Archives du mot-clé Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : vers une sortie de course de Bernard BLANCHAUD ?

Bernard avait promis que nous connaîtrions l’intégralité de sa liste citoyenne au plus tard à la fin du mois de juillet. De vous à moi, je ne pensais pas cela sincèrement possible.

Et puis coup de théâtre, j’apprends qu’il a rencontré Alexis IZARD, candidat investi par la République en marche, ce mardi 30, afin de permettre à ses colistiers qui le souhaitent de rejoindre la liste de la majorité présidentielle.

Depuis, Bernard est encore reparti en vacances, et il recommencera à la fin août à constituer une autre liste citoyenne ! Une nouvelle échéance, qui finira immanquablement repoussée, comme toutes les autres avant elle.


Je dois d’abord reconnaitre une certaine noblesse à l’acte de Bernard, de libérer ses colistiers, qui veulent passer dans le camp du bien et dans le camp des vainqueurs.

Au moins, Bernard va-t-il pouvoir se rendre compte de qui le suivait par opportunisme et carriérisme, et qui l’accompagnait par amitié et par sincérité. Et j’ai toujours écrit que Bernard était assez mal entouré, par des gens pas toujours bien intentionnés, et puisque vous voulez des noms Julien RIO-ROSSI, et les amis de Julien RIO-ROSSI, et tous les gens qui ont besoin de m’insulter sur le Facebook de Nous Saviniens (juste qu’ils commencent par faire des choses avant de me reprocher d’en faire, même si les miennes sont critiquables).

Pour autant, j’ai la faiblesse de penser que Bernard va maintenant se retrouver très seul ; essentiellement du fait que ses chances d’obtenir un score à deux chiffres sont très compromises, pris en étau qu’il est entre IZARD, FABRE, MEHLHORN et moi.

Je réaffirme même, que dans ces conditions, c’est la fin de vie politique de Bernard, car il n’aura désormais plus 38 colistiers pour composer sa liste. Et que je ne vois pas le « petit plus » qui ferait que les électeurs le suivraient lui, plutôt qu’un autre.


Ce que je trouve triste, avec ce qui se passe depuis un mois, est que je découvre un Bernard inconstant, qui change d’avis et de projet tous les jours, et qui semble éponger l’avis de la dernière personne qui lui parle. Ce qui ne fait que confirmer mes doutes sur sa capacité d’indépendance, nécessaire selon moi à la fonction de maire.

Et en même temps, on m’avait prévenu, notamment au collectif Sauvons l’enfance de Savigny par des gens qui le côtoyaient avant qu’il ne soit élu ; ce qui n’empêche pas que Bernard a de la volonté et de l’énergie à donner ; mais qu’il a besoin d’être cadré. Il peut être un général ou un lieutenant, mais ni un commandant ni un chef de guerre (je n’emploie pas ces termes dans le sens des grades qui leur donné par la terminologie du vocabulaire militaire français).


Aux dernières nouvelles, Bernard voulait maintenant une structure uniquement citoyenne, et excluait toute alliance ou tout ralliement, notamment avec FABRE, naturellement avec moi, et possiblement avec CURATOLO, s’il existe encore (le mec dont le seul programme est d’être maire ; il est gentil mais je n’en veux pas sur ma liste. Par contre, pourquoi ne pas lui laisser après la présidence d’une commission extra-municipale ?).

Pour ma part, la porte reste encore ouverte pour Bernard jusqu’au 1er septembre 2019, date à partir de laquelle commence les dépenses de campagne. Et je ne prendrai pas le risque de le prendre après pour m’éviter de devoir rattacher ses dépenses s’il en avait, et faire invalider mon élection en cas de loupé. Mais je pense que ce serait du gâchis que Bernard arrête, parce qu’il a des compétences et un attachement certain pour Savigny.

