Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Petite anecdote d’une rencontre avec Pierre GUYARD en mairie qui en dit long…

La scène se passe ce samedi matin du 16 mars 2019, vers dix heures, à l’hôtel-de-ville de Savigny.

Je fais ma visite de contrôle bimestrielle (quinzomadaire) des actes administratifs pris par le maire (quand je serai édile, ils seront tous consultables en ligne sur le site internet de la Ville).

Je suis donc installé à l’entrée de la mairie, à me briser le dos, pour lire les actes posés sur le bureau d’accueil, à un endroit bien stratégique, qui me permet d’être visible de tous et où dans le même temps, je ne dérange pas le bon fonctionnement des services. (J’écris cela parce que le bureau est vraiment bas – fait pour une personne assise – et que je ne souffre pas encore de la cataracte, donc tant qu’à faire, je préfère lire de près.)

Ainsi, je découvre par exemple cet arrêté qui organise la suppléance du maire, parce que mon cher MEHLHORN avait besoin de deux semaines de vacances pour se reposer d’avoir travaillé pendant sept semaines consécutives. C’est pire que les gamins à l’école. (Je suis méchant parce qu’en janvier, il y a eu le marathon des vœux – il avait des cocktails tous les soirs – et la visite du ministre.)

Plus prosaïquement, MEHLHORN sait que c’est la dernière année où il peut continuer de toucher 8000 euros brut par mois, alors qu’il est en vacances la moitié du mois. Donc il en profite à fond pour se reposer, ce qu’il ne pourra plus faire après, quand il devra retourner travailler s’il voudra une retraite complète !

Au passage, MEHLHORN prend huit à neuf semaines de vacances ou de pause chaque année ; personnellement, ce sera plutôt entre trois et quatre…


Bref, je croise l’opposant socialiste, tendance social-écologie, Pierre GUYARD qui vient chercher son dossier du conseil municipal du 20 mars 2019, et qui me demande si c’est celui-ci que je consulte.

Mais enfin, Pierre, vous êtes élu depuis 2001, depuis dix-huit ans, et vous ne savez toujours pas que le public n’a légalement pas accès à ces documents avant la tenue du Conseil, à l’issue duquel ils perdent leur caractère préparatoire ?

Il est vrai que vous ne faites pas partie de ces élus désobéissants qui me transmettent des copies de leurs documents pour m’informer ; et je les en remercie sans citer leurs noms pour ne pas leur causer d’ennuis ; parce que eux participent réellement à la démocratie.

Pourtant, j’aurais crû que dans social-démocratie, il y avait ce mot qui vous encouragerait à publier au plus vite ces documents, et à ne pas tout garder jalousement pour vous, pour vous distinguer de la masse de ce petit peuple dont vous réclamez les suffrages.

Parce que vous savez qu’en apportant le savoir, certains pourraient se montrer plus intelligents que vous… Alors allez-vous publier ces documents avant le Conseil, et dorénavant ?


Moi, maire, les documents préparatoires au Conseil seront rendus publics, et seront accessibles sur internet dès la publication de l’ordre du jour, voire même avant puisque nous pratiquerons aussi la publicité des dossiers des commissions municipales.

Lesquelles seront ouvertes au public, qui pourra y assister, sans y participer pendant, mais il pourra intervenir à l’issue et interpeller élus et agents qui voudront bien jouer le jeu de rester (je ne pourrais pas les y obliger).

Tout comme la population, du moins le public du Conseil municipal, aura un droit pour faire parvenir des billets aux élus, et aussi demander la parole sur tel point ou poser des questions. Si la demande semble pertinente, le Conseil pourra être interrompu pour écouter le public avant de voter ; sinon les interventions se feront à l’issue du Conseil.



Publicités

Vos questions : ce que j’ai pensé de la conférence sur la biodiversité au Costa-Riva de Sylvain MAHUZIER

Question qui m’a été posée oralement ce mardi 12 mars 2019

Bonjour Olivier,

Je n’ai pas pu aller à la conférence de ce lundi, à la salle des fêtes, sur la biodiversité au Costa-Rica.

Est-ce que j’ai manqué quelque chose ?


Bonjour,

Alors personnellement, cela ne m’a pas transcendé, même s’il y avait l’effort de changer de thème et de proposer une conférence naturaliste et environnementale, plutôt que historique ou artistique.

Savoir en plus que le sujet avait été choisi par Joëlle EUGÈNE, parce que ça lui rappelait ses vacances, m’interroge sérieusement sur les orientations de la politique culturelle de la Ville, et sur ce qu’elle serait dans le cadre d’un centre culturel communal.

