Archives du mot-clé Nous Saviniens

Vous avez un nouveau message. Message de Julien RIO-ROSSI, trésorier de Nous Saviniens.

« Les gens parlent derrière votre dos pour 3 raisons. Il y a des gens qui se reconnaîtront ! Mais je ne suis pas responsable. Julien RIO-ROSSI, membre de Nous Saviniens. »

Julien RIO-ROSSI (J2R) est trésorier de l’association de Bernard BLANCHAUD « Nous Saviniens ».

Il est aussi, et surtout le spin doctor (conseiller) de Bernard.

En cas de victoire de Bernard, J2R vise la direction du cabinet du maire.



Alors, cher Julien RIO-ROSSI,

Bien sûr que je me reconnais dans votre publication.

Mais bien sûr aussi que vous en êtes responsable !

En fait, vous avez oublié la quatrième et principale raison qui fasse que je parle « derrière » votre dos, même si l’expression « dans votre dos » m’apparaît plus française, plus appropriée :

C’est que VOUS m’avez bloqué sur Facebook !

Sur votre compte perso, ET sur le compte de Nous Saviniens…


Là où vous n’avez pas tort, c’est sur la deuxième raison.

Je suis très jaloux de vous, parce que vous avez Bernard, et que je ne l’ai pas.

Alors, quand en plus, je vois ce que vous faites de Bernard… Ce gâchis m’écœure !


Mais intéressons-nous plutôt aux autres raisons que vous invoquez !


Est-ce que je suis jaloux de ne pouvoir atteindre votre niveau ?

Vous avez créé trois entreprises, dont l’une de nettoyage de bâtiments, dont le montant du chiffre d’affaires était supérieur à la valeur de mon patrimoine.


Mais je ne comprends pas pourquoi elle a été radiée…


Vous avez aussi monté une deuxième entreprise, mais qui elle est en liquidation…


Quant à la troisième entreprise, il n’y a aucune information sur elle…

Alors, je ne suis peut-être rien, puisqu’aux yeux du président MACRON, on n’est rien tant qu’on n’a pas monté deux entreprises, mais je me satisfait pleinement de mon unique entreprise, qui je l’espère, finira mieux que les vôtres…


Est-ce que sinon je jalouse votre niveau de vie ?

Vos parties de golf (tiens, vous n’habitez pas Savigny ? Ou vous n’assumez pas ?), et vos amis médiatiques ; mais quels amis : Bernard DE LA VILLARDIÈRE et Gérald DAHAN !

Ben non, parce qu’en fait, je m’en fous… Votre vie ne me fait pas bander !


Maintenant, ce que je veux vous redire, c’est que je vous trouve profondément détestable de pousser Bernard, juste parce que vous êtes intéressé personnellement, et que vous rêvez uniquement de prendre la place de MIALLET à 4000 euros net par mois.

Avec en plus, les repas et le portable, aux frais du con-tribuable !


Vous avez même poussé l’insulte, envers les Saviniens, à déjà prévoir, avant même l’élection, vos deux collaboratrices de cabinet, ce qui nous changera au moins de la journaliste ratée (comme cela, on est deux), embauchée parce qu’elle a fait hypokhâgne avec RÉDA ; et de l’autre meuf qui n’est pas fichue de dire qui elle est, et ce qu’elle fait, quand je lui demande. Faites donc comme MITTERRAND, limez vos dents, tellement elles dépassent !

Perso, j’en ai marre de ces cabinets du maire, remplis de « parasites », qui se gavent de l’argent public pour ne rien foutre d’autre, que jouer à se prendre pour des élus.

Faites-vous élire si vous voulez diriger Savigny ! Passez par le suffrage universel ! (Mais vous ne gagnerez pas 4000 euros, et ne pourrez pas vivre de votre mandat de façon carriériste…)

Et de grâce, ne faites pas comme MIALLET, qui parce qu’il a travaillé cinq ans dans le privé, estime qu’il a le droit de se planquer à pantoufler le reste de sa vie…


D’autres joutes verbales avec MIALLET (on s’amuse bien !)


