Archives du mot-clé sécurité

L’Homme est ontologiquement de droite ; être de gauche est une construction sociale et un caprice civilisationnel

Avoir l’ambition de traiter ce sujet sous la forme d’un billet de blog, alors qu’il mériterait un essai entier, est intellectuellement très discutable.

Mais comme je m’étais bien déjà essayé de le faire pour dire que l’Homme est ontologiquement religieux


À plus forte raison contestable lorsqu’on s’essaie d’observer le caractère ontologique (naturel, par essence) d’une valeur, dont vous expliquez dans le même titre, que son opposé n’existe que par le fait d’une construction sociale !

Tout le débat étant déjà de savoir si la vie en société est-elle même ontologique à l’Homme…

Personnellement, je pense que OUI, et que la première mini-société de l’Homme est sa famille, depuis même les temps préhistoriques.

Mais je pense aussi que cette affirmation est discutable.


Alors que savons-nous de l’essence de l’Homme ?

Certains historiens, philosophes, sociologues, anthropologues ainsi que des psychiatres nous donnent quelques pistes : il y a des instincts (de vie et de mort) et des comportements communs que l’on observe dans la nature.

Je vous propose de partir de cette base et de les observer au travers du prisme de l’Histoire, sur des centaines de milliers d’années.


Passé ce premier obstacle, s’impose le débat autour de la définition des termes : la gauche, la droite, la société et la civilisation.

Avec cette difficulté supplémentaire que la gauche et la droite ont évolué dans le temps, et que ces concepts n’ont de sens que par rapport au contexte européen qui entoure leur naissance et qui en a défini un certain nombre de caractères.


Personnellement, je situerai la naissance de la gauche au moment de ce que Paul HAZARD a appelé la « crise de la conscience européenne » (1680 – 1715). D’où le fait qu’il ne devienne réellement possible de parler de « gauche » qu’à partir de ce moment de l’Histoire. Oui, les Gracques, au IIe siècle avant J.-C. proposent une politique, qui à l’aune de nos critères serait de gauche, mais cela n’a pas de sens de parler de gauche à l’époque ; pas plus que de droite.

Par contre, je soutiens que le libéralisme a toujours existé, bien avant la formalisation de la théorie classique d’Adam SMITH lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle, et guidé les relations marchandes des Hommes entre eux, y compris le troc, lequel ne fonctionne que dès lors qu’on donne de la valeur aux choses pour pouvoir les échanger.


Qu’est-ce que la droite ? Qu’est-ce que la gauche ?

Parce que là aussi, je pourrais en faire des dizaines de pages, je vais aller au plus simple et m’appuyer sans honte aucune sur Wikipédia qui classe une liste de valeurs à droite et à gauche, à l’aune de nos critères contemporains.

À droite, on trouve la liberté, le mérite, l’ordre, la sécurité, la tradition, le conservatisme…

À gauche, on trouve l’égalité, la solidarité, le progressisme, l’insoumission…

Certaines de ces valeurs s’opposent entre elles, quand bien même d’autres se sont construites les unes contre les autres. Elles ont surtout pris du sens, en lien avec le développement d’une bourgeoisie observant le creusement des déséquilibres de la répartition des richesses.


Mais le fait est, que aussi loin que l’on puisse remonter dans l’Histoire, et même encore avant, l’Homme a finalement toujours préféré sa liberté à l’égalité, sa sécurité à l’inconnu, sa propriété à la collectivité, la sédentarité au nomadisme, l’enrichissement au dénuement volontaire…

Oserais-je même écrire que le libre cours des instincts et des comportements premiers rejoint des valeurs de droite ? L’Homme a toujours voulu posséder, accumuler, se fixer… aux fins d’organiser sa sécurité.

