Archives du mot-clé Parti radical de gauche

Régionales 2015 : le discours de vérité du PRG en Essonne

J’étais étonné de ne pas reconnaître de noms de militants du PRG sur la liste de rassemblement de la gauche (il faut dire qu’ils sont si peu nombreux), alors je me suis aventuré sur leur site. Et j’ai ainsi pu vérifier qu’ils assumaient d’être une prostituée politique, aujourd’hui déçue parce que leur amant du PS leur en a préféré une autre.

Je me permets donc de relayer le communiqué de leur président départemental, José DE SOUSA, à qui nous avions déjà eu affaire lors de la campagne des départementales, et de le commenter avec vous. Pour résumer, on leur a dit :  « pas de PRG 91 en place éligible parce qu’on doit placer un copain de BARTO. Fin de l’histoire« .


Le PRG découvre M. BARTOLONE

« Ainsi de l’Essonne où serait parachuté sur les listes PRG un militant du 93, le département si cher à Monsieur Bartolone. » Commençons par nous demander s’ils auraient ouvert leur gueule s’ils avaient pu placer leur candidat. Ensuite, peut-être faudrait-il leur rappeler que BARTOLONE a détruit l’union de la gauche en Seine-saint-Denis qui permet aujourd’hui la victoire de la droite.


Le PRG de l’Essonne découvre la nature de son parti (parti de cadres)

« Les instances PRG nationales semblent se conformer au diktat de son partenaire privilégié dans l’espoir très certainement de trouver des compensations par ailleurs. » Ils sont mignons de découvrir que leur parti plus que centenaire n’est pas un parti de militants mais un parti de cadres qui préfère les accords politiciens au développement de leurs convictions (déjà abouties depuis 75).


Le PRG est conscient que le PS est menteur

« Il n’est pourtant pas nécessaire d’être historien pour savoir que le PS ne tient JAMAIS ses engagements. » Ben alors, pourquoi s’associent-ils systématiquement au parti qui a quand même porté président un homme de droite, à savoir François MITTERRAND ? Pareil avec le bourgeois François HOLLANDE, le fils de dentiste, énarque qui n’a jamais travaillé ?


Le PRG n’apprécie pas l’arrivée de l’UDE et d’Écologistes ! dans le harem du PS

« Il est certain, par exemple, que les compteurs seront remis à zéro dés le soir du premier tour des prochaines élections régionales : outre les places réservées aux recrues de dernière heure (2017 n’est pas loin) il faudra faire de la place aux meilleurs opposants du PS, à ceux du moins qui ont l’intelligence de leurs intérêts. » Mais tu t’en fous, tant que tu as des places de députés en 2017 !


Bla, bla, bla (on fait la gueule parce qu’on aura personne en Essonne pour reverser 10 % de son indemnité)

« Les militants PRG de l’Essonne entendent préserver la cohérence de leurs engagements et leurs convictions politiques et veulent des candidats Essonniens sur les listes Essonniennes, des candidats militants, élus locaux pour certains depuis de nombreuses années, des candidats qui portent à bout de bras, depuis longtemps, les valeurs radicales dans leur département, leur canton, leur commune.« 


Quand le PRG rappelle qu’il fait 1 % qui peuvent être décisif

« Le Parti Radical de Gauche 91 refuse « d’expatrier » ses candidats et refuse que le PS lui impose les siens. » Je doute personnellement que le PRG 91 ait beaucoup de candidats à expatrier, mais si ça leur fait plaisir de se gausser (arrêtez-moi ou je fais un malheur). Ils refusent le diktat du PS, mais ils sont qui ? Qu’ils présentent une liste seuls comme TAPIE aux européennes de 1994 !


Ouin, ouin (on est bien conscients qu’on est rien sans le PS)

« Le Parti Radical de Gauche demande à ses instances nationales de faire valoir ce point de vue auprès de ses interlocuteurs PS afin de préserver la légitimité de ses candidats et la cohérence d’un investissement politique qui se doit d’être proche de ses concitoyens et de leurs préoccupations. » Mais si les militants du PRG ne votent pas pour BARTO, pour qui voteront-ils ? Le FDG ? LO ?


Qu’il est triste de voir les plans de carrières des cautions de gauche se briser sur le pragmatisme de la realpolitik. En réalité, le PRG 91 traduit une crainte nationale de leur parti : ils ne sont plus le seul parti de centre-gauche prêt à gouverner. Et dans le cadre d’union de la gauche, ce sont des places de candidats qui leur échapperont. C’est le jeu politique.

Censuré sur le site du PS pour les départementales Essonne2015

Non content de mes commentaires, voilà que je suis censuré sur le site Essonne 2015 de la « Gauche rassemblée« . J’imagine que le passage qui a fâché le modérateur est celui où je cite un tweet de la candidate ARDAKANI datant du 25 mai 2014. Un message dans lequel l’actuelle candidate insulte le choix souverain du peuple Français.

CA-TW-250514

N’étant ni incestueux ni victime d’un syndrome œdipien, je ne m’insulterai pas à aller « niquer ma mère ». Donc où se situe Mlle ARDAKANI ? Parmi les gauchistes ou les Français ?

En même temps, c’est presque une fierté d’être méprisé par un parti qui se fait l’ennemi du Peuple français en remettant en cause le programme d’action du Conseil national de la résistance (écrit à l’union des ennemis politiques d’hier).

