Archives du mot-clé Police municipale

Savigny-sur-Orge : des vrais et des faux démarcheurs pour un sondage / un questionnaire / une enquête sur le bruit et les nuisances sonores

OUI, la société commerciale « Sodivitrage isolation » dispose bien d’une autorisation municipale de démarchage pour effectuer, au cœur de l’été, une enquête d’une vingtaine de minutes, sur l’impact et le ressenti des nuisances sonores par les Saviniens, et leur proposer leurs solutions d’isolation. Elle s’annonce, préalablement à sa venue, et ses démarcheurs disposent de cartes professionnelles, qu’ils présentent spontanément.

MAIS OUI AUSSI, et comme l’année dernière avec ces gens mal-intentionnés qui, en période de chantiers, s’habillaient en ouvriers, et sonnaient chez les riverains pour vérifier à plusieurs que les travaux n’avaient pas endommagé leurs canalisations, d’autres gens mal-intentionnés tentent cette arnaque à la fausse qualité, et se font passer pour des démarcheurs d’une société d’enquête pour repérer les maisons vides !

Sauf que ces derniers sont des brêles qui un coup se disent envoyées par la Commune, et qui un autre coup se disent envoyées par l’intercommunalité. Ils sont visiblement très étourdis parce qu’ils oublient à chaque fois leur carte professionnelle. Et puis, ils prennent leurs notes directement dans la rue, en ne sonnant qu’à certains pavillons. Et enfin, si tu leur demandes le questionnaire, comme par hasard, ils n’en ont plus, mais ils promettent de te l’envoyer.


Pour rappel, les enfants. Que fait-on en cas de doutes sur la qualité d’un démarcheur ?


Premièrement, on demande la carte professionnelle.

Mais entre-nous, je ne sais pas à quoi ressemble une carte professionnelle, donc tant que le mec me montre un bout de plastique avec écrit dessus « carte professionnelle »

S’il n’y a pas d’erreurs d’orthographe, que les logos ne sont pas pixelisés, que la carte est bien plastifiée et qu’elle est découpée droite, alors je ne peux me fier qu’à mon instinct pour les envoyer se faire foutre, comme j’ai fait dans la semaine avec une nana de Verisure, toute étonnée que je préfère investir dans la sécurité des personnes plutôt que dans celle des biens…


Secondement, on appelle la Police municipale (PM) de Savigny au 01.60.48.89.19 pour faire un signalement (comme quand on voit le technicien du sous-traitant d’Enedis nous installer le Linky alors qu’on n’en veut pas !)

Avec le souci que si le chef de la PM est bien informé, l’agent chargé de l’accueil ne l’est pas. Et donc qu’il va vous dire que c’est un faux-démarcheur, d’autant qu’aucun arrêté d’autorisation de démarchage n’a été pris. Quand je repense à l’adjoint JAUGEAS qui avait pris un arrêté pour contrôler ce démarchage, et qui ne contrôle rien du tout ! Que de la communication !

Même souci si vous appelez le cabinet du maire de Savigny, qui n’est pas informé, alors que l’accueil de la mairie dispose d’une note d’information du passage de cette société. Ouais, mais c’est pas au même étage de la mairie, donc ils ont des excuses ! Les gens qui vivent à l’étage du château ne vont quand même pas se mêler à la foule des gueux !


Or, tant l’accueil de la PM que le cabinet du maire vont vous dire avec mépris et condescendance que les policiers municipaux et assimilés n’ont pas que cela à foutre de patrouiller dans Savigny ! Gros foutage de gueule, mais à quoi servent les mecs alors ?

Je me suis donc permis de remettre la nana du cabinet du maire à sa place, parce que nous savons très bien que nos 12 agents de Police municipale, qui seront 14 à la fin du mandat, sans compter le chien, sont aussi nombreux pour pouvoir verbaliser à outrance quadriller Savigny ; et surtout qu’ils sont justement « en chien » depuis la veille (31 juillet) pour gauler tous les mecs qui ont fait trop tôt le changement de côté du stationnement, ou qui ne l’auront pas fait à temps.


Si donc la dame veut prendre les Saviniens pour des cons, ce n’est que la continuité des cinq ans de mandat de MEHLHORN.

