Archives du mot-clé Muriel KERNREUTER

La première grosse erreur politique d’Alexis IZARD : l’utilisation indue de l’ancien logo de la Commune de Savigny-sur-Orge

Plouf dans l’Orge !

Entre nous, je ne sais pas ce qui est le plus navrant dans cette histoire…


Si c’est de s’apercevoir qu’Alexis IZARD, qui veut être maire de Savigny, ne connaisse pas encore le logo officiel de la Commune, qui est certes nouveau, mais quand même utilisé depuis septembre 2018, donc depuis plus de onze mois !


Inspiré du blason de la Commune ; les « vrais » savent pourtant que le lion est tourné vers la gauche, mais cela n’a gêné personne au service Communication. Et puis cela permet à MEHLHORN de faire croire qu’il est de droite, puisque le lion regarde vers la droite. C’est vrai que si on ne nous le dit pas, MEHLHORN se comporte quand même comme un bon gauchiste !


Ou bien alors qu’Alexis IZARD utilise au calme un emblème communal dans un document électoral, lequel aux termes de la jurisprudence administrative, risque de conférer, ici à sa vidéo, un caractère officiel de nature à exercer une influence sur le vote des électeurs.

Étant précisé qu’en cas de contestation, le juge de l’élection serait alors fondé à prononcer l’annulation de l’élection « s’il estimait que l’apposition d’un écusson ou des armoiries d’une commune a été de nature à altérer la sincérité du scrutin » (CE, 21 décembre 1977, élections cantonales de Vincennes-Fontenay-sous-Bois-Nord).


Après, de vous à moi, quand je vois la manière dont ont été traités les comptes de campagne des candidats de la République en marche aux élections législatives, je ne pense pas que la Justice administrative invalidera de son côté beaucoup de scrutins.

Juste pour rappeler que Alexis IZARD était le suppléant aux législatives de juin 2017 de la candidate Muriel KERNREUTER qui a bénéficié de trois amis très généreux qui lui ont prêté respectivement et sans intérêts 12 000 €, 8 000 € et 6 000 € pour faire campagne.

Et que la Commission des comptes de campagne l’a quand même relancée trois fois avec des délais contraints respectés une fois sur trois (19 septembre 2017 avec réponse sous quinze jours, 03 novembre 2017 avec réponse dans la journée et 04 décembre 2017 avec réponse avant 15 heures) pour obtenir des réponses et des documents à leurs questions.

Avant de lui valider ses comptes, bien qu’elle ait donc répondu hors délai… Je ne suis pas certain qu’ils auraient fait preuve d’autant de patience avec tous les candidats…

Peut-être faut-il sinon voir ici un lien avec la brusque augmentation du salaire d’un président d’une autorité administrative indépendante, aujourd’hui âgé de 83 ans, donc qui en avait 81 en 2017, et pour qui il serait peut être temps de partir en retraite…

Article à venir sur les comptes de campagne KERNREUTER / IZARD !


En conclusion :

Premier document de campagne, et première (grosse) erreur.

Certes involontaire, mais qui traduit un amateurisme flagrant du candidat IZARD et de son équipe.

Ils avaient besoin d’un logo, si possible vertical, et ils ont pris le premier truc disponible en tapant « Savigny-sur-Orge » sur Google images…

Je ne sais pas pour vous, mais je la sens bien cette campagne, parce que quelque chose me dit que c’est loin d’être la dernière erreur des amateurs de LaREM…

Dont malheureusement 90 % des électeurs n’auront rien à faire, puisqu’ils choisissent uniquement une étiquette, et qu’on peut leur raconter n’importe quoi comme a fait MEHLHORN avant lui, et qu’ils le goberont.

Car ce sont malheureusement les mêmes qui ont voté MEHLHORN contre la piscine de SPICHER qui défendent le plus ardemment les nouveaux gouffres financiers que le maire veut ouvrir avec Grand-Vaux, l’école Buisson, le centre culturel communal, et la ZAC gare – centre-ville…


Dans un prochain article, je commenterai le choix du nom de la liste « Osons Savigny ». Car oser est un acte courageux, et je ne vois aucun courage à commencer à s’intéresser à notre commune à sept mois des élections. Plutôt de l’opportunisme !

