Archives du mot-clé Savigny-sur-Orge

Taxe d’habitation 2020 : je dénonce la malhonnêteté intellectuelle du Gouvernement

« Sans la réforme nationale, le montant de ma taxe d’habitation serait de 2 333 euros. »

Voici ce que je peux lire sur mon avis d’imposition sur la taxe d’habitation 2020.

Sauf que c’est rigoureusement faux !!!

Puisque mon revenu fiscal de référence est de 5000 € pour l’année 2019.

Donc que sans la réforme nationale, ma taxe d’habitation, allégée en fonction de mes revenus, serait d’environ 200 euros, à peu près comme en 2019.

En conclusion, MACRON, tu peux continuer à prendre les Français pour des cons ; et aussi à te montrer plus ferme avec les gens qui sortent sans attestations qu’avec les terroristes islamistes.

Mais moi, tu ne me trompes pas.

Je sais que tu me fais économiser 200 euros, mais pas 2300 euros, soit seulement 8,7 % de la somme que tu prétends m’avoir fait gagner.

Et pour un banquier, je trouve vraiment que tu n’es pas très malin avec ta réforme démagogique, qui coûte plus cher aux Français, par rapport à tous les mécanismes de compensation qu’il faut ensuite appliquer pour rééquilibrer les finances des collectivités…



Au passage, le seul avantage d’avoir peu de revenus : mon exonération de CFE (cotisation foncière des entreprises).



Je m’amuse aussi que l’administration fiscale considère que changer le mot de passe de mon espace professionnel sur le site des impôts signifie que je porte de l’intérêt à ses services. J’y suis juste contraint comme tous les autres gens…           



Faut-il dire aux Juvisiens que leur premier adjoint au maire, Sébastien BÉNÉTEAU, habite toujours à Savigny ?

C’est amusant, parce qu’en pleine période de confinement, mais déjà avant, je vois quotidiennement passer devant chez moi, soit la femme de Sébastien BÉNÉTEAU, soit celle-ci avec Sébastien BÉNÉTEAU. Mais que peuvent-ils faire hors du kilomètre de permission de sortie autorisé, si ce n’est que BÉNÉTEAU habite encore dans ma rue ?

Sébastien était le plus fin de la bande à MEHLHORN. C’est à dire qu’il était parfaitement conscient de ce qu’il faisait en tant que maire-adjoint. Et la plus grande preuve de son intelligence, est que sachant Savigny perdue avec MEHLHORN, il a sauté sur l’occasion pour retourner à Juvisy, ramenant avec lui également la juvisienne Delphine DARBONNE.

Beaucoup chez les LR de Savigny auraient aimé que Sébastien reprenne le flambeau après MEHLHORN et accessoirement ne comprennent pas ce choix de faire d’Alexis TEILLET le successeur ; et quel successeur puisqu’il ne sera que troisième sur la liste d’union de la fausse droite menée par l’UDI Alexis IZARD. Ils espèrent, me disent-ils, que Sébastien reviendra.

Mais encore faudrait-il, pour que ce garçon de RÉDA (RÉDA boy) revienne qu’il commence par partir. Peut-être donc est-il juste en train de prendre de l’expérience à Juvisy, mais il ne sera en tout cas pas simple de contrarier les plans du patron qui a partagé ainsi les places et continue d’essayer de faire connaître TEILLET aux Saviniens en tournant régulièrement avec lui…

Dans tous les cas, je ne trouve pas honnête intellectuellement d’aller se faire élire premier adjoint au maire d’une ville dans laquelle on ne réside pas, quand bien même on la connaît très bien. Il s’agit typiquement d’une action de « recasage » de copain et je trouve que ce n’est pas très bon signe pour la démocratie. En tout cas, je n’aurais donc pas voté pour une telle liste.



Vivons Savigny Autrement censuré par DEFRÉMONT et COUTINHO en sa tribune du Mag papier n°11 de novembre 2020

Je précise sur la version papier uniquement (celle qui est lue par les gens), parce qu’après une gueulante de ma colistière Christine de RUFFRAY, ils ont quand même décidé d’intégrer la tribune dans la version numérique du Mag, ce qui signifie, puisqu’ils l’ont fait, à la fois qu’ils reconnaissent que nous leur avons fait parvenir une tribune dans les délais et donc qu’ils admettent nous avoir volontairement censurés !!! Pourquoi le ferait-il autrement ?

Comme par hasard, de ce qu’ils nous a été répondu, ils n’auraient pas reçu notre courriel contenant la tribune parce qu’on l’aurait envoyé pile au moment de la maintenance informatique du serveur mail de la commune. Quelle coïncidence ! Vraiment pas de chance !

Qu’ils s’abstiennent cependant bien de penser qu’on va en rester là. Nous allons demander un erratum dans le prochain bulletin, et je pousse mes colistiers à déférer toute décision de refus du maire près le Tribunal administratif, en bon mercenaire du droit.

  • Si vous êtes victime, appelez-moi, je vous défendrai.