De mon côté avec ou sans Bernard, le programme suit son cours. Je continue le porte-à-porte. Je prépare le site de campagne (savigny2020.fr). Je prépare les affiches. Je prépare la lettre aux association pour le forum. Je prépare des cartes de visite. Et je prépare mon premier tract, qui sera un journal de campagne, pour une distribution le 15/20 septembre.



Publicités

Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : Jean-Marc DEFRÉMONT rompt déjà le pacte de non-agression ; la guerre est déclarée ?

Passé le 25 avril 2019 entre Jean-Marc DEFRÉMONT, Bernard BLANCHAUD, Alexandre LEFEBVRE et Olivier VAGNEUX, ce pacte, qui prévoyait de respecter nos affichages mutuels, le plus longtemps possible, n’aura même pas tenu trois mois…

À défaut d’une alliance entre nos listes, nous souhaitions concentrer nos coups contre la politique de MEHLHORN pour éviter qu’il ne repasse.

Mais je vois, et je déplore, que nous ne pouvons, moi le premier, pas nous empêcher de nous taper dessus…

Et lorsque l’un, et je parle de moi, essaie de publier sur un blog des informations locales pertinentes, pas du genre de cet article, mais par exemple du précédent billet qui indique aux habitants de Chateaubriand quelles seraient les conséquences d’un arrêté de péril, ou délivre un message politique par voie de placards, par exemple sur le coût des travaux de l’école Ferdinand-Buisson – 11 millions € pour créer 9 classes, il s’en trouve toujours un autre, probablement jaloux, pour l’empêcher de s’exprimer.

Surtout sincèrement que pour ce qu’est, à ce jour, le site de Bien vivre à Savigny (BVAS) ; et je ne parle même pas de la qualité des affiches qui sont des verso d’une affiche de campagne d’Éva SAS aux élections législatives de 2017… C’est vraiment juste pour m’emmerder !

Ce qui me fait penser que je n’ai rien dit sur le logo de BVAS, par ailleurs contradictoire avec leur projet, parce qu’ils sont plutôt immeubles que maisons. Quant aux arbres à Savigny, si cela les amuse de les compter, je pense qu’il y a plus important, ne serait-ce que pour éviter justement qu’on perde d’autres arbres…


Pendant ce temps, MEHLHORN doit savourer le spectacle, parce qu’il n’a rien à faire : ses ennemis politiques se neutralisent entre eux, et s’empêchent de communiquer sur ses actions !

Lui est déjà connu en tant que sortant, et n’a donc pas besoin d’afficher. Tant mieux, car il n’a personne que BÉNÉTEAU pour s’y coller, c’est le cas de l’écrire !

Et comme en plus, son allié Jean ESTIVILL, semble même se préparer à entrer dans la valse des collages, à en lire son compte Facebook…

Là encore, pas pour faire un score, mais tant qu’il peut me nuire, et faire perdre la gauche. Au fait, il faudrait que je vois s’il arrive à récupérer l’investiture insoumise…




Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : vers l’échec des négociations…

Cette fois, il semblerait que ce soit bel et bien la fin.

Bernard BLANCHAUD doit enfin annoncer la décision qu’il a prise !

Certains parlent de la date du lundi 22 ; les autres disent avant le 31 juillet, quoi qu’il arrive.

Entre temps, il apparaît que j’ai été sorti des projets d’alliance, mais que Bernard aurait quand même et encore un nouveau projet d’alliance, qui ne serait qu’au moins le quatrième depuis qu’on discute ensemble, ce qui remonte à décembre 2018 ; mais cette fois pas avec moi

En fait, je vous écris tout cela, mais en réalité, je ne suis informé de rien parce que Bernard ne me parle plus, après m’avoir reproché de ne pas respecter sa tranquillité. Je ne suis toujours pas informé de l’annulation de la réunion du mardi 23, ce que tous les autres savent…


Je vous avoue que plus grand monde n’arrive à suivre Bernard…

Qu’on ne comprend pas où est l’intérêt de Savigny à ce qu’il y aille seul, et donc qu’il nous fasse tous perdre.

