Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Est-ce la fin de la maison des anciens combattants à Savigny-sur-Orge ?

Qu’est-ce que ça m’amuse ces anciens combattants gauchistes qui prennent la défense des maires et conseillers départementaux de droite, lorsque ceux-ci sont chargés du monde combattant, parce qu’ils ont tout intérêt à bien se faire voir du pouvoir ! Ça ne fait que me confirmer que les associations d’anciens combattants sont davantage des groupes de pression, que des clubs de gentilshommes défendant l’Histoire et des valeurs.

Je me rappelle des vœux 2017 à Savigny-sur-Orge, qui suivaient de deux mois l’installation de la maison des anciens combattants à Savigny, à l’emplacement de l’ancienne maison de la Justice et du droit ; et à laquelle inauguration je m’étais vu refuser l’accès !

Que n’avais-je eu le malheur d’écrire dans mon tract de vœux qu’on aurait d’abord pu faire autre chose de cet endroit, et de suggérer par exemple une maison de santé, qui me semblait autrement plus nécessaire, même si effectivement le lieu est quand même très petit !

Et donc j’avais eu les combattants de gauche qui m’étaient tombés dessus, René POUSSARD de l’UFAC en tête, pour me dire que je m’en prenais aux anciens combattants, et qu’il leur fallait un lieu pour se réunir, et pour stocker leurs archives, et leurs drapeaux, et bla bla bla…

Ben, leur maison des anciens combattants n’aura pas tenu deux ans ! Je ne sais cependant pas si MEHLHORN leur a prévu un lieu de repli, mais cela semble difficile, car il paraitrait qu’il n’y a plus aucune autre salle partout (elles seraient toutes remplies par nos élus travailleurs)

Parce qu‘il est inscrit à l’ordre du jour de la prochaine séance du Conseil municipal de ce mercredi 20 juin 2018 qu’on va en vendre le terrain à VINCI, pour faire un petit immeuble de logement social (l’emplacement s’y prête mais pauvres riverains de la rue des buissons…)

Bref, les anciens combattants, c’est bien fait pour vos gueules de vous être ainsi soumis à MEHLHORN, et ne comptez pas sur moi pour vous défendre sous ce mandat.

Mais alors, gna gna gna, où est-ce que vous allez vous réunir, et stocker vos archives, et vos drapeaux, gna gna gna ? Vous l’aimez toujours autant, votre MEHLHORN, après ce coup bas ? Vous offrir une maison, puis vous la reprendre !

C’était quand même pas que pour que vous votiez RÉDA aux législatives, parce qu’on sait quand même bien que vous voterez ESTIVILL aux prochaines municipales !

Donc si je suis élu maire, vous trouverez avec moi une place en mairie pour vos affaires, et pour vos réunions, parce que c’est notre maison commune, et donc aussi la vôtre ! Mais vous n’aurez pas un lieu particulier pour vous distinguer, parce que cela contrevient d’une certaine manière à l’égalité républicaine, et que je ne veux pas créer des maisons pour chaque corporation !



Publicités

Le Parquet général confirme le classement d’une de mes plaintes contre MEHLHORN pour prise illégale d’intérêts lors du vote de la protection fonctionnelle

Comme je savais que c’est ce qui allait arriver, je n’ai pas attendu de recevoir ce papier pour porter plainte en me constituant partie civile. Sauf que ça fait quatre mois que les mecs étudient mes revenus pour me fixer le montant de ma consignation, comme si ça emmerdait la Justice en Essonne de devoir poursuivre un élu, avec possiblement l’obligation de demander une peine d’inéligibilité… Au pire, on demandera le dépaysement !

Donc la Loi dit qu’un élu n’a pas le droit de voter une délibération qui l’intéresse personnellement, et que c’est susceptible d’annuler l’acte administratif, et de valoir des poursuites pénales à l’élu. À Savigny, MEHLHORN a présenté le point, a mené les débats et a voté la délibération. Mais prenant conscience de son erreur, il a finalement annulé la délibération, ce qui ne devrait pourtant pas être motif à annuler les poursuites, en tant que la Loi a bien été enfreinte !

Or, je constate que la Justice est plutôt frileuse à s’attaquer à un élu, et qu’elle me dira que MEHLHORN n’a pas pris illégalement des intérêts parce qu’il a retiré la délibération. Sauf qu’il s’est quand même servi du principe de cette dernière pour régler deux factures pour un peu plus de 1000 euros ! Donc je ne lâcherai pas, et si ma constitution de partie civile devait être rejetée, alors j’irai devant la Chambre de l’instruction pour réellement avoir tout tenter !




