Archives du mot-clé pédophilie

Sur la condamnation en première instance du cardinal BARBARIN

Je veux réagir ici à la condamnation en première instance du cardinal Philippe BARBARIN, archevêque de Lyon.

Alors NON, ce n’est pas la fin d’une ère d’impunité qui permettait aux religieux de pouvoir tout faire en France sans jamais être inquiétés, car ils seraient systématiquement couverts par le pouvoir politique et judiciaire.

Je rappelle d’ailleurs que c’est quand même la troisième fois en France depuis la Révolution de 1789 qu’un évêque est condamné (pour non-dénonciation de crimes pédophiles). Mais c’est bien la première fois que cet évêque est aussi cardinal !

Et non, ce n’est pas l’Église qui a été condamnée, comme l’écrivent les faux-progressistes de Golias, qui sont en fait des révolutionnaires très minoritaires qui veulent détruire l’Église parce qu’ils ne s’y sentent pas bien dedans (du même genre que la rédaction de Témoignage chrétien qui soutenait les attentats du pendant la guerre d’Algérie) ; mais bien les errements personnels d’un homme d’Église.

Parce que pour parler d’un « système », il faudrait qu’aucun évêque ne transmette rien à la Justice, et nous savons que ce n’est pas vrai, et qu’il y a des signalements. Et aussi qu’il y a des prêtres qui refusent de donner le pardon de Dieu à des pédophiles au moment du sacrement de réconciliation, et les obligent alors à aller se dénoncer.

Après, toute la difficulté dans l’Église catholique est de croire qu’un Homme ne se résume pas à ses actes, et que sa personne reste digne d’être sauvée, car à l’image de Dieu. Et donc, oui, nous croyons que Dieu pardonnera à HITLER, et c’est ça ma religion…


Je remarque que le procureur n’avait requis aucune peine, et que le Tribunal a quand même prononcé une peine de six mois de prison avec sursis.

Est-ce de l’anticléricalisme de juges rouges ? À lire le jugement, effectivement assez décevant car très factuel et peu motivé, le Tribunal considère que le cardinal n’a pas dénoncé les crimes dont il avait connaissance, et il inflige une peine intermédiaire propre à ce délit. Rien de scandaleux de ce point de vue.

Mais ce qui m’a frappé dans les débats tels que relayés par la presse, c’est que l’on n’a pas vraiment fait le procès d’un homme qui est condamné en première instance pour avoir couvert des agissements pédophiles, mais le procès de la pédophilie dans l’Église de France, et je suis assez dérangé par rapport à cela.

Parce que même si la raison l’emporte à la fin, il y a une confusion et une multiplication des émotions qui vont bien au-delà des seuls crimes du père PREYNAT.

Un peu comme avec les gilets jaunes, j’observe une colère des victimes qui est tout à fait légitime, mais qui semble pour l’instant insurmontable tant ils semblent attendre de leurs démarches, jusqu’à la démission du pape pour certains, laquelle en soi ne changerait rien au système, et à mon avis ne soulagerait pas plus leur douleur…


Je suis aussi gêné par l’opinion publique qui semble vouloir se venger d’une Église qui ne lui a rien fait personnellement. Et de constater la résurgence d’un anticléricalisme très français.

C’est aussi tirer sur l’ambulance que de sortir le film « Grâce à Dieu », pile au moment du verdict du procès ; les festivals internationaux ont bon dos.

Et puis de lister tous les scandales qui frappent l’Église ces semaines : pédophilie, homosexualité, religieuses abusées… Et de faire semblant qu’il n’y a rien ailleurs, ni même dans les autres religions, ni dans les autres institutions qui n’ont pas 2000 ans derrière elles.

Moi, je veux bien qu’on ferme les écoles libres et que tous les chrétiens arrêtent de faire ce qu’ils font au niveau social, mais je pense que l’État ne pourra pas suivre…


Enfin, si BARBARIN démissionne, c’est plus parce qu’il est lâché par les autres évêques, dont environ la moitié ne l’ont jamais vraiment apprécié, que pour d’autres motifs.

Déjà, toutes les personnes que je connais qui ont travaillé avec lui, ou qui ont été prêtres sous son autorité à Lyon notamment, et qui partagent ma sensibilité ecclésiale, m’ont toujours dit que c’était un homme intellectuellement très brillant, mais qu’humainement, et selon les personnes, ce n’est pas cela.

Il partage les défauts du cardinal LUSTIGER à qui il doit sa brillante ascension, et pour n’en citer qu’un, il est aussi sexiste et misogyne que l’ancien cardinal-archevêque de Paris.

