Archives du mot-clé Morangis

À Morangis, la campagne pour les élections municipales a déjà commencé !

Quelle hypocrisie des médias locaux qui feignent de découvrir la candidature de Grégory MÉCHE, alors que cela fait près d’un an que, même à Savigny, on sait que l’actuel directeur de cabinet veut la place de maire de Morangis !

C’est clair qu’à force de faire du ménage, il ne semble plus y avoir grand monde de capable, ou de valable, auprès de l’actuel maire de Morangis. Donc il reste son directeur de cabinet, qui est loin d’être le premier à passer de l’administration à l’élection…

Son affiche est plutôt bien faite, même si elle emprunte des couleurs traditionnellement associées à la droite. Évidemment, aucune référence au PS d’où vient M. MÉCHE, ni même aux Insoumis qu’a rejoint son mentor Pascal NOURY.

Monsieur veut jouer au candidat citoyen qui va rassembler ; alors qu’il y a cinq ans, il aurait probablement sauter sur l’étiquette PS. Mais comme ce n’est plus tendance…

En même temps, cette communication  se comprend très bien dans un contexte d’hostilité à la gauche. Mais je ne suis pas certain que le soutien de NOURY, qui bétonne, et qui a largement augmenté les impôts en début de mandat, soit la meilleure des choses qui soit…

Pour ma part, je soutiens mes amis Xavier-Roger DUGOIN et Mathieu FLEURY, de l’association « Morangis avant tout ».

Et je souhaite aussi la défaite de Brigitte VERMILLET, que je trouve personnellement de plus en plus détestable au fur et à mesure que les années passent. Je n’ai toujours pas digéré son explication du vote écolo aux européennes parce qu’elle ferait du bon travail en tant que cive-présidente LR du Département en charge de l’environnement. Je trouve cela malhonnête !




 

Savigny-sur-Orge : encore un parc interdit aux chiens (square capitaine Jean-D’HERS) !

À 500 000 euros le square, réalisé avec plus de cinq mois de retard, sans que notre très lâche maire n’exige la moindre pénalité – on se demande bien pourquoi ; voilà que notre édile l’interdit désormais aux chiens, sûrement pour ne pas qu’ils le dégradent…

Par la même occasion, ils ont donc supprimé la seule réalisation de MEHLHORN lorsqu’il était adjoint au Cadre de vie. Mais enfin, ils n’allaient quand même pas laisser un Toutounet juste à l’entrée du parc, au cas où tu ne veuilles balader ton chien que jusqu’au square, dans lequel tu ne peux donc plus rentrer avec ton animal… C’est le fameux bon sens pour Savigny !

Toutounet que notre cher MEHLHORN ne faisait de toute façon plus remplir depuis des années, parce que les gens volaient les sacs pour aller remplir leurs réservoirs de carburant sans se salir les mains. Mais qu’est-ce que c’est lâche et con comme raisonnement ! Céder devant la vermine ! En suivant cette logique, arrêtons de vivre puisque nous mourrons…

Parti comme c’est, j’interdirais bien carrément la ville de Savigny aux Saviniens comme cela plus de problème du tout de propreté urbaine… D’autant que ce sont les mêmes gros dégueulasses dans les deux cas… Mais on s’en rend mieux compte à pied que depuis la voiture de fonction…


En réalité, le maire croît avoir interdit le parc aux canidés, parce qu’il faudrait quand même expliquer à cet incompétent notoire que son panneau ne deviendra valable que le jour où il daignera prendre un arrêté pour lui donner une valeur légale.

Or, je me suis justement rendu en mairie ce mardi 21 mai 2019 pour consulter le recueil des actes administratifs, et il n’y avait rien dans le registre, ce qui signifie qu’au mieux l’arrêté n’est pas applicable car il n’aurait alors pas été transmis en préfecture…

Non, rien d’autre que le regard gênant et malaisant de Maureen DRAON (des Affaires générales – un service à fond derrière la candidature de Bernard BLANCHAUD) qui nous matait épiait insistamment, votre serviteur et Alexandre LEFEBVRE, tandis que nous consultions le recueil.