  • Si vous n’êtes pas victime, appelez-moi quand même, je vous trouverais bien un truc !

Ce qui est pénible est que cela donne l’impression qu’on ne bosse pas et qu’en fait, la liste était juste au soutien de ma personne, et que maintenant que je suis parti, personne n’en a plus rien à faire de rien…


Au stade des investigations, et vu l’accueil qui a été faite à ma colistière au téléphone du service communication (parce que dans toutes les autres communes, les tribunes d’expression libre sont gérées par le cabinet du maire sauf à Savigny où en l’absence de leadership du nouveau cabinet du maire de gauche, par ailleurs composé d’un membre qui était dans celui du maire de droite, c’est le service communication qui gère les tribunes politiques), il s’agirait selon moi d’une petite vengeance personnelle de Caroline COUTINHO, vous savez la fille d’Anne-Marie GERARD.

Anne-Marie GÉRARD, à cause de qui MEHLHORN a perdu l’élection parce qu’elle lui a fait mettre à dos presque tous les parents d’élèves, à l’exception assez notable de certains représentants de la PEEP.

Il faut bien dire que MEHLHORN n’avait obtenu les voix des parents d’élèves en 2014 que parce qu’il refusait illégalement d’appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Et puis ces mêmes fragiles de parents qui me disaient pendant la campagne municipale de 2020 que jamais ils ne voteraient pour moi parce que refuser le bétonnage est illégal.

Ça me fait d’ailleurs penser à un soutien de MEHLHORN, un certain BADESSI, qui m’envoie des mails incohérents et illogiques dans lesquels on comprend qu’il veut du logement social à Savigny mais que sur le Boulevard et surtout pas dans son quartier.


Bref, il se passe en 2020 pour DEFRÉMONT ce qui s’est passé en 1983 pour MARSAUDON. Les survivants de l’ancienne équipe font tout ce qu’ils peuvent pour l’emmerder. Et si au passage, ils peuvent me taper dessus, alors ils ne s’en privent pas.

Et alors qu’on pourrait se demander ce que COUTINHO fait encore là, il faut savoir que la dame attend en fait l’issue du recours en annulation des municipales pour lequel je suis pour l’instant le seul à avoir apporté les preuves des fraudes électorales (j’en suis à six mémoires en défense).

Bref, c’est super schizophrénique parce qu’elle me déteste mais qu’elle doit quand même miser sur moi pour espérer voir ces élections invalidées et garder son poste, planqué à Savigny, dans lequel elle fait preuve d’un amateurisme certain en tant qu’elle n’est même pas capable d’accuser réception des courriels qu’on lui envoie. Enfin bon, on sait comment elle a eu le poste et qu’ils ont dû d’ailleurs dégrader la qualification de son poste pour lui permettre d’y accéder…

Enfin, il ne faudrait pas trop vite exonérer DEFRÉMONT de ses responsabilités au vu de la loi du 29 juillet 1881. Il est directeur de publication. Il a validé le bon à tirer. Il s’est bien gardé de chercher à comprendre pourquoi la tribune n’était pas parvenue alors qu’il était le premier à reprocher à MEHLHORN de faire cela. Cet homme devient vraiment odieux et puant, et je pense qu’un petit courrier au préfet et au sous-préfet, notamment pour raconter comment COUTINHO et REGGIANI accueillent les doléances de ma colistière, va le calmer un peu.


Voici donc la version numérique du Mag avec notre tribune.


Et voici notre tribune.



Injures publiques : Olivier VAGNEUX a porté plainte avec constitution de partie civile contre Georges DURAND

À ce propos, je me rendais au Tribunal notamment pour contester une nouvelle ordonnance d’irrecevabilité de partie civile. Et arrivé à l’accueil du Tribunal, ils appellent le service pour dire que je vais monter. Et la greffière, qui demande dans le téléphone, si c’est Monsieur VAGNEUX. Il faut dire que le motif pour lequel ils ont rejeté ladite plainte est non seulement inexistante aux articles visés mais en plus inapplicable au litige…

Bref, j’ai expliqué dans ma plainte que j’avais essayé de faire citer DURAND à comparaître mais qu’aucun huissier d’Évry-Courcouronnes n’avait voulu signifier mes écritures.

J’ai rappelé qu’il est de jurisprudence constante de la Cour de cassation que l’injure publique entre dans les prévisions de l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881, même si elle est présentée sous une forme déguisée ou dubitative ou par voie d’insinuation.

Dans cette affaire, DURAND a parlé de moi comme ce « grand connard de V****** ».

Et puis j’ai mis quelques autres commentaires de DURAND me qualifiant également d’individu nuisible à la société, irrécupérable, pour lequel il réclame l’utilisation d’un avis de recherche ou d’une prérogative de la puissance publique en vue de son internement dans un centre psychiatrique.

Bref, je demande juste qu’il arrête, et je penser malheureusement qu’il n’y a que cela pour le calmer. Donc ça y est, c’est fait. Je me suis constitué partie civile.