Bref, faites-moi le plaisir d’oublier Bernard, en allant gratter une place à En marche.

Et aussi, arrêtez d’utiliser le Facebook de votre association, pour faire la promo de vos potes !

Ce n’est pas cela la politique, et votre clientélisme actuel en dit déjà long pour la suite…


Bien cordialement.

OV




Publicités

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : vers l’échec des négociations…

Cette fois, il semblerait que ce soit bel et bien la fin.

Bernard BLANCHAUD doit enfin annoncer la décision qu’il a prise !

Certains parlent de la date du lundi 22 ; les autres disent avant le 31 juillet, quoi qu’il arrive.

Entre temps, il apparaît que j’ai été sorti des projets d’alliance, mais que Bernard aurait quand même et encore un nouveau projet d’alliance, qui ne serait qu’au moins le quatrième depuis qu’on discute ensemble, ce qui remonte à décembre 2018 ; mais cette fois pas avec moi

En fait, je vous écris tout cela, mais en réalité, je ne suis informé de rien parce que Bernard ne me parle plus, après m’avoir reproché de ne pas respecter sa tranquillité. Je ne suis toujours pas informé de l’annulation de la réunion du mardi 23, ce que tous les autres savent…


Je vous avoue que plus grand monde n’arrive à suivre Bernard…

Qu’on ne comprend pas où est l’intérêt de Savigny à ce qu’il y aille seul, et donc qu’il nous fasse tous perdre.

Que sa crise de la soixantaine commence sérieusement à nous gonfler, mais plus que tout son inconstance, comme si le dernier mec qui lui parlait avait raison… Ça promet comme maire si on peut lui retourner la tête aussi facilement…

Enfin, je vois surtout ses soutiens qui commencent à le lâcher ; et par exemple en mairie, où il est beaucoup plus populaire que moi, des agents me dire qu’ils espéraient une alliance, mais qu’ils seront finalement plutôt avec moi, parce que Bernard va dans le mur ; comme s’il n’avait pas pris conscience qu’il n’avait pas l’étiquette LaREM, et que les macronistes ne voteront donc pas pour lui.


Je pense que Bernard voulait trop la tête de liste, parce qu’encore une fois, c’est sa dernière chance. De toute façon, il s’en fout, il a déjà dit que s’il perdait, alors il déménagerait, comme il avait déjà dit que peut-être il arrêterait s’il n’avait pas l’investiture de LaREM…

Je crois que Bernard a aussi un compte à régler avec les « jeunes cons » ou les « petits cons » qui lui prennent toujours la place ; que ce soit Sébastien BÉNÉTEAU, maire-adjoint aux Sports en 2014 (poste qu’il voulait), Alexis IZARD, investi suppléant de la candidate aux législatives En marche en 2017, puis tête de liste aux municipales de 2020. Et enfin votre serviteur qui revendique la tête de liste dans le cas d’une alliance.

Surtout, Bernard ne se rend pas compte qu’il n’a aucune crédibilité du fait d’avoir été élu avec MEHLHORN, d’avoir tout voté jusqu’à la fin de l’année 2015 (la fermeture de la Savinière et de la crèche familiale, le licenciement de 59 personnes, la diminution des subventions aux associations, la fin de Sports-vacances…), et même le Plan local d’urbanisme en 2016 ! Surtout qu’on sait bien qu’il n’est pas parti parce que MEHLHORN ne respectait pas son programme, mais parce qu’il a compris qu’il ne serait jamais adjoint, ce qu’il a vécu comme une perte sèche des 1500 euros qu’il a investi dans la campagne de 2014 (mais qu’il a bien remboursé entre temps !).

