Archives du mot-clé parti communiste

Au tour de Savigny-Égalité de récupérer le mouvement des anti-budget

Qu’ils m’amusent tous ces « politiques » à vouloir récupérer le mouvement. Pas un ne peut s’en empêcher. Mais ce qui est triste en face est que les protestataires se disent apolitiques, ce qui prouve aussi qu’ils ne savent pas ce qu’est la politique et qu’ils ne se rendent ainsi pas compte qu’ils en font en contestant une décision politique du Conseil municipal.

C’est un peu comme des pacifistes qui veulent arrêter une guerre par des actions politiques… On les regarde, on attend qu’il y en ait quelques uns qui se soient sacrifiés pour la cause. Et puis ils finissent par soutenir un camp armé soit pour forcer la paix en gagnant la guerre au moyen d’une supposée « union » soit ils en rejoignent un avec la volonté de le faire perdre (comme les communistes). Justement voilà le lambertiste (trotskyste) Jean ESTIVILL qui reparaît.

C’est quoi un lambertiste ? Un trotskyste

Je simplifie : En 1938, TROTSKY comprend que STALINE a imposé sa vision du communisme en URSS et que s’il veut un jour être le chef de quoi que ce soit, il doit recréer un parti communiste non-stalinien. C’est la quatrième Internationale qui remplace la Troisième (créée en 1919 par LÉNINE) et s’éloigne du marxisme-léninisme en réclamant la révolution permanente. Puis TROTSKY (l’amant de Frida KALHO) est assassiné au Mexique en 1940.

Mais après la guerre de 1939-1945 et sans TROTSKY, ses partisans se rendent compte qu’ils n’y arrivent pas et décident d’aller faire de l’entrisme (chercher les places à responsabilité pour imposer leur vision une fois qu’ils y sont) chez les staliniens (au Parti communiste). Pierre LAMBERT (1920-2008) est un trotskyste français qui a rejoint la IVème Internationale mais refuse de suivre l’entrisme chez les Rouges et reste seul avec quelques camarades.

En 1965, il créé l’OCI (Organisation communiste internationaliste), d’où sortira Lionel JOSPIN et Jean-Christophe CAMBADÉLIS. En 1982, l’OCI devient PCI (parti communiste internationaliste) qui devient en 1985 le Mouvement pour un parti des travailleurs qui deviendra en 1991 le Parti des travailleurs qui deviendra en 2008 le Parti ouvrier indépendant. Toujours en 1991 est créée l’Entente internationale des travailleurs et des peuples pour essayer de fédérer tout cela.

Au final, il ne reste plus grand chose de TROTSKY d’autant que LAMBERT est devenu ensuite un ami de MITTERRAND. Donc c’est le parti de l’extrême-gauche pour ceux qui ne veulent pas fonctionner ni avec les staliniens du PCF ni avec les trotskystes réformateurs ou intégristes que l’on peut trouver au FDG ni avec les révolutionnaires du NPA. Concrètement, ils font partie des derniers dinosaures à faire la lutte des classes et ils affirment que l’austérité, c’est mal.

C’est quoi un opportuniste ? Jean ESTIVILL

C’est l’homme qui aurait dû arriver en tête des élections municipales de 2014 à Savigny-sur-Orge selon un très sérieux sondage disponible ici. Finalement, il ne fit même pas 3 %… Il faut dire que l’homme, un pantin, devait ses précédents scores (11,2 % aux municipales de 2008) à Jean MARSAUDON qui s’en servait pour diviser la gauche et l’empêcher de triompher.

sondages-Estivill

En attendant, c’est à cause de lui – et de sa colistière Lucienne GEORGES et de David FABRE – que Laurence SPICHER-BERNIER a pu faire passer en force ses délibérations qui ont fait tant de mal à Savigny. La dame se retrouvant avec 22 voix favorables à ses décisions alors que seuls 18 élus de droite la soutenaient… Cherchez l’erreur mathématique.

Après avoir gravité autour du PS à la fin des années 1980 avec M. MÉLENCHON, du parti communiste dans les années 1990, d’être retourné auprès de MÉLENCHON dans les années 2000, de s’être fait mettre en minorité au sein du Front de gauche en 2013, ESTIVILL a fini par rejoindre le Parti ouvrier indépendant, sachant que les électeurs préfèrent voter pour un parti.

