Archives du mot-clé prêtres

L’Église catholique et les jeunes, en France et en 2018

À l’approche du Synode des jeunes, je voudrais réagir par rapport à nombre de lieux communs qu’on peut entendre de part et d’autres.

Bien sûr que les jeunes chrétiens se désintéressent de la religion ; on pourrait même dire les jeunes croyants, à l’exception notable des musulmans, en tant que la religion comprend chez eux un volet culturel et identitaire, qu’il n’y a plus en France du fait de la séparation de l’Église et de l’État, ce qui n’existe pas pareillement en terre d’islam, où le religieux influe le politique.

Mais vouloir se rassurer, en affirmant que si les jeunes chrétiens ne sont pas à la messe, heureusement qu’ils sont aux JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) ou au FRAT (Fraternel), ou dans des mouvements et services chrétiens, est encore une excuse pour l’Église, afin d’éviter aux chrétiens de s’intéresser aux jeunes en détournant le regard ailleurs !

De la même manière que dire que si les jeunes ne sont plus chrétiens, c’est uniquement à cause des positions de l’Église sur la sexualité, la contraception, l’avortement, est très réducteur. Et traduit généralement notre propre difficulté à appréhender ces sujets, et à penser qu’on ne peut pas s’opposer à l’Église tout en reconnaissant la valeur de son message.

Non pas que le Christ soit absent des JMJ et autres associations chrétiennes, quoique… Mais il n’est pas possible d’être chrétien sans la messe, en tant qu’elle est le lieu du rassemblement et du partage de la Parole et de ce pain qui matérialise le signe de notre unité. Donc, il est réellement inquiétant que les jeunes n’aient plus le sens de la messe.

Et dans le même temps, on peut parfois les comprendre, quand la messe est pénible. Que le prêtre sermonne de moraline, non sans s’écouter parler pendant parfois 20 minutes. Que les chrétiens ne s’accueillent pas, ne se parlent pas, et sont juste là par peur de la mort, en se disant qu’une heure max pour le Seigneur est la bonne équation pour le salut.

J’entends régulièrement les « vieux » dire qu’ils sont prêts à écouter les jeunes, à se laisser ébranler ou interpeller. C’est faux ! Du moins, je ne l’ai jamais vérifié à l’échelle d’une paroisse. Ce sont toujours ces vieux qui pensent pour les jeunes, et s’étonnent que ça ne fonctionne pas, alors que cela fonctionnait avec eux… il y a des dizaines années.

Pour autant, les jeunes chrétiens sont loin d’être les petits anges qu’on aime à se représenter. Beaucoup, Trop, n’ont pas de réflexion personnelle affutée, et se contentent de défendre un point de vue, en recrachant des arguments, qui tombent plus ou moins juste, et s’inscrivent dans une logique philosophique qui est parfois contradictoire car irréfléchie.

Par exemple, le débat politique récent porte beaucoup sur les question d’éthique et de famille. Or, certaines prises de position tendent à montrer que ces mêmes jeunes n’ont pas conscience du milieu dans lequel la religion les inscrit, et s’arrangent finalement de leur foi, au nom d’un politiquement-médiatiquement correct, qu’ils se refusent trop souvent de défier.

La spiritualité des jeunes doit nous poser question. Pourquoi ce regain d’intérêt pour la prière déresponsabilisante ? Pourquoi cet attrait pour les communautés évangéliques nouvelles ? Non pas là non plus que le Christ y soit absent, mais qu’on s’éloigne toujours plus de l’action évangélique de Jésus, et de cette grande communauté familiale qu’est l’Église.

Alors quelle « Église » attendent-ils ? On pourra employer tous les qualificatifs pour désigner une politique qui évoluera forcément. Mais ne faudrait-il pas plutôt une Église qui laisse libre, tout en proposant le cadre de l’Évangile et les repères que sont la Tradition (à comprendre dans un sens moderne) ? Et les chrétiens actuels s’en défient, et ferment plutôt la porte…

Tant que l’Église prétendra que les jeunes construisent le monde de demain (alors qu’ils bâtissent déjà celui d’aujourd’hui), et qu’on ne leur laissera que l’avenir (alors qu’il faudrait déjà s’occuper du présent), ne nous étonnons pas que nos églises se vident. Car c’est nous qui fermons les portes et empêchons l’inclusion des nouveaux, jeunes et moins jeunes !



Publicités

Si l’Église catholique pouvait éviter de remplacer ses prêtres par des diacres…

En mai 2018, les catholiques essonniens sont invités à répondre à un sondage sur l’interpellation au diaconat permanent dans le diocèse d’Evry – Corbeil-Essonnes. Le but de ce questionnaire se voulant être de comprendre les motivations et les freins à l’appel pour cette mission. Le nouvel évêque essonnien voudrait-il donc combler le manque de prêtres par des diacres permanents, au mépris de la responsabilisation des laïcs ?

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeLw4vfgJm6ne0bTCAbZ1Ae9U_RV6mvsl7DIO2ENc97pbmu1g/viewform


Qu’est-ce qu’un diacre permanent ? C’est un homme marié (parfois veuf) qui reçoit une ordination pour exercer une mission particulière au service de ses frères, ainsi que et surtout pour pouvoir administrer certains sacrements. Il n’est cependant pas prêtre, et ne peut pas tout faire. Par exemple, il ne peut pas présider la messe. Il cumule parfois sa charge avec une profession. Il suit une longue préparation, et il faut l’accord de sa femme pour qu’il soit ordonné.


Il faudrait peut être commencer par faire un bilan du diaconat permanent réintroduit en Essonne par Mgr HERBULOT. Avec des expériences plus ou moins heureuses, et le constat personnel d’une dégradation des qualités humaines entre les premières personnes ordonnées et celles qui le sont plus récemment. Comme si déjà les dernières personnes ordonnées avaient été choisies pour faire le nombre, et non pas par rapport aux exigences de la mission.

