Archives du mot-clé PRG

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Lydia BERNET brillamment désignée tête de liste du PS (Parti socialiste)

Si j’étais méchant, j’écrirais que les sept derniers militants saviniens PS à jour de cotisation se sont réunis ; probablement pas dans la cabine téléphonique de la rue MÉZARD qui leur sert de local parce qu’ils n’y auraient pas tous tenus, pour élire par acclamation et à l’unanimité des présents la seule personne qui se présentait à leur suffrage en vue d’aller négocier la deuxième place d’une alliance conduite par Jean-Marc DEFRÉMONT pour réaliser l’union des gauches en vue de leur défaite aux municipales de 2020…


En premier lieu, je veux reconnaître au PS le mérite de faire voter la section locale pour se choisir sa tête de liste en vue des prochaines municipales.

En effet, et à titre de comparaison, tant pour LR, que pour le RN que pour LaREM, ce sont des commissions nationales d’investitures parisiennes qui vont statuer.


En deuxième lieu, je veux dire mon étonnement que Lydia BERNET soit au PS.

Non pas que Lydia ne soit pas de gauche. Mais c’est le PS qui n’est plus de gauche depuis 1983 !

Et comble du pire, Lydia n’a adhéré au PS qu’en 2006, soit après que le PS ait en plus trahi le Peuple en choisissant de soutenir le projet de constitution européenne en 2005…

Je ne comprends donc toujours pas pourquoi Lydia veut défendre ses convictions, au sein de ce parti qui n’en a plus, depuis le jour où MITTERRAND a renoncé à proposer une alternative au capitalisme et a tout misé sur le FN pour diviser la droite, et favoriser sa gauche, tout en rappelant que c’est lui qui a tué les communistes qui se battaient quand même un peu plus contre les inégalités.


En troisième lieu, je ne comprends pas comment Lydia peut se lancer dans cette bataille, alors qu’elle est blindée de boulot chez SIEMENS, notamment du fait de son engagement syndical, réel et sincère (il se dit qu’elle a longtemps côtoyé MEHLHORN dans le cadre de son travail…).

Ce qui vraiment me chagrine est que Lydia a été à la ramasse tout au long de ce mandat, notamment sur son sujet de prédilection qui sont les écoles. Et combien de fois l’ai-je vu qui n’était pas informée par les parents d’élèves de certains sujets pourtant importants… Par exemple, sur le portail Familles, elle a manqué le coche, mais il y a surtout qu’elle est complètement absente des débats sur l’école de la confiance à Savigny. Vraiment, je pense que les rythmes scolaires ont fait plus de mal au PS qu’escompté…


En quatrième et dernier lieu, je souhaite bon courage à Lydia parce que le PS ne pesait plus que 6,65 % aux européennes (724 votes). Donc à part négocier avec Jean-Marc qui veut absolument y aller, je pense qu’elle va sinon se limiter à une candidature de témoignage. Elle devrait aussi aller voir le PC et les Insoumis. Tout en lui souhaitant que cette fois, elle conserve l’investiture…

Car déjà aux départementales de 2015, elle avait investi et devait faire tandem avec José DE SOUSA du PRG (Parti radical de gauche), lequel était tellement détesté à gauche, que c’est sa belle-fille Chirinne ARDAKANI, qui avait dû prendre la place, excluant Lydia au nom de la parité…



Trois indices qui offrent à penser que Jean ESTIVILL sera candidat aux municipales de 2020 à Savigny-sur-Orge

Le meilleur allié de la droite ferait-il son retour en politique après ses 2,84 % de 2014 ? Voilà qui est de très bon aloi pour diviser encore plus une gauche qui n’a pas besoin de cela. Étant donné qu’il ne fera que capter des voix de gens qui me détestent profondément pour tout ce que je suis, je ne peux que l’encourager : vas y Jean, montre-leur, défonce-les tous ! Voici en attendant trois indices qui me donnent à penser qu’il revient !


1. Au Grand débat national du 13 mars 2019

Présent au côté du seul gilet jaune de la soirée, le Professeur aura passé la soirée à demander les coordonnées des auteurs des interventions qu’il trouvait estivillo-compatible. Je sais aussi qu’il m’a dézingué auprès de Saviniens qui lui auraient indiqué leur intention de me soutenir. Manque de chance pour lui, la plupart des jeunes présents qu’il comptait récupérer sont déjà à l’Union populaire républicaine de républicaine de François ASSELINEAU.


