Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : des négociations bien mal engagées

Mes amis, j’ai fauté par orgueil.

J’ai crû que je pouvais être le barycentre de la vie politique savinienne…

Mais qu’est-ce que cela aurait eu comme putain de gueule si j’avais réussi !


J’ai pensé que Bernard BLANCHAUD pourrait me rejoindre (1).

À laquelle condition, le Rassemblement national (RN) proposait de nous rallier, et c’est quand même 15 % des suffrages (2).

Là, où j’ai ensuite proposé à la gauche de nous rejoindre, pour équilibrer tout cela et m’éviter de passer pour le nazi de service (3).


(1). Il ressort que Bernard n’a pas envie de me rejoindre, et qu’il a en fait demandé à me voir pour me proposer d’être son troisième de liste.

Je pense que comme DEFRÉMONT, il sait que c’est sa dernière chance pour être maire, et surtout qu’il est influencé par des gens qui gravitent autour de lui, qui pensent à tort qu’il peut passer seul, et qu’il peut faire d’eux ses adjoints et directeur de cabinet.

Comme quoi, à quoi une élection peut tenir, et se jouer…

De mon côté, cela ne m’intéresse pas d’être le troisième de Bernard, et je préfère qu’on arrête de perdre notre temps s’il en est encore là.

Et comme en plus, les mecs, j’ai dit que je ne les prendrai pas tous, et qu’ils n’auront que 400 euros par mois d’indemnités, même en tant qu’adjoint. Ben ça ne les intéresse pas, parce qu’ils ne pourront pas arrêter de bosser en s’accaparant le travail des agents…


(2). De fait, je ne veux pas du RN tout seul.

Que j’aurais ainsi neutralisé, en l’ayant avec plutôt que contre moi.

J’avais de toute façon besoin de Bernard pour réaliser l’union des droites ; pour ce qu’il apportait de centrisme et de libéralisme.


(3). Et la gauche, du moment qu’il y a le RN, refuse tout, parce que ces gens se sont davantage engagés contre le RN qui continue de monter, élections après élections, que pour défendre des valeurs de gauche.

Et puis DEFRÉMONT, comme BLANCHAUD, savent que c’est le dernier moment pour y aller, et pour être maire, parce qu’après, ils seront trop vieux… C’est leur fin de vie politique.

Et ils se disent donc que toute la gauche réunie fera mieux que LaREM et une droite divisée. C’est beau l’auto-persuasion. Alors que c’est limite la gauche qui, malgré son désir idéologique de logement social, se montre plus critique sur le bétonnage pour les aspects environnementaux (cf les commentaires du PLU) ; quand la droite dit que ça va être beau (lu sur le Facebook de MEHLHORN)…


Bref, je présume que toutes les négociations que je conduis vont échouer, et que c’est LaREM qui passera, et qui continuera de casser le service public à Savigny.

Surtout avec tout ce que je tape dans cet article sur des gens que je veux avec moi, sans faire semblant d’être comme eux (et c’est cela qui les dérange le plus).

Mais j’avais tout bien organisé : combien de colistiers par partis, en places éligibles et non-éligibles, combien de présidents de commission municipale, combien d’élus territoriaux, quels groupes municipaux au sein de la majorité municipale… Tout en acceptant donc de faire des compromis sur certains points, et de me retrouver sans majorité si demain, les différents groupes quittaient ma majorité…


Maintenant, je voudrais terminer en expliquant pourquoi je refuse de rejoindre les autres, ce qui serait peut-être la solution.

D’une part, mais c’est une réponse bidon, parce que je suis le seul avec qui les trois autres ensemble pourraient accepter de venir.

D’autre part, et surtout, parce que leurs programmes sont mauvais, et qu’ils n’ont globalement ni énergie ni volonté.

En effet,

Je suis le seul à vouloir arrêter le bétonnage avec cette force. (Il y a le RN, mais seuls, ils ne passeront jamais.)

Je suis le seul à vouloir mettre en pause et retravailler le projet de renouvellement urbain de Grand-Vaux.

Je suis le seul à vouloir mettre en pause et retravailler le projet Buisson.

Je suis le seul qui portera ses couilles pour purger notre ville des agents, et des responsables de services, qui pourrissent tout ce qu’ils touchent.

