Archives du mot-clé Parti de gauche

Archives Municipales 2014 à Savigny-sur-Orge : l’unique tract du Front de gauche (FDG)

À la base, il devait y avoir huit listes candidates aux élections municipales 2014 de Savigny-sur-Orge.

Mais la liste du Front de gauche (FDG), conduite par Dominic LEBRUN, n’est pas parvenue à trouver 39 colistiers, et n’a donc pas pu aller au bout de son action.

Je pense que Jean ESTIVILL, d’après les documents que je publie après, n’y est pas étranger, en tant qu’il a siphonné sur sa liste la section locale du Parti de gauche.


Notez que j’apprécie beaucoup la photo de première page de Dominic LEBRUN, probablement réalisée sur fond vert, même si on croît y reconnaître le marché Davout en arrière-plan, en tout cas avec deux ou trois superpositions, avec une foule de gens derrière lui qui le suit. Et tous regardent dans la même direction de l’avenir ! Je trouve cela très stalinien…






Je sais qu’il y avait au Parti de gauche de Savigny des gens qui ne supportaient pas ESTIVILL, et qui malgré ses manœuvres pour revendiquer l’investiture de ce parti, ont réussi à l’en priver, l’obligeant à se rabattre sur le Parti ouvrier indépendant (POI). Ce qui finalement nuance l’efficacité de la proximité de la famille ESTIVILL avec le Lider Minimo Jean-Luc MÉLENCHON. Toujours est-il qu’à la fin, ESTIVILL pouvait revendiquer 10 des 14 militants du PG savinien…

© Facebook de Jean ESTIVILL – une manifestation de 1986




Jean ESTIVILL, dont je ne doute pas, même si plusieurs de ses opposants font courir la rumeur qu’il serait malade, et qu’il ne se représenterait pas, qu’il sera sur la ligne de départ des élections de 2020, avec des publications qui me seront exclusivement concernées. Quoi qu’il tapera sûrement un petit peu quand même sur tous ses anciens copains de gauche.



Mounia BENAILI siégerait-elle plus sous la VIe République ?

Ce vendredi 5 février 2016, je me suis rendu à l’invitation de l’association « Majorité citoyenne Nord Essonne« , curieux de découvrir ceux qui se prétendent représenter la majorité des citoyens. Sans surprise, il s’agit effectivement de la réunion des sections du Parti de gauche (PG) d’Athis-Mons, de Juvisy-sur-Orge, de Savigny-sur-Orge et de Viry-Châtillon, qui ne pèsent électoralement pas grand chose…

Je ne dois pas être citoyen car pour l’association, tout est de la faute de la Ve République qui n’est pas « citoyenne » : la baisse des dotations, la nouvelle organisation territoriale, le prix de l’eau… Et tout cela irait mieux sous la VIe République. D’où mon interrogation : Pourquoi Mounia BENAILI ne commence-t-elle pas à donner l’exemple d’une élue qui participe aux commissions municipales auxquelles elle a été élue, sans attendre la VIe République  ?

À Juvisy, comme autrefois à Savigny, l’extrême-gauche candidate est une manipulation de la droite qui divise la gauche pour l’empêcher de gagner au deuxième tour des élections dans le cadre d’une triangulaire. Notons cependant que RÉDA est passé dès le premier tour mais qu’il le doit à Mounia BENAILI qui pendant toute sa campagne n’a fait que taper sur Étienne CHAUFOUR (PRG). Or, ce bon CHAUFOUR était vraiment démocratique et transparent.

C’est pourquoi il a initié sous son mandat la publication sur internet des comptes rendus des débats des séances du Conseil municipal, qui nous montrent clairement qu’à part intervenir pour déverser sa propagande socialo-communiste, Mme BENAILI ne siège pas beaucoup plus que sa colistière Awa SYLLA, notamment dans les commissions municipales qui sont théoriquement le lieu où se prépare les délibérations. Une drôle de conception républicaine.

Donc je me méfierais d’élus qui négligent cette antichambre, seulement intéressés par la lumière de l’arène du Conseil. Mais revenons-en au cœur du problème : la « République qui n’en a que le nom ». Parce que nous savons tous que les républiques démocratiques soviétiques ou que la République populaire de Chine sont meilleures notamment en matière de démocratie. Le PG réclame ainsi une « France liberté-égalité-fraternité« , sans expliquer ce que cela signifie.