Et dans un autre article, j’analyserai la vidéo très ancien monde de notre candidat maire, qui multiplie les erreurs de communication, dont l’utilisation indue de ce logo ; tout cela parce qu’ils ont voulu aller trop vite, alors qu’on est mi-août, et que tout le monde se fout de la politique. J’espère, s’ils devaient gagner, qu’ils seront un peu plus réfléchi dans leurs actions, et qu’ils ne bâcleront pas ainsi la gestion des affaires publiques dans une incompréhensible précipitation.




Publicités

Question : Comprenez-vous pour qui a voté Pierre GUYARD (PS) ?

Non pas que je ne comprenne pas qu’un PS puisse voter pour un LR ou LREM, ce sont les mêmes libéraux mondialistes ; simplement que je ne comprends pas pour qui a voté Pierre GUYARD. Rappelons au demeurant que le deuxième tour de la législative opposait la LREM Muriel KERNREUTER (celle-là même qui a quitté En marche à l’automne 2017) au LR Robin RÉDA (celui-là même que Bruno LE MAIRE essayait de recruter chez MACRON).


Donc d’après le post Facebook,

commenté par un certain Christophe DROUET, qui soit est ironique, soit se fout clairement de la gueule de GUYARD, et Alexis TEILLET, LR devenu adjoint du maire de Savigny-sur-Orge (les mecs se tutoient, ils sont potes, bonnet blanc et blanc bonnet, tous pourris, dégagez, à moins que ce ne soit parce que… [placer ici un sous-entendu lourd de sens prenant en compte le fait que Jacques GUYARD, père de Pierre, est un franc-maçon notoire et assumé]) :

Pierre GUYARD a choisi de :

  • résister au libéralisme, donc à LREM, donc a voté RÉDA (ce que TEILLET comprend),
  • combattre le conservatisme sociétal qui veut entraver nos libertés, donc ça c’est LR donc c’est RÉDA, donc il a voté LREM,
  • choisir l’Europe plutôt que le repli sur soi, donc il choisit MACRON, même si LR se veut européiste, donc il a voté pour l’ancienne PS KERNREUTER ?

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne comprends pas.

On dirait qu’il a fait un copier/coller du prêt à penser offert par le PS contre Marine LE PEN, et les vilains factieux du FN/RN.

Sauf que le FN n’était pas qualifié pour le second tour, donc l’argumentaire ne fonctionne pas vraiment…

LR comme LREM sont des ultra-libéraux qui sont prêts à vendre la France à l’Europe…

Juste que LR est plus conservateur sur le plan des questions sociétales, moins les couilles le courage de revenir sur les mesures de la gauche.

Rappelez-vous d’ailleurs quand MEHLHORN manifestait contre le mariage pour tous en 2013…

Bref, Pierre GUYARD m’étonnera toujours ; plutôt, je ne le comprendrais jamais…




Athis-Mons : la majorité municipale (LR) de Christine RODIER se fragilise toujours plus

Il est toujours intéressant de regarder ce qui se passe chez le voisin, ce qui permet parfois de mieux comprendre ce qui se passe chez soi. En l’occurrence, on peut voir que le parti LR n’a pas été très adroit en Essonne, en investissant ses candidats aux élections municipales de 2014, dans les villes de 30 000 habitants ou plus.

À Athis-Mons, la majorité municipale LR est aussi nulle qu’à Savigny, sauf que la liste athégienne était composée d’élus un peu plus intelligents et un peu moins soumis, qui ont décidé de faire sécession pour défendre leur programme. Aujourd’hui, la majorité de Christine RODIER ne tient plus qu’à une voix.

Et quelle voix ! À bien y regarder, tous ceux qui restent avec la maire ont une délégation, donc une indemnité. C’est d’ailleurs à se demander s’ils ne restent pas pour l’argent…


Ce mercredi 07 février 2018 doit se tenir le prochain Conseil municipal d’Athis qui pourrait voir la destitution de Kévin RAINHA, 7e maire-adjoint.