ESTIVILL a toujours vécu comme un planqué de l’Éducation nationale lorsqu’il était payé à ne rien faire en tant que permanent de la direction nationale de la FCPE. Il aura tenu une vingtaine d’années sauf qu’un jour, on l’a mis au travail et on l’a envoyé bosser au collège MERMOZ à Savigny (grâce à MARSAUDON qui aurait fait jouer ses réseaux).

Puis il s’est ramassé aux élections et ne supportant qu’un « jeune catholique intégriste » (c’est ainsi qu’il me désignait) ait fait deux fois plus que lui, a disparu de la scène politique. Il réapparait ponctuellement pour ânnoner des contre-vérités lors des discours de l’Association républicaine des anciens combattants dont il est président de la fédération locale.

ESTIVILL-catho-intégristes

Aujourd’hui, ses deux filles sont liées à la fille de MÉLENCHON (qui est la femme de Gabriel AMARD) et c’est ainsi que Juliette (qui fut ma prof d’espagnol au lycée COROT de Savigny), a été candidate du Front de gauche aux élections législatives de 2012 pour la 5ème circonscription des Français de l’étranger (Espagne, Portugal et Monaco).

Je retiens pour finir d’ESTIVILL que c’était un homme malhonnête qui inscrivait des Saviniennes sur sa liste (pour avoir les 39 noms) sans leur demander leur avis. Pire, il mettait trois membres de sa famille sur sa liste (son ex-femme et une de ses filles), ce qui aurait forcé à la démission de l’un des personnages en cas de victoire.

De toute façon, il était fortement incohérent : ne votant pas pour les délégations d’adjoints en 2008 car opposé à la majorité (admettons), il votait le 4 juillet 2012 la démission d’office de quatre Maire-adjoints « parce qu’il n’avait pas voté pour eux« … La cohérence aurait voulu qu’il s’abstienne aussi (ou vote contre) la seconde fois… Les électeurs ont fini par comprendre.

Que dit son tract ?

1. Que MEHLHORN fait de l’austérité et que l’austérité, c’est bouh ! C’est beurk !

2. Qu’il va y avoir de graves conséquences sociales. Oh la la ! Ah la la !

3. Qu’au final, ils soutiendront tous ceux qui gueulent. Comme ça, on ne se mouille pas trop.

4. Enfin, que si certains veulent les rejoindre au POI, ils peuvent aussi. Venez…

POI-recup-190415 001

POI-recup-160415-2 001

Plus en détail

– Manifestement, ESTIVILL ne sait toujours pas que les gentilés prennent une majuscule, donc qu’il faut écrire « Saviniens ». Bravo pour un prof d’Histoire…

– S’il avait été là, il aurait vu un peu plus de 200 personnes, mais c’est fatiguant un Conseil… C’est comme une marche en plein soleil. Hier, il n’était pas là « Vingt ans au cœur de la cité.« 

La MJC de Savigny comme seul accès à la culture… Merci pour la bibliothèque de la Ville. Sur Internet (95 % de reliés en France) ou à la télévision (Arte ou LCP), il y a aussi de la culture…

La fin des programmes Sport et vacances les laissera désœuvrés… Mon père n’a toujours pris que deux semaines de vacances et je partais quatre de plus avec mes grands-parents… Je ne suis pas allé souvent aux Sports-vacances. Aujourd’hui, je déteste toujours le sport mais j’ai de la culture… (Je faisais même des « cahiers de vacances »… Souvenirs-souvenirs)

Que va devenir le personnel ? Si j’ai bien compris, la Ville va devoir payer les employés de la MJC pour les trois années à venir en vertu de la convention à laquelle je n’ai pas eu l’accès… (à vérifier) mais cela laisserait le temps de rebondir… Vers l’agglomération…

– D’où sort le chiffre de deux millions d’euros ? Les onze milliards perdus entre 2015 et 2017 seront largement compensés après 2017 par une augmentation de fonds de 10 milliards grâce aux augmentations d’impôts des bonnes gens…

15 % d’augmentation des impôts locaux... Ça dépend pour quoi ? À mon avis, pas beaucoup pour les électeurs de M. ESTIVILL… (pan, coup de règle sur mes doigts)

– Le prêche pour le parti : la mise en comparaison de la résistance savinienne et les manifestations anti-austérité de ceux qui trop souvent ne payent pas d’impôts et voudraient nous expliquer comment redistribuer l’argent des autres (ai-je tort ?)