Dès qu’il a pu s’organiser, l’Homme a institué des rites et des normes, dont il a toujours été très long et souvent compliqué de l’en faire changer. Pour autant, il s’est toujours saisi du « progrès » (avec toutes les limites que renferme ce terme) lorsqu’il se présentait à lui, à distinguer de l’idéologie du progressisme, qui elle aussi est très récente.

Également par d’égoïstes priorités, l’Homme a toujours privilégié d’abord sa personne, puis sa famille, et son clan… face à tous les autres. De la même manière, une mère préférera toujours ses petits à ceux des autres.


Or, tant que vous ne disposez pas d’un minimum de confort pour assouvir vos principaux besoins vitaux, vous ne pouvez pas vous soucier d’égalité et de solidarité.

L’Histoire associe d’ailleurs le développement aux périodes de paix, quelles qu’elles soient.

D’autant que le système de redistribution ne fonctionne que tant que vous avez un intermédiaire qui s’appelle l’État qui contraint les plus riches à partager.

Là encore, dans la nature, et sauf à avoir un intérêt à le faire, et on peut regarder ce qui se passe chez un certain nombre d’espèces animales, tout n’est que combat.

Bien sûr, l’Homme a déjà fait preuve d’égalité et de solidarité dans l’Histoire, mais outre que ce n’était pas un fait majoritaire et continu, c’est-à-dire qu’à la première crise, tout va s’arrêter, ces interventions ne se produisaient pas dans un contexte de politisation des sociétés.

Et le fait est que, dès que l’Homme va avoir le pouvoir, il ne va pas se priver de se comporter comme un bon droîtard, en pensant d’abord à sa gueule, et après aux autres, quitte en ce faisant, à scier la branche sur laquelle il est assise, du fait de l’interdépendance des Hommes qui ont au minimum besoin d’être deux, de deux sexes différents, pour pouvoir se reproduire.


L’Homme aspire à vivre libre dans un cadre sécurisé.

Et il s’inspire de la nature qui est injuste et inégalitaire.

La première loi naturelle étant ce phénomène de sélection qui élimine les plus faibles.


Mon propos n’est donc pas de dire qu’il est bien, ou mieux, d’être de droite ou de gauche.

Mais qu’on ne peut être de gauche que parce qu’il y a eu la droite, pour créer le cadre dans lequel la gauche, et nous en venons à la question du sens de l’Histoire, peut prospérer.

Et que l’Homme, parce qu’il est naturellement de droite, ce que nous rappelle toutes les crises que nous pouvons vivre, reviendra toujours à droite, à commencer par ce seul moment où il se rend compte qu’il est meilleur qu’un autre sur tel domaine du fait de la nature, et où il cherchera alors, sûrement de manière très animale, à s’imposer pour dominer. Mais notamment encore dans les dernières minutes avant sa mort où il fera généralement tout ce qu’il peut pour « marchander » un peu de vie supplémentaire.


En fait, le socialisme puis le communisme, et même l’écologisme, sont des parenthèses récentes et relativement très courtes dans l’Histoire. C’est 200 ans sur 2,5 millions d’années ! Ce sont deux utopies qui ont échoué, et échoueront toujours, parce que la masse des gens qui les composent sont en fait de droite, dans leurs aspirations.

Car combien sont de gauche pour améliorer leurs conditions d’existence, aux fins qu’on leur donne plus, ce qui est éminemment de droite ? De telle sorte que même les Hommes de gauche sont en fait motivés par des considérations de droite !

Ainsi, ne peuvent être de gauche que des personnes qui acceptent de renoncer à leur instinct, qui les pousse naturellement à droite. Cette domestication ne pouvant exister que dans un cadre restreint et finalement très fragile et finalement plus du tout naturel.



