Archives du mot-clé Robin RÉDA

Pourquoi les politiques veulent interdire les listes communautaires aux élections, et pourquoi MACRON ne le veut pas ?

La première réponse est parce que des listes communautaires leur piqueraient un réservoir électoral, souvent décisif, qu’ils se constituent en allant se prostituer auprès des musulmans.

La deuxième réponse est parce que MACRON a bien compris que les listes communautaires ne représentaient pas encore une menace électorale conséquente (un maximum de 5 %), et qu’il trouve le beau rôle auprès d’un électorat musulman en tenant ces propos, pour que ce dernier se reporte globalement sur lui dans des seconds tours.


Je pense que les Français ne croient pas à l’existence d’un vote musulman, parce qu’il n’existe pas de vote catholique, ni même de vote juif. Et même si 100 % des musulmans ne votent pas d’un bloc, une partie des musulmans est effectivement prête à soutenir un candidat commun lequel irait dans le sens de leurs intérêts religieux.

Ainsi, il est possible que Christine RODIER n’aurait pas gagné les élections municipales de 2014 à Athis-Mons si elle n’avait pas promis la construction d’une mosquée, par l’intermédiaire de l’Association bienfaisante des Portes de l’Essonne, et de leur interlocuteur en mairie, le maire-adjoint Omar EL MOURABET. Cette association se vante en effet d’avoir rapporté 500 voix à RODIER, alors que celle-ci a gagné avec 226 voix d’avance sur la gauche.

De la même manière, il est possible de penser que Robin REDA n’aurait pas gagné avec un tel écart aux législatives de juin 2017, voire n’aurait peut-être pas gagné, s’il n’était pas venu draguer les musulmans de Savigny et d’Athis, en mettant bien en avant son égyptianité.

Et dans ces moments, REDA n’a pas les mêmes scrupules à se faire élire par un électorat communautaire qui « menace la sécurité de nos villes et la cohésion entre les Français »

À Savigny-sur-Orge, la situation est tout aussi complexe avec d’autres distinctions qui rentrent en compte, par exemple l’opposition entre les musulmans de l’Orge (Prés-saint-Martin) et les musulmans de l’Yvette (Grand-Vaux).

À ma connaissance, le vote communautaire est essentiellement partagé entre Éric MEHLHORN qui a permis une illégale extension du centre culturel musulman revenant à en tripler ses capacités, et David FABRE qui a toujours fait du clientélisme religieux.

Mais c’est Bernard BLANCHAUD qui revendique en fait d’avoir les « vrais musulmans » avec lui, parce que les Saviniens arabes qui soutiennent VAGNEUX seraient des faux-musulmans…


Et tout ce petit monde serait bien embêté qu’une liste communautaire musulmane se mette en place parce qu’une partie d’un électorat, qu’ils croient capter plus ou moins, leur échapperait alors, lequel pèse quand même 5 % dans certaines villes.

Le calcul de MACRON est nul parce qu’effectivement, la liste communautaire musulmane ne représentera pas de danger dans les sept années restantes de son mandat.

Mais malgré tout, on voit que des musulmans s’organisent, toujours pour copier un fantasmé parti chrétien démocrate. Et il ne serait pas illogique que leurs scores augmentent effectivement, en fonction de plusieurs critères.


Globalement, j’en conclus donc que les politiques sont globalement des salauds parce qu’ils prétendent s’opposer aux listes communautaires au nom de la laïcité, alors qu’ils le font au nom de leurs intérêts électoraux personnels.

Et MACRON ne vaut guère mieux car il refuse d’interdire ces listes, et je le rejoins néanmoins sur cette interdiction qui préjugerait a priori de comportements néfastes, juste dans un intérêt électoral immédiat et court-termiste.

Avec toujours ce problème qu’on n’a pas de solutions à l’intégration, et qu’on refuse dans le même temps de voir qu’il y a quand même un problème à ce que des citoyens veuillent aujourd’hui se réunir dans des listes religieuses ; la démocratie-chrétienne en comparaison étant un mouvement politique et social, se réclamant de l’héritage de la doctrine de l’Église, davantage qu’un mouvement religieux rassemblant des chrétiens pour agir pour les chrétiens.




Scandale : Robin RÉDA présente sa femme en tête de liste à la mairie de Juvisy

Ce n’est pas pour me vanter parce que ce n’est ABSOLUMENT pas mon genre, mais je l’avais quand même annoncé dans un article du 03 juin 2019, comme quoi mes sources étaient très bien informées !

