Archives du mot-clé projet

La question qui fâche : pourquoi le graff du futur de Grand-Vaux ne ressemble pas bien au plan du projet ?

Probablement parce que le graffeur, qui n’est pas de la commune, ne sait pas bien dessiner, tout du moins n’a pas le sens des proportions…

En attendant, je vous propose de jouer au jeu des sept différences entre le plan du projet et le plan de la fresque. (Mais il y en a sûrement plus !)

1) Ce qui me frappe le plus, c’est le déplacement du gymnase Douillet qu’on a écarté de l’Yvette.

2) Mais il y a aussi les nouveaux immeubles de la rue Van-Gogh qui sont concentrés ensemble et décalés par rapport à la rue

3) La résidence Derain a aussi pris un sacré coup de rabot (David, si tu nous lis…)

4) Les pavillons sont devenus des barres, même si ce ne doit pas être facile à dessiner.

5) Il y a aussi des petites différences dans la forme des bâtiments à la place de l’actuelle dalle commerciale.

6) On a aussi réduit la taille du parking du groupement immobilier de l’Yvette.

7) Et une dernière pour en avoir sept, le petit immeuble prévu au niveau de l’église est décalé plus bas.

Tout mon problème en fait, est que je ne sais pas si c’est le graffeur qui n’est pas si bon que cela, ou si c’est le projet qui a encore changé entre temps…

Et bien sûr, on ne sait toujours pas où sont prévus les logements sociaux, qui vont probablement tous être vers la barre Monet pour laisser les gueux entre eux… Une mixité sociale en carton…





Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : sur la première vidéo d’Alexis IZARD (LaREM – Osons Savigny)

Pour des pros de la communication, ils nous font une vidéo très ancien monde…

Regardez vous-même (1 minute 07), ça fera quelques vues saviniennes, et puis on en discute.



Sur la forme, une vidéo accouchée dans la précipitation

  • Un support compressé qui pixelise à mort la vidéo si on n’utilise pas la 4G ou la fibre pour la regarder.
  • Un format d’image moyennement adapté à Twitter à cause des deux bandes noires horizontales qui, si elles permettent que les sous-titres ne soient pas couvertes par les icônes de lecture, révèlent l’utilisation de la plate-forme Clideo.com.
  • Un candidat faussement négligé et faussement cool. En plein été, veste de costume neutre, cravate tombée, chemise neutre non repassée, et col ouvert. Cheveux peignés. Barbe naissante. Les lunettes rondes font un peu trop singe savant.
  • Le lieu, manifestement son jardin, envoie un double mauvais message : déjà parce qu’il n’est pas entretenu et préfigure un mandat à cette image, brouillonne et anarchique ; ensuite, parce que cela dit qu’il n’est pas allé chercher loin pour prendre un lieu représentatif de Savigny. Lumière correcte. Petits bruits en arrière-plan, pas forcément gênants.
  • La gestuelle est trop mécanique, et la manière dont il positionne ses mains trahit qu’il n’est pas à l’aise. À certains moments, on dirait qu’il nous montre la taille du poisson qu’il a pêché. À d’autres, qu’il est en train de peloter quelque chose ou quelqu’un…
  • La voix est posée, et il ne parle pas trop vite. Mais ses respirations et intonations, et la manière dont il séquence ses phrases, sont ridicules, car elles ne sont pas naturelles.
  • Sur la fin, une utilisation dérangeante du logo de la Ville avec une annonce clairement faite à l’arrache puisque les informations sont à venir. Sachant cela, si je suis MEHLHORN, je ne prête rien, et il se retrouve sur la Place Davout !
  • Enfin, la seule chose bien est que la vidéo n’est pas trop longue, et que le texte, plutôt court et bien découpé, arrive à la rendre dynamique. Donc qu’on reste et qu’on la regarde d’un trait.
  • Par ailleurs, si parmi tous les gens qui ont aimé ou relayé cette vidéo, dont le célèbre Laurent FONTAINE, du duo BATAILLE et FONTAINE sur TF1, vous pouvez me trouver des Saviniens…

Sur le fond, une vidéo qui ne dit rien

Le message : Coucou, c’est moi. On se revoit le 27 septembre.


Bonjour à tous, je m’appelle Alexis IZARD, j’ai 27 ans, je suis chargé d’affaires chez BPI France où j’accompagne les entreprises françaises dans leur développement. Et je suis le candidat investi par la République en marche pour les prochaines élections municipales à Savigny-sur-Orge.

==> Bonne entrée en matière qui dit l’essentiel : je suis le candidat MACRON.

