Archives du mot-clé projet pastoral de secteur

Sur le bilan des trois premiers projets pastoraux du secteur de Savigny-Viry

À l’occasion de l’élaboration du quatrième projet pastoral du secteur ou PPS de Savigny-Viry (document résumant les grandes orientations que se donnent les chrétiens pour une période de trois ans, ici courant de 2018-2021), l’équipe de secteur a voulu faire mémoire des réalisations des trois premiers (2009-2011, 2012-2014, 2014-2017). Seul petit problème, la mémoire des uns tend à exagérer ce qui a réellement le fait des précédents PPS !

En avant-propos, je rappellerai que les secteurs pastoraux ont été créés en Essonne, sur la carte des doyennés, à la suite du synode diocésain de 1987 ; et que jusqu’au 5 octobre 1996, Savigny et Viry faisaient partie d’un secteur commun avec Juvisy, Athis et Paray-Vieille-Poste. Les premières réflexions pour élaborer un projet ont commencé en janvier 2005, pour donner un premier document qui sera promulgué en janvier 2009, puis mis à jour et renouvelé à partir de là tous les trois ans !


COMMUNICATION

Le site internet : Oui ; même s’il a été crée de mémoire en 2008, il n’a vraiment pris son essor qu’en 2009. C’était notamment Mathieu FLOWER qui travaillait dessus.

Le journal de secteur (Le Fil) : Oui, il s’agit d’une création réussie du premier PPS pour tisser du lien.

Les agendas : Non, ils existaient déjà en 2006 ; sûrement un peu avant…

Les annonces : Non, il y en a « toujours » eu (de ma mémoire) ; et elles sont de plus en plus longues, et globalement de plus en plus mal lues…

Les affichages et les présentoirs : Oui, dans le premier PPS ; il y a eu un vrai effort pour trier et améliorer la visibilité des communications.

Grain d’Orge et le guide pratique du secteur (GPS) : Grain d’Orge existait depuis 1966, et contenait la plupart des renseignements contenus dans le GPS. Sauf que le lecteur a surtout laissé mourir ce premier…


FORMATION

Collaboration avec le service diocésain de la formation (Jonas) : Oui, même s’il ne reste plus grand monde de cette formation…

Formations et rencontres thématiques pour tous : Non, il y en avait déjà. Le secteur n’a rien lancé de nouveau.

Formations dédiées à des acteurs de la pastorale : Idem. Non, il y en avait déjà. Le secteur n’a rien lancé de nouveau.

Conférences : Oui, dans le troisième PPS, avec plus ou moins de succès car les gens ne sont pas intéressés.

B’ABBA : Oui, même si on a fait d’une création protestante à destination des lycéens, un outil de conversion et de catéchuménat des catholiques. Ce support me dérange profondément.


ATTENTES SPIRITUELLES

Accueil spirituel dans des lieux bien identifiés : Oui, dans le premier PPS. Une permanence le jeudi soir à Viry !

Soirées d’adoration : Oui, animées par la famille ZANUTTA

Recueil de belles prières dans les églises : Oui, chaque église a le sien.

Soirée ressourcement : Oui, mais ça n’a rencontré un succès qu’assez limité…

Éveil à la foi : Non, ça se faisait déjà, et il n’y a pas eu tellement d’efforts supplémentaires. La plaquette jaune ?

Groupes de prière de différents styles : Oui, le secteur a encouragé à la création de nouveaux groupes, mais il faut voir ce qu’il s’y fait…


SOLIDARITÉ

Collectes : Non, j’en faisais déjà en 2004 !

Semaine ou Journée de chaque mouvement : Non, ça existait bien avant !

Tables ouvertes à tous : Oui, avec plus ou moins de succès selon les fois et les lieux.

Accompagnement des personnes handicapées : Non, cela se faisait déjà sans le secteur.

Pastorale de la santé : Non, il n’y a rien eu de nouveau…

Articles dans le Fil : Oui, sur une page consacrée.

Mission solidarité : Je ne sais pas de quoi il s’agit…


FAMILLE

Catéchèse spécialisée : Oui, la catéchèse à destination des enfants handicapées a bien été mise en place sur impulsion du premier PPS.

Accueil des personnes divorcées et divorcées-remariées : Oui, même s’il s’agit d’une initiative diocésaine développée et portée par le père Guy DE LACHAUX, c’est bien du fait du PPS !

Messes familiales : NON, elles existaient bien avant !


