Archives du mot-clé Robin RÉDA

“Osons Savigny”, ou la liste LaREM d’Alexis IZARD et des « courageux des sept derniers mois »

Oser, c’est littéralement avoir le courage de faire ou de dire quelque chose.

Oser, c’est un jour porter ses couilles et les poser sur la table pour dénoncer une embauche de complaisance et un emploi fictif en mairie de Savigny, et le payer du titre de gloire d’une condamnation en diffamation qui fera de vous un délinquant et vous poursuivra 40 ans dans le premier bulletin de votre casier judiciaire (5 ans dans le deuxième qui sert un peu plus…).

Alors, si un célèbre proverbe dit “Mieux vaut tard que jamais”, je ne peux pas m’empêcher de penser que les entreprises relativement tardives d’IZARD & Co, une société du groupe MACRON, sont insincères et opportunistes. En un mot électoraliste !


Déjà parce qu’il est plus facile de passer à table quand un autre a déjà fait la cuisine et mis la table. Ou bien de cultiver un champ, après qu’un tiers l’ait préalablement déblayé et labouré.

Je vais être franc avec vous. Je ne sais pas exactement ce qu’a fait Alexis IZARD entre mars 2014 et ce mois d’août 2019. Vivait-il toujours à Savigny ? J’en doute sincèrement puisque je ne le voyais plus, mais je pense qu’il n’en était pas bien loin. En même temps, Paris n’est qu’à 19 kilomètres…

Avec donc ce double paradoxe que IZARD prétend en même temps incarner un renouveau ; alors qu’il n’est qu’un bébé FABRE, déjà candidat aux précédentes élections municipales de 2014, puis aux élections législatives de 2017.

Mais aussi qu’il nous vend une filiation, une historicité, un attachement avec une ville, qu’il n’a quand même pas hésité à quitter, et dans laquelle s’il y avait peut-être toujours son adresse légale, n’y avait-il pas forcément son adresse physique…

Toujours est-il que quand, avec Alexis et sur nos listes respectives, nous avons perdu les élections municipales de mars 2014, moi, j’ai continué, et Alexis a abandonné !


Alors ok, Alexis est revenu dans le jeu au moment des législatives, c’est à dire qu’à partir de là, il a commencé à venir assister aux séances du Conseil municipal, à organiser des réunions locales (d’En marche), et même à proposer une rencontre du Grand débat national, alors même que Bernard BLANCHAUD m’avait dit qu’il avait été demandé aux animateurs LaREM de ne pas en tenir !

Mais ce n’est pas cela faire ; ce n’est pas cela dire !

Qui peut démonter en quoi IZARD a-t-il eu une action politique ? En quoi a-t-il influencé les actes de la municipalité ? Ou fait évoluer le discours du maire sur tel point ?

Nous le verrons dans un prochain article d’analyse de sa vidéo d’annonce de candidature : tout est creux !

Son programme, c’est uniquement d’avoir une équipe d’horizons divers, dirigée par l’audace et l’ambition (personnelle ?)… Soit rien de concret !

D’ailleurs en fait, son programme, c’est celui que vous allez lui écrire, et qu’il ira ensuite défendre, parce qu’il n’a pas de programme du fait qu’il ne connaisse pas la ville.

À croire qu’il n’a pas non plus de convictions, s’il est réellement capable de tout éponger (tout, et peut-être n’importe quoi ?)…

Ou alors qu’il se prend déjà pour MACRON qui organise un débat, dont l’issue est déjà connue, pour nous apporter les réponses aux questions que nous n’avons pas encore formulées.

Les méchantes langues disent de lui qu’il veut juste faire une carrière à la RÉDA. Maire en 2020 et député en 2022…


Alors, pour terminer, je n’aurais plus qu’une série de questions, sous la forme d’une anaphore :

Où étaient IZARD et ses courageux colistiers, qu’on ne connaît pas encore, lorsque MEHLHORN a fermé la Savinière et la crèche familiale ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a choisi de rejoindre la Métropole du Grand-Paris ?

