Archives du mot-clé néo-colonialisme

Sur l’auto-interview de Mathieu FLOWER dans la Lettre du conseil citoyen n°2

Pourquoi auto-interview, me demanderez-vous ? Juste parce qu’en général, la personne interviewée ne signe pas sa propre interview (ils ont même oublié d’enlever le nom du texte qui leur a envoyé et qu’ils ont transformé en questions / réponses !!!). Une preuve de plus, s’il en fallait que le conseil citoyen de Grand-Vaux est composé d’idiots utiles qui pratiquent la servitude volontaire et font le jeu des pouvoirs publics dans une obéissance crasse.

Ils cherchaient une personne à interviewer, et comme par hasard, ils sont tombés sur le maire-adjoint chargé de la Jeunesse (celui qui a fermé la Savinière, coupé dans les subventions aux associations de jeunesse, et arrêté Sports-vacances), des Sports (un mec qui croit que la musculation est un sport, parce qu’il la confond avec l’haltérophilie) et à la Démocratie locale (lui qui ferme sa gueule quand on empêche les oppositions de parler, pourvu qu’il ait son indemnité à la fin du mois…)

Mathieu FLOWER est en effet l’habitant-type idéal de Grand-Vaux, et je préviens les lecteurs sensibles et les gauchistes fragiles que je vais ici employer, entre guillemets, des termes appartenant au langage indigéniste (qui est quand même le regard porté par les pouvoirs publics sur Grand-Vaux), sinon au langage de la sociologie influencée par les études post-coloniales, pour expliquer des perceptions et des contre-perceptions !

En effet, aux yeux du pouvoir, FLOWER est un « déraciné » (un Antillais venu en Métropole) et un « racisé » (un non-blanc, en l’occurrence un noir). Il serait donc, par ces caractéristiques, représentatif de la population de Grand-Vaux, et pourrait donc leur parler pour leur montrer la voie de l’intégration. Parce qu’il est noir, alors il pourrait parler aux autres noirs, et plus largement aux autres non-blancs ; ce qui n’est d’ailleurs pas très éloigné de la pensée de MACRON*.

Sauf qu’aux yeux d’une partie de la population de Grand-Vaux, FLOWER n’est noir que d’extérieur mais blanc à l’intérieur, c’est à dire qu’il est considéré comme un « nègre de maison » (en référence à un discours de Malcolm X de 1963) par les autres qui se voient comme des « nègres des champs« . Or, je n’arrive pas à savoir si FLOWER est conscient de cela, mais qu’il ferme sa gueule pour le titre d’adjoint, et l’indemnité. Ou s’il ne s’en rend vraiment pas compte…

Toujours est-il que le 10 décembre 2014, un élu fâcho de la majorité municipale de Savigny a dit à FLOWER qu’il irait bien avec Guilène DÉSIRÉE qui est l’autre conseillère municipale de couleur de peau noire, ce qui était une réflexion purement raciste (je traduis : on va maquer les noirs ensemble parce qu’ils sont noirs), et je crois me souvenir que FLOWER a ri en entendant cela dit devant lui… Enfin bon, je ne partage pas l’humour de certains membres de la majorité municipale de Savigny…


Venons en maintenant au fond de l’interview, relativement aux propos tenus.

1. Pour FLOWER, l’attractivité d’un quartier se mesure à la qualité de services publics (c’est pourquoi, en bon schizophrène, il en a fermé autant en 2015, mais on remarquera que ce n’était pas à Grand-Vaux qu’il les fermait, donc il a vraiment une sale mentalité égoïste…). Et donc FLOWER de se réjouir qu’on essaie de les faire venir désormais dans le quartier.