Que sa crise de la soixantaine commence sérieusement à nous gonfler, mais plus que tout son inconstance, comme si le dernier mec qui lui parlait avait raison… Ça promet comme maire si on peut lui retourner la tête aussi facilement…

Enfin, je vois surtout ses soutiens qui commencent à le lâcher ; et par exemple en mairie, où il est beaucoup plus populaire que moi, des agents me dire qu’ils espéraient une alliance, mais qu’ils seront finalement plutôt avec moi, parce que Bernard va dans le mur ; comme s’il n’avait pas pris conscience qu’il n’avait pas l’étiquette LaREM, et que les macronistes ne voteront donc pas pour lui.


Je pense que Bernard voulait trop la tête de liste, parce qu’encore une fois, c’est sa dernière chance. De toute façon, il s’en fout, il a déjà dit que s’il perdait, alors il déménagerait, comme il avait déjà dit que peut-être il arrêterait s’il n’avait pas l’investiture de LaREM…

Je crois que Bernard a aussi un compte à régler avec les « jeunes cons » ou les « petits cons » qui lui prennent toujours la place ; que ce soit Sébastien BÉNÉTEAU, maire-adjoint aux Sports en 2014 (poste qu’il voulait), Alexis IZARD, investi suppléant de la candidate aux législatives En marche en 2017, puis tête de liste aux municipales de 2020. Et enfin votre serviteur qui revendique la tête de liste dans le cas d’une alliance.

Surtout, Bernard ne se rend pas compte qu’il n’a aucune crédibilité du fait d’avoir été élu avec MEHLHORN, d’avoir tout voté jusqu’à la fin de l’année 2015 (la fermeture de la Savinière et de la crèche familiale, le licenciement de 59 personnes, la diminution des subventions aux associations, la fin de Sports-vacances…), et même le Plan local d’urbanisme en 2016 ! Surtout qu’on sait bien qu’il n’est pas parti parce que MEHLHORN ne respectait pas son programme, mais parce qu’il a compris qu’il ne serait jamais adjoint, ce qu’il a vécu comme une perte sèche des 1500 euros qu’il a investi dans la campagne de 2014 (mais qu’il a bien remboursé entre temps !).

Enfin, il refuse de voir tout le terrain que j’ai labouré avant lui, et que si aujourd’hui, c’est facile d’en mettre plein la gueule de MEHLHORN, c’est parce qu’il y en a un qui est allé jusqu’à la condamnation pénale pour défendre sa liberté d’expression. Et Bernard a mis son temps à rentrer dans l’action. Aujourd’hui, il aime à répéter que je n’ai pas le charisme ni les épaules pour être maire. Que j’ai besoin d’apprendre. Je trouve cela assez blessant au nombre de conneries qu’il débite, parce qu’il ne connaît toujours pas la répartition des compétences territoriales… Mais bon, peut-être a-t-il raison ?


Je ne vais pas vous écrire que je suis découragé, parce que ce n’est pas vrai, mais je suis quand même peiné.

J’ai le sentiment que je vais au casse-pipe, parce que la dynamique de victoire est pour LaREM, et que les Saviniens de mon électorat, c’est à dire un peu conscients des enjeux, sont minoritaires.

Et en plus de cela, je vais maintenant perdre tous ceux qui préfèrent le charisme, et les promesses irréalisables, de Bernard, à commencer par son idée de liste citoyenne, alors que c’est le mec élu sur une liste UMP qui en parti pour son histoire de 1500 boules et qu’il n’était pas adjoint, et qui a tenté l’investiture LaREM, et qui aujourd’hui dit « citoyen », comme FABRE, après avoir tout épuisé !

Il y aura toujours Nous Saviniens, mais bon, combien de divisions est-ce que cela représente ?