Et de ceux qui se sont exprimés, je suis encore le seul à dire qu’on arrête les conneries avec le projet de centre culturel communal, et de ZAC Centre-Ville.

Maintenant,

Vous souhaitez continuer la politique de MEHLHORN, votez pour les copies, ou les inutiles.

Ou vous voulez un vrai changement, à l’image de ce que je pratique dans ma vie privée, et vous me soutenez.

Je suis le seul à pouvoir aller dans ce sens, tout en incluant les forces des projets des autres.

Voilà pourquoi je ne me rangerai pas derrière leur projet, à une place où le système ne permet pas d’agir et d’intervenir.

Donc pour ne pas finir en dissidence le deuxième jour, et à attendre que les six ans passent, je ne me rallie à personne, mais je propose des ralliements autour de ma personne, pour édulcorer mon projet, et l’améliorer de nos intelligences collectives.

Encore une fois, on verra qui trouvera 38 colistiers, l’argent du financement, et les bras pour tracter et afficher. Moi, j’ai tout cela, et je ne m’emmerde plus, si jamais je dois quitter la table des négociations. Je ne passerai sûrement pas dans ces conditions, mais eux non plus !

Au moins, j’aurais essayé, et j’aurais prouvé, toutes proportions gardées, que je n’étais pas forcément le plus sectaire.



Publicités

Quel avenir politique pour Bernard BLANCHAUD ?

Alors que David FABRE raconte partout que Bernard arrête, et que les très proches amis de Bernard disent qu’il y va, et qu’il veut me rencontrer pour me proposer, grand seigneur, d’être n°3 sur sa liste, je voudrais réfléchir ici à l’avenir politique de Bernard, et lui expliquer pourquoi ma proposition qu’il me rejoigne serait la meilleure pour lui.

Pour commencer, je connais que cela fait quelques années que Bernard doit penser tous les jours qu’il veut être le prochain maire de Savigny.

Je vois les efforts qu’il a accompli, avec la création de Nous Saviniens, et une affirmation progressive en Conseil municipal.

Il s’imaginait cependant que son élection serait acquise avec l’investiture de La République en marche (LaREM).

Il n’a pas obtenu cette investiture, parce que le parti a choisi la carte du jeunisme et du renouveau avec IZARD. C’est la seule explication, et elle était connue à l’avance.


Quatre solutions s’offrent maintenant à Bernard :

1) Soutenir IZARD et intégrer la liste LaREM,

2) Y aller seul avec son association « Nous Saviniens »,

3) Me rallier, (ou rallier un autre),

4) Tout arrêter et déménager sur son île.


Je pense que Bernard est tout comme moi habité par ce désir de devenir maire, et que c’est d’autant plus dur pour lui de faire le deuil de cet objectif de vie.

Je suppute donc qu’il ne va pas arrêter, et qu’il va au moins tenter quelque chose.


Ensuite, j’ai crû comprendre qu’il avait mis fin à son adhésion à LaREM.

Je maintiens que c’est mauvais joueur, parce que Bernard n’aime pas que j’utilise le mot de trahison.

Toujours est-il qu’il ne soutiendra donc pas IZARD, alors qu’il s’y était engagé.


Restent donc maintenant sérieusement les deux possibilités d’y aller.


Pour ma part, je demande que Bernard se prononce pour y aller avec moi avant le 1er septembre.

Le 02 septembre, je déclare mon mandataire financier, et j’y vais.

Et dès lors, je n’épargnerai pas Bernard.

Et j’exclus toute alliance au second tour, parce que nos programmes sont relativement opposés, et que c’est bien le coup à finir comme FABRE avec SPICHER.

Il n’y aurait pas de cohérence POUR Savigny, et nous savons très bien que ce serait CONTRE les autres, pour leur faire barrage de la présumée addition de nos scores.

Je ne rappelle pas ce que j’ai proposé à Bernard. Je l’ai fait publiquement il y a quelques jours, et je n’envisage aucune autre négociation avec lui.


Que Bernard veuille donc me proposer d’être son numéro 3, mais quel est mon intérêt ?

Je perds plus de la moitié des personnes qui me suivent actuellement, et qui n’ont pas forcément une bonne image de lui, et je ruine mes six ans d’engagements, qui avaient quand même pour objectif suprême ces municipales de 2020.

Jusque-là, moi, j’ai déjà montré que j’étais capable de pouvoir rassembler une équipe et mener une campagne.

