Archives du mot-clé Nord-Essonne

Accepter les CCSU, c’est renoncer à un hôpital ET à un vrai service d’urgences !

La consultation publique pour le Projet régional de santé 2018-2022 en Île-de-France (aussi appelé PRS2) s’achève ce 22 juin 2018. Les conseils municipaux du Nord-Essonne, qui n’ont vraisemblablement pas lu les trois documents du projet, ont donc émis des avis qui sont à des années lumières de nos besoins réels. La seule vraie question est de savoir si on accepte la fermeture des hôpitaux, et nos élus ne s’opposent pas formellement !!!


Pour consulter le projet, et participer à la concertation :

https://www.iledefrance.ars.sante.fr/le-projet-regional-de-sante-2018-2022


Pour commencer, il faut voir que le projet n’est pas très concret, et qu’il ne parle pas des hôpitaux de Juvisy, d’Orsay ou de Longjumeau. Il dit juste qu’il veut réorganiser l’offre de soins dans le Nord-Essonne, à Saclay, en améliorant l’accès aux services de chirurgie et en « assurant une couverture en moins de 30 minutes d’une structure de prise en charge des soins urgents ».

Or, quand l’ARS emploie cette dernière expression, elle ne veut pas dire un hôpital à moins de 30 minutes de chez nous, mais un CCSU pour Centre de consultation et de soins urgents !

Alors le député RÉDA me reproche assez de ne pas savoir ce que c’est qu’un CCSU, et que les informations que j’ai ne sont pas les siennes, et que s’il devait savoir quelque chose, il serait le premier informé, et bla bla bla… Reconnaissons qu’il n’existe effectivement aucune définition officielle du CCSU, que Longjumeau n’est qu’un test, qui a déjà permis de revenir sur certaines choses…

En réalité, cette expérimentation est faussée, en tant que l’actuel CCSU de Longjumeau n’est rien d’autre qu’un centre de tri qui oriente sur les structures existantes de l’hôpital, et qui donc ne fonctionne pas en conditions réelles. Passons.

Le problème du CCSU est donc qu’il ne peut véritablement fonctionner QUE parce qu’il est appuyé par un hôpital, qui possède des médecins urgentistes, un bloc opératoire, un centre d’imagerie et d’analyses, des anesthésistes…

Or, quand déjà les CCSU du Nord-Essonne, ne s’appuieront plus que sur Saclay, et qu’on prévoit en plus la mutualisation des personnels et des matériels, qui devront se déplacer d’un CCSU à l’autre… Ils vont tous devenir dingues à passer leurs journées en voiture et dans les embouteillages…

Notons au passage que les documents ne prévoient pas d’augmenter le nombre de SAMU et de SMUR sur la Région, lesquels ne sont de toute façon pas des hôpitaux ambulants, c’est à dire qu’on n’est pas sauvés parce qu’on monte dans l’ambulance, qui n’est pas un bloc opératoire !

Donc on prévoit juste de laisser les SMUR existants, qui seront dorénavant adossés à un CCSU plutôt qu’à l’hôpital… Faudrait-il donc nous estimer heureux qu’on ne nous les supprime pas aussi ?

Par ailleurs, un CCSU a une capacité de 20 000 à 30 000 places. Or, les trois services d’urgences du Nord-Essonne reçoivent en moyenne 130 000 visites chaque année, donc on élimine 40 000 personnes qui ne pourront pas se faire soigner ou satureront en permanence le centre !

Reste enfin le problème que le CCSU n’est ouvert qu’en journée (de 8 h 00 à 22 h 00), ce qui sera probablement modifié. (Je soupçonne qu’il s’agisse d’une manœuvre de communication pour offrir du biscuit aux opposants du projet. Regardez, on vous écoute, on va ouvrir le CCSU en permanence !)

Le CCSU nous est enfin vendu comme un progrès en tant que des médecins libéraux, et des médecins de l’hôpital pourront venir y faire une consultation par semaine. Waouh le progrès, qui ne règle rien aux problèmes de bobologie, et d’éducation aux soins !


Donc nos élus, et même le Comité de sauvegarde de l’Hôpital, sont bien gentils, mais ils sont dans une négociation à l’issue de laquelle nous ne pouvons que perdre.

Les citoyens du Nord-Essonne ne veulent pas garantir un service d’accueil des urgences ; ils veulent et ils ont besoin d’un hôpital doté d’un service d’urgences !

C’est donc une opposition totale qu’il faut affirmer au PRS2, ce qui n’empêche pas de proposer des solutions alternatives au cas où les hôpitaux seraient finalement fermés.

Mais pas en partant défaitiste ! Et surtout en exprimant notre opposition aux fermetures des hôpitaux de proximité, et en refusant ces 30 minutes de délais !

À ce titre, l’avis de la Ville de Savigny est complètement con. Qu’est-ce que ça va changer d’associer les élus aux projets ? Quant aux conditions d’accessibilité, il y a la théorie et la pratique… Donc parce qu’on n’a rien à dire, on palabre CONTRE la population !




David FABRE rebondira-t-il à l’UDI de Savigny-sur-Orge ?