Et juste une preuve de cette distance qui existe entre lui et les autres évêques est qu’ils ne l’ont jamais élu à la tête de la Conférence des évêques de France, alors qu’il est Primat des Gaules et de tradition n°2 de l’Église de France. Et ils lui ont préféré l’obscur archevêque de Marseille qui n’est même pas cardinal…


Par ailleurs, le fait qu’il annonce vouloir faire appel de sa condamnation n’est d’ailleurs pas cohérent avec cette démission, puisqu’il restera présumé innocent tant que le jugement ne sera pas devenue définitif.

Donc c’est tout autant maladroit, de la part d’un homme qui visiblement croyait pouvoir étouffer les scandales et attendre que cela passe, sauf que la période n’y est plus, et que la société sait désormais se montrer aussi hypocrite que l’Église.

On attend d’ailleurs toujours la démission des ministres de l’Éducation nationale, et de la Jeunesse et des Sports pour avoir couvert tous les agissements de pédophilie dans les écoles et les colonies de vacances, mais peut-être que la condamnation de l’un d’eux un jour calmera alors ces esprits qui réclament le sang de la vengeance.

Condamner BARBARIN parce qu’il a fauté : OUI.

Condamner BARABRIN pour se venger de l’Église : NON.



Rénovation de Grand-Vaux : une déclaration d’utilité publique pour exproprier les chrétiens !

Qu’est-ce que nous sommes cons les chrétiens !

Et j’en parle d’autant plus librement que j’en suis un, donc solidaire malgré moi de toutes leurs conneries, que je dénonce également ce qui me vaut de larges inimités ; surtout quand ce sont des faits illégaux qui atteignent à l’intégrité des personnes.

Qu’est-ce que j’aimerais entendre la majorité des chrétiens condamner la pédophilie dans l’Église et les viols sur les religieuses ! Mais tout ce que nous faisons, c’est finalement de la justifier par le fait que les prêtres ne soient pas mariés (ce que j’entends aussi comme raison à l’homosexualité de certains, mais What ?).

Non, ne pas pouvoir te marier ne justifie pas que tu abuses d’enfants ou que tu violes des religieuses ou que tu deviennes gay. Puis merde, ce sont des hommes, ils se branlent un coup et ça passe (normalement, en tout cas jusqu’à la prochaine poussée d’hormones). Donc c’est vraiment un problème psychologique (la pédophilie et le viol).

Et le seul pape à avoir lutter contre cela, c’est Benoît XVI, mais ça ne compte pas parce que c’était un vilain nazi, parti en dépression parce qu’il s’est heurté au système, alors que les gentils (saint) Jean-Paul II et François Ier, ils n’ont rien fait d’autre que de la communication !


Revenons à notre sujet.

Lorsque début septembre 2018, j’ai alerté les Saviniens chrétiens (et le diocèse d’Évry) quand à ce qui allait se passer à Grand-Vaux, on m’a ignoré.

Ou plutôt on m’a répondu, parce que ce sont des gens très naïfs, qu’ils seraient bien évidemment consultés lors des démarches officielles.

Entre temps, il y a eu la restauration du vitrail de l’église saint-Martin, et un réchauffement des relations entre l’Église et la Ville, laquelle n’a absolument rien à voir avec le calendrier électoral, ou avec l’envie que la Ville subventionne plus de rénovations patrimoniales. Jamais, ils ne feraient les putes pour toucher du fric, nous sommes trop biens pour cela.

Sauf qu’à ma connaissance, le nouveau grand ami des chrétiens de Savigny ; je veux bien sûr parler de notre cher maire Éric MEHLHORN, ne me semble pas avoir informé les chrétiens de ce qu’il prévoyait pour l’église de Grand-Vaux.

Et heureusement qu’il y a quand même eu deux cons sur 36 300 Saviniens (le conseiller municipal Nous Citoyens Bernard BLANCHAUD et votre serviteur) pour poser des questions. Faut dire qu’il n’y a pas eu des masses de communication, et que ça s’est quand même déroulé sur l’été !

Et voilà ce que je découvre qu’il m’a été répondu, non pas directement parce que ce serait trop évident, mais seulement à destination des élus, dans le dossier du Conseil municipal que je remercie une personne de m’avoir transmis, parce qu’il n’aurait jamais été rendu public autrement !


Je voudrais juste commencer par le deuxième paragraphe : « Des échanges auront lieu avec le diocèse afin d’arriver à une acquisition amiable (…) En parallèle, une déclaration d’utilité publique sera mise en place afin de garantir la bonne réalisation du projet« .

Donc déjà, c’est bien de le découvrir après la concertation, qui est terminée depuis des mois (août 2018), et à l’issue de laquelle, on ne peut théoriquement plus rien changer. Et de rappeler que l’ANRU s’est engagée à mener à bien le projet comportant ces modifications que l’on découvre après-coup au hasard de mes investigations personnelles.