Alexandre, à qui j’avais demandé de m’accompagner pour d’autres affaires d’urbanisme, et constater l’hypocrisie de notre pleureuse locale qui veut donner 5000 euros à Notre-Dame-de-Paris au titre du patrimoine, mais qui se contrefout de détruire Ferdinand-Buisson, et notamment la maison de la baronne STAFFE ; autant qu’il se fout de la couvertine de l’église saint-Martin qui se décolle. Et je ne parle pas de la Savinière. Mais encore une fois, ce n’est pas son argent, mais celui des autres… Une vision du patrimoine à géométrie variable…

Sûrement Maureen DRAON m’en voulait-elle en fait d’avoir été saoulée des interminables speechs que lui a infligé mon futur colistier Jean-Marie CORBIN sur le scandale du lobbying monopolistique des photomatons, combiné au scandale de la vente des données personnelles des cartes grises par le ministère de l’Intérieur. Je vous rassure, ils ne sont pas tous comme cela, mais au moins, ils ont des convictions sur des sujets de prédilection qu’ils maîtrisent !

À la décharge de Jean-Marie, je pense qu’il était passablement remonté d’avoir dû prendre l’équivalent d’une demi-journée de repos, parce que le système de rendez-vous pour les papiers d’identité à Savigny, quand tu es actif, fait que tu ne trouves rien avant des mois si tu veux venir le jeudi soir ou le samedi matin… L’efficience selon la municipalité avec des forfaits de 10 minutes qui ne sont pas adaptés en fonction des démarches ; une limite du système du guichet unique… Et j’ai hâte qu’il y ait la Maison Marianne pour envoyer les gens en mairie principale…

Donc c’est bien beau d’avoir dépensé 700 000 euros pour refaire l’hôtel-de-ville avec ce résultat, et se retrouver en plus avec les nanas les dames de l’accueil, qui sont désormais aveuglées tous les jours par le soleil, parce qu’ils ne sont même pas capables de faire installer un store…

Dans la liste des griefs constatés ce jour, il y a aussi quand ils se sont mis à trois pour nous trouver un dossier au service Urbanisme. Non, mais allo quoi ? Dans quelle boîte privée est-ce qu’on voit cela ?

Certainement les mêmes entreprises qui peuvent se permettre de conserver une Nadège ACHTERGAËLE qui commet des fautes à 190 000 € ? Ou un Éric MEHLHORN qui te brade la Savinière à 385 000 € ou offre 753 580 € de pénalités à Numéricâble pour rompre un contrat caduc ? Mais tous ces gens feront moins les fiers quand une fois maire, je les ferai poursuivre nommément pour négligence par une personne chargée d’une mission de service public !


Bref, c’est vrai qu’il y a de moins en moins d’endroits où tu peux te balader avec ton ou tes chien(s) dans Savigny, et que c’était bien la peine de dépenser autant, pour en restreindre l’accès au maximum. Déjà les Morangissois, pour qui il n’existe pas encore de panneaux, et donc maintenant les chiens et par conséquent leurs propriétaires. Et ça va se gargariser de partager les frais de la réfection de l’avenue de l’armée-Leclerc avec Morangis, mais ça ferme le parc qui pouvait être commun aux deux villes… Une vision de l’intercommunalité très limitée en somme…

Par contre, j’attends encore que MEHLHORN se bouge pour les grands jeunes qui viennent y faire du scooter après 19 heures, et qui stationnent sur les aires de jeux réservées aux petits, quand ce n’est pas carrément pour dealer.

Mais nul doute que mon maire préféré, pour rassurer son électorat de vieux peureux qui paient toutes leurs années de lâcheté et de laxisme, va très vite arrêter un règlement intérieur pour ce parc, avant d’y installer des tourniquets, comme au COSOM, et d’y foutre des caméras de vidéo-protection ; si tant qu’à faire pour la majorité municipale, elles pouvaient aussi faire vidéo-verbalisation pour remplir les caisses qui se vident du fait de la mauvaise gestion chronique…

Ouh, je me relis, et je me trouve bien en forme dans cet article !




Sur la lettre de Pascal NOURY, maire de Morangis, de mars 2019, dans laquelle il annonce qu’il ne se représentera pas

S’il y a bien une chose qui est encore plus écœurante que la politique, ce sont les faux-semblants des politiques, malheureusement indétectables par ceux qui ne connaissent pas l’envers du décor… Que Pascal NOURY ne se représente pas, cela se sait depuis plusieurs années, mais les raisons qu’ils invoquent pour justifier son départ prêtent à sourire !

