Archives du mot-clé Municipales 2020

Municipales 2020 : quel bilan pour l’UPR de François ASSELINEAU ?

Ah l’UPR, portant le même nom qu’un petit mouvement d’extrême-droite qui concourrait dans les années 1930, le « parti qui monte malgré le silence des médias ».

Et voilà qu’au moment où il n’a jamais eu autant de militants (plus de 39 000, ce qui en fait un des plus grands partis de France) et où ses résultats électoraux aux municipales, toutes choses étant égales par ailleurs, ne sont sincèrement pas dégueulasses, la presse parle enfin de ce mouvement ! Pour relayer que des cadres du parti reprochent à ASSELINEAU de favoriser le recrutement de certains collaborateurs pour pouvoir leur faire des avances homosexuelles.

Mais où ira l’UPR sans ASSELINEAU ? C’est bien là le grand drame des partis personnels comme Les Patriotes de PHILIPPOT, le MoDem de BAYROU, le MPF de DE VILLIERS, le MRC de CHEVÈNEMENT et dans une autre mesure le RN des LE PEN et LaREM de MACRON.

Et effectivement, ses résultats sont loin d’être mauvais, dans les 21 communes (sur plus de 35 000) où le mouvement s’est présenté, pour un parti anti-Europe (quel lien avec la commune ?), qui voulait y aller vraiment tout seul (en s’entourant au plus large de citoyens ne rendant pas de culte à ASSELINEAU).


Il s’agissait des premières élections municipales auxquelles participaient le mouvement.

À l’élection présidentielle de 2017, l’UPR avait obtenu 0,92 %.

Aux élections législatives de 2017, l’UPR avait obtenu 0,67 %.

Aux élections européennes de 2019, l’UPR a obtenu 1,17 %.


Alors globalement, on constate que presque partout, les candidats UPR consolident, voire même améliorent les différents scores de ASSELINEAU, ce qui traduit d’une installation du mouvement dans la vie politique française, tout du moins localement.

En n’oubliant cependant pas deux éléments.

D’une part, la faible participation qui même si elle ne dit pas quelle est la participation des seuls sympathisants de l’UPR, gonfle les scores, alors que le nombre de voix n’a pas évolué.

D’autre part, le scrutin de liste qui fait que si chaque colistier, et sa famille vote pour la liste, alors celle-ci obtient mécaniquement quelques pourcents.

Il faut enfin regarder que l’UPR n’a réussi à se présenter que dans 21 communes, ce qui ne permet pas d’analyse à spectre large.

Même s’il convient de relever qu’elle dépasse 10 % à La Courneuve, en s’appuyant sur un candidat qui avait déjà obtenu 6,9 % en 2014. Et de noter aussi son score de 11,76 % à Saint-Arnoult-en-Yvelines.

En conclusion, l’UPR progresse légèrement mais reste un petit parti à la marginalité de la vie politique française, de laquelle il lui sera difficile de sortir.


Compilation des résultats de l’UPR aux élections municipales 2020

Antibes – Juan-les-Pins (06) : 1,38 %

Cannes (06) : 1,50 %

Nice (06) : 0,92 %

Marseille (13 ) 7e : 1,12 %

Bordeaux (33) : 0,66 %

Montpellier (34) : 0,54 %

Nantes (44) : 0,92 %

Tonneins (47) : 3,55 %

Marcq-en-Baroeul (59) : 1,57 %

Wattrelos (59) : 2,56 %

Lyon (69) – 8e secteur: 1,13 %

Villeurbanne (69) : 0,96 %

Paris (75) 18e : 0,41 %

Saint-Arnoult-en-Yvelines (78) : 11,76 %

Nanterre (92) : 1,70 %

La Courneuve (93) : 10,14 %

Montreuil (93) : 1,58 %

Noisy-le-Sec (93) : 1,76 %

Rosny-sous-Bois (93) : 2,08 %

Limeil-Brévannes (94) : 1,83 %

Saint-Maur-des-Fossés (94) : 2,12 %

Vitry-sur-Seine (94) : 2,72 %


Non comptabilisé du fait de la taille de la commune

La-Boissière-École (78) : 8,79 %



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : le lâche corbeau supprime maintenant son observatoire de la campagne

Je ne sais pas comment il faut le lui expliquer… Ce n’est pas parce qu’il supprime que c’est fini, et que la Justice ne pourra plus passer. C’était avant que je dépose ma plainte qu’il aurait fallu tout retirer, et le délit est donc toujours autant répréhensible.