Enfin, il refuse de voir tout le terrain que j’ai labouré avant lui, et que si aujourd’hui, c’est facile d’en mettre plein la gueule de MEHLHORN, c’est parce qu’il y en a un qui est allé jusqu’à la condamnation pénale pour défendre sa liberté d’expression. Et Bernard a mis son temps à rentrer dans l’action. Aujourd’hui, il aime à répéter que je n’ai pas le charisme ni les épaules pour être maire. Que j’ai besoin d’apprendre. Je trouve cela assez blessant au nombre de conneries qu’il débite, parce qu’il ne connaît toujours pas la répartition des compétences territoriales… Mais bon, peut-être a-t-il raison ?


Je ne vais pas vous écrire que je suis découragé, parce que ce n’est pas vrai, mais je suis quand même peiné.

J’ai le sentiment que je vais au casse-pipe, parce que la dynamique de victoire est pour LaREM, et que les Saviniens de mon électorat, c’est à dire un peu conscients des enjeux, sont minoritaires.

Et en plus de cela, je vais maintenant perdre tous ceux qui préfèrent le charisme, et les promesses irréalisables, de Bernard, à commencer par son idée de liste citoyenne, alors que c’est le mec élu sur une liste UMP qui en parti pour son histoire de 1500 boules et qu’il n’était pas adjoint, et qui a tenté l’investiture LaREM, et qui aujourd’hui dit « citoyen », comme FABRE, après avoir tout épuisé !

Il y aura toujours Nous Saviniens, mais bon, combien de divisions est-ce que cela représente ?


Tant pis, les discussions continuent avec les autres…

Puis dans le fond, ce n’est même pas le jeu de MEHLHORN qu’il fait, parce que c’est fini pour l’actuelle majorité municipale qui s’est fâchée avec l’électorat classe moyenne des parents d’élèves, qui fait l’élection.

Non, Bernard fait le jeu de LaREM, parce que dans le fond, il n’est pas insensible aux idées libérales et à l’argent. Dans ces conditions, je vois mal comment il pourra s’opposer au bétonnage ou à la rénovation de Grand-Vaux. C’est comme sa lubie d’avoir une dette remboursable en 10 à 15 ans pour montrer que la ville est dynamique. Mais pour faire quoi ?

Personnellement, je m’inquiète surtout pour Savigny avec une équipe LaREM qui débarque de nulle part, et qui à mon avis aussi, aime plus l’argent que notre commune.

Au moins, aurais-je essayé d’éviter cela, et me serais-je montré beaucoup moins sectaire que ce que beaucoup pensent de moi, en acceptant des compromis dans l’intérêt de Savigny ?



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : j’arrête de courir après Bernard BLANCHAUD.

J’aime beaucoup Bernard, mais là, il commence sérieusement à me gonfler.

Donc pour ma part, j’arrête de m’emmerder à lui faire des propositions, et je renonce à faire la démarche de lui demander d’intégrer ma liste, puisqu’il ne le veut manifestement pas.

Qu’il sache cependant que je ne lui ferme toujours pas la porte, mais que c’est maintenant à lui de me dire franchement ce qu’il veut, et sans passer par des heures de réunions inutiles, en présence de tant de nos partisans et de tant d’observateurs, pour que finalement, personne n’arrive à rien se dire, le tout dans un joyeux bordel parce qu’il ne sait ni animer ni se tenir à un ordre du jour.


Quand je pense qu’après qu’il n’ait pas été investi par LaREM, il m’a reproché de ne pas « nous réunir discrètement pour trouver des compromis » (je ressens déjà les difficultés avec la transparence).

Puis quand je lui réponds qu’on se voit quand il veut, mais qu’il vienne chez moi avec ses demandes, il n’y a plus personne, parce qu’il n’y a pas les copains derrière…

Donc moi, ça me saoule, et je ne compte pas perdre ma soirée du mardi 23. Tout sauf cela ! Je préfère encore regarder une connerie à la télé, que de me prendre la tête en marchandage de tapis pour placer des mecs qu’on ne voit pour l’instant pas beaucoup plus que derrière un écran d’ordinateur.


