Archives du mot-clé politisation

Un pacte de fraternité signé par les principaux monothéismes essonniens

À l’issue du colloque « Liberté de pensée et liberté religieuse : la place des croyants dans la cité« , les trois principaux monothéismes présents en Essonne (juifs, chrétiens et musulmans) ont signé un « pacte de fraternité » pour « construire la paix« . La signature interreligieuse a eu lieu le dimanche 17 avril 2016 au Conseil départemental de l’Essonne, en présence des représentants officiels des croyants du Département.

Alors je devrais être heureux de la signature de ce pacte, mais en réalité, je n’y crois pas. Non pas parce que je pense que les signataires ne sont pas sincères dans leurs démarches. Mais plutôt parce que beaucoup de croyants ne se reconnaissent pas dans les autorités religieuses qui ont procédé à cette signature. Ensuite, ce n’est pas de dire et de répéter qu’on veut faire la paix en sautant sur sa chaise, qui va réellement provoquer la paix…


Sur la représentativité des autorités

Pour les chrétiens, c’est structuré donc c’est la parole de l’évêque qui fait loi. Pour les juifs, Michel SERFATY est reconnu par les modérés. Mais je pense que vous ne ferez pas admettre aux juifs orthodoxes qu’il est leur rabbin (par exemple à ceux de Savigny). Quant aux musulmans, Khalil MERROUN a autorité sur les mosquées essonniennes et ceux qui les fréquentent. Mais juridiquement pas, par exemple, sur les musulmans de Savigny.


Sur la sémantique de ce pacte d’avenir (et le présent ?)

Je découvre le « racisme anti-musulman » ; je ne savais pas qu’être musulman était une race. Je déplore encoure une fois qu’on mette au même niveau l’antisémitisme, le racisme et la haine. Je suis gêné par l’emploi du mot « éducation » parce que même en connaissant l’histoire joyeuse ou douloureuse des liens interreligieux, cela ne change pas la relation nouvelle qui existe et s’invente en 2016 en Essonne, avec des références comme celle du conflit israélo-palestinien.


Sur la vision des religions

C’est bien de vouloir donner une belle image à la société. Mais peut-être devrions nous commencer par former nos croyants ? Et pas aux religions théoriques, mais aux religions telles qu’elles se pratiquent effectivement. Par exemple, sur l’islam, arrêtons dès lors de toujours crier que l’islamisme n’est pas l’islam quand c’est malheureusement une forme d’islam que nous savons présente en Essonne avec notamment des salafistes dont des Frères musulmans.


Provoquer le dialogue

J’adhère pleinement à l’esprit de ce pacte. Toutefois, je constate dès que je veux dialoguer, soit que je ne trouve pas d’interlocuteurs, soit que nous nous connaissons si bien ou si mal que nous n’avons rien à nous dire sinon des banalités. Et généralement, ça finit qu’on arrête avant de se disputer sur une controverse théologique qui ne peut que nous séparer. Une résolution peut être de créer des lieux de dialogue, qui soient par exemple numériques notamment !


Je n’aime pas la politisation du pacte

Si la République était réellement laïque, elle ne prendrait pas part dans la signature de ce pacte, ou alors, elle le ferait par l’intermédiaire du Préfet. Est-ce de l’action sociale ; je ne vois pas quelle compétence de François DUROVRAY, comme président du Département, cela vient-il chatouiller pour nécessiter son graffiti personnel. De là à penser qu’il a accepté pour faire des photos et dire qu’il agit pour la paix, il n’y a qu’un pas que je franchis d’un bond.


Pour retrouver le texte du pacte sur un plus grand format :

Pacte-fraternité-2016

Cliquez dessus pour agrandir


Maintenant, il ne nous reste plus qu’à vivre ce pacte, sans pour autant croire que tout va aller mieux parce qu’il a été signé. Car ce n’est pas le premier ni le dernier à être passé entre trois bons copains religieux qui eux, n’ont aucun problème à vivre ensemble. Non, la vraie difficulté peut exister à la base, surtout quand la politique vient s’y mêler. Montrons nous optimistes et commençons donc par parler de ce (ou Celui) qui nous rassemble : Dieu ?

