Archives du mot-clé Robin RÉDA

Savigny-sur-Orge : Sébastien BÉNÉTEAU prépare-t-il une dissidence contre Éric MEHLHORN ?

Il ne s’agit pour l’instant d’une rumeur, qu’écartent à ce jour tous les très proches des deux intéressés. Mais d’un bruit qui commence à s’amplifier et à se répandre chez les Saviniens politisés de la droite et du centre. Il n’aura échappé à personne que MEHLHORN est en difficulté, et certains suggèrent que BÉNÉTEAU pourrait prendre la tête de liste LR à la place de MEHLHORN, à moins qu’il ne fasse dissidence en partant chez Agir !

Personnellement, je n’y crois pas. MEHLHORN conserve toujours sa base électorale, qui est capable dans la même phrase de continuer de dire que SPICHER-BERNIER a eu tort d’augmenter les impôts en 2010, mais que MEHLHORN, enfin BÉNÉTEAU son adjoint aux Finances, avaient raison d’encore plus les augmenter en 2016… De son côté, BÉNÉTEAU a le temps ; il prend plus de risques à se griller maintenant qu’à attendre la retraite de MEHLHORN en 2026.

BÉNÉTEAU possède quatre avantages. Il est préféré par RÉDA. Il est jeune. Il n’est pas associé (à tort) aux décisions de MEHLHORN et il reste populaire dans un certain milieu associatif sportif. Sauf que la droite est mal en point au niveau national, que Agir ne pèse rien et qu’il pourrait y avoir jusqu’à cinq liste de droite en concurrence. La seule chance de BÉNÉTEAU tient donc d’obtenir le soutien d’En marche s’il y va seul, à moins qu’il ne soit substitué à MEHLHORN chez LR ?

De plus, l’argument de la jeunesse n’est pas certain car il pourrait alors y avoir jusqu’à quatre listes conduites par des jeunes : Alexis IZARD (né en 1993) pour LaREM s’ils y vont seuls, Vivien REBIÈRE (1991) pour les Insoumis, Sébastien (1985) et votre serviteur (1991). Et l’électorat LR préférera toujours dans un duel l’expérience d’un MEHLHORN que les balbutiements d’un BÉNÉTEAU, à qui il ne manque plus que la place de 1ère adjoint pour achever l’avant-édilité.

Tout va donc dépendre de RÉDA, qui en fonction du contexte et de sa peur de perdre la Ville de Savigny en soutien à sa personne, influera sur la commission nationale d’investiture de LR pour soutenir tel candidat. Tout en sachant bien, au vu du contexte national et des erreurs cumulées de SPICHER et de MEHLHORN, que les Saviniens commencent vraiment à se lasser de la droite, et qu’ils pourraient la mettre de côté pendant deux ou trois mandats, le temps d’oublier…

Il y aurait aussi l’hypothèse que RÉDA abandonne LR pour Agir. Et à moins que MEHLHORN ne le suive, ce dont je doute mais qui n’est pas impossible si DUROVRAY et BEAUDET font de même, alors RÉDA aurait besoin d’un centre-droit macro-compatible pour le soutenir à Savigny, et dans ce cas là, le juppéiste BÉNÉTEAU pourrait incarner cette figure. Mais cette hypothèse demeure quand même alambiquée, car tous ont, pour l’instant, plutôt intérêt à rester avec LR.

En conclusion, aucune affirmation me permettant de répondre franchement à cette question. Je ne dis pas que Sébastien n’y pense pas tous les matins en se rasant, d’autant qu’il sait que TEILLET (1990) développe également ses propres ambitions. Mais qu’il va plutôt intelligemment préparer 2026, par exemple en faisant rentrer ses gens à lui sur la liste de MEHLHORN en 2020, et en prenant encore plus de responsabilités au prochain coup, si les LR re-passent…



Publicités

Le grand n’importe quoi des services du Parquet d’Évry

Vous le savez, je souffre d’une maladie psychiatrique qui s’appelle la quérulence et qui me donne l’illusion que le service public de la Justice doit pouvoir combattre les injustices que je rencontre dans ma vie et dans ma ville. C’est pourquoi j’ai déjà déposé quinze plaintes, et que la seizième est en écriture. Mais intéressons-nous plus particulièrement au devenir de mes plaintes, objet de ma récente visite aux services du Parquet d’Évry !