Au fait, qui est le webmestre qui fait ce très beau site ? J’espère que ce n’est pas Damien MARILLER, le rédacteur en chef d’EssonneInfo qui avait conçu le site de campagne de Pierre GUYARD pour les élections municipales de mars 2014 à Savigny-sur-Orge…

Capture d-e-cran 2015-02-18 a- 15.13.32

 

Pierre GUYARD, l’éternel perdant, ou la difficulté du PS de l’Essonne à renouveler ses cadres

Il y a un moment où lorsqu’on se présente à différentes élections depuis quatorze ans, et qu’on les a TOUTES perdues, on peut comprendre que le Peuple ne veuille pas de vous. On peut alors s’effacer, en toute humilité, et laisser une autre personne se présenter. Ce n’est manifestement pas la mentalité au Parti socialiste de l’Essonne.

Savinien, je me sens insulté d’être considéré comme une poubelle par le Parti socialiste qui me propose comme candidat aux élections départementales un éternel perdant. Alors que tant d’autres personnes pouvaient prétendre à une candidature, c’est toujours le même qui y va. Pourtant, il y a deux mois, c’est Lydia BERNET qui aurait dû être la titulaire…

Qui est Pierre GUYARD ?

Pierre GUYARD est le fils de Jacques GUYARD, ancien secrétaire d’État chargé de l’enseignement technique sous le Gouvernement JOSPIN et ancien maire d’Évry. Il est directeur marché Collectivités et habitat à COFELY (GDF-Suez), ce qui en fait un cadre supérieur. Cela en fait-il un énième socialiste avec le « cœur à gauche mais le portefeuille à droite » ?

François MITERRAND disait : « Celui qui ne consent pas la rupture — la méthode, cela passe ensuite — avec l’ordre établi […], avec la société capitaliste, celui-là, je le dis, il ne peut pas être adhérent au Parti socialiste. » Mais qu’en dit sa binôme, Chirinne ARDAKANI, elle-même, membre du Parti radical de gauche ? Il m’arrive de penser cela aussi des socialismes…

CA-Fb-170111

De l’utilité de parfois nettoyer ses réseaux sociaux…

Les élections perdues de M. GUYARD

– les élections municipales de 2001 à Verrières-le-Buisson (29,82 %)

– les élections cantonales de 2001 sur le canton de Bièvres (18,88 % au premier tour – se retire au profit de Marie-Pierre DIGARD, 18,07 %)

– les élections législatives de 2002 dans la 5ème circonscription de l’Essonne (en tant que suppléant de Stéphane POCRAIN – 38,32 %)

– les élections municipales de 2008 à Verrières-le-Buisson (25,46 %)

– les élections cantonales de 2008 dans le canton de Bièvres (26,89 %)

– les élections municipales et communautaires de 2014 à Savigny-sur-Orge (32,7 %)

Si le cumul des mandats et des fonctions est théoriquement interdit par les statuts du Parti socialiste (ce qu’il faudra penser à dire à M. Jean-Paul HUCHON afin qu’il ne se représente pas une quatrième fois aux élections régionales, ce qui le mettrait à mal vis-à-vis de son parti), heureusement que le cumul des présentations n’est pas réglementé…

Pourquoi je dénonce Pierre GUYARD cette semaine de février 2015 ?

En réalité, je dénonce l’escroquerie socialiste depuis des années, vous savez celle qui est à l’origine du fascisme (parti ouvrier italien) ou du nazisme (national-socialisme) en passant par les marxismes revues et corrigés. À mes yeux, seul le communisme a de la valeur mais quand je vois ce qu’en font ceux qui pensent le prôner… Ah, jésus premier communiste.

Mais le camarade GUYARD appartient à un parti qui a approuvé la loi Macron à l’Assemblée, ce qui remet en cause notre idéal républicain. L’attaque de son parti envers le programme du Conseil national de la résistance est une menace à notre contrat social. En conséquence, je méprise particulièrement ce parti et je le désigne comme un ennemi, au même titre que le FN.

Départementales : La fronde s’étend au site du PS Essonne2015

Alors que l’on croyait la « gauche rassemblée« , c’est une nouvelle scission qui vient mettre à mal la fragile alliance entre toutes les composantes de la gauche essonnienne. L’horloge du site Essonne2015 ayant décidé de donner un décompte différent, du temps nous reliant au premier tour, de celui du fil d’actualité Twitter du PS.

Capture d-e-cran 2015-02-20 a- 17.14.31

Capture d’écran réalisée le 20 février 2015 à 17 h 14

Ce n’est pas sans mal que nos journalistes ont réussi à contacter les deux comptes à rebours. L’un n’y va pas par quatre chemins : « Le président HOLLANDE a délibérément menti à ses électeurs qui ont voté pour un programme de gauche. Je soutiens Jérôme GUEDJ, un vrai socialiste, à ces élections. Mais je ne suis pas frondeur pour autant.« 

En face, la réponse se veut cinglante mais elle est assez étouffée par les cris du Parti radical de gauche qui fait savoir qu’il n’est pas d’accord. De son côté, Europe écologie Les Verts est en train de se disputer avec le MRC tandis que le PCF règle ses comptes avec le FDG : « Dans un parti, il y a des statuts et ceux qui ne veulent pas les respecter n’ont rien à faire là.« 

Nous apprendrons peu après que notre interlocuteur était vallsiste et qu’il mise sur un échec des guedjistes pour pouvoir reprendre le pouvoir en Essonne. Une vieille horloge qui a connu les campagnes de 2001, 2004, 2008 et 2011 nous confie : « Si MÉLENCHON était encore là, qu’est-ce qu’il leur mettrait… Avec lui, tout le monde était unanime, contre lui.« 

Lorsque nous leur demandons s’ils n’ont pas l’impression de se déchirer en public et s’ils ne craignent pas de perdre leurs électeurs, les deux sont d’accords pour répondre qu’ils sont « le dernier rempart contre le retour de Nicolas SARKOZY et la montée du Front national. » Et là dessus, le silence se fait car c’est bien la seule idée qui les unit.