Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Première protection fonctionnelle d’Éric MEHLHORN : Le Tribunal accepte mon désistement et rejette la demande de 3000 euros de la Ville

L’affaire administrative étant terminée, l’affaire pénale peut commencer ! Je vais désormais demander l’ouverture d’une information judiciaire.

Pour rappel, il s’agit d’une prise illégale d’intérêts dans la mesure où le maire de Savigny-sur-Orge s’est votée une délibération l’intéressant personnellement à savoir une protection fonctionnelle !

Eh oui, alors qu’élu depuis 1995, vingt-et-un an de temps n’auront pas suffi pour que MEHLHORN percute qu’il n’avait pas le droit de voter une telle délibération.

Bref, la délibération ayant finalement été retirée, parce que MEHLHORN s’étant rendu compte de son erreur, j’avais dû me désister dans l’affaire administrative, initiée avant que le Conseil municipal ne supprime cette délibération.

Sauf que l’avocat de la Commune me demandait quand même, et malgré mon désistement, 3000 euros (20 000 francs) pour avoir occasionné des dépenses. Ce qui montre qu’il est profondément malhonnête.

D’une part, parce qu’il a commis un mémoire en défense aux frais de la Ville, sachant pertinemment que l’affaire ne pourrait être jugée, en tant que l’acte avait été retiré.

D’autre part, parce qu’il a fait semblant d’ignorer l’article R.761-2 du Code de justice administrative, ce qui pour un spécialiste, la fout quand même mal…

Bref, le Tribunal a rendu une ordonnance pour accepter mon désistement, et confirmer que je n’avais aucun argent à verser ! Je garde donc mes 20 000 francs !

C’est donc la fin de mon recours n°1608465 contre la première protection fonctionnelle, et même si je ne l’ai pas gagné, je ne l’ai pas perdu, au contraire de la Ville qui y aura encore laissé des plumes…

Mais il nous reste quand même à percer l’origine et la raison de ces deux factures, encadrés en rouge dans le document suivant, et j’espère que le pénal permettra d’y apporter des réponses.

La seconde ligne est très étonnante : de quel droit MEHLHORN fait-il dépenser de l’argent public pour une affaire dans laquelle il est mis en cause en tant que citoyen chargé d’un mandat public ?




Publicités

Quand Maître Élise HUMBERT répète les mensonges de Stéphane DURAND

Il paraît qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule : ma première bonne nouvelle de la journée est que la Ville de Savigny qui me demandait 3000 euros parce que j’avais attaqué la première protection fonctionnelle du maire, a vu ses conclusions rejetées !

Pour autant, quelle est mon impression de l’audience de ce matin, visant à faire annuler les délibérations du Conseil municipal du 17 juin 2015, votées à huis clos ? Je dirais juste que j’ai été moins pire que l’avocate de la commune, qui n’a pas été des plus convaincantes.

Ce qui est bizarre à Versailles est qu’on a l’impression que le Tribunal s’en fout et ne vous écoute pas. Il s’installe ; chacun de ses membres relie son ordinateur à un câble et ils disparaissent derrière à l’exception du président qui lève un peu plus la tête que les autres.

Je suis arrivé. Je n’avais qu’une petite voix depuis hier soir. J’ai tenté d’expliquer pourquoi il fallait annuler la délibération fermant la Savinière et la crèche familiale ; mais ça n’a pas semblé faire beaucoup d’effet. Il n’y a eu aucune question ; aucun échange…

Pas plus que l’intervention du rapporteur public, qui devrait quand même être suivie, mais qui se résume à dire que le huis clos a été enfreint parce qu’il y a eu des policiers municipaux dans la salle du Conseil. Par contre, qu’Éva SAS, députée de la Nation, ait été expulsée, tout le monde s’en fout.

Et c’est maintenant qu’on se marre, parce que pour préparer son dossier, l’avocate qui « défend les intérêts de la commune » (derrière commune, il n’y a que le maire, parce que la commune, elle subit plutôt son maire…) avait téléphoné à Stéphane DURAND, Directeur général des services de la commune pour se briefer.

Stéphane DURAND a beau être mon correligionnaire, je ne peux pas le voir. Je le trouve rogue, à la limite d’une forme d’inhumanité. Tant quand il a fallu faire passer les entretiens de licenciements que quand il a fallu gérer la crise au moment de la crue à l’école Kennedy.

