Archives du mot-clé PCD

À qui profite la levée de l’interdiction de réunion dans les lieux de culte ?

Et si la Justice avait rendu un énorme service au Gouvernement, en lui permettant finalement d’autoriser les musulmans à célébrer ensemble l’Aïd-el-Fitr, dont la date provisoire est fixée dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 mai ?

Même si l’exécutif dispose de 8 jours pour appliquer cette décision de Justice, et qu’il pourrait jouer la montre ; ce qui ne manquerait pas de donner du grain à moudre aux islamistes qui s’évertuent à présenter la France comme un pays islamophobe.

Avec cette situation paradoxale que ce sont quand même les action du Parti chrétien démocrate, Civitas, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne, la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre et la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, qui vont le permettre alors que tous ne sont pas connus pour être très islamo-friendly.

Mais attention au calendrier du Gouvernement, car les chrétiens fêtent l’Ascension dès ce jeudi 21 mai. Et nul doute que vont rapidement tomber les premières accusations de cathophobie ou christianophobie dès lors que l’interdiction ne serait pas levée pour jeudi.

Et encore pire si elle est levée entre jeudi et samedi, auquel cas les intégristes et autres extrémistes ne manqueront pas d’accuser le Gouvernement d’être inféodés à l’islam, soumis aux musulmans et autres insultes de la classe de « lèche-babouche » qui voudraient acheter la paix sociale, comme un marqueur de la décomposition du pays.


Bref, le Gouvernement est dans une mauvaise situation à cause des intégristes des deux camps qui récupéreront de toute façon la position étatique à leur avantage, pour enrichir leurs critiques qui auraient été quelque soit la majorité politique.

Y compris du seul fait de la condamnation, et même d’avoir mis en place cette interdiction qui enfreindrait d’une certaine manière la laïcité, ce qui n’est pas vrai mais n’est pas faux car on joue sur les mots et les concepts.


Or, ce qu’il est intéressant de regarder, même s’il n’y a pas de sondages, est que les croyants ne sont pas si impatients de retrouver leurs lieux de culte.

Tant chez les chrétiens que chez les musulmans, la position des fidèles et des clergés est divisée, et pas que par peur d’être contaminée ou de relancer l’épidémie.

Avec cependant et globalement dans le camp de ceux qui exigent la réouverture, parce que Dieu a décidé qu’ils ne mourraient pas du Covid-19, les intégristes, et puis les institutionnels qui voient les caisses se vider et ont peur que leurs salles ne se remplissent plus autant qu’avant, maintenant que les croyants ont pris l’habitude de prier autrement.

Et puis dans l’autre camp, les plus réformateurs voire les plus révolutionnaires, soit parce qu’ils apprécient cette nouvelle liberté moins soumise au cléricalisme, soit parce qu’ils pensent que Dieu est tout autant présent dans nos temps de prières à la maison, et qu’on peut aussi se donner le temps d’attendre début juin, comme le Gouvernement l’avait pensé.


En conclusion, la fermeture (consentie) des lieux de culte aura et portera des conséquences, d’abord financières et puis religieuses.

Mais la réouverture (forcée) sera peut-être encore plus grave, tant elle va permettre l’émergence de divisions, existantes mais jusque-là silencieuses.

Si le Gouvernement souhaite réellement se couvrir, alors il doit réautoriser la réouverture de suite ; et pris de court, ni les chrétiens ne célébreront l’Ascension, ni les musulmans l’Aïd-el-Fitr.

Tout cela pose évidemment la question de la séparation des églises et de l’État, dont la réponse est d’autant plus insoluble qu’elle est compliquée par la situation que nous vivons.

MACRON voulait réformer la loi de 1905, en dehors de l’intérêt fiscal de supprimer les associations de culte. Il se pourrait qu’il y renonce dans ces conditions, comme avec la réforme des retraites dont nous n’entendons plus du tout parler…



 

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : pourquoi l’union des droites est une fausse bonne idée ?

Qu’on l’appelle « union des droites », ou « union des patriotes », ou « Amoureux de la France », ou « Alliance pour la France », j’ai reçu, depuis les élections européennes, plusieurs propositions dans ce sens, en vue des prochaines municipales à Savigny de mars 2020.

