Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Vœux du maire 2020 à Savigny-sur-Orge : on ne sait toujours pas si Éric MEHLHORN est candidat…

Qu’importe, nous le saurons sûrement dans la semaine du 13 janvier. Il est temps parce que le dépôt des listes commence le 13 février…

MEHLHORN veut donc faire une campagne comme SARKO en 2012.

Celle qui a fini qu’il a quand même perdu et qu’il a explosé son budget de campagne, ce pourquoi il sera ensuite condamné, à la fois pour avoir dépassé les plafonds autorisés, mais surtout pour avoir fraudé avec Bygmalion.


En fait, j’ai écrit vœux du maire mais j’aurais mieux fait d’écrire vœux de la Région.

PÉCRESSE était là. RÉDA aussi. DARCOS et DELAHAYE encore. VERMILLET et VILAIN pour boucler la boucle.

Mais personne du Département. (Sûrement tous à Disneyland), ni personne du Territoire.

550 personnes environ. Loin des 1000 de janvier 2015… Tu enlevais les invités de MEHLHORN des autres villes, et les candidats en campagne, et tu n’avais plus grand monde de Saviniens.

Et donc a eu du PÉCRESSE pendant 30 minutes pour nous dire que la Région agissait pour Savigny, au niveau du T12 (celui qui ne passera pas à Savigny), ou de la RN20 (celle que je prends à Longjumeau)… Ou aussi quand elle nous annoncé qu’il y aurait un mur anti-bruit le long de l’autoroute A6, qui est aujourd’hui fini…

Mais au moins parlait-elle sans notes, contrairement à notre MEHLHORN qui a tenu 15 minutes en ânonnant difficilement un discours dans lequel il nous avait promis de ne pas faire de bilan, mais qu’il a fait quand même… Et puis surtout nous avons échappé à un discours de RÉDA.

PÉCRESSE nous a appris que nous n’aurons plus à acheter nos manuels scolaires dans nos lycées. Je n’ai jamais payé les miens pour ma part. Parce que nous aurions désormais des tablettes numériques, commandés en 2019 pour septembre, mais arrivées en novembre…

Et aussi que nous allions avoir plus de RER en 2020. C’est pas compliqué qu’il y en ait plus qu’avec la grève ; puis comme on en aura plus que 4 par heures en 2022, c’est provisoire.

Naturellement, pas un mot sur les JO 2024 qui vont ruiner la Région, ni la moindre remise en cause de sa politique de Transports, qui ferait qu’on pourrait habiter dans l’Yonne ou dans le Loiret et travailler en Essonne sans mettre 2 heures pour venir.

Ah si, quand même, elle va payer des utilitaires électriques aux artisans à hauteur de 5000 €. Ils n’auront plus qu’à avancer les 25 000 € restants…


Je ne dirais rien d’autre sur le discours de MEHLHORN : il est Monsieur Parfait !

Avec des vertus curatives pour son discours comme pour celui de PÉCRESESE puisque Réjane MALGUY a pu rester debout pendant 1 heure 15, quand elle doit se garer sur la Place Davout pour ne pas la fatiguer à cause de son handicap.

Tellement parfait notre maire qu’il trouve ses opposants exemplaires, mais qu’il ne les a pas invités à venir chanter la Marseillaise.

J’ai ressenti qu’il savait qu’il avait perdu, et qu’il l’avait sinon compris ce soir.

Ah, puis je n’ai rien dit du retour de SPICHER qui m’a souhaité de gagner puisqu’elle m’a souhaité une bonne année 2020.

À défaut de parler de la candidature de MEHLHORN, les Saviniens parlaient au moins de la nouvelle coupe de SPICHER.


Je finis avec une proposition. Quand je serai maire, et comme à la Métropole, chaque groupe politique du Conseil municipal aura un petit temps d’expression pour présenter ses vœux à la population.

Mais peut-être, et j’écris cela ironiquement, qu’il n’y aura pas besoin d’un si grand espace, si je n’envoie pas des invitations nominatives aux élus voisins comme MEHLHORN, et à certains Saviniens mieux que d’autres. Et surtout, si par exemple, j’écris « Janvier sans alcool ». À voir…



La fin de l’amende SRU à Savigny-sur-Orge : le préfet lève son arrêté de carence en logements sociaux

À nouveau pour prendre MEHLHORN de court à ses vœux ce soir.

Nul doute qu’il le présentera comme une bonne nouvelle, parce que c’est une économie ponctuelle de 1 million € (200 000 euros en 2020 et 400 000 euros en 2021 et 2022), qu’il était cependant possible de flécher ainsi qu’on l’a vu. (Nous la provisionnerons en vue de la suite.)

Mais cela acte surtout l’autorisation de construction de 486 logements sociaux (le double en réalité puisqu’il n’y a, sauf cas particuliers, pas plus de moitié de logements sociaux dans les opérations immobilières), au détriment de la qualité de vie de la Commune (plus de bouchons donc plus de temps perdu, des classes à 31 élèves…).

Pour une amende qu’on recommencera de toute façon à payer après 2022 sauf à être capable de pouvoir autoriser à bâtir 800 nouveaux logements sociaux dans les trois ans à venir. Puis 800 autres entre 2022 et 2025.

En attendant, Savigny a toujours perdu son droit de préemption urbaine, et la maîtrise de son contingent communal, toujours géré par la DDCS (la Direction départementale de la cohésion sociale, qui est un service de la préfecture).

C’est une course sans ligne d’arrivée, à laquelle a choisi de participer MEHLHORN, au détriment de la qualité de vie des Saviniens. Je ne suis pas de ceux qui veulent y participer.





Savigny-sur-Orge : bientôt de nouveaux immeubles de logements sociaux au 6, rue Chamberlin et aux 6 et 7 Grande-Rue

Au 1er janvier 2016, le droit de préemption urbain, permettant à la Commune de se positionner prioritairement pour acquérir un bien immobilier, a été transféré au Territoire, qui l’a ensuite rendu aux communes membres de l’EPT.

C’est dans ces conditions que la soumise Commune de Savigny-sur-Orge a décidé de signer une convention d’intervention financière avec l’Établissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF), revenant à lui transférer ce droit.

En conséquence, l’EPFIF achète des terrains saviniens sur lesquels elle espère faire pousser plus de logements sociaux. En l’occurrence au 6, rue Chamberlin et aux 6 et 7 de la Grande-Rue. Mais c’est le prochain maire qui décidera ou pas d’accorder les permis de construire !