 

Les hypocrites de Savigny-sur-Orge réclament plus de sécurité près des lycées

De parents d’élèves ou de riverains, je n’en vois pas beaucoup sur les photos de cette manifestation politique organisée par Frédéric SCHMALTZER, colistier n° 13 de la liste « Osons Savigny ». 90 % des personnes présentes sont des politiques qui étaient candidats aux municipales et qui ne font que se plaindre de la politique qu’ils ont laissé faire…

L’article du Parisien donne d’abord la parole à Sandrine COUTE-REDMAN, colistière n° 5 de la liste « Osons Savigny » dont on apprend que ses caméras filment la voie publique, ce qui est parfaitement illégal et qui permettra donc à l’avocat de l’agresseur de faire annuler ces preuves.

Elle, pas plus que les autres, ne cherche à résoudre la cause du problème, à savoir pourquoi il y a des jeunes qui forment des bandes pour aller racketter les lycéens, mais comme les autres imbéciles sans aucune vue à plus long terme que ses intérêts personnels, demande juste une présence permanente de la Police pour les entrées et sorties qui se font à toutes heures.

De première part, il va donc falloir sur place du lundi au vendredi de 8 heures à 18 heures autant de policiers que de membres de la bande.

De deuxième part, vu les agressions n’ont pas lieu juste devant les lycées mais dans les rues adjacentes, je ne vois pas trop comment les policiers vont pouvoir être dans cette rue s’ils sont devant le lycée. C’est sans fin votre truc.

De troisième et dernière part, de la même manière qu’on va juste déplacer le problème dans des rues plus éloignées du lycée, la bande finira par aller sur un autre lycée et le problème continuera.

Mais quelle bande de bouffons !


Ce qui est formidable, c’est de voir qui gueulent.

Donc LaREM, dont on se demande encore comment ils osent parler légalité après avoir inscrit dans leur compte de campagne leurs dépenses d’achats de voix !!!

Ce qui me fait penser à tous les gens qui gueulent contre les musulmans et l’islamisme, mais qui se mettent un bandeau sur les yeux sur ce qui se passe dans les mosquées entre les attentats… Il ne faut pas regarder ; laïcité oblige.

Puis MEHLHORN et surtout REDA qui n’ont rien fait contre la réforme des commissariats en Essonne, le premier parce que stupide et ayant juste voulu faire plaisir au second, pour qui c’était tout bénéfice de récupérer dans sa commune les policiers nationaux de Savigny…

Enfin DEFRÉMONT qui va faire tout l’inverse de ce qu’il avait promis dans son programme et pour le coup, faire au niveau du sécuritaire, ce que même MEHLHORN n’aurait pas envisagé.

Et ce sont au mieux les incivilités qui vont en prendre un coup, mais clairement pas les bandes qui n’ont rien à foutre d’être filmées, ni même du nombre de policiers tant qu’ils sont plus nombreux. C’est pour cela que Christophe MICHEL qui rappelle que tout le monde peut interpeller une personne en train de commettre un crime ou un délit…


Regardons enfin les pistes envisagées qu’on aurait pu deviner avant même les réunions et la manifestation :

  • allonger les horaires de la police municipale ; ce qui signifierait qu’ils ne travaillent déjà pas entre 8 heures 00 et 18 heures 00 ? Mais quel rapport avec les lycées ? Après, je me rappelle des riverains de la mosquée bloqués chez eux par la prière qui avait lieu à 14 h 30 et qui avaient appelé la police, qui leur avait répondu qu’elle était occupée par la sortie des écoles.
  • déménager les locaux quelques centaines de mètres plus loin ? Comme si la distance du commissariat faisait quelque chose. La PM n’intervient déjà pas pour le trafic de drogue au dessus de son poste ou les gens qui se bourrent la gueule devant eux, tant à la gare que sur le Plateau. Mais comme cela, il devrait être plus facile de les encercler et de les bloquer dans le poste, pour laisser les autres agir.
  • renforcement de la vidéo-surveillance ; pour que comme la fois où je me suis fait agresser à Grand-Vaux, ou la fois où la fille de Jean-Marc (DEFRÉMONT) s’est fait rentrer dedans en voiture, et que les caméras ne fonctionnaient pas. Remarque que si c’est sinon pour utiliser l’argent à financer les tocards du Point information jeunesse (PIJ) ou d’Alliance prévention, qui sont aussi nuls que l’IFAC. Je me rappelle de Jimmy JOSCAN, qui travaille au PIJ et qui un jour, avait passé 15 minutes à commenter les transitions de son power-point
  • des policiers supplémentaires ; qui sauf à passer la journée devant les lycées, vont rapidement finir à aller verbaliser, ce pourquoi d’ailleurs on ne créé toujours pas de stationnement résidentiel à Savigny…

