Archives du mot-clé Patrick JALLET

Affaire Patrick JALLET : l’incroyable bourde du Tribunal de police d’Évry-Coucouronnes !

Alors que mon affaire concernant Patrick JALLET a été renvoyée par le ministère public devant le Tribunal de police pour y être jugée le 18 juin 2021, voilà que l’officier du ministère public près le Tribunal de Police déjugeait le procureur et disait finalement qu’il y avait lieu à classer ma plainte sans suite. Retour sur un incroyable imbroglio.

Quelle ne fut en effet pas ma surprise de recevoir un tel courrier !

Même si en réalité, ce qui m’a alerté, est qu’on ne m’annonce pas, que dans ces conditions, l’audience était annulée.

Pourquoi donc la procureure aurait-elle renvoyée mon affaire devant le Tribunal de police aux fins qu’elle y soit jugée si c’était finalement pour que son représentant dise qu’il n’y avait pas lieu de le faire ?

Le gros problème était surtout cette mention d’ « avis de classement », alors que le classement ne peut juridiquement plus intervenir dès lors que le Ministère public s’est déjà prononcé sur l’affaire, en l’occurrence par un avis de renvoi.

(En effet, et en droit, lorsque l’action publique est mise en mouvement par des poursuites devant le Tribunal, le Ministère public ne peut plus revenir sur sa décision.

L’extinction de l’action publique ne peut alors intervenir que sur une décision d’un juge et non sur une nouvelle décision du Ministère public.)

Bref, j’ai contacté le Tribunal de police qui a rapidement reconnu son erreur, en m’expliquant que l’officier du ministère public avait compris que c’était moi qui faisait citer à comparaître Patrick JALLET. Et évidemment que sans dossier, il ne pouvait que constater la prescription et l’absence de constitution d’infraction.

J’ai cependant demandé si les mentions fournies dans cet avis de classement devaient présumer des conclusions de l’officier du ministère public à l’audience, et il m’a été dit que non, puisqu’il n’avait donc pas eu accès à l’entièreté du dossier.

Pourtant, il ressort de l’avis de classement qu’il savait quand même que j’avais déposé plainte, à telle date et pour tels faits. Donc je vais rester méfiant et prudent, parce que tout cela n’est quand même pas bien clair.

Comme c’est ma première affaire devant le Tribunal de police, je ne sais pas si ce genre d’erreurs est courant. En tout cas, c’est bien ma chance que cela m’arrive à moi.




 

Patrick JALLET renvoyé devant le Tribunal de police pour ses menaces et injures homophobes sur Twitter contre Olivier VAGNEUX

Pour mémoire, pendant la dernière campagne municipale de 2020, M. Patrick JALLET, boulanger de son état, m’avait adressé par message privé ces quelques mots : « enflure », « pd » et « je m’occupe de sa gueule ».


J’avais déposé plainte, une enquête préliminaire avait été ouverte, l’intéressé a été convoqué et l’affaire a été renvoyée devant le Tribunal de Police. Elle sera jugée le vendredi 18 juin 2021.


J’ai toujours écrit que j’aurais retiré ma plainte si JALLET s’était excusé. Il ne l’a pas voulu ; certainement trop « pétri » d’orgueil. Maintenant, il va assumer, et moi, je vais demander des dommages-et-intérêts. Je pensais à 300 euros (2 000 francs). À suivre…



Droit de suite : les plaintes de Bernard BLANCHAUD contre Olivier VAGNEUX pour diffamation et harcèlement ont manifestement été classées sans suite !

Ce mercredi 20 mai 2020, j’étais auditionné au commissariat de Savigny, en tant que victime, dans le cadre de trois plaintes déposées pendant la campagne des municipales.


La première concerne Georges DURAND et Jean ESTIVILL qui m’insultent régulièrement sur les réseaux sociaux.



La deuxième concerne Patrick JALLET, qui voulait casser ma gueule de « pd ».

Je précise que de simples excuses de la part de JALLET, ainsi que la suppression de son message, m’aurait conduit à retirer ma plainte…

Mais n’ayant pas eu de nouvelles de sa part, je me suis donc maintenu, et maintenant, j’irai jusqu’au bout.


Enfin, la troisième et dernière fusionne mes deux courriers de plainte contre Bernard BLANCHAUD pour dénonciation calomnieuse car il m’a accusé, à tort et en sachant au fond de lui que ce n’est pas vrai, mais parce qu’il est en colère, de l’avoir diffamé, puis carrément de le harceler.


Or, d’après le deuxième alinéa de l’article 226-10 du code pénal, la fausseté du fait dénoncé résulte d’une décision de Justice déclarant que « le fait que na pas été commis ou qu’il n’est pas imputable à la personne dénoncée ».

De fait, pour que Madame le procureur ait pu transmettre ma plainte, en ouvrant une enquête préliminaire, c’est donc que les deux plaintes de Bernard ont été classées...