« PERRIMOND ne se représentera pas, et on parle de la femme de RÉDA comme d’une possible tête de liste… »

Ainsi donc c’est bien la femme de RÉDA qui se présente en tête de liste à la mairie de Juvisy, certainement parce qu’il n’y avait personne d’autre de valable dans l’équipe municipale. Et aussi, parce qu’il veut tout contrôler, et placer sa famille et ses proches aux responsabilités.



Qu’il est loin le temps où Lamia BENSARSA était de gauche et soutenait la candidature de François GARCIA à la mairie d’Athis-Mons…


S’il est donc à la fois ridicule et scandaleux que Monsieur catapulte Madame à la mairie, le texte du tract est d’une mièvrerie encore plus dérisoire.

Ce besoin de nous dire qu’elle est mariée pour faire le lien avec RÉDA.

Cette hypocrisie sur la raison qui l’a poussée à quitter la mairie pour se présenter, alors qu’il s’agit d’une incompatibilité prescrite à l’article L.231 du code électoral.

La bonne gestion juvisienne alors que RÉDA a juste consommé l’excédent que la gauche conservait pour ses projets.

La gare !!! Comme si en arrivant en 2014, il avait pu faire quoi que ce soit. C’est comme la dizaine d’abrutis à Savigny qui croient que c’est MEHLHORN qui a fait rénover Grand-Vaux alors qu’il a été élu en mars et que la sélection des quartiers retenus a été annoncée en décembre…

Puis les mêmes arguments partout : plus de sécurité et plus d’écologie.

Je m’arrête là, parce que les témoignages de soutiens sont aussi bien risibles.

Tout donne l’impression qu’elle est une marionnette ou une potiche ! C’est justement cet aspect qu’ils auraient pu gommer !


Je ne pensais pas que RÉDA oserait, et puis si, il a osé.

Mais je ne suis pas certain que la population apprécie ce népotisme…

Réponse dans quatre mois !

Voilà en tout cas qui ne va pas arranger la confiance dans la vie publique.

Mais je pense quand même que les Saviniens peuvent mal le prendre, et rejeter en bloc cette candidature…



Affichage : David FABRE et les mathématiques…

Il y a quelques semaines, David qui me téléphone, pour qu’on se partage les panneaux d’affichage en bonne intelligence.

Pour ma part, je lui dis que je suis déjà en haut à gauche (depuis deux ans et demi), et que je compte y rester.

Mais lui me répond qu’il va quand même se mettre en haut à droite.

J’essaie de lui faire comprendre qu’il n’y aura pas la place parce que le panneau ne peut accueillir que 2 A1 verticaux, et donc qu’avec une A1 horizontale, on va se superposer.

Et David qui maintient, et donc qui me fait recouvrir par ses colleurs, et moi qui le recouvre, et ainsi de suite…

Non sans me rappeler une fois pour me dire que c’est dommage de faire cela parce qu’on ne voit plus mes placards jaunes. On ne voit plus non plus l’adresse de mon site internet… Laisser ma gueule, je m’en fous, je ne suis pas narcissique comme RÉDA, je ne la foutrai pas sur mon bulletin de vote.

Et je remarque maintenant qu’il grignote progressivement vers le milieu du panneau…

Tant pis pour lui, il aurait largement la place de coller en dessous (comme il fait déjà sur certains panneaux), mais puisqu’il ne veut pas, alors je le recouvrirai systématiquement.

Il n’y a que cinq mois à tenir ! Et cela va vite bouger dès lors que les autres vont entrer dans la course ! Ou que MEHLHORN va opportunément faire nettoyer les panneaux.




#VisMaVille, ou quand Alexis-Jupiter IZARD descend à la rencontre de son peuple pour en partager le quotidien !

Alexis IZARD, candidat de La République en marche aux élections municipales 2020 à Savigny-sur-Orge joue au barman pendant six heures, et il croît connaître quelque chose de nos vies… Heureusement pour lui que ce n’était QUE la première édition de VisMaVille !

Ainsi donc Alexis communique sur l’effort, manifestement surhumain pour lui, qu’il a accompli, en dégageant une journée complète de sa précieuse vie pour venir, non pas à la rencontre des Saviniens, mais uniquement au contact des « acteurs de la ville » ; enfin de ceux qu’on peut trouver au bar-tabac du Nemrod un mercredi matin de vacances entre 8 heures et 14 heures !

Inutile de vous préciser que pendant ce temps, votre serviteur, dont le quotidien n’est pas au café, était quant à lui, et comme tous les jours, sur le terrain pour rencontrer les Saviniens, sans faire de distinction entre « les premiers de cordée » et « ceux qui ne sont rien », pour reprendre ici une catégorisation discriminante chère au président MACRON quand il se rend en gare.


