Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Savigny-sur-Orge : trois questions sur l’emprunt de 3 millions € à 1,18 % fixe

Enfin ! Alors que les taux des prêts aux collectivités ont connu leurs records de faiblesse en 2015, Savigny se met à emprunter 3 millions € à 1,18 %, après n’avoir rien emprunté en 2016 (alors que les taux étaient autour de 0,8 à 1 %) ; et au taux exorbitant de 3,25 % en 2015 parce qu’on rachetait nos emprunts toxiques plutôt que de les attaquer en Justice. Mais paradoxal pour une municipalité qui voulait réduire l’emprunt au strict nécessaire !

Alors ne vous laissez pas avoir ! La municipalité va vous dire que c’est grâce à sa fabuleuse gestion qu’elle peut désormais emprunter à ce taux-là. C’est parfaitement faux, elle aurait pu le faire dès 2014 sauf qu’elle n’avait alors aucun autre projet idéologique que de désendetter massivement la Ville en vue d’une annonce dans son bilan en 2020. Moyennant quoi, nous étions à 38,7 M € de dette en 2014 pour arriver à 32,9 M € en 2017, et nous repartons à 35,9 M €…


Première question : Le plan pluriannuel d’investissement (PPI) de Savigny est-il viable ?

Ils ont fermé des services publics en 2015. Ils ont décidé d’augmenter les impôts en 2016. Ils veulent dépenser 6 M € par an à partir de 2017. Mais dès la première année, ils sont obligés d’emprunter pour trouver la moitié de la somme… Même si nous aurons plus de 9 millions € dans les recettes d’investissements en 2017, le PPI ne se maintient que parce qu’il y aura une reprise des sommes inscrites mais dont les dépenses restent à réaliser d’une année sur l’autre.


Deuxième question : La politique de désendettement du maire est-elle utile ?

Non parce que personne ne rembourse ses dettes. En fait, ils espéraient revenir à 25 millions € de dette en 2020 pour dire avoir désendetté la ville d’1/3 de ses créances donc ils ont chargé la mule par idéologie en choisissant de rembourser au-delà des capacités. Mais à ne pas investir dans des outils créateurs de richesses, ce désendettement ne sert à rien puisqu’on doit réemprunter, et nous pénalise puisqu’il nous coûte plus cher à court terme sans gains à long terme.


Troisième question : Ne retrouvons-nous pas les mauvaises pratiques du précédent mandat ?

En 2010, Laurence SPICHER augmentait fortement les impôts, et pouvait le faire grâce à l’abstention d’Éric MEHLHORN et de sa bande. Puis à partir de 2011, elle accomplissait en moyenne 3 millions € d’emprunts tous les ans, passant la dette de 26 M € à 38 M €. Éric MEHLHORN, du fait de la baisse des dotations, repart dans un tel cycle dispendieux, et le prochain maire, quel qu’il soit devra réaugmenter les impôts en 2022 pour stabiliser son budget.


Je ne comprends pas ce qu’il y a de droite à refuser le libéralisme, et à utiliser toutes nos ressources pour désendetter des emprunts hauts, plutôt que de financer tous nos autres investissements par des taux très bas, en utilisant cet argent pour créer de la richesse ; pour qu’une fois que l’économie générale soit rétablie et que des gains productifs soient attendus chaque année, on puisse effectivement désendetter. En fait, ils ont fait l’inverse de la logique économique.




Fibre optique de Savigny-sur-Orge : le mémoire en Défense de la commune

À peine ai-je produit mon mémoire en réplique dans l’affaire de la compétence PLUI du GOSB transféré de Savigny, que je me retrouve à devoir écrire un autre mémoire en réplique sur l’affaire de la fibre optique. Vous trouverez plus bas le recours de Savigny de 25 pages accompagné de 30 pages de documents dans lequel je me fais démonté de bout en bout, pour qu’à la fin, on ne me réclame pas moins de 5000 € de frais de Justice.

La Justice me laisse 30 jours pour répondre parce qu’apparemment, j’ai fait tellement de bêtises qu’ils estiment pouvoir rejeter ma requête de suite. Rappelons cependant que l’avocat de la ville n’a mis que 13 mois pour produire son mémoire, quand l’usage lui laissait 60 jours… Bref, on va essayer de sauver les meubles, rappeler notre amateurisme dans l’amateurisme des recours (c’était mon premier référé) et essayer de faire triompher le fond sur la forme.

Je rappelle trois éléments scandaleux pour les Saviniens :

  • SFR nous promet dans son contrat de nous installer le très haut débit par la fibre optique, mais il nous installe comme technologie de raccordement du FTTB, et non de la FTTH. Alors certes, la notion de très haut débit est temporairement atteinte (tant qu’il n’y a pas trop d’utilisateurs), mais nous sommes deux à trois fois en dessous des capacités de la fibre.
  • Nous avons payé 753 580 € de pénalités pour rompre un contrat d’entretien du réseau câblé de Savigny, dont l’opérateur ne s’occupait plus depuis des années, ce sans quoi il aurait dû procéder à certaines modernisations qu’il s’est épargnée.
  • Avec un tel système de fibre, au lieu du réseau câblé, qui passe par les mêmes câbles coaxiaux de la télévision, le débit est priorisé pour les chaines TV mais pas pour l’internet et ce qui consomme en débit du genre de Netflix et Youtube.

Pour l’instant, les Saviniens se plaignent surtout des services de la fibre de SFR en ce qu’on ne leur a pas proposé l’offre Red qui passe partout à la télé. Moyennant quoi soit SFR leur facture l’installation après coup, soit ils leur promettent de résilier leur précédent abonnement et ne le font pas, soit le débit n’est pas aussi élevé qu’espéré. Je vous propose pour finir l’exemple donné par ce colistier de la liste du maire qui semble mettre en cause une réalisation de son maire !