Savigny-sur-Orge, j’y ai grandi, j’y suis très attaché, et j’ai eu le temps de constater ses grandes qualités mais aussi ses faiblesses. Et aujourd’hui, je ne veux plus me contenter d’être spectateur. Je veux devenir acteur des changements dont notre ville a besoin.

==> Quelles qualités ? Quelles faiblesses ? Considères-tu donc que tu étais spectateur en 2014, lorsque tu étais sur la liste FABRE ? Ou en 2017, lorsque tu étais candidat suppléant aux législatives ? Et avec ce que tu faisais dans Génération Savigny, dont tu t’es vanté dans ta présentation papier ? Pourquoi ne t’es-tu pas engagé avant si tu es si attaché à cette ville ?

Ça fait trop longtemps que Savigny manque d’audace, d’ambition, d’innovation. Il faut que ça change !

==> Que mets-tu derrière « audace », « ambition » et « innovation » ? Comme au flipper, à chaque fois qu’il emploie un mot-clé, tu as un ding.

C’est pour ça qu’accompagné d’un collectif d’horizons divers et particulièrement motivé, nous allons porter un projet ambitieux pour notre ville. 

==> Vive la diversité ! Heureusement que ses colistiers sont motivés ! C’est mieux pour faire campagne ! Mais qui sont-ils ? Et quel est ce projet ambitieux ?

Un projet qu’on constituera en allant à votre rencontre pour tenter de comprendre vos problématiques mais aussi et surtout pour écouter vos ambitions pour la ville.

==> Donc en fait, et contrairement à ce que tu viens de nous dire, tu n’as pas de projet, donc tu n’as pas d’idées, et tu indiques en plus vouloir diriger au sondage. Cela s’appelle le populisme, et c’est ce que tu reproches au RN !

L’audace, l’innovation et l’écoute seront, en effet, au cœur de la campagne que je mènerai. Et qui sera lancée le 27 septembre à l’occasion d’un grand événement auquel vous serez tous conviés.

==> Tu te répètes avec « audace » et « innovation ». Alors montre nous comment tu innoves.

En attendant, je vous souhaite un très bel été et je vous dis à très bientôt, au plus proche de chez vous ! Liste « Osons Savigny » – Soirée de lancement Vendredi 27 septembre 2019 (informations à venir)

==> Qu’est-ce que signifie « au plus proche de chez vous » ? Bref, tout cela pour nous donner rendez-vous le 27 septembre dans un mois et demi. Tu aurais donc pu prendre plus de temps pour nous proposer une bien meilleure vidéo, et nous dire des choses concrètes.


Conclusion

Une annonce de campagne qui se veut moderne parce qu’en vidéo, mais qui se révèle décevante car terriblement classique.

Un mois après avoir été investi, il était temps que IZARD s’active un peu. Mais cela tombe en plein mois d’août, donc la portée est finalement réduite…

Mais comme finalement, il nous dit qu’il ne se passera rien avant le 27 septembre, on se demande finalement à quoi bon occuper l’espace avec un document si critiquable ?

De toute façon inutile, parce que qui va prendre le temps de le regarder, de le penser et de le critiquer, et qui va voter pour IZARD pour son programme, quel qu’il soit ?

Les Saviniens vont voter pour MACRON, donc il aurait plutôt intérêt à en faire le moins possible, surtout s’il commence avec des conneries…



Viry-Châtillon menace-t-elle l’entrée de la CALPE dans le Grand Paris ?

La CRCI (Commission régionale de coopération intercommunale) s’est réunie le 10 juillet 2015 pour se prononcer sur les regroupements intercommunaux dans le cadre du Grand Paris. Parmi les avis défavorables, celui concernant l’avenir de la CALPE, à savoir que Paray-Vieille-Poste quitte la CALPE et que Viry-Châtillon rejoigne notre agglomération.

Lorsqu’on sait que Paray-Vieille-Poste rapporte 20 % des recettes de la CALPE (environ 20 millions €), alors qu’elle n’en représente que 4,6 % de la population, on peut se dire qu’on n’a pas envie de perdre une commune aussi rentable. Mais lorsque des rumeurs tendancieuses nous laissent à penser que Viry menacerait notre entrée dans le Grand Paris, on s’interroge.

