Archives du mot-clé Olivier VAGNEUX

Je demande à la procureure de faire effacer mes relevés signalétiques pris dans l’affaire WOZNIAK c/VAGNEUX

Ce qui est génial avec le système issu de la réforme de l’audition libre de 2014, c’est qu’on peut vous signaliser (prendre votre photo, vos empreintes, voire votre ADN pour les fichiers de Police), et que vous ne pouvez pas refuser, mais qu’on ne vous dit pas quand se termine l’enquête dans le cadre de laquelle vous avez été signalisé. Et donc qu’on peut comme cela garder longtemps votre signalement, et s’en servir pour d’autres affaires…

Quand j’ai dû étudier la planche à la suite de mon agression à Grand-Vaux, ils avaient pris neuf jeunes au hasard de Grand-Vaux. Quand il faudra reconnaître un jeune délinquant blanc dans le reste de Savigny, qu’est-ce qui dit qu’ils ne prendront pas ma photo pour leur planche ?

Alors j’entends déjà tous ceux qui me disent qu’on s’en fout que la Police ait mon signalement, et qu’ils savent déjà tout sur nous. Quand je vois déjà comment ils sont nuls pour plein de choses, je me dis effectivement que je ne risque pas grand chose. Non, c’est une question de principe. Dans un état de droit, je n’ai pas à être fiché pour cela ou pour d’autres choses.

Alors, je tente ma chance, en espérant que l’enquête a déjà été classée sans suite ! Sinon, nous réessaierons dans quelques mois.

Tout cela parce que WOZNIAK n’a pas supporté que je crie son incompétence, associée au fait qu’elle avait obtenu sa place de responsable par népotisme, parce qu’elle était la maitresse du deuxième adjoint… Il y a un moment où il ne faut pas inverser les gentils et les méchants.


Objet : Requête en effacement des mentions TAJ (article 230-8 du code de procédure pénale)

Savigny-sur-Orge, le 25 février 2019

Madame le procureur de la République,

J’ai été entendu le 20 septembre 2018, en tant que témoin, dans le cadre d’une enquête préliminaire diligentée à la suite d’une plainte déposée contre moi par Madame Véronique WOZNIAK.

À l’issue de mon audition libre, l’officier de police judiciaire a requis de faire procéder à des opérations de relevés signalétiques de ma personne, en application de l’article 55-1 du code de procédure pénale.

J’ignore à quel stade en est la procédure, dont j’ignore les références, que j’imagine néanmoins proche du classement sans suite, voire déjà classée sans suite.

C’est pourquoi j’ai l’honneur de solliciter, en application de l’article 230-8 du code de procédure pénale, que vous fassiez procéder à l’effacement de ces relevés signalétiques.

Aux fins d’instruire ma requête, je vous prie de trouver ci-joints une copie de ma carte d’identité, ainsi qu’un extrait de mon acte de naissance justifiant de ma filiation.

En vous remerciant de votre attention, je vous prie d’agréer, Madame le procureur de la République, l’expression de ma plus haute considération.

Olivier VAGNEUX



Publicités

Archives : le journal des vœux 2019 aux Saviniens d’Olivier VAGNEUX

Vous avez été plusieurs Saviniens à me demander où vous pourriez retrouver mon journal de vœux pour 2019 en ligne.

Le voici :

bat-voeuxvagneux-2019




Grâce à la Ville de Savigny-sur-Orge, je me suis enrichi de 500 euros !

Je suis ironique, naturellement.

Mais n’est-ce pas l’adage qui dit que celui qui paye ses dettes s’enrichit ?

J’ai été condamné par le Tribunal administratif de Versailles, par un jugement en date du 14 décembre 2018, à verser 500 euros de frais de Justice à la Commune de Savigny-sur-Orge, en application de l’article L.761-1 du code de justice administrative.

En l’occurrence, le juge n’a pas tenu compte de ma situation économique, puisque je le rappelle 500 euros représente pour moi un mois de salaire. Je pense que c’était surtout une manière polie de me dire « Ta gueule », ou plutôt d’arrêter de commettre autant de recours.

Qu’à cela ne tienne, plaie d’argent n’est pas mortelle !

Le budget « amendes » fait partie de mon budget « engagement politique ».

Et si c’était à refaire ; commettre à nouveau un recours contre l’augmentation d’impôts de 2016, qui, et cela a été rappelé et prouvé encore une fois lors de la séance du conseil municipal de ce 24 janvier 2019 n’était pas justifiée (donc pas légale), je le referai, même si je dois encore y laisser des frais.

C’est bien pour cela que j’ai interjeté appel du jugement !


Toujours est-il que moins de quinze jours après la condamnation…

Vous le savez, je suis un peu con (plutôt très naïf), et je pensais que l’appel était suspensif en droit administratif, comme en droit pénal.

Or, c’est faux, selon l’article R.811-14 du code de justice administrative (CJA).


Que moins de quinze jours après, je reçois, envoyé de Saint-Priest, dans le Rhône, parce que ce n’était pas possible d’éditer le courrier plus près…


Je reçois un avis de sommes à payer de 500 euros !