Qu’est-ce qu’il s’imagine ? Que ce n’est plus grave parce que cela a été dépublié ? Cela n’enlève pourtant absolument rien à tout le tort que cela m’a causé pendant la campagne.

Surtout que Facebook sera quand même tenu de livrer ses données à partir des noms et adresses des comptes et pages qu’il a créés si jamais la Justice les lui demandait…

Or, nous sommes déjà remontés jusqu’à lui, et nous disposons d’un certain nombre de preuves. Donc à quoi bon les supprimer ? Déjà qu’il n’assumait pas de commenter sous son vrai nom… Pour ma part, je n’ai pas besoin de créer un personnage parodique pour m’exprimer.

Et maintenant, voilà que le grand ménage continue, parce que Monsieur n’assume même pas tout ce qu’il a craché en se cachant sous divers pseudonymes (dont tous n’ont d’ailleurs pas disparu et avec lesquels on peut toujours remonter jusqu’à lui, par exemple Nekolas Kerouin).

Bref, je vous suggère plutôt, cher corvidé, de me contacter courageusement, ou votre avocat, directement et personnellement, si vous souhaitez limiter votre sort.

Plutôt que de perdre votre temps à ne plus vouloir laisser que les publications qui ne seraient pas injurieuses ou diffamantes. Car c’est trop tard et tout a été enregistré !




Municipales 2020 : les candidats qualifiés pour le second tour peuvent encore dépenser pour leur campagne

Dans le flou juridique actuel, nous avons contacté la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) pour savoir s’il était encore possible d’effectuer des dépenses de campagne en vue du second tour. Voici sa réponse.


La durée de la période de financement électoral, prévu à l’article L.52-4 du code électoral, court jusqu’à la date de dépôt du compte de campagne.

Le second tour a pour le moment été simplement reporté à une date ultérieure. La campagne n’a pas été suspendue.

Il est donc possible d’engager ou de maintenir des dépenses électorales (telles que les loyers et les salaires) pendant toute cette période.

C’est dans cet esprit que la loi n°2020-290 du 23 mars 2020 a prévu que les plafonds de dépenses électorales, fixés à l’article L.52-11 du code électoral, soient majorées, par un coefficient qui sera fixé par décret, et qui ne peut être supérieur à 1,5.


La Commission rappelle enfin qu’en l’état des textes, aucune disposition ne précise les conséquences d’un éventuel report des deux tours du scrutin à une date ultérieure au mois de juin 2020. Surtout, elle invite à consulter régulièrement la page d’accueil de son site internet.


Source : Réponse du service du contrôle et des affaires juridiques de la CNCCFP reçue par courriel le 16 avril 2020 à 13 h 57.



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : les affiches officielles des candidats du premier tour de mars [Archives]

Voici les affiches officielles des candidats qui se sont présentés au premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020, à Savigny-sur-Orge (Essonne).


1. Olivier VAGNEUX – Vivons Savigny Autrement


2. David FABRE – Ensemble pour Savigny


3. Jean-Marc DEFRÉMONT – Bien Vivre à Savigny


4. Antoine CURATOLO – L’alternative, c’est vous et nous


5. Éric MEHLHORN – Une ambition durable pour Savigny


6. Bernard BLANCHAUD – Saviniens, demain vous appartient


7. Alexis IZARD – Osons Savigny


Je les commenterai dans un autre article, s’appuyant sur celui-ci.

Je n’ai pas eu le temps de faire de meilleures photos.