Où étaient-ils, lorsque MEHLHORN a lourdement augmenté les impôts en 2016 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a échangé le réseau câblé savinien contre la déclaration d’intention de SFR de fibrer tout Savigny avant juin 2019 ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a bradé la Savinière ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a entrepris la rénovation urbaine de Grand-Vaux ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a commencé à dénaturer notre ville en la bétonnant à outrance ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a élaboré son Plan local d’urbanisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a dépensé deux fois plus qu’Athis pour refaire sa piste d’athlétisme ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a engagé un million d’euros pour les façades de l’école Kennedy, sans rien faire pour protéger l’école d’une nouvelle inondation ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN s’est mis martel en tête, de refaire les parcs saviniens pour des centaines de milliers d’euros ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a initié son projet de centre culturel communal ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a lancé son projet de ZAC Gare – Centre-Ville ?

Où étaient-ils lorsque MEHLHORN a décidé de rénover l’école Ferdinand-Buisson ?


Moi, je ne les voyais pas, mais je n’ai pas la prétention d’affirmer que je vois tout.

Peut-être étaient-ils là, mais comme je ne les entendais pas non plus ?

Est-ce peut-être parce que dans le fond, ils étaient d’accord avec la politique de MEHLHORN ?

Ou plus vraisemblablement parce qu’ils s’en foutaient comme 99 % des Saviniens ?

Alors pourquoi s’y intéresseraient-ils plus aujourd’hui ?

Auraient-ils été subitement touchés par la grâce démocratique ?


Alors, non, il n’y a aucun courage à commencer à faire, à dire, à s’intéresser à la vie politique savinienne, à seulement sept mois des élections, après n’avoir rien fait, et pire avoir fermé sa gueule pendant soixante-cinq mois !

Et comme la greffe de couilles n’existe pas encore, des gens qui n’ont rien branlé pendant cinq ans, je ne vois pas comment ils pourraient tout d’un coup devenir courageux…

Oser, tout le monde va le faire, parce que ce sont désormais les élections.

Mais oser proposer du vrai, et dire la vérité, là, j’ai encore quelques doutes…

Enfin, c’est facile de se réclamer courageux, quand tu bénéficies du soutien du parti présidentiel qui t’assure minimum 20 % des voix, quelques soient les conneries que tu vas faire, et surtout quand il y a un mec qui a sapé tout le travail du maire en place depuis des années.

Aujourd’hui, critiquer la politique de MEHLHORN, ce n’est pas avoir du courage, c’est juste tirer sur une ambulance… Et ce n’est franchement pas très glorieux !




Publicités

Le député Robin RÉDA, en quête des voix du parti animaliste

Pauvre bête !

Je ne parle pas ici du chat, qui n’a quand même pas l’air très très heureux, ni très en confiance ; preuve étant tous les poils qu’il a préalablement abandonnés sur le polo du député avant que la photo ne soit réussie ; visiblement un narcissique selfie, qui nous dit aussi que Robin devrait penser à refaire sa couleur s’il veut recommencer à ressembler à un aryen… Entre-nous, c’est bizarre, parce que normalement, c’est l’été que les vrais blonds sont les plus blonds…

Mais du mec, en récupération permanente, qui avant même de quitter LR, était « en chien » de la moindre petite voix ; ici paradoxalement, à l’occasion de la journée internationale du chat. Mais alors en plus, maintenant qu’il n’a plus de parti, parce qu’il est « libre »


Ah, si les chats pouvaient voter ! Heureusement que leurs propriétaires le peuvent !

Ainsi donc Robin aime les animaux, même s’il n’est pas dit que les animaux l’aiment.

Personnellement, je ne pourrais pas faire cela, parce que ce sont les animaux qui ne m’aiment pas : les chats, les chiens, les chevaux… qui doivent (res)sentir quel odieux connard je suis en réalité…


Quel dommage cependant que notre ami RÉDA n’aime pas autant les humains !