Ma première réaction est donc de demander à mes interlocuteurs s’ils croient vraiment que je vais aller me foutre sur une liste commune avec MEHLHORN, voire avec FABRE.

Ma seconde réaction est de demander qui est prêt à faire cette alliance, et à m’en laisser prendre la tête de liste (la seule chose qui m’intéresse).

Et une fois qu’ont été cités, de manière incertaine et informelle, le RN, DLF et le PCD, la conversation s’arrête…


Le concept théorique, qui ne tient pas compte du « paradoxe de Condorcet », est que 18,2 (RN) + 8,2 (LR) + 5 (DLF) + 2,5 (UDI) = 34 = la victoire aux municipales…

Ou autrement rédigé RN 18,2 + DLF 5 + Vagneux 6,5 (socle électoral de 2014) = 29,7 = largement en tête au premier tour… Ce qui n’est pas vrai non plus !

Certains de ses calculs peuvent encore et enfin inclure Bernard BLANCHAUD…


Alors c’est vrai, que peut-être l’investiture LR est désormais récupérable, si MEHLHORN quitte vraiment ce parti pour suivre PÉCRESSE, comme on peut l’entendre dans Savigny, ce que je n’ai pas réussi à vérifier.

Encore une fois, ce n’est pas dans son intérêt. Les LR (= Les Retraités – c’est de mon ami Jean-Maire CORBIN) sont encore nombreux à Savigny, et ils ont voté LaREM aux européennes, non pas par adhésion, mais pour faire obstacle au RN (= Retour des Nazis – c’est de moi)

MEHLHORN a un mauvais bilan. Il est mort, en dehors de tout cadre partisan. Tout seul, il doit peser 6 %. Un peu plus avec sa clientèle, mais qui retrouvera d’autres patrons autrement.

Je peux déjà dire à ceux qui veulent voter BLANCHAUD qu’ils auront un MEHLHORN bis aux affaires, avec peut-être un peu plus de qualités, et un peu moins de défauts. Mais il sombrera aussi dans sa victoire, comme NIETZSCHE fait dire à Zarathoustra… Et moi aussi !

Mais de toute façon, LR est un tel parti de candaules (à l’origine, des mecs qui baisaient leurs femmes en public, devenue une pratique sexuelle dans laquelle des mecs regardent leurs femmes se faire baiser par d’autres mecs…) qu’ils investiront MEHLHORN quoi qu’il arrive, pour pouvoir dire qu’ils conservent un conseiller départemental.

Qu’ils n’investissent pas RÉDA, ce sera une punition et une juste vengeance. Pour MEHLHORN, ils n’ont qu’à y gagner, donc je pense qu’il aura l’investiture LR quoi qu’il arrive.


Bref, tout cela pour dire avec qui faire l’union des droites ?

Avec le RN qui n’a jamais fait plus de 2000 voix à Savigny, et DLF qui aura atteint une fois 1300 voix aux régionales de 2015, mais qui en pèse plutôt 600 en temps normal.

Vous voulez aller chercher le PCD (Parti chrétien démocrate) et le CNPT (Chasse nature pêche et traditions), c’est quoi ? Aucun militant et 200 voix à tout casser ?

Il faut 4500 voix pour l’emporter avec une majorité relative, et 6000 pour l’emporter avec une majorité absolue.

On ne les a pas dans cette configuration, même si j’apportais 1000 voix ! Qui plus est sans aucune réserve au deuxième tour.


Surtout qu’à partir du moment où tu écris le mot « droite », tu perds toutes les voix de la gauche et du centre.

Déjà même si tu es de la droite réactionnaire, tu perds la droite libérale, et inversement…

Et encore plus s’il y a le RN, car dans mon cas, je sais que je perdrais ma base électorale !

D’autant plus que pourquoi le RN et DLF voudraient m’investir, alors que je ne partage même pas leurs idées, et que DLF soutient actuellement MEHLHORN ?

Et je ne parle pas des querelles d’égo qui ont déjà fait capoter tous les projets précédents, quel qu’en soient les échelles.

Et rien ne dit en plus que les électeurs suivraient…


Alors que, si tu proposes un programme de droite, en écrivant liste citoyenne, personne n’y verra rien, parce que plus personne ne sait quelles sont les valeurs que les courant politiques défendent.

Il y a en plus moyen d’être malin et de suggérer la droite sans l’afficher, sans pour autant se couper de la gauche et du centre.

