Archives du mot-clé plaintes

Droit de suite : les plaintes de Bernard BLANCHAUD contre Olivier VAGNEUX pour diffamation et harcèlement ont manifestement été classées sans suite !

Ce mercredi 20 mai 2020, j’étais auditionné au commissariat de Savigny, en tant que victime, dans le cadre de trois plaintes déposées pendant la campagne des municipales.


La première concerne Georges DURAND et Jean ESTIVILL qui m’insultent régulièrement sur les réseaux sociaux.



La deuxième concerne Patrick JALLET, qui voulait casser ma gueule de « pd ».

Je précise que de simples excuses de la part de JALLET, ainsi que la suppression de son message, m’aurait conduit à retirer ma plainte…

Mais n’ayant pas eu de nouvelles de sa part, je me suis donc maintenu, et maintenant, j’irai jusqu’au bout.


Enfin, la troisième et dernière fusionne mes deux courriers de plainte contre Bernard BLANCHAUD pour dénonciation calomnieuse car il m’a accusé, à tort et en sachant au fond de lui que ce n’est pas vrai, mais parce qu’il est en colère, de l’avoir diffamé, puis carrément de le harceler.


Or, d’après le deuxième alinéa de l’article 226-10 du code pénal, la fausseté du fait dénoncé résulte d’une décision de Justice déclarant que « le fait que na pas été commis ou qu’il n’est pas imputable à la personne dénoncée ».

De fait, pour que Madame le procureur ait pu transmettre ma plainte, en ouvrant une enquête préliminaire, c’est donc que les deux plaintes de Bernard ont été classées...


Mais nul doute que Bernard – toujours en roue libre, il n’y a qu’à lire ce qu’il m’a envoyé hier (mardi 19 mai) où en l’espace de dix minutes, il justifie son échec aux municipales parce que j’ai fait à la fois le plein des voix de mes partisans, et de la droite déçue de MEHLHORN, et du Rassemblement national – va relancer l’affaire en se constituant partie civile…


La bonne nouvelle est cependant qu’on devrait être tranquille un moment de ce côté-là, tandis que lui va au minimum devoir perdre le temps d’une audition au commissariat, pourquoi pas accompagné d’un avocat, et qu’au moins pendant ces quelques minutes, il ne s’en prendra pas à nous.

Sa dernière crise venant simplement du fait que je me sois exprimé sur son attitude lors du Conseil municipal de lundi (18 mai). Dès lors, puisqu’il ne supporte pas mon regard et mes critiques, je me demande à la fois pourquoi il a demandé la tenue de ce conseil, et puis surtout pourquoi il s’est présenté comme tête de liste.

De toute façon, avec David FABRE, ils sont persuadés que l’élection leur a été volée, et qu’elle sera rejouée d’ici un an. Ce qui est dommage est que j’appréciais bien Bernard, mais qu’il est complètement parti en vrille. Gageons donc qu’il arrêtera tout lorsque le recours de David pour faire annuler l’élection sera rejeté par le Tribunal administratif.



Le Conseil territorial du GOSB du 25 juin 2019 reporté faute de quorum…

Troisième fois en trois ans qu’un conseil territorial du Grand-Orly Seine Bièvre est annulé, faute d’avoir atteint le quorum, c’est à dire d’avoir rassemblé physiquement 47 des 92 élus… Ici, il manquait un élu ! Dans certaines commissions, ils sont deux. On dirait vraiment que le fait qu’ils ne soient pas rémunérés joue sur leur assiduité…

Mes plans sont donc plus ou moins contrariés car j’espérais que le quorum tiendrait jusqu’à l’adoption du compte administratif 2018 ; puis que des élus qui ne tiennent pas en place comme Patricia TORDJMAN ou Pierre BELL LLOCH s’en iraient ; qu’il n’y aurait plus le quorum pour les points concernant Savigny, et donc que Michel LEPRÊTRE, président du GOSB, ne reconvoquerait pas le conseil avant l’été, nous offrant trois mois de répit…

Malheureusement pour moi, le Conseil est donc reporté à ce samedi 29 juin 2019 à 08 h 00 du matin, toujours à l’hôtel-de-Ville de Vitry, et là, il n’y aura plus besoin de quorum…


Relativement aux délibérations concernant Savigny,

Pour les projets de ZAC, c’est dommage mais inéluctable.