Alors j’aurais pu tenter un autre recours pour faire surseoir à l’exécution du jugement, en application des articles R.811-15 et suivants du CJA, le temps de l’appel…

Et puis, je n’ai pas eu envie de m’emmerder.

D’autant que comme vous êtes autant persuadés que moi que je gagnerai en appel, je ferai aussi invalider l’article 2 du jugement qui me condamne à cette somme, et je me la ferai rembourser.

Bref, j’ai payé !



Pourquoi je boycotte les repas 2019 et 2020 de bonne année de l’ASTSM

Cette année, et pour la première fois depuis 11 ans que je cotise, et que j’adhère à l’association sainte-Thérèse saint-Martin (ASTSM) de Savigny, je vais boycotter le repas de nouvelle année auquel ma présence semble être devenue indésirable.

Je garde surtout en tête la manière dont j’ai été traité à l’assemblée générale 2018 lorsque j’ai voulu aborder le sujet de ce repas

Et en plus, quand j’ai appris que MEHLHORN (le maire) était invité à l’apéritif, qu’il venait, et que personne n’a allumé ses feux de détresse, en se disant que s’il était là cette année 2019, pour la première fois du mandat, c’est pour faire sa campagne…


Au début, c’était un repas paroissial de bonne année très sympathique, organisé par l’ASTSM. Mais il n’y avait qu’une centaine de personnes qui venaient.

Et puis pour faire nombre, on s’est mis à inviter des personnes « amies » de l’association, et le repas paroissial est devenu une espèce de banquet ouvert, à la table duquel vous pouvez ne plus vous retrouver avec vos amis, mais avec des personnes non pratiquantes, et complètement inconnues, avec qui vous n’avez rien à vous dire pendant le repas.

Et quand ceux-ci sont vos opposants politiques notoires, et qu’ils sont venus pour faire campagne, et que comme bonne pioche, vous avez fait le service de l’apéritif, et que quand vous n’arrivez il n’y a plus que de la place à table avec eux, et qu’ils vont passer le temps du repas à vous insulter et à vous expliquer pourquoi vous avez tort de faire de la politique…

Mais l’association ne veut pas voir qu’il y a en fait un problème à ce que les paroissiens de Savigny ne viennent pas à ce repas, et surtout que 3/4 des cotisants soient juste des gens intéressés par la mise à disposition des salles paroissiales ; pour la seule raison qu’il y a un nombre toujours plus important de participants à ce repas…

Plutôt elle refuse de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les paroissiens ne veulent pas financer leur Église locale…


Il y a aussi le sujet de l’argent, quand j’ai osé aborder parce que certaines paroissiennes avaient été choquées que certains ne payent pas ou très peu le repas (c’est un système de don libre).

En gros, on m’a accusé de m’intéresser à l’argent, alors que c’est ce qui fait vivre cette association, et que tout ce qu’elle fait, à l’exception de ce repas et des relations publiques, est une question financière.

Ils se moquent qu’on paye au repas, parce que l’important c’est qu’on soit au repas, mais les cotisations, c’est autre chose…

Surtout qu’il faut voir le battage fait pendant le repas pour que les gens cotisent à l’association, ce qui est généralement un échec…


Il y a encore cette hypocrisie quand aux « amis » invités.

Certains peuvent inviter qui ils veulent, y compris des politiques.

À moi, je me fais reprocher d’être en campagne par ma seule présence…

Et puis, il y a les amis politiques, notamment les élus qui vont à la table des responsables de l’association et des religieux (du moins l’ancienne maire SPICHER quand elle venait), et qui n’en bougent pas. Ceux-là ne peuvent parler qu’avec certaines personnes !

Et le bureau de l’association musulmane de Savigny, qui est aussi souvent invité (comme les autres confessions mais ce sont les seuls à vouloir venir), et qui là aussi, reste à la table des chefs.

Avec cette chose formidable qu’ils ont leur repas, parce qu’ils ont besoin de venir pour manger de la viande halal, et ne semblent pas pouvoir se satisfaire de tous les autres mets qui échappent au rituel.

J’avais d’autant plus de mal quand c’était le bureau qui accueillait des imams salafistes et frères musulmans dans leur salle de prière, et que l’un des responsables étant un voisin que je savais battre sa femme.

Je finis qu’il serait temps, en plus, qu’on arrête de faire semblant qu’il y a deux associations musulmanes de Savigny.

Et je note que seul mon ami Jean-Marie CORBIN avait eu la conviction de partir quand il avait vu cela, mais qu’il n’avait été suivi par personne, moi le premier, ce qu’aujourd’hui, je regrette.


Enfin, il y a cette chose formidable qu’en cuisine, et au service, on trouve principalement les bénévoles de la brocante qui ne sont pas pratiquants, et qui vont servir les pratiquants. Mais cela, je crois que tout le monde s’en fout, peu importe le symbole envoyé…


Donc lassé de cette hypocrisie, et pour ne pas qu’on me reproche d’être en campagne, je ne viendrai pas ni en 2019 ni en 2020. Mais je continuerai quand même à leur filer mon fric, parce que c’est utile à l’entretien des églises.