2. Avec les francs-maçons pour réaffirmer la laïcité

D’après la loi de 1905, la laïcité est le fait que l’État ne reconnaît pas et ne favorise pas les religions. Je ne sais donc pas ce qu’est une famille laïque, si ce n’est une association de gens dont se sert ESTIVILL comme l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC). Toujours est-il qu’il va au moins exister trois après-midis, et que je ne doute pas qu’il s’en vantera après, en tant qu’apporteur à la vie intellectuelle de Savigny.


3. En quête d’une nouvelle investiture du Parti ouvrier indépendant (POI)

Après avoir été socialiste puis radical de gauche (1994), soutenu par les communistes puis après trostskyste au parti de gauche et maintenant au parti ouvrier indépendant, notre ami cherche à confirmer cette dernière identité et participe (ou relaye) le comité national de résistance et de reconquête des acquis sociaux, marionnette du POI. J’ose penser sincèrement qu’il n’en aurait rien à faire si ce n’était pas en vue d’une investiture (Cc Nicolas BOISIER)


Je passe ici sur ses interventions politiques hors-sujets lors des commémorations, que je n’hésiterai plus à huer lorsqu’elles me deviendront insupportables. Juste pour dire que le maire de Savigny est bien lâche d’accepter sans réagir une telle politisation de ces cérémonies.

Malheureusement, Jean ESTIVILL a la haine de la France parce qu’effectivement, la République française de son cher Front Populaire a mis sa famille, qui fuyait FRANCO, dans des camps ; puis qu’elle a sous Vichy, déporté son père et fusillé son oncle (Célestino ALFONSO, le seul Espagnol sur l’Affiche rouge représentant le groupe Manouchian qui s’est rendu célèbre par ses attentats qui ne tuaient pas que des Allemands ; ce qui n’était pas la même démarche que celle de mes ancêtres résistants au sein du maquis Ognon-Doubs…).

Mais c’était avant sa naissance ; et sa récupération et son appropriation de ce combat dépasse le seul cadre du combat pour la vérité historique, et se font d’une manière très discutable…




À Savigny-sur-Orge, je crie « Hé oh la gauche »

Ils affirment incarner l’opposition municipale à Savigny mais sont en réalité terriblement mous et ennuyeux. La gauche rassemblée organisait ce lundi 2 mai 2016 à Savigny une réunion bilan de leurs deux ans de mandat. Et surprise, il y eut quand même 66 personnes pour les écouter. Bien malgré cela, la gauche locale souffre du même problème que la gauche nationale : elle ne croit plus dans ce qu’elle fait.

Ce qui est assez terrible hors des périodes d’élections est qu’on n’arrive même plus à mobiliser les personnes avec qui on a fait liste pour prendre la mairie. À peine 1/3 de la liste GUYARD était là, et je constate aussi l’absence de Chadia SEMDANI et de Jean-Claude LÉOST qui avaient pourtant porté le fer de la gauche entre 2008 et 2014, avec Jean-Marc DEFRÉMONT. Autre absente remarquée, Chirinne ARDAKANI, seule membre du Parti radical de gauche.

Mais peut-être est-ce un mal pour un bien que le PRG ne soit plus représenté quand nous constatons déjà la difficulté pour le PS, EELV et le PC de travailler ensemble. Et à force de compromis pour faire l’union de la gauche, il y a une forme de compromission qui empêche une pleine application des idées. Malgré tout, on ne peut pas mettre leur furieux manque de dynamisme sur ces divisions de forme, car ils ne sont pas si différents.


Le public en vision resserrée (sauras-tu trouver l’espion-candidat de DLF parmi les 95 % de convaincus ?)

DSC_0150


Le public en vision large (eh ouais, ce n’est pas la droite qui fait venir des cars entiers de militants du Département)

DSC_0145


Du grand GUYARD au niveau sémantique

  • « une situation, excusez-moi l’expression, assez catastrophique« 

==> Pourquoi a-t-il besoin de s’excuser ?

  • « on va se battre au quotidien mais on a besoin que vous soyez vigilants« 

==> Pourquoi utiliser une forme verbale évasive, qui sonne comme du futur à l’oreille. Si « on » est un con, j’aurais préféré « nous nous battons« .