Détestable politisation de la contestation savinienne anti-budget

Dans un contexte où les citoyens se désintéressent de plus en plus de la politique (qu’ils ne comprennent d’ailleurs souvent pas dans sa vraie acception : la chose publique), toute mobilisation citoyenne est un vaste marché pour les partis politiques. Preuve en est que trois d’entre eux, de gauche, ont eu besoin d’éditer trois tracts différents en trois jours. Oui, mais ils ne font pas de politique. En effet, ils font du clientélisme démagogique…

Alors VAGNEUX qui craches dans cette soupe qui ne t’en nourris pas encore (attends seulement d’y goûter avant de dire que tu ne l’aimes pas et que tu ne veux pas t’en servir un bol), pourquoi toi aussi tu ne cherches pas à récupérer les mobilisés ? Est-ce ton élitisme méprisant qui t’empêche de travailler avec des gens qui ne se mobilisent que sur une seule cause ? Ou une vengeance personnelle vis-à-vis de ceux qui ont ignoré tes annonces ? Ou autre chose ?


Ces menteurs du PS qui inventent des citations de JAURÈS pour justifier que tout est de la faute de SARKOZY

Sérieusement, qui s’imagine qu’on parlait de « services publics » du temps de Jean JAURÈS (mort en 1914) ? Comme j’ai lu MARX ou LÉNINE, j’ai aussi lu JAURÈS et je me rends compte assez vite que ce n’est pas son style. Je fais alors une recherche Google sur cette citation : « les services publics sont la première richesse de ceux qui n’en ont pas« . Or, grand mystère, le plus célèbre moteur de recherche ne connaît pas. Sûrement alors un truc d’initiés socialistes.

Je voudrais ensuite rappeler au PS que l’Éducation nationale continue de payer 20 000 profs à se tourner les pouces (du genre de Jean ESTIVILL qui n’a longtemps pas travaillé avant d’être à MERMOZ) tandis que plusieurs milliers font défaut en France (300 en Seine-saint-Denis). Qu’il manque à l’heure actuelle 25 000 candidats dans les concours de professeurs de collèges, qui sont réussis avec 4/20 de moyenne générale… À chacun ses priorités.

Enfin, peut-être faut-il dire au PS que les dotations budgétaires au département n’ont diminué qu’à partir de 2010. À ce propos, ce n’était pas GUYARD le candidat du PS aux élections départementales ? Parce qu’il n’a pas dû trop bien bosser ses dossiers. Enfin, il nous dira qu’on a supprimé des dotations. Oui, mais on les a remplacé par d’autres qui ont, jusqu’en 2010, amené toujours plus d’argent dans les départements…

PS-recup-150415 001


Le PCF en plein déni de réalité, pour qui tout est de la faute du gouvernement de gauche (qui ne rembourse pas encore la dette de Savigny)

Michèle PLOTTU-GROSSAIN ne connaît pas non plus ses dossiers et invente pour meubler son absence d’idées. Là aussi que de mensonges dans le premier paragraphe :

1.  La Ville de Savigny n’a jusqu’à présent pas beaucoup bradé son patrimoine. Quoi donc autrement ? Elle n’a même pas vendu les serres communales qui ne lui servent plus à rien…

2. Les Gâtines sont une ZAC (Zone d’activité commerciale) et non une ZI. Qu’est-ce que la droite a fait pour la casser alors qu’elle n’existait pas il y a trente ans et que c’est elle qui l’a créée ?

3. Privilégier le logement social et collectif aurait d’une part appauvri la Ville en la privant de tous les revenus des méchants imposables dans mon genre qui habite dans des pavillons. Déjà qu’en 2013, il n’y avait que 69 % de contribuables pour 15,96 % de logements sociaux…

4. Le cinéma est un bien privé qui appartient à Daoud CHEMCHAM en personne. Il ne saurait donc appartenir au patrimoine de la Ville.

PC-recup-150415 001

Ils sont vachement forts les staliniens pour savoir ce que regrette MEHLHORN. En attendant, ils ne proposent rien d’autre que de réunir la population. Moi, quand je prépare une réunion, je fais un ordre du jour avec des bases de travail comme mes pistes d’économies et de financements. Parce que faire parler les gens pour ensuite ne pas les écouter et faire à sa sauce, il y a un moment où les bénévoles se lassent…


Le Parti de gauche (pardon Place aux Savinien-ne-s, leur association d’influence) et son vocabulaire sensationnaliste qui veut masquer la vacuité de leurs propositions

Se réunir pour dire que nous ne nous sommes pas d’accord et voter (par référendum) pour confirmer que nous ne sommes pas d’accords, c’est ainsi que je résumerai l’absence de solutions du Parti de gauche, dont l’inflation vocabulariale ne cache que le rejet du système démocratique imparfait duquel est issu Éric MEHLHORN. Celui-la même qui lui permet de faire voter ce qu’il veut sans concerter la population (ce qui n’est pas bien non plus).