Alors même si celui-ci siégeait déjà, dans un groupe divers-droite, dissocié de la majorité, avec Benoît DESAVOYE, il n’était officiellement pas dans l’opposition. Et ça la fout toujours mal pour un maire de devoir démettre son adjoint.

Mais dans le même temps, Kévin RAINHA avait soutenu Muriel KERNREUTER, candidate LREM, pendant la campagne des législatives, face à Robin RÉDA, candidat LR.


Et puis à l’ordre du jour de cette séance, la possible élection de trois nouveaux adjoints ; et la fixation de leurs indemnités !

Athis a-t-elle vraiment besoin de dix adjoints au maire ? N’est-ce pas là encore un moyen de s’assurer de la fidélité de certains ? Et quelles limites à un soutien uniquement intéressé  ?

D’autant que les deux projets présentés par RODIER lors de ses vœux sont loin de faire l’unanimité, que ce soit l’écoquartier près de la Cité-de-l’air, ou l’hyper centre-commercial ; qui ne se fera jamais, eu égard à sa proximité avec Belle-Épine.


Avec cette destitution, les élus dissidents de la liste LR sont suffisamment nombreux pour provoquer une élection municipale anticipée, en cas de démission collective.

Mais ils ne le feront certainement pas, car ils savent que la Ville serait prise par la république en marche en cas de nouvelle élection.

Et puis pas sûr que l’élu dissident Julien DUMAINE soit, par exemple, prêt à remettre en jeu son mandat de conseiller métropolitain…

Dans tous les cas, ce sont les Athégiens qui subissent l’impéritie de ce qu’il reste de la majorité. Et j’entends, bien après la campagne des législatives, que les électeurs regrettent leurs choix et sont très déçus de Christine RODIER qui apparemment, a fait beaucoup de promesses au cours de la campagne, si rapidement oubliées…

Que va-t-il maintenant advenir ? La dissidence va-t-elle s’élargir, et comment RODIER pourrait-elle continuer si elle est mise en minorité ? Tout cela n’est pas sans rappeler ce qu’à connu Savigny-sur-Orge entre 2010 et 2014…



Observatoire n°11 de la campagne des législatives 2017 en Essonne (7e circonscription)

Ultime observatoire de la campagne avant d’enchaîner sur un nouveau type d’observatoire des promesses du nouveau député élu. C’est donc Robin RÉDA qui l’a largement emporté avec plus de 53 % des suffrages exprimés (malgré 59 % d’abstention). Essayons donc de comprendre cinq raisons de sa victoire face à la candidate En marche.

  • Le report de voix. RÉDA semble avoir récupéré l’intégralité des voix attribués aux autres candidats de droite (GUIBERT, MARCELLIN, VAGNEUX). Plus exactement, il a certainement bénéficié de soutiens chez les électeurs de SAS (PS-EELV) et BENAILI (FDG – FI) qui sont notamment opposés à la réforme du Travail, et préféraient un candidat connu.
  • La campagne de terrain. RÉDA a été présent avec une grosse équipe, là où KERNREUTER s’est montrée absente la deuxième semaine. Il a su mobiliser, tout en mettant de côté les logos de son parti, ce qui a pu aider certains de ses opposants à quand même le soutenir.
  • Les ratés de KERNREUTER. RÉDA a beaucoup joué sur les propos de KERNREUTER tenus lors d’un débat sur France 3, notamment sur l’hôpital de Juvisy. Pour autant que sa position soit peu claire, il a été moins violent qu’elle.
  • Le bonus des maires. RÉDA fait 53 % à Juvisy et 56 % à Viry. Ce sont ces deux villes qui lui accordent sa victoire, parce que les habitants y ont voté pour leurs maires.
  • La mobilisation anti-PS. La seule vraie chose intéressante du dernier tract de RÉDA était qu’il rappelait que KERNREUTER était 14e de la liste PS aux municipales de 2014 à Viry. Je pense que cela a contribué face à une droite qui ne voulait pas se faire voler « sa » victoire.