==> Mais ouais, c’est super ! C’est super néo-colonialiste ! On va apporter la culture et le savoir aux cons de Grand-Vaux, parce qu’ils sont trop fainéants pour se déplacer. Et surtout, on leur évite d’avoir à venir se mélanger avec les gens bien de l’autre côté de l’A6. Restez donc dans votre ghetto, les pouilleux, ça permet en plus aux blancs privilégiés de venir faire leurs bonnes œuvres pour vous apporter la civilisation !


2. On apprend ensuite que FLOWER a été particulièrement marqué par l’attaque du camion de pompier parce que c’est un symbole de solidarité.

==> Par contre, que les policiers se fassent caillasser régulièrement, il n’a pas l’air d’en avoir grand chose à foutre. Il n’était d’ailleurs pas trop pressé pour faire effacer les plaques des voitures de la BAC servant au repérage. D’autant plus que lui n’hésite pas à s’en prendre à des associations, qui font pourtant de la solidarité, en usant avec elles d’un comportement illégal, et pénalement répréhensible, comme lorsqu’il leur demande des relevés de compte bancaire !!!


3. Ensuite, FLOWER veut retrouver l’histoire et l’âme du quartier.

==> Traduisons-le : quand les habitants étaient plus assistés par les services publics qu’ils ont fait fermer de par leur comportement, et donc quand il y avait moins de Noirs et d’Arabes.


4. Après quoi, FLOWER tombe dans le discours victimaire (donc il méprise les autres habitants et estiment par conséquent être un sur-homme de lui s’en être sorti, et que tout le monde ne pourrait pas faire comme lui) : Grand-Vaux n’est pas un quartier coupé du monde.

==> Non, mais ça, c’est une légende urbaine. Grand-Vaux est quand même plus proche de tout (de la gare, de l’autoroute, de la Poste, de la mairie…) que plein d’autres quartiers de Savigny.


5. Il dit encore : si le projet foire, c’est qu’il y a des connards qui s’y opposent, et ces connards, c’est les habitants qui ne veulent pas vivre ensemble (le grand malheur du Dieu créateur), et de cibler pour la bonne conscience une minorité non identifiée qui fait chier tout le monde…

==> Remplaçons donc les habitants et taisons la complicité de la majorité qui finalement se satisfait très bien de cet état de fait…


6. Il dit aussi qu’il faut l’aide de l’État pour sortir de l’économie de la drogue et des violences.

==> Selon FLOWER, c’est donc à l’État de trouver des jobs aux habitants (trop cons pour en trouver tous seuls), et peut-être même de faire venir la Police. Discours victimaire qui prend la population de Grand-Vaux pour des sauvages à éduquer… Le salut du quartier viendra des parents et des grands-frères le jour où ils diront à leurs enfants d’arrêter de déconner.


7. Le renouveau de Grand-Vaux est en chacun de nous. Il doit se construire dans le cadre d’une confiance partagée… Et bla bla bla…

==> Quel hypocrite, alors que c’est lui qui participe à écrire un projet foireux qui se résume à casser des logements sociaux, et virer des pauvres. Il ne résout rien, et veut juste retrouver un quartier avec plus de blancs et moins d’emmerdes… Et un peu plus de services publics, mais comme il ne saura pas les gérer comme en 2015… Heureusement quand même qu’il y a l’argent des blancs du reste de Savigny pour payer tout cela…


En conclusion, que FLOWER soit adjoint, et habitant du quartier depuis 30 ans ne lui donne aucune légitimité supplémentaire. Il est personnellement méprisant, et par conséquent méprisable. Son discours est populiste, victimaire, rempli de « on-dit » et de fake news. Dommage que la lettre du conseil citoyen soit en fait un organe de propagande pour dire à quel point la majorité municipale de Savigny est géniale. J’espère que les lecteurs sauront discerner !