Normalement, le Parquet devrait accuser réception de mes plaintes, et m’envoyer un petit courrier me donnant le numéro attribué à mon affaire, et selon la requalification des faits. Celui-ci, à Évry, est composé de trois parties : l’année, le jour dans l’année de la réception de la plainte, et la place à laquelle ma plainte a été enregistrée ce jour. Or, voilà des années qu’Évry n’envoie plus rien, et qu’il faut les appeler, sinon se déplacer pour obtenir ces précieux renseignements !

Je me suis donc rendu au Tribunal de grande instance ce vendredi 22 juin 2018, et je n’ai pas été déçu. Première plainte répertoriée, qui est en fait, et je vais leur signaler mais je devais d’abord le vérifier chez moi, un doublon d’une plainte déjà enregistrée. J’aurais porté plainte le 19 juin 2018 contre un certain « Éric MEHLHORIN » pour une violation de domicile qui serait intervenue le 28 février 2018… Sauf que je n’ai jamais porté plainte ce jour, ni même pour ce motif.

On continue à chercher, et le Bureau d’ordre m’apprend que j’ai deux plaintes qui ont été classées le 16 mai 2018. Alors je leur dis que je suis embêté, parce que je n’ai jamais reçu les avis de classement de plainte. Et donc la chargée de permanence fouille dans le fichier (ce qui va faire buguer le logiciel et l’obliger à recommencer), et ils s’aperçoivent qu’ils ont rempli tout le champ adresse et code postal de mon adresse trop longue, donc qu’ils ne pouvaient rien m’envoyer…

Leur logiciel ne supporterait que la mention « 75 rue du Bicentenaire de la » de mon adresse, et donc sans code postal, je ne pouvais rien recevoir… Dressant le bilan, je m’aperçois qu’ils m’ont quand même perdu quatre plaintes, dont une dont ils m’avaient pourtant donné des nouvelles par téléphone en juillet 2016 ! Et celle contre le député RÉDA qui dit arracher mes affiches, alors même qu’ils ont enregistré une autre de mes plaintes, envoyée dans la même enveloppe…

Alors oui, le service public de la Justice est faillible, car il n’a pas les moyens de ses ambitions. En attendant, c’est moi qui subit, et plus généralement les victimes. Comment ne pas s’étonner, surtout quand ils reçoivent plus de 250 plaintes par jour, qu’ils ne bâclent pas les enquêtes, ou qu’ils n’aillent pas plus loin. Et c’est ainsi, qu’aucune de mes plaintes n’a pour l’instant prospéré, même si certaines font l’objet d’une enquête préliminaire depuis plus d’une année !



Pauvres députés surmenés !

Non, mais rendez-vous compte ! Nos pauvres députés ont déjà travaillé trois dimanches depuis le début de la législature ! Pire, voilà bientôt quinze jours consécutifs qu’ils auraient des journées de travail de seize heures ininterrompues dans l’hémicycle ! Alors, Mesdames et Messieurs, qui avaient été élus sans savoir quel était le rôle d’un député, je vous invite simplement à démissionner pour laisser la place à des personnes volontaires !

Certains députés envisagent donc de boycotter les séances de cette fin de semaine (samedi 09 et dimanche 10 juin 2018) pour protester contre le rythme de travail, contre le fait que l’ordre du jour soit déséquilibré et qu’après n’avoir rien fait entre janvier et mars, ils se retrouvent à devoir beaucoup bosser jusqu’en juillet. Enfin, et surtout, qu’ils ne peuvent pas aller parader et faire les beaux dans leur circonscription (sauf le LR Robin RÉDA mais c’est parce qu’il est omniscient !)

Comme si le Gouvernement ne savait pas ce qu’il faisait à enchaîner dans l’ordre du jour : travaux sur la réforme de la SNCF, loi asile et immigration, loi agriculture et alimentation et loi pour la réforme professionnelle. Comme si cela n’avait pas pour but d’entraver le travail législatif, et finalement de faire passer plus facilement les projets du Gouvernement sans que ces obstacles de députés, dont on va réduire la place avec la réforme constitutionnelle, ne s’en mêlent !