C’est surtout que cette solution annihilerait tout mon projet de grands liste d’alliance citoyenne, parce que si certains veuillent bien se rassembler autour de moi, ils ne le veulent pas autour de Bernard…


Maintenant, je pense que Bernard n’a pas encore fini de digérer.

Donc qu’il n’a pas renoncé, et qu’en plus dans son association, certains le poussent, avec plus ou de moins de raisons, mais c’est compréhensible.

Alors, je vais y aller au bluff, encore une fois.

J’affirme que Bernard n’aura pas ses 38 colistiers, parce que beaucoup des gens qui le fréquentaient étaient intéressés d’être dans le camp des vainqueurs, qui est celui de La République en marche, au vu des scores aux élections européennes.

J’affirme aussi que Bernard n’aura pas les moyens financiers de réaliser une campagne à la hauteur de ses ambitions. Sur Savigny, actuellement, tu ne peux pas espérer gagner à moins de 12 000 euros ! Je doute qu’il puisse facilement les rassembler.

J’affirme enfin que Bernard finira avec maximum 7 % s’il y va tout seul, parce que son créneau est saturé entre MEHLHORN et IZARD ; et que les gens pourraient aussi me préférer, sur certaines de ses idées, pour mon ancienneté et ma constance.

En effet, Bernard s’imagine qu’il est connu parce qu’il est élu et que 150 personnes le suivent sur Facebook. Mais c’est faux, et je m’en rends compte dans mon porte-à-porte. C’est vrai qu’il est connu dans certains lieux, comme dans les cafés, mais ce ne sera pas suffisant pour lui.

Donc si au vu de ces éléments, il veut y aller seul, qu’il y aille. Mais il va se ramasser parce que les gens qui ont connu MARSAUDON, dont il se réclame, sont minoritaires et que la droite qui a voté MEHLHORN en 2014 est parti chez En marche.


Bernard dispose des clés de son destin.

Je maintiens que son meilleur choix est de me rallier (mais je ne compte pas que sur Bernard) pour pouvoir avoir les moyens de mener une partie de la politique qu’il veut, et diffuser ses idées.

À voir pour lui s’il n’est pas trop gourmand trop vite.

Car peut-être quand même qu’il a raison de vouloir y aller seul ?

Ou peut-être pas, surtout quand je démonterai son programme à son tour…


Je termine avec une parenthèse.

Dans les différentes négociations, il y a plein de gens qui me méprisent, parce que si on prend un score de partis, il font plus que moi (préférant systématiquement me rappeler mon 1,14 % global aux législatives de 2017 que mon 9,11 % local aux départementales de 2015).

Moi, j’ai déjà mes 38 colistiers, j’ai 20 000 euros qui sont prêts, j’ai mon programme que je n’ai plus qu’à mettre en forme dans des tracts, j’ai mon reliquat d’affiches des législatives, j’ai trois campagnes derrière moi avec une équipe professionnelle et des adresses, et j’ai des soutiens dans la population, les associations et les agents. Et je ne parle pas des 1100 visiteurs de ce blog tous les jours (dont combien de robots ?).

La négociation ne peut que se faire en ma faveur, parce que je suis prêt, et que je consens à élargir ma base et mon programme.

Maintenant, je n’ai aucun problème à y aller seul, et à miser sur le fait que les autres arrêteront en cours de route, car ils n’auront soit pas l’argent, soit pas les colistiers.

Le truc, c’est que pour ma part, j’y vais au 1er septembre avec un premier tract distribué autour du 15-20 septembre. Ce ne sera plus possible à partir de là.



Vos questions : Éric MEHLHORN a-t-il prévu de conserver Anne-Marie GÉRARD comme adjointe aux affaires scolaires en 2020 ?

C’est une question qui m’a été posée oralement dans la rue le samedi 06 juillet 2019 par des parents qui m’ont reconnus, alors que je sortais du don du sang.

Eux sont arrivés plutôt récemment sur Savigny, et se disent de la tendance du maire.

Mais ils m’expliquaient les difficultés rencontrées avec Anne-Marie GÉRARD, en tant que maire-adjointe à l’enfance, et aux affaires scolaires.

Ils me disaient surtout que pour eux, la possible reconduction de madame GÉRARD aux affaires scolaires serait rédhibitoire ; et que ce serait un motif suffisant qu’il ne vote pas pour MEHLHORN.


Je leur ai donc répondu les éléments suivants :

– À ce jour, je ne connais pas la composition de la liste MEHLHORN en 2020.

– J’ai cependant le sentiment qu’à part le jeune homme qui vient assister au Conseil municipal, les nouveaux membres de Debout-la-France et les candidats aux sénatoriales qui sont des militants de remplacement (voir plus bas), MEHLHORN n’a pas réussi à beaucoup renouveler sa liste.

Mais je pense qu’Éric MEHLHORN n’a personne d’autre à mettre aux Affaires scolaires, et qu’il reconduirait par défaut Anne-Marie GÉRARD, dont c’est probablement le dernier mandat d’adjointe, relativement à son âge.


En tout état de cause, c’est encore une confirmation de la détestation d’Anne-Marie GÉRARD par les Saviniens (et qu’est-ce que tous les gens qui l’entendent lire en Conseil municipal se foutent de sa gueule !) ; et MEHLHORN, s’il veut réussir sa campagne, doit annoncer rapidement qu’il la sacrifie, et par qui il la remplace (par n’importe qui de plus jeune et de moins connoté).

Avec tous les soumis qu’il y a à la PEEP, il doit quand même bien, en tant que LR, être capable de débaucher un représentant des parents d’élèves…


https://oliviervagneux.files.wordpress.com/2017/07/img493.jpg



Mon ultime proposition d’alliance à Bernard BLANCHAUD

La proposition a été envoyée à 17 h 25, et les investitures ont été rendues officielles vers 22 h 00.

Sur le principe, Bernard ne peut pas me rejoindre car il est lié par la charte d’engagement de LaREM. Mais vu que IZARD va se ranger derrière FABRE, il ne serait pas le seul à trahir.

Moins d’une heure après l’envoi de mon message, Bernard me proposait qu’on se retrouve pour discuter lorsqu’il rentrera de vacances. Il va d’abord prendre quelques jours pour digérer et réfléchir à ce qu’il fait, et en fonction arrêter, y aller seul, ou se rallier à moi.


Objet : Ultime proposition d’alliance en vue des élections municipales

Savigny-sur-Orge, le 10 juillet 2019


Salut Bernard,

Aux nouvelles officieuses dont je dispose, tu n’as pas l’investiture d’En marche.

Je te propose donc, pour la dernière fois, de me rejoindre, et de devenir le numéro 3 de ma liste.


Je reconnais que nos idées sont finalement assez éloignées sur la méthode, de ce que je peux en lire sur Nous Saviniens. Mais je pense que nous pouvons nous retrouver sur le fond, pour l’établissement d’un programme commun.

Je te propose de constituer puis de présider un des groupes de ma majorité municipale, en rejoignant ma liste avec des personnes de valeur dont l’engagement est sincère. Je veux que ces colistiers soient à la fois dynamiques, mais aussi dotés d’un fort esprit critique.


Tu seras président de commission municipale. Mais tu ne seras pas mon adjoint, parce que je ne veux qu’un seul adjoint qui soit le coordinateur de la majorité municipale.

Je n’ai aucun problème à te laisser la vice-présidence savinienne au GOSB qui moi m’emmerde profondément. Tu n’ignores pas que je veux de toute façon retrouver la souveraineté politique de nos compétences par des conventions de gestion avec l’EPT.

Pas de difficultés non plus à te laisser candidater au Département en 2021. Sache seulement que je soutiendrai alors officiellement Xavier-Roger DUGOIN pour le canton s’il veut y aller.

En revanche, je ne prendrai pas Julien RIO-ROSSI dans mon cabinet, parce que je veux limiter mon cabinet à un(e) secrétaire à mi-temps.


Je te laisse réfléchir jusqu’à l’annonce officielle des investitures, puis je te demanderai de te prononcer rapidement.

Je suis disposé à te rencontrer si tu veux discuter programme, colistiers ou tout autre.

Je trouverai dommage que nos égos gâchent tout, parce que tu es un bosseur, et que je pense que tu veux aussi le bien de Savigny. Il y a des efforts à faire des deux côtés, et ce ne sera pas facile. Mais j’ai confiance dans ce que nous pouvons faire ensemble.

À te lire.

Olivier