Mais après, la pseudo-discussion est foirée d’avance, parce que si les chrétiens refusent, on passera en force, peu importe que ça se fasse sur le terrain qui est prêté aux gardiens de l’église. Ça, c’est la démocratie !


Donc le projet prévoit de réhabiliter le parvis de force (lequel est privé donc les gens n’ont pas à entrer dedans ni à aller faire chier leurs chiens dessus), ce que personne n’a jamais demandé.

Et alors, très généreusement, les chrétiens auront droit à une contre-partie qui est la création d’un chemin piétonnier derrière l’église.

Avec en plus, l‘expropriation d’une partie de l’esplanade intégrée à un lot privé (ce qui apparaît déjà décidé dans certains documents, mais pas dans d’autres, allez comprendre…)


Je n’ai aucune illusion sur le fait que l’association diocésaine (ADECE) qui est propriétaire de l’église va céder tout ce qu’on lui demande et de bon cœur, parce que ce sera sa participation au projet, à l’amélioration de la vie des habitants du quartier.

De toute façon, si les chrétiens savaient gérer leurs biens immobiliers, ça se saurait… S’ils ne bradaient pas tout, et puis qu’ils s’étonnaient d’avoir de moins en moins d’argent, parce qu’ils ont crâmé leurs sources de revenus…

De la même manière, s’ils savaient gérer leurs finances sans faire semblant que ça les dégoûte parce que c’est trop matériel et qu’eux ne sont qu’eux dans le spirituel (même dans les affaires de pédophilie et de viols de religieuses, parce que c’est l’Esprit saint qui guidait des personnes consacrées)…

Et puis le prêtre de Savigny qui me dit que ce n’est pas à moi de m’en mêler mais à l’association diocésaine. Mais cette association diocésaine, c’est moi et c’est mon argent !


Bref, cet énième point de détail du projet est aussi foireux que tout le reste.

Pourquoi d’ailleurs n’apparaît-il pas clairement partout ? Pourquoi continuer à mélanger les plans et les scenarii ?

Ce qui me fait le plus mal, c’est que nos bons chrétiens, qui donc vont se laisser déposséder, ne disent rien par rapport au stationnement, ni même à l’immeuble qu’on va leur construire à flanc d’église, ferment aussi bien leur gueule sur l’aspect social du projet, qui n’est pas très chrétien…

Je le rappelle : c’est virer ces pauvres que Jésus aiment tant (583 familles) pour mettre 960 plus aisés, mais surtout ne rien faire pour améliorer la vie de ces premiers qu’on va juste noyer dans le reste de Savigny en espérant que cela aille mieux ensuite.

C’est donc chaud de constater que les concepteurs du projet de rénovation ont plus d’espérance que moi ! À moins que ce ne soit en fait du cynisme ?




Tous les pédophiles sont des hommes blancs (selon Bayard jeunesse)

C’est la conclusion logique à laquelle on arrive après la lecture de ce livret 2018 de prévention des violences sexuelles faites aux enfants, édité par Bayard-Jeunesse. Car 100 % des pédophiles y sont dessinés en hommes blancs. Énième victoire du politiquement – médiatiquement correct qui ne peut concevoir d’incriminer d’autres que des blancs, à défaut de représenter les méchants d’une couleur de peau qui n’existe pas, comme en gris…

Comme si certaines civilisations échappaient à la pédophilie. Comme si le fait d’avoir représenté une seule personne dont la peau est plus ou moins colorée stigmatisait toute une civilisation… Puis comme c’est quand même bien connu que ce sont surtout les Européens qui pratiquent l’excision, sinon les mariages forcés, qui ne sont d’ailleurs absolument pas évoqués dans ce livret… Limite qu’il manque presque le prêtre en soutane pour boucler la boucle !



Sur les réseaux sociaux, la fachosphère va encore plus loin. Elle reproche aussi aux dessinateurs d’encourager le métissage parce que la moitié des enfants victimes de pédophilie ont des parents d’origine différentes. Il faudrait quand même expliquer autant aux intellectuels de gauche qu’aux fachos de tous poils que le métissage n’existe pas, parce que cela supposerait l’existence de plusieurs races humaines. Mais sans métissage, point de discours antiraciste…


En écrivant cet article, je me suis rappelé de cet article que j’avais déjà commis contre une exposition relative aux migrations. Ici encore, tous les méchants étaient blancs, mais à part cela, l’intégration était censée fonctionner. Sauf que tous les postes à responsabilité étaient occupés par des blancs, mais à part cela, l’intégration réussissait. Si ce n’est pas paradoxal… C’est comme la France de la collaboration où les blancs collaboraient et les naturalisés résistaient…

https://oliviervagneux.wordpress.com/2017/06/22/la-france-de-ya-fouei-en-neuf-dessins/


Et dire que c’est financé par tous plein de bonnes gens qui font un super boulot et pour qui j’ai beaucoup d’estime, à commencer par Bayard pour qui j’ai travaillé ; et que tout cela est soutenu par l’État… Personne n’a rien vu à y redire, ou probablement que personne ne l’a relu… Peut-être même que la dessinatrice, Marie SPÉNALE, ne s’est rendue compte de rien ? Ou au contraire, qu’elle est hyper-politisée, porteuse d’une terrible haine de soi et haine du blanc ?