J’écris juste cela, par rapport à sa politique. Par exemple, quand on accepte, pour des raisons économiques, la fusion administrative de l’hôpital de sa commune, avec celui d’une autre ville, c’est que la santé des gens ne nous est pas vraiment importante…

Si seulement, il pouvait y avoir une journée mondiale de l’humain, pendant laquelle Robin pourrait se photographier avec un bébé dans les mains… C’est tellement mignon, un bébé. Mais cela ne nous dirait pas plus que RÉDA aime le bébé, ni que le bébé l’aime… Parce que cela reste de la COMMUNICATION !


En attendant, pour compenser, RÉDA, nouvel écolo-bobo, aime déjà la nature.

Comme avant lui son ancienne marraine politique, NKM, qui enceinte jusqu’aux dents, se baladait en forêt pour faire un brin de lecture, munie d’une grosse harpe et de deux gros bouquins. L’histoire ne nous dit pas comment elle se déplaçait avec tout son barda…

© Sébastien MICKE/PARISMATCH/SCOOP

En effet, Robin aime les marronniers malades du parc des Grottes, qu’il veut protéger du grand méchant T7.

Et il aime aussi le goudron sauvage, des places du parking place du maréchal-Leclerc, beaucoup plus « libre », depuis qu’il est devenu payant aux horaires du marché, et pour les policiers.

Il les aime tellement qu’il en triple le nombre qu’il veut sauvegarder par rapport au nombre existant, mais qui ira compter les arbres et les places de parking ?


Alors comme j’ai hâte de savoir ce que RÉDA nous prépare pour la prochaine journée mondiale !

Étant donné qu’il y en a quasiment tous les jours, et qu’il y en a qui sont réellement connes, comme la journée mondiale de l’orgasme le 21 décembre…

Cela nous promet de grands futurs moments de communication… Faites chauffer le pop corn !


Retrouvez ici le calendrier des journées mondiales :

https://www.lecalendrier.fr/journees-mondiales


Cette détresse dans les yeux du chat…



Mes réactions à la lettre n°2 du député Robin RÉDA (juin 2019)

Du haut de mes 1,14 % obtenu aux législatives de 2017, je voudrais ici gentiment me moquer de la lettre de notre cher député Robin RÉDA.

Je trouve que c’est très léger pour un membre du deuxième groupe parlementaire, même s’il est dans l’opposition.

Et c’est noyé dans la niaiserie, et les lieux communs. À croire que c’est lui qui a besoin de s’auto-persuader qu’il est sur le terrain. C’est clair qu’il y fait surtout de la figuration, parce que les résultats concrets se font quand même attendre…


PAGE 1

  • Deux lettres en deux ans : ça critiquait Éva SAS, mais c’est encore moins transparent… C’est ça le « régulièrement vous rendre compte de mon action » ?
  • En deux ans, il n’a pas changé, c’est toujours la même photo…
  • Que veut dire « Votre député au quotidien ». Y aurait-il des députés à la semaine ?
  • Ah « plus que jamais, proche de vous », ça veut dire qu’il était éloigné de nous avant !
  • Des stats pas ouf pour un député membre du deuxième groupe parlementaire…
  • C’est amusant ce clientélisme électoral : il a semé des mots clés un peu partout pour que chacun y trouve son compte : hôpital de Juvisy, droit des femmes, impôts, logement, santé, transports, Grand débat (la suite en page 2)
  • C’est sympa d’être reçu par RÉDA; Tu deviens un numéro…
  • Les 250 contributions au Grand débat, ce sont les siennes, où celles qu’il a pompé aux habitants de la circonscription ?
  • Merci RÉDA de faire dans le très concret ! Et pour que ma vie quotidienne soit prise en compte. Par contre, la tienne ? Il nous prend vraiment pour des gueux.
  • Il est tellement absent du terrain, qu’il a besoin de nous écrire plusieurs fois qu’il est proche et présent, mots qui reviennent plusieurs fois. Aucune confiance en lui.
  • « Député de l’Essonne ». C’est moche de faire Sciences-Po et de ne rien comprendre à la souveraineté nationale…
  • La justification de son départ de LR ; bien sûr que si les gens l’ont élu pour LR contre LaREM !
  • La mention « Imprimé localement » n’est pas suffisante pour respecter le code de l’environnement.
  • Cet édito est tout sauf concret.