Mais pas moi ! Qui ne sachant pas dès le départ qu’une société avait effectivement été mandaté, me suis d’abord tourné vers l’organe délibérant compétent depuis le 1er janvier 2018.

Et qui donc a contacté Emmanuel MARINO, responsable du service « Bruit et Nuisances sonores » à la Métropole du Grand-Paris, lequel joint par téléphone, nous indique qu’aucune société n’a été missionnée par la Métropole, seule compétente en la matière, dans le cadre de ses politiques de prévention à l’exposition au bruit.


Aux dernières nouvelles du 1er août à 16 heures 30, le cabinet du maire, informé du fait que je me renseignais, s’enquérait de savoir si une deuxième société n’avait pas aussi été missionnée pour effectuer de tels sondages.

Et pour m’emmerder, sûrement aussi parce qu’ils ont été vexés du mépris que je ne peux pas m’empêcher d’exprimer à l’encontre de ratés qui n’ont rien trouvé d’autres qu’à aller se planquer, payés par l’argent public, parce qu’ils sont trop nuls pour trouver un travail dans le privé, ils ont confisqué le document de l’accueil, et ils me font dire que je dois en demander la communication si j’en veux une copie. Na na na !

Ce faisant, ils commettent un abus de pouvoir parce qu’il n’y a que le maire, ou l’administration qui a le pouvoir de restreindre la communicabilité des documents administratifs. Mais pas ces gens au statut bâtard, que je n’ai pas élu. Or, à cette heure là, MEHLHORN était en vacances pour cinq semaines, parce que le pauvre chéri a trop travaillé, et BÉNÉTEAU se trouvait à la résidence Chateaubriand. À ce stade, je n’en ai plus rien à foutre de leur chantage. De toute façon, dans six mois, ils dégagent…


Enfin, si je veux appuyer là où ça fait mal, je m’étonne que ces questionnaires soient réalisés alors qu’il n’y a pas encore les premiers survols aériens intensifs de la commune, qui ne commencent que le 02 septembre.

Car comment connaître l’épaisseur de vitrage nécessaire à se prémunir du bruit, à une période où la moitié des Saviniens sont barrés, et donc font moins de bruit, et durant laquelle nous ne sommes pas encore dérangés par les avions ? Au niveau des perceptions, ce n’est pas très très honnête… Comme si on allait d’abord te conseiller de prendre du double-vitrage, puis que lorsque tu te rendrais compte que c’est insuffisant, alors on te ferait repayer pour du triple…

En réalité, le questionnaire n’engage sûrement à rien. C’est juste que dès que les survols vont commencer, les Saviniens auront alors déjà le contact et l’adresse pour faire quelque chose contre le bruit, et je ne serai pas étonné que le carnet de commandes de l’entreprise se remplisse tout seul dès la rentrée !



Victoire au Tribunal administratif : Olivier VAGNEUX obtient l’annulation de l’arrêté interdisant la consommation d’alcool dans deux quartiers de Savigny-sur-Orge

MEHLHORN doit donc maintenant mener à peu près 15 à 1…

Mais la Police municipale va pouvoir continuer de se faire taper dessus par les Caboverdiens bourrés de la Place Davout et de la Grande-Rue, lesquels ne tiennent absolument pas l’alcool.

Et les riverains de l’avenue des écoles continueront de se faire insulter, et de sortir de chez eux le matin en découvrant qu’on a pissé partout dans leur rue.

Ce que l’arrêté qui s’est donc appliqué pendant deux ans, n’a absolument pas modifié en tant qu’état de fait, donc ce qui prouve son inefficacité !

L’important n’en reste pas moins que les libertés publiques de milliers de Saviniens sont sauvegardées, ce que les papys et mamies de l’électorat de MEHLHORN sont incapables de comprendre parce qu’ils ne sont à droite que pour l’argent…

Peut-être maintenant que MEHLHORN va se décider à conduire une vraie politique de lutte contre la pauvreté et l’alcoolisme, dès lors que Mme ROUILLER-FORSANS, directrice du CCAS, s’intéressera plus au social qu’à l’argent ; et aussi qu’il va installer quelques pissotières discrètes dans Savigny, à la gare, sur la place Ferry et le long des terrains de boules ? (Moi, c’est dans mon programme !)