Quand la France Insoumise veut faire croire qu’elle est proche du peuple, c’est à dire pour elle des pauvres, elle se ramène en jean aux commémorations ou en maillot de foot à l’Assemblée.

Quand Alexis IZARD veut donner à penser qu’il est proche des ploucs saviniens, c’est à dire des gueux, enfin de ceux qu’il ne fréquentera jamais dans le cadre de ses missions de chargé d’affaires à la BPI France, il passe derrière le comptoir.

Et alors là, dans ces conditions bien particulières, et à ce moment très précis d’alignement des planètes, il partage notre quotidien parce que c’est bien connu qu’au moins 99,7 % des Saviniens vont tous les matins prendre leur petit croissant au café, pourquoi pas en famille !

Mais si, il partage notre quotidien ! Par exemple on voit sur la photo qu’il essuie une pile de sous-tasses. Ainsi donc, il saurait faire la vaisselle, tout du moins essuyer. J’emploie à dessein le conditionnel parce que tout dans cette publication est tellement mis en scène qu’on ne saurait assurément distinguer le faux du vrai.

Et ainsi passé derrière le bar, c’est à dire à proximité, mais quand même pas du même côté du zinc (faut pas déconner !) que cette France périphérique des piliers de comptoirs qui attendent désespérément qu’on les appelle pour le prochain recrutement des Grandes Gueules sur RMC, il peut enfin écouter nos ambitions (qu’est-ce que cela veut dire ?), et commencer la transition de notre commune (on change de sexe ? Je ne comprends vraiment rien à ses éléments de langage).


Après Robin RÉDA qui jouait au contrôleur SNCF, j’ai vraiment hâte de savoir à quoi va jouer le petit Alexis au prochain épisode. Où va-t-il aller pour sa prochaine aventure ? En quoi va-t-il se déguiser pour sa prochaine immersion ? J’imagine déjà les couvertures parodiques que je pourrais faire, dans la lignée des albums de Martine.

Exceptionnellement, j’ai passé deux heures au Nemrod ce mercredi 30 octobre 2019 à travailler à des projets intercommunaux partagés avec le candidat tête de liste d’une ville voisine. Possiblement un cinéma pour tout vous dire, et des conseils citoyens consultatifs partagés.

Mais de ce que j’ai personnellement vu ou entendu dans ce bar encore cette fois là, je ne suis pas convaincu par ce genre d’exercices, qui à mon humble avis, n’a pas été très productif pour Alexis.


Nonobstant, c’est vraiment la démarche déconnectée du candidat LaREM que je veux dénoncer ici. Et quel paradoxe pour un candidat qui dit pourtant vouloir « connecter » la ville.

Même dans l’Ancien monde politique, et je rappelle quand même qu’on est en 2019, on a arrêté ces manœuvres aussi grossières qui consistent à faire semblant d’être comme les gens pour faire croire qu’on est réellement comme eux, parce que cela ne trompe plus grand monde.

Et ce qu’a fait Alexis ici est tellement putassier que tout dans cette communication transpire le faux, et finalement produit l’effet inverse de celui escompté.

Ainsi, ce n’est plus simplement le banquier qui se rend accessible, et qui tombe la veste pour faire plus cool et plus décontracté.

Mais c’est bien le financier qui, quand il ne s’adresse pas à sa clientèle, plus ou moins fortunée, se croît obligé de se transformer en gueux pour pouvoir parler aux gueux, dont le quotidien « à partager » se trouverait forcément au bar, avec « les gars qui fument des clopes et qui roulent en diésel », ces alcoolos qui grillent leurs allocs ou leurs retraites dans des paris, espacés par la remise de la petite sœur, pour retarder au maximum l’heure de retrouver Bobonne devenue trop grosse et trop moche pour qu’elle les excite encore. Le quotidien de la France d’IZARD !

Pire que tout, c’est surtout l’homme qui est fier de se vanter de son action, et de communiquer dessus ! Je fais de la politique, et je vais voir les gens. Bravo ! Cela mérite au moins une médaille.


Comme si en plus les pauvres ne pouvaient pas être représentés par un riche, et qu’un riche ne puisse pas défendre les pauvres tout en assumant ses biens !

C’est vraiment une conception hautaine, archaïque, méprisante des relations humaines, finalement très polluée par la finance… Moi, maire de Savigny, ce sera l’humain avant l’argent.

Et cela commence déjà comme candidat, car je ne ressens pas ce besoin d’Alexis IZARD de me déguiser en garçon de café pour aller jouer que je suis proche et à l’écoute des gens, dont je ne réduis pas le quotidien au seul tirage du PMU, et donc que je vais chercher partout, au naturel, tel que je suis, avec mes qualités et mes limites aussi !