– La réunion débat : pour ceux qui ont du temps à perdre. Je ne pense pas pouvoir y aller cette année, mais on s’y amuse bien.

 

 

Ma réponse à un communiste (oui, ça existe encore)

Je suis né 58 jours avant l’implosion de l’Union soviétique. Je vis au XXIème siècle éclairé par tout ce qui s’est passé au XXème. Je considère le communisme actuel est corrompu par le marxisme et les autres socialismes. Je le vois comme un arbre mort qui n’a pas su se rénover et dont les branches ne font plus que gêner le jardin politique français. 

Dans un commentaire du site EssonneInfo « La guerre des agglos », je fais savoir à Philippe CAMO, nouveau secrétaire départemental du Parti communiste de l’Essonne que je ne suis pas d’accord avec lui. Et je lui demande plus de vérité afin d’arrêter de se moquer de nous. Surtout, je rétablis quelques vérités et réinforme ce monsieur.

Comment pouvez-vous prétendre prendre en compte les besoins des personnes, alors que ce sont des comportements aussi irresponsables que les vôtres qui les appauvrissent ?

Je n’ai pas le sentiment que l’on vive mieux en 2014 où l’on dépense dans la commande publique 57 % de notre PIB, par rapport à 2007 où ce ratio n’était que de 52 %. Donc votre discours « on dépense donc c’est bien » est incohérent.

Ensuite, tant que le monde ne sera pas socialiste, vous ne pourrez pas changer le modèle économique. Donc en continuant de dépenser l’argent qu’on n’a pas, vous forcez à l’emprunt (avec intérêt) d’un capital fourni par les riches.

Donc vous engraissez les plus riches et appauvrissez les plus pauvres qui se retrouvent à devoir payer votre dette et vos intérêts… Lamentable.

De toute façon, le PCF (2 % à la présidentielle) ne peut pas soutenir les grandes intercommunalités dans lesquels il n’aurait aucune influence… Il faudrait peut-être commencer par le dire pour ensuite être crédible sur le reste qui n’est pas faux (nécessité d’un service public de proximité, besoin de construire ces métropoles avec les populations concernées…).

Comprendre la défaite de Pierre GUYARD et du PS de Savigny-sur-Orge aux municipales

Quatre mois après le second tour des élections municipales, le Savinien libéré revient sur sept raisons qui expliquent la défaite de l’union de la gauche à Savigny, écrasée au second tour par l’UMP d’Éric MEHLHORN et le bloc des trois droites qui ont réalisé 68 % des voix avec trois listes contre 32 % pour la gauche unie, et rejointe par les électeurs de FABRE.

Au premier tour, la coalition PS-PC-PRG-EELV avait réalisé 21,77 % et s’était placée en tête. Le candidat marxiste Jean ESTIVILL avait quant à lui réalisé 2,84 % tandis que le candidat divers-gauche David FABRE en avait obtenu 13,41. Le cumul de ces voix aurait dû s’assurer la victoire contre une droite divisée, d’autant que la gauche réalisait 49 % des voix aux municipales de 2008 et 52 % en 2012. Et pourtant, il n’en fut rien…

 

I. La politique présidentielle et gouvernementale jouait contre eux

Les coalisés n’ont pas été aidés par le contexte politique nationale qui a vu la gauche fortement contestée. Mars 2014 fut, dans toute la France, un juste retour de boomerang pour le PS et son allié EELV à cause de leur incapacité économique, de leur oubli de l’électorat populaire et de leur réformes acharnées pour modifier la société française (mariage pour tous, rythmes scolaires). De fait, ils se sont coupés d’une partie de leurs bases (ouvriers, parents d’élèves, croyants…) Le charisme de Jean-Marc AYRAULT n’arrangeait alors pas les choses, même si Manuel VALLS n’aurait pas fait mieux.

II. Ils ont manqué d’une émulation à gauche sur la commune

Ils ont voulu faire l’union tout de suite et ont manqué d’un débat d’idées avec l’extrême-gauche communiste qui aurait pu les faire connaître, le centre étant absent du débat politique. Le camarade Jean ESTIVILL ne compte pas puisqu’il ne sert que les intérêts des fidèles de Savigny-égalité à savoir sa famille et les fidèles de 1989 comme Pascal CHANOUX. Le Parti de gauche de Dominic LEBRUN ne les a pas suivis et n’a pas pu constituer sa liste.