Déjà parce que dans la sincérité des relations que NOURY entretient avec les Morangissois, il pourrait leur dire que son successeur, qui conduira la liste de sa majorité sortante, est déjà trouvé et qu’il s’agit de Grégory MÈCHE, son actuel directeur de cabinet.


Ensuite, il y a la question de l’usure du pouvoir, qui est certaine, et il faut reconnaître à NOURY d’oser en parler parce que beaucoup de politiques font semblant de n’avoir aucunes faiblesses.

Oui, les lourdeurs administratives deviennent insupportables, et ce sera encore pire en 2026 quand l’État va poursuivre la décentralisation, et que la Commune va finir de perdre ses dernières compétences, y compris les écoles…

Mais il faudrait aussi écrire que NOURY se doute que sa liste ne repassera pas, parce que la gauche est très mal en point, et que Morangis reste une ville de droite.

Qu’il est passé avec beaucoup de chance en 2008 et en 2009, du fait de l’usure de l’ancien maire Daniel TRÉHIN, puis de la division des listes d’opposition en 2014.

Que d’ancien PS, devenu divers gauche, ce qui n’a pas plu au PS, il s’est fâché puis réconcilié avec Henrique PINTO, trésorier régional de EELV (Europe écologie les Verts) ; qu’il s’est aussi brouillé avec José DA SOUSA, le responsable départemental du PRG (Parti radical de gauche) ; et enfin que son soutien, par son parrainage de maire à MÉLENCHON pour la présidentielle, n’a pas été apprécié par le PC, alors même qu’il n’y a pas vraiment d’Insoumis à Morangis.

Il faut enfin rappeler que NOURY a augmenté deux fois les impôts sous ce mandat, et que pour améliorer son quota de logements sociaux, il autorise un peu n’importe quoi dans et avec son Plan local d’urbanisme, et certaines choses de manière un peu questionnantes. Mais de cela, on ne s’en rendra réellement compte que quand NOURY ne sera plus en place ; et donc personne ne lui en sera comptable, et c’est aussi cela qui est très dérangeant dans ce départ.

Donc c’est très bien de dire qu’on fait deux mandats maximum, surtout qu’on sait déjà qu’on ne devrait pas pouvoir en faire plus (parce que les gens parlent dans Morangis et que NOURY s’il n’est pas détesté n’est pas non plus très apprécié, essentiellement parce que la droite le voit comme un vilain socialiste) ; mais encore une fois, il faut redire que cette décision de partir n’est pas nouvelle, même si cela fait quelques temps que le sens du vent a tourné !


Il faut aussi dénoncer le faux-discours sur le cumul des mandats (qui ne fait pas apparaître le problème du cumul des indemnités).

D’accord, NOURY n’a pas voulu essayer de devenir conseiller départemental en 2015, mais il sait qu’il aurait perdu, dans un contexte qui n’était pas favorable à la gauche.

Mais il était quand même suppléant en 2011 sur une liste sénatoriale ! (3e sur la liste BERSON)

Mais en attendant, NOURY est aussi vice-président du GOSB et conseiller métropolitain de la MGP. Dans certaines autres villes, ces postes sont confiés à d’autres élus que le maire…


Je finis sur un dernier grief, qu’on ne peut pas dissocier de l’âge de Pascal NOURY. Il arrête la politique pour être en retraite professionnelle, et je m’étonne que quelqu’un qui ait tant vanté l’éducation, se soit finalement aussi peu investi dans sa vie d’instituteur. Certains ressortiront des vieux dossiers pour justifier qu’il ait arrêté, ou ne manqueront pas de dire qu’il a peut être été plus utile en temps que maire que comme simple instit. Je ne sais pas, je m’interroge…




Archives : les documents de campagne de Brigitte VERMILLET et d’Éric MEHLHORN aux départementales 2015

À l’occasion de la réunion publique (mais quand même sur réservation) de mi-mandat de Brigitte VERMILLET et d’Éric MEHLHORN, et puisque leur site de campagne a disparu, je me permets de rappeler les promesses de campagne de nos conseillers départementaux, dont tout le monde se fout puisque les gens les ont élus soit parce que c’est le seul et unique parti de la bonne gestion, soit pour virer la gauche, soit pour faire barrage au FN.


Le bilan de la gauche


Le programme


La lettre d’entre deux-tours