Archives du mot-clé Morangis

Vidéo-protection à Savigny-sur-Orge : j’écris au Commissaire de Police

C’est très questionnant de devoir aller à Morangis pour entendre un bilan objectif de la vidéo-protection installée à Savigny-sur-Orge… Et encore, le commissaire n’a pas évoqué les caméras en panne, ni les affaires qui ont été classées par manque de preuves du fait d’images pas assez nettes donc inexploitables. Mais bon, tant que les citoyens préfèreront qu’on se soucie de l’insécurité ressentie, plutôt que de l’insécurité réelle et subie…


Par courriel le 10 février 2018 à 13 h 00

Monsieur le Commissaire,

Je veux vous dire avoir été intéressé par votre avis de ce matin, lors de la réunion publique organisée à Morangis, sur l’efficacité du matériel de vidéosurveillance de Savigny, lequel contraste légèrement peu avec l’argumentaire sécuritaire et sécuritariste de l’extrême-droite politique savinienne.

Je veux rajouter à votre information que plus de la moitié des caméras saviniennes ne sont pas déclarées à la CNIL, qu’elles ne répondent pas aux obligations légales en la matière en tant que rien n’indique comment ou auprès de qui accéder à leurs images, que la Ville de Savigny retient et refuse de transmettre les demandes d’accès aux images, pas plus que l’intercommunalité aujourd’hui compétente, et que par conséquent, les citoyens n’ont pas accès au centre de surveillance urbaine des Portes de l’Essonne.

J’ai déposé une plainte fin novembre 2017 auprès de la CNIL relativement à cette anormalité démocratique, actuellement en instruction.

(partie auto-censurée pour ne pas exposer une faille juridique et économique du système)

J’espère que la mairie de Savigny vous invitera à son tour pour une telle réunion (même si à Savigny, il n’y a pas de fabrique citoyenne) ; et que vous oserez tenir le même discours de vérité aussi bien devant la population, que devant les élus.

Je vous prie de croire, Monsieur le Commissaire, en l’expression de ma très haute considération.

Olivier VAGNEUX



Publicités

Faut-il s’étonner des retards de travaux du square Capitaine Jean-D’HERS ?

Voilà plus de trois semaines qu’il n’y a plus un ouvrier sur le chantier du square Capitaine Jean-D’HERS aux Gâtines. Pourtant, les travaux auraient dû se terminer il y a un mois, le 15 décembre 2017. Que se passe-t-il donc ? Les pénalités de retard étant fixés à 480 € TTC par jour, comment se fait-il que l’entreprise ne réagisse pas plus vite ? À moins que…


J’ose donc l’hypothèse que MEHLHORN et sa clique d’incompétents se sont tellement faits avoir sur le coût réel des travaux, que les entreprises se foutent de devoir déduire 500 euros par jour par rapport au bénéfice réel qu’elles se font. Qu’est-ce que 10 000 euros quand votre proposition d’un tiers supérieur au prix de marchés équivalents, vous rapporte 100 000 euros en plus ?

D’autant que MEHLHORN qui accumule les conneries, et confond d’ailleurs lors de ses vœux les bus 292 et 492 parce qu’il ne connait pas sa ville, s’auto-félicite d’avoir bloqué le passage vers Morangis. Or, s’il connaissait un peu ses dossiers, il se rappellerait que l’extension du 292 jusqu’à la ZAC des Gâtines (qui date de 1997) était conditionné à un usage partagé avec les Morangissois…

Espérons donc que la Ville, si elle en est capable, va se bouger un peu pour faire achever ces travaux, et surtout que le prolongement du 292 ne sera pas remis en cause par un maire qui prend sa population pour des cons en leur disant : je suis efficace parce que je dépense beaucoup. Non, tu dépenses beaucoup parce que tu te fais systématiquement entuber…

Et MEHLHORN de redire qu’il a eu raison de vendre le réseau câblé donc de payer une indemnité de rupture pour un contrat caduc depuis 15 mois au sujet de la fibre optique. C’est à me demander s’il est vraiment stupide, ou s’il touche quand même une commission, parce que ce n’est ni possible ni légal de payer des pénalités pour rompre un contrat déjà achevé…

En attendant, voyez dans quel état demeure le square, de fait inutilisable même si plein de gens passent quand même les barrières pour promener leurs chiens. Dernière remarque sur les panneaux, n’était-ce pas possible pour MEHLHORN de faire écrire les noms des lieux encore plus petit ? Parce que là, je les vois encore trop bien d’assez près ! Quelle catastrophe ce mec !

 



Pourquoi le remplacement du foyer Jacques-Cœur par le projet Cœur Savigny doit nous interpeller !

Faut-il continuer à dépenser des sommes folles pour faire du social quand les associations aidées nous méprisent par la suite ? Le con-tribuable savinien devait-il dépenser autant depuis 1987, pour que son investissement finisse dans la plus-value d’une association (Envoludia) et qu’on fasse du logement social à la place ? Nous parlons ici bien de plusieurs millions d’euros investis qui s’évaporent, sauf dans notre dette !

Je suis personnellement étonné de l’absence de réaction de la municipalité. Surtout de la part de notre cher Éric MEHLHORN qui laisse ainsi détruire l’espace Jean-Marsaudon !!! (Comme s’il tuait le père). Non pas donc qu’il ne faille pas le meilleur pour les personnes handicapées, et ils seront certainement plus aux normes à Morangis. Mais comme pour la Savinière, on accepte d’abandonner sans moucher des dépenses qui ont tant plombé notre budget communal…

Ces sommes ont été utiles jusqu’à 2017 pour les 31 usagers du foyer de vie Jacques-Cœur. Mais fallait-il dépenser autant pour tout réhabiliter et construire une extension en 2010, pour l’abandonner sept ans plus tard ? Est-ce qu’on l’aurait d’ailleurs fait en sachant ce qui se préparait à Morangis ? Non pas en tant que cela a amélioré la vie des personnes handicapées pour sept ans, mais parce que ça ne valait pas le coup pour seulement sept petites années !

