Archives du mot-clé Richard TRINQUIER

Commande de 40 000 masques pour les habitants de Savigny-sur-Orge : l’étonnante sur-budgétisation de 22 000 euros

Sur le compte Facebook de Bernard BLANCHAUD, on apprend les deux informations suivantes :

« 40.000 masques en tissu lavables ont été commandés par l’intermédiaire de la centrale d’achat de l’EPT GOSB auprès de l’entreprise CHANTELLE a CACHAN à 2,20 euros pièce, »

« la commande 40.000 masques est budgété pour environ 110.000 euros et nous sommes dans l’attente de la confirmation de l’Etat qui devraient en prendre 50% à sa charge. »

Or, dans mon système numérique décimal : 40 000 x 2,20 = 88 000 €

Donc pourquoi budgéter 110 000 euros pour cette seule commande lorsque la dépense maximale est de 88 000 €, et qu’elle sera vraisemblablement de 44 000 € à la fin ?

Puisse donc Éric MEHLHORN ne pas encore une fois profiter de la crise sanitaire pour faire de la petite politique, et au cas présent, gonfler les dépenses, soit pour justifier d’augmenter les recettes à la fin (= les impôts), soit pour se prétendre bon gestionnaire parce qu’il n’aura heureusement pas tout dépensé des 110 000 euros.

Dans tous les cas, et sauf à ce que Bernard ait mal compris, c’est louche !

Par ailleurs, relativement aux délais de livraison des masques, une de mes sources a évoqué les dates des 15 mai au 8 juin, soit pas les mêmes que celles de Bernard, qui sont étonnantes en tant que je vois mal une entreprise livrer le 08 mai qui est férié.

Edit le 04/05/20 à 15 h 10 : Bernard BLANCHAUD prend étonnamment la défense de la mairie pour nous indiquer que le prix des masques aurait pu être donné hors taxes. Sauf que l’Assemblée nationale a voté une loi le 17 avril 2020 pour abaisser la TVA des masques à 5,5 %. Auquel cas les 40 000 masques auront coûté 92 840 euros, loin des 105 600 € qui aurait pu être un arrondi avec une TVA à 20 %. À moins que nous aurions été assez stupides pour payer une TVA à 20 % !!!


Je reviendrai sur la question des masques dans un prochain article.

Tous nos politiques se dépêchent d’aller en acheter pour montrer qu’ils agissent.

C’est clair que si on avait le plan communal de sauvegarde que je réclame depuis 2016, ou qu’on avait un maire médecin, comme Richard TRINQUIER à Wissous, le problème des masques ne se poserait pas.

2 euros 20 par unité si le masque est réellement sans limite de lavages est un bon prix.

Mais comme nous devrons fatalement en avoir quelques uns pour pouvoir alterner, alors c’est la double peine pour le contribuable qui va payer deux fois, à la fois ceux fournis par la collectivité dans ses impôts, et ceux qu’il va nécessairement acheter.

Moi, j’ai hâte de voir les contrôles dans les transports en commun. Vu qu’ils ne sont déjà pas foutus d’empêcher la fraude, que vont-ils empêcher avec les masques ?


Ces Saviniens et Nord-Essonniens candidats aux élections européennes 2019

Rapidement vu dans les listes de candidats aux élections européennes 2019 qui en France se tiendra le dimanche 26 mai, sous réserve que je n’ai oublié personne, possiblement non remarqué, notamment dans lesdites « petites listes ».

À noter la présence de deux Wissoussiens (7700 habitants) et d’une paraysienne (7400 habitants)

Toutefois, a priori aucune de ces personnes n’est située en position éligible au vu des derniers sondages…


Audrey GUIBERT, (ex-)Savinienne, secrétaire départemental du RN, 32e de la liste du Rassemblement national,

Éva SAS, ex-Savinienne, ancienne députée élue sur la 7e circonscription, 76e de la liste Europe écologie les Verts,

Aurélie TROUBAT, Viry-Chatillon, maire-adjointe de Viry, collaboratrice du groupe LR/Les Centristes/UDI au GOSB, 40e de la liste LR,

Gabriel AMARD, ex-Castelvirois, ancien maire de Viry, gendre de Jean-Luc MÉLENCHON, 8e de la liste Insoumise

Stéphanie JANKIEWICZ, Paray-Vieille-Poste, fille de l’ancien maire et première colistière de Pascal PICARD, 58e de la liste LR,

Françoise BERNALÈS, Athis-Mons, présidente départementale de l’association du Comité du Souvenir du général DE GAULLE, 30e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN),

Jean-Luc TOULY, Wissous, ancien conseiller régional EELV, 19e de la liste Les Patriotes de Florian PHILIPPOT,

Richard TRINQUIER, Wissous, maire, suppléant d’Éric MEHLHORN au Conseil départemental de l’Essonne, 77e de la liste Debout-la-France (Nicolas DUPONT-AIGNAN).



Au bout de quatre ans, quel bilan pour les conseillers départementaux VERMILLET et MEHLHORN ?