© Le Parisien – Un projet au 16 juillet 2015 qui ne statue pas encore sur l’avenir de la CALPE


–> Lire le résumé de la Région : « Aucun des 4 périmètres (dont la CALPE) n’a donc fait l’objet de modifications adoptées par la CRCI. » Donc Paray reste pour l’instant dans la CALPE et Viry n’y rentre pas. Et tout le monde est mécontent, enfin presque… Si le Conseil municipal de Viry a bien voulu quitter la CALE pour la CALPE, les Conseils municipaux de Savigny, Athis-Mons, Juvisy et Morangis lui ont dit NON. Alors que les mêmes avaient voté OUI à la CALPE !!!


Avant-propos : ma position sur le Grand Paris

Je suis hostile à ce que la CALPE intègre le Grand Paris pour la raison que ce mastodonte n’aura rien à faire de nous, villes-dortoirs du Nord Essonne. Par contre, je ne trouve pas incohérent que Viry nous rejoigne dans la CALPE, et que nous rassemblions ainsi la 7ème circonscription législative. Tout le problème vient des dettes de la communauté d’agglomération des Lacs de l’Essonne (CALE) dont fait partie Viry et que nous devons aux socialos-communistes.


Avantages et inconvénients d’un Viry calpien

À Viry, ce qui est bien, ce sont toutes les infrastructures sportives, culturelles et sociales que les Castelvirois ont financé et qui pourraient aujourd’hui servir aux Saviniens et aux Juvisiens limitrophes à des coûts privilégiés. Ce qui est bien aussi à Viry est la régie de l’eau, même si sa gestion est réformable. Mais le problème est que tout cela a un coût d’entretien important et que la CALE était endettée de 46 millions € en 2013 dont une partie irait alors à la CALPE…


La CALPE – Paray + Viry = Err 001 (somme négative)

Paray, c’est bien parce qu’ils donnent beaucoup et qu’on leur en rend peu. Pour moi, comme à Savigny, nos deux communes sont les « idiotes utiles » de la CALPE… Viry, ils donneront beaucoup parce qu’ils sont nombreux et actifs commercialement mais il faudra aussi leur rendre beaucoup pour entretenir toutes les belles infrastructures dont les Calpiens vont les déposséder en s’invitant chez eux. Comme il n’y a rien à Savigny…


La menace castelviroise (qui est une menace paraysienne)

raisons-CALPE

Extrait de la délibération savinienne rejetant l’intégration de Viry-Châtillon à la CALPE (et le départ de Paray)

En réalité, la CALPE n’est pas hostile à l’entrée de Viry (parce que cela coûterait cher – là dessus, il n’y a aucune réaction « venez comme vous êtes », que la Ville est trop au Sud, trop éloignée du Grand Paris). Mais les communes craignent qu’on leur refuse le Grand Paris à cause du départ de Paray. La CALPE ne peut en effet intégrer le Grand Paris que si deux de ses communes (Athis-Mons et Paray-Vieille-Poste) jouxtent une infrastructure aéroportuaire. Or, la modification de territoire des deux villes est liée et enchainée…

Alors comme il n’y a aucune autre garantie pour l’instant, tolérer le départ de Paray, en imaginant qu’un amendement dérogatif nous intégrant au Grand-Paris ne soit pas voté, pourrait nous laisser à la porte, d’autant que l’agglo est loin des 200 000 habitants nécessaires (avec 127 064 – Viry inclus). Donc cela priverait la CALPE et son nouvel établissement public territorial des mannes financières de l’aéroport. Et ça, ce serait vraiment trop injuste…


Pour terminer, un petit échange de courriels avec Laurent SAUERBACH, président de la CALE

Moi, le 17 juillet 2015 à 10 h 17 :

Bonjour,

Je souhaiterais connaître les réactions officielles de la CALE et ses élus, s’il y a eu, suite à la réunion de la CRCI du 10 juillet 2015 qui traduit un avis défavorable au rattachement de la commune de Viry-Châtillon à la CALPE.

En vous remerciant. Bien cordialement.

Olivier Vagneux


Laurent SAUERBACH, président de la CALE le 17 juillet à 10 h 34 :

Comme d’habitude, vous continuez de véhiculer des informations erronées ou mensongères. Pour travestir ainsi la réalité, vous n’étiez manifestement pas à la CRCI du 10 juillet ou vous dormiez pendant la séance. C’est pathétique !

Vous n’êtes pas journaliste, vous ne représentez personne et notre Communauté d’Agglomération n’a donc aucune réponse à apporter à un falsificateur tel que vous.

Bonne journée.