Je suis certainement jaloux qu’il gagne plus de dix fois plus que moi, surtout quand je vois ce qu’il fait pour Savigny, c’est à dire pas grand chose. Il y a aussi l’histoire de la voiture de fonction… Mais il y a surtout que je surprends souvent cet homme à s’arranger avec la vérité.

Dans un prochain article (que je prépare depuis des mois), je comparerai ce qu’il a vraiment dit à l’officier de Police en charge de l’affaire de l’emploi fictif en mairie de Savigny, à ce qu’il dit avoir dit dans une attestation pénale de témoignage ; et je rappelle que le faux en écriture publique est puni par la Loi…

DURAND est l’homme qui va te dire qu’il sait plus trop quand il a envoyé les lettres de refus à ceux qui concourraient au poste de chargé de mission pour évaluer les politiques publiques saviniennes. Mais qu’il a mis, environ, trois semaines. Puis quand l’officier enquêteur va mander les lettres et découvrir que c’est deux mois, il va dire qu’il avait oublié. Mais c’est pas correct de faire poireauter deux braves gars pendant deux mois…

C’est le mec qui prévoit trois entretiens d’embauche pour le poste mentionné, mais qui embauche Valérie RAGOT sitôt le premier fini ; ensuite qui fait passer les deux autres entretiens après le début de la mission de RAGOT, et qui dit que de toute façon il peut se tromper parce que c’est un contrat court, (à 4310 € par mois !). Puis qu’en fait, après coup, les deux autres ne se montraient pas vraiment intéressés…

Bref, je pourrais m’épancher encore longtemps sur DURAND, que je méprise encore plus après ce matin, juste parce que ce n’est pas correct de raconter autant de conneries. Et même si l’avocate ne maîtrisait pas le dossier, et qu’elle le stabilotait tandis que j’arrivais, tu ne l’enfonces pas comme cela. À moins qu’elle n’ait pu tirer que cela de leur échange ?

Donc DURAND aurait dit à l’avocate que c’était le pire Conseil municipal de sa vie, parce qu’il y avait vraiment une sale ambiance avec des gens remontés qui tapaient sur des tambours et dans des casseroles. Et qu’on ne pouvait imaginer, mais qu’il fallait le vivre de l’intérieur ! Oh là là, pauvre chéri !

Ensuite, que les gens tapaient sur les vitres et aux carreaux pendant le huis clos. Pas possible quand on regarde les photos à cause tant des barrières que des policiers… Et on se rappellera que mêmes les issues de secours avaient été bloquées… Ensuite, à quoi auraient sinon servi les dizaines de policiers nationaux déployés ?

Enfin, que les policiers municipaux servaient d’auxiliaires pour compter les votes, conformément à l’article L.2121-15 du Code général des collectivités territoriales. Ça veut donc dire que les sept membres de la direction, assis derrière MEHLHORN, ne sont pas capables d’arriver ensemble à 39… Du genre de gros tocards !

L’avocate n’était pas très assurée dans sa défense ; elle a été reprise par le président lorsqu’à un moment, elle s’adressait davantage au rapporteur public qu’au Tribunal. J’ai pourtant regardé son parcours multi-diplômée ; c’est étonnant qu’elle ait été si mauvaise…

Je ne m’avancerai pas pour l’issue. Je pense que je peux obtenir l’annulation de la délibération des fermetures, mais je ne le garantis pas. Nous verrons bien le moment venu… Et si je ne l’obtiens pas, je ferai appel, même si ça risque d’être trop tard…

Mon erreur, mon regret, a été de ne pas développer plus tôt dans mes écritures le coût réel, ou plutôt le surcoût des fermetures à court terme. Du coup, c’est peut-être cela qui me sera fatal. Sinon, je n’aurais qu’une annulation partielle de quatre délibérations dont on se fout…



Alexandre LEFEBVRE, l’élu « fragile » du Front national de Savigny-sur-Orge

Après les démissions de Tony ROLLAND puis de Jany-Alice MATHY, nous obtenons confirmation de la fragilité de la section communale du Front national (FN) avec un élu, quatrième de liste, dont le premier acte politique est de se désolidariser du FN, de crier haut et fort qu’il est divers-droite (DVD) et de faire changer le nom du groupe de « Savigny Bleu marine » en « Ensemble, défendons Savigny ». Quelle faiblesse de ne pas s’assumer ainsi !