En effet, le combat actuel du PG se situe contre des mots et non pas des réalités, contre les principes de « l’austérité » et de la « casse sociale« , peu importe qu’il n’y ait aucune cohérence dans les propos. Haro sur celui qui voudrait s’interroger sur le fait qu’on soit moins bien soigné à l’hôpital public en 2014 (1 153 000 agents) qu’en 1980 (600 000 agents). Du moment qu’on s’attaque à des emplois, même inutiles, c’est très mal alors on ne bouge pas !


Alors qu’apporterait une nouvelle République, d’autant qu’on critique beaucoup la Ve mais qu’on oublie qu’elle n’est plus celle de 1958 après vingt-quatre révisions constitutionnelles ? Un référendum révocatoire pour « contrôler les élus » et des citoyens replacés « au cœur de la vie publique« . Or, les citoyens par leurs votes délèguent volontairement et majoritairement le pouvoir à des partis qui ne sont pas le PG ou les autres satellites du Front de gauche.

Pareillement, la défiance actuelle envers la classe politique porte aussi contre ces partis qui ne sont pas meilleurs que les autres. Peut-être en cause un manque de convictions auquel participe le PG qui ne dénonce même plus la mondialisation sauvage qui désindustrialise donc appauvrit. C’est vrai que les communistes sont les premiers, après les chrétiens, à avoir appelé à l’internationale de leurs vœux, dans le fameux « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ».

Le problème n’est pas donc d’avoir de nouveaux droits (énergie, eau, biodiversité), mais d’obtenir de nouveaux devoirs de citoyens qui recréent l’égalité ! Le problème n’est pas l’éloignement des élus ni de savoir à qui on va « envoyer ses problèmes » mais de commencer par oser dire les problèmes que l’on rencontre. Et aucun bureau politique ne croule sous les lettres des mécontents parce que les citoyens ne s’intéressent plus qu’à eux seuls.

Heureusement donc que je ne partage cette mentalité du PG qu’il communique discrètement mais sûrement à la droite. Je suis entré, avec difficultés, dans la vie active, mon salaire est ce qu’il est et je m’organise pour faire mon budget sain et équilibré. Mais je le fais sans crier au scandale permanent que mes parents avaient plus de possibilités sur le marché de l’emploi des années 1980 et qu’ils ont été avantagés par les nombreuses dévaluations du franc.


Le PG local en appelle aussi beaucoup au progrès (en matière environnementale et énergétique). Mais à aucun moment, il ne dit que le progrès peut-être négatif (la machine qui vole l’emploi de l’Homme). Il critique l’ultralibéralisme tout en appelant à toujours plus de libéralisation des esprits et des consciences pour soi disant aller plus vite et plus loin. Ce faisant, il pousse aussi à la libéralisation du capital et créé cet ultralibéralisme.

Son populisme l’incite à dénoncer imaginairement des élus qui ne respecteraient pas les bases de leurs programmes. Mais à Viry-Châtillon, Jean-Marie VILAIN n’avait jamais caché ses intentions concernant la régie de l’eau. Or, ce qui fait mal à l’extrême-gauche est le soutien de la gauche dite socialiste à fermer la régie publique de l’eau à Viry, la même qui avait permis l’élection de Laurent SAUERBACH à la Communauté d’agglomération des Lacs de l’Essonne.

Or, la gauche socialiste actuelle est pragmatique car confrontée à la réalité du pouvoir. Elle ne peut pas suivre le PG qui affirme que la France ne vit pas au dessus de ses moyens. Que les mauvais politiques présenteraient une vision surréaliste de la dette tel un mensonge d’État car « la façon de calculer tromperait les gens« . Oui, elle continue la baisse des dotations, initiée en 2001 sous RAFFARIN car elle est nécessaire mais surtout utile…


Par contre, là où le PG a raison mais qu’il n’arrive pas à se faire entendre, décrédibilisé par toutes ses sorties hors-sujets, c’est sur la corruption autour de l’eau, des matières premières, des ordures ménagères… Alors certes, la destruction de la régie publique de l’eau revient à détruire du lien social… Mais c’est un fait minoritaire dont le chaland se fout. Par contre, j’aimerais plus les entendre sur la question du coût de l’eau.

Justement le système de la régie publique fonctionne car évidemment, nous surveillerons toujours mieux quelque chose qui nous appartient, par rapport à une entreprise privée qui veut juste faire de l’argent et ne va pas en dépenser pour entretenir les réseaux (disons trop peu). Et manifestement, il est étonnant que certains élus qui dinent effectivement avec des sociétés de distribution d’eau, décident de changer de fonctionnement. Là, je suis d’accord.