Le conseiller municipal d’opposition (SE) David FABRE, ancienne tête de liste PS en 2008, ancienne tête de liste qui se disait indépendant en 2014, sent-il que le vent n’est temporairement plus dans le sens de la gauche ? Plusieurs indices laissent à penser qu’il se rapproche tout doucement, mais non moins sincèrement de l’UDI.

David FABRE est actuellement élu dans un groupe indépendant politiquement (« Agir pour vous – Savigny Ensemble »). Même si sa chef de file Laurence SPICHER-BERNIER est encore UDI, grâce à l’intervention de Xavier DUGOIN qui lui a sauvé sa place au sein de ce parti. De plus, il convient de rappeler que l’union de la gauche n’a réalisée que 32 % à Savigny au second tour des élections municipales de 2014.

David FABRE, éternel opportuniste

Notre Montpélliérain commence sa vie politique dans le Sud de la France. Selon les renseignements de votre serviteur obtenus auprès de la fédération PS de l’Hérault, il ne parvient pas à percer dans le réseau de Georges FRÊCHE et se voit gentiment suggérer d’aller voir ailleurs. Notre homme monte alors à la capitale.

Débarqué à Palaiseau (Essonne), il se rapproche du maire François LAMY et agit localement au sein de comités de quartier. Contactés, ces derniers disent aujourd’hui ne pas garder un bon souvenir de l’homme. Parallèlement, le strauss-khanien FABRE devient le représentant départemental de son maître à penser socialiste, pour les primaires PS de 2006.

À Savigny, la succession d’Élisabeth ROZE DES ORDONS, alors chef de file du PS, se passe mal. Le secrétaire de section Gilles VOLLANT propose alors à FABRE de prendre la tête du PS savinien. Mais le jeune ambitieux ne peut rien contre la machine MARSAUDON et il est défait au premier tour des municipales de 2008.

FABRE se coupe alors de ses amis du PS tentant une sécession qui se passe mal. Il démissionne finalement du PS le 1er janvier 2011 et en est exclu le 8. Il rejoint alors Europe écologie les Verts (EELV) pour espérer en être le candidat aux législatives de 2012. Mais Jean-Vincent PLACÉ a réservé la place pour son amie Éva SAS. De plus, la fédération Nord-Essonne de EELV crache aussi sur FABRE qu’elle affirme ne pas l’avoir vu beaucoup en réunions.

L’homme se présente alors en indépendant divers-gauche aux municipales de 2014 à Savigny. Il réalise plus de 13 % au premier tour, grâce à un vote ethnique et communautaire, mais il choisit de s’allier à Laurence SPICHER-BERNIER (UDI) au second tour. L’homme est alors quitté par les siens qui rejoignent le PS, se sentant trahis. Beaucoup vouent une grande haine au nouveau conseiller municipal, élu sur une liste de droite.

Savigny-Ensemble était une liste verte !!! (écolo)

Fabre-EELV-Vagneux

Lorsqu’on lit les « À propos » de la page Facebook du comité de soutien de M. FABRE, on s’aperçoit que l’homme est membre du parti EELV. Une appartenance qu’il a nié devant moi lors de la cérémonie des vœux 2014.

Sa liste n’était donc ni neutre ni indépendante mais dissidente EELV. Ainsi la seule vraie liste indépendante pour Savigny était celle de Vivons Savigny autrement. Certes soutenue par des partis, mais n’ayant jamais fait mention d’une quelconque adhésion partisane.

Selon certains membres du parti EELV sur la ville, une procédure d’exclusion de David FABRE de EELV serait en cours depuis plus d’un an. Interrogée, la fédération Nord-Essonne de ce parti a refusée de communiquer sur ce point.

Un rapprochement sincère ?

Voilà maintenant que M. FABRE s’intéresse de près à l’UDI. Par exemple, si on se rend sur le compte Facebook de l’UDI de Savigny-sur-Orge (qui fait ouvertement campagne au mépris de toute égalité démocratique pour le ticket Yves JÉGO-Chantal JOUANNO), on peut voir plusieurs « like » de notre Montpelliérain critiqué. Ainsi, il se réjouit que Jean-Louis BORLOO soit le nouveau président du club de foot de Valenciennes.

UDI-Savigny-sur-Orge-Vagneux-Olivier

Je trouve cela tellement pathétique d’aimer un article Facebook sur une information dont la plupart des gens se foutent, juste parce qu’on apprécie ceux qui l’ont posté…

Même comportement lorsqu’on se rend sur le Twitter du bonhomme. Regardez à l’actualité de qui il s’intéresse…

David-FABRE - Olivier-VAGNEUX-TwitterJean-Louis BORLOO, Yves JÉGO, Jean-Christophe LAGARDE mais aussi Vincent DELAHAYE (dans les 8 autres)… Si c’est pas du beau monde, UDI de surcroît…

Rien ne nous permet de dire si ce soudain intérêt de David FABRE pour l’UDI est lié à son éternel opportunisme politique. Ou si l’homme est vraiment sincère. Toujours est-il qu’il est en manque de rebonds, d’autant que son retournement de veste n’a pas été très apprécié à Grand-Vaux. Et qu’il trouve ici l’occasion idéale de continuer à se faire-valoir, l’art dans lequel il excelle le plus après celui de fédérer des gens honnêtes qu’il trahira lamentablement plus tard.