Globalement, on s’aperçoit que le premier PPS, qui avait pour thèmes « Communication, Formation, Attentes spirituelles et Solidarité » a lancé plein de choses qui ont abouti. Le deuxième a inclus le thème de la famille, mais sans beaucoup plus. Le troisième a essayé de relancer le mouvement, mais là encore avec difficultés… Le quatrième PPS rompt donc réellement avec les trois premiers, mais souffre aussi de présenter pas mal d’actions qui se font déjà…



Publicités

Trois reproches à l’élaboration du projet pastoral de secteur 2018-2021 de Savigny-Viry

Le 28 janvier 2018, une trentaine de catholiques de Savigny-sur-Orge et de Viry-Châtillon se sont réunis pour élaborer leur projet pastoral de secteur (PPS) 2018 à 2021. C’est à dire convenir de priorités pastorales, que la communauté de secteur (environ 600 personnes) se donne, pour servir l’annonce de l’Évangile. Néanmoins, la méthode d’élaboration dudit projet me gêne, en tant qu’elle contient les germes du possible échec du futur PPS.

Ne nous cachons pas non plus que l’Église est une officine profondément humaine, tentée par la communication politique. Il faut faire un projet pastoral de secteur, alors on en fait un. Mais je ne suis pas certain de l’adhésion tant des responsables que de la base de l’assemblée à un tel projet. La preuve en est qu’à peine une trentaine de personnes se sont mobilisées, et qu’il manquait notamment un certain nombre de forces vives ou motrices de notre secteur…


Premier reproche : le nouveau PPS ne tient pas compte du bilan du précédent

Est-ce bien étonnant quand le bilan du précédent projet (seulement 101 réponses) a été réalisé au moyen de smileys ? Donc le bilan est que la formation n’est pas trop mal, que la communication est bonne (atchoum !), que l’accueil doit s’améliorer, que la solidarité est améliorable et qu’on peut mieux faire pour les jeunes… Partant de là, les résultats sont inexploitables, et on continue quand même à faire les mêmes choses, en essayant d’innover.


Deuxième reproche : le PPS se confond avec les orientations pastorales générales

Un PPS pour être réalisable doit comporter entre deux et quatre thèmes. Le nouveau n’en comporte pas moins de huit : Accompagnement, Accueil, Évangélisation, Place des jeunes, Prière, Réflexion – formation – partage, Solidarité – Fraternité et Autres. Autant d’items qui sont des besoins permanents, et pour lesquels on va justifier d’en négliger une partie pour en traiter une autre. Bref, au lieu de se concentrer sur un essentiel précis, on part dans tous les sens…


Troisième reproche : la méthodologie des groupes de travail thématiques

Le 28 janvier, les chrétiens se sont divisés en groupe pour réfléchir à chacun des thèmes. J’étais tout seul dans le mien, puis on m’a envoyé deux personnes dont un prêtre qui savait ce qu’il fallait écrire (donc mes idées sont un peu passés à la trappe). Et puis à la fin, des gens qui ne sortent d’on ne sait pas où, rajoutent des idées qui ne sont pas dans l’esprit, voire en contradiction, avec les réflexions des groupes. C’est à se demander pourquoi il fallait travailler…


Je me rends compte qu’il y a en fait peu de chrétiens qui ont une vision transversale de ce qui existe dans leur paroisse ; jusqu’à certains membres de l’équipe pastorale de secteur (celle qui chapeaute tout) qui était incapable de parler de la formation parce qu’elle ne la connaît pas…

C’est là que ce qui se passe dans l’Église me fait penser à la politique. Il y a d’un côté des prêtres qui ne veulent pas perdre la supériorité de leur statut voire de leur caste, et de l’autre, des chrétiens de tradition qui refusent le développement des convictions, pour rester à une place.

Il y a enfin tous ces gens qui veulent bien faire, et ont plein d’idées pour des personnes qu’ils pensent intéressées, notamment pour les jeunes. Mais je ne suis pas certain qu’on les verrait réellement profiter de ce qu’ils proposent, parce qu’ils ne sont pas intéressés eux-mêmes.

Or, tout est lié, et l’Église ne pourra se montrer vivante, que lorsqu’elle connaîtra une conversion des mentalités, et que des minorités arrêteront de bloquer autour d’elle pour être le centre de l’attention, mais permettront que chacun s’exprime et se développe à son niveau.

Je suis pessimiste pour ce PPS 2018-2021, parce que celui de 2014-2017, dont on nie les échecs, s’est trop contenté de s’attribuer les réussites de ce qui existait déjà, en prétendant faire un effort particulier. Et qu’en réformant trop peu, on achève d’épuiser l’existant, voire on le tue.