Le mémoire en défense de la Ville de Savigny-sur-Orge

Plus je le relis, et plus je me rassure. Mais c’est du droit commercial que je ne maîtrise pas…



Vos questions : Pourquoi Savigny massacre-t-elle ses marronniers ?

Pourquoi le Conseil municipal et l’intercommunalité font-ils enlever tous les marronniers de l’avenue éponyme ? Envisagent-ils ensuite d’en changer le nom, par exemple pour lui donner celui du maire ? Risque-t-on sinon de perdre des places de stationnement ? Pourquoi les riverains n’ont pas été consultés sur les projets ?

La compétence relative aux arbres d’alignement appartenant à la seule Ville de Savigny ; l’intercommunalité n’est pour rien dans cette décision. Le Grand-Orly Seine Bièvre participe uniquement au financement des travaux parce qu’ils concernent notamment la voirie et les réseaux, qui sont des compétences intercommunales.

À vrai dire, ce n’est pas non plus le Conseil municipal à proprement parler qui a décidé de l’arrachage de ces arbres puisqu’il n’a voté aucune délibération sur le sujet. C’est une décision du maire, seul, par délégation de pouvoir, laquelle décision n’a pas été contestée par les autres élus lorsque le maire a eu à leur en rendre compte.


La vraie raison du remplacement des marronniers est que leurs racines défoncent les trottoirs, gênant la circulation des poussettes et des personnes à mobilité réduite.

Mais si on ne s’en préoccupe réellement que maintenant, c’est parce que ces travaux s’inscrivent dans un ensemble visant à moderniser les réseaux, remplacer les canalisations, ou encore installer les fameuses LED aux lampadaires, qui sont censées permettre des économies d’énergie.


Je ne sais pas s’il y aura moins de place de stationnement à la fin des travaux. Je le redoute cependant, vu qu’ils en suppriment dans la plupart des rues de Savigny.

Ils le font sinon automatiquement à partir du moment où ils modifient la taille des trottoirs en le rallongeant d’un côté et en le raccourcissant de l’autre. J’avoue cependant ne pas savoir si ce sera le cas ici.


Enfin, la consultation de la population est un mode de gouvernance que l’actuel maire ne connaît pas. Ne croyez cependant pas qu’il est lui aussi mis devant le fait accompli car tout est décidé des mois voire des années à l’avance…



 

Survols aériens et hypocrisie des Saviniens

Aujourd’hui, mardi 25 juillet 2017, LE sujet de conversation à Savigny-sur-Orge est naturellement et inévitablement celui des survols aériens. En cause, six semaines de travaux sur la piste 4 d’Orly qui force à l’utilisation de la piste 2, dont les couloirs aériens passe juste au dessus de notre belle ville, dans laquelle tant de gens se sont installés pour être près de l’aéroport, sans en subir les nuisances. Du coup, ça fait beaucoup la gueule !

Soudainement, alors que c’est seulement la deuxième année de travaux (sur trois), les gens découvrent, se réveillent, et ils trouvent que c’est scandaleux, et ils demandent un dédommagement, parce que là, ils font semblant de s’intéresser à leur argent, quand le reste de l’année, ils ferment leur gueule alors que les impôts comme le prix des services publics explosent. Et plus que tout, ils ont même des solutions inédites pour décaler voire pour supprimer ces travaux…

Iront-ils jusqu’à écrire leur mécontentement par mail à Aéroports de Paris (environnement.orly@adp.fr), sinon à le faire savoir au maire de la commune, qui s’en fout, puisqu’il est en vacances du 17 juillet au 21 août, mais qui reviendra les derniers jours pour pouvoir parler doctement du sujet ? Bien sûr que non, parce que ce sont des soumis ; dans un autre genre, les premiers à crier « Je suis Charlie », mais à ne surtout pas critiquer l’islam au nom de la paix sociale.

Mais que faisaient-ils tous ces gens lorsque les associations environnementales et les citoyens vigilants annonçaient ces travaux, disant notamment qu’on aurait très bien pu les faire à une autre période que celle d’un mois d’été (mai-juin ou septembre-octobre) ? Après tout, et puisqu’ils ont élu RÉDA député qui voulait absolument qu’ils aient lieu au milieu de l’été, c’est qu’ils sont d’accords. Pourquoi donc la ramènent-ils après coup ? Juste pour le plaisir de râler ?

Le jour où les Saviniens voudront réellement agir contre les survols, ils prendront 20 minutes de leur précieux temps, et ils feront un joli courrier papier exprimant leur mécontenement ; et quand ADP recevra des centaines de milliers de courriers des Essonniens, alors ils limiteront strictement les survols en période de travaux. Or, comme les Saviniens recherchent juste un sujet de discussion pour pouvoir se plaindre, je préfère les ignorer en refusant d’entrer dans leur jeu !

Personnellement, j’écris à ADP pour lui dire que je préférerai qu’ils trouvent une autre période ; et devinez quoi : outre qu’ils ne me répondent, cela ne sert à rien. Ben oui, je suis un des rares cons à le faire (allez, on doit être quelques centaines). Mais je dis aux gens de le faire, et peut-être qu’un jour… Mais bon, j’ai peu d’espoir quand je vois que les gens suivent MACRON pour rénover la démocratie plutôt que de s’engager individuellement au service du bien commun…

Au moins, j’essaie de ne pas rajouter du bruit au bruit ; et de profiter ainsi du rare silence d’environ 1 minute et quelques secondes , entre chaque survol ! Et j’invite sincèrement toutes mes connaissances à s’engager plutôt qu’à gaspiller leur énergie à se plaindre !