Tant pis, les discussions continuent avec les autres…

Puis dans le fond, ce n’est même pas le jeu de MEHLHORN qu’il fait, parce que c’est fini pour l’actuelle majorité municipale qui s’est fâchée avec l’électorat classe moyenne des parents d’élèves, qui fait l’élection.

Non, Bernard fait le jeu de LaREM, parce que dans le fond, il n’est pas insensible aux idées libérales et à l’argent. Dans ces conditions, je vois mal comment il pourra s’opposer au bétonnage ou à la rénovation de Grand-Vaux. C’est comme sa lubie d’avoir une dette remboursable en 10 à 15 ans pour montrer que la ville est dynamique. Mais pour faire quoi ?

Personnellement, je m’inquiète surtout pour Savigny avec une équipe LaREM qui débarque de nulle part, et qui à mon avis aussi, aime plus l’argent que notre commune.

Au moins, aurais-je essayé d’éviter cela, et me serais-je montré beaucoup moins sectaire que ce que beaucoup pensent de moi, en acceptant des compromis dans l’intérêt de Savigny ?



Municipales 2020 à Savigny-sur-Orge : j’arrête de courir après Bernard BLANCHAUD.

J’aime beaucoup Bernard, mais là, il commence sérieusement à me gonfler.

Donc pour ma part, j’arrête de m’emmerder à lui faire des propositions, et je renonce à faire la démarche de lui demander d’intégrer ma liste, puisqu’il ne le veut manifestement pas.

Qu’il sache cependant que je ne lui ferme toujours pas la porte, mais que c’est maintenant à lui de me dire franchement ce qu’il veut, et sans passer par des heures de réunions inutiles, en présence de tant de nos partisans et de tant d’observateurs, pour que finalement, personne n’arrive à rien se dire, le tout dans un joyeux bordel parce qu’il ne sait ni animer ni se tenir à un ordre du jour.


Quand je pense qu’après qu’il n’ait pas été investi par LaREM, il m’a reproché de ne pas « nous réunir discrètement pour trouver des compromis » (je ressens déjà les difficultés avec la transparence).

Puis quand je lui réponds qu’on se voit quand il veut, mais qu’il vienne chez moi avec ses demandes, il n’y a plus personne, parce qu’il n’y a pas les copains derrière…

Donc moi, ça me saoule, et je ne compte pas perdre ma soirée du mardi 23. Tout sauf cela ! Je préfère encore regarder une connerie à la télé, que de me prendre la tête en marchandage de tapis pour placer des mecs qu’on ne voit pour l’instant pas beaucoup plus que derrière un écran d’ordinateur.


De toute façon, les électeurs de Bernard ne sont pas les miens, mais effectivement des voix que je peux récupérer par défaut…

Limite, j’ai peut-être plutôt intérêt à ce qu’il y aille seul pour piquer des voix, à la fois à LaREM, mais aussi à MEHLHORN, de Saviniens qui veulent un homme mûr, plutôt de tendance libérale, qui a connu MARSAUDON, et qui ne sont pas très regardants sur le bilan, à tel point qu’ils ont élu en 2014 un mec qui a tout foiré depuis son premier mandat de conseiller départemental où il a manqué d’obtenir un arrêt du T12 à Savigny…

Mais je ne ferais ensuite rien, ni avec Bernard, ni avec personne, au second tour. Le coup à finir comme SPICHER et FABRE. Surtout après qu’on se soit tapé dessus pendant six mois…


J’ai un ami qui me dit depuis le départ d’oublier BLANCHAUD et compagnie, pour faire le neuf, et renouveler les pratiques.

Malheureusement, sur Savigny, il n’y a pas 39 personnes valables, et ça va donc finir avec moi, dictateur de ma liste.

Mais au moins, cela m’évitera toujours les connards qui gravitent sur Nous Saviniens, à qui il a manifestement promis des places, pour qu’ils me détestent autant…