LS


Moi, parce que j’aime bien avoir le dernier mot, le 17 juillet 2015 à 11 h 19 :

Re bonjour,

Manifestement le président de la CALE aurait du mal à assumer que je m’interroge publiquement sur son engagement à la tête de la CALE et son autre engagement au cabinet du Conseil départemental. Il devrait pourtant savoir que je le sais trop intègre pour pouvoir soupçonner tout népotisme ou tout conflit d’intérêt qui justifierait la deuxième fonction, et qui de plus à ce jour n’est pas prouvé entre les deux institutions.

Quant au fait que j’écrive que Laurent SAUERBACH prenne un poste professionnel au Département pour s’assurer, après la dislocation de la CALE, il relève de ma liberté d’expression que je l’écrive, et de la liberté de la presse que je le publie sur mon blog. D’autant plus que pour une fois qu’un élu conserve une activité professionnelle…

Où est l’information erronée, où est l’information mensongère ? Les villes composant la CALPE ne veulent pas de Viry-Châtillon (et perdre les 20 millions € de recettes de Paray).

La Presse le dit, notamment le Républicain (http://www.le-republicain.fr/actualites-departementales/5432-le-debat-sur-les-agglomerations-reste-fige-en-essonne)

Même le site de la Région dit comme moi (http://www.ile-de-france.gouv.fr/Presse-et-communication2/Communiques/Grand-Paris-CRCI-du-10-juillet-2015-13-perimetres-d-intercommunalites-stabilises-en-grande-couronne)

3) Les 4 périmètres ayant fait l’objet d’une majorité d’avis défavorables de la part des communes concernées ont été à nouveau examinés par la CRCI

Il s’agit des périmètres suivants :

 L’élargissement du périmètre de la CALPE (réduite de Paray-Vieille-Poste) à la commune de Viry-Châtillon (91) : 4 des 5 communes concernées ont exprimé un avis défavorable, représentent 75% de la population. La CALPE a quant à elle émis un avis favorable ;

Alors la question que je me pose est la suivante : Pourquoi les villes de la CALPE s’opposent-elles à cette modification territoriale ? (Plusieurs réponses possibles)

1) Parce que le Grand Paris est réellement menacé par l’entrée de Viry-Châtillon (ce dont je ne comprends pas en quoi).

2) Parce que la CALE est très endettée et dispose d’infrastructures qui seront lourdes à entretenir.

3) Parce que la CALPE ne veut pas perdre les 20 millions € de recettes de Paray-Vieille-Poste.

4) Pour une autre raison qui dépasse le « falsificateur » que je suis.

Voilà, le journalisme, c’est poser des questions et retranscrire les réponses qui sont données. Vous avez gagné un article sur mon blog.

En vous remerciant de votre collaboration.

Olivier Vagneux

Comprendre la défaite de Pierre GUYARD et du PS de Savigny-sur-Orge aux municipales

Quatre mois après le second tour des élections municipales, le Savinien libéré revient sur sept raisons qui expliquent la défaite de l’union de la gauche à Savigny, écrasée au second tour par l’UMP d’Éric MEHLHORN et le bloc des trois droites qui ont réalisé 68 % des voix avec trois listes contre 32 % pour la gauche unie, et rejointe par les électeurs de FABRE.

Au premier tour, la coalition PS-PC-PRG-EELV avait réalisé 21,77 % et s’était placée en tête. Le candidat marxiste Jean ESTIVILL avait quant à lui réalisé 2,84 % tandis que le candidat divers-gauche David FABRE en avait obtenu 13,41. Le cumul de ces voix aurait dû s’assurer la victoire contre une droite divisée, d’autant que la gauche réalisait 49 % des voix aux municipales de 2008 et 52 % en 2012. Et pourtant, il n’en fut rien…

 

I. La politique présidentielle et gouvernementale jouait contre eux

Les coalisés n’ont pas été aidés par le contexte politique nationale qui a vu la gauche fortement contestée. Mars 2014 fut, dans toute la France, un juste retour de boomerang pour le PS et son allié EELV à cause de leur incapacité économique, de leur oubli de l’électorat populaire et de leur réformes acharnées pour modifier la société française (mariage pour tous, rythmes scolaires). De fait, ils se sont coupés d’une partie de leurs bases (ouvriers, parents d’élèves, croyants…) Le charisme de Jean-Marc AYRAULT n’arrangeait alors pas les choses, même si Manuel VALLS n’aurait pas fait mieux.

II. Ils ont manqué d’une émulation à gauche sur la commune

Ils ont voulu faire l’union tout de suite et ont manqué d’un débat d’idées avec l’extrême-gauche communiste qui aurait pu les faire connaître, le centre étant absent du débat politique. Le camarade Jean ESTIVILL ne compte pas puisqu’il ne sert que les intérêts des fidèles de Savigny-égalité à savoir sa famille et les fidèles de 1989 comme Pascal CHANOUX. Le Parti de gauche de Dominic LEBRUN ne les a pas suivis et n’a pas pu constituer sa liste.