III. Leur alliance, mal ficelée, ne ressemblait à rien

Ils ont cru qu’ils l’emporteraient au nombre de partis présents sur le bulletin. Le PRG uniquement représentée par Chirinne ARDAKANI n’a servi à rien sinon à montrer l’opportunisme de la jeune syndicaliste. EELV comptait 4 personnes dont la député SAS opposé au cumul des mandats mais pas opposé au fait de devenir conseillère municipale et conseillère communautaire de la CALPE. Le PC a brillé par ses sorties, notamment celles de Michèle PLOTTU-GROSSAIN qui ne cessait de réclamer des dépenses pour financer des services publics (lesquels, on ne sait pas)…

IV. Une liste de responsables politiques parachutés 

Il n’est un secret pour personne que Pierre GUYARD (« la fierté d’être Savinien« ) nous arrive de Verrières-le-Buisson, abandonnant lâchement le PS local. On appréciera que le Parti socialiste considère Savigny comme une poubelle. Éva SAS (EELV) n’habite la ville qu’une journée par semaine sinon Paris, à ce qui se dit. Chrinne ARDAKANI (PRG) a fui Massy ayant compris qu’elle avait une chance à Savigny. Enfin, Michèle PLOTTU-GROSSAIN (PC) était la seule implantée sur la ville mais elle avait disparu politiquement depuis sa participation aux législatives de 2007.

V. Communication et impressions de campagne

Il y a tout d’abord cette affiche sur laquelle le produit (Pierre GUYARD) est coupé. Cette communication révèle un amateurisme flagrant qui est indigne de l’expérience du PS. Il y a ensuite cette manie de ne se retrouver qu’entre copains, ce qui est oppressant pour les petits nouveaux. C’était super les réunions publiques et les vœux. Sauf que c’était systématiquement le même public dont une partie venait des villes voisines, de la CALPE notamment. Les marchés de la campagne n’ont pas fait recette et les candidats s’y disputaient. Seul le porte-à-porte fut efficace. Ce fut la campagne du PS pour le PS…

VI. Un projet qui n’a pas convaincu

Essayons de l’expliquer simplement :

un service public exemplaire et efficace –> Les électeurs ont préféré la droite qui favorise le privé. Seuls les fonctionnaires apprécient vraiment le service public.

accompagner tous les âges de la vie -> On pense aux jeunes et aux vieux. Mais que fait-on pour les actifs ? Or, ce sont eux qui votent le plus. Cet aspect a manqué.

réussir le vivre ensemble –> C’est une utopie. Commençons par vivre sur Savigny. Le FN ne s’embarrasse plus avec cette question très délicate et ici mal traitée.

rendre Savigny attractive –> Ce sont les Saviniens qui veulent profiter de leur ville et en sortir pour s’amuser. Ils n’ont rien à faire que les autres viennent.

VII. Un candidat-Maire qui n’a pas séduit

Il faut voir que 1/3 des électeurs de gauche a préféré FABRE. Pierre GUYARD, arrivé récemment quoiqu’il en dise, semble avoir du mal à parler d’autre chose que d’efficacité énergétique et de rénovation thermique. Ses positions en faveur des partenariats public/privé n’ont pas été comprises. Il n’a pas accroché dans les quartiers populaires à Grand-Vaux ou aux Prés-saint-Martin, semblant trop distant et trop lointain. Enfin, il ne connaissait pas suffisamment bien les dossiers saviniens, même entraîné par son équipe ou l’ancien maire-adjoint Bernard MÉRIGOT.

 

Cette défaite est d’abord la conséquence du climat politique national. Mais elle s’explique aussi par le refus des Saviniens d’un candidat et d’une équipe extérieure, qui n’a pas fait une super campagne et qui n’avait pas un programme suffisamment convaincant pour l’emporter.

À titre personnel, je déplore la soumission des militants du PS qui ont préféré le candidat parachuté par Solférino (Pierre GUYARD) à Jean-Marc DEFRÉMONT, militant classique du PS, parent d’élève FCPE, doté d’un ancrage local. On peut aussi regretter la division du PS savinien en deux courants : social-démocrate (très idéologique) et social-libéral (avec compromis) et la victoire du premier sur le second. Enfin, on peut déplorer la perte de personnes compétentes telles que Chadia SEMDANI-ZIZTERMAN et de Jean-Claude LÉOST.