En face, les députés doivent aussi arrêter de faire les cons, et de présenter un maximum d’amendements. Soit pour ralentir le vote de la loi (ce que font tous les opposants qui commencent en fait à se lasser de leur propre jeu). Soit parce que soumis à des groupes de pression, ils passent des amendements ciblés, avec plus dizaines de fois le même exemplaire à voter, quand ce n’est pas carrément des cavaliers législatifs sans rapport aucun avec la Loi.

Le travail législatif n’est donc de moins bonne qualité que parce qu’on ne veut plus faire passer que des lois qui comportent des centaines d’articles ; lesquelles sont sabotées de l’intérieur par de multiples amendements qui ne vont rien changer à la vie des Français et dont on se fout, comme par exemple l’amendement chocolatine qui a beaucoup fait parler de lui. Or, il faut bien voir qu’il serait plus efficace de proposer des petites lois très courtes avec ces amendements.

Et pourtant, on a bien réduit la voilure parce qu’on n’a plus 10 000 nouvelles lois par année parlementaire comme en 2008 ! Mais toujours le problème que 1/3 des lois votées chaque année n’auront jamais de décrets d’application… Je pense donc juste qu’on a affaire à des nouveaux députés qui ne pensaient être élus pour travailler, mais plutôt pour faire du clientélisme et soigner leur ego dans leur circonscription, et puis non finalement, ce n’est pas ça la vie de député…


Article 9 de la Constitution du 4 octobre 1958

Le Parlement vote la loi.

Il contrôle l’action du Gouvernement.

Il évalue les politiques publiques.


Je recommande enfin la lecture d’un article du Figaro qui montre que les députés ont plus travaillé en huit mois sous la présidence HOLLANDE (1052 heures au moment de la loi du mariage pour tous), que ces huit premiers mois sous la présidence MACRON (967 heures) !



Athis-Mons : l’opposition de droite prend l’étiquette En marche

C’est un joli coup politique que vient de réaliser Julien DUMAINE à Athis-Mons. Complètement bloqué sur un créneau indépendant, celui-ci vient d’obtenir le ralliement et le soutien de Kévin RAINHA, seul élu En marche de la Ville, ainsi que de Benoît DESAVOYE. Ces deux élus qui formaient un groupe municipal Divers droite, rejoignent le groupe « Athis-Mons, espoir et liberté » et disent préparer ensemble les prochaines municipales.

Si je ne peux que m’interroger sur la cohérence politique d’un tel ralliement, Julien DUMAINE étant plutôt souverainiste et de droite ; je pense aussi qu’être soutenu par un parti européiste et mondialiste ne vient que peu interférer dans la gestion quotidienne de la Ville. Reste à voir si les structures d’En marche accepteront d’investir Julien DUMAINE, ce qui devrait se faire sauf si Christine RODIER parvenait à son tour à obtenir cette investiture, ce qui reste possible…

Je souhaite donc bonne chance à Julien DUMAINE pour devenir le futur maire d’Athis, et dégager RODIER, dont je n’ai que des échos négatifs à Savigny. Je me demande comment elle a pu vouloir obtenir le pouvoir pendant tant d’années pour se révéler aussi médiocre.

Dans son communiqué d’annonce de la fusion des deux groupes municipaux, Julien DUMAINE énumère tous les griefs qu’il porte contre Christine RODIER, que j’estime complètement dépassée depuis la mort d’Antoine GUISEPPONE, lequel devait donc tout faire :

  • indemnisation de tous les élus de la majorité (avec le risque de collusion que cela entraîne)
  • fermeture des Restos du Cœur
  • larges dépenses de traiteur pour les fêtes et cérémonies
  • retards sur le projet de création d’épicerie sociale
  • multiplication des projets immobiliers
  • refus de scolarisation des enfants migrants de la Cité de l’Air
  • propos xénophobes et vexatoires tenus par des membres de la majorité athégienne

Oui, vraiment la droite LR dans la 7e circonscription n’est composée que de soumis, tout juste capables de servir la soupe à Robin RÉDA, sans risquer de le menacer parce qu’ils n’en sont pas capables. Savigny-sur-Orge comme Athis-Mons souffrent réellement de leur municipalité LR, piètre gestionnaire et profondément mauvaise dans sa gouvernance citoyenne. Mais tant que le bloc des électeurs traditionnels de la droite s’imaginera voter pour le parti de DE GAULLE…