Un peu de bleu, une campagne axée contre le bétonnage. Un simple mot sur la sécurité, et ça passe.

De toute façon, je suis perçu comme un vilain méchant de droite, raciste, homophobe, qui aime l’argent, et qui méprise la fonction publique.

Une liste conduite par VAGNEUX, même avec un programme de gauche, est automatiquement fichée à droite.

Pourquoi aurais-je besoin de rappeler que je suis à droite, alors que je ne suis en plus pas la droite LR, ni la droite RN, ni la droite DLF, ni aucune droite contemporaine ?


En conclusion, l’union des droites n’est pas intéressante politiquement, en vue de ces municipales de 2020 à Savigny-sur-Orge.

Déjà sur le papier, cela fonctionne de justesse, donc j’ai de très gros doutes par rapport à la réalité.

Surtout dans un contexte où la droite est affaiblie, et plutôt utilisée en repoussoir, avec déjà au moins quatre candidats qui se réclament d’elle.

Non, c’est réellement la dynamique citoyenne indépendante, rassemblant de tous bords avec un programme qui fasse la place à tous les types de convictions, qui peut l’emporter.

Surtout si tous mes opposants sont attachés à des partis politiques, et que ma différence est ma réelle indépendance, que personne n’ira me nier !

Donc autant éviter de s’enfermer dans un cadre dont je ne pourrais plus sortir, voire qui va définitivement me griller (surtout s’il y a le RN), et proposer un vrai rassemblement qui dépasse les clivages, et qui donne un peu à chacun.



Vos questions : Pourquoi Olivier VAGNEUX ne veut-il pas du soutien du PCD (Parti chrétien démocrate) ?

Vous êtes chrétien. Pourquoi ne cherchez-vous pas à obtenir le soutien du Parti chrétien démocrate ?

Tout d’abord, le fait que je sois chrétien influence certes ma manière de faire de la politique (en la plaçant dans un temps plus long avec d’autres ambitions), mais ne signifie pas que je veuille faire de la politique uniquement pour les chrétiens, ou dans l’esprit d’une morale chrétienne.

Par exemple, à aucun moment, je n’irai défendre une interdiction de l’avortement, quand l’Église dit plutôt qu’il ne devrait pas y avoir besoin de loi sur ce sujet. Parce que je crois que c’est un droit pour les femmes qui ont été violées ou pour les parents qui attendent un enfant porteur d’un handicap, si cela s’annonce trop dur pour eux, de ne pas garder cet enfant.

La question se pose aussi pour un certain nombre d’autres questions sociétales, dans lesquelles c’est un positionnement citoyen que je veux faire primer sur un positionnement religieux. Pourtant, ce que dit la religion a aussi de la valeur et ses arguments méritent d’être écoutés et d’être défendus au niveau politique.

Vouloir revenir sur le mariage pour tous, ou défendre les soins palliatifs face à l’euthanasie, ne sont pas que des positionnements chrétiens, guidés par la religion, mais aussi et surtout des convictions nécessaires à garantir l’ordre social. L’État doit être cohérent et je dis qu’il n’est pas légitime à décider de la mort des gens dans certaines conditions.


Par ailleurs, je refuse le soutien de tout parti politique qui nuirait à l’indépendance dont je me réclame. Je pense néanmoins que la plupart de mes convictions rejoignent celles des électeurs du PCD et je ne doute pas qu’ils viendront naturellement vers ma candidature.

Plus prosaïquement, ne se réclamer que d’un ou de plusieurs petits partis est restrictif au niveau des votes, davantage qu’une réelle candidature indépendante. Autrement dit, si c’est pour économiser 3000 € de frais de propagande, mais faire 1 % à l’arrivée avec une partie de convictions qui ne sont pas les miennes, c’est inutile.

D’autant que par des combines d’appareils, je ne doute pas qu’ils investiront officiellement les candidats LR qui feront leur politique dans leur coin, et mépriseront tout l’aspect « démocrate-chrétien » que prétend porter le PCD.

Ma démarche est vraiment de dire qu’on peut faire de la politique sans passer par les partis politiques qui conditionnent les élus. C’est pourquoi je refuse tous les soutiens de partis ou de mouvements qui me proposent d’être leur candidat.