* Le 22 mai 2018, le président MACRON a expliqué que cela n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport (BORLOO). Donc pour lui, la politique de la Ville ne doit pas être faite par les blancs mais par les habitants du quartier. Dans ce cas, arrêtons de prendre les impôts des blancs pour financer les quartiers…




Publicités

Un petit livret de propagande pro-migrants à destination des enfants

C’est édité par l’association « Solidarité laïque » (et je me demande sincèrement ce que la laïcité vient faire dans l’histoire), la FCPE et le Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs d’enseignement général de collège (fermez le ban !) Et quand l’édito commence en écriture inclusive, on voit qu’on va avoir à faire à du lourd, du très lourd ! 32 pages de lavage de cerveau pour faire aimer les migrants aux enfants.

http://www.solidarite-laique.org/app/uploads/2018/01/Livret-Migrants-A5.pdf

L’écriture inclusive est ici utilisée de manière idéologique pour créer une fausse égalité mathématique (LYSSENKO, nous voilà !) ; et surtout chasser de nos têtes l’idée que les migrants sont principalement de jeunes mâles. Expérience que l’on pourrait se faire en regardant les photos des bateaux venant d’Afrique, ou les reportages télé sur les camps de migrants et autres structures d’accueil. On ne sait donc pas combien il y a de femmes et de filles, mais on sait qu’il y en a. C’est un peu court…

Tout n’est cependant pas à jeter dans ce livret, car pour une fois, les différentes définitions sont plutôt correctes. Et que ça explique bien que le choix de migrer des parents ne rend pas responsables les enfants, et que tous doivent considérer qu’ils ont les mêmes droits. Mais c’est rapidement chiant parce que c’est politique, c’est bienpensant, c’est gauchisant, c’est de parti pris, et ça bourre les crânes des jeunes qui n’ont pas un grand regard critique.


Trois reproches à l’édito, qui préfigurent de la mentalité globale du livret

Première observation : toutes les migrations sont mises à égalité. C’est à dire que le mec qui s’exile pour fuir son pays en guerre et parce que sa famille a été exterminée, est considéré de la même manière que celui qui quitte son pays parce que l’herbe est plus verte ailleurs.

Deuxième observation : il ne faut pas avoir de regard critique sur la migration, l’accepter et fermer sa gueule. Pas de droit à la méfiance (pas de libertés pour les ennemis de la liberté). Les personnes immigrées ont trop souffert d’avoir risqué leur vie et d’arriver dans un pays qui possède une langue et une culture différentes (ce dont nous devons nous excuser).

Troisième observation : Tous les migrants sont gentils, et n’ont qu’un seul rêve : apprendre le français et continuer leurs études. Certains voudraient même retourner dans leur pays après, donc ils ne viennent pas pour nous envahir comme l’écrivent les vilains fachos néo-nazis.


Sur les exemples de manipulation des enfants dans le livret


I. La technique du hors-sujet

La réponse reste dans le thème de la question, ce qui donne l’impression qu’elle en dit quelque chose. Mais à bien la relire, on s’aperçoit qu’elle est complètement hors-sujet.

Elle est sinon noyée dans l’émotion, ou mélangée à des éléments de bon sens, avec lesquels tout le monde va être d’accord, dans le but de rendre vrai l’intégralité du propos.

Respecter la Loi n’empêche pas le phénomène d’invasion migratoire.

Soigner les enfants malades n’empêche pas que leurs parents puissent être venus pour profiter de ce système.


II. La caricature

Je soumets en question une idée tellement absurde qu’elle s’annule elle-même.

Et je profite de la réponse pour faire passer un autre message.

Forcément que si je parle de 100 % pour une population de plusieurs millions de personnes, on va bien me trouver une personne qui sort du lot !

Et parce que 100 % des migrants ne vont pas en Europe, alors l’Européen que je suis ne doit pas se plaindre !


III. La décrédibilisation de ceux qui ne pensent pas comme moi

Les gens qui pensent qu’il y a une invasion migratoire ou une crise des migrants sont des gens qui pensent que les migrants ne sont pas des êtres humains et n’ont pas de droit. L’opportunité des migrants n’est pas qu’ils partent de chez eux, mais que je ne puisse pas ou ne veuille pas les accueillir chez moi.