La concertation, dans la rénovation de Grand-Vaux, résumée en une image

Sept croix rouges ! Regardez donc, ma bonne dame et mon bon monsieur, comme a été productive la concertation des habitants de Grand-Vaux, pour la rénovation de leur quartier. Les gens ont bien participé en supprimant des constructions qu’ils n’avaient en l’occurrence pas demandées… C’est tellement grossier qu’il va bien se trouver des gens pour se féliciter de cela, du genre de Pierre GUYARD (ça c’est gratuit) qui se félicite de tout !


En fait, c’est exactement comme les négociations syndicales. Le Gouvernement dit qu’on va nous prendre 500 euros d’impôts en plus. Les syndicats gueulent un coup et se mettent en gréve, et le Gouvernement dit qu’il ne prend plus que 400 euros. Et tout le monde fait la fête parce qu’on a gagné 100 euros. Ben non, mon con, on en a perdu 400 ! Sauf qu’il faut remplacer le gouvernement par l’ANRU, les syndicats par la population et les euros par des logements !

La concertation, pour la rénovation de Grand-Vaux, n’aura rien été d’autre qu’un appel à la terreur permanent à base de menaces pour les copropriétaires (parce que l’avis des locataires , on s’en fout, parce qu’ils sont pauvres) : on va construire sous vos fenêtres, on va supprimer vos arbres… Et puis les gens ont participé de fait, en disant qu’ils n’étaient pas d’accord avec ce projet. Et on a intégré ces désaccords en les interprétant comme de la concertation.

Donc je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie, mais quand même. C’est depuis 2015 qu’on annonce, avec mon ami Jean-Marie CORBIN que c’est comme cela que ça allait se passer ! Et que toutes les concertations se passent, avec des projets imposés par le haut…

Pour le reste, peut-on considérer qu’il y a eu de la concertation quelque part ailleurs ? Quand à cette nouvelle concertation qui commence en juin, alors que MEHLHORN a écrit qu’elle était finie en avril, je ne comprends pas à quoi elle sert, sinon à dire qu’on fait de la concertation !

Enfin, que dire de la maison du projet qui n’est toujours pas ouverte, alors que le maire avait dit deuxième semaine de juin, et qu’elle devait être terminée en avril !!! Là encore, un lieu de concertation qui ne sera qu’une très chère vitrine d’un projet qui n’est pas celui des habitants…




Savigny-sur-Orge : le retour du repérage des habitations avec les étiquettes Serrurerie

Pas de chance pour lui, j’ai réussi à en choper un dans mon quartier. De phénotype pakistanais, il me répondait en anglais quand je lui parlais en français. Il s’est excusé et il est parti, arrêtant de coller ses petites étiquettes contenant le téléphone d’un super-serrurier, ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (genre le mec, il ne dort jamais !).

Je vous invite à décoller ces étiquettes au plus vite, car il s’agit d’une technique de repérage du niveau d’occupation de vos pavillons. Si vous retirez l’étiquette, c’est que vous êtes là !

Mais si vous ne le faîtes pas, c’est possiblement que vous n’êtes pas là ; et on pourrait profiter de l’été, et de vos possibles vacances, pour vous visiter. Retirez-là quand même par précaution.

Pas la peine non plus d’essayer d’appeler le numéro ; soit on ne vous répondra pas, soit c’est un numéro surtaxé (j’écris cela mais combien vont essayer et puis revenir en disant qu’ils n’ont eu personne, parce qu’ils voulaient vérifier ?). Vous êtes prévenus !

À Savigny-sur-Orge, ils ont couvert au moins le quartier des Gâtines, de Clair-Village et des Fleurs ce mercredi 13 juin 2018. Et ils devraient continuer dans la ville et les environs (Épinay, Juvisy…), en prévision des prochains départs estivaux.

Juste pour l’anecdote, aux Gâtines, il y a un groupe qui a adhéré aux Voisins vigilants, avec panneaux et tout. Leurs boîtes aux lettres n’ont pourtant pas échappé au collage. Ont-ils pour autant réussi à surprendre le colleur ? Je suis tombé sur lui à 12 h 57.