Archives du mot-clé part départementale de la taxe foncière

Y a-t-il quelqu’un pour expliquer à Alexis IZARD que le Département a perdu son autonomie fiscale ?

Avec l’équipe de campagne de « Libres et indépendants – Isabelle FERREIRO et Xavier DUGOIN », on s’est bien amusés à lire ce que proposait Alexis IZARD qui est soit complètement largué sur les compétences du Département, soit qui, comme VERMILLET et TEILLET propose des choses qui existent déjà, soit retente vainement de fourguer son programme municipal anti-Covid. Et puis c’est quand même marrant pour quelqu’un qui voulait faire alliance avec les sortants de les dézinguer autant maintenant !

À Libres et indépendants, nous parlons aussi de cette augmentation de 29 % par les élus sortants. Sauf que parce que nous savons que le Département a perdu sa compétence fiscale, c’est-à-dire que la part départementale de la taxe foncière a été transférée aux communes, contre l’affectation compensatoire d’une fraction de TVA, nous avons pris l’engagement de flécher l’équivalent de ces 29 % et de les retenir dans les contrats de partenariats Département – Communes si les villes ne s’engagent pas soit à les rendre soit à les dépenser de façon ciblée.

Le fraudeur Alexis IZARD, déjà sanctionné pour son achat de voix, peut donc bien prétendre qu’il va supprimer l’augmentation d’impôts ou ne pas les augmenter plus, il n’a aucun pouvoir pour le faire. C’est donc un menteur, qui soit est complètement cynique et promet tout et n’importe quoi pour se faire élire, soit complètement incompétent, et pour le coup, vraiment pas à jour de la réalité des compétences de la collectivité qu’il prétend à diriger.

Eh ouais, c’est cela d’avoir crû jusqu’au bout qu’on serait investi par LR, et qu’on aurait qu’à recracher la bouillie de programme écrite à l’avance… On pourrait encore longuement parler de son choix d’Aude HERNANDEZ comme binôme, parce qu’il n’a trouvé personne sur Morangis. Ou de sa lâcheté qui consiste à cacher les logos sur les courriers personnalisés qu’il envoie aux gens. On atteint ici les limites de l’opportunisme en politique, et cela en devient trop visible…