Mon bilan du projet pastoral 2014-2017 du secteur Savigny-Viry

Lors de son installation, notre évêque a dit : « Je compte sur vous les jeunes, disciples du Christ (…) Prenez votre place, n’ayez pas peur d’attirer notre attention sur les soutiens et les appuis qui vous sont nécessaires pour vivre votre foi dans le monde de ce temps. N’ayez pas peur non plus de conseiller votre Église et de la pousser à prendre des initiatives pour mieux rejoindre vos générations.

Fort de cet encouragement, je vais répondre au questionnaire d’évaluation du projet pastoral de secteur 2014-2017 en dépassant le système des émoticônes, qui me semblent un peu limités dans le cadre d’une réelle concertation.

Je trouve en effet qu’agir ainsi revient davantage à nous considérer comme des consommateurs d’Église devant apprécier tel produit. Alors que nous pourrions pleinement être acteur en nous exprimant aussi et en plus sur l’intérêt des objectifs à évaluer.

Je précise enfin que je suis un homme, appartenant à la tranche 18 – 30 ans, et que je suis engagé au catéchuménat.


Voici le code couleur que j’utiliserai dans ce bilan pour rattacher le tout aux émoticônes.

Objectif atteint (vert)

Objectif améliorable (orange)

Objectif non atteint (rouge)

Je ne suis pas informé (violet)



FORMATION – RÉFLEXION – COMMUNICATION

1) Formation

  • Accompagnement et soutien catéchétique des parents

==> Je ne sais pas si cela fonctionne. C’est une bonne idée, qui existe depuis 2008, et qui est à poursuivre. Mais je pense que ce sont surtout les parcours catéchétiques qu’il convient de revoir. Et le secteur pourrait être moteur pour en proposer des compléments ou des pistes d’amélioration.

  • Formations sur l’Église et son fonctionnement

==> Je ne vois pas de quoi il s’agit. Mais il existe effectivement une demande, relative notamment à la liturgie.

  • Formations pour tous sur les « fondements de la foi », B’Abba…

==> Je ne vois pas de quoi il s’agit. Je précise que B’Abba n’est pas une formation, et qu’il pourrait être bien d’arrêter ce lobbying permanent qui nous l’impose partout jusqu’au catéchuménat.


2) Échanges sur les grands sujets de société

  • Conférences – débats

==> Il n’y en a quasiment pas car l’Église est devenue trop lâche, au nom d’un politiquement – médiatiquement correct, pour assumer certaines positions sur le mariage, la fin de vie, l’éthique…


3) Communication

  • Guide pratique du secteur (GPS)

==> Personne ne m’a jamais témoigné de son utilité. Je pense qu’il est bon qu’il en existe une version numérique, sinon papier dans les églises. Mais je ne suis pas certain de la pertinence de le distribuer dans les boîtes aux lettres au milieu des publicités.

  • Tracts – Affiches

==> Il y en a tellement que je ne les regarde pas ou plus…

  • Site internet – Page Facebook

==> Je trouve que le site manque d’ergonomie, même s’il est déjà mieux que le précédent. Je pense que la page Facebook est bien gérée.

  • Journal « Le Fil »

==> Je n’en partage pas vraiment la ligne éditoriale. J’ai de moins en moins envie de le lire.

  • Agenda

==> Il est très bien.

  • Annonces à la fin des messes

==> Elles sont trop longues et trop décousues, et d’autant plus inutiles si elles se répètent avec ce qu’il y a écrit dans l’agenda. Il conviendrait de faire certains choix d’annonces à prioriser.

  • Présentoirs et affichage au fond des églises

==> Je ne les regarde plus. Il y a trop de documents, et il faudrait faire attention à ce que certaines personnes y mettent.

  • Permanences d’accueil

==> Malheureusement, trop de bénévoles ne savent pas renseigner les personnes qui ont des questions un peu précises.


COMMENTAIRES :

Je suis personnellement en demande de plus de formations et de réflexions. Je regrette la disparition de Grain d’Orge, qui me semblait être le principal moyen d’évangélisation de cette ville…


SOLIDARITÉ – FRATERNITÉ

1) Visibilité des mouvements caritatifs

  • Prise en charge de la prière universelle par un membre d’un mouvement

==> Ça ne s’est jamais bien coordonnée avec Yannick LE NOUEN obligé de courir partout pour obtenir les textes. Les intentions était généralement désaccordées avec le reste de la prière. La précision préalable du mouvement, de la ville et de la paroisse ayant rédigé l’intention rendait l’ensemble encore plus indigeste. L’idée n’était pas mauvaise mais la prière universelle n’est peut être pas le meilleur lieu pour assurer cette visibilité.