Ce jugement, qui ne deviendra définitif que le 18 septembre 2019 si MEHLHORN renonce à interjeter appel, suscite plusieurs observations.

Entre nous, je ne pense pas que MEHLHORN fasse appel.

S’il le fait, je l’accuse de dilapider l’argent de la Commune, parce qu’il sait qu’il perdra aussi en appel, et que de toute façon, il incarne la fausse-droite liberticide.

S’il ne le fait pas, je lui tombe dessus, en criant partout qu’il est faible et lâche,

En revanche, je pense qu’il va reprendre un deuxième arrêté quasiment similaire, mais sans les manquements du premier.

Mais celui-là, j’attendrais d’être maire pour le faire sauter moi-même.


Tout d’abord, votre serviteur n’a demandé aucun frais de Justice, parce que lui, est soucieux de l’argent de la Commune.

En revanche, l’avocat de la Commune indique avoir pris 3000 euros pour rédiger 10+1 pages de recours. Ce même avocat qui était absent à l’audience !

Alors, quand vous savez que c’est du copier-coller d’un recours à l’autre, je pense que MEHLHORN s’est encore fait arnaquer, parce que ça fait cher la page…

En plus, si Aloïs RAMEL, du cabinet SEBAN et associés, (qui est un excellent professeur de droit, et qui m’a beaucoup appris) a perdu, c’est parce qu’il a fait de la politique, plutôt que du juridique. Voyez plutôt !


Ensuite, je suis bien content d’avoir obtenu une victoire contre Daniel JAUGEAS, une taupe de LR selon Nicolas DUPONT-AIGNAN (écouter l’extrait audio en cliquant ici).

En effet, c’est le maire-adjoint qui est en fait l’auteur de l’acte, sincèrement bâclé ;

l’article 2 étant un copier-coller de l’article 2 de l’arrêté 17/234 interdisant de faire des barbecues sur la voie publique, parce que la Police ne pourrait sinon pas verbaliser sans cet arrêté l’obstruction de la voie publique ! Faut tous qu’ils se calment !

À bientôt 75 ans, je pense qu’il est temps pour lui qu’il arrête de vouloir être un super-flic, parce que la triste vérité est qu’il n’est plus en l’état de courir derrière les méchants.

Et c’est d’ailleurs pour cela qu’il a une voiture de fonction qu’il ramène jusque devant chez lui tous les soirs, la plupart du trajet en même temps au téléphone.

Je redis aussi ici que la Police municipale (PM), ou les services techniques, ce n’est ni fait pour escorter Madame aux courses, ni fait pour réparer son portail.

Et que si je suis maire, je serai le seul responsable de la PM, et qu’ils vont tout de suite faire moins de verbalisation rentière (et pas parce qu’ils seront chez moi pour faire du bricolage).

Et qu’en fonction de ce qu’il est écrit dans l’arrêté de nomination du nouveau chef de la Police municipale, il se pourrait en plus que M. CHARRIER ne reste pas en poste trop longtemps.

C’est comme Valérie RAGOT, je m’en fous qu’ils fassent aujourd’hui du bon travail ; si leur procédure de recrutement a été entachée d’illégalité, alors ils dégageront.

(Mais Bernard BLANCHAUD, lui, le conservera quoiqu’il arrive parce qu’ils se connaissent.)


Enfin, il faut bien dénoncer l’incurie de la politique sécuritaire de la droite savinienne. (Jean-Marie CORBIN aurait préféré le terme d’inefficience).

Parce qu’il existait déjà un tel arrêté du temps de MARSAUDON, mais qui n’arrive déjà pas plus à être appliqué.

Et donc l’équipe MEHLHORN n’a rien trouvé de mieux que d’en étendre les zones, mal qualifiées, et pas plus limitées dans le temps que l’arrêté MARSAUDON, que je ferai aussi sauter, parce qu’il y a déjà tout l’arsenal législatif nécessaire pour sanctionner les comportements gênants des personnes en état d’ébriété. De toute façon, elles n’ont rien à foutre de la contravention car elles sont insolvables ! Donc comme l’amende de RÉDA pour le cannabis, gros doigts d’honneur !