  • (s’adressant aux membres présents du collectif Sauvons l’enfance de Savigny) « le collectif citoyen peut compter sur nous mais vous pouvez compter sur nous« 

==> Si on peut aussi vous récupérer…

  • « Le travail est en train de se faire« 

==> Merci de cette précision car ce n’est pas criant

  • « Il y a un retour à une démocratie participative assez normative« 

==> Nous n’avons pas la même vision de la démocratie participative et de la norme.

  • « soyons doublement vigilants »

==> Je dirais même plus triplement !

  • « faut qu’on exige« 

==> Y a plus qu’à

  • (en conclusion de la soirée) « précis, clair, parfois un peu long« 

==> Mais surtout pas assez dynamique


Un espion, Guillaume HÉNIN

Au moins, je pense qu’il fera plus que les 0,94 % de Daniel JAUGEAS en 2012 qui avait fait très peu de terrain. Guillaume HÉNIN, Conseiller municipal délégué de Paray-Vieille-Poste et futur candidat de Debout-la-France aux élections législatives de 2017, est même intervenu mais il souffre des mêmes tics de langage que MEHLHORN (il nous fait, euh, des omelettes – avec des œufs bio sinon EELV va râler-, euh, tout en étant, euh, peu clair dans ses propos).


Un style d’animation intéressant

Le rythme aurait pu être un peu plus vif si la gauche était un peu moins « passionnée » par ses propos, écrivons plutôt, un peu plus pédagogue. GUYARD a introduit puis noté les premières questions du public. Après quoi, il a laissé parler ses colistiers sur leurs thèmes de prédilections qui, ce faisant, répondaient aux questions du public. Finalement, ce sont globalement les mêmes demandes qu’en réunion de quartier. Enfin, salve de question puis verre de l’amitié.


Ce que j’ai pensé des interventions

Pierre GUYARD (« toujours au PS« ) : beaucoup de verbiage ; il gagnerait du temps à aller plus vite à l’essentiel. Je n’ai pas compris quand il a répondu à un appel téléphonique en pleine intervention d’un collègue…

Éva SAS (« toujours à EELV« ) : intéressante sur l’intercommunalité

Jean-Marc DEFRÉMONT (« jeune écologiste« ) : angélique dans ses propos sur le PLU ou la rénovation de Grand-Vaux. Nous aurons appris qu’il n’achète pas son poisson à Savigny. Je lui recommande de se confronter plus au réel : il fait semblant d’être au courant, par exemple, des travaux de rénovation urbaine ou du Conseil citoyen, mais les services n’ont pas sa version…

Lydia BERNET (PS) : ennuyeuse et pas super des questions scolaires au fait car reprise trois fois par des parents d’élèves. Assez dramatique qu’elle ne connaisse pas la touche F5 pour mettre un diaporama en plein écran ; il faudrait vraiment former les élus.

Jacques SÉNICOURT (PS) : pointu sur les Finances, au point d’en devenir limite ennuyeux.

Michèle PLOTTU (PC) : se plaint encore et toujours pour se trouver des excuses ; ne veut pas faire de recours parce qu’elle n’a, comme moi, plus confiance (mais surtout pas le temps) en la Justice… Si la dame veut plus de transparence des élus de droite à l’EPT, qu’attend t-elle pour nous donner tout ce qui est fait dans le groupe majoritaire (PC) ? Ennuyeuse pour parler santé. À bien rendu hommage à son prédécesseur Laurent LIEPCHITZ mais s’est trompée sur le mois de son décès…

Quand tu écoutes Michèle PLOTTU, tu comprends pourquoi le PC a régressé.


Une accusation qui pose question

À noter l’intervention de Farid BOUCHELOUCHE, membre du Conseil citoyen de Grand Vaux et de la Confédération nationale du logement. Il rappelait notamment, en plus de réclamer une action plus forte, je dirais même plus violente sans dire qu’il faut tout casser, qu’il y avait eu des « promesses » pendant la campagne municipale. J’aime quand le clientélisme te saute à la gueule, et là dessus, je pense bien être le seul à y échapper.


Cette réunion permettait de vérifier l’état de délabrement de la Ville de Savigny. Quand tu apprends que la commission d’appel d’offres ne s’est jamais réunie, tu sautes au plafond… Ce soir, la gauche a encore montré sa compétence pour poser le diagnostic de Savigny, une ville en perte d’attractivité. Mais leur remède n’est pas miracle : sans projet viable (et eux ne sont pas dans le réel), il reste utopiste de vouloir faire travailler ensemble citoyens et associations.

