Archives du mot-clé sécurité

Sur le projet d’extension de la mosquée de Savigny-sur-Orge dont Éric MEHLHORN a autorisé le triplement de la capacité

Le 18 juillet 2020 arrive à expiration l’autorisation précaire de l’extension de la mosquée de Savigny qui était valable deux ans. C’est à dire que les deux bâtiments qui ont augmenté temporairement les capacités du site vont obligatoirement devoir être retirés. Je souhaite bon courage au prochain maire, si ce n’est moi, pour gérer ce dossier qui s’annonce compliqué.

Depuis quelques jours, le sujet de l’islam s’est invité dans la campagne municipale de Savigny-sur-Orge. Certains découvrent qu’il existe une mosquée à Savigny, dont Éric MEHLHORN a autorisé le triplement de la capacité. D’autres s’alarment du fait de promesses électoralistes d’Alexis IZARD, qui à les entendre, après autant de déformations, aurait même promis un minaret, d’où son score de 43,43 % sur le bureau.

Cela fait des dizaines d’années qu’il existe des petites salles de prières musulmanes dans Savigny. Certaines étant déclarées chez des particuliers. D’autres se réunissant clandestinement ici où là. La plus grande, la plus formelle, la plus connue se trouve au 31 rue des Prés-saint-Martin, dans un ancien grand pavillon transformé en conséquence. Son fonctionnement est géré par une association : l’ACMS pour Association culturelle musulmane de Savigny.


En 2018, l’ACMS a proposé un projet d’extension dont vous avez les plans en bas d’article. Il s’agit de rajouter deux préfabriqués pour augmenter les capacités du premier pavillon (de 190 à 538 places), sans pour autant qu’il n’y ait tellement plus de parking, ce qui pose déjà beaucoup de problèmes de circulation et de stationnement notamment le vendredi ou le jour des fêtes religieuses.

Je précise que le 31 rue des Prés-saint-Martin est situé en zone pavillonnaire, et que le Plan local d’urbanisme feint d’ignorer qu’il s’y trouve un équipement, ce que j’avais soulevé entre autre dans mes avis relatifs aux enquêtes publiques sur le PLU.

Avec la grande hypocrisie qu’il est écrit dans le dossier de permis de construire que ces équipements sont voués à disparaître dès qu’un projet global sera abouti.

Sauf qu’il faudra alors tout enlever pour ce fameux grand projet qui prendra au mieux plusieurs mois de travaux.

Or, je ne comprends pas où pourraient alors aller prier les musulmans pendant ce temps de travaux qui ne peut qu’impacter toute la zone pour construire un vaste ensemble.

On voit déjà comment MEHLHORN s’est débrouillé pour faire les travaux des écoles Ferdinand-Buisson en trois phases qui ne se sont pas enchaînées. Mais on peut être meilleur que lui !

Et donc j’en ai déduit qu’il n’y a absolument rien de temporaire, mais qu’il s’agit purement et simplement d’une extension qui a vocation à être pérennisée.

Ce qui m’a été confirmé par deux membres du bureau de cette association que j’ai rencontrés, et qui m’ont dit en substance, que de toute façon, personne n’oserait faire retirer ces structures pour préserver la « paix sociale ».

Et il est vrai que le préfet ne s’est pas opposé au motif et a laissé faire, ce sont d’autres sources, qu’il serait plus facile de surveiller un tel lieu que « l’islam des caves ».

Et donc j’ai fait un recours parce que je ne trouve pas cela normal de contourner ainsi la loi. Lequel recours, que vous pouvez retrouver ici, n’a pas abouti.


Il appartient maintenant à l’ACMS de retirer ces constructions au plus tard le 17 juillet 2020, et au prochain maire d’agir si cela n’était pas fait, eu égard au respect du droit de l’urbanisme, qu’on impose à de nombreux autres Saviniens.

Mon recours portait également sur l’aspect sécurité du site. Ce ne sera pas faute d’avoir mis en garde et prévenu sur le fait qu’on ne peut pas construire un équipement de 500 places entre deux pavillons, surtout si l’infrastructure ne suit pas.

Enfin, je rappelle la dérive républicaine que constitue l’autorisation donnée par MEHLHORN pour l’utilisation d’équipements sportifs à une section football de l’ACMS. Ou quand on mélange hypocritement sport, politique et religion.






Travaux des écoles Ferdinand-Buisson à Savigny-sur-Orge : je demande au maire de rouvrir l’accès des trottoirs

Petit courrier au maire qui ne coûte rien et qui montre que je me préoccupe à ma façon du problème des trottoirs de l’avenue Charles-de-Gaulle et de l’avenue Carnot. Au moins, est-ce que j’essaye quelque chose de concret avec une proposition.