Et donc progressivement, on réduit les libertés pour une prétendue sécurité, avec des policiers municipaux armés, dotés de caméras et tout le toutim… Et ils se font quand même méprisés, insultés, voire tapés dessus. Et tout le monde se fout de tout, mais particulièrement de cet arrêté, parce qu’on aime pas les SDF parce qu’ils sont sales et bien souvent des étrangers…


Je suis donc très content de ma victoire, même si elle est surtout symbolique.

Il m’aura fallu deux ans pour comprendre le fonctionnement de la Justice administrative.

Mais  il apparaît désormais que je sois enfin parti pour commencer à gagner, avec encore une autre victoire ce vendredi 19 juillet 2019, dans une affaire contre la préfecture de l’Essonne dont je me suis désisté puisque j’avais été exaucé…


Enfin, pour répondre à une question qui m’a été posée, puisque j’agissais pour défendre les chrétiens qui ne pouvaient du fait de cet arrêté plus organiser de verres de l’amitié sur le parvis des églises, je n’ai ni été aidé ni soutenu par les prêtres ou l’équipe animatrice qui n’en ont rien eu à faire… Pas plus que le projet de rénovation de Grand-Vaux ne les intéresse…


Le jugement dans son intégralité



Allo la Police municipale de Savigny-sur-Orge, c’est pour une infraction routière au stationnement !

Lui, maire de Savigny-sur-Orge, il roule en voiture de fonction, dont il ne rembourse pas l’essence, et qu’il gare n’importe où, notamment en des endroits interdits comme sur ces places de stationnement réservées au service de la Police municipale…

Mais évidemment, la Police municipale, qui passe son temps à verbaliser tout le monde, et notamment les commerçants du Boulevard Aristide-Briand, quand bien même ils sont garés sur leurs places privées, ne vont pas se risquer à mettre Monsieur le maire à l’amende…

Et puis, je pense que si toi, tu te mets là, un dimanche après-midi ; simplement que tu t’arrêtes et que tu restes dans ton véhicule, parce que tu attends quelqu’un qui viendrait du train, on va vite t’en faire dégager… Si on ne t’a pas verbalisé avant car faut remplir les caisses…


Moi, maire de Savigny-sur-Orge, je n’aurai pas de véhicule de fonction.

Moi, maire de Savigny-sur-Orge, s’il doit m’arriver d’emprunter un véhicule d’usage appartenant à la Commune, j’en rembourserai le coût de l’essence.

Moi, maire de Savigny-sur-Orge, je ne me garerai pas n’importe où, et donc pas sur les places réservées au service de la Police municipale.

Moi, maire de Savigny-sur-Orge, je ne garerai donc pas ma voiture de fonction sur les emplacements réservés aux services de Police municipale dont je ne suis pas…


Il est vraiment temps que MEHLHORN dégage parce qu’il se croît désormais tout permis ! Et que plus personne n’ose rien lui dire. Le changement, c’est maintenant !





Refus de communication de l’arrêté de recrutement (de nomination) du nouveau chef de la Police municipale de Savigny-sur-Orge : je saisis la CADA

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai reçu une lettre de dénonciation des conditions dans lesquelles le nouveau responsable de la Police municipale de Savigny-sur-Orge, Christophe CHARRIER, aurait pris ses fonctions. J’ai donc commencé une enquête, dont je vous dis un peu plus ici. Éric MEHLHORN aura beau crié à la fake news ; je constate simplement qu’il ne répond pas à mes questions, et j’en déduis alors ce qui m’arrange !


Le courrier, relativement bien documenté, dénonçait trois points qui ont retenus toute mon attention :

la personne ne cumulerait pas dix ans de Police municipale pour pouvoir exercer le poste, en application de l’article 6-2° du décret n°2011-444 du 21 avril 2011 qui dispose que la personne promue doit compter au moins dix ans de services effectifs, en position d’activité ou de détachement, dans son cadre d’emplois,

la personne n’aurait jamais exercé la fonction de responsable de la Police municipale dans une autre Commune (L’Haÿ-les-Roses) ; ce serait donc sa première affectation à un tel poste, ce qui contrevient là encore aux conditions fixées par l’article 6-2° du décret n°2011-444 du 21 avril 2011 qui dispose que la personne promue doit être titulaire du grade de brigadier-chef principal ou de chef de police. Il y aurait un mensonge à ce niveau,

– ce serait un recrutement de complaisance et par népotisme, parce que la personne serait amie avec Julien MIALLET, directeur de cabinet du maire.