Voilà, je vous avais annoncé toutes les conséquences de la réforme des commissariats dès 2019, avec même une première mention implicite en 2018, quand on a su ce qui se préparait.

Cette réforme n’a pas fonctionné dans les autres départements. Pourquoi cela irait mieux en Essonne ?

190 personnes sur 37 000 ont signé ma pétition, et je n’en reconnais pas sur les photos, ce qui a pour effet, qu’elle n’a fait bouger personne.

Je me fous donc ouvertement de votre gueule car vous n’avez que ce que vous méritez ; à commencer par des politiques qui combattent l’insécurité à coup de rassemblements, comme d’autres combattent l’islamisme avec des fleurs et des bougies.





Savigny-sur-Orge : le grand plan confidentiel de Jean-Marc DEFRÉMONT pour la sécurité du quartier de la gare et des lycées

Ce vendredi 12 février 2021 à 17 heures 00 au gymnase Cheymol, la municipalité organise une réunion pour parler (in)sécurité dans le secteur de la gare et des lycées.

Mais vous n’en apprendrez rien pour cause de respect de « consignes de discrétion ». C’est la République qui s’affirme en se cachant… Allez comprendre !

Et je pense aussi que je suis complètement con parce que je ne comprends rien au communiqué du maire de Savigny-sur-Orge… Et surtout pas la logique des enchaînements de mots et de phrases. Le diagnostic est déjà foireux, alors les solutions…


À grands renfort d’euphémisme, le cabinet du maire qualifie de « troubles à l’ordre public » des rackets avec violences, dont la seule explication est le climat anxiogène due à la pandémie…

Et donc le maire a écrit au préfet, et en attendant la réponse du préfet, il réunit 20 personnes parmi lesquelles des victimes pour présenter des mesures, pour appliquer une « nécessaire transparence », mais il ne pourra pas les révéler, pour respecter les « consignes de discrétion ».

La seule chose que j’ai compris de son courrier au préfet, est qu’il allait embaucher un policier municipal de plus pour continuer le racket aux amendes de stationnement. Pour le reste, comme un élu de droite de gauche, il demande plus de policiers nationaux.

Rien de social, aucun terrain. Ce n’est plus de la sûreté mais du sécuritaire. On est dans la communication. On croît résoudre les problèmes en mettant du bleu dans la rue (lequel ne s’attaquera pas à ce problème et ne fera probablement que augmenter les tensions).


Quelle hypocrisie que cette soudaine découverte des problèmes d’insécurité à la gare.

Bel aveu également que l’inefficacité de l’arrêté interdisant la consommation d’alcool dans le quartier, qui n’était que de la communication, puisque Jean MARSAUDON avait déjà pris un tel arrêté en 2000 qu’il suffisait pourtant de faire appliquer. Ils en ont remis un deuxième qui couvre le même secteur et il n’est pas plus appliqué.

Évidemment, il n’est déjà même pas envisagé de remettre le poste fonctionnel de Police municipale à la gare. Alors pour le reste…


Les Saviniens sont des cons.

Ils n’ont été que 190 à signer ma pétition contre la transformation du commissariat de Savigny en hôtel de police.

Et aujourd’hui, ils se plaignent et m’appellent encore parce que la Police, désormais à Juvisy, ne se déplace plus quand ils sont en train d’être cambriolés ou qu’ils se font agresser à la gare.