Poussons l’analyse : combien de jeunes profitent des Sports-vacances avant d’écrire qu’ils occupent « nos jeunes » ? Que représentent les 500 Saviniens (environ) présents lundi soir au Conseil municipal sur une population de 37 700 habitants ? Oui, 1,3 % de la population montre qu’elle n’est pas d’accord avec Éric MEHLHORN. Ce qui laisse un confortable 98,7 % qui soit le soutient soit plutôt ne s’en soucie pas assez pour aller le contrer ?

Il est donc parfaitement populiste de parler de « dérives autoritaires » alors qu’elles sont encadrées par la Loi et que MEHLHORN aurait même pu réunir le Conseil municipal à huis clos (y’a que VAGNEUX qui aurait pu rentrer pour filmer). Cela m’attriste aussi mais MEHLHORN a été élu tandis qu’en face, le Parti de gauche n’était pas en mesure de réunir 39 personnes pour former sa liste donc n’avait déjà pas de base électorale préalablement d’accord avec lui…

PG-150415-recup 001


J’aime vraiment casser du gauchiste surtout quand ce sont des sales menteurs qui refusent leur propre défaite et vont chercher des coupables ailleurs (attends, c’est comme moi, sauf que je ne suis pas de gauche et que je ne mens pas !). Ce sont ces personnes qui sont les politiques pourris et qui dégoutent, à coup de mensonges, les honnêtes gens de la vraie politique. Je dis donc : attention aux tentatives de récupération (sans oublier FABRE), moi, je vous réinforme.

Vers la politisation des parents d’élèves élus saviniens ?

Courriel public à retrouver sur le site du Savinien libéré.

En copie à Monsieur Éric MEHLHORN, Maire de Savigny-sur-Orge

En copie à Madame Anne-Marie GÉRARD, Maire-adjoint délégué aux Affaires scolaires

Savigny-sur-Orge, le 01er octobre 2014 à 13 h 15.

Mesdames et Messieurs les parents d’élèves élus saviniens,

Je tiens à vous informer de l’odieuse politisation, dont vous faites l’objet, de la part de la majorité municipale.

Hier soir, au cours du Conseil municipal, M. Éric MEHLHORN répondait à une question orale posée par le Front national.

Il affirmait alors ceci, que vous pouvez aussi entendre sur l’enregistrement audio que j’ai réalisé hier (en pièce jointe) :

« Enfin, s’agissant des conséquences budgétaires précises de la mise en oeuvre de la réforme, celle-ci sera intimement lié aux résultats du processus de concertation que nous aborderons à l’issue des élections des parents d’élèves, qui doivent se tenir comme le disait Madame Gérard tout à l’heure le 10 octobre, et ne pouvant pas préjuger des résultats de cet exercice, je ne puis vous apporter pour l’heure beaucoup plus de précisions. »

(Pour ceux qui désireraient l’intégralité de la réponse orale de M. MEHLHORN, je peux leur adresser par retour de courriel.)

J’attire aujourd’hui votre attention sur le fait que la majorité municipale préjuge que les conséquences budgétaires et le résultat du processus de concertation dépendra du résultat des élections de parents d’élèves.

Or, la concertation DE TOUS devrait aboutir aux mêmes résultats que ce soit avant ou après le 10 octobre, avec des personnes favorables à la réforme et d’autres hostiles.

C’est donc déjà affirmer que la voix des parents d’élèves élus sera supérieure à celle des autres parents ! Ce qui n’est pas normal en démocratie même si vous devez être des interlocuteurs privilégiés de la municipalité.

D’autre part, le discours de M. MEHLHORN laisse penser que les résultats des élections de parents d’élèves influencera l’application locale de la réforme.

Il avoue par là qu’il conduira la politique de ceux qui seront les mieux représentés. Et pas forcément la politique qui soit la meilleure pour la ville, voire pour nos enfants…

Ce message est donc clairement en contradiction avec le troisième paragraphe du courrier que le candidat MEHLHORN vous avait adressé pendant sa campagne : http://bonsens2014.wordpress.com/actualite/lettre-aux-parents-deleves-saviniens-elus/ .

Enfin, permettez-moi de douter que le résultat des élections du 10 octobre modifie grandement les conséquences budgétaires pour la ville.

À moins qu’il y ait le camp des vilains dépensiers et celui des gentils économes. Qui se traduirait dans l’opposition des fédérations.

Parents d’élèves, attendez-vous donc à devoir supporter les conséquences budgétaires, que la Ville n’est pas en mesure de prévoir un mois après la rentrée.