  • Article dans le Fil pour mettre en valeur ce qui se fait au sein d’un mouvement

==> Je n’ai personnellement pas besoin du Fil pour savoir que l’Église est vivante.

  • Mise en place d’une équipe « Mission – Solidarité »

==> Je ne vois pas de quoi il s’agit. J’ai peur de confondre avec l’équipe « Accueil migrants » qui m’a fait comprendre que je n’y étais pas le bienvenu.


2) Comment impliquer davantage les membres de la communauté ?

  • Mise en valeur de la semaine ou la journée nationale des mouvements de solidarité

==> Je pense qu’il conviendrait d’annoncer à l’avance ces semaines ou journées, mais qu’il faudrait un peu plus qu’une succincte présentation ou qu’un appel aux dons pour qu’elles soient réellement mises en valeur.

  • Implication des jeunes et des adultes dans les actions caritatives (collectes…)

==> Je pense qu’il s’agit de propositions à continuer de partager. Elles rencontrent un écho mais trop insuffisant par rapport aux besoins.


COMMENTAIRES :

Je trouve que « solidarité » et « fraternité » ne sont que des mots qui aujourd’hui sonnent creux, parce que nous ne les attachons plus à l’Évangile.


APPEL – ACCUEIL – DONNER SA PLACE À CHACUN

1) Accueil

  • Formation des personnes chargées de l’accueil

==> Je n’ai pas connaissance qu’il y ait eu de telles formations au niveau du secteur. Mais reste le problème qu’il y a encore trop de questions auxquelles les bénévoles ne peuvent pas répondre.

  • Reprise de contact avec les personnes ayant reçu un sacrement dans l’année

==> C’est une bonne idée, mais que je ne vois concrètement pas beaucoup mise en pratique.


2) Appel – Renouvellement des équipes (mouvements, services…)

  • Appel par les prêtres ou responsables d’équipes

==> Tant les prêtres que les responsables d’équipe connaissent trop peu les paroissiens pour pouvoir les appeler. À l’inverse, les différentes missions des mouvements et services sont trop peu connues des paroissiens pour qu’ils aient envie de s’y proposer.

  • Accueil des nouveaux arrivants (pots, mots d’accueil, homélie…)

==> On ne peut pas considérer qu’il y ait d’accueil paroissial des nouveaux. Beaucoup de paroissiens ne participent pas aux pots. Il y a très peu de mots d’accueil personnalisés ; d’ailleurs plus du tout au repas de l’ASTSM. Quant aux homélies, elles ne parlent pas plus des nouveaux.


3) Accueil spirituel

  • Accueil spirituel du jeudi

==> L’horaire convient-il bien pour les jeunes et les personnes actives ?

  • Prise de rendez-vous avec un prêtre

==> Il manque des moyens de contacts avec les prêtres, soit accessible au tout-venant (par mail), soit pour des urgences comme des demandes du sacrement des malades (par téléphone).

  • Soirées d’adoration

==> Je trouve qu’il faudrait éviter de les organiser peu après des eucharisties, ce sans quoi on s’adore soi-même…


4) Place et expression des jeunes

  • Création de groupes « jeunes adultes » et invitation des jeunes catéchumènes

==> Je ne fréquente pas ces groupes qui ne partagent pas ma spiritualité. Je pense que le secteur a raison d’essayer d’en créer, malgré la limite que ce n’est pas une demande.

  • Place et rôle des jeunes au cours des messes

==> Je trouve que les jeunes ont leur place. Mais que le secteur n’y est pour rien car ce sont soit les animateurs liturgiques soit d’autres chrétiens qui la leur donne (au moment de la quête ou de processions). Je suggère que le secteur recréé une formation pour les servants d’autel.

  • Soutien de la création de groupes musicaux et de chorales

==> Merci à eux !

  • Prise en charge des petits pendant les longues messes, création d’un « coin enfants »

==> C’est trop rarement mis en place.


COMMENTAIRES :

Je pense que nous avons peur d’appeler à cause du risque d’appeler de mauvaises personnes. Je trouve que nous nous accueillons mal parce que nous avons peur d’aller les uns vers les autres. Mais je pense que chacun peut globalement trouver ou prendre sa place sur le secteur.