Je les avais pourtant prévenus des conséquences de la réforme !!!


Ils me reprochaient, notamment sur Facebook, d’être trop procédurier et de dénoncer tous les délits que je pouvais observer.

Les mêmes qui vont pourtant aujourd’hui te demander la suppression de la prescription pour des crimes qui se sont passés il y a 40 ans, en toute cohérence.

Eh bien, restez donc dans votre monde de Bisounours et ne vous plaignez pas que les délits appellent les délits et que la violence engendre la violence.

Continuez de gaspiller les budgets de la prévention délinquance à acheter des caméras. Continuez d’apporter des réponses sécuritaires à des problèmes économiques et sociaux.

J’espère juste qu’aucun de mes amis ne figurera parmi les prochaines victimes…


Enfin, que pouvez-vous attendre de DEFRÉMONT alors que voilà ce qu’il pense de la Police !



L’hôpital de Juvisy vendu à Korian ; participez à l’enquête publique !

L’avenir de l’hôpital de Juvisy se précise : il sera, grâce à M. RÉDA qui en avait autorisé la fusion administrative avec l’hôpital de Longjumeau et accordé des droits à construire sur le terrain, vendu au groupe Korian, tandis que 500 m² seront loués pour le fameux CCSU (centre de consultation pour les soins urgents) qui n’ira pas bien loin sans service de radio ni bloc opératoire… Il vous reste 10 jours pour participer à l’enquête publique !

Avez-vous entendu parler de l’enquête d’utilité publique qui se tient en mairie d’Orsay, depuis le 06 janvier 2021 et jusqu’au 04 février 2021 pour confirmer la création d’un grand hôpital à Saclay, pour tout le Nord-Essonne, à une heure de route de Savigny et avec plus de 100 lits en moins par rapport aux capacités des trois hôpitaux que l’on ferme ? À la limite, vous serez plus vite arrivés dans un autre hôpital du Sud-Essonne, voire même d’un département limitrophe.

Personnellement, j’attends encore que Jean-Marc DEFRÉMONT, soi disant si soucieux des questions de santé et d’écologie daigne en parler, surtout qu’il a Michèle PLOTTU, présidente du comité de sauvegarde de l’hôpital de Juvisy dans son équipe. Mais apparemment, c’est plus important de faire faire d’humiliantes vidéos de vœux enfantines aux services municipaux.


Comme le dénonce très justement ce comité (☭☭☭☭☭), ces ventes des trois hôpitaux existants sont organisées pour financer le projet ruineux de super-hôpital de Saclay, dont je vais vous donner un scoop, qui sera quand même déficitaire comme tous les hôpitaux de France.

L’Agence régionale de santé d’Île-de-France (ARS) s’obstinant à refuser toute étude impact des conséquences des fermetures des hôpitaux et toute évaluation économique des coûts de réhabilitation des structures existantes. On sait ce qu’elle dirait…


Déposez votre observation en ligne :

https://enquetepublique-pref91.fr/hopital-paris-saclay/

Faites connaître votre opposition à ce projet !

C’est comme pour le bétonnage, après, il sera trop tard !

Faudra pas venir pleurer quand un proche sera décédé d’un AVC, ou d’une autre saloperie, parce qu’il n’aura pas été pris à temps à cause de l’éloignement de l’hôpital.


Il faudrait encore parler de tous les malades du Covid qui ont été accueillis dans les étages de l’hôpital de Juvisy.

Et rappeler les promesses de VÉRAN de renoncer à ces fermetures.

« Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. » Comprenne qui pourra…

J’ai des voisins qui ne me croyaient pas sur les conséquences de la fermeture du commissariat de Savigny, et qui maintenant se plaignent que la police ne se déplace plus quand ils se font cambrioler. Je les avais pourtant prévenus.

Là, on joue juste avec votre santé. Soyez donc un peu adultes et prenez vos responsabilités !