III. Leur alliance, mal ficelée, ne ressemblait à rien

Ils ont cru qu’ils l’emporteraient au nombre de partis présents sur le bulletin. Le PRG uniquement représentée par Chirinne ARDAKANI n’a servi à rien sinon à montrer l’opportunisme de la jeune syndicaliste. EELV comptait 4 personnes dont la député SAS opposé au cumul des mandats mais pas opposé au fait de devenir conseillère municipale et conseillère communautaire de la CALPE. Le PC a brillé par ses sorties, notamment celles de Michèle PLOTTU-GROSSAIN qui ne cessait de réclamer des dépenses pour financer des services publics (lesquels, on ne sait pas)…

IV. Une liste de responsables politiques parachutés 

Il n’est un secret pour personne que Pierre GUYARD (« la fierté d’être Savinien« ) nous arrive de Verrières-le-Buisson, abandonnant lâchement le PS local. On appréciera que le Parti socialiste considère Savigny comme une poubelle. Éva SAS (EELV) n’habite la ville qu’une journée par semaine sinon Paris, à ce qui se dit. Chrinne ARDAKANI (PRG) a fui Massy ayant compris qu’elle avait une chance à Savigny. Enfin, Michèle PLOTTU-GROSSAIN (PC) était la seule implantée sur la ville mais elle avait disparu politiquement depuis sa participation aux législatives de 2007.

V. Communication et impressions de campagne

Il y a tout d’abord cette affiche sur laquelle le produit (Pierre GUYARD) est coupé. Cette communication révèle un amateurisme flagrant qui est indigne de l’expérience du PS. Il y a ensuite cette manie de ne se retrouver qu’entre copains, ce qui est oppressant pour les petits nouveaux. C’était super les réunions publiques et les vœux. Sauf que c’était systématiquement le même public dont une partie venait des villes voisines, de la CALPE notamment. Les marchés de la campagne n’ont pas fait recette et les candidats s’y disputaient. Seul le porte-à-porte fut efficace. Ce fut la campagne du PS pour le PS…

VI. Un projet qui n’a pas convaincu

Essayons de l’expliquer simplement :

un service public exemplaire et efficace –> Les électeurs ont préféré la droite qui favorise le privé. Seuls les fonctionnaires apprécient vraiment le service public.

accompagner tous les âges de la vie -> On pense aux jeunes et aux vieux. Mais que fait-on pour les actifs ? Or, ce sont eux qui votent le plus. Cet aspect a manqué.

réussir le vivre ensemble –> C’est une utopie. Commençons par vivre sur Savigny. Le FN ne s’embarrasse plus avec cette question très délicate et ici mal traitée.

rendre Savigny attractive –> Ce sont les Saviniens qui veulent profiter de leur ville et en sortir pour s’amuser. Ils n’ont rien à faire que les autres viennent.

VII. Un candidat-Maire qui n’a pas séduit

Il faut voir que 1/3 des électeurs de gauche a préféré FABRE. Pierre GUYARD, arrivé récemment quoiqu’il en dise, semble avoir du mal à parler d’autre chose que d’efficacité énergétique et de rénovation thermique. Ses positions en faveur des partenariats public/privé n’ont pas été comprises. Il n’a pas accroché dans les quartiers populaires à Grand-Vaux ou aux Prés-saint-Martin, semblant trop distant et trop lointain. Enfin, il ne connaissait pas suffisamment bien les dossiers saviniens, même entraîné par son équipe ou l’ancien maire-adjoint Bernard MÉRIGOT.

 

Cette défaite est d’abord la conséquence du climat politique national. Mais elle s’explique aussi par le refus des Saviniens d’un candidat et d’une équipe extérieure, qui n’a pas fait une super campagne et qui n’avait pas un programme suffisamment convaincant pour l’emporter.

À titre personnel, je déplore la soumission des militants du PS qui ont préféré le candidat parachuté par Solférino (Pierre GUYARD) à Jean-Marc DEFRÉMONT, militant classique du PS, parent d’élève FCPE, doté d’un ancrage local. On peut aussi regretter la division du PS savinien en deux courants : social-démocrate (très idéologique) et social-libéral (avec compromis) et la victoire du premier sur le second. Enfin, on peut déplorer la perte de personnes compétentes telles que Chadia SEMDANI-ZIZTERMAN et de Jean-Claude LÉOST.