J’ai trouvé que l’intervenant faisait un trop long inventaire à la Prévert, de plus de deux heures ; et qu’il parlait beaucoup trop de lui : ça c’est le serpent sur lequel j’ai failli marcher, ça c’est ma photo, ça ce n’est pas ma photo, ça c’est une photo ratée mais que je vous mets quand même, ça c’est dans mon livre que je vous recommande, ça, ça me rappelle mon voyage dans les Pôles.

Je ne connaissais pas Albert MAHUZIER, donc je ne connaissais pas son petit-fils, Sylvain…

Donc non, ce n’était pas mauvais, et ça m’a d’ailleurs rappelé ces magazines de sciences et vie, que je lisais quand j’étais petit, une collection de petits livrets rouges dont je ne me rappelle plus le titre, et dont je découpais les images et les collais dans des classeurs ; on a les occupations qu’on peut à six ou sept ans.

Mais je l’ai vraiment subie pour me montrer à la salle des fêtes en vue des élections, parce que ce qui m’intéresse, c’est surtout la géopolitique, l’Histoire, la politique, la géographie, et que ces aspects n’étaient quasiment pas abordés.

Un autre défaut est qu’il était dans une vision idyllique d’un paradis sur Terre. Tout le monde soutient et participe à la biodiversité. Il n’y a pas de problèmes environnementaux. Il n’y a pas d’hôtels de luxe. Cela devenait un peu dérangeant à la fin.

J’ai aussi eu l’impression qu’il disait une grosse bêtise lorsqu’il affirmait que l’hippocampe avalait ses enfants puis les recrachait… Parlait-il de leur système de reproduction ?

Enfin, il n’y a pas eu de questions parce qu’à 22 heures 40, il n’aurait pas fallu retarder le sommeil des électeurs de MEHLHORN.

Ça me rappelle l’histoire d’une dame (qui a déménagé) et qui ne votera plus pour MEHLHORN, parce qu’elle avait reçu une invitation bidon de MEHLHORN, et qu’elle était malade, et qu’elle s’est déplacée parce que le maire l’avait « convoquée », et que la réunion était finalement bidon, et que c’est la faute de MEHLHORN si elle a été encore plus malade parce qu’il l’a forcée à sortir…

En conclusion, ce n’était pas mal, mais moi, ce n’est pas ma came, et ça ne m’a pas réellement intéressé. Mais les avis dans la salle, même s’il y a des gens qui ont dormi, et d’autres qui ont trouvé ça long, était plutôt positif.




Scandale : pour 150 personnes, Éric MEHLHORN commande 600 kg de petits fours pour 29 250 € !

À Savigny-sur-Orge, on sait recevoir !

À tout le moins, on sait mettre les moyens pour prétendre qu’on reçoit bien les ministres, proportionnellement au montant des sommes investies, lesquelles ne sont pourtant pas toujours gages de qualité !

En effet, la Commune a dépensé 29 583,60 € de frais de bouche pour le cocktail déjeunatoire qui a suivi la signature d’engagement de l’ANRU le vendredi 25 janvier 2019.

Une somme à comparer aux 10 000 € engagés par la Commune dans les actions du conseil citoyen de Grand-Vaux, et prévus par le contrat de Ville 2015-2020 !


Alors est-ce que Christine CHARRIER, chargée du protocole, ne s’est pas dit un seul instant qu’il y avait un problème à commander 600 kilos de petits fours froids et salés pour seulement 150 personnes ?

Et j’aimerais savoir ce que sont devenus le reliquat de ces petits fours, parce que je ne connais pas grand monde qui ait l’estomac suffisamment dilaté pour absorber 4 kilos de nourriture sur un pince-fesses de deux heures. Personnellement, quand je vais au Buffalo Grill, le tartare XXL (400 grammes de viandes crues) fait que je n’ai plus faim pour un dessert.

Est-ce que Julien MIALLET, directeur du cabinet du maire, n’a pas vu de problème à valider cette dépense de 30 000 € pour sustenter 150 personnes, à 195 € le repas, uniquement composé de petits fours.

Enfin, est-ce que Éric MEHLHORN, maire de Savigny, pouvait sérieusement ignorer tout cela ? Sauf à ce qu’il ne sache effectivement pas ce qui se passe dans sa mairie !

Je crains qu’il ne faille que des têtes tombent, parce que cette dépense, attestée au moyen du formulaire de demande de repas suivant, est tout simplement scandaleuse, au regard de son enjeu, et en comparaison avec d’autres sommes réservées à d’autres politiques !