Au moyen du Magazine de l’Essonne, des communiqués de presse et des publications sur les réseaux sociaux de nos élus départementaux, je vous propose mon bilan à quatre années de mandature pour Brigitte VERMILLET et Éric MEHLHORN.

Nous sommes actuellement dans une période de creux, après l’effervescence des deux premières années au cours desquelles on rompt avec le passé, mais avant la remise en route du moteur en vue des nouvelles élections.

Je ne décèle pas de grands projets. Beaucoup de communication pour dire qu’on réfléchit à horizon 2040, mais finalement peu de concret. Il y a un effort sur le déploiement de la fibre optique, et sur l’entretien des routes, mais pas beaucoup plus…

Je relève que les taux d’impositions n’ont pas diminués, contrairement à ce qui avait été annoncé. De fait, soit ils sont stupides et voteront la baisse une semaine avant les élections municipales, en toute discrétion, soit nous resterons surimposés…

Pour finir, VERMILLET et MEHLHORN ne me semble toujours pas moteurs, mais plutôt présents, au moins sur les photos. Celui qui fait le plus parler de lui reste quand même Richard TRINQUIER, le turbulent suppléant maire de Wissous.


Le code couleur du bilan de leur programme

  • En rouge, ce qui est bloqué, n’est pas respecté ou a fait l’objet d’un renoncement
  • En magenta, ce qui progresse
  • En vert, ce qui a été mis en place
  • En orange, ce qui n’est pas le fait du Département
  • En gras, ce qui n’est pas du fait des conseillers actuels
  • En souligné, ce qui évolue par rapport à l’année dernière

SOCIAL

Instaurer plus de justice dans l’attribution des aides départementales

Accompagner les bénéficiaires du RSA

Maitriser les dépenses des MDS et des CCAS

Mettre fin à la création de maisons de retraite à 60 € par jour

Renforcer la simplification des dossiers relatifs au handicap

Accompagner les plus fragiles avec équité

Créer une cellule anti-fraude au RSA

Évaluer les partenariats avec les acteurs sociaux

Simplifier les procédures administratives

Soutenir les projets locaux

(Étonnamment, le programme critiquait la gestion de la gauche dans sa gestion de l’enfance et de la jeunesse, notamment sur la question des crèches mais ne proposait rien de concret pour ces thèmes).


FINANCES/ÉCONOMIE

Réduire les dépenses de fonctionnement de 50 millions d’euros

Évaluer les politiques départementales

Réaliser des économies sensibles sur les dépenses de fonctionnement

Maîtriser l’endettement

Engager un plan de désendettement

Systématiser l’évaluation des politiques publiques

Réduire les dépenses en luttant contre les gaspillages

Stopper immédiatement les dépenses qui ne profitent pas à l’Essonne et aux Essonniens

Établir la création/préservation d’emplois comme critère d’évaluation des actions

Revaloriser la politique d’aide aux territoires

Finaliser la requalification de la zone d’activités Savigny/Morangis


CADRE DE VIE

Accélérer le développement de la fibre optique (pas compétent)

Accélérer du déploiement de la fibre optique spécialement sur Wissous (pas compétent)

Finaliser le mur anti-bruit de l’A6

Réaliser les travaux d’extension du foyer Joie de Créer

Prévenir la délinquance


TRANSPORTS/DÉPLACEMENTS

Renforcer les interconnexions du canton

Accélérer la liaison entre RN7 et D118 pour qu’elle soir accomplie avant 2020

Étudier la création d’un arrêt de la ligne 18 à Wissous

Étendre la ligne 492 entre le tram-train et le T7

Étudier la faisabilité d’une gare métro des lignes 14 et 18 à Morangis

Refuser l’augmentation des coûts des transports scolaires

Donner la priorité à la modernisation des transports


COLLÈGES

Créer un dépose-minute au collège Michel-Vignaud (pas compétent)

Assurer la sécurité dans les collèges

Développer la vidéoprotection aux abords des collèges

Mettre en œuvre une prévention spécialisée à Savigny (pas compétent)

Étudier la création d’un collège à Wissous


DIVERS

Rendre compte de l’action en réunion publique trois fois par an dans chaque commune (je n’ai pas eu la parole à leur première vraie réunion publique)

Ne pas voter de délibérations allant contre l’intérêt des habitants du territoire

Refuser les groupes de pression

Respecter des procédures sans exceptions

Tenir les engagements pris devant les Essonniens (les impôts)


En conclusion, le Département continue de gérer les affaires courantes, fortement aidé par l’augmentation de 29 % du taux de taxe foncière en 2016, avec du mieux et du moins bon par rapport à la précédente majorité.

En résumé, on a pris sur le social et la culture pour rétablir les finances, et donner un peu plus aux communes tout en développant la sécurité. Je pense qu’il était possible d’équilibrer autrement pour que tout le monde y gagne et qu’on oppose pas les uns aux autres.

Pour autant, concernant le canton, ou même les projets qui intéressent le canton, nos élus n’y sont pas pour grand chose. Ce sont des projets qui auraient été menés, presque de la même manière, avec n’importe qui d’autre.