Je demande donc ici à Bayard jeunesse de reprendre son livret, et de le modifier en conséquence pour arrêter de véhiculer ce message faux que seuls les hommes blancs sont des pédophiles. Il leur reste un mois avant la journée internationale de lutte contre les violences sexuelles faites aux enfants ! Mais imaginez un instant le tollé que cela aurait été si on n’avait mis que des noirs ou des arabes dans le rôle des pédophiles…


https://www.bayard-jeunesse.com/actualites/bayard-jeunesse-realise-un-livret-de-prevention-des-violences-sexuelles-faites-aux-enfants/




Les papes et la pédophilie dans l’Église catholique : la vision des journalistes face à la réalité

Au moment où paraît un rapport dénonçant les scandales de pédophilie dans l’Église en Pennsylvanie (États-Unis d’Amérique), je voudrais dénoncer la désinformation de l’ensemble de la presse qui continue de dire que Benoît XVI n’a rien fait, alors que c’est le seul pape qui se soit attaqué au problème, et d’encenser son successeur François, dont l’attitude est plus que lâche sur la question, comme s ‘il couvrait lui-même des prêtres…

En premier lieu, il convient de rappeler que saint Jean-Paul II, malgré sa belle auréole, n’a rien fait contre la pédophilie dans l’Église. On pourra toujours lui chercher des excuses ; le pape polonais s’était enfermé dans le déni, et répondait uniquement d’un silence complice et coupable sur ces questions. C’est d’ailleurs lui qui s’était opposé au cardinal RATZINGER, futur Benoît XVI, pour centraliser le traitement des affaires de pédophilie directement à Rome.

Je passe sur les accusations de pédophilie à l’encontre du cardinal RATZINGER et de son frère. Toujours est-il que Benoît XVI est élu Pape en 2005. Même s’il faudra donc attendre 2010 pour voir les choses bouger, il est le premier à présenter des excuses, à centraliser l’étude des affaires de pédophilie au Vatican par des tiers, à créer une commission de protection des mineurs, à recevoir et à écouter des victimes et surtout à défroquer des prêtres pédophiles !

Benoit XVI a réellement appliqué une tolérance zéro en limogeant des centaines de prêtres et en leur interdisant d’exercer un ministère. Malheureusement, tout le clergé n’était pas d’accord avec lui, et beaucoup ont ralenti toutes ses réformes. Les prêtres condamnés ont fait appel et les nouveaux tribunaux ecclésiastiques ont sûrement blanchi des coupables. Mais pour le journaliste bouffeur de curé, Benoît XVI reste juste un nazi membre des Jeunesses hitlériennes.

Est élu le pape François qui organise des séances de prise de conscience de la réalité des faits, et demande des démissions en masse d’évêques, qu’il réintroduit aussi vite dans leur grande majorité. Ce ne sont plus que des discours formels et creux. La commission se disloque. Le nombre de prêtres défroqués chute, alors que le nombre d’affaires explose. Des prêtres écartés retrouvent des responsabilités. Mais comme François soutient les migrants…

Aujourd’hui, les hésitations du pape François font honte à l’Église. Les mots sonnent faux, et l’Église se ruine encore plus à acheter le silence des victimes plutôt qu’à assumer. On dénonce petitement du bout des lèvres ; on refuse de reconnaitre que l’Église couvre des pédophiles. On ne fait aucune pédagogie, ce qui amène de bonnes gens à dire qu’un prêtre pédophile, c’est juste un homme en manque d’une femme, et à nier totalement l’aspect de maladie mentale.

Forcément, si nos prêtres sont remplis de l’Esprit saint et ne font rien d’autre que la volonté d’un Dieu qui serait alors pédophile… À peine commence-t-on, dans les séminaires, à mettre en place des cours d’accompagnement psycho-affectif que nos futurs prêtres les sèchent ! Alors aujourd’hui, l’Église en prend plein la gueule, mais François, coqueluche des médias, est encore épargné. Mais tôt ou tard, c’est tout le monde qui sera éclaboussé, et ça fera encore plus mal…