Ces deux premiers faits sont normalement vérifiables dans l’arrêté de recrutement, aussi appelé arrêté de nomination de la personne à son poste d’agent.

J’ai donc demandé ce document au maire, qui ne m’a toujours pas répondu.

Oh, je me demande bien pourquoi. Ce serait tellement simple d’arrêter toutes les rumeurs, et ce n’est ainsi pas moi le plus gros des connards avec Christophe CHARRIER, parce que si tout est normal, mon enquête s’arrête là ! Alors que là, on prolonge, et on part pour quelques articles…

Et donc je saisis la Commission d’accès aux documents administratifs, afin de le contraindre à le faire.

Ce n’est pas parce que ce ne sera pas jugé avant la fin du mandat, que je vais rester passif. Je ne suis pas MEHLHORN et je ne commence pas à courir dans la ligne de sprint.


Je précise aussi que par correction, je me suis ouvert de toutes ces questions à Monsieur CHARRIER, qui à cette heure, ne m’a toujours pas répondu (bien que nous ayons échangé préalablement pour qu’il me communique son adresse courriel).


Personnellement, je reste très gêné par la politique du maire en matière de Police municipale, et je continue de douter de la nécessité d’avoir un tel effectif. De plus, Richard BRUNETTO me semblait correctement faire le travail. On me disait qu’il était mou, mais c’est tout Savigny, qui comme son maire aussi, est une bonne ville de mollassons (J’aime bien faire mon MACRON et insulter mes concitoyens à tour de bras, puis m’étonner et pleurer qu’ils ne votent pas pour moi).

Le fait est, et ce sont les statistiques publiques de data.gouv.fr, que je veux commenter depuis un moment (faut vraiment que je me secoue), qui le disent : les crimes et les délits les plus préjudiciables aux Saviniens augmentent (les agressions et les cambriolages).

Et la Police municipale, sous couvert d’une activité de sécurité routière, ne fait en fait que de la verbalisation rentière (vous avez remarqué le jeu de mots). Et donc elle ne résout rien, sinon qu’elle met de la tension là où elle devrait justement apaiser (ma vision de la PM)…

Et comme en plus, être entouré d’uniformes ne me fait ni bander plus ni éjaculer plus loin ou en plus grande quantité… (J‘aime beaucoup cette métaphore sexuelle ; j’ai l’impression qu’elle me rend viril.)


Au passage, et j’en finis par là, ce qui fait obstacle à une alliance avec BLANCHAUD, à qui j’ai parlé de cette affaire, comme il me parle des signalements qu’il reçoit aussi, dans la mesure où nous pouvons nous aider et travailler ensemble.

Il me dit que Christophe CHARRIER est un ami, sous-entendu qu’il n’enfreindrait donc pas la Loi.

[Bernard BLANCHAUD nous précise qu’il m’a déclaré connaître Christophe CHARRIER depuis environ 15 ans et que c’est un ami. Que ce dernier l’a assuré que son recrutement est en tout point conforme aux textes en vigueur et qu’il le croyait.]

Moi, dans mes amis, j’ai des mecs qui fraudent et des bons gros connards, à commencer par moi.

Le problème avec Bernard est qu’il veut être ami avec tout le monde, ne blesser personne, et qu’il est dans la mythification de l’administration (alors que paradoxalement, il veut tout externaliser, mais c’est un autre débat). En même temps, vu qu’il est plus populaire que moi au sein de l’administration, je suis jaloux.

[Bernard BLANCHAUD nous précise qu’il n’est absolument pas pour l’externalisation et, bien au contraire, qu’il fera tout son possible afin de créer des emplois locaux.]

Moi, j’assume de dire qu’il y a des agents communaux qui sont des nuisibles et qu’il conviendra de les dégager à notre élection. Oui, une chasse aux sorcières.

Et pour autant, celle-ci se fera proprement, et j’inviterai davantage tous ceux avec qui j’ai des problèmes à partir d’eux-mêmes, sans aller les pourrir en vue d’un recrutement futur, plutôt que de les placardiser, et les rendre dingues pour les faire craquer.