Je déplore que Savigny ne soit pas moteur, en plus du fait que nos élus ne font que s’approprier le travail des agents ; ces premiers se cantonnant à un rôle de figurants…



Bof convaincu par les vérités de Richard TRINQUIER, suppléant d’Éric MEHLHORN

Avez-vous remarqué qu’il y avait un grand absent lors de la réunion bilan de nos conseillers départementaux, le 31 mai 2018 ? Richard TRINQUIER, maire de Wissous, et suppléant d’Éric MEHLHORN. Et pour cause, l’édile wissoussien se fait relativement discret depuis sa mésaventure du 08 avril 2018, au cours de laquelle il avait tenté, plus ou moins éméché, de s’opposer à l’installation de gens du voyage à l’aide d’un katana


Sorti de garde à vue, le maire de Wissous a fait distribuer un courrier à ses habitants, vers le 20 avril 2018, pour leur livrer « ses » vérités ; les faits ayant été déformés par la vilaine presse macroniste, soumise aux ordres du pouvoir. (On rappellera que Richard TRINQUIER avait appelé à voter Marine LE PEN au deuxième tour de l’élection présidentielle après avoir parrainé Nicolas DUPONT-AIGNAN ; tout en soutenant François FILLON pour le premier tour puis l’UDI aux législatives…)

Lesquelles vérités ne me convainquent pas vraiment, même si  TRINQUIER n’a pas non plus tort dans certains éléments factuels qu’il dénonce (en l’occurrence, qui n’avaient jamais été mis en cause), que la Préfecture et la Police sont complètement larguée et impuissantes dans ces situations, et enfin que Wissous accueille deux aires pour gens du voyage, dont on ne veut pas ailleurs en Essonne, ce qui arrange bien certaines villes voisines ou proches comme Savigny.

TRINQUIER commence par rappeler qu’alors que Wissous possède deux aires d’accueil pour les gens du voyage, ceux-ci ont décidé de s’installer ailleurs, sur le parking d’une crèche. Qu’il y a déjà eu une première installation illégale à l’issue de laquelle il aurait été menacé de mort, et que c’est donc pour se prémunir de nouvelles menaces, voire d’une agression, qu’il a emporté son sabre dont il dit savoir se servir. Pourtant, dans la vidéo, il dit qu’il « n’a pas qu’une (arme) ».

Cette vidéo, qui reste malgré tout partielle et subjective, ne montre cependant ni agression spectaculaire, ni même TRINQUIER sortir son katana ; même si on pense le deviner au bout d’une minute. Pareillement, on ne voit pas le policier municipal sortir son arme pour défendre son maire. On s’étonne alors que TRINQUIER présente dans son courrier une arme saisie par la Police, cran de sécurité relevé, sans faire référence à sa propre arme de poing 9 mm


L’autre vérité qui ne tient pas concerne les 0,29 mg d’alcool par litre d’air expiré. Il faudrait d’abord voir combien de temps après les faits a été réalisé ce contrôle, qui ne tient donc pas compte de l’alcool déjà éliminé. Et de rappeler qu’à 0,29 mg/LAE, TRINQUIER était passible au volant d’une contravention de 4e classe (une amende, une suspension de permis jusqu’à 3 ans et 6 points en moins). Je ne comprends donc pas cette mention qui l’enfonce encore plus…

Car il doit être vachement fort son petit vin dominical pour pouvoir, avec deux verres à midi, lui coller encore 0,6 g d’alcool par litre de sang dans l’après-midi… On n’est plus sur du vin, mais des spiritueux ! Et de vous à moi, je pense qu’on n’en aurait pas voulu à TRINQUIER de dire qu’il avait pris plus que deux verres, parce que c’est dimanche, et qu’on fait tous moins attention ce jour là, surtout s’il y a plusieurs vins, encore plus quant il y a la famille…

L’ébriété est une notion subjective. Chacun tient plus ou moins bien l’alcool ; question de génétique et d’habitude. Ce n’est pas parce que TRINQUIER dit qu’il ne sentait pas ivre, qu’il ne l’était pas. Mais au-delà de ça, je trouve d’autant plus inquiétant que le maire de Wissous, se disant maître de ses moyens, aille menacer des gens avec un sabre ! Certes, TRINQUIER possède le surnom de « shérif », sauf qu’on n’est plus dans la terre sans-loi du Far-West de 1840 !


Notons enfin que le service communication du parti Debout la France est venu à la rescousse de Richard TRINQUIER pour appuyer sa version des faits, et surtout dire que les gens du voyage sont de vilains voleurs, ce qui justifierait qu’on puisse les menacer avec un sabre… Si j’étais complotiste, je trouverais même étrange la coïncidence entre l’altercation avec le jeune homme, et la présence de la caméra ; TRINQUER semblant même porter un micro-cravate…


Le courrier original tient sur deux pages. Il a été fusionné pour gagner de la place. (cliquez pour agrandir)