Maintenant, en parfait opportuniste démagogue, si MEHLHORN bouge, je dirais que c’est grâce à moi. Et s’il ne fait rien, je lui taperai quand même dessus en disant qu’il est nul, ce que je ferai de toute façon. En attendant, je ne trouve pas très démocrate de lancer des appels d’offres qui aboutiront le mois précédant l’élection (tant l’école que la maison des associations)…

Blague à part, je ne sais pas si ce courrier sera très productif, mais je pense que ce sera toujours plus utile que d’avoir repeint en blanc criard les bordures des trottoirs, dont je ne sais pas à quoi cela correspond dans le code de la route, sinon à inviter ouvertement l’agence Bouslam Voyages à continuer de faire stationner ses clients sur l’arrêt de bus du 292.

Je devine par contre que dans le code de l’élu en recherche de réélection, cela montre de manière bien visible que MEHLHORN existe encore à cinq mois des élections, juste au cas où on l’aurait oublié en regardant dans la direction de l’énorme trou dans lequel on enterrera la sinistre histoire de son mandat… Quand je pense qu’il ose vouloir le renouveler !





Au tour de la préfecture de police de m’indiquer qu’ils ont le droit de me refuser d’accéder à ma fiche au Renseignement !

Après le ministère de l’Intérieur, au tour de la préfecture de police de conclure au rejet de ma requête, exercée contre le rejet de ma demande d’accès à ma fiche au service central du renseignement territorial (SCRT).

À noter qu’ils ont envoyé leur mémoire trois heures avant l’heure limite de clôture d’instruction, ce qui est nettement mieux que le ministère de l’intérieur qui avait agi quarante minutes avant !

À apprécier également qu’ils ne me demandent pas de frais de Justice, au contraire de votre serviteur ; ce qu’ils arrêteront probablement de faire si je vais en appel voire en cassation.


C’est exactement la même argumentation que le ministère de l’Intérieur :

j’ai le droit de demander,

ils ont le droit de refuser,

ils ont refusé,

j’avais le droit de faire un recours,

j’ai fait un recours,

ils n’ont pas enfreint la loi, en faisant usage d’une disposition dérogatoire prévue et encadrée par la loi.


Et à la fin, mon recours sera rejeté, et si par exception, il ne l’était pas, il le serait en dernier lieu au Conseil d’État.


Je bloque encore sur la constitutionnalité par défaut des dispositions européennes, sur lesquelles on ne peut pas exercer de contrôle de constitutionnalité, même si elles s’opposent à la Constitution…


Je pose ici leur recours, de manière transparente, toujours dans le cadre de mon expérimentation citoyenne.





Vers la fin du commissariat de plein-exercice de Savigny-sur-Orge – Morangis !

Jusque-là, ce n’était qu’un projet qui avait été évoqué lors de la dernière réunion du comité intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance, mais il paraît que le thème a été officiellement abordé lors du tout récent conseil municipal de Juvisy du 27 juin 2019 : le commissariat de Savigny-Morangis devrait devenir un simple poste police, qui perdrait son commissaire et dépendrait alors du commissariat de Juvisy !

Encore un coup de Robin RÉDA, ai-je envie de penser ; lui qui je le rappelle, s’était engagé à obtenir un nouvel commissariat de plein exercice sur Viry-Châtillon pour gérer la Grande-Borne. C’est donc Éric MEHLHORN qui va faire la gueule, parce que son discours sur la sécurité sera tout de suite moins efficace, et puis aussi qu’il perd un bel uniforme devant lequel il pourra baver, et plus grave que cela, faire des photos pour sa page Facebook et son compte Twitter !

En cette fin juin, je n’ai cependant toujours pas plus d’informations officielles que l’existence d’un projet de réforme des commissariats, et de mutualisation des effectifs, qui se traduirait par six commissariats d’agglomération en tout et pour tout sur l’Essonne. Même en court-circuitant les canaux institutionnels de la communication. Je sais juste que les policiers de Savigny et d’Athis font la gueule car ils devraient payer le stationnement à Juvisy !

Je pense que ce projet est mauvais car non seulement, il ne permettra pas de grosses économies, mais qu’en plus, il va éloigner les fonctionnaires des terrains, et faire paniquer les papis et les mamies qui veulent voir du bleu, même s’il n’est que derrière des jumelles de radar. Malheureusement, il s’inscrit dans le projet de réduction des services publics, parce que nous n’avons plus les moyens de continuer comme nous le faisions jusque-là depuis des années…

Les policiers semblent néanmoins favorables au principe du projet dans la mesure où il pourrait leur permettre d’améliorer leurs conditions de travail. J’ai personnellement du mal à voir comment. J’ai surtout le sentiment qu’il s’agit d’une loi BLANQUER bis, en tant que comme avec les directeurs d’école réunis dans les EPSF, elle va fusionner les commissariats pour en réalité supprimer les postes de commissaire, et ainsi réaliser quelques menues économies.