Mais nul doute que Bernard – toujours en roue libre, il n’y a qu’à lire ce qu’il m’a envoyé hier (mardi 19 mai) où en l’espace de dix minutes, il justifie son échec aux municipales parce que j’ai fait à la fois le plein des voix de mes partisans, et de la droite déçue de MEHLHORN, et du Rassemblement national – va relancer l’affaire en se constituant partie civile…


La bonne nouvelle est cependant qu’on devrait être tranquille un moment de ce côté-là, tandis que lui va au minimum devoir perdre le temps d’une audition au commissariat, pourquoi pas accompagné d’un avocat, et qu’au moins pendant ces quelques minutes, il ne s’en prendra pas à nous.

Sa dernière crise venant simplement du fait que je me sois exprimé sur son attitude lors du Conseil municipal de lundi (18 mai). Dès lors, puisqu’il ne supporte pas mon regard et mes critiques, je me demande à la fois pourquoi il a demandé la tenue de ce conseil, et puis surtout pourquoi il s’est présenté comme tête de liste.

De toute façon, avec David FABRE, ils sont persuadés que l’élection leur a été volée, et qu’elle sera rejouée d’ici un an. Ce qui est dommage est que j’appréciais bien Bernard, mais qu’il est complètement parti en vrille. Gageons donc qu’il arrêtera tout lorsque le recours de David pour faire annuler l’élection sera rejeté par le Tribunal administratif.



« Gringalet », « enflure », « pd » : l’homophobe Patrick JALLET fait savoir à Olivier VAGNEUX, en pesant ses mots, qu’il va s’occuper de sa gueule !

Samedi 04 janvier 2019, à 08 heures 46, sur le réseau asocial à l’oiseau bleu préféré du président états-unien Donald John TRUMP.

Patrick JALLET, ancien colistier d’abord de la liste de Laurence SPICHER-BERNIER, ensuite de la liste fusionnée avec David FABRE, nous écrit d’un compte Twitter que la personne physique assume être le sien dans la conversation qui suit (@Jallet46957936) les gentillesses suivantes :

Je vous fais savoir enflure (et je pèse mes mots) que je ne suis sur aucune liste… Qu il vérifie ce gringalet. Sinon je m occupe de sa gueule pd

En effet, il est très aimable de la part de cet homme, manifestement homophobe, de nous informer qu’il ne sera pas candidat aux élections municipales de mars 2020.

Sauf que nous ne l’avons jamais soutenu !

Je vous mets d’ailleurs au défi de trouver où est-ce que j’ai écrit que Patrick JALLET sera candidat.

La seule référence de mon blog à Patrick JALLET se trouve dans cet article (en lien) dans lequel j’écris, et dans mes notes j’ai justifié cela par Facebook, qu’en tant qu’ancien spichérien, je pense (« Je vous propose ici une revue de détail de ce que je pense qu’ils vont faire !« ) qu’il soutiendra MEHLHORN, parce que sur Facebook, et je n’ai pas retrouvé mais pas beaucoup recherché, il a aimé une publication Facebook de MEHLHORN et/ou publié un commentaire favorable à MEHLHORN.

Est-ce une raison pour me traiter d’enflure, de gringalet ou de pédéraste ?

Est-ce une raison pour me menacer, en somme, de me casser la gueule ?

C’est clair que la boulangerie Le Bel Épi, avenue de la Liberté à Savigny, a perdu un client (qu’elle n’a jamais eu, c’est trop loin de chez moi) !


Je me réserve naturellement le droit de poursuivre M. JALLET en justice pour injure non publique, déjà histoire qu’il se calme en crachant un maximum de 1500 euros, puisque les deux seules lettres de « pd » transforment le propos en injure homophobe, sans lesquelles le montant maximum de l’amende aurait été de 38 euros. Et ensuite et surtout parce qu’on est en 2020, et qu’il y a bien d’autres insultes qui permettraient à Monsieur d’assumer sa virilité, tout en doutant de la mienne, puisque c’est certainement le but recherché.

D’autant qu’en attendant, ce n’est pas moi qui ait encore mal aux fesses d’avoir fait une campagne de droite avec SPICHER, en tapant sur la gauche, et qui me suis retrouvé à fusionner avec une liste de gauche (celle de FABRE), qui me tapait dessus pendant toute la campagne.

Au fait, si quelqu’un est capable de m’expliquer le changement de personne du texte à l’intérieur du tweet. Pourquoi est-ce qu’il commence en s’adressant à moi à la première personne du singulier, puis qu’il continue à la troisième personne du singulier ?

Surtout qu’à 08 heures 46, il n’y a pas de doute possible qu’on ait les idées claires… (viens-je de réaliser une antiphrase ? C’est à dire une figure de style maniant l’ironie.)