne candidate aux municipales, un temps soutenue par le FN, Anne-Sophie LECLÈRE. (Dans un montage photo, celle-ci avait comparée la Garde des Sceaux à un singe). Un des problèmes de notre pays est que vous pouvez vous mêler des affaires des autres sans qu’elles ne vous regardent aucunement, et porter plainte. Pour en plus faire juger l’affaire à Cayenne en Guyane, qui n’est pas la porte à côté. Le Parquet réclamait alors 4 mois de prison avec sursis et 5000 € d’amende. Or, le Tribunal a plus que doublé la peine (cas rarissime) pour condamner la coupable à 9 mois de prison ferme et 50 000 € d’amende plus 30 000 € d’amende pour le FN qui n’a plus rien à voir là-dedans. Cela ne fait que renforcer mon sentiment de justice à deux vitesses. Paradoxalement, ce jugement est rendu la semaine où est votée au Sénat la loi de réforme pénale qui installe la « contrainte pénale » (permettant de placer en liberté surveillé une personne condamnée à moins de 5 ans de prison). D’un côté la sévérité pour les racistes et militants de La Manif pour Tous, de l’autre la bienveillance pour les casseurs, violeurs et autres criminels…

Mais la Justice n’est pas le seul corps malade de notre pays. Les Transports vont mal, comme le prouve cet accident sans mort TER-TGV à Denguin (Pyrénées-Atlantiques). La faute à un système de signalisation manifestement défectueux. Serait-ce à cause de la chaleur comme les problèmes que je vis à Paris ? Il est vrai que nos politiques bienpensants continuent de tout dépenser pour le T7 ou le TTME (Tram-train Massy Évry) plutôt que pour les RER. Sans lien avec des problèmes de maintenance, il y a aussi ce crash de l’avion MH17 abattu au dessus d’une zone de combat en Ukraine. L’avion volant à plus de 4000 mètres d’altitude, il faudrait un missile sol-air très puissant. Mais on continue d’accuser des séparatistes pro-Russes bourrés… Pourquoi pas, tout est bon pour accuser le méchant Vladimir POUTINE.

Ainsi notre actualité nous invite à prendre parti et nous conseille même quel camp choisir : la Palestine parce qu’ils sont sous-armés, Christiane TAUBIRA parce qu’elle est victime et le camp anti-russe, du côté des Américains. Puissent chacun prendre le temps des vacances pour relativiser et se faire son idée.

Retrouvez ici les éditoriaux des semaines précédentes.