PAGE 2

  • On continue avec les mots clés : Orly, sécurité, justice, environnement, protection animale, pont, collège, emploi, rénovation urbaine, services publics, harcèlement sexiste, dépôts sauvages !
  • Qu’est-ce qu’il est fort ! Il gagne tout, tout seul !
  • Mais kikicé qui a autorisé la fusion des comités de surveillance des hôpitaux de Juvisy et de Longjumeau ?
  • Super d’avoir obtenu le plafonnement des créneaux et le respect du couvre-feu. Mais lorsqu’il n’est régulièrement pas respecté, que fait-on ? Ah ah !
  • Sécurité : je manœuvre pour que le commissariat de circonscription soit à Juvisy, et j’emmerde les autres villes de la circo.
  • La fermeté sur la sécurité. Et pour les élus qui fraudent et qui détournent ? Monsieur RÉDA est toujours visé par une enquête préliminaire pour une fraude électorale pendant sa campagne législative… (N° parquet Évry de la plainte : 17/164/214)
  • Traduisons-le : j’ai voté la ZFE parce qu’elle ne dépasse pas le périmètre de l’A86.
  • Je suis CONTRE le pont sur la Seine parce que les pro sont moins nombreux, et qu’ils font moins chier.
  • Collège : RÉDA est devenu conseiller départemental !
  • Orly : il a été aux rencontres d’Orly. Mais c’est fabuleux ! N’était-ce pas d’ailleurs au moment où il était censé voter la loi PACTE à l’Assemblée ?
  • La rénovation de Grand-Vaux, c’est lui. Élu en juin 2017, c’est lui qui nous a obtenu le projet en décembre 2014…
  • Viry : il est engagé pour les services publics ! C’est bien.
  • Utile mon député, pour faire visiter l’Assemblée nationale !



Vos questions : Éric MEHLHORN a-t-il quitté LR (Les Républicains) ?

Une semaine après le départ de Valérie PÉCRESSE des Républicains (LR), vous êtes plusieurs à me demander si Éric MEHLHORN, maire de Savigny-sur-Orge, ainsi que plusieurs autres de ses adjoints, ont suivi Robin RÉDA en quittant leur parti.


À ce jour, je ne suis personnellement pas en mesure de vous répondre. Même si vous vous doutez bien que je commettrai un article dans l’heure où j’apprendrais un tel départ.

D’un côté, j’ai trois sources différentes qui convergent pour m’indiquer que « oui ».

De l’autre, j’ai Pascal PICARD, secrétaire départemental LR, et responsable du parti sur la 7e circonscription de l’Essonne, qui m’indique qu’il n’a aucun élu de la 7e qui quitte LR.

Encore une fois, je ne comprends pas quel serait l’intérêt pour MEHLHORN de quitter LR, surtout si PÉCRESSE ne rejoint même pas MACRON. Déjà si cette première entrait au Gouvernement, je doute que RÉDA la suive, même à un sous-secrétariat d’État (ce poste n’existe même plus), mais alors MEHLHORN…

Par contre, et puisque RÉDA se plaignait que à peine 10 % des militants du département (chiffre également valable sur le reste de la France) avaient renouvelé leur carte de membre depuis la défaite de FILLON en 2017, je ne suis pas certain que ni MEHLHORN, ni ACHTERGAËLE, ni BÉNÉTEAU, ni TEILLET (que des pro-LE MAIRE, des pro-JUPPÉ ou des pro-PÉCRESSE) ne soient à jour de leurs cotisations… On ne pourrait alors pas parler de départ, de personnes qui ne sont de fait plus membres de leur parti…

Donc comme vous, j’attends d’en savoir plus, avec à nouveau, mon sentiment que même si MEHLHORN quittait LR, le parti lui donnerait quand même l’investiture par peur de devoir décompter un conseiller départemental.