Pour terminer la soirée, l’association a appelé à rester attentif aux transferts de compétences et aux intérêts du territoire et de la métropole, ainsi qu’à porter une plus vaste attention sur les budgets. Paradoxalement, elle a aussi appelé à s’intéresser et à faire pression sur l’EPT, en précisant qu’ils pourraient faire pression sur les communistes parce qu’ils sont du même bord.

Or, ce faisant, elle cautionne une structure qui éloigne les citoyens des centres de pouvoir et en attendant, ce sont les membres du parti communiste (PC) qui participent aux réunions de travail des maires de l’EPT  a fortiori Sylvie CLERC pour représenter Juvisy et Michèle PLOTTU pour représenter Savigny. Mais pas les membres du PG…

Le Front de gauche de Savigny-sur-Orge prône le partage des richesses, pas celui des panneaux d’expression

Les donneurs de leçon de l’extrême-gauche stalinienne, pseudo-trotskyste et lambertiste ne semblent pas être les premiers payeurs. Alors qu’ils ont des panneaux électoraux qui leur sont réservés, ces derniers masquent ma libre expression démocratique en campagne pour le vote blanc, et s’accaparent les panneaux avec deux affiches !

À côté de cela, ces bienpensants qui disent représenter le Peuple et la République à tel point qu’ils n’obtiennent que 6 % en moyenne sur les différents scrutins (11 % aux présidentielles et 3 % aux départementales), viennent demander dans leur chiffon distribué à la gare ce matin « pas d’attaques contre nos libertés » et « respect de bonnes conditions du débat démocratique« .

Moi aussi, pendant mes campagnes, je colle systématiquement sur les panneaux d’expression libre, et je recommencerai à partir du 1er juin 2016, mais je ne mets toujours qu’une affiche qui laisse 3/4 de la place aux autres. MEHLHORN ayant fracassé la MJC, il n’y a plus beaucoup d’informations locales qui vont pouvoir s’afficher, à part les miennes…

Aussi à tous les accapareurs, tous les dictateurs en puissance des différents partis, dans la mesure où vous mettrez plus d’une affiche sur les panneaux d’expression libre, je vous annonce que je serai là avec ma spatule et mon seau de colle et que je vous détruirai inlassablement pour mettre un terme au système que vous entretenez.  Vous êtes prévenus.

DSC_0774  PG-291115-1 001PG-291115-2 001

Attristé par le décès de François DELAPIERRE (Parti de gauche)

Je n’ai appris le décès de François DELAPIERRE que ce lundi matin, et je suis attristé par cette annonce, car il était une personne intelligente avec de vraies convictions. Je l’avais rencontré une fois et j’avais bien aimé son discours. Avec sa mort, meurt aussi un morceau du Parti de gauche qui sans lui est aussi condamné.

Il n’avait que 44 ans mais une tumeur foudroyante au cerveau ne se sera pas embarrassé du détail de son âge. Il était le successeur désigné de Jean-Luc MÉLENCHON et un de ses trois enfants spirituels avec Clémentine AUTAIN et Jérôme GUEDJ (Gabriel AMARD, le gendre de ce premier faisant déjà partie de la famille mélenchonienne).


Une personne brillante

Il était assurément un bosseur de la trempe de MÉLENCHON avec une mémoire incomparable. Il pouvait disserter pendant des heures sans aucune note. Cela tient simplement au fait qu’il croyait à ce qu’il disait, avec malgré tout, les défauts des intellectuels de gauche obligés de caser régulièrement un (gros) mot savant que personne ne comprenait dans le contexte.


Le vrai cerveau du PG

Dans la tradition communiste, il faisait partie de l’élite du parti de gauche qu’il avait cofondé en 2008 et il était de fait un acteur majeur du Front de gauche. Il était le théoricien de la ligne du parti et s’il ne s’était pas interrogé quant à rester au PS après 2008, c’est qu’il était réellement de gauche et portait l’antilibéralisme au cœur de son projet. Le courage après 1989.


Un stratège malgré lui

S’il n’avait pas réussi à se caser aux différentes élections, étant de fait battu là où il se présentait (à l’exception des régionales de 2010 à cause du scrutin de liste), c’est lui qui coordonnait et animait le Parti de gauche. Il avait compris l’importance d’avoir une vraie gauche et c’est aussi à son travail que les communistes doivent d’être remonté dans les résultats des élections.



Je ne suis pas éco-socialiste, selon le concept qu’il avait défini. Mais je pense que tous les camps politiques doivent avoir, comme il était, des personnalités fortes pour créer l’échange et le débat d’idées. Puisse la vraie gauche continuer de porter après son décès un vrai discours antilibérale, qui nous change de tous les mou(ton)s du PS et renforce la droite.