Non pas qu’il ne sera pas possible de les annuler après l’élection de 2020, mais on va gaspiller beaucoup d’argent dans des études inutiles.

Il n’y a aucun besoin d’engraisser un aménageur. Le prétexte de la déclaration d’utilité publique (DUP) est bidon. Si MEHLHORN voulait vraiment virer les kébabs, il enverrait le service communal d’hygiène et de santé qu’il n’a pas. Sauf qu’il ne le veut pas vraiment.

De là à supputer qu’il maintient de l’insécurité pour développer de la Police municipale, et faire croire aux gens qu’ils sont en sécurité, alors que c’est juste pour les racketter au niveau du stationnement, il n’y a qu’un pas… Non plus vraisemblablement, la DUP permettra de raser plus facilement la Grande-Rue au service des promoteurs !


Pour le projet de modification du PLU, cela reste intéressant.

Déjà, je sais que mes courriels ont bien été reçus parce que plusieurs élus, et membres de l’administration m’en ont parlé !

Globalement, ils doutent que mon dossier soit assez solide, et ont plutôt envie de me laisser voir avec le Tribunal administratif.

Pour ma part, et je l’écris ici à destination de l’avocat du maire, aucun problème pour soulever en référé-suspension un vice de procédure dans l’adoption de la délibération territoriale, en tant que la charte de gouvernance du GOSB, qui a valeur de délibération, tout comme le règlement intérieur du GOSB, qui a aussi valeur de délibération, disposent de la nécessité d’une approbation préalable du PLU par le Conseil municipal.

Et là de soulever l’exception d’illégalité de la délibération savinienne entachée d’une erreur de fait, relativement à MEHLHORN qui a menti à ses élus, en les prenant bien pour des cons (qu’ils n’avaient qu’à lire le projet de délibération parce qu’il n’était inscrit qu’il ne s’agissait que d’un donner acte… Ben non, apparemment, c’est toi qui ne sais pas lire…)


Bref, MEHLHORN a été en panique toute la soirée.

Il est sorti plusieurs fois pour téléphoner (à l’avocat conseil de la Commune ? Je me fais un film), et il a discuté à pas moins de quatre reprises avec le président du GOSB.

Il me montrait à ses collègues, qui du coup me regardaient avec insistance pour observer cette bête curieuse qui cause tant de soucis à MEHLHORN ; ce qui ressemblait peu ou prou aux scènes qui me sont racontés où en privé MEHLHORN me diffame en se plaignant qu’il y a un jeune con qui le fait chier… C’est moi !


Je sais qu’à la fin, la délibération de modification du PLU passera, et c’est dans mon intérêt car cela pourra me permettre de taper sur Super-Bétonneur.

Mais je veux juste que ce soit fait dans les règles, que MEHLHORN propose à son Conseil d’adopter la modification du PLU ; et pas qu’il raconte qu’il s’agit juste de donner acte.

Limite, si le Conseil municipal de Savigny pouvait revoter, que MEHLHORN demande qui est pour (il ne le fera pas ; il va demander qui est contre, et qui s’abstient, pour m’éviter les photos, et surtout éviter à ses élus dociles et soumis d’assumer leur politique !)

MEHLHORN trouve que je suis méchant ? C’est lui qui m’a pourri pour 40 ans en me faisant condamner en diffamation pour avoir écrit qu’il était visé par une enquête préliminaire (déclenchée par une plainte n°Parquet Évry 16/111/102).

Toujours est-il qu’aujourd’hui, il est encore visé par trois enquêtes préliminaires déclenchées par mes plaintes n°Parquet Évry 18/067/179 (l’enregistrement dans lequel il dit qu’il m’enregistre), 18/107/59 (l’étonnant montage financier de l’espace inter-générationnel du Vert-Galant) et 18/107/63 (l’embauche de la conseillère municipale Catherine CHEVALIER au Département)

Et je ne lui souhaite pas d’être élu, parce que je n’aurais pas les « pudeurs de gazelle » d’un DUROVRAY qui dépose des plaintes contre X, et que ce sont des plaintes pénales nominatives que je déposerai contre lui, pour les négligences établies et celles que je pourrais découvrir.

Avec SPICHER, ils étaient du même parti donc ils ont négocié. Avec moi, il n’a même pas intérêt à essayer !



Rapide compte-rendu de mon audition du 02 octobre 2018

Elle aura duré 3 heures 30, de 9 heures 40 à 13 heures 10.