Pour terminer, je voudrais vous suggérer mon analyse personnelle de cet extrait, en schématisant très vulgairement :

Constat :

La FCPE est à gauche et favorable à la réforme des rythmes scolaires. La FCPE est volontaire donc souhaite dépenser.

La PEEP et les parents indépendants sont à droite et hostiles à la réforme des rythmes scolaires. La PEEP est réservée et ne souhaite pas dépenser.

La majorité municipale est hostile à la réforme. Elle ne veut pas dépenser.

Aujourd’hui, la FCPE est relativement forte dans la représentation des parents d’élèves.

Les Français votent moins à gauche, comme le prouvent les résultats élections municipales, européennes et sénatoriales.

Hypothèse :

Les parents d’élèves vont moins voter pour la FCPE et plus pour la PEEP et les indépendants.

La municipalité affiche par des petits messages (comme celui-là) son soutien à un camp plutôt qu’à un autre.

Conséquence :

La FCPE perd son pouvoir d’opposition.

Les représentations élues PEEP et indépendants soutiennent la municipalité.

D’où la nécessité d’attendre le 10 octobre pour saper la voix des discordants.

Restant à votre disposition.

O. Vagneux

P.-S. : Attention à l’instrumentalisation. N’hésitez-pas à faire suivre ce message à d’autres parents. Merci.

Olivier VAGNEUX

Journaliste indépendant

 

75 rue du bicentenaire de la révolution française

91600 Savigny-sur-Orge

01-84-17-71-95 / 06-51-821-870

http://www.vagneux.fr

La révolution numérique permet aujourd’hui aux citoyens de pratiquer une réelle transparence à l’égard des informations et des actes publics.

Les questions que je pose sont publiques. Les réponses que je reçois sont publiques.

Je me réserve donc le droit de publier ce courriel et les réponses qu’il engendrerait, conformément à mes convictions.

Non à la politisation de l’Eurovision

Coup de gueule après l’Eurovision 2014. Les Européens seraient-ils donc aussi endormis pour ne pas dire stupides que nos chers Français ? Deux attitudes m’ont dérangé au cours de l’émission : l’élan de sympathie pour la gagnante Conchita Wurst comme symbole de tolérance après les divisions autour du « mariage pour tous » alors que ses capacités techniques étaient limites. Et la muflerie de ceux qui sifflaient les candidates russes.

Oui, les vainqueurs de l’Eurovision ne sont jamais forcément les meilleurs sur un plan purement vocal. Mais on a atteint des limites cette année et fait gagner un/e candidat/e pour ce qu’elle représentait et non pas pour ce qu’elle était. Et c’est cette négation de l’Être , cette victoire du paraître, qui me blesse et que je veux dénoncer ici.

La tolérance a ses limites dans ce qu’on lui reconnait de valeur

Les Européens ont fait gagner une « femme à barbe« . Quel était le talent de cette personne, si ce n’est d’avoir choqué l’extrême-droite autrichienne et le conservatisme russe par une campagne de communication savamment maîtrisée ? Sa prestation ne m’a pas convaincu et seuls les effets de lumière du plateau sauvait la mise en scène. Engoncé dans sa robe, elle ne pouvait pas bouger seule. Ça fait pourtant cinquante ans que nos chanteurs bougent un peu sur scène afin de rythmer un peu leur prestation. Cette prestation d’un autre temps est dommageable au profit de candidats plus énergiques tels que ceux de l’Azerbaïdjan ou du Danemark.

Arrêter d’identifier Poutine à la Russie éternelle

Dans la salle de l’Eurovision, les candidates russes ont été sifflées lors de leur passage puis lors de l’énoncé des voix données par le Grand Ours. Comme si le Peuple Russe était responsable des desiderata politiques de son Président… D’une part, Vladimir Poutine agit objectivement dans l’intérêt de son pays, ce qui contrevient certes aux nôtres. (Peut-être que notre chef d’État devrait s’en inspirer pour respecter un peu plus les religions et la famille.) D’autre part, si ce n’est pas Poutine, les Russes recommenceront avec un communisme stalinien. Or, la Sibérie et les périphéries russes sont en train de voter légalement pour un retour au marxisme, comme l’atteste le résultat des dernières élections municipales russes. Donc oui, je préfère Poutine au soviétisme stalinien.

En conclusion, que la France se concentre sur le choix de bons candidats pour représenter le pays avec du kitsch puisque c’est ce qui plait. Avec un si mauvais classement, nous Français ne sommes pas plus légitimes pour critiquer la Russie que pour féliciter (ou déplorer) la victoire de Conchita.