Archives du mot-clé motion

Erreur classique de débutant pour le populiste Alexis IZARD qui confond motion et vœu au Conseil municipal

C’est pas grave, Alexis ! Tu reprends ton texte en supprimant le mot de « motion », tu changes son titre en le remplaçant par « vœu » et tu le représentes la prochaine fois.

Il sera encore rejeté pour d’autres raisons (cette fois de fond) et tu fais un communiqué de presse, que tu peux déjà commencer à écrire, en disant que DEFRÉMONT est méchant, qu’il n’aime pas les animaux et qu’il n’est écologiste que par opportunisme.

Au passage, penses à t’inviter une vie de flexitarien (le mec qui se déculpabilise de manger de la viande en prétendant qu’il pollue peu parce qu’il en mange peu et de bonne qualité) et fais oublier que LaREM est le parti des chasseurs, du glyphosate et des néocotinoïdes.


Pour ta formation d’élu que ne semble pas assurer ton parti, et pour éviter que DEFRÉMONT ne t’enfume à nouveau en t’opposant le règlement intérieur du conseil municipal alors qu’il est question de la loi, je vais t’expliquer la différence entre une motion et un vœu.

Le vœu est défini au troisième et dernier alinéa de l’article L.2121-29 du code général des collectivités territoriales qui dispose que : « Le conseil municipal émet des vœux sur tous les objets d’intérêt local. »

C’est un texte sans valeur juridique dans lequel tu exprimes un souhait tendant à une prise de décision qui ne relève pas de la compétence de la collectivité.

La motion, quant à elle, n’est définie dans aucun texte de loi mais elle est le fruit d’une construction juridique basée sur une jurisprudence du Tribunal administratif de Versailles.

C’est aussi un texte, toujours sans valeur juridique, dans lequel tu demandes à la collectivité de prendre une décision qui rentre dans le champ de ses compétences.


Au passage, j’en profite pour te féliciter pour cet engagement soudain et récent pour la cause animale et environnementale. Tu as remarquablement bien réussi à placer ton colistier Henri DELTOUR à la vice-présidence d’Élan Savigny environnement, même si tu risques d’être déçu par la suite. Leurs adhérents ne s’intéressent surtout qu’aux survols de Savigny.


Cependant, mon ami, je voudrais aussi te parler des juifs.

Tu n’ignores pas que certains ne les considèrent déjà pas comme des Hommes.

Parfois même moins bien que des animaux, en faisant abstraction que l’Homme est un animal pensant.

Sur les réseaux sociaux, sur Facebook particulièrement, il y a des publications antisémites (dont la grande mode est de dire qu’elles ne sont qu’antisionistes ; avec à l’inverse une utilisation de l’antisémitisme pour empêcher toute critique du gouvernement d’extrême-droite d’Israël).

Et plusieurs indices me donnent à penser qu’au moins un de tes colistiers, au moyen d’un compte Facebook anonyme dont le nom trahit son identité, même si j’en recense en fait deux, « aime » (c’est à dire appuie consciemment sur un bouton « like ») ce genre de publications qui classe les juifs en dessous des animaux.

Continues donc de t’intéresser aux animaux, mais n’oublie pas le bien-être des humains dont une partie, en 2020, est toujours assassinée, réduite en esclavage, parquée, mutilée… Moi, je suis un connard anthropocentriste car ils restent ma priorité.

Tu y gagneras en cohérence, même si tu es loin d’être le seul à aimer les animaux plus que les humains, d’après ce que je déduis de tes différentes prises de positions et revendications toutes plus opportunistes les unes que les autres.

D’ailleurs, je dois bien admettre que moi-même je préfère mon petit chat orange à certains de tes colistiers qui prétendent publiquement vouloir me casser la gueule parce que mes écrits leur déplaisent, dans le contexte de ton absence d’indignation ou de condamnation de tels faits.

Ainsi, tu souhaites interdire la chasse, aussi commence par arrêter de courir deux lièvres à la fois avec d’un côté les animaux et de l’autres les musulmans radicaux qui n’aiment ni les animaux, ni les juifs, ni d’ailleurs tous les autres humains. Ils te méprisent également.


Et pitié, n’oublie pas que c’est ton Union européenne qui contraint aux expérimentations scientifiques sur les animaux et empêche la France, même si elle le voulait, d’interdire ces expérimentations ; on me le ressort chaque année au Téléthon.