Surtout que finalement, ce sont ces locaux retapés grâce à de l’argent public, qui apportent un bénéfice à l’association propriétaire du terrain. Là encore, est-ce que les associations doivent se servir de l’argent public à des fins d’enrichissement personnel, quel que soit la cause qu’elles défendent ? Et les Saviniens ne sont-ils alors pas légitimes à en recouvrir une partie qui n’a été obtenu par l’association que parce qu’il y a eu ces millions investis depuis le début !

Oui, c’est au Département de faire du social et pas à la commune ! Mais nous faire de tels sales coups ne peut que nous dégoûter définitivement d’investir dans le social à l’échelon communal, ce qui est déjà de plus en plus difficile puisqu’il n’y a pas de retour financier sur investissement. Une information préalable et un message de remerciements à la Ville de Savigny n’auraient certainement pas été de trop… Je me renseigne quand même pour connaître la plus-value !


Je terminerai avec tris remarques sur le projet Cœur Savigny qui va remplacer le foyer Jacques-Cœur.

Ils ont oublié le principal argument de vente à savoir que c’est là qu’est né notre député et futur ministre Robin RÉDA, dans la clinique (privée) Vigier.

Je trouve sinon scandaleux qu’on mente éhontément aux futurs acheteurs en leur racontant dans la brochure publicitaire de Kaufman & Broad qu’il y a un cinéma (fermé depuis 2008) et 5 « marchés » à Savigny (faut voir ce qui se vend à Davout le mardi…). Je tairais enfin la réputation du lycée Corot car il a été mon lycée…

Enfin, ça va désormais être la galère pour se garer dans le quartier, puisqu’on construit 51 logements avec 51 places de parking, et que même le commercial qui vend ces nouveaux logements doit tourner deux fois autour, pendant 15 minutes, pour finalement se garer au loin. Donc que ce sera impossible d’aller voir ces nouveaux habitants en voiture, puis que même dans le 4 pièces, les gens n’auront droit qu’à une seule voiture car une seule place !

 



Morangis : à l’aune d’une nouvelle guerre des droites ?

Comme si la droite n’était pas suffisamment divisée à Morangis (trois listes aux municipales de 2014 représentant 62 à 65 % des voix face à une seule liste de gauche), voilà que le Directeur général des services de Chilly-Mazarin, Jérôme BAVEREL, membre du parti des républicains, vient se parachuter sur la commune ! Comment donc tous les prétendants de droite à la mairie vont-ils pouvoir faire pour réussir à s’entendre ?

Pour mémoire, on citera entre autres : Brigitte VERMILLET, Julien RODRIGUES, Sébastien TEMPLET-BELMONT, possiblement Xavier-Roger DUGOIN et maintenant Jérôme BAVEREL. Sans parler du Front national, ou de possibles autres candidats divers droite, même si Dominique HÉRAULT semble avoir renoncé. À cela, il convient d’ajouter les manœuvres de l’ancien maire Daniel TRÉHIN, qui s’il ne veut plus la place, veut être du côté du vainqueur, et pouvoir influer.

D’autant plus qu’avec la déferlante En marche, la droite LR-UDI ne se retrouve que troisième force politique à Morangis. Donc si LR et UDI commencent en plus une guerre fratricide, on ne voit pas comment la Ville pourrait repasser à droite à la prochaine élection municipale.

Mais justement, comment se fait-il que LR qui avait pré-investi Brigitte VERMILLET aux législatives sur sa circonscription, lui avait accordée son investiture aux départementales, et l’avait soutenue aux municipales, semble tout d’un coup l’abandonner ? VERMILLET est quand même vice-présidente du Conseil départemental et très présente sur toute la communication essonnienne qui montre qu’elle bosse, tout du moins qu’elle est présente sur le terrain !

Alors certes, Brigitte VERMILLET est davantage une militante LR d’opportunité, et elle est en réalité plus proche de l’UDI. Lors des élections législatives de 2012, elle avait davantage soutenu le candidat du parti radical Nicolas SAMSOEN que Grégoire DE LASTEYRIE, candidat UMP.

Le risque est grand de parachuter un inconnu, qui incarne le système que les Français se plaisent à détester (un fonctionnaire qui travaille dans la politique). Et au vu de ses résultats récents, LR n’est pas en position de force et ne supportera pas deux candidatures. Le calcul est donc très risqué même si véritablement audacieux, à cette date, car VERMILLET a, et gardera trop d’ennemis qui sont prêts à perdre la ville plutôt qu’à travailler avec elle.

Voilà dans tous les cas qui pourrait arranger les affaires de l’actuel maire divers-gauche Pascal NOURY, qui semblait condamné à perdre en 2020, et puis qui en soutenant habilement MÉLENCHON (à qui il a donné sa signature) a retrouvé de l’air. Si donc il convainc les écolos et les socialistes de rester avec lui, et qu’il conduit une liste d’union de la gauche, rassemblant tous les anti-MACRON, il peut de nouveau l’emporter par défaut à la faveur d’une quadrangulaire.

Reste à voir comment va s’organiser En marche à Morangis, et s’ils soutiendront une nouvelle candidature de Sébastien TEMPLET-BELMONT, si celui-ci est toujours décidé à y aller. Mais sans union de la droite dans les dix-huit mois, le triste spectacle qui s’annonce après risque de se révéler sanglant, faisant notamment le jeu d’En marche et du Front national qui pourraient ainsi se retrouver véritables challengers en 2020, au vu des derniers résultats sur la ville…