Je me suis déjà disputé plein de fois avec des diacres, qui croient qu’ils savent tout parce qu’ils ont reçu l’Esprit saint, ou qui disent des conneries en se prenant pour des hautes autorités morales. Le gros problème étant qu’ils sont finalement peu formés, et qu’ils ne veulent plus essayer de s’améliorer une fois ordonnés. Et ça donne des personnes qui peuvent parfois être repoussoirs, notamment avec ceux qui ne fréquentent que très rarement l’Église.*

* Les reproches adressés aux diacres sont aussi et malheureusement valables pour les prêtres…


Les deux premières questions portent sur notre capacité d’appel personnel au diaconat. Et personnellement, je ne pense pas que cet appel doive être le fait d’une seule personne. Et comme on ne connaît jamais assez bien les gens, et que l’Église a tendance à ne plus refuser grand monde (les pédophiles quand même contrairement à ce que certains voudraient faire croire), je n’ai pas envie de dire à quiconque que je pense qu’il ferait un bon diacre.

Or, justement, une question qui manque est de savoir si nous avons besoin de diacre, et si oui pourquoi faire. Pour des réunions inutiles ? On pourrait éviter. Or, très globalement, les demandes de sacrements (sauf l’eucharistie dominicale) diminuent, en proportion du nombre de consacrés. Se pose surtout le problème des obsèques, que les laïcs résolvent très bien par eux-mêmes. Donc finalement, pourquoi ordonner des diacres permanents en 2018 ?

La troisième question s’intéresse à nous (savoir si on nous a déjà proposé de devenir diacre), et la quatrième si nous coopérons avec les diacres. Enfin, la cinquième et dernière question propose de laisser des commentaires. C’est donc un questionnaire assez timide qui ne dit pas grand chose de la crise des vocations. Pourquoi s’engager pour l’Église en 2018 ? Or, ce n’est pas parce qu’on connaitra mieux le diaconat qu’on proposera mieux ou qu’on aura plus de diacres…


Est-ce donc la fin de cette manie qui consistait à aller chercher des prêtres en Afrique, avec des expériences plus ou moins heureuses ? Je ne le pense pas. Mais le regain d’intérêt porté pour le diaconat ne doit pas nous faire oublier le rôle des laïcs que nous devons associer à la mission de l’Église, au lieu de les laisser en spectateurs qui attendent que d’autres fassent pour eux. Si on revient aux premiers temps de l’Église, comportons-nous comme ils faisaient alors !

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeLw4vfgJm6ne0bTCAbZ1Ae9U_RV6mvsl7DIO2ENc97pbmu1g/viewform



Assez des mensonges dans la communication autour du denier de l’Église !

Cela se passe dans mon secteur pastoral (Savigny-Viry), dans mon diocèse (Évry – Corbeil-Essonnes), mais je pense que la critique pourrait s’appliquer ailleurs. Donc pour faire participer les chrétiens au Denier de l’Église, on leur raconte qu’ils auront des prêtres proportionnellement au fric qu’ils vont donner. Comme si les prêtres, dont je mets de plus en plus en doute l’indispensabilité, étaient ceux qui ruinaient les finances diocésaines…

En premier lieu, des prêtres comme certains que je connais, qui sont mal-aimables, qui ne veulent plus présider les célébrations de sacrements ou d’obsèques, qui sont indisponibles car tous les jours en inutiles réunions, et à qui je peux faire encore plein d’autres reproches ; personnellement, je m’en passe très bien. Et il serait temps que l’Église arrête sa presbytéro-dépendance, et accepte que la pastorale soit partagée avec des laïcs capables de s’animer.

Cela étant écrit, qui souhaite plus de prêtres, plus disponibles, comme ceux que nous avons ? Qui est derrière cette communication ? Que les prêtres que nous avons déjà commencent par s’organiser autrement, et se rendent disponibles, et peut-être qu’ils donneront aux autres l’envie de devenir prêtres ? Moi, je vois de plus en plus une caste en déclin, qui croît détenir la vérité, et qui se referme sur le peu d’influence qu’il leur reste, tout en refusant de se réformer.

je n’ai aucun problème à entendre que les prêtres voudraient être plus payés. Dans mon diocèse, ils perçoivent environ 840 euros bruts par mois ; à comparer aux salaires scandaleusement plus élevés des prêtres des diocèses de Versailles et de Paris. Mais je leur serai reconnaissant de les entendre dire cela, plutôt que de le faire réclamer, par des personnes convaincues de l’utilité des prêtres, mais qui n’iront quand même pas verser 10 % de leur salaire au denier.

Enfin, c’est faux de dire que plus il y aura d’argent, et plus il y aura de prêtres ! La crise des vocations religieuses n’est pas liée à la question des salaires, et c’est prendre les donateurs pour des imbéciles que de l’affirmer. Personnellement, je n’ai jamais entendu un prêtre se plaindre de son traitement et j’ose donc affirmer que ce n’est pas le traitement des prêtres qui met l’Église en faillite ! D’autant qu’il y a de moins en moins de prêtres, et de plus en plus de déficits…

Je pourrais parler plus longtemps des problèmes de gestion dans l’Église, mais cela aurait plus sa place dans un autre article. L’Église doit cependant se rendre compte qu’elle ferait mieux de louer son immobilier, plutôt que de le vendre, et donc de s’entourer de professionnels de gestion. De la même manière, c’est une connerie de rogner sur la communication, parce que c’est elle qui, en plus d’aider à amener de nouveaux chrétiens, fait qu’il y a des dons hors de l’Église.