De toute façon, les électeurs de Bernard ne sont pas les miens, mais effectivement des voix que je peux récupérer par défaut…

Limite, j’ai peut-être plutôt intérêt à ce qu’il y aille seul pour piquer des voix, à la fois à LaREM, mais aussi à MEHLHORN, de Saviniens qui veulent un homme mûr, plutôt de tendance libérale, qui a connu MARSAUDON, et qui ne sont pas très regardants sur le bilan, à tel point qu’ils ont élu en 2014 un mec qui a tout foiré depuis son premier mandat de conseiller départemental où il a manqué d’obtenir un arrêt du T12 à Savigny…

Mais je ne ferais ensuite rien, ni avec Bernard, ni avec personne, au second tour. Le coup à finir comme SPICHER et FABRE. Surtout après qu’on se soit tapé dessus pendant six mois…


J’ai un ami qui me dit depuis le départ d’oublier BLANCHAUD et compagnie, pour faire le neuf, et renouveler les pratiques.

Malheureusement, sur Savigny, il n’y a pas 39 personnes valables, et ça va donc finir avec moi, dictateur de ma liste.

Mais au moins, cela m’évitera toujours les connards qui gravitent sur Nous Saviniens, à qui il a manifestement promis des places, pour qu’ils me détestent autant…




Quel avenir politique pour Bernard BLANCHAUD ?

Alors que David FABRE raconte partout que Bernard arrête, et que les très proches amis de Bernard disent qu’il y va, et qu’il veut me rencontrer pour me proposer, grand seigneur, d’être n°3 sur sa liste, je voudrais réfléchir ici à l’avenir politique de Bernard, et lui expliquer pourquoi ma proposition qu’il me rejoigne serait la meilleure pour lui.

Pour commencer, je connais que cela fait quelques années que Bernard doit penser tous les jours qu’il veut être le prochain maire de Savigny.

Je vois les efforts qu’il a accompli, avec la création de Nous Saviniens, et une affirmation progressive en Conseil municipal.

Il s’imaginait cependant que son élection serait acquise avec l’investiture de La République en marche (LaREM).

Il n’a pas obtenu cette investiture, parce que le parti a choisi la carte du jeunisme et du renouveau avec IZARD. C’est la seule explication, et elle était connue à l’avance.


Quatre solutions s’offrent maintenant à Bernard :

1) Soutenir IZARD et intégrer la liste LaREM,

2) Y aller seul avec son association « Nous Saviniens »,

3) Me rallier, (ou rallier un autre),

4) Tout arrêter et déménager sur son île.


Je pense que Bernard est tout comme moi habité par ce désir de devenir maire, et que c’est d’autant plus dur pour lui de faire le deuil de cet objectif de vie.

Je suppute donc qu’il ne va pas arrêter, et qu’il va au moins tenter quelque chose.


Ensuite, j’ai crû comprendre qu’il avait mis fin à son adhésion à LaREM.

Je maintiens que c’est mauvais joueur, parce que Bernard n’aime pas que j’utilise le mot de trahison.

Toujours est-il qu’il ne soutiendra donc pas IZARD, alors qu’il s’y était engagé.


Restent donc maintenant sérieusement les deux possibilités d’y aller.


Pour ma part, je demande que Bernard se prononce pour y aller avec moi avant le 1er septembre.

Le 02 septembre, je déclare mon mandataire financier, et j’y vais.

Et dès lors, je n’épargnerai pas Bernard.

Et j’exclus toute alliance au second tour, parce que nos programmes sont relativement opposés, et que c’est bien le coup à finir comme FABRE avec SPICHER.

Il n’y aurait pas de cohérence POUR Savigny, et nous savons très bien que ce serait CONTRE les autres, pour leur faire barrage de la présumée addition de nos scores.

Je ne rappelle pas ce que j’ai proposé à Bernard. Je l’ai fait publiquement il y a quelques jours, et je n’envisage aucune autre négociation avec lui.


Que Bernard veuille donc me proposer d’être son numéro 3, mais quel est mon intérêt ?