Invités à s’exprimer sur cette dépense, au moyen d’un courriel envoyé le lundi 11 mars 2019 à 11h 23, le maire, son directeur de cabinet et Mme CHARRIER n’ont toujours pas daigné nous répondre à l’heure où nous publions cet article.




Saviniens, que pensez-vous des nouveaux horaires de l’Hôtel-de-Ville ?

Les horaires de l’Hôtel-de-Ville changent à compter de ce lundi 11 mars 2019.

Voici quelques critiques de forme et de fond sur ces nouveaux horaires, dont on aurait aimé être informé un peu plus que trois jours avant par le Facebook de la Commune…

Je ne serai pas étonné que beaucoup se cassent les dents les premiers jours. En même temps, si nous avions un bulletin municipal un peu plus régulier.


Pour rappel, je propose aussi dans mon programme de revoir les horaires de l’hôtel-de-Ville pour mieux prendre en compte les gens qui travaillent.

Plus précisément, je suggérais une ouverture matinale par semaine dès 7 heures, deux ouvertures en soirée à 20 heures le mardi et le vendredi (parce que c’est le vendredi que tu sors plus tôt et pas le jeudi) et pas d’ouverture sur la pause méridienne parce que ce n’est pas intéressant au niveau de la demande.

Ainsi donc désormais, la mairie ne ferme plus à 18 heures le soir mais à 17 heures 30.

Sauf le jeudi matin, où elle n’ouvre plus à 8 heures 30 mais à 10 heures, et ferme en revanche à 19 heures 30.

Et c’est désormais le lundi après-midi que le CCAS, le service Logement et le service Urbanisme sont fermés au public.


Déjà sur la forme,

j’aurais préféré qu’on demande son avis à la population, un petit peu plus que dans le quizz de la municipalité qui demandait s’il fallait plus tard les services (en insistant bien sur la Police municipale).

J’aurais aussi été curieux de savoir ce que les agents en pensaient, service par service, plutôt qu’on ait le seul avis unanime d’un comité technique, infiltré par les mehlhorniens, et qui ne représente que lui-même.

De la même manière, quel est l’avis des syndicats ? Et en même temps, quand tu vois comment ils ont défendu leurs collègues de la crèche familiale et de la Savinière, il est aussi légitime de douter de leur représentativité.

Enfin, il aurait été intéressant de regarder les diagrammes qui indiquent tant sur Google que sur Facebook les horaires d’affluence en mairie, et de constater, qu’il existe aussi une demande en fin de journée.


Ensuite, sur le fond,

je m’interroge sur cette pratique qui décale les horaires de tous les services.

Je dis que 13 heures 30 était plus approprié que 13 heures, parce que c’est après avoir amené les enfants à l’école.

J’écris que 18 heures était mieux que 17 heures 30, là encore pour ceux qui rentrent du travail.

J’ose penser qu’il n’y a pas besoin d’avoir les services grands ouverts, fonctionnant à plein en permanence, et qu’on pouvait très bien ne faire qu’élargir les horaires, sans les réduire autre part, en réorganisant des présences (une à deux personnes par service).

Au moins au début, puis on aurait adapté ensuite en fonction des demandes. (Et on le fera si je suis élu en 2020)

Je continue de dire qu’il y a un besoin le matin tôt, avant que les gens ne partent au travail.

Je trouve que 19 heures 30 est trop tôt pour beaucoup qui sont encore dans les transports en commun, à cet heure là, et qui s’ils peuvent faire un effort un jour, ne peuvent pas non plus poser une demi-journée pour faire une démarche.

Quitte à ne faire qu’une vraie nocturne jusqu’à 20 h 45 le vendredi soir, mais je comprends aussi que les agents ait pu ne pas vouloir, même si on ne leur a apparemment pas proposé.

Si je comprends l’effort de grouper les fermetures de services pour régler leurs affaires internes, je déplore qu’on bouscule de suite les habitudes prises avec les plages de fermeture de l’Urbanisme, qu’il aurait sinon été plus cohérent de grouper dès le déménagement.


Enfin, je réclame plus de souplesse au global, et si je suis élu, il y aura une personne pour traiter les urgences, ou les oublis, pour court-circuiter ce système de rendez-vous, dans lequel tu n’as rien avant 40 jours, ce qui est gênant quand tu te réveilles six semaines avant ton besoin de passeport…

Il y aura aussi la communication d’un numéro d’astreinte public pour tous les dysfonctionnements que l’on constate et que l’on ne peut signaler, pour les non-initiés, qu’aux horaires d’ouvertures de la mairie !