À Évry, ils viennent te chercher à l’accueil et ils t’offrent un café.

À Savigny, ils te font attendre 15 minutes, mais ce sont aussi les diligences du service, et ils ne te proposent rien. Mais en même temps, leur café n’a vraiment pas l’air bon.


Trois affaires à traiter :

  • les registres des décès mal tenus (1)
  • le refus de communication des PV de la commission électorale (2)
  • le montage financier de l’espace inter-générationnel Vert-galant / Belle-Gabrielle (3)

(1) Nous n’avons pu que constater les dysfonctionnements de l’administration. Mais comme j’ai offert l’impression que ma motivation était de nuire à WOZNIAK, pour atteindre MEHLHORN, alors cela n’ira pas très loin. Peut-être quand même obtiendrais-je un rappel à la Loi par un obscur substitut ?

(2) À la base, la Ville qui voulait m’empêcher de vérifier que les délégués de la Commission étaient des colistiers du maire, et que ça fait mauvais genre. C’est toujours le cas, mais comme ils me communiquent désormais les PV, je pense qu’ils ne vont rien trouver à redire. Et puis, toutes les communes font cela… J’ai quand même évoqué les autres refus de communication, mais comme ils font déjà l’objet d’une plainte pénale !

(3) Les infractions sont insuffisamment caractérisées. Je n’obtiendrais pas du Tribunal administratif que la Ville soit contrainte de me communiquer les documents administratifs prouvant mes doutes avant au moins deux ans… Donc ce sera probablement classé, et puis selon on réouvrira l’affaire… J’ai bien senti que l’officier ne requérerait pas les documents étayant mes propos, alors qu’il le peut…

Mais j’avais fait un beau plan A3 avec les 1400 constructions collectives autorisées par le maire ! J’en suis très fier, d’autant qu’il me re-servira très vite !


Comme à chaque fois, je parle avant qu’ils aient fini de poser leurs questions, donc ils n’aiment pas… Mais au moins, n’y avait-il pas trop d’erreurs d’orthographe dans les procès-verbaux.

Nous avons joué le jeu, et peut-être obtiendrons-nous une victoire symbolique quelque part, mais je ne me fais guère d’illusions pour ne pas être déçu.

Je pense néanmoins avoir réussi à prouver que je suis un citoyen honnête, et engagé au nom d’un idéal de service public. C’est ce qu’on se dit pour justifier du temps perdu…

Malgré tout cela, figurera dans la conclusion de l’enquête que je suis un opposant politique du maire, et donc que mes motivations ne seraient pas nobles. Donc la Justice ne se fera pas, parce qu’elle ne voudrait pas que je l’instrumentalise.

Au moins, j’aurais essayé ! Et tout le monde ne peut pas en dire autant !



La Procureure générale accuse réception de deux de mes contestations de plainte contre Éric MEHLHORN

Quelques nouvelles de mes plaintes…

Courrier de ce samedi 18 mars 2017. Deux enveloppes blanches marquées d’un symbole de balance et de la mention « Cour d’appel de Paris – Parquet général ». À l’intérieur, deux courriers datés du 14 mars 2017 accusant réception de deux de mes contestations de plaintes : celle pour entrave au fonctionnement du Conseil citoyen, et celle pour prise illégale d’intérêts lorsque le maire de Savigny s’est octroyé une protection fonctionnelle.


On remarquera que le deuxième accusé de réception fait état d’un courrier en date du 4 octobre, mais qu’il a été traité postérieurement à un autre courrier du 30 novembre, étudié lui le 6 décembre. En réalité, il y a beaucoup de ma faute car ces deux courriers ne sont pas de moi, mais des transferts de la Cour d’appel de Versailles à la Cour d’appel de Paris, que j’avais saisie deux fois par erreur (croyant à tort que l’Essonne dépendait de la juridiction de Versailles).


Je ne me fais pas trop d’illusions sur le deuxième traitement qui sera accordé à mes plaintes, même si les faits sont clairement établis pour la prise illégale d’intérêts. En me portant partie civile, je pourrais même me faire un peu d’argent, mais ce ne serait pas très moral. Mais bon, je pense qu’il faut tenter la Justice, quitte à devenir procédurier. Il n’y a que cela qui fonctionne pour faire plier MEHLHORN. Donc s’il veut du bâton, je me ferai un devoir de lui en donner !