Je perds plus de la moitié des personnes qui me suivent actuellement, et qui n’ont pas forcément une bonne image de lui, et je ruine mes six ans d’engagements, qui avaient quand même pour objectif suprême ces municipales de 2020.

Jusque-là, moi, j’ai déjà montré que j’étais capable de pouvoir rassembler une équipe et mener une campagne.

C’est surtout que cette solution annihilerait tout mon projet de grands liste d’alliance citoyenne, parce que si certains veuillent bien se rassembler autour de moi, ils ne le veulent pas autour de Bernard…


Maintenant, je pense que Bernard n’a pas encore fini de digérer.

Donc qu’il n’a pas renoncé, et qu’en plus dans son association, certains le poussent, avec plus ou de moins de raisons, mais c’est compréhensible.

Alors, je vais y aller au bluff, encore une fois.

J’affirme que Bernard n’aura pas ses 38 colistiers, parce que beaucoup des gens qui le fréquentaient étaient intéressés d’être dans le camp des vainqueurs, qui est celui de La République en marche, au vu des scores aux élections européennes.

J’affirme aussi que Bernard n’aura pas les moyens financiers de réaliser une campagne à la hauteur de ses ambitions. Sur Savigny, actuellement, tu ne peux pas espérer gagner à moins de 12 000 euros ! Je doute qu’il puisse facilement les rassembler.

J’affirme enfin que Bernard finira avec maximum 7 % s’il y va tout seul, parce que son créneau est saturé entre MEHLHORN et IZARD ; et que les gens pourraient aussi me préférer, sur certaines de ses idées, pour mon ancienneté et ma constance.

En effet, Bernard s’imagine qu’il est connu parce qu’il est élu et que 150 personnes le suivent sur Facebook. Mais c’est faux, et je m’en rends compte dans mon porte-à-porte. C’est vrai qu’il est connu dans certains lieux, comme dans les cafés, mais ce ne sera pas suffisant pour lui.

Donc si au vu de ces éléments, il veut y aller seul, qu’il y aille. Mais il va se ramasser parce que les gens qui ont connu MARSAUDON, dont il se réclame, sont minoritaires et que la droite qui a voté MEHLHORN en 2014 est parti chez En marche.


Bernard dispose des clés de son destin.

Je maintiens que son meilleur choix est de me rallier (mais je ne compte pas que sur Bernard) pour pouvoir avoir les moyens de mener une partie de la politique qu’il veut, et diffuser ses idées.

À voir pour lui s’il n’est pas trop gourmand trop vite.

Car peut-être quand même qu’il a raison de vouloir y aller seul ?

Ou peut-être pas, surtout quand je démonterai son programme à son tour…


Je termine avec une parenthèse.

Dans les différentes négociations, il y a plein de gens qui me méprisent, parce que si on prend un score de partis, il font plus que moi (préférant systématiquement me rappeler mon 1,14 % global aux législatives de 2017 que mon 9,11 % local aux départementales de 2015).

Moi, j’ai déjà mes 38 colistiers, j’ai 20 000 euros qui sont prêts, j’ai mon programme que je n’ai plus qu’à mettre en forme dans des tracts, j’ai mon reliquat d’affiches des législatives, j’ai trois campagnes derrière moi avec une équipe professionnelle et des adresses, et j’ai des soutiens dans la population, les associations et les agents. Et je ne parle pas des 1100 visiteurs de ce blog tous les jours (dont combien de robots ?).

La négociation ne peut que se faire en ma faveur, parce que je suis prêt, et que je consens à élargir ma base et mon programme.

Maintenant, je n’ai aucun problème à y aller seul, et à miser sur le fait que les autres arrêteront en cours de route, car ils n’auront soit pas l’argent, soit pas les colistiers.

Le truc, c’est que pour ma part, j’y vais au 1er septembre avec un premier tract distribué autour du 15-20 septembre. Ce ne sera plus possible à partir de là.