Régionales 2015 : le discours de vérité du PRG en Essonne

J’étais étonné de ne pas reconnaître de noms de militants du PRG sur la liste de rassemblement de la gauche (il faut dire qu’ils sont si peu nombreux), alors je me suis aventuré sur leur site. Et j’ai ainsi pu vérifier qu’ils assumaient d’être une prostituée politique, aujourd’hui déçue parce que leur amant du PS leur en a préféré une autre.

Je me permets donc de relayer le communiqué de leur président départemental, José DE SOUSA, à qui nous avions déjà eu affaire lors de la campagne des départementales, et de le commenter avec vous. Pour résumer, on leur a dit :  « pas de PRG 91 en place éligible parce qu’on doit placer un copain de BARTO. Fin de l’histoire« .


Le PRG découvre M. BARTOLONE

« Ainsi de l’Essonne où serait parachuté sur les listes PRG un militant du 93, le département si cher à Monsieur Bartolone. » Commençons par nous demander s’ils auraient ouvert leur gueule s’ils avaient pu placer leur candidat. Ensuite, peut-être faudrait-il leur rappeler que BARTOLONE a détruit l’union de la gauche en Seine-saint-Denis qui permet aujourd’hui la victoire de la droite.


Le PRG de l’Essonne découvre la nature de son parti (parti de cadres)

« Les instances PRG nationales semblent se conformer au diktat de son partenaire privilégié dans l’espoir très certainement de trouver des compensations par ailleurs. » Ils sont mignons de découvrir que leur parti plus que centenaire n’est pas un parti de militants mais un parti de cadres qui préfère les accords politiciens au développement de leurs convictions (déjà abouties depuis 75).


Le PRG est conscient que le PS est menteur

« Il n’est pourtant pas nécessaire d’être historien pour savoir que le PS ne tient JAMAIS ses engagements. » Ben alors, pourquoi s’associent-ils systématiquement au parti qui a quand même porté président un homme de droite, à savoir François MITTERRAND ? Pareil avec le bourgeois François HOLLANDE, le fils de dentiste, énarque qui n’a jamais travaillé ?


Le PRG n’apprécie pas l’arrivée de l’UDE et d’Écologistes ! dans le harem du PS

« Il est certain, par exemple, que les compteurs seront remis à zéro dés le soir du premier tour des prochaines élections régionales : outre les places réservées aux recrues de dernière heure (2017 n’est pas loin) il faudra faire de la place aux meilleurs opposants du PS, à ceux du moins qui ont l’intelligence de leurs intérêts. » Mais tu t’en fous, tant que tu as des places de députés en 2017 !


Bla, bla, bla (on fait la gueule parce qu’on aura personne en Essonne pour reverser 10 % de son indemnité)

« Les militants PRG de l’Essonne entendent préserver la cohérence de leurs engagements et leurs convictions politiques et veulent des candidats Essonniens sur les listes Essonniennes, des candidats militants, élus locaux pour certains depuis de nombreuses années, des candidats qui portent à bout de bras, depuis longtemps, les valeurs radicales dans leur département, leur canton, leur commune.« 


Quand le PRG rappelle qu’il fait 1 % qui peuvent être décisif

« Le Parti Radical de Gauche 91 refuse « d’expatrier » ses candidats et refuse que le PS lui impose les siens. » Je doute personnellement que le PRG 91 ait beaucoup de candidats à expatrier, mais si ça leur fait plaisir de se gausser (arrêtez-moi ou je fais un malheur). Ils refusent le diktat du PS, mais ils sont qui ? Qu’ils présentent une liste seuls comme TAPIE aux européennes de 1994 !


Ouin, ouin (on est bien conscients qu’on est rien sans le PS)

« Le Parti Radical de Gauche demande à ses instances nationales de faire valoir ce point de vue auprès de ses interlocuteurs PS afin de préserver la légitimité de ses candidats et la cohérence d’un investissement politique qui se doit d’être proche de ses concitoyens et de leurs préoccupations. » Mais si les militants du PRG ne votent pas pour BARTO, pour qui voteront-ils ? Le FDG ? LO ?


Qu’il est triste de voir les plans de carrières des cautions de gauche se briser sur le pragmatisme de la realpolitik. En réalité, le PRG 91 traduit une crainte nationale de leur parti : ils ne sont plus le seul parti de centre-gauche prêt à gouverner. Et dans le cadre d’union de la gauche, ce sont des places de candidats qui leur échapperont. C’est le jeu politique.