Et puis les migrants sont courageux du fait de ce qu’ils vivent, alors que moi qui n’ait pas migré, je suis un gros lâche !


IV. Le révisionnisme scientifique et historique

La page 6 nous raconte que nous sommes tous migrants et que la migration est naturelle. Je bats donc ma coulpe de m’être sédentarisé et de m’opposer au sens de l’Histoire. Il est de toute façon bien connu que les Gaulois se sont installés sur une terre vierge de toute vie humaine… Puis qu’ils se sont tous ensuite mélangés, de manière à éradiquer toute « souche ».

Et je réécris encore l’Histoire. On appréciera la précision des « nombreuses personnes ».

En toute subjectivité, je sélectionne uniquement les données qui m’intéressent pour servir mon propos.


V. Je me contredis, mais ce n’est pas grave parce que c’est la « double-vérité »

Le texte suivant est en contradiction avec la précédente carte, qui veut nous montrer que l’immigration se fait d’abord dans le pays voisin du sien, sur laquelle l’Afrique ne présente pas de pays accueillant des réfugiés (bien qu’elle mette la Somalie en pays de départ).

Le texte d’après, sur le refus des tests osseux, vient contredire la fameuse idée de volonté d’intégration des migrants. Ils ne veulent pas passer d’examens médicaux, ce qui nuit à leur intégrité physique…

Les témoignages, qui jouent sur l’émotion, nous montrent encore que la grand-mère de Fatoumata, qui n’a pourtant que le désir de s’intégrer, chante dans une langue qui n’est pas le français… (J’observe à ce propos le témoignage d’Abdoulaye n’est pas très laïc.)


VI. J’élude les questions difficiles en laissant croire que j’y réponds

Je vous dis que la traite des êtres humains est horrible, mais je laisse un autre vous expliquer où elle est pratiquée et par qui, parce que c’est politiquement incorrect.

Je parle des droits, mais rarement des devoirs. Je ne dis jamais qu’il faut financer l’accueil, ni qui le finance… Mais salaud d’État qui ne fait pas assez ; et la population, qui ne fait que se répandre en clichés haineux…


VII. J’en fais des tonnes sur l’affect et l’émotion (et identifies-toi au migrant)

La diversité est une richesse, mais je ne vous dis pas laquelle. Et tant pis si cela ne se vérifie pas.

J’insiste sur le fait que les migrants ont vécu des choses difficiles. Et alors ? Et après ?


À l’issue de cet article, on devrait naturellement se dire que je suis un vilain facho et me vouer aux gémonies. Tout ce que je demande est qu’il y ait des réflexions et des débats publics sur la question de l’accueil des immigrés. Et qu’on cesse de nous vendre de la moraline migrantophile. Nous pouvons aider les autres, mais ce n’est pas une obligation personnelle. Foutez donc la paix à ceux qui sont opposés à l’accueil de plus de migrants en France.

Apprenez plutôt aux enfants à se forger leur propre idée de l’immigration, sans qu’ils répètent naïvement ce qu’ils entendent autour d’eux, en leur donnant l’ensemble des éléments de réflexion pour la question, y compris des éléments négatifs. Et acceptez que certains puissent être en désaccord, et dire qu’il existe d’autres souffrances, sinon des personnes qui ont d’autres besoins dans le pays. Et vous les gauchistes, combien de migrants parrainez-vous ?

Je pense que les rédacteurs de ce livret sont des néo-colonialistes et des idiots utiles du libéralisme. En favorisant les migrations de masse, ils empêchent l’Afrique de contrôler sa démographie, donc de contrôler sa croissance, donc ils la maintiennent dans un état de dépendance, permettant qu’on se serve au passage. Et pour les pays en guerre, ils empêchent tout changement de l’intérieur en exfiltrant les élites, et ceux qui pouvaient s’opposer…