Si les électeurs du Front national n’étaient pas que des consommateurs aveugles d’une marque qui passe son temps à les trahir, ils se rendraient compte que le FN ne fait rien pour Savigny. Ils élisent des personnes qui une fois installés au Conseil municipal, se dépêchent de dire qu’ils ne sont en fait pas du FN et donc qu’ils ne feront pas la politique FN. Mais les mecs élus, les 97 % de vos voix, vous les avez obtenus à cause de cette étiquette du FN ; c’est pas pour vos talents !

Et Audrey GUIBERT qui laisse faire. Une permanente politique du FN dont les revenus sont donc constitués de ce que le parti la paye ! Il faut reconnaitre que depuis qu’elle a sa place de conseillère régionale, et l’indemnité qui va avec, elle se moque de beaucoup de sujets saviniens. Et sa gestion départementale du FN est minable, expliquant aussi les revers électoraux de ce parti, à force de placer ses copains et d’écarter les gens un peu intelligents du département…

Enfin, ça me fait bien rire de voir que le FN dit vouloir défendre Savigny, en tant qu’ils sont des soutiens du maire. Bien sûr, le FN vote contre les délibérations de la majorité. Mais en dehors des conseils, vous les verriez s’embrasser, se palper, se tutoyer. Blanc bonnet et bonnet blanc. Et je pense plutôt que c’est parce que la liste du Bon sens pour Savigny contient un certain nombre de factieux qui ne s’assument pas ; même si les élus FN sont aussi des LR opportunistes…

Quel est donc l’intérêt pour le FN de continuer à présenter des candidats fantaisistes aux municipales ? L’argent uniquement, avec l’histoire du micro-parti Jeanne. GUIBERT emprunte à ce micro-parti à un taux de 6,25 % pour acheter un kit de campagne, ce qui créé des intérêts de remboursement, lesquels sont inclus dans le compte de campagne et remboursés par l’État si les candidats font plus de 5 %. Du coup, pour 1400 euros de kit, Jeanne en gagne 80 par ville où il fait plus de 5 % des voix.



Faut-il s’étonner des retards de travaux du square Capitaine Jean-D’HERS ?

Voilà plus de trois semaines qu’il n’y a plus un ouvrier sur le chantier du square Capitaine Jean-D’HERS aux Gâtines. Pourtant, les travaux auraient dû se terminer il y a un mois, le 15 décembre 2017. Que se passe-t-il donc ? Les pénalités de retard étant fixés à 480 € TTC par jour, comment se fait-il que l’entreprise ne réagisse pas plus vite ? À moins que…


J’ose donc l’hypothèse que MEHLHORN et sa clique d’incompétents se sont tellement faits avoir sur le coût réel des travaux, que les entreprises se foutent de devoir déduire 500 euros par jour par rapport au bénéfice réel qu’elles se font. Qu’est-ce que 10 000 euros quand votre proposition d’un tiers supérieur au prix de marchés équivalents, vous rapporte 100 000 euros en plus ?

D’autant que MEHLHORN qui accumule les conneries, et confond d’ailleurs lors de ses vœux les bus 292 et 492 parce qu’il ne connait pas sa ville, s’auto-félicite d’avoir bloqué le passage vers Morangis. Or, s’il connaissait un peu ses dossiers, il se rappellerait que l’extension du 292 jusqu’à la ZAC des Gâtines (qui date de 1997) était conditionné à un usage partagé avec les Morangissois…

Espérons donc que la Ville, si elle en est capable, va se bouger un peu pour faire achever ces travaux, et surtout que le prolongement du 292 ne sera pas remis en cause par un maire qui prend sa population pour des cons en leur disant : je suis efficace parce que je dépense beaucoup. Non, tu dépenses beaucoup parce que tu te fais systématiquement entuber…

Et MEHLHORN de redire qu’il a eu raison de vendre le réseau câblé donc de payer une indemnité de rupture pour un contrat caduc depuis 15 mois au sujet de la fibre optique. C’est à me demander s’il est vraiment stupide, ou s’il touche quand même une commission, parce que ce n’est ni possible ni légal de payer des pénalités pour rompre un contrat déjà achevé…

En attendant, voyez dans quel état demeure le square, de fait inutilisable même si plein de gens passent quand même les barrières pour promener leurs chiens. Dernière remarque sur les panneaux, n’était-ce pas possible pour MEHLHORN de faire écrire les noms des lieux encore plus petit ? Parce que là